Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1073e partie : Un outil pour le déve...Les sites Internet des collectivi...

3e partie : Un outil pour le développement durable ?

Les sites Internet des collectivités territoriales

Une nouvelle communication dans les politiques de tri sélectif ?
David Huron et Grégory Spieth

Résumé

Cet article s’interroge sur la nature de l’information transmise sur le site Internet des collectivités territoriales françaises sur la politique de tri sélectif et leur traduction en termes de communication. Il s’agira entre autres de préciser le rôle du site Internet municipal dans la relation aux usagers en s’appuyant sur des travaux consacrés aux différentes approches théoriques de l’administration électronique. Pour illustrer le propos, une étude fondée sur des entretiens a été effectuée au sein des services de communication de quelques collectivités françaises de plus de 50 000 habitants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le déchet est défini comme tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisa (...)

1Au fil des dernières décennies, les enjeux économiques notamment dus à l’envolée des prix des matières premières ont placé les questions environnementales au centre des débats publics et ont conduit à une implication du politique toujours plus importante. Avec cent milliards de produits emballés vendus chaque année sur le territoire français, le déchet1 s’est imposé comme l’incarnation de ces questions écologiques auprès des citoyens et des administrations publiques. Son explosion quantitative depuis une trentaine d’années ne cesse d’en augmenter son coût, tant au niveau économique qu’environnemental et pousse les collectivités territoriales françaises à mettre en place des politiques en faveur du tri sélectif.

2En effet, les lois de décentralisation de 1982 mises en place par le gouvernement français ont renforcé les compétences des collectivités territoriales, notamment en ce qui concerne le ramassage et le traitement des déchets ménagers. En passant quotidiennement entre les mains de chacun, le déchet incarne donc la porte d’entrée, visible et accessible de la conscience durable et du geste écocitoyen. Aussi, si les pouvoirs publics ont en charge la gestion des déchets ménagers, la réussite de cette entreprise de revalorisation repose essentiellement sur l’adhésion et l’adoption par chacun de nouvelles pratiques domestiques. Cette considération de la gestion publique implique une nouvelle approche de la communication pour les collectivités territoriales, centrée sur l’adhésion du plus grand nombre de personne aux dispositifs de tri sélectif des déchets. Ces campagnes de communication et d’information à l’égard des administrés se sont multipliées afin de les inciter à trier, et depuis peu, à diminuer leur production de déchets. Néanmoins ces campagnes traditionnelles de communication, très ordonnancées, réalisées sur les consignes de tri ou de prévention, semblent avoir des impacts limités sur les changements de comportement des citoyens [Huron, Spieth, 2009].

  • 2 Le 9 février 2004, le Gouvernement dévoilait « Adele » qui s’appuie sur un plan stratégique pour l’ (...)

3Dans un contexte où des chantiers2 sont lancés, notamment dans le domaine de l’accessibilité à Internet et du développement d’une culture d’usage chez les citoyens, il y a lieu de s’interroger sur les nouvelles potentialités offertes par la modernisation des processus techniques de communication [Jaglin, 2002]. Les sites Internet des collectivités territoriales françaises appréhendés comme de nouveaux espaces de réactivité et d’instantanéité relationnelles, conduisent les administrations publiques à se questionner sur les enjeux de l’intégration du numérique dans les campagnes de communication sur les politiques de tri sélectif.

4Cet article se propose d’analyser les relations communicationnelles entre les usagers et les administrations sur les sites Internet de ces dernières, pour en comprendre leurs implications dans les politiques de tri sélectif des déchets. En d’autres termes ce travail s’efforcera d’analyser les modalités numériques de communication susceptibles de provoquer des modifications de comportements et d’attitudes durables et favorables au tri sélectif des déchets. Pour illustrer le propos, une étude de terrain fondée sur des entretiens, a été effectuée au sein des quelques services de communication des collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants auprès de l’administrateur du site Internet et du directeur de la communication. Dans une première partie, après avoir souligné les enjeux modernes de la communication publique sur les questions contemporaines des déchets ménagers, il conviendra de revenir sur les approches de la gestion de la relation au citoyen. Dans un second temps, il s’agira de synthétiser l’ensemble des résultats de l’enquête de terrain pour dresser un diagnostic de l’impact du numérique dans les campagnes de communication sur le tri sélectif des déchets.

Le tri sélectif, un nouveau rôle pour les citoyens

5Après cette présentation des enjeux de cette recherche, il convient d’effectuer un état des lieux des questions relatives à la gestion des déchets. Il convient d’évoquer les mesures politiques progressivement mises en place afin de répondre à cette situation. Ainsi, il est à constater le rôle déterminant du citoyen dans le traitement des déchets produits. C’est pourquoi, il est indispensable de déterminer et d’analyser les variables qui interviennent dans la communication sur le traitement du déchet une question complexe.

Le traitement des déchets : une obligation réglementaire pour les collectivités territoriales françaises

6La production moyenne de déchets par habitant a été multipliée par cinq au cours des trente dernières années en France. Cette croissance qui s’observe dans l’ensemble des pays industrialisés s’explique par la conjugaison de différents facteurs démographiques et techniques. Les pouvoirs publics, pour répondre à l’urgence de la gestion durable de nos détritus, ont instauré progressivement de nouvelles lois qui, en réglementant le traitement, ont établi des politiques de revalorisation et de prévention.

7Ainsi, à l’initiative du ministère de l’Environnement créé en 1971 par Georges Pompidou, la loi du 15 juillet 1975 spécifie les nouvelles responsabilités des collectivités en matière de traitement des déchets. Cette loi révise l’édit royal de Villers-Cotterêts datant de 1539 et ayant encore cours jusque-là. Cet édit établit la privatisation des déchets en rendant le producteur responsable du traitement de ses résidus. Il aura fallu attendre la loi de 1975 pour voir une redistribution des responsabilités et le passage de la prise en charge des déchets ménagers de la sphère privée à la sphère publique. La loi française a alors donné au secteur public les missions suivantes :

  • la réduction de la production et de la nocivité des déchets, en agissant notamment sur la fabrication et sur la distribution des produits ;

  • l’organisation du transport des déchets et sa limitation en distance et en volume ;

  • la valorisation des déchets par réemploi, le recyclage ou toute autre action visant à obtenir à partir des déchets des matériaux réutilisables ou de l’énergie ;

  • l’information du public sur les effets pour l’environnement et la santé publique des opérations de production et d’élimination des déchets ainsi que sur les mesures destinées à en prévenir ou à en compenser les effets préjudiciables.

8Cette approche réglementaire se traduit sur le terrain par des politiques de tri sélectif qui consistent à séparer les déchets en fonction de leur matériau de conception et à les orienter en perspective de réseaux de revalorisations distincts. Le tri permet ainsi de réduire l’utilisation de matières premières, d’économiser de l’énergie, et préserve l’environnement de diverses nuisances en évitant l’incinération et la mise en décharge, l’extraction polluante de certaines matières premières, etc. Ces récentes politiques de gestion contrôlées des déchets, et notamment leur revalorisation, sont tributaires d’une responsabilisation des particuliers. Le tri des déchets questionne désormais chaque jour la citoyenneté de l’individu, et l’invite à sa participation personnelle au projet collectif.

Le tri sélectif : une adhésion des citoyens impérative

9Longtemps tenu à l’écart de la question de la gestion des déchets, le citoyen est désormais invité à participer au projet collectif de la gestion durable de ses déchets dont il conditionne la réussite. Les contribuables deviennent des trieurs de déchets, invités par la collectivité locale à ne déposer dans la poubelle du tri que les seuls déchets d’emballages conformes aux consignes. Il s’agit pour le citoyen de contribuer à la production du bien collectif en souscrivant aux devoirs qu’implique le contrat moral qui le lie à l’espace où il habite. Avec la mise en place progressive de la collecte sélective, la porte s’est ouverte entre le territoire privé du particulier et l’espace public du citoyen. Cette approche confronte néanmoins le particulier, inscrit dans une posture individuelle d’indifférence et souhaitant se débarrasser le plus rapidement et simplement possible de ses déchets, au citoyen qui participe au projet collectif du tri.

10Ce mouvement contradictoire de la préservation prioritaire de l’espace privé au détriment de l’espace public, s’oppose à l’amorce d’une conscience et d’une action collective sur un territoire élargi [Bertolini, 1996]. La gestion aboutie de l’espace public est donc tributaire d’une participation écocitoyenne et présuppose l’adhésion d’une même réalité au projet collectif pour l’ensemble des parties prenantes. Il induit par la même, la connaissance des actions assignées par les pouvoirs publics. Ces visions éducative et informative traduisant la stratégie d’un territoire, ont conduit les collectivités territoriales et leurs partenaires à réaliser au cours de ces deux dernières décennies de vastes et nombreuses opérations de communication sur le tri sélectif. Il s’agit, entre autres, de renforcer le lien communicationnel entre les administrations et la société civile pour permettre au citoyen d’acquérir une culture structurée et raisonnée en matière d’environnement et d’en faire un acteur responsable.

La communication publique sur les déchets une approche complexe : entre information et pédagogie

  • 3 La loi du 12 avril 2000, relative aux droits des citoyens est venue s’ajouter aux dispositions de l (...)

11Le législateur, en se substituant au marché, oblige les collectivités territoriales et leurs émanations à communiquer3 sur leurs missions. La communication appliquée au tri sélectif des déchets peut revêtir des formes diverses et repose sur :

  • la notion de valeur de l’environnement en faisant connaître d’un point de vue scientifique et culturel la valeur patrimoniale de l’environnement (milieux naturels, paysages, terroirs, savoir-faire, architecture, etc.) et ses liens étroits avec l’activité humaine ;

  • la notion de civisme à l’égard de l’environnement en sensibilisant les citoyens à l’impact de leurs comportements sur l’environnement ;

  • la notion de responsabilité à l’égard de l’environnement en sensibilisant les citoyens aux inégalités devant l’environnement, au sein de nos sociétés.

12Les enjeux clairement affichés de ces politiques de communication sont centrés sur la volonté de modifier les comportements des habitants en matière de tri sélectif des déchets. Les études menées au sein des collectivités territoriales ont permis de souligner une constante [Huron, Spieth, 2009]. La transmission d’un maximum d’informations techniques et pratiques sur la collecte sélective à destination des usagers constitue une priorité. Ainsi, les pouvoirs publics tentent d’éduquer par l’information le citoyen au « geste juste ». Les consignes de tri ou de prévention sont prescrites telles des instructions à respecter. Les discours qui sont adressés ne tendent pas à responsabiliser le citoyen. Pourtant, il s’agit bien de responsabiliser les particuliers face aux problèmes associés à la production de déchets et d’obtenir d’eux qu’ils participent au projet collectif. Le choix du support de communication le plus représentatif corrobore cette idée.

13En effet, le tract, sous des applications multiples, reprend les informations techniques et pratiques essentielles et illustre une conception descendante et hiérarchique de la communication. La gestion des déchets ne confronte pas le citoyen à une réalité identique à celle du politique ou du technocrate. Aussi, il semble intéressant de questionner son degré d’implication dans la conception de la communication sur la gestion des déchets et notamment de soulever ce qui semble permettre une meilleure adhésion de sa part. L’introduction d’une rétroaction permise par la généralisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans les démarches de communication constitue une prémisse de la co-construction dans le processus de décision [Huron, Spindler, 2008]. Ainsi, les TIC semblent permettre, via des outils tels que les espaces de concertations numériques (chats et forums) de récolter plus rapidement de l’information.

Les sites Internet institutionnels : de l’information des citoyens à la co-construction de la communication

14Un portail Internet permet à chaque habitant, d’accéder, via un point d’entrée unique et sécurisé, à un bouquet de services numériques. Il permet d’offrir à chacun des habitants, un accès simple et rapide à travers les réseaux à l’ensemble des services numériques de la collectivité. L’utilisation des sites Internet dans la communication publique trouve ses applications dans l’e-administration qui désigne l’ensemble du processus lié aux transmissions de données sous forme numérique et recouvre un large éventail de services, d’applications, de technologies et d’équipements, qui sont au centre d’une profonde transformation du travail administratif [Braun, 2004]. Cette deuxième partie tentera d’analyser l’impact de la dématérialisation de l’information permise par Internet dans les campagnes de communication sur le tri sélectif. Il sera également question de la modification des rapports entre l’administration et les citoyens.

La dématérialisation de l’information publique

15Le manque d’informations qui concernent les campagnes de tri sélectif semble poser un problème dans la cohérence des actions publiques. L’administré est informé sur les déchets recyclés et ceux qui ne le sont pas. Il ignore néanmoins le plus souvent les raisons pour lesquelles tel déchet est recyclable et tel autre ne l’est pas. Ainsi, rendre compte de l’ensemble de la chaîne de revalorisation des déchets, clairement exprimé, n’équivaut pas à une complication, mais à un éclairage des comportements demandés. Pour les administrations publiques, produire une multitude d’informations fiables sur le tri sélectif et les mettre en ligne constitue la première étape dans la création de nouvelles relations numériques avec les écocitoyens. Cette première vague d’implantation consiste à numériser l’information et à la rendre accessible sur Internet, afin d’améliorer les prestations de services aux habitants (flux RSS, newsletter, FAQ, etc.).

16Il s’agit d’offrir un point d’entrée vers les services publics administratifs pour permettre une consultation de l’information publique quotidienne, une actualisation de la connaissance des démarches et des changements administratifs. Certains biens et services se « virtualisent », en ce sens que le prestataire fournit une simulation, restituant la seule information associée au service, et non plus le service lui-même. Il s’agit, par exemple, de logiciels proposant des visites virtuelles en ligne de sites de traitement des déchets. L’un des principaux avantages des services en ligne par rapport aux services traditionnels de type comptoir est d’éviter aux usagers de se déplacer pour accéder à de l’information officielle. Ils n’occasionnent pas d’attente et la majorité de leurs fonctionnalités sont accessibles de jour comme de nuit au-delà des heures d’ouverture des bureaux (24 heures sur 24 et 7 jours sur 7).

17Les bénéfices attendus pour l’organisation sont de décongestionner les autres canaux de diffusion et de communication (par exemple, les services téléphoniques ou les services au comptoir) ainsi que la réduction de la charge de travail du front office qui est souvent sollicité pour des informations courantes. Cette nouvelle possibilité non seulement simplifie, mais surtout accélère les modalités d’accès aux documents administratifs sur le tri sélectif. Il semble qu’en facilitant l’accès et la diffusion de l’information, Internet soit susceptible d’aider les internautes à devenir ces citoyens, éclairés et à même de comprendre les enjeux de la cité qu’une démocratie vivante suppose [Vedel, 2003].

18Le développement des espaces numériques impose une nouvelle circulation de l’information, qui devient l’objet central du travail et du lien entre les administrations, les services et les usagers. En effet, l’information médiatisée se diffuse aussi bien horizontalement que verticalement sans se soucier des étapes intermédiaires. Le faible coût d’usage des réseaux numériques et leur capacité à supporter des échanges informationnels intenses permettent de mettre en œuvre un suivi beaucoup plus transparent des modalités de décision et d’action de la puissance publique sur les politiques d’assainissement.

Internet : vers l’interaction de la communication

19Les communications réalisées sur le tri sélectif s’assimilent fréquemment à une véritable éducation, une prescription du « bon geste » et la proscription du « mauvais geste ». Cette forme de communication revêt un aspect infantilisant qui va à l’encontre de la responsabilisation souhaitée du citoyen. Cela ne signifie pas qu’informer ou argumenter ne servent à rien. L’information et l’argumentation permettent incontestablement au fil du temps de modifier les savoirs, les idées, les attitudes et même de provoquer de réelles prises de conscience. L’information et l’argumentation sont donc nécessaires, mais non suffisantes.

20S’agissant de peser sur les comportements écocitoyens et pas uniquement sur les idées et les connaissances, les démarches d’interactions numériques qui reposent sur la notion d’engagement semblent renouveler les approches communicationnelles sur le tri sélectif des déchets. Un réseau connecté à Internet n’a pas de service minimum. En effet, presque tous les réseaux permettent d’échanger des messages, de transférer des fichiers, avec les mêmes moyens et la même facturation. Le développement et l’usage des moyens électroniques de communication s’est imposé au fil des années comme un outil de communication incontournable dans les administrations publiques. Sur un plan théorique, les espaces numériques réactualisent un débat sur l’interactivité, qui a connu une première vague d’intérêt autour des systèmes dit « interactifs » d’aide à la décision. Mais les discours sur la relation en ligne ont considérablement affadi le concept, en qualifiant les médias numériques d’interactifs par définition.

21En effet, selon Licklider et Taylor [1968], la communication est interactive. Non seulement, l’information y est échangée, mais la communication permet également l’émergence de nouvelles idées dans un processus créatif [Malhorta, Rogers, 2000]. Yildiz [2002] parle d’un nouveau modèle de communication sur Internet remettant en cause le modèle linéaire puisque le récepteur ne subit pas l’information qu’il reçoit. Au contraire, il participe activement à la construction de l’information émise. La communication est « multidimensionnelle » puisque l’internaute peut à la fois utiliser Internet pour s’informer, mais aussi pour communiquer à une, voire plusieurs personnes sans limites d’espace et de temps. La partie de la relation en ligne qui consiste en un simple échange d’informations (par exemple, le recueil de l’adresse e-mail du visiteur, ou l’utilisation par ce dernier d’une rubrique « FAQ, Frequently Asked Questions ») relèvent de capacités conversationnelles, et non d’une gestion explicite d’une structuration progressive des préférences et des choix de l’internaute [Stenger, 1993]. Il convient alors de distinguer, dans un programme interactif, ce qui régit le protocole de communication entre, d’une part, l’utilisateur et la machine et, d’autre part, entre l’utilisateur et l’administration. Cette dernière n’est souvent présente qu’en tant qu’autorité organisatrice simulant une situation interactive de communication. Le caractère intentionnel de l’interactivité constitue alors une dimension distinctive. C’est sur cette dichotomie (fonctionnelle/ intentionnelle) que repose une grande partie des définitions de l’interactivité dans les relations homme-machine. Elle a l’intérêt de placer le support, l’outil au milieu du schéma de communication, en tant que moyen (ou média), en soulignant qu’il peut jouer un rôle spécifique dans les messages transmis par les citoyens. Cette conception sous-entend que la technologie n’est pas neutre et intervient dans le processus de communication sur le tri sélectif des déchets.

22Pour les décideurs publics locaux confrontés à la complexité de la gestion publique locale – imposant de prendre en considération un certain nombre de particularismes comme la proximité citoyenne, les besoins de réactivité, etc. –, cette nouvelle conception de l’interaction jette les bases de la mise en place d’une campagne de communication « virtuelle » personnalisée et collaborative. Ainsi, les espaces numériques permettent d’entreprendre une profonde réforme des principes de gouvernance de la décision publique en travaillant notamment sur l’impact de la participation numérique des citoyens comme outil d’efficience de la gestion communale et de création de connaissances et de compétences pour les organisations publiques.

Internet pour assurer les conditions de la participation de l’ensemble des publics

23L’analyse des campagnes de communication traditionnelles de tri sélectif des déchets semble montrer qu’elles sont souvent définies par le technocrate, qui oublie d’inclure des réflexions issues des éventuels débat avec les citoyens. Ces communications, qui sont adressées aux administrés, ne favorisent pas la responsabilisation et rencontrent des fortunes diverses dans l’acquisition des bonnes pratiques écologiques. De plus, l’opacité qui les entoure contribue à un nombre élevé d’erreurs de tri.

24Ainsi, Il faut s’assurer par l’intégration du numérique que les compétences, les savoirs de chacun, quelles que soient sa situation et ses origines, soient reconnus et que tous soient associés au débat et à la recherche de solutions si l’on veut que celles-ci assurent un progrès à l’ensemble des citoyens. Chacun doit être acteur dans la conception des campagnes de communication sur le tri sélectif des déchets, et non, comme il est trop souvent présenté, seulement le destinataire de politiques publiques.

25Aussi, c’est la modalité de communication participative cristallisée par Internet, qui semble offrir les meilleures perspectives pour améliorer les comportements de tri des citoyens. L’ensemble de ces remarques insiste sur la dimension collective, voire communautaire, de l’opération de communication participative numérique et, in fine, de l’adoption des comportements de tri adéquats. La participation à l’initiation et à la prise de décision est aussi selon certains auteurs la caractéristique organisationnelle la plus décisive dans l’implication de l’individu [Mowday, Porter et Steers, 1982].

26Pour que la relation soit acceptable pour les parties prenantes, l’écart entre les promesses communicatives faites par la collectivité et le niveau d’attente des citoyens ne doit pas faire l’objet d’un décalage [Hetzel, 1999]. Pour posséder des informations sur le ressenti de la population, il est nécessaire de mettre en œuvre une démarche évaluative concernant la stratégie de communication choisie. Les outils numériques semblent donc au cœur des campagnes sur le tri sélectif. Néanmoins, leur analyse en révèle la complexité. Si l’implantation des procédures numériques de communication est arrivée aujourd’hui à une phase de maturité, les résultats des travaux de recherches sur l’efficacité des technologies sont encore contradictoires.

Conclusion

27Actuellement, la communication sur les politiques de tri sélectif possède ses propres spécificités qui se centrent plus sur l’administré que sur le citoyen [Kerrouche, 2004]. Ce constat se traduit par une communication à caractère informatif et non co-construite. Le constat est d’abord celui d’une certaine complexité à « faire passer le message », qui se traduit par des difficultés d’accès à une information claire et compréhensible pour tous les publics Un second constat est celui d’une relative inefficacité d’un savoir « à inculquer ». Ce qui doit donc être étudié, c’est un processus de co-construction, un savoir commun, issu de l’expérience et des apprentissages de chacun et validé par tous permettant de mettre en relation et d’articuler les savoirs que chacun apportera à la connaissance commune.

28Dès lors, Internet doit être utilisé pour accompagner la mise en place de la collecte sélective des informations et assurer un relais entre les administrés et les pouvoirs publics. Il semble possible de former de façon efficiente (c’est-à-dire en produisant des résultats tangibles et durables au niveau des comportements) des citoyens aux pratiques de l’écocitoyenneté, moyennant le respect de certaines conditions fondées sur la reconnaissance mutuelle de la capacité de chacun à produire, à partir d’expériences et d’apprentissages, une pensée réfléchie.

29La communication numérique sur le tri sélectif concerne donc deux dimensions essentielles : culturelle et démocratique. La dimension culturelle, les changements de comportements, d’habitudes, de façon de faire, concernent l’ensemble des catégories sociales et des fonctions de production, distribution, consommation. La dimension démocratique, les modes de gestion et de décision sont aussi à transformer afin que chacun soit associé, consulté, écouté en amont des projets, au cours de leur réalisation et pour leur évaluation.

Haut de page

Bibliographie

BERTOLINI G. (1996). Déchet, mode d’emploi, Économica.

BRAUN G. (2004). Pour une administration électronique au service du citoyen. Paris, Les Rapports du Sénat n° 402.

