Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1072e partie : Informations et consc...Prêter attention à l’environnement

2e partie : Informations et consciences environnementales

Prêter attention à l’environnement

Les traces énergétiques et la responsabilité morale
Emmanuel Kessous

Texte intégral

1Les politiques publiques en matière environnementale visent en premier lieu à inciter les entreprises à réduire leurs émissions de carbone de manière à atteindre les objectifs définis à Kyoto et, en second lieu, à sensibiliser les citoyens sur leurs pratiques de consommation afin qu’ils y intègrent la dimension écologique. Apprendre à se laver les dents sans faire couler l’eau du robinet ou à éteindre les équipements en veille a sans doute moins d’impact direct sur l’environnement que sur les représentations des individus, les sensibilisant sur la rareté des ressources environnementales et la nécessité de les gérer efficacement dans le souci de la durée.

  • 1 Il s’agit d’un boîtier relié d’un côté à Internet, de l’autre au compteur électronique de l’install (...)

2Le Grenelle de l’environnement et les négociations de Copenhague ont contribué à placer la question écologique au cœur des débats médiatiques. Cela n’a pas été sans influence sur les pratiques consuméristes, en témoignent les enseignes de distribution qui, les unes après les autres, se sont mises à investir ce créneau (produits biologiques et équitables de marque de distributeurs, indice carbone des produits, etc.) [Canu, 2011]. Le marché des télécommunications n’est pas en reste et promeut un ensemble d’innovations permettant aux consommateurs de maîtriser leur consommation énergétique. Ces outils, encore aujourd’hui peu diffusés, se présentent comme des « tableaux de bord » des usages et de leur traduction énergétique. Ils sont constitués d’un boîtier relié numériquement aux différents équipements électroniques et généralement au modem ADSL du domicile1.

3La Commission européenne assigne à ce type de dispositifs un rôle majeur dans la réduction des dépenses énergétiques2. Ce marché intéresse l’ensemble des acteurs de la sphère Internet (équipementiers, fournisseurs d’énergie, fournisseurs d’accès à Internet, fournisseurs de logiciels, Google et Microsoft ayant présenté leurs propres solutions).

4Sur quelle conception de la responsabilité repose cette politique écologique ? A-t-on besoin de faire référence à des valeurs morales de préservation de la nature pour obtenir un résultat probant ou bien le principe d’économie suffit-il pour atteindre l’objectif de bien commun fixé par la Commission européenne ?

  • 3 Cette analyse s’inscrit dans un programme de recherche dont je m’occupe au laboratoire SENSE d’Oran (...)
  • 4 On se reportera à l’ouvrage de Luc Boltanski et Laurent Thévenot pour la présentation d’un modèle r (...)

5Ce que montrent les premiers résultats d’une étude exploratoire3, c’est que le calcul coûts-avantages semble apparemment être un levier suffisant pour concilier économie et écologie. Mais une analyse plus approfondie des justifications avancées lors de l’enquête et des dispositifs apparaissant sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux, semble indiquer que les traces énergétiques peuvent aussi être le support d’autres valeurs4.

6Pour le percevoir, il faut tout d’abord reconnaître que le jugement moral s’effectue par réflexivité par rapport à des méta-préférences, y compris lorsqu’on effectue un calcul d’intérêts. Comme l’a mis en évidence Herbert Hirschman, « un goût dont vous discutez avec d’autres ou avec vous-même cesse ipso facto d’être un goût, il devient une valeur » [Hirschman, 1986, p. 93]. Mais la manière dont est envisagé ce recours aux valeurs peut être substantielle (dans le cadre de la rationalité économique standard), ou reposer sur des équipements et des procédures (dans le cadre d’une acception limitée de la rationalité). Ce que nous voudrions montrer dans cet article, c’est que la politique environnementale reposant sur des écoTICs, contrairement à ce que la logique des équivalents carbone pourrait laisser entendre, est davantage congruente avec une acception limitée de la rationalité, ce qui engendre une modification de nature du principe de responsabilité « prudentielle ».

7Nous procéderons en deux temps. Dans un premier temps, nous expliciterons ce changement de paradigme dans le principe de responsabilité ; puis dans un second temps, nous en tirerons les conséquences sur la manière d’atteindre le bien commun écologique.

Un changement de paradigme dans la rationalité de la responsabilité

De la rationalité substantielle à la rationalité limitée

8Plusieurs modèles de responsabilité sont apparus depuis le XVIIIe siècle, en fonction des nécessités sociales et des transformations contemporaines du droit. Ainsi François Ewald a montré que l’apparition de l’État providence s’est construit autour du droit social par un revirement de jurisprudence de la Cour de cassation lorsqu’il est apparu manifeste que le principe de responsabilité individuel du droit civil agir en bon père de famille ne permettait plus de réguler les accidents du travail issus de l’industrialisation [Ewald, 1986]. Les victimes des accidents – les ouvriers – n’ayant pas les moyens de les empêcher. Devant ces situations d’injustice, il devenait impérieux de substituer à la responsabilité pour faute (ou subjective), une responsabilité « pour risque » (ou objective).

9Dans les années 1990, de nombreux juristes ont suggéré une nouvelle transformation de la régulation par la mise en place d’un droit procédural inspiré de l’agir communicationnel habermasien [Lenoble, 1994]. Cette fois-ci, c’est la construction européenne qui en était le principal vecteur. L’Europe via des directives se contentait d’énoncer des principes moraux, les acteurs concernés, dans le respect des procédurales délibératives, donnaient un sens pratique à ces principes. Pour autant, un principe de responsabilité n’en chasse pas nécessairement un autre. Dans le travail de normalisation que nous avons étudié, par exemple, certaines décisions s’inscrivaient dans une logique « assurantielle » (prendre en charge collectivement des risques domestiques), d’autres répondaient à des prescriptions « prudentielles » (rendre explicite la nécessité d’un double verrouillage de sécurité avant l’utilisation d’un produit), tandis que l’ensemble des décisions étaient prises sous des contraintes délibératives s’apparentant à des mécanismes de procéduralisation [Kessous, 1997].

  • 5 Comme nous l’avons fait remarquer plus haut, on trouve les prémisses d’une telle approche prudentie (...)

10Une troisième façon d’envisager la responsabilité est illustrée par la promotion politique des éco-TICs. Cette fois-ci, ce n’est pas la prudence intrinsèque d’un homme moralement avisé, responsable individuellement des dommages qu’il crée, qui est le moteur de l’action, ni la collectivisation d’un risque objectif, mais un processus réflexif reconnaissant une capacité de traitement limitée de l’information par les individus. Comme l’a remarqué Herbert Simon dans les années 1970, lorsque l’information est abondante, la rareté se situe du côté de l’attention nécessaire pour la traiter [Simon, 1971]. Ce constat a donné naissance au concept d’économie de l’attention [Kessous, Mellet et Zouinar, 2010], selon lequel il est nécessaire pour que s’opère le jugement moral de faire prendre conscience aux individus de leurs actes par des dispositifs5.

Disperser les TIC dans l’environnement pour prêter attention à l’environnement

11Tentons de tirer les conséquences de ce changement de paradigme en termes de responsabilité. Un conflit traditionnel oppose les promoteurs des politiques préventives et de sanction. Les premiers raisonnent en situation d’incertitude (on ne connaît pas les états de nature futurs) ou de dépendance (les actions des individus sont régies par différentes contraintes sociales). Pour les seconds, la prévention ne peut être decorrélée de la sanction, les actions des individus étant intentionnelles.

12C’est parce qu’ils agissent en effectuant un calcul coût/avantage, qu’ils décideront ou non de transgresser une règle ou de prendre un risque (il faut pour cela qu’ils connaissent les différents états de nature). Le rôle de la sanction est de rendre compatible ce calcul rationnel individuel avec un équilibre social à atteindre. Cette modélisation par le calcul est notamment effectuée dans le cadre de l’analyse économique du droit.

13L’approche en termes de rationalité limitée permet de dépasser cette opposition entre prudence intentionnelle et dépendance sociale. Ainsi, on ne suppose plus que les individus savent en toute connaissance de cause qu’ils transgressent la règle commune. Mais, on ne part pas non plus de l’hypothèse préventive que les individus ne sont pas responsables de leur état. Si on attribue aux individus les capacités d’appréhender la règle et que l’on admet également qu’ils ne sont pas tous équipés de la même manière pour effectuer un jugement en raison, la politique préventive consiste à rétablir cet équilibre en déposant une information objective dans l’environnement sur laquelle les acteurs peuvent reposer leur jugement.

  • 6 On reconnaîtra certaines accointances entre cette approche et celle du care [Tronto, 2009].

14C’est le rôle assigné à la technique qui prescrit une conduite sociale reposant non pas sur le calcul rationnel de l’économie standard mais plutôt sur une forme d’action distribuée. Ce modèle n’est pas incompatible avec celui de la sanction, mais cette dernière n’intervient qu’en toute fin de processus, une fois que l’individu, rétablit dans ses capacités de jugement, demeure dans la transgression6. L’exemple des radars automatiques, qui sanctionnent, mais dont on informe au préalable de la présence, est une illustration de cette politique de responsabilité « prudentielle ». Mais les meilleurs exemples sont encore les panneaux informatifs situés sur les autoroutes qui informent les conducteurs de leurs vitesses excessives, du taux d’ozone dans l’air et de la vitesse recommandée, sans que ces dispositifs ne soient associés à des sanctions.

  • 7 Cette expérience réalisée dans les années 1920 visait à mesurer l’effet d’un meilleur éclairage des (...)

15Ces illustrations sont au cœur de l’approche de l’économie de l’attention de Richard Lanham [2006] qui parle « d’abîme théâtral ». C’est ainsi, dans l’exemple de Lanham, parce que les ouvrières se sentent observées dans l’expérience d’Hawthorne [Landsberger, 1958], qu’elles sont plus productives et non pas parce que l’intensité lumineuse est plus ou moins forte7.

16Les écobox dans les foyers répondent à une logique similaire. Ils donnent à voir la réalité d’une consommation énergétique – traduisible sous plusieurs registres dont le volet financier – devant inciter les consommateurs à une prise de conscience et une modification de leur comportement. Si la motivation première à l’entrée de ces équipements dans les foyers interrogés demeure la maîtrise du budget, l’effet de réflexivité produit des externalités qui débordent le cadre de la gestion des relations avec le fournisseur d’énergie. La mise en forme en temps réel de la consommation d’énergie, et parfois par type d’usages, permet des effets de surveillance latérale et d’imputation de responsabilité individuelle. C’est le cas dans l’enquête sur les écobox, lorsqu’un des enquêtés, sortant ses différents relevés, montre les surconsommations ayant lieu le mercredi après-midi et qui ne peuvent être l’œuvre que de son fils. On retrouve là un effet similaire à celui observé lors de l’introduction de la facture de consommation téléphonique détaillée, qui avait conduit la direction des télécommunications, en France, à effacer par défaut les quatre derniers chiffres des numéros composés.

  • 8 L’un des exemples cités lors de la présentation de ce travail au RT 11 de l’AFS est une campagne pr (...)

17Avec cette attribution des responsabilités individuelles, la gestion de la consommation énergétique bascule dans le collectif. Elle se heurte parfois à d’autres principes prescriptifs qui peuvent opposer parents et enfants, comme ceux véhiculés par l’école. Isabelle Garabuau-Moussaoui montre ainsi que le thème de la défense de la planète et de « la survie des ours blancs polaires »8 est pris à cœur par les enfants et les conduit à porter un jugement moral sur les pratiques de leurs parents, inversant par voie de conséquences le rapport de transmission éducatif [Garabuau-Moussaoui, 2011].

18Après avoir mis en évidence l’apparition d’un principe « prudentiel » reposant sur une acception limitée de la rationalité, tirons en les conséquences dans les conditions d’atteinte du bien commun écologique.

D’un bien local au bien commun : reconnaître et articuler une pluralité de valeurs

Un bien local : la facturation et la maîtrise du budget

19Commençons par discuter la portée politique du calcul pour aboutir au bien collectif. La logique des « équivalents carbones », bien qu’elle s’appuie également sur des dispositifs, a pour but d’inciter les consommateurs à adopter une posture de rationalité substantielle dans laquelle la dimension morale de l’action n’apparaît pas nécessaire pour prendre des décisions. La force du « marché au carbone » est justement de ne pas expliciter ce recours aux valeurs pour laisser fonctionner les mécanismes régulateurs du marché, le bien commun découlant de la compatibilité des choix individuels. Les autres logiques d’actions ont ainsi du mal à se faire entendre car la prescription de l’écologie à travers les équivalents carbones dessine un monde idéalement construit pour le calcul [Callon, 2009].

  • 9 Ces données de profils sont à prendre avec les précautions qui conviennent. Le nombre d’utilisateur (...)

20Que ce soit dans l’étude monographique portant sur les pratiques de consommation énergétique ou lors des entretiens portant sur les équipements métrologiques, la principale motivation à l’équipement en écobox et à la maîtrise énergétique demeure bien budgétaire. Les profils des porteurs d’écobox rencontrés, même s’ils ne sont pas sociologiquement représentatifs, sont unanimes sur ce point. La plupart des utilisateurs qui ont installés une écobox ont des compétences en informatique. Le côté technique de l’installation n’est pas quelque chose qui les rebute. Bien au contraire, ils le considèrent comme un élément de valorisation. Ces utilisateurs d’écobox sont habitués à tester de nouvelles innovations et à réévaluer en permanence leurs équipements informatiques. Sur ce marché en émergence, ils ressemblent par bien des aspects aux premiers clients de l’opérateur de télécoms alternatif Free9.

21Dans le marché de l’énergie, les profils rencontrés sont plutôt ceux de personnes ayant un sens commercial affuté. Ils ont franchi facilement l’étape de la souscription d’un abonnement à un fournisseur alternatif, en étant guidés par la recherche du meilleur équilibre coût/service. Pour la plupart d’entre eux, ils ont déjà à plusieurs reprises changé d’opérateurs de télécommunication. L’attachement au service public, que l’on peut encore voir chez certains clients âgés de France Télécom, même s’ils ont bien conscience que l’opérateur est désormais privé, leur est totalement étranger.

  • 10 Une directive européenne de 2009 (2009/72/CE) étudie le remplacement de 80 % des compteurs mécaniqu (...)

22Outre les questions tarifaires, qui ne s’avèrent pas nécessairement intéressantes tant que demeurent des prix régulés, les enquêtés mettent en avant une logique de consommation « au réel » et non plus calculée selon une estimation trimestrielle. Les écobox reliées à Internet sont donc un moyen de retirer, avant les autres, les bénéfices du « compteur intelligent »10. Les utilisateurs se perçoivent donc en avance de phase, en précurseurs en quelque sorte d’un marché en devenir.

  • 11 Site de l’opérateur Poewo : www.poweo.com/services/gestion-consommation/poweobox.html (vu le 27/02/ (...)

23On le voit, il est donc possible de décrire le monde des écobox en le calquant sur celui de l’Internet (même vocabulaire, même modalités d’appréhender l’économie des services, même discrimination entre les personnes qui détiennent des compétences techniques et celles qui en sont dépourvues). Le volet écologique, sans être absent des discours, ne surgit que lorsqu’il est en congruence avec un bénéfice perçu localement. C’est d’ailleurs sur ce registre que les fournisseurs d’énergie construisent leur argument commercial, comme dans l’exemple suivant : « Vous pouvez enfin comprendre et contrôler votre consommation d’électricité. Vous apprenez à faire le lien entre votre mode de vie et votre consommation pour un comportement plus responsable au quotidien, sans réduire votre confort »11. Mais alors, si le levier économique semble suffisant pour aboutir à une gestion responsable des ressources énergétiques, est-ce à dire qu’il n’y a aucune nécessité à mettre en œuvre une politique préventive de responsabilisation dans le but de modifier les comportements des individus ? Les traces énergétiques ne peuvent-elles pas équiper d’autres valeurs que celle du marché ?

La mesure du bien commun : concilier l’économie et l’écologie

24Si la question de la maîtrise énergétique avec les écobox devient collective, cette gestion ne déborde pas dans notre échantillon du cadre du foyer. Elle reste régie selon les règles de fonctionnement domestique dans lequel s’exerce l’autorité d’un ou des deux parents. Les écobox ne se substituent pas à une relation d’autorité défaillante. Elles sont un outil de maîtrise énergétique permettant d’équiper une prescription dans le cadre d’une relation éducative parent/enfant déjà construite. Les enfants, ayant connaissance que leur consommation énergétique va être suivie de près par leurs parents, seront mieux enclins à respecter les consignes délivrées par ces derniers (éteindre les radiateurs lorsqu’on sort, ne pas laisser les appareils électriques en mode veille, etc.). C’est l’effet d’abîme théâtral dont parle Lanham [2006].

25La prescription normative inscrite dans les objets a donc bien, sous les conditions d’une relation familiale non conflictuelle, des effets performatifs dans le cadre d’une économie de l’attention. Paradoxalement, cette connaissance intime des possibilités de surveillance latérale permises par les écoTICs, rend les adultes peu disposés à soumettre ces traces au contrôle d’un tiers. Pourtant, comme nous l’a expliqué un prestataire que nous avons rencontré, c’est dans la mutualisation des traces que se situe le gisement potentiel des services à valeur ajoutée. Cela permet notamment de mieux comprendre la consommation globale et donc de mieux optimiser la fourniture énergétique.

26En effet, il est bien connu des économistes de l’énergie que le coût marginal du kilowatt devient très important lors des pics de production, car l’énergie produite à ce moment-là provient essentiellement de centrales au charbon, avec un taux de rendement bien moindre que celui des centrales nucléaires, l’électricité étant un bien difficile à stocker.

27L’équipement des ménages en écobox est donc une étape intermédiaire à l’émergence d’un marché des services énergétiques. Les fournisseurs pourront ainsi délivrer par une rationalisation industrielle un service garanti à leur clients (par exemple, une température contractuelle lorsque les personnes rentrent du bureau) tout en optimisant les flux d’acheminement (par exemple, surchauffer en fin d’après-midi de manière à obtenir la température garantie le soir, en évitant ainsi les pics de production). Dans le même mouvement, ils optimiseront la production.

28Ce programme d’innovation que l’on voit en ligne de mire dans le secteur électrique se décline également sur les autres industries de réseaux (eau, gaz, chauffage urbain, etc.) et est rendu possible à la fois par l’électronisation des compteurs et la communication automatique des informations via Internet. Mais comment faire en sorte que le client accepte de transmettre ses traces, alors même que ses compétences techniques et son usage familial lui font prendre pleinement conscience de la part d’intimité qui par ce mouvement lui échappe ?

  • 12 On peut, en effet, facilement traduire ce cas d’école dans le cadre de la théorie principal/agent.
  • 13 Le modèle des économies de la grandeur distingue six constructions politiques – appelées cités – pe (...)
  • 14 Il convient donc de poursuivre les études empiriques sur les réseaux sociaux environnementaux pour (...)
  • 15 Les vélibs (à Paris) sont des vélos collectifs en libre-service, accessibles pour un coût modique.

29Bien que la réponse usuelle de l’économiste soit l’incitation financière12, une partie de la réponse est à chercher dans les ordres de grandeur non marchands13 [Godard, 2004, Latour, 1995, Thévenot et Lafaye, 1993]. Les études sur les sites de réseaux sociaux montrent, en effet, que l’un des ressorts de la mise en scène de soi est la quête de reconnaissance14 [Honneth, 2008]. Des applications vertes comme « I’m green » que l’on trouve sur Facebook utilisent le même levier. Cette application se présente sous la forme d’un flux de statuts où chaque participant indique « ce qu’il a fait pour la planète aujourd’hui » et sur lesquels, les autres personnes peuvent voter. Un autre exemple est celui des internautes qui postent sur un site de réseau social une photo d’eux-mêmes sur un vélib15 le jour où les autorités signalent un taux d’ozone trop élevé.

  • 16 C’est également une des fonctionnalités proposées par Google avec son gadget PowerMeter.
  • 17 L’expression « web 2.0 » désigne des plateformes relationnelles sur Internet sur lesquelles les per (...)
  • 18 La principale crise étant l’affaire Beacon du nom du programme de valorisation publicitaire permett (...)

30C’est autant sur ce volet de la reconnaissance par l’échange de traces, que sur celui de l’optimisation énergétique, que misent les forums des constructeurs de box dans lesquels ils proposent aux utilisateurs de comparer leurs consommations énergétiques à celles des autres16. Mais le partage d’informations sur soi, s’il est spontané, pose le même type de problème que celui que l’on trouve sur le Web 2.0 lorsque le fournisseur d’une plateforme privatise ces données dans le but de les valoriser monétairement17. Ces ressources délivrées pour se mesurer et se reconnaître peuvent-elles sans conflits devenir un actif stratégique d’un opérateur de service qui s’en saisit pour créer ainsi de la valeur ? Ne risque-t-il pas, par cette tentative, une crise de confiance comparable à celle qu’a connue Facebook en cherchant à valoriser son capital de traces dans le cadre de ses publicités sociales et qu’il connaît de nouveau en 2010 en modifiant les paramètres de confidentialité18 ?

Conclusion

31Par les équipements métrologiques, le libéralisme européen vise à faire prendre conscience aux citoyens de leurs actes et acquérir ainsi un comportement responsable, par une meilleure maîtrise de leurs consommations énergétiques et par voie de conséquence des émissions d’équivalents carbones. Le levier principal est la motivation économique, mais il nécessite aussi de reconnaître que les acteurs agissent dans le cadre d’une rationalité limitée. Le ressort de la motivation individuelle restant celui du calcul, il permet de préserver la représentation libérale d’une morale inscrite dans les capacités des personnes à se prendre en charge. Doit-on en conclure que le principe de responsabilité associé au calcul rationnel ainsi renouvelé est suffisant pour rendre compte des principes moraux et atteindre le bien commun ? La grandeur de l’écologie a cet intérêt qu’elle révèle des mises en équivalence dont les orientations ne peuvent se réduire au calcul monétaire.

32Une politique ambitieuse en termes d’écologie revient donc à reconnaître cette pluralité de valeurs et à tenter de les articuler dans un compromis. Comment s’appuyer sur les motivations à agir pour le bien commun qui porte davantage sur une quête de reconnaissance que sur la recherche d’un bénéfice personnel ? Il faut pour cela prémunir les personnes contre la privatisation de leurs traces et leur éventuelle marchandisation. Il faut également leur apporter les garanties nécessaires sur l’anonymisation de ces traces et sur l’impossibilité d’une surveillance au niveau de la personne ou du foyer. Cela implique en quelque sorte l’invention d’un service public des traces énergétiques ou d’un tiers apportant ces garanties.

33Cette évolution est possible, mais elle n’est pas dans l’ère du temps. Elle impliquerait de renoncer au fragile compromis entre une dynamique d’innovation par le marché et une visée écologique. Elle supposerait aussi de mettre en avant des grandeurs nettement moins visibles – car non mesurées nécessairement par des nombres – que celle véhiculée par la notion d’équivalent carbone. C’est pourtant une piste intéressante pour renouveler le principe de responsabilité morale en le détachant du calcul économique et en le faisant reposer sur d’autres valeurs sociales qui engagent également les personnes. 

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI, L. et THÉVENOT, L., 1991, De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

CALLON, M., 2009, « Civilizing Markets : Carbon Trading Between in Vitro and in Vivo Experiments », Accounting, Organizations and Society, 34, p. 535-548.

