Navigation – Plan du site
Bloc-notes

L’incertaine révolution numérique

Jacques Vétois
Référence(s) :

L’incertaine révolution numérique, André Vitalis, ISTE Editions, 2016, 119 p

Texte intégral

1Ce petit livre s’adresse aux étudiants qui veulent passer outre les enthousiasmes sur la révolution numérique en cours et analyser les relations entre la technologie informatique, le développement des algorithmes et des logiciels, son histoire et la société, c’est à dire la politique, l’économie et la culture. Il intéressera également les enseignants, les acteurs associatifs et les responsables politiques.

2La notion de numérique est apparue au début du XXIème siècle ; elle avait été précédée par cinquante ans d’informatisation de la société. Un retour historique sur ces années s’imposait donc pour comprendre dans quel fil (continuité) s’inscrivait la nouvelle révolution industrielle. Quatre problématiques sociétales ont été profondément transformées au cours de ces cinquante ans :

  • le contrôle social avec la création des premières bases de données dans le domaine social. L’action sociale passe par l’enregistrement systématique, le recensement et la classification des personnes aidées., c’est à dire des couches les plus pauvres de la société.

  • La sécurité publique qui prend une importance croissante avec les vagues d’attentats qui secouent le monde entier et va culminer en France par l’instauration de l’état d’urgence.

  • La communication avec l’apparition du micro-ordinateur, puis le développement d’Internet et l’explosion des échanges que nous connaissons actuellement grâce aux réseaux sociaux.

  • La marchandisation des données personnelles devenues de nouvelles ressources économiques pour les multinationales et les grandes entreprises du secteur (les GAFAM).

3Chacune de ces problématiques fait l’objet d’un chapitre du livre appuyé sur l’histoire technique et sociale aux États-Unis et en France. Dans le premier chapitre, l’auteur revient longuement sur le projet d’interconnexion des fichiers en France (projet SAFARI) et la réaction de franges importantes de la société aboutit à une première formalisation de la notion de vie privée à travers la Loi Informatique et Libertés. Des lois similaires furent promulguées dans de nombreux pays, en particulier en Europe. Un organisme indépendant en France, la CNIL est chargée de préserver dans les applications informatiques développées les principes de la loi. Si bien que critiquée par de nombreux acteurs publics et privés pour son intransigeance, ses pouvoirs seront révisés à la baisse lors de la transposition de la directive européenne en 2004.

4Le deuxième chapitre aborde l’accélération de la dérive sécuritaire dans tous les pays développés à la suite des attentats des années 2000. Déjà dans les années 1980, les États-Unis avait mis en place à travers le réseau Échelon la surveillance des télécommunications, puis ce système a été développé à partir de 2001  par le Patriot Act. La NSA chargée de la mise en œuvre a multiplié écoutes téléphoniques, interceptions de courriels, espionnage d’entreprises et de gouvernements alliés. La France suit la même voie en multipliant les lois sécuritaires qui intègrent aujourd’hui une partie de celles de l’état d’urgence.

5Le troisième chapitre explique comment l’alliance de la contre-culture californienne et du complexe militaro-scientifique US a donné naissance à Internet et a favorisé son extension sans frontières comme réseau de réseaux avant d’aboutir à l’élargissement de l’espace publique à travers le Web 1.0 et 2.0. Même si les usages citoyens des débuts du Web ont donné les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter qui sont devenus avant tout des lieux d’expositions de soi, l’Internet reste, selon l’auteur, « un espace de communication au statut problématique ».

6Le quatrième chapitre revient sur les données personnelles que nous fournissons en échange de service « gratuits » et sur les traces que nous laissons dans nos navigations sur Internet. L’appropriation de ces données par des quasi-monopoles privés comme Google, Facebook … constitue une nouvelle ressource économique, à travers notamment la publicité qui est à la base du succès financier de ces entreprises.

7Le livre se termine sur le retour à la notion de  révolution numérique  et aux différentes acceptions que prennent ces termes. D’abord comme révolution industrielle  à la suite de la machine à vapeur, puis de l’électricité. Mais le numérique aura-il un impact aussi fort que les révolutions scientifiques et techniques qui l’ont précédé. Certains historiens des sciences en doutent. Puis comme révolution sociale et politique dans la lignée de celle préconisée par certains courants marxistes qui annonce l’avènement d’une troisième forme du capitalisme, le capitalisme cognitif et l’émergence de nouveaux rapports de production à l’exemple du développement des logiciels libres. Enfin certains n’hésitent pas à fixer des limites aux applications qui peuvent être développées (par exemple la robotique) en fonction de la société et des contraintes externes qu’elle subit. La décroissance doit-elle s’appliquer au numérique ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « L’incertaine révolution numérique », Terminal [En ligne], 121 | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1695

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals