Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1071e partie : Des TIC vertes ?Les enjeux environnementaux des t...

1e partie : Des TIC vertes ?

Les enjeux environnementaux des technologies RFID

Entretien avec Laura Draetta
Cédric Gossart

Notes de la rédaction

Laura Draetta a coordonné une étude sur la construction sociale du risque lié à l’usage des technologies RFID (soutenue par la Fondation Santé et Radiofréquences et par la chaire TIC et Développement durable de l’Institut Télécom). Actuellement, elle dirige un projet de recherche sur la viabilité socio-organisationnelle et écologique de la traçabilité des déchets par RFID (projet soutenu par l’ADEME, réalisé en collaboration avec l’ENSME).

Texte intégral

Propos recueillis par Cédric Gossart

Que désignent les RFID ?

RFID est l’acronyme de RadioFrequency IDentification. Cela désigne un complexe technologique permettant de recueillir et de transmettre automatiquement, par radiofréquences, des données entre des entités mobiles et un lecteur à l’aide de puces électroniques munies d’antennes. Il s’agit d’une application issue de la microélectronique et de l’informatique : une puce en silicium contenant une mémoire organisée autour d’un microprocesseur + une antenne en cuivre comme dispositif de communication + un packaging constituent une étiquette ou un tag RFID ; on y ajoute un lecteur avec un mécanisme de production d’énergie pour activer le tag et relié à un intergiciel qui rend exploitables les informations échangées : cela donne un système technologique servant à identifier, authentifier, catégoriser, localiser, tracer... des objets, des animaux ou des personnes.

Fonctionnement du système RFID avec une puce dite ‘passive’

Fonctionnement du système RFID avec une puce dite ‘passive’

À quelles fins les étiquettes RFID peuvent être utilisées ?

La RFID a fait sa première apparition en 1939, pendant la seconde guerre mondiale, pour un usage militaire. Il s’agissait d’imposants tags (ou transpondeurs) d’identification munis de batteries, placés par les Anglais dans les avions alliés afin de les distinguer des avions ennemis (par réponse à l’interrogation des radars). Pendant presque quarante ans, les systèmes RFID sont restés une technologie protégée à usage militaire et soutenue par les États pour la sécurité de sites sensibles, notamment dans le secteur du nucléaire. Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1970 que l’on assiste au développement des premières applications commerciales et professionnelles : d’abord l’identification du bétail, et puis l’usage est étendu au domaine de l’entreprise (publique et privée), notamment en matière d’accès sécurisés (badges, etc.).
Depuis les années 1990, la RFID s’est développée comme un outil au service de la logistique. Le tag RFID peut remplacer le code barre en apportant des avantages supplémentaires : il permet l’optimisation des stocks et de la chaîne logistique ainsi que l’intégration de l’historique du produit. Mais d’autres usages lui sont aussi associés pour ses propriétés en matière de traçabilité et d’identification sans contact, aussi bien dans le domaine de la sécurité sanitaire et alimentaire (traçabilité), de la lutte contre le vol et la contrefaçon (sécurité des biens), de la gestion des risques (naturels et industriels), que dans le domaine de l’identification des personnes (contrôle d’identité, contrôle d’accès, profilage, paiement automatique, « billettique »).

Quels peuvent être leurs rôles dans la réduction des impacts environnementaux de nos sociétés ?

Une application émergente à ce jour dans le domaine de la protection de l’environnement est celle de la gestion des déchets. Les technologies RFID permettent de mettre en œuvre la traçabilité et le suivi des déchets pour rationaliser leur ramassage, assurer la collecte automatisée de leurs données, faciliter la séparation des déchets et de leurs composants.
En effet, la technologie embarquée sur le produit permet de le suivre tout au long de son cycle de vie – du berceau à la tombe – car l’étiquette électronique mémorise les informations à chaque étape de son parcours et permet de les lire à tout moment. Les étiquettes RFID peuvent donc être utilisés pour suivre des déchets dangereux (comme les déchets radioactifs), pour contrôler le processus d’élimination de ceux qui ne peuvent pas se mélanger aux déchets ménagers (par exemple les déchets d’activités de soin à risques infectieux – DASRI), ou pour accélérer et simplifier les processus de recyclage de déchets dont il faut pouvoir séparer les composants, comme c’est le cas pour les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE).
Dans le secteur de l’automobile, cette technologie a été expérimentée pour faciliter le désassemblage d’un véhicule ; dans le domaine du nucléaire elle est utilisée, en couplage avec le GPS, pour la traçabilité en temps réel des déchets nucléaires ; dans le secteur de la santé, en France (région PACA), une expérimentation est en cours pour optimiser la filière d’élimination des DASRI afin de mieux répondre à un souci de santé publique (risque d’accident pour le personnel de ramassage) et de réduire les impacts environnementaux. En ce sens, la RFID est considérée comme une technologie « soucieuse » de l’environnement. Mais jusqu’à présent, les déploiements sont encore rares, surtout en France, où cette application de la RFID à la gestion des déchets n’est qu’au stade d’expérimentation et de quelques projets pilotes.

Néanmoins, ne sont-elles pas elles-mêmes porteuses de risques environnementaux ?