CANU, R., 2011, « Genèse d’un affichage environnemental, ou comment incarner une qualité et son consommateur », in S. Barrey et E. Kessous éds., Consommation et environnement, Paris, l’Harmattan, p. 91-109.

EWALD, F., 1986, « L’État providence », Paris, Grasset.

GARABUAU-MOUSSAOUI, 2011, « L’énergie est-elle un enjeu de pouvoir dans la famille ? », in S. Barrey et E. Kessous éds., Consommation et environnement, Paris, l’Harmattan, à paraître, p. 67-89.

GODARD, O., 2004, De la pluralité des ordres Les problèmes d’environnement et de développement durable à la lumière de la théorie de la justification, Géographie, Économie, Société, 6, p. 301-328.

HIRSCHMAN, A., 1986, Vers une économie politique élargie, Paris, Les éditions de minuit.

HONNETH, A., 2008, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf.

KESSOUS, E., 1997. « Le marché et la sécurité. La prévention des risques et la normalisation des qualités dans le marché unique européen », Paris, EHESS, 566 p.

KESSOUS, E., MELLET, K. et ZOUINAR, M., 2010, « L’Économie de l’attention : entre protection des ressources cognitives et extraction de la valeur », Sociologie du travail, 52/3, p. 359-373.

LANDSBERGER, H., 1958, « Hawthorne Revisited », Ithaca, New York, Cornell University.

LATOUR, B., 1995, « Moderniser ou écologiser ? A la recherche de la septième cité », Écologie politique, 13/5-27.

LANHAM, R. A., 2006, « The Economics of Attention », Chicago, University Chicago Press.

LENOBLE, J., 1994, Droit et communication. La transformation du droit contemporain, Paris, Les éditions du Cerf.

SIMON, H., 1971, « Designing Organizations for an Information-Rich World », M. Greenberger éd., Computers, Communications and the Public Interest, Baltimore, John Hopkins Press.

THÉVENOT, L. et LAFAYE, C., 1993, « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, 34/4, p. 495-524.

TRONTO, J., 2009, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La découverte.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un boîtier relié d’un côté à Internet, de l’autre au compteur électronique de l’installation électrique. Il permet de mesurer en temps réel sa consommation – et pour certains modèles par type d’usages (chaîne hifi, électroménager, etc.) – et de partager ses données avec d’autres Internautes dans le but d’effectuer des comparaisons. Nous utiliserons le terme « écobox » dans le reste du texte pour parler de ces outils de métrologie.

2 Source : Com (2009) 111 final. http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2009:0111:FIN:FR:PDF (vu le 01/07/2010).

3 Cette analyse s’inscrit dans un programme de recherche dont je m’occupe au laboratoire SENSE d’Orange labs qui explore les liens entre les TIC et le développement durable : la thèse en cours de Jacob Darmonni s’intéresse à la consommation durable de produits télécoms, le post-doc de Clara Lamireau porte sur la ville durable, le contrat d’apprentissage de Simon Nagel défriche la question du management durable (télétravail, mobilité verte, etc.). Cet article s’appuie sur une série d’entretiens de cadrage réalisés en 2009 auprès de responsables de solutions TIC-environnementales, sur des données issues d’entretiens exploratoires effectués par Jacob Darmonni sur les dispositifs de métrologie de la consommation énergétique, et sur un rapport de recherche monographique, non publié, réalisé par Moustafa Zouinar portant sur les pratiques de la consommation de l’énergie et de l’eau dans l’habitat d’une dizaine de foyers. L’étude des dispositifs de mesures est poursuivie en 2010 avec Moustafa Zouinar et Jacob Darmonni et donnera lieu à une publication spécifique.

4 On se reportera à l’ouvrage de Luc Boltanski et Laurent Thévenot pour la présentation d’un modèle recourant à une pluralité de valeurs [Boltanski et Thévenot, 1991].

5 Comme nous l’avons fait remarquer plus haut, on trouve les prémisses d’une telle approche prudentielle dans les dispositifs de normalisation.