HETZEL P. (1999). « Le marketing des villes : concept éphémère à la mode ou tendance de fond pour repenser la relation entre élus et citoyens ? », In : LE DUFF R., RIGAL J.-J. Eds., Maire, entrepreneurs, emploi. Paris : Dalloz, pp. 318-326.

HURON D., SPIETH G. (2009). « Communication intercommunale : entre construction d’image du territoire et modification du comportement des usagers », Communication & Organisation, n° 35, décembre, pp. 113-122.

HURON D., SPINDLER J. (2008). « L’évaluation des politiques publiques locales : la régulation par le citoyen ? », In : HURON D., SPINDLER J. Eds., Le management public en mutation, Paris : L’Harmattan, pp. 291-306.

JAGLIN S. (2002). « La participation au service du néolibéralisme ? Les usagers dans les services d’eau en Afrique subsaharienne », communication au colloque international Gestion de proximité et démocratie participative : les « nouveaux » paradigmes de l’action publique ?, Paris, 27-28 septembre 2002.

KERROUCHE E. (2004). « Le lien manquant. Quelques réflexions sur les problèmes démocratiques des intercommunalités à la française », In : LE DUFF R., RIGAL J.-J. Eds., Démocratie et management local, Paris : Dalloz, pp. 371-392.

LICKLIDER J., TAYLOR R. (1968). The Computer as a Communication Device. Science and society, April, https://www.ais.org/~jrh/licklider/computer-as-communications-device.html.

MACINTOSH A. (2004). « Characterizing E-Participation in Policy-Making », International Teledemocracy Centre ». [Version électronique], In 37e Conférence Internationale sur les sciences des systèmes, Hawaï, 5-8 janvier 2004.

MALHORTA S., ROGERS E., (2000) .« Computers as Communication : the Rise of Digital Democracy », In : HACKER K.L., DIJK L.V. Eds., Digital democracy : issues of theory and practice, London : Sage, pp. 10-29.

VEDEL T. (2003). « L’idée de démocratie électronique : origines, visions, questions », In : PERRINEAU P. Ed., Le désenchantement démocratique, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube, pp. 243-266.

YILDIZ H. (2002). « Internet : un nouvel outil de communication multidimensionnel », In : SERFATY V. Ed., L’Internet en politique, des États-Unis à l’Europe, Strasbourg : Éditions PUS, pp. 275-290.

Haut de page

Notes

1 Le déchet est défini comme tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance ou matériau, produit ou plus généralement tout bien meublé ou abandonné, ou que son détenteur destine à l’abandon. J.O. du, 16 juillet 1976.

2 Le 9 février 2004, le Gouvernement dévoilait « Adele » qui s’appuie sur un plan stratégique pour l’administration électronique (Psae) et un plan d’action (P2ae) associé, tous deux élaborés par l’Agence de l’administration électronique (Adae). Adele prévoit de nouveaux services aux usagers, disponibles via le site Mon.service-public.fr, mais aussi, via les sites des collectivités locales. Les 140 mesures d’Adele concernent également les entreprises, les collectivités locales, les échanges entre les administrations et la conduite du changement. L’objectif global est de dématérialiser les deux tiers des échanges entre usagers et administrations.

3 La loi du 12 avril 2000, relative aux droits des citoyens est venue s’ajouter aux dispositions de la loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Huron et Grégory Spieth, « Les sites Internet des collectivités territoriales »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1818

Haut de page

Auteurs

David Huron

Maître de conférences en Sciences de gestion à l’université Nice Sophia-Antipolis (IAE de Nice). Il est membre du CRIFP (EA 1195), directeur du Master 2 Management public et a publié plusieurs ouvrages sur le management public, huron@unice.fr.

Grégory Spieth

Enseignant-chercheur à l’université Nice Sophia- Antipolis (IAE de Nice). Titulaire d’un master 2 Recherche en sciences de gestion, il est membre du CRIFP (EA 1195). Son champ principal de recherche porte sur les TIC et les collectivités territoriales, spiethgregory@hotmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search