Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-1073e partie : Un outil pour le déve...« Republic 2.0 », de Cass Sunstei...

3e partie : Un outil pour le développement durable ?

« Republic 2.0 », de Cass Sunstein (2007), Princeton University Press

Compte-rendu d’ouvrage
Cédric Gossart

Texte intégral

1Pourquoi dans un dossier consacré aux TIC et au développement durable recenser un livre paru en 2007, en anglais, et traitant de la démocratie américaine à l’ère du numérique ? Le sous-titre donné par son auteur, « La revanche des blogs », offre quelques pistes de réponse que nous allons explorer dans cette recension. Cass Sunstein est professeur de droit détaché de l’Université de Harvard afin d’exercer le poste d’administrateur de l’« Office of Information and Regulatory Affairs » auprès du gouvernement Obama, qui fut son collègue à l’Université de Chicago.

  • 1 Voir par exemple Grilo M.R. et N. Pélissier (2006), « La blogosphère, un cinquième pouvoir ? Critiq (...)

2Pourquoi cet éminent juriste a-t-il publié une telle attaque en règle contre les blogs ? Ne sont-ils pas souvent présentés comme la relève citoyenne d’un journalisme enfermé dans sa bulle ?1 Une source d’informations variées qu’on ne retrouve pas forcément dans les médias institutionnels ? Comment peut-on les présenter comme le cheval de Troie numérique des ennemis de la démocratie et du développement durable ? Sunstein nous met en garde contre des risques inhérents aux TIC pour nos démocraties qui doivent être portés à notre attention. Nous allons tenter de démontrer que ces risques ont également une influence sur la capacité des sociétés humaines à mettre en œuvre un développement durable.

3En début de préface, l’auteur plante le décor de la manière suivante :

« Dans une démocratie, les gens ne vivent pas dans des pièces insonorisées ou des cocons informationnels. Ils voient et entendent parler d’un grand nombre de sujets et d’idées. Ils le font même s’ils n’ont pas choisi, ou auraient préféré ne pas choisir, de voir et t’entendre parler de ces sujets au préalable. »

4Ceci est d’autant plus vrai à l’ère du numérique, car les TIC ont décuplé les possibilités de diffuser et de recevoir des informations et d’échanger avec nos concitoyens. Mais ces technologies permettent également de filtrer ces informations et ces échanges avec une précision inégalée. En effet, lorsque nous ouvrons un journal imprimé, s’offrent à nos yeux des articles choisis par la rédaction du journal. Nous pouvons décider d’en lire un ou de passer au suivant, mais l’article laissé de côté aura au moins été présenté à notre attention. Or, cette attention est de plus en plus sollicitée (publicitaires, politiques, médias...) et est confrontée avec Internet à un stock pléthorique d’informations dont les flux sont de plus en plus rapides. Notre attention étant limitée, nous mettons en place des stratégies de protection qui sont à la fois technologiques et psychologiques.

  • 2 Les gens beaux et riches épousent des personnes belles et riches. Voir à ce sujet l’entretien de Da (...)
  • 3 Voir par exemple https://www.smiile.com.

5La protection technologique face à ce déluge informationnel nous est offerte par les TIC. Celles-ci nous permettent en effet de filtrer les informations auxquelles nous voulons avoir accès (flux RSS, signets, échanges automatisés des centres d’intérêt sur Facebook, etc.), au risque de nous enfermer dans ce que Sunstein appelle un « cocon informationnel ». Le risque de ce confortable enfermement est également présent dans les échanges sociaux, qui passent de plus en plus par les réseaux sociaux numériques et les blogs. En effet, les TIC pourraient renforcer un penchant naturel des êtres humains à l’entre soi, que d’autres chercheurs ont nommé « appariement sélectif ». Ce terme a été notamment utilisé par Gary Becker afin d’expliquer la propension des humains à l’endogamie sociale2. Dans L’arrangement des sexes, Erving Goffman souligne que « L’appariement sélectif garantit que, presque sans exception, les maris soient plus grands que leurs femmes et les garçons plus grands que leurs petites amies ». Là encore, les TIC permettent de pousser plus loin ce phénomène d’appariement, grâce aux sites de rencontre pour célibataires ou pour citadins qui, alors qu’ils n’adressent pas la parole à leur voisin de palier, peuvent savoir qu’au troisième étage de l’immeuble d’en face habite une personne qui partage leurs goûts musicaux ou consuméristes3.

  • 4 « Mécanisme par lequel l’individu modifie son jugement pour s’adapter à une situation de conflit. L (...)

6L’autre type de défense que nous développons face à la saturation de notre attention n’est pas technologique mais psychologique : il s’agit de la « dissonance cognitive ». Ce terme désigne un « État de tension dans lequel se trouve un individu confronté à une situation contraire à ses convictions ou à ses habitudes d’agir ou de penser ». Cette situation étant très inconfortable, des stratégies psychologiques de « réduction des dissonances »4 entrent en action. Nous allons par exemple tenter d’éviter les opinions en désaccord avec les nôtres, et cela d’autant plus que le sujet est complexe et que nous avons mis du temps à le comprendre et à construire cette opinion. Cela passe par une orientation prédéterminée de nos stratégies de recherche d’informations et par un filtrage de ces informations ; autant d’actions grandement facilitées par les TIC. Sunstein ne parle pas de ce mécanisme mais il nous a semblé important de l’expliquer afin de comprendre les ressorts psychologiques de la constitution de cocons informationnels.

