Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1073e partie : Un outil pour le déve...Les technologies numériques de l’...

3e partie : Un outil pour le développement durable ?

Les technologies numériques de l’information et de la communication au service d’une agriculture durable ?

Christèle Dondeyne

Résumé

L’agriculture durable renvoie en réalité à des pratiques diverses. Les usages gestionnaires et commerciaux des TNIC se sont banalisés chez les agriculteurs, au même titre que dans d’autres secteurs d’activité. L’examen des usages strictement productifs des TNIC – élevage, semences – sont plus rares et peuvent être en partie apparentés à une agriculture conventionnelle raisonnée. L’utilisation d’un GPS peut conduire à la réduction des engrais utilisés et à une plus grande précision dans les semences. Mais les TNIC sont plus souvent associées à des opérations d’automatisation de l’alimentation en élevage et de rationalisation des procédures de traite. Les usages en agriculture biologique sont plus limités.

Haut de page

Texte intégral

1L’agriculture, confrontée à des problèmes économiques et environnementaux voit la durabilité de son modèle de développement remise en cause. La modernisation technique et économique de l’agriculture a conduit à un « système agro-industriel intensif » [Canevet, 2002]. L’ancienne économie paysanne a succombé. Le « modèle breton » est l’archétype de l’emballement productiviste qui a gagné l’agriculture.

2L’intensification de la production porcine et la spécialisation avilicole, maîtrisée par les paysans au milieu des années 1960, est contrôlée par l’industrie agroalimentaire après 1970. L’intensification de l’usage d’intrants industriels et la mise en place de bassins de production aux densités animales démesurées par rapport à la surface agricole disponible entraînent les rejets croissants de sels, métaux et pesticides et provoquent la dégradation de la qualité de l’eau. Les techniques agricoles considérées comme scientifiquement et économiquement fondées et progressistes, indicateurs par excellence d’une agriculture moderne, sont maintenant incriminées [Jollivet, 2007]. Exigences des consommateurs et impératifs de traçabilité [Cochoy, 2002] laissent dès lors entrevoir dans les TNIC des outils pour contrôler les effets des pratiques agricoles sur l’environnement.

  • 1 La loi Grenelle 2 vise à développer la certification environnementale des exploitations.

3Les agriculteurs eux-mêmes, pris dans la modernisation, entraînés dans la spécialisation et la professionnalisation du « métier d’agriculteur », ont participé de la « dépaysannisation » du métier. Face à la crise économique, le consensus moderniste précédent éclate, conduisant à de profondes et durables divergences syndicales. Les agriculteurs ont pour interlocuteurs les chercheurs, les administrations d’État, ou la préfecture, et doivent désormais faire avec les associations de défense de la nature [Candau, Ruault, 2005]. Les pouvoirs publics cherchent à promouvoir des démarches globales de gestion d’exploitation qui visent, au-delà du respect de la réglementation, à renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement et à en réduire les effets négatifs, sans remettre en cause la rentabilité économique des exploitations1. Terme équivoque dans ses usages par les représentants des agriculteurs, l’agriculture durable apparaît davantage comme un horizon des pratiques pointé tout à la fois par les institutions et les porte-parole de la société civile mobilisés pour l’environnement, que comme un modèle sur lequel s’accordent les agriculteurs eux-mêmes.

4Dans quelle mesure les technologies de l’information et de la communication (TNIC) peuvent-elles participer d’une agriculture durable ? Dans un premier temps, nous ferons le point sur la notion d’agriculture durable afin d’établir ses différentes significations et les enjeux de ses définitions pour les agriculteurs et leurs porte-parole. Dès lors, prenant acte de conceptions et de pratiques agricoles en tension sur le terrain, nous étudierons les usages des TNIC parmi les agriculteurs en nous appuyant sur les données d’une enquête exploratoire menée auprès d’agriculteurs finistériens.

5Les TNIC se développent-elles dans l’agriculture, et pour quels usages ? Considérant les usages des TNIC dans l’agriculture comme un analyseur des recompositions professionnelles, nous examinerons dans un second temps la prescription par des tiers et l’inscription dans des réseaux socioprofessionnels des usagers des TNIC. Peut-on repérer des usages des TNIC liés à des pratiques agricoles d’orientations diverses, et quelles sont leurs conditions de diffusion des TNIC ?

L’agriculture durable : des conceptions contrastées, des pratiques diversifiées

6Déclinaison du développement durable dans le champ de l’agriculture, l’agriculture durable est une notion pensée pour concilier dimension économique, sociale et écologique dans une perspective de long terme. Son appréhension s’avère complexe tant ses interprétations sont multiples et renvoient à des pratiques diverses sur le terrain. Mais un rapide examen en fait un révélateur des tensions entre des conceptions contrastées de l’agriculture. Agronomes et sociologues s’accordent sur la pluralité des acceptations possibles de ce terme.

7Du point de vue de l’agronomie, différentes acceptations de l’agriculture durable coexistent. Une première acceptation correspond à une agriculture qui assure la reproduction des systèmes de culture et d’élevage et des ressources naturelles sur lesquels ils se fondent. L’agriculture qui préserve les ressources naturelles peut correspondre à des formes d’activité très contrastées : une activité traditionnelle qui a fait ses preuves et peut être maintenue en l’état, mais également une agriculture productiviste éclairée ou raisonnée.

8Dans une seconde acceptation, le terme d’agriculture durable s’applique à une agriculture qui préserve l’environnement. Ne s’en tenant pas aux seuls facteurs liés à la production agricole – elle tient compte de la qualité de l’eau ou des effets sur l’érosion, la biodiversité – elle recherche une économie d’intrants. Il s’agit dès lors d’une agriculture que l’on peut qualifier de biologique et dont la durabilité est agri-environnementale. Enfin le terme de durable peut qualifier l’agriculture paysanne en mettant en avant la dimension sociale de la durabilité (Deffontaines, p. 137]. Si l’on se penche sur les conditions que doit remplir un agriculteur pour maintenir le « potentiel agricole », il apparaît que la réelle nouveauté est, davantage que la multiplicité des contraintes auxquelles il fait face, « l’obligation devant laquelle il est de négocier avec des partenaires nouveaux et divers » [Deffontaines, p. 138].

9Dans une perspective sociologique et en examinant le point de vue des acteurs qui se mobilisent pour défendre une conception de l’agriculture, la notion d’agriculture durable est l’objet de controverses vives. L’exemple des OGM est à ce titre emblématique. Pour les promoteurs, l’OGM est « LA solution scientifique aux contradictions politiques d’une agriculture [...] prise entre un modèle productiviste et les attentes environnementales et sociales » [Thomas et Bonneuil, 2002 p. 59]. Les promoteurs de ces plantes génétiquement modifiées les inscrivent, en effet, très rapidement dans une démarche de développement durable qui est défini eu égard aux exigences de compétitivité internationale. Les organisations militantes, quant à elles, pointent le manque de viabilité du mode d’agriculture véhiculé par les OGM sur le plan de l’environnement et sur le plan social, l’exode rural des petits exploitants ainsi que la perte d’autonomie vis-à-vis des industries de l’agrofourniture sont des thèmes que les militants anti-OGM ont en commun avec les promoteurs institutionnalisés de l’agriculture équitable [Brulé, 2009].

10Le développement durable fédère ainsi différents collectifs dans le champ agricole concernés par sa dimension environnementale et conduit à ce que des courants alternatifs, portés par différentes mouvances syndicales, tentent de se différencier sur le terrain de la qualité environnementale des modes de production : agriculture biologique, raisonnée, paysanne, de précision, et plus récemment un nouveau segment, l’agriculture de conservation. [Goulet, 2007, Pervanchon & Blouet, 2002].

11L’agriculture biologique a aussi ses détracteurs parmi les agriculteurs, qui l’associent à une stratégie commerciale. Ainsi les tenants de l’agriculture de conservation se targuent d’être plus écologiques en se donnant le sol comme objet professionnel central, et se distancient également de l’agriculture raisonnée, soumise aux logiques institutionnelles (État, syndicats et instituts de recherche) et industrielles (notamment phyto) [Goulet, 2007]. Derrière le beau slogan d’« agriculture intensivement verte », l’écart est de plus en plus grand entre les « différentes options de ‘développement’ : d’un côté, une « agriculture de proximité », de l’autre l’informatique embarquée et les OGM [Jollivet, 2007 p. 28].

12Dès lors, agriculture traditionnelle, agriculture productiviste raisonnée ou agriculture dite « de précision », agriculture biologique, agriculture paysanne, agriculture de conservation se revendiquent toutes d’un modèle de durabilité, mais différent grandement dans leurs pratiques. De plus, la certification de la production par des labels ne permet pas d’objectiver avec certitude des pratiques agricoles dans leurs rapports avec l’environnement. L’analyse d’une cinquantaine de cahiers des charges, choisis pour leur caractère officiel ou pour leur aspect environnemental, montre que la biodiversité (sauvage ou domestique) est actuellement peu prise en compte et peu valorisée dans les marques, labels, indications géographiques (AOC) ou certifications attribués à des productions de vins, fromages, fruits et légumes ou céréales et que les mesures de la biodiversité sont d’une grande hétérogénéité [Cavrois, 2009].

13Les organisations agricoles, syndicales et professionnelles, se distinguent selon les conceptions de l’agriculture qu’elles défendent, les orientations politiques pour certaines, et leur influence et leur pouvoir institutionnel. La FNSEA, syndicat majoritaire et doté de nombreux pouvoirs institutionnels, se veut être l’interlocuteur de l’État dans la définition des orientations de la politique agricole. Il a soutenu la modernisation de l’agriculture et la recherche de productivité et promeut aujourd’hui une « agriculture raisonnée ». Avec le CNJA, il fait des agriculteurs des « chefs d’entreprise » [Lagrave, 1993 ; Purseigle, 2006].

