Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1073e partie : Un outil pour le déve...De l’usage des TIC dans les quart...

3e partie : Un outil pour le développement durable ?

De l’usage des TIC dans les quartiers défavorisés : de Paris à Rio

Entretien avec Hélène Pétry
Cédric Gossart

Texte intégral

Propos recueillis par Cédric Gossart

Les jeunes des quartiers défavorisés de Paris et de Rio de Janeiro sont-ils victimes de la « fracture numérique » ?

Il existe des inégalités d’accès et d’usage des TIC (principalement Internet) en fonction de certaines caractéristiques des populations. Le principal facteur d’inégalité est le niveau de revenus. On peut donc s’attendre à ce que dans des quartiers pauvres, les jeunes soient désavantagés en termes de TNIC, encore plus au Brésil qu’en France. Cependant, dans la population que j’étudie, cette variable économique est compensée par deux autres variables fortement favorables à l’accès et à l’usage des TIC : le fait de vivre dans une grande aire urbaine, et le fait d’avoir entre 15 et 18 ans.
Par conséquent, dans les deux pays, les jeunes enquêtés (660 au total) présentent un taux d’équipement et d’usage supérieur à la moyenne nationale. Mais le terme de « fracture numérique » est très problématique. D’une part l’idée de « fracture » implique qu’il y aurait une séparation binaire entre ceux qui sont avantagés et ceux qui sont désavantagés par les TNIC, ce qui ne correspond pas du tout à la réalité. D’autre part, comme dans les discours sur le développement en général, un groupe minoritaire (les pays occidentaux) s’autoproclame groupe de référence d’un niveau à atteindre en termes d’infrastructures, d’équipements et dans une certaine mesure de mode de vie.
Le reste de la population est donc considéré comme « défavorisé » ou en retard par rapport à ce groupe de référence, ce qui est fort discutable. Il faut donc définir clairement en quoi les TIC peuvent être des atouts pour ceux qui les utilisent. Si on considère que c’est leur aspect communicationnel qui renforce le réseau social et l’acquisition de connaissances, alors le fait qu’un adolescent soit suréquipé en appareils numériques et fasse un usage intensif du jeu vidéo et du MP3 ne constitue pas un atout en soi. Et pourtant il serait considéré comme étant du côté privilégié de la « fracture numérique ». En ce sens le concept de « fracture numérique » obscurcit le débat sur les TIC plus qu’il ne l’éclaire.

Les politiques de développement des TIC dans les écoles publiques atténuent-elles ces inégalités ?

  • 1 Flecha, R. (1999) « New educational inequalities », in Castells (et al.), Critical Education in the (...)

Il existe actuellement une forte mobilisation pour le développement des TIC dans les écoles, initiée principalement par des organismes internationaux tels que l’UNESCO, l’OCDE ou l’Union Européenne, et relayée par les gouvernements nationaux. Au niveau international, cette mobilisation n’a pas pour objectif la lutte contre les inégalités mais le développement des richesses, ce qui est sensiblement différent.
Les effets sur les inégalités face aux TIC sont doubles. Dans un premier temps, la généralisation de l’usage des TIC dans les établissements favorise une alphabétisation numérique de masse, ce qui est indispensable pour limiter les inégalités face aux TNIC. Cependant, l’innovation peut être un facteur d’accroissement des inégalités dans la mesure où d’une part, ce sont les populations économiquement favorisées qui acquièrent les produits les plus récents et d’autre part, ce sont ceux qui possèdent déjà des connaissances dans un domaine qui en acquièrent le plus facilement de nouvelles. C’est l’aspect cumulatif des connaissances1.
Ainsi, si la généralisation des TIC dans les écoles accélère ultérieurement l’innovation technologique, cela pourrait augmenter les inégalités face aux TIC et, selon le poids des NTIC dans la société, augmenter les inégalités sociales. Mais on peut aussi imaginer que cette alphabétisation numérique de masse favorisera le développement de pratiques collaboratives et de technologies libres et gratuites.

Quelles sont les principales similarités et différences d’usages des TIC entre les jeunes Franciliens et Cariocas ?

Ce qui frappe, ce sont davantage les similarités que les différences. Les pratiques numériques sont bien plus nettement déterminées par l’âge des utilisateurs que par leur pays ou leur milieu social, du moins en ce qui concerne les adolescents. Ainsi leurs pratiques numériques, principalement les usages du téléphone portable et d’Internet, sont avant tout orientées vers la communication avec le groupe de pairs. Ou plus précisément la prolongation à distance de la communication « face à face » qui a lieu au lycée. Cette communication se fait par une pluralité de media (texto, messagerie instantanée, site de réseautage, blog), à l’exception notable de l’email. Ces pratiques communicatives s’imbriquent avec des pratiques culturelles dans le cadre d’une construction identitaire centrée sur la consommation musicale, la diffusion d’images de soi, de son milieu de vie et de contenus remixés (photos, vidéos), et dans une moindre mesure sur les jeux. La recherche spontanée d’information concerne principalement les célébrités, films, et les résultats sportifs pour les garçons.
Quant à l’usage scolaire hors établissement, il reste relativement limité à Wikipédia et aux sites de traduction, et suscite rarement l’envie d’en savoir plus que ce que proposent les deux premiers résultats du moteur de recherche. Mais il s’agit là des usages majoritaires. S’il est important de les étudier pour leur effet de masse sur une génération, ce sont en revanche des pratiques plus exceptionnelles (certaines pratiques de réseautage ou de construction collaborative de connaissances), qui révèlent davantage les potentiels des outils numériques pour les jeunes de quartiers défavorisés.
Les différences d’usage entre les jeunes Franciliens et Cariocas sont plus subtiles (variété des pratiques secondaires, type de photos publiées, de musique écoutée, durée de connexion) et dépendent à la fois de différences culturelles (pratiques de flirt plus explicites dans les communications au Brésil, par exemple), et de l’offre commerciale (communications mobiles et surtout SMS plus chers et donc moins utilisés au Brésil). En outre, une proportion importante des jeunes Franciliens enquêtés étant d’origine étrangère, leurs pratiques en ligne sont davantage ouvertes vers l’international et effectuées dans plusieurs langues.

Comment l’usage des TIC des jeunes influence-t-il leur apprentissage ?

  • 2 Grellier, D. (2009). « État des lieux des pratiques numériques », Rencontres sur les pratiques numé (...)

Les apprentissages scolaires n’ont pas encore été influencés de façon nette par les TIC sur le fond, c’est-à-dire en termes épistémologiques, mais uniquement sur la forme, et de façon marginale. Mis à part quelques logiciels de sciences qui permettent une participation plus expérimentale des élèves à leur apprentissage, le recours scolaire aux TIC prend encore principalement la forme de recherches documentaires en ligne. Cet accès aux informations par le Web est fondamental, surtout au Brésil où les écoles publiques sont rarement pourvues de bibliothèques, mais cela ne représente qu’une partie des changements dans les rapports à la connaissance dont les TIC sont porteuses.
Un aspect souvent observé de ces changements de rapports aux connaissances est la pratique de plusieurs médias en simultané et non en séquentiel2. Un adolescent face à son ordinateur a généralement plusieurs fenêtres de navigateur Internet ouvertes, plusieurs discussions en cours sur des messageries instantanées, sans parler des SMS et de la musique qui ne s’interrompent que quand la situation l’exige. Une première conséquence de ces pratiques est l’augmentation du contact des jeunes de milieu modeste avec l’écrit, et donc de leur rapidité et aisance de lecture, même si les différences sociales en ce domaine persistent. Une deuxième conséquence serait une diminution de la capacité de concentration de ces générations sur un seul sujet, ce qui est difficile à démontrer empiriquement.
Enfin, la dimension qui me semble la plus intéressante est que ce changement de rapport au temps du séquentiel vers le simultané, associé à des contenus en ligne en évolution constante, et d’auteurs le plus souvent non identifiables, fait pencher l’appréhension que l’on a des connaissances non plus vers des éléments distincts (découvertes, théories, œuvres) qui se succèdent chronologiquement au fil de l’histoire, mais vers des connaissances actuelles dont la nature même est plastique, c’est-à-dire intrinsèquement malléable et évolutive. Comme c’est le réseau qui confère aux connaissances leur plasticité, et que le réseau est fait d’acteurs, les connaissances sont de moins en moins appréhendées comme un contenu externe à acquérir, mais comme une des dimensions de notre expérience du réseau, avec laquelle on interagit.
À terme, cette évolution du rapport aux connaissances implique nécessairement un changement profond dans l’éducation. On souligne souvent que la société en réseau remet en question les hiérarchies verticales, or le milieu scolaire est un milieu particulièrement hiérarchisé. Bien entendu, les adolescents ont toujours besoin de professeurs, et ont besoin d’apprendre que certaines connaissances sont davantage fondées, certaines informations plus fiables, et comment les reconnaître, mais la « culture participative » émergente rendra de plus en plus conflictuelle une situation scolaire où les élèves seraient cantonnés à la position de « récepteurs » du savoir.

En quoi le fait de vivre dans un quartier défavorisé distingue les usages des TIC ?

  • 3 Cardon, D. (2008), « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du Web 2.0 », Réseaux, n° (...)

Deux dimensions se superposent ici : celle du milieu social, et celle de l’ancrage territorial. En ce qui concerne le milieu social, les utilisateurs de milieu privilégié tendent à avoir des pratiques numériques (notamment sur Internet) plus diversifiées, à l’image de l’ensemble de leurs pratiques culturelles. Les cadres notamment ont un haut niveau d’équipement (Smartphone, ordinateur portable, etc.) et d’usage professionnel des TIC qui leur permet de tenir un rôle de personne ressource au sein du foyer, même face à des « digital natives ».
En revanche, dans les milieux populaires, l’adolescent serait plus souvent la personne compétente en TIC du foyer. Comme je l’ai mentionné précédemment, les pratiques numériques des adolescents sont bien moins marquées par leur milieu social que celles des générations plus âgées, mais le fait que celles de leurs parents le soient les marquent indirectement.
En ce qui concerne l’ancrage territorial pour les adolescents enquêtés, c’est ce qui définit en grande partie leur réseau social. Les établissements étudiés accueillent principalement des élèves du quartier. Les réseaux du quartier et celui du lycée se cumulent donc partiellement. L’étendue de notre réseau, sa diversité sociale, et la nature des liens que l’on entretien avec ses membres a une influence significative sur nos connaissances et diverses opportunités au cours de la vie.
C’est ce que diverses théories sociologiques appellent le capital social. Or on constate que les informations accédées sur le Web sont de moins en moins le résultat de recherches de l’utilisateur et de plus en plus des informations envoyées ou postées par des membres du réseau de l’utilisateur. C’est ce qu’on appelle la « navigation relationnelle »3.
Par conséquent, le type d’informations avec lesquelles on est en contact et leur variété dépend de plus en plus du réseau. Si l’on vit dans un quartier fortement ségrégé socialement, on a plus de chance d’avoir un réseau étendu, mais peu diversifié, et donc d’être en contact avec une faible variété d’informations. Cependant, il existe d’autres domaines de tissage du réseau, comme la famille, les activités extrascolaires, et le Web lui-même. Les forums, blogs et sites de réseautage sont une mine d’interactions sociales au-delà de l’école et du quartier.

Haut de page

Notes

1 Flecha, R. (1999) « New educational inequalities », in Castells (et al.), Critical Education in the New Information Age, Boston: Rowman & Littlefield Publishers.

2 Grellier, D. (2009). « État des lieux des pratiques numériques », Rencontres sur les pratiques numériques des jeunes, Ministère de la Jeunesse, http://www.rencontres-numeriques.org/2009/?action=restitution.

3 Cardon, D. (2008), « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du Web 2.0 », Réseaux, n° 152, 2008, pp. 93-137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Gossart, « De l’usage des TIC dans les quartiers défavorisés : de Paris à Rio »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1825 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1825

Haut de page

Auteur

Cédric Gossart

Hélène Pétry est sociologue de l’éducation à l’OSC (Sciences Po/CNRS), où elle termine son doctorat sous la direction d’Agnès van Zanten sur le sujet dont il est question ici. helene.petry@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search