Navigation – Plan du site

106-107 | 2010
Le développement durable à l’épreuve des TIC

Sous la direction de Jacques Vétois
Couverture Terminal 106-107
Informations sur cette image
ISBN 978-2-296-13108-8
  • Dominique Desbois
  • Dominique Desbois, Cédric Gossart, Nicolas Jullien et Jean-Benoît Zimmermann
  • 1e partie : Des TIC vertes ?

    Cette première partie illustre la difficulté de débattre des conséquences des évolutions technologiques. Deux interviews et un témoignage introduisent à la complexité du débat. En s’appuyant sur l’exemple des RFID, Laura Draetta montre l’ambivalence d’un objet TIC, entre meilleure gestion des stocks et impact environnemental.

    Ludovic Coutant propose une classification de la façon dont ces technologies peuvent être synonymes de développement durable : d’abord en étant « optimisées », c’est-à-dire en consommant moins d’énergie, ensuite grâce à la « dématérialisation », en diminuant l’intensité en carbone des activités d’autres secteurs. Mais il pointe aussi les effets rebond : les gains apportés par une technologie peuvent être réinvestis pour augmenter son utilisation (pour un article de vulgarisation en français sur le sujet, voir l’article de C. Gossart (2010), Le Monde Diplomatique).

    Finalement, comme le note Marcel Grignard, les TIC interrogent l’évolution vers une société plus verte, dans ses composantes productive et de loisir : est-ce que les TIC favorisent cette évolution ? Quels choix collectifs cela nécessite, comment construire un tel débat ?

    C’est le point de départ des deux articles de recherche.

    François Deltour, Michelle Dobré, Fabrice Flipo et Cédric Gossart montrent que les acteurs du débat, producteurs, opérateurs de réseaux, utilisateurs, régulateurs, ont des points de vue différents (ou « registres argumentaires ») sur la mesure de l’impact environnemental et sur les responsabilités de chacun pour l’améliorer. Ils constatent que « dans ces conditions, l’éco-TIC est une catégorie qui est plus d’ordre rhétorique qu’analytique », et soulignent l’absence d’outil de mesure fiable permettant de sortir de cet attentisme.

    Françoise Berthoud et Marianne Parry illustrent la difficulté à construire un tel outil : plus les méthodes sont précises comme les analyses de cycle de vie, plus il est difficile de collecter des données, mais aussi définir les critères pertinents. Cela rend les résultats obtenus complexes, et tend à opacifier le débat.

  • 2e partie : Informations et consciences environnementales

    Dans cette deuxième partie, nous posons la question de la prise de conscience individuelle et citoyenne, quant à l’impact environnemental des comportements individuels de consommation, et de la manière dont les TIC peuvent contribuer à cette prise de conscience, fondement de toute responsabilisation. Les comportements ne sont pas téléguidables en fonction d’objectifs décidés de manière centralisée. Même s’il est possible d’agir de manière autoritaire, par exemple en décidant l’interdiction de la vente d’ampoules à incandescence, la marge de consommation énergétique des ménages est telle que sa réduction doit faire l’objet d’un apprentissage et d’une prise de conscience par l’individu ou la cellule familiale de leur capacité à maîtriser leur consommation.

    Ceci peut passer par des outils relativement sophistiqués comme les compteurs intelligents et autres ‘écobox’, dont l’usage est abordé dans les deux articles d’Emmanuel Kessous et de Frédéric Klopfert et Grégoire Wallenborn. Comme le montrent ces articles, de tels objets ont essentiellement pour vertu de mobiliser des incitations individuelles reposant sur l’utilisation rationnelle de l’énergie et la réduction des coûts et débouchant sur des économies d’énergie.

    Mais le succès à moyenne et longue échéance de tels dispositifs en termes de développement durable nécessite de dépasser la seule dimension technique de l’objet, laquelle ne met pas à l’abri de possibles effets rebonds, pour englober sa dimension humaine et sociale et passer de la maîtrise individuelle à la maîtrise collective de l’énergie. Ici les mécanismes de marché s’avèrent insuffisants, et l’éducation a sans aucun doute un rôle crucial à jouer.

    Cette éducation doit passer bien évidemment par l’enseignement général, primaire et secondaire. Elle doit aussi s’inscrire dans le cursus des universités et des grandes écoles, comme Gilles Berhault et André Chomette l’évoquent dans les entretiens qu’ils nous ont accordés.

  • 3e partie : Un outil pour le développement durable ?

    Cette troisième partie s'intéresse aux usages spécifiques que font les acteurs socio-économiques des TIC dans leur mise en œuvre du développement durable, à commencer par le secteur agricole. Le rôle des TIC dans la transformation de notre agriculture est reconnu, tant sont grands les enjeux économiques, sociaux et environnementaux du secteur. La plus grosse instance représentative du secteur déclare, par exemple, que pour développer les projets de services en milieu rural, « il revient aux pouvoirs publics d'équiper rapidement tout le territoire en infrastructures de TIC »  (voir « Au-delà de l'alimentaire : Des marchés à conquérir », Rapport d'orientation présenté au 60e anniversaire de la FNSEA, 2006).

    La contribution de Christelle Dondeyne permet d'éclaircir le rôle de ces usages des TIC dans l'agriculture aussi bien biologique que conventionnelle, afin d'examiner dans quelle mesure ces technologies peuvent participer d'une agriculture durable. Il semble toutefois que les secteurs productifs envisagent surtout l'usage des TIC dans la perspective de conquête de nouveaux marchés.

    Il nous apparaissait donc important de montrer que les TIC peuvent aussi contribuer à d'autres dimensions du développement durable. Au niveau local, elles sont, par exemple, facteurs d'innovations institutionnelles, comme nous le verrons avec les politiques de gestion des déchets (D. Huron et G. Spieth) et celles d'intelligence territoriale (P. Champollion et al.).

    Mais si ces usages se heurtent parfois à des barrières économiques et culturelles, nous verrons avec Hélène Pétry comment l'inventivité permet de contourner ces barrières comme chez les jeunes Brésiliens des favelas qui se servent des TIC pour renforcer leur intégration sociale.

  • Repères

  • Bloc-notes

  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals