Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1072e partie : Informations et consc...Les éco-TIC au service de la plan...

2e partie : Informations et consciences environnementales

Les éco-TIC au service de la planète ?

Entretien avec Gilles Berhault
Cédric Gossart

Notes de la rédaction

Gilles Berhault est Président du Comité 21 (le Comité français pour le développement durable) et d’ACIDD (Association communication et information pour le développement durable). Il copréside le cluster Green and Connected Cities dont l’Institut Telecom est membre. Il est auteur de Développement durable 2.0. L’Internet peut-il changer la planète ? (Édition de l’Aube). Il enseigne dans différentes écoles comme Arts et métiers Paristech, l’ENA, ou Grenoble École de Management.

Texte intégral

Propos recueillis par Cédric Gossart

Vous semblez convaincu que les TIC sont un outil majeur dans la mise en œuvre d’un développement durable, pourquoi ?

Bien utilisées, les TIC permettent de diminuer l’impact des activités humaines sur l’environnement, à l’ère de la ressource rare, des pollutions de l’air et de l’eau... L’humanité, au lieu de vivre des dividendes de la nature, consomme chaque jour une part de son capital naturel. On peut le regretter mais c’est un fait, et même un contexte de vie pour ceux qui naissent aujourd’hui.
Pour diminuer ces impacts, nous devons dématérialiser, diminuer les transports, passer d’urgence de l’économie de la possession à l’économie de l’usage. Les TIC ont un rôle à jouer, ne serait-ce que gérer des données en très grand nombre.
Bien au-delà des dimensions environnementales, les TIC sont aussi très stratégiques pour la préservation des équilibres sociaux, économiques et culturels qui définissent le développement durable.
Une approche collective reste à construire, en bonne gouvernance des territoires et en apprentissage de l’esprit critique vis-à-vis des médias et des technologies.

Concrètement, comment les TIC sont-elles utilisées par les différents acteurs (entreprises, villes, ONGs, pouvoirs publics...) pour atteindre un développement durable ?

Aujourd’hui les TIC sont utilisées à trois niveaux. Il s’agit d’abord de rendre plus intelligents les bâtiments, de mieux gérer les transports, de créer des réseaux d’énergie et de fluides plus efficaces.
Le deuxième niveau est celui de la collaboration, celui du faire ensemble, du « je fais si tu fais ». Nous sommes de plus en plus nombreux, l’impact individuel n’a de sens que ramené aux impacts collectifs. Le troisième niveau est celui du renforcement de la compétence et du pouvoir des individus, de l’empowerment. C’est aussi une question de démocratie. Les TIC permettent autant d’améliorer la gouvernance que de réduire les libertés, cela dépend de l’usage que l’on en fait.

Plus précisément, comment peut-on utiliser les TIC pour sensibiliser et éduquer à l’environnement et au développement durable ?

Le développement durable est par nature contributif. C’est pour cela que je parle de développement durable 2.0. La base de l’apprentissage consiste à regarder et écouter, pour partager et co-construire. C’est à mon sens ce que devrait être l’éducation au développement durable.
Ensuite, chacun a besoin de savoir accéder à une information fiable... et de maîtriser ses propres impacts environnementaux et sociaux (dont ceux qui sont liés à ses propres usages numériques). C’est une question de cohérence et d’apprentissage de ses responsabilités dès le plus jeune âge. Le chemin sera encore long. Les agendas 21 scolaires proposés par le Comité 21 sont à développer.

Les établissements d’enseignement supérieur peuvent contribuer à responsabiliser les citoyens, y compris en utilisant les TIC. L’Institut Télécom occupe une place de choix dans la formation des cadres français de secteur des télécoms. Comment peut-il participer à la mise en œuvre du développement durable en France ?

Le développement durable n’est pas une matière à apprendre. C’est une démarche transversale et une préoccupation quotidienne. Elle doit être présente à tous les niveaux de l’enseignement, mais aussi de l’organisation de nos écoles. Nous avons tous besoin de mieux comprendre la vision environnementale, économique, sociale et culturelle. À chaque instant s’inscrit une vision globale et transversale.
Dans un monde qui devient de plus en plus numérique, nos élèves devenus cadres pourront de plus en plus agir à tous les niveaux de responsabilité. Le monde sera de plus en plus numérique et en conscience des limites environnementales et sociales... Un vrai rôle stratégique pour les anciens élèves, tant pour les cadres que pour les ingénieurs et les chercheurs !

Les TIC semblent être un outil clé dans la responsabilisation des acteurs, notamment grâce à la diffusion d’informations sur Internet. Toutefois, les outils numériques nous permettent de filtrer les informations de manière tellement précise qu’on peut se demander s’ils ne risquent pas de nous enfermer dans des « cocons informationnels », pour reprendre l’expression de Cass Sunstein (voir la recension dans ce numéro de son livre Republic 2.0).

Le point de départ d’une démarche développement durable est l’information. Comment changer de comportement si ce n’est pas utile et mesurable ? C’est une question de résistance au changement propre à une grande partie de la société.
La question est : comment gérer la diversité informationnelle ? Il est plus confortable de se structurer autour d’une communauté qui partage les mêmes informations. Mais il y a un vrai risque de dérive que l’on pourrait qualifier de sectaire.
Même information partagée = mêmes comportements ? Je suis assez perplexe. Je n’y crois pas vraiment. Les frontières bougent très vite. On fait partie de plusieurs communautés en même temps... L’excès de zapping est aussi une défense contre la constitution de cocons. Cela renvoie aussi à la nécessité d’avoir une véritable éducation critique à la société de l’information dès le plus jeune âge.

  • 1 Développement durable 2.0, Éditions de L’Aube.
  • 2 Source : Rapport DETIC, www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/094000424.

Vous écrivez dans votre dernier livre1 que « Le passage à la vidéo comme langage quotidien sur Internet (...) est une aspiration de milliards de citoyens du XXIe siècle contre laquelle on ne peut rien » (p. 106). Eu égard à l’empreinte écologique grandissante du secteur, qui consomme déjà 14 % de l’électricité en France2, cette évolution vers le tout vidéo n’est-elle pas inquiétante ?

L’évolution vers le tout vidéo est à la fois positive et négative. C’est un véritable apport pour diminuer les transports grâce au développement des téléactivités, mais aussi de donner l’accès à l’éducation au plus grand nombre, y compris ceux qui ont des difficultés de lecture-écriture.
Les questions majeures posées sont celles de l’accessibilité technologique (très haut débit symétrique pour tous) et financière (injustices sociales), mais aussi des impacts environnementaux. La question est comment diminuer les consommations d’énergie des réseaux et comment ralentir l’obsolescence des machines. Il y a urgence à consacrer des fonds très importants au développement de technologies qui demandent moins de ressources face au nécessaire développement de la vidéo. C’est aussi une question de recherche. C’est aussi une question de modèle économique et de vision globale.
Des collectivités choisissent de créer des agences du numérique au même titre que l’eau ou l’énergie. Je suis convaincu que c’est une bonne piste. Le très haut débit est un service d’intérêt public.

  • 3 Voir www.educnet.education.fr/dossier/livrelec.

Pour la 3e année consécutive, le Salon du Livre 2010 a présenté l’espace « Lectures de dem@in » consacré à l’édition numérique et la lecture sur supports mobiles3. Le livre électronique peut-il être considéré comme une éco-TIC ?

J’ai plaisir à traîner chez un bouquiniste, à feuilleter des livres... Mais je n’imaginerais pas acheter un annuaire ou une encyclopédie imprimée sur du papier. Quand j’étudie un sujet, j’aime disposer du format électronique des livres pour faire des recherches qui seraient impossibles avec des livres classiques.
N’essayons pas de substituer. Parlons de plaisir. Tout comme la vidéo, le sens de l’histoire est celui du développement du livre électronique. Si je continue à croire au livre papier je n’oublie pas que c’est aussi une catastrophe environnementale et que les livres sont peu mutualisés. On oublie trop souvent l’intérêt des bibliothèques.
C’est une de mes contradictions. À part mes bandes dessinées qui sont très lues par les visiteurs à la maison. La plupart des livres ne sont lus que par une seule personne et certains ne sont même pas lus. Où sont les principes de mutualisation du développement durable ?
On ne peut pas dire que le livre électronique est une éco-TIC. Pour cela, il faudrait que les Kindle et autres iPad soient réellement écoconçus, aient une grande durée de vie et soient des objets mutualisés dans les usages. Nous n’y sommes pas encore.

Les conditions de travail dans les centres d’appel localisés à l’étranger, notamment au Maroc, montrent d’inquiétants phénomènes d’acculturation (interdiction de parler sa langue maternelle au bureau, changement de prénom...). On est assez loin de la fraternité du « village global » et la diversité culturelle associée à la globalisation de l’information...

Si nous devons nous méfier des utopies, de tout angélisme, ne nous interdisons pas de croire à un avenir meilleur. McLuhan nous a fait croire au village global ? Tant mieux. Je suis inquiet du pessimisme actuel des auteurs de science-fiction. Jules Verne faisait rêver à un monde meilleur. Faisons preuve d’imagination, et surtout les scientifiques.
Il est vrai que la question de l’acculturation est inquiétante comme celle de toutes les démarches qui visent à conditionner l’individu dans une fonction productive clonée. Cela va à l’inverse de ce que l’on appelle le « 2.0 ». Toute démarche de développement durable n’a de sens et ne peut être efficace qu’avec un renforcement de la qualité de vie. Évidemment, les TIC peuvent aider au servage moderne d’une société de consommation.
La société industrielle née à la fin du 19e a été destructrice des individualités et de la créativité. Nous sommes maintenant en face de choix fondamentaux sur tous les plans. C’est une question environnementale face aux risques de changements climatiques, mais aussi simplement une question humaine à 9 milliards d’habitants en 2050, sur des questions économiques et de solidarité. C’est cela le développement durable.

Haut de page

Notes

1 Développement durable 2.0, Éditions de L’Aube.

2 Source : Rapport DETIC, www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/094000424.

3 Voir www.educnet.education.fr/dossier/livrelec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Gossart, « Les éco-TIC au service de la planète ? »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1812

Haut de page

Auteur

Cédric Gossart

Délégué au développement durable de la direction scientifique de l’Institut Télécom.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search