6 On reconnaîtra certaines accointances entre cette approche et celle du care [Tronto, 2009].

7 Cette expérience réalisée dans les années 1920 visait à mesurer l’effet d’un meilleur éclairage des ateliers de production sur la productivité. Or, si la productivité des ouvrières augmentait effectivement lorsqu’on montait l’intensité lumineuse, elle augmentait également dans l’atelier témoin dans lequel aucun changement n’avait été réalisé.

8 L’un des exemples cités lors de la présentation de ce travail au RT 11 de l’AFS est une campagne préventive mettant en relation l’utilisation des véhicules automobiles et la mort des ours blancs. Cette campagne symbolique est parfois prise au premier degré par les enfants. Elle témoigne d’une forme de violence culpabilisatrice qui s’exerce sur eux dans le but d’une prescription normative indirecte sur leurs parents.

9 Ces données de profils sont à prendre avec les précautions qui conviennent. Le nombre d’utilisateurs interviewés dans l’enquête sur les écobox, recrutés sur des forums spécialisés, étant inférieur à dix. Moustafa Zouinar dans son étude sur les pratiques énergétiques a rencontré, quant à lui, une dizaine de foyers. Le but de notre propos n’est pas de décrire des situations stabilisées dans ce marché en émergence, mais de délivrer des pistes de réflexion pour un programme de recherche.

10 Une directive européenne de 2009 (2009/72/CE) étudie le remplacement de 80 % des compteurs mécaniques par des compteurs électroniques d’ici 2020. En France, 35 millions de compteurs sont concernés. Ces compteurs sont la porte d’entrée pour la construction d’un nouveau marché des services énergétiques à valeur ajoutée.

11 Site de l’opérateur Poewo : www.poweo.com/services/gestion-consommation/poweobox.html (vu le 27/02/10). Les passages soulignés le sont par le fournisseur d’énergie.

12 On peut, en effet, facilement traduire ce cas d’école dans le cadre de la théorie principal/agent.

13 Le modèle des économies de la grandeur distingue six constructions politiques – appelées cités – permettant aux individus de classer les choses et les personnes : les ordres domestique, marchand, inspiré, civique, industriel, de l’opinion [Boltanski et Thévenot, 1991]. Un débat a eu lieu ces dernières années pour savoir si les justifications écologiques construisaient une septième cité, ou si elles réactualisaient l’opposition classique entre culture et nature, à partir d’un compromis entre les six premiers ordres.

14 Il convient donc de poursuivre les études empiriques sur les réseaux sociaux environnementaux pour affirmer ou confirmer cette hypothèse des usages de la réflexivité par la reconnaissance.

15 Les vélibs (à Paris) sont des vélos collectifs en libre-service, accessibles pour un coût modique.

16 C’est également une des fonctionnalités proposées par Google avec son gadget PowerMeter.

17 L’expression « web 2.0 » désigne des plateformes relationnelles sur Internet sur lesquelles les personnes échangent des humeurs ou d’autres types de contenus avec d’autres personnes, en général sur invitation.

18 La principale crise étant l’affaire Beacon du nom du programme de valorisation publicitaire permettant au réseau d’amis d’un utilisateur de connaître les achats que ce dernier avait effectué sur des sites partenaires. Il faut reconnaître que le site de réseau social a su, à chaque expérience négative, réagir rapidement pour ne pas laisser la crise s’installer et perturber son développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Kessous, « Prêter attention à l’environnement »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1807

Haut de page

Auteur

Emmanuel Kessous

Chercheur en sociologie économique au centre de recherche et développement de France Télécom où il anime la communauté de recherche et d’expertise en sciences économiques et sociales. Il s’intéresse aux questions de confiance, de prédation des traces et de transformation des cercles du privé dans les univers numériques. Il travaille sur la notion d’Économie de l’attention (coauteur d’un article dans sociologie du travail, vol. 52-3/2010) et des rapports croisés du marché, de l’intimité et des données personnelles. Il prépare avec Sandrine Barrey un ouvrage collectif sur «la consommation et l’environnement», à paraître en 2011, aux éditions L’Harmattan.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search