7Ces mécanismes de protection peuvent contribuer à expliquer pourquoi malgré le grand nombre d’informations disponibles sur Internet sur la dégradation des écosystèmes naturels, encore peu de gens en ont pris conscience. Dans son livre L’effondrement, Jared Diamond suggère que la civilisation de l’île de Pâques pourrait avoir été victime de ces mécanismes. Arrivée vers l’an 900 sur une île à la végétation prolifique, elle l’avait entièrement déboisée en l’an 1500. Pourquoi cette civilisation a-t-elle disparu ? Outre la lutte de clans obsédés par la construction des fameuses statues monolithiques (elles étaient acheminées jusqu’à la côte sur des rondins), une forme d’autocensure psychologique aurait joué dans l’esprit des habitants de l’île de Pâques, afin de masquer le douloureux constat d’échec quant à la gestion prévoyante de leur écosystème, contrairement aux peuples d’autres îles de la région. Face à la difficulté d’accepter cette évidence, celui qui a coupé le dernier arbre de l’île n’a pas mesuré la portée destructrice de son geste, information qu’il a perçue, mais sans doute refoulée dans son inconscient.

8Ces mécanismes de protection ne sont donc pas nouveaux, mais comme le soutient Sunstein ils sont exacerbés par les TIC. Dès lors, si ces technologies facilitent la formation de cocons informationnels et l’appariement sélectif des individus, quels risques cela présente-t-il pour nos démocraties ? Dans sa préface Cass Sunstein cite un juge de la Cour Suprême pour qui le plus grand danger pour la liberté dans une démocratie est « un peuple inerte ». Or, souligne l’auteur, pour éviter l’inertie un peuple doit certes éviter la censure mais aussi promouvoir la multiplicité des points de vue. Cela permet à ses citoyens de mesurer la valeur des opinions d’autrui, et d’éviter la polarisation d’une société où finiraient par s’affronter des clans ennemis. Si les interactions entre individus se produisent essentiellement au sein d’enclaves où tous pensent la même chose et où les opinions de chacun sont en permanence réaffirmées par le collectif, c’est la démocratie elle-même qui est en danger à cause de l’appauvrissement des échanges sociaux.

  • 5 Mongin, O. (2004), « La société des écrans », Communications 75 (75), pp. 219-227. La subjectivatio (...)

9En effet, la réduction de la diversité des points de vue, renforcée par la libre diffusion et utilisation les blogs et d’autres TIC, rend en fait les citoyens moins libres, car ils sont moins à même de former leur propre opinion et de prendre des décisions de manière autonome. Comme le souligne Olivier Mongin (2004), ces technologies numériques contribuent en fait à désubjectiver l’individu5. Le directeur de la revue Esprit avait déjà mis l’accent sur le rôle de la télévision dans la privatisation de la vie publique, causée par un enfermement du regard dans un autoréférencement perpétuel au petit écran. Pour lui, cette « société des écrans » est indissociable de la « société en réseaux », qui nous facilite la tâche de nous rassembler avec qui bon nous semble et nous permet d’échapper à la conflictualité inhérente à toute vie en démocratie. Ainsi, cocons informationnels et « écrans sont autant de bulles qui organisent des types de regard, des formes de relation qui sont autant de formes de sociabilité ». Mongin se demande alors « pourquoi cette surconsommation d’images ne produit pas de l’imagination et casse la relation à l’histoire, i.e. à l’épreuve de la réalité du monde ». On pourrait aisément remplacer « surconsommation d’images » par « surabondance informationnelle » et « l’histoire » par « la nature ».

10Mais le professeur de droit constitutionnel qu’est Sunstein ne s’arrête pas à la présentation des risques associés aux formes de protection présentées ci-dessus : il positionne le débat dans le contexte d’une réforme de l’interprétation du sacro-saint 1er amendement de la constitution américaine, qui interdit toute atteinte à la liberté d’expression. C’est sur cet article que se basent les tenants d’une liberté d’expression sans entrave, qui soutiennent par exemple l’absence de sanctions contre des propos négationnistes interdits dans d’autres pays comme la France. Au contraire, Sunstein soutient que cette liberté peut entraîner ces phénomènes d’appariement sélectif et d’enfermement informationnel qui sont nocifs en démocratie, car la liberté n’est pas totale si la diversité des points de vue n’est pas garantie. Cela implique de ne pas écarter la possibilité d’un encadrement de cette liberté afin de garantir la solidité de la démocratie américaine.

11Au sortir de la convention des délégués à Philadelphie, qui allait déboucher en 1787 sur la constitution des États-Unis d’Amérique, Benjamin Franklin fut approché par un groupe de citoyens qui lui demandèrent sur quel type de nouveau gouvernement ils s’étaient entendus. Il leur répondit tout simplement : « Une république, si vous pouvez la garder »6. Pour Sunstein, citoyens et pouvoirs publics doivent donc œuvrer de concert en vue de maintenir la pluralité des idées, qui voyagent de plus en plus sur des supports numériques d’information et de communication. Il n’écarte donc pas par principe la régulation publique de ces supports, aussi bien pour prévenir la formation de cocons informationnels que pour se protéger d’actes de terrorisme. Selon lui :

« (...) la liberté d’expression doit se lire à la lumière d’un engagement en faveur de la délibération démocratique. En d’autres termes, un point central de la liberté d’expression est de réaliser cet engagement. » (Chapitre 8)

12Or, dans un chapitre consacré aux blogs il constate que ceux-ci ne contribuent pas à soutenir la liberté d’expression qu’il appelle de ses vœux, tant ils véhiculent des idées homogènes sans alimenter de réel débat contradictoire. Dans un article paru en français, Pledel (2007) soutient également que :

  • 7 Pledel, I. (2007), « Le blog face à la clôture informationnelle : la délibération au service de l’a (...)

« (...) si le discours général sur la blogosphère vante (...) les libertés d’expression et d’information (...), il n’en demeure pas moins que les environnements sociotechniques de la communication par les blogs créent des normes et des frontières qui participent à des clôtures informationnelles, cognitives et spatiales qui limitent la délibération. »7

  • 8 Aujourd’hui, en attendant le Web sémantique, le fonctionnement même des moteurs de recherche renfor (...)

13Dans le dernier chapitre Sunstein formule des propositions visant à nous prémunir contre les risques des TIC. Il suggère par exemple de créer des espaces délibératifs, de produire du contenu public sur Internet, de développer des politiques éducatives à même de raviver l’intérêt des citoyens pour le débat public, ou encore d’utiliser de manière créative les liens hypertextes afin d’attirer l’attention sur des points de vue différents8. Voyons maintenant dans quelle mesure les risques dont nous avons parlé constituent une barrière à la mise en œuvre d’un développement durable.

Cocooning, TIC et développement durable

14Revenons un instant sur les raisons qui sous-tendent la défense d’une liberté d’expression sans limite. Pour Sunstein, elles sont à rechercher du côté de la confusion entre consommateur et citoyen :

« Beaucoup de gens semblent penser que la liberté consiste en un respect des choix de consommation, quelles que soient leurs origines et leur contenu. En effet, à la base de cette opinion il semble y avoir un grand enthousiasme pour le principe même de souveraineté du consommateur. D’après celui-ci, l’objectif central d’un système de libre expression qui fonctionne bien est de ne mettre aucune barrière à ces choix. Une conception similaire de la liberté est présente chez ceux qui chantent les louanges des marchés de communication émergents. » (p. 121)

  • 9 Le récent scandale des œufs contaminés par de la salmonelle aux États-Unis montre que ça c’est malh (...)
  • 10 Voir L’économie de l’immatériel, Mille et une nuits, 2008 ; et Prendre soin : De la jeunesse et des (...)

15Le consommateur jouit d’une liberté quasi-totale dans l’expression et l’exercice de ses préférences individuelles. Pourquoi cette liberté quasi absolue pour exprimer des choix de consommation serait-elle brimée lorsqu’il s’agit d’exprimer des idées ? Il va sans dire qu’en démocratie les choix individuels doivent être respectés, mais on oublie souvent que la liberté n’est garantie que sous certaines conditions. De même, la liberté d’achat ne pourrait se faire de manière totalement libre si le consommateur n’avait pas confiance en un minimum de garanties sur la qualité des produits9. Pour Sunstein, les conditions de garantie de notre liberté comprennent non seulement le respect de nos choix individuels et la satisfaction de nos préférences, mais aussi la libre formation de nos désirs et de nos croyances. Pour cela, un peuple doit pouvoir garantir l’exposition de ses citoyens à une information abondante et variée. Et pour l’auteur, cette garantie de liberté ne peut pas exister dans un système qui favorise le « Daily Me ». Popularisé par le fondateur du Media Lab du MIT Nicholas Negroponte, ce journal virtuel est personnalisé pour répondre aux goûts de chaque lecteur. On peut toutefois se demander si le pouvoir accru du marketing grâce aux TIC, qui permettent de profiler les consommateurs à outrance, n’empêche pas cette libre formation des désirs dans nos démocraties à économies de marché. Un auteur comme Bernard Stiegler soutient d’ailleurs que les mécanismes de formation des désirs sont pervertis par la captation de notre énergie libidinale par les marchands en vue d’écouler leurs produits10. Dans cette perspective, les TIC peuvent contribuer de manière directe et indirecte à bloquer la transition vers un développement durable.

  • 11 Voir à ce sujet Casilli A. (2010). Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ? Paris, (...)
  • 12 Pierre-Antoine Chardel et Bernard Reber (2010), « Les risques de la communication assistée par ordi (...)

16De manière indirecte tout d’abord. En effet, les TIC favorisent un blocage du processus de subjectivation qui nous permet de penser par nous-mêmes, ce qui nous rend