  • 2 Nous avons établir ce tableau récapitulatif sur la base des travaux de Marie-Rose Lagrave (1993) et (...)

14La Confédération Paysanne est un syndicat de lutte qui refuse la cogestion et milite aux côtés d’organisations politiques et syndicales altermondialistes (Sud, Attac, Via Campesina). Dénonçant le productivisme et luttant contre les OGM, elle défend les « paysans travailleurs » et prône une agriculture paysanne. Entre ces deux pôles extrêmes, le MODEF prend la défense des exploitants familiaux et la Coordination rurale a pour mots d’ordre la lutte contre la PAC, l’application d’une « exception agriculturelle » à l’OMC ainsi que l’agriculture durable, qui est en pratique une agriculture conventionnelle raisonnée. Outre les organisations syndicales, des organisations professionnelles se positionnent sur des conceptions de l’agriculture sans affichage politique officiel. Ainsi les agriculteurs biologistes sont organisés en structures départementales (GAB) et régionales (FRAB) et sont regroupés au niveau national (FNAB) et au niveau européen et mondial (IFOAM).2

  • 3 Résultats complémentaires : Apparentés FNSEA, 1,9% ; Divers, 1,4% ; Liste Union CP/MODEF, 0,8% ; Un (...)

*Source : Élections aux Chambres d’agriculture : résultats du collège chefs d’exploitation3

  • 4 Les enquêtés ont renseigné leur identité en indiquant leurs coordonnées, pour l’usage exclusif de l (...)

15Les données sont principalement issues d’entretiens qualitatifs réalisés par moi-même auprès d’agriculteurs biologiques finistériens et d’une enquête quantitative exploratoire auprès d’un échantillon de 139 agriculteurs finistériens, réalisée par des étudiants de Master 2 que nous avons coordonnés4. Nous avons cherché à avoir un échantillon d’agriculteurs dans divers modèles de qualification de l’agriculture, soit l’agriculture conventionnelle, raisonnée et biologique. Le « modèle breton » en agriculture constitue une antithèse de l’agriculture durable, quelle que soit la définition de la durabilité adoptée. Le Finistère constitue un terrain pertinent pour saisir les enjeux des recompositions professionnelles.

Structure des exploitations agricoles

Structure des exploitations agricoles

Source Agreste Enquête structure 2007

Résultats. Des TNIC qui se diffusent progressivement dans les pratiques agricoles

16L’acronyme TNIC correspond à des équipements et des usages extrêmement variés. Les logiciels de traitement de texte ou le courrier électronique sont désormais banalisés dans les usages privés et professionnels. Certains plus spécifiquement dédiés à des pratiques professionnelles sont répandus dans le domaine de la gestion, tels les logiciels de comptabilité. D’autres mobilisent des technologies qui peuvent se décliner en multiples applications spécialisées, comme le GPS, qui en agriculture sera adapté au traitement des données des parcelles. Enfin, une partie des équipements et des usages rapportés aux TNIC sont difficilement exportables en dehors de leur domaine strict d’application. Ils sont destinés à des usages précis et associés à des techniques de production, à l’exemple des robots de traite.

17Une majorité d’enquêtés disposent d’un ordinateur, voire d’un portable, ou de deux ordinateurs et plus, et d’une connexion ADSL. Un agriculteur sur dix, dans notre échantillon exploratoire, n’est pas du tout équipé. Les agriculteurs ayant les niveaux de diplômes les plus élevés et les exploitations de taille importante tendent à être plus équipés que les autres. Symétriquement, l’absence d’ordinateurs est caractéristique d’exploitations qui n’emploient pas de salariés et est plus souvent associée à l’absence de diplôme. Les trois quarts des agriculteurs utilisent très régulièrement un ordinateur à des fins professionnelles, tous les jours ou toutes les semaines. Les plus équipés l’utilisent quotidiennement. Les usages d’Internet se sont banalisés chez les agriculteurs comme pour la population dans son ensemble.

18Dans les exploitations, ce sont les opérations de gestion qui sont le plus souvent informatisées : la comptabilité, parfois les devis et la facturation, le suivi de la production et les fichiers clients. Les démarches administratives passent par Internet pour un agriculteur sur trois, mais le courrier postal reste le moyen d’échange le plus utilisé. Certains agriculteurs préfèrent se rendre à la banque tandis que d’autres règlent les opérations bancaires par courrier électronique. L’information sur la météo, les cours, les techniques, les règlements et les démarches administratives, les actualités du métier de manière générale se diffuse sur Internet, mais circule également par le bouche à oreille et se lit dans les journaux imprimés. Si les commandes aux fournisseurs passent de plus en plus par courrier électronique (25/135) ou se font en ligne via leurs sites (12/135), le fax n’est pas pour autant devenu obsolète (26/135), et plus des trois quarts continuent d’appeler les fournisseurs régulièrement au téléphone. Les résultats suivent les mêmes tendances pour les relations avec les clients. Chez les agriculteurs les plus informatisés, de nombreux échanges marchands et administratifs procèdent de supports numériques dès lors qu’ils relèvent d’obligations contractuelles ou réglementaires, ou s’appuient sur des accords tacites préalables. La « circulation d’information » bottom-up s’appuie de plus en plus sur les technologies numériques. L’éclaircissement de zones d’ombre dans l’activité, l’ajustement face à des imprévus, la négociation d’arrangements, les coordinations informelles procèdent régulièrement d’accords oraux en face à face ou par téléphone.

19Chez les utilisateurs réguliers, les TNIC ont en premier lieu permis d’améliorer l’organisation du travail et de gagner en temps et en efficacité :

  • « moins de stress et gain de temps », « outil rassurant et gain de temps »

  • « plus rapide et efficace », « simplifie le travail au quotidien », « gain de temps et informations plus accessibles », « améliorer l’efficacité du travail en restant dans l’exploitation », « les économies et gain de temps », « rapidité » ;

  • « on court moins », telles sont les expressions les plus souvent avancées pour décrire le changement. Le gain de temps est donc le principal argument pour dire la satisfaction de l’informatisation et d’Internet.

20En second lieu, c’est l’accès aux informations qui est mis en avant :

  • « recherche et se situer par rapport au prix du marché », « s’informer, se tenir au courant », « se faire connaître », « facilité d’accès à des informations » ;

  • « accès direct aux informations voulues ».

21Viennent ensuite les facilités de communication permises par les TNIC :

  • « moins de papier à remplir, la transmission au comptable est plus facile », facilite les « contacts avec les clients et fournisseurs, la communication avec les associés ».

22Enfin sont évoqués des usages spécifiques à l’activité agricole et à des opérations techniques plus précises (préparations phytosanitaires, alimentation des élevages) : « le suivi de la production », « la gestion de la production », le fait de ne pas être « obligé de se lever quand il y a des naissances »,

  • « la nuit, plus besoin de se lever », « la gestion des produits de traitements » ;

  • « mélange », « l’alimentation de l’élevage porcin ».

Les usages productifs des technologies numériques de l’information et de la communication

23Les robots de traite font partie des équipements les plus signalés, avec les colliers à puce. Quelques agriculteurs disent utiliser des caméras de surveillance pour le bétail. D’autres indiquent se servir d’automates de distribution « d’alimentation en soupe » pour la production porcine. Nous a également été signalé un équipement dédié au pesage des volailles. Outre les opérations relatives à l’alimentation, les agriculteurs sont également équipés de logiciels qui permettent de gérer les quantités journalières produites de lait, de porcs ainsi que le suivi de l’élevage et de l’équarrissage. Le suivi de la production végétale est également équipé par des TNIC consacrées aux activités de production de légumes. Les TNIC sont aussi au service des opérations d’arrosage, de chauffage, d’aération et de climatisation. S’ils indiquent la modernisation des exploitations agricoles, ces équipements n’impliquent pas une orientation spécifique vers une agriculture durable.

24Le GPS a commencé également à se diffuser dans l’échantillon finistérien (11 usagers parmi les 139 enquêtés). La traçabilité est également concernée avec le cahier de fertilisation.

25Examinons maintenant les caractéristiques des agriculteurs usagers de ces équipements.

Les conditions de diffusion des TNIC dans l’agriculture, parfois durable

26Les agriculteurs ne s’inscrivent pas aisément dans des typologies pour faciliter la tâche du sociologue. Les usagers intensifs des TNIC pour ce qui est de la production sont à la tête d’exploitations de taille et d’orientations agricoles diverses. Un point commun notable est qu’ils sont plusieurs à désirer transmettre leur exploitation à leurs enfants. En ce sens, les TNIC participent de la durabilité de l’exploitation. Certains ont engagé des démarches de certification abandonnées ensuite parce que trop contraignantes. Il est également remarquable que certains agriculteurs fassent un usage poussé des TNIC pour gérer leur production, mais moins pour ce qui est des échanges administratifs et commerciaux. L’usage des TNIC en ce domaine est en toute logique conditionné par les usages de l’entourage professionnel mais aussi par des relations de confiance qui font parfois défaut, l’échange direct restant plus sûr.

27Les agriculteurs usagers affirment avoir dans leur entourage des personnes qui l’utilisent également. Pour près de six agriculteurs sur dix, l’entourage apporte des conseils voire une aide réelle en matière d’informatique ou d’Internet (deux personnes sur dix). De même, c’est l’entourage qui est cité en premier quand est posée la question de l’apprentissage en matière d’équipement informatique et d’Internet. Les réfractaires à l’informatique avancent leur habitude de gérer sans informatique ou mettent en avant leurs difficultés de maîtrise de l’outil ou encore leur mauvaise expérience de l’usage d’un ordinateur. C’est aussi le fait d’avoir des enfants qui est souvent mis en avant, ainsi que la volonté « d’être ouvert sur le monde », « de vouloir être au fait de la technique », « de découvrir des techniques de travail », « de faire au mieux pour l’exploitation », ou encore de « prendre de l’avance », « se mettre à jour ». D’autres avancent des arguments plus précisément liés à des pratiques professionnelles, comme gérer la production, faire des commandes de produits de traitement, pour les inséminations artificielles, rester en contact avec les clients.

Les usages gestionnaires et productifs au service d’une agriculture conventionnelle raisonnée

28Nous avons repéré un ensemble de pratiques agricoles conventionnelles qui font un usage des TNIC aussi bien productifs que gestionnaires. Ces agriculteurs ont poursuivi leurs études au moins jusqu’au niveau de l’enseignement secondaire long, parfois supérieur court. La gestion de l’exploitation est informatisée, de même que la production. En revanche, les relations avec les partenaires commerciaux ou les fournisseurs, ou celles avec les administrations et les banques restent parfois gérées selon un mode traditionnel, même si la télédéclaration s’est répandue. Ces agriculteurs sont souvent membres de réseaux professionnels, qui passent par la FNSEA ou des formes de contractualisation avec des coopératives ou la grande distribution.

Une exploitation conventionnelle informatisée et signalée sur Internet

29Âgé de quarante-quatre ans, divorcé et père de quatre enfants, cet agriculteur a hérité de l’exploitation familiale. Il a poursuivi ses études jusqu’au baccalauréat technologique agricole. Son exploitation, qui a un statut d’EARL s’étend sur 65 hectares consacrés à la polyculture et à l’élevage. Il n’a pas d’associés mais emploie trois salariés.

30L’exploitation est équipée de trois ordinateurs, qui sont utilisés quotidiennement par lui-même et ses salariés. Il est informatisé depuis plus de dix ans. Il a appris tout seul en autodidacte parce qu’« au cas où il vaut mieux avoir ce moyen à disposition ». La comptabilité est informatisée, il fait ses déclarations en ligne et envoie tous les formulaires par la voie électronique

31(TVA, Urssaf, taxe foncière, impôt société...), de même que les échanges comptables avec la banque passent par Internet. Il est également abonné à des sites d’information agricole. Il est présent sur un site partagé, celui d’un groupement d’entreprise franchisé. La production et le suivi de la production, notamment l’alimentation du bétail sont également informatisés. Avec ses clients, il échange aussi bien par fax, par téléphone que par courrier électronique. En revanche, avec ses fournisseurs qui sont dans le département pour la plupart, il utilise rarement le courrier électronique. Non syndiqué, il a été certifié label rouge pendant une période mais ne l’est plus. Cet homme espère voir ses enfants lui succéder à la tête de l’exploitation, et il partage son activité avec eux.

32On trouve également des agriculteurs qui ont des usages exclusivement productifs des TNIC pour une agriculture conventionnelle.

Des agriculteurs conventionnels, qui utilisent les TNIC davantage pour la production que pour les échanges administratifs et commerciaux.

33Marié, âgé de 54 ans et père de deux enfants qu’il souhaite voir reprendre l’exploitation qui lui a été transmis par sa famille. Il a poursuivi ses études jusqu’au BTA (baccalauréat technologique agricole).

34L’exploitation en EURL de 42 hectares n’a ni salarié ni associé est consacrée à l’élevage laitier. La production n’est pas labellisée. Elle est équipée d’un ordinateur fixe et dispose de l’ADSL depuis plus de cinq ans. Il a appris l’informatique par une formation délivrée par la chambre d’agriculture. Les échanges avec les administrations procèdent du courrier classique, papier. Il préfère se rendre à la banque plutôt qu’échanger par courriel ou faire ses opérations à distance par Internet. Il vend sa production à la grande distribution, et les échanges se font plutôt par téléphone. Par contre il échange avec ses fournisseurs via Internet. L’alimentation du bétail est informatisée. Cet agriculteur est syndiqué à la FNSEA et se rend régulièrement à des réunions d’information.

35Père de trois enfants, âgé de 67 ans, titulaire d’un BEPA (brevet d’aptitude professionnelle agricole), l’exploitation transmise par ses parents dotée d’un statut d’EARL compte 38 hectares et est gérée par trois associés salariés. Dédiée à la polyculture et au polyélevage, elle est équipée d’un ordinateur avec un abonnement à Internet depuis sa reprise. Cet exploitant a appris l’informatique en autodidacte, et se satisfait des économies et du temps gagné. Son exploitation est sur les pages jaunes, où figure son adresse électronique. Les échanges avec les administrations, la banque, les fournisseurs, les coopératives auxquelles il vend sa production et les abattoirs ne se font pas par Internet. Il n’est pas labellisé. C’est pour l’alimentation du bétail que sont utilisées les TNIC.

Un exploitant en AOC syndiqué à la FNSEA usager des TNIC pour la gestion et la production

36Co-exploitant d’une exploitation de polyculture et polyélevage de 100 hectares qu’il a acquis sans héritage ni formation agricole, à quarante-deux ans il ne sait pas si ses jeunes enfants reprendront l’exploitation. Celle-ci est équipée de deux ordinateurs et connectée par ADSL, et l’ensemble de l’activité est informatisée ; l’utilisation du courrier électronique est banalisée, les déclarations (TVA, Urssaf, taxe foncière, impôt société) sont faites en ligne, la comptabilité, les relations avec les clients passent par Internet. Il consulte régulièrement les sites des administrations, des syndicats ou des sites d’informations générales. Avec la banque il utilise Internet mais continue de s’y rendre. La production, le suivi de la production, l’alimentation sont informatisés également. Syndiqué à la FNSEA, il est également en AOC. Les échanges relatifs au label en sont guère personnalisés et ne passent guère par Internet.

37Ainsi ce premier groupe d’agriculteurs peut être apparenté à une agriculture raisonnée. Ce modèle d’agriculture durable est lié à des incitations institutionnelles et des obligations à caractère réglementaire. Les usages des TNIC s’expliquent par la valorisation du modèle de l’entrepreneuriat, souvent associée à une affiliation à la FNSEA, et par la volonté de transmettre l’exploitation à ses enfants

Usages gestionnaires et productifs des TNIC au service d’une agriculture durable

38Les agriculteurs engagées dans une démarche d’agriculture raisonnée, certifiée par un label, parfois dénommé écolabel, voire en AB sont quelques-uns à utiliser les TNIC, soit « simplement » pour la gestion de l’exploitation, soit également pour la production.

39Célibataire, âgé de 49 ans, cet agriculteur a un BPA (baccalauréat professionnel agricole). Il dirige une EARL de 100 hectares de grandes cultures qui emploie un salarié. L’exploitation est équipée d’un ordinateur portable et connectée par l’ADSL. Elle est référencée sur Internet sur un annuaire professionnel. S’il utilise Internet pour communiquer avec ses différents partenaires (administrations, banque, coopératives, syndicat), il continue aussi de les rencontrer et d’envoyer des courriers. Il vend sa production à des coopératives, en France et à l’étranger. Il est certifié par un écolabel, mais n’entretient pas de relations personnalisées avec l’organisme et communique peu par Internet avec eux. Il est syndiqué à la confédération paysanne.

Un agriculteur bio syndiqué usager des TNIC pour la gestion et la production

40Âgé de 40 ans, père de deux enfants, et titulaire d’un BTSA (brevet de technicien supérieur agricole) il gère avec sa femme une EARL de 60 hectares. L’exploitation produit du lait biologique, elle est labellisée AB, et développe également une activité d’accueil pédagogique à la ferme. Les devis, la facturation et la comptabilité sont informatisés, et l’exploitation a son propre site Internet pour se faire connaître. Outre les recherches d’informations agricoles générales, il utilise Internet pour les contacts relatifs aux inséminations artificielles, et pour les relations avec les clients. Par contre, les relations avec la banque, les administrations ou le syndicat restent pour lui fondées sur des rencontres régulières. Le label est pour lui associé à la qualité et à l’identification du produit, au respect de l’environnement et la mise en valeur du terroir, et représente également une garantie pour le consommateur autant que des contraintes dans les techniques de production. Il est en contact régulier avec les associations bio associées au label, et est également syndiqué à la confédération paysanne.

L’agriculture biologique : les TNIC au service d’une communication institutionnelle

41Les agriculteurs biologiques rencontrés font un usage très limité des TNIC dans la production et les usages administratifs et commerciaux sont encore embryonnaires. La gestion administrative souvent manuelle procède par fax quand elle doit communiquer, et la commercialisation passe encore largement par une vente directe qui procède de relations de voisinage et du bouche-à-oreille. Le développement de la distribution par ce moyen reste encore faible.

Une ferme bio dans le Finistère. Le changement technique à la ferme est celui du portable

« Mais nous ici, on n’a pas Internet, on ne s’y met pas, on n’a pas le temps. Et puis c’est tellement poussiéreux ici que tout ce qui est électronique ça lâche.
Il n’y a pas Internet ?
Il n’y a pas Internet. On résout les problèmes, on fait les autruches, même au téléphone, on a du mal à répondre, c’est vraiment un coup de bol. Les techniques de communication nous... on a chacun un portable depuis un an, c’est bien déjà, ça a changé, ça a été une évolution appréciable.
Vous vous en servez pour quoi des portables ?
Ici, c’est pratique, pour nous c’est pratique, parce que « tu es où, tu fais quoi, untel recherche tel tracteur », c’est vachement pratique, mine de rien. Avant on faisait sans, on était juste deux à en avoir en privé, et puis après on a pris à trois, ça nous a bien rendu des services. Ou, on est embourbé dans tel champ, mine de rien c’est vachement utile. Des fois on s’appelle du bout du hangar en plus. »

Un militant du réseau FNAB. Les paysans « bio » peu familiers des TNIC.

(Vous avez un ordinateur j’imagine ?) « Oui, oui. Mais bon, je l’utilise à des fins professionnelles, j’utilise beaucoup ma messagerie, je suis assez peu sur Internet, pas assez sûrement. Et puis je pense que je fais partie de ceux qui utilisent le plus Internet parmi les paysans. On se rend compte qu’on a des difficultés à faire passer l’information par mail, déjà parce qu’on n’a pas d’adresse mail, ça veut dire qu’ils ne la donnent pas, qu’ils ne l’utilisent pas. Ce n’est pas encore suffisant, on a encore beaucoup de papiers pour passer l’information. Je ne pense pas que l’on soit les meilleurs en plus, les agri-managers sont bien meilleurs que nous pour utiliser ce moyen d’information. »
(Qu’est-ce que vous appelez les agri-managers ?) « C’est un terme que je trouve assez péjoratif, mais qu’aiment bien utiliser les industriels, enfin les producteurs industriels, les cochonniers en particulier, qui ne touchent plus jamais de la terre, ils se contentent de gérer leur entreprise dans leur bureau, on parle deux comme ça, les agri-managers.
Je sais qu’il y a des plans d’épandage qui sont gérés par GPS maintenant, ouais... c’est bien. C’est bien si ça permet de contrôler, de limiter un peu les quantités de lisier mises à côté de la ferme, c’est très bien. Moi, je ne suis pas dans ce truc-là. En bio ça doit aussi exister des paysans qui utilisent ce type de moyens pour gérer leur entreprise, notamment chez les céréaliers en particulier. Enfin je pense que ça doit largement dépendre du chiffre d’affaire que l’on réalise. Plus on réalise de chiffre d’affaires, plus on utilise ces techniques-là. Sur les vaches, peut-être que des grosses entreprises, des gros ateliers sont équipés aussi, je ne saurais pas dire. (...) Et puis en bio évidemment, ce n’est pas du tout adapté, parce qu’en général on n’épand pas d’azote, on épand du compost, du compost qui est... dont les teneurs en azote sont extrêmement limitées. Donc les bio ont du mal à remplir ces cahiers des charges là, et du coup certains d’entre eux ne répondent même pas aux exigences de ces contraintes liées à la PAC. »

42Dans l’agriculture biologique, Internet est utilisé pour la communication institutionnelle. Les organisations professionnelles telles les maisons de l’agriculture biologique, et le réseau de la fédération nationale de l’agriculture biologique ont toutes désormais leurs sites Internet et proposent des newsletters à leurs abonnés. Le militantisme au niveau local se heurte aux faibles moyens humains, et repose principalement sur du bénévolat via l’engagement associatif.

Conclusion

43Les raisons invoquées par les agriculteurs usagers pour décrire les bénéfices des usages d’outils informatiques et numériques ont peu à voir avec l’agriculture durable, mais beaucoup à l’efficacité du travail. Chez les agriculteurs conventionnels, les TNIC participent de l’efficacité de l’exploitation. Le projet de transmission de l’exploitation renforce la volonté de mise en conformité de l’exploitation avec les exigences d’efficience et conduit dès lors à développer les usages des TNIC. Les résultats confirment que les usages des TNIC sont liés à l’inscription dans des réseaux sociaux et professionnels. Une majorité des usagers intensifs sont syndiqués, ou bien affiliés à des groupements agricoles, commerciaux ou économiques et institutionnels ou pour le moins insérés dans des réseaux de fournisseurs et de clients qui les ont poussés à communiquer par courriel.

44Les agriculteurs utilisent les TNIC aussi bien pour des pratiques que l’on peut qualifier de conventionnelles à l’exemple des robots de traite, que pour des pratiques identifiables comme écologiques, à l’exemple de l’AB. D’autres sont labellisés et peuvent être associés à une orientation vers l’agriculture conventionnelle durable ou raisonnée, en s’en tenant à la définition et aux limites de l’agriculture durable données par le label. Des agriculteurs conventionnels raisonnés ou biologiques, méconnaissent les TNIC, à l’exception des outils tels que téléphone mobile qui n’ont rien de spécifique à l’agriculture.

45L’usage d’une technologie conduit à se conformer aux mesures intégrées dans l’outil. Mais la technologie n’est pas en soi garante d’une pratique. Seules les mesures peuvent servir à établir le degré de durabilité de l’agriculture pratiquée, à condition que cette durabilité soit définie précisément. Nous avons repéré des usages qui ont pour objectif de se conformer aux impératifs législatifs et maîtriser les usages des produits phytosanitaires. De ce point de vue, si les TNIC participent à l’établissement d’une agriculture raisonnée, c’est parce que l’usage de l’outil est associé aux obligations en matière de traçabilité qui tendent à s’imposer.

46Ces résultats obtenus dans le cadre d’une enquête exploratoire doivent être considérés comme provisoires et méritent des investigations supplémentaires. Une enquête quantitative permettrait d’établir la portée de ces usages des TNIC et la généralisation des conditions d’utilisation repérées.

Haut de page

Bibliographie

ABDELMALEK A.A. (1997). « Du territoire à la profession : identités agraires et changement social dans le Pays de Redon (Bretagne) », Ruralia, 1997-01.

AGGERI F., HATCHUEL A. (2003). « Ordres socio-économiques et polarisation de la recherche dans l’agriculture : pour une critique des rapports science/société », Sociologie du travail, 45, pp. 113-133.

ALARD V., BÉRANGER C., JOURNET M. (2002) (éds.). A la recherche d’une agriculture durable. Étude de systèmes herbagers économes en Bretagne, INRA éditions, Paris.

ALLAIRE G. (2002). « L’économie de la qualité, en ses secteurs, ses territoires et ses mythes », Géographie, Économie, Société, 4 (2), pp. 155-180.

BONNEUIL C., DEMEULENAERE E., THOMAS F. ET AL. (2006). Innover autrement ?, in Quelles variétés et semences pour des agricultures paysannes durables ? Les Dossiers de l’environnement de l’INRA (30), Paris, pp. 30-51.

BOULLIER, D. (2001). « Les conventions pour une appropriation durable des TIC. Utiliser un ordinateur et conduire une voiture », Sociologie du Travail, 3/2001, pp. 369-387

CANDAU J., RUAULT C. (2005). « Évolution des modèles professionnels en agriculture : scènes de débat, questions d’écologie et catégories de connaissances », Cahiers d’économie et sociologie rurales, n° 75.

CAVROIS A. (2009). Biodiversité & Signes de reconnaissance agricoles. Comité français de l’UICN, Paris, France.

COCHOY F. (2002). « Une petite histoire du client, ou la progressive normalisation du marché et de l’organisation », Sociologie du Travail, 44(3), pp. 357-380.

DARRÉ J.P. (1986). La production de connaissances dans les groupes locaux d’agriculteurs, Agriscope (7), pp. 24-29.

DEFFONTAINES J.-P. (2001). « Ressources naturelles et développement durable. Le point de vue d’un agronome », in M. Jollivet (éd.) Le développement durable, de l’utopie au concept, de nouveaux chantiers pour la recherche, Ed. Elsevier, coll. Nature sciences société, pp. 131-141.

GOULET F. (2008). « Des tensions épistémiques et professionnelles en agriculture », Revue d’anthropologie des connaissances, 2/2008, 2(2), pp. 291-310.

GRIGNON C. (1982). Professionnalisation et transformation de la hiérarchie sociale des agriculteurs. Économie rurale, n° 152, pp. 61-66.

HUBSCHER R., LAGRAVE R.-M. (1993). « Unité et pluralisme dans le syndicalisme agricole français. Un faux débat ». Annales. Économies, Sociétés, Civilisations 48(1), pp. 109-134.

JOLLIVET M. (2007). « La grande transformation de l’agriculture française sous l’œil du sociologue », Économie rurale 4/2007 (n° 300), pp. 26-29.

PERVANCHON F., BLOUET A. (2002). « Lexique des qualificatifs de l’agriculture », Le Courrier de l’environnement (45).

RÉMY J. (1987). « La crise de la professionnalisation en agriculture : les enjeux pour la lutte du contrôle du titre d’agriculteur », Sociologie du travail, 29(4), pp. 415-441.

SYLVANDER B. (2004), « Crédibilité et flexibilité de la certification », Économies et Sociétés, Série « Systèmes agroalimentaires », n° 26, 3/2004, pp. 471-487.

Haut de page

Notes

1 La loi Grenelle 2 vise à développer la certification environnementale des exploitations.

2 Nous avons établir ce tableau récapitulatif sur la base des travaux de Marie-Rose Lagrave (1993) et de François Purseigle (2006).

3 Résultats complémentaires : Apparentés FNSEA, 1,9% ; Divers, 1,4% ; Liste Union CP/MODEF, 0,8% ; Union FNSEA/Autres, 0,1%.

4 Les enquêtés ont renseigné leur identité en indiquant leurs coordonnées, pour l’usage exclusif de l’enquête avec la garantie de l’anonymat et de la confidentialité des données dans la diffusion des résultats. Nous ne rendons compte que des données (139 individus) pour lesquelles les identités ont été renseignées.

Haut de page

Table des illustrations

Légende *Source : Élections aux Chambres d’agriculture : résultats du collège chefs d’exploitation3
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1816/img-1.png
Fichier image/png, 387k
Titre Structure des exploitations agricoles
Légende Source Agreste Enquête structure 2007
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1816/img-2.png
Fichier image/png, 247k
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1816/img-3.png
Fichier image/png, 136k
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1816/img-4.png
Fichier image/png, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christèle Dondeyne, « Les technologies numériques de l’information et de la communication au service d’une agriculture durable ? »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1816 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1816

Haut de page

Auteur

Christèle Dondeyne

Maître de conférences en sociologie à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO, Brest). Ses travaux portent sur les relations marchandes et le travail du marché et s’inscrivent dans le domaine de la sociologie économique et de l’activité (Dondeyne C. (2002), « Professionnaliser le client : le travail du marché dans une entreprise de restauration collective », Sociologie du travail, n° 44, pp. 21-36). Elle étudie actuellement la construction du marché de l’agriculture biologique.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search