Les étiquettes RFID sont composées d’une puce en silicium et d’une antenne en cuivre ; elles sont souvent inséparables des objets sur lesquels elles sont apposées, sans compter le fait qu’elles sont presque invisibles. Il est donc quasiment impossible de les éliminer séparément. Cette inséparabilité du tag RFID du produit qu’il identifie peut poser une première catégorie de problèmes environnementaux en termes de recyclage des déchets, notamment au niveau de la séparation des matériaux (cela a déjà été prouvé pour le papier, les bouteilles en verre, le plastique et l’acier).
Or, dans la perspective de « l’Internet des objets », lorsque tout produit sera tagué par une étiquette RFID, les étiquettes risqueront d’être éliminées avec les produits qu’elles identifient, et ce avec le cuivre (et – s’il s’agit d’étiquettes actives – les piles) qu’elles contiennent. Issues de l’industrie de la microélectronique, les étiquettes RFID sont ainsi destinées à devenir à la fin de leur cycle de vie des e-déchets. La question de leur prévention se pose.

Qu’en est-il de leur acceptabilité sociale ?

Haut de page

Bibliographie

Le complexe technologique RFID apparaît comme une première étape vers des environnements à base de capteurs, désignés par des concepts désormais communs tels que « l’Internet des objets », « l’informatique ubiquitaire », ou encore « l’intelligence ambiante ». Cette perspective conceptuelle serait désormais techniquement réalisable. Ainsi, la technologie RFID semble être arrivée à un point crucial de maturité, et son marché potentiel s’annonce prometteur depuis quelques années.
Pour autant, les nouveaux usages tardent à s’affirmer et une multiplicité d’arguments critiques accompagne l’émergence de cette technologie. Selon une étude menée au sein du département de sciences économiques et sociales de Télécom ParisTech, la perception sociale du risque technologique semble être sous-estimée par les industriels producteurs et utilisateurs de la technologie. En outre, l’acceptation de la RFID par ses utilisateurs finaux potentiels – les consommateurs/citoyens – est loin d’être acquise [Draetta et Delanoë, 2009]. Cette étude, réalisée à partir de la presse écrite grand public des quinze dernières années, montre que des « lanceurs d’alerte » [Chateauraynaud et Torny, 1999] interviennent dans l’espace public pour dénoncer les risques d’un mésusage de l’identification par radiofréquences.
Deux sortes de risques – le risque privacy et le risque sanitaire – semblent faire débat dans une arène globale où s’expriment à la fois des institutionnels, des scientifiques, des industriels, et des acteurs de la société civile. Le risque privacy est à la fois le risque d’atteinte à la vie privée et aux libertés individuelles et le risque de non-confidentialité des données personnelles [Alberganti, 2007] ; il est lié à l’objectif du système RFID : la transmission d’information à des fins d’identification et de traçabilité. À partir d’un enjeu économique pensé en termes de traçabilité, la critique sociale pense « identification subie et incontrôlée » [Albrecht et McIntyre, 2005 ; Pièces et Main d’œuvre, 2009].
Quant au risque sanitaire, il est lié aux radiofréquences qui constituent le moyen utilisé par le système pour transmettre de l’information. En 2006, la Commission européenne (Direction générale Santé et Consommateurs) avait commandité une consultation publique en ligne pour évaluer l’avis des citoyens de l’Union européenne à propos des champs électromagnétiques. En 2008, l’Afsset (Agence française de Sécurité sanitaire de l’Environnement et du Travail) a été saisie par France Nature Environnement. L’ONG lui a demandé d’établir un état des lieux des caractéristiques et des utilisations des systèmes RFID, et d’évaluer les niveaux de champs électromagnétiques générés par ces systèmes (notamment les lecteurs) ainsi que l’exposition et l’impact sanitaires [Afsset 2010].
Aujourd’hui, la réaction critique et régulatrice de la société civile appelle à la responsabilité sociale des producteurs et des utilisateurs. La question de l’acceptabilité sociale se pose, notamment dans un contexte d’impact social qui est à ce jour encore faiblement prévisible.

ALBERGANTI M. (2007), Sous l’œil des puces. La RFID et la démocratie, Arles, Actes Sud.

ALBRECHT K. ET MCINTYRE L. (2005), Spychips: How major corporations and government plan to track your every move with RFID, Nashville, Nelson Current.

CHATEAURAYNAUD F. ET TORNY D. (1999), Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

COMMISSION EUROPÉENNE (2007), « Les champs électromagnétiques », rapport Eurobaromètre Spécial 272a, http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_272a_fr.pdf.

DRAETTA L. ET DELANOË A. (2009), « Radiofréquences : Identification des sources de controverse. Le cas de la RFID », rapport de recherche pour la Fondation Santé et Radiofréquences et pour la Chaire TIC et Développement Durable de l’Institut Télécom, www.sante-radiofrequences.org/uploads/media/Poster_RISC.pdf.

PIÈCE ET MAIN D’ŒUVRE (2009), RFID : la police totale, Puces intelligentes et mouchardage électronique, Montreuil, L’Échappée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fonctionnement du système RFID avec une puce dite ‘passive’
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Gossart, « Les enjeux environnementaux des technologies RFID »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1801 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1801

Haut de page

Auteur

Cédric Gossart

Sociologue de l’environnement, maître de conférences à Télécom ParisTech Campus EURECOM, site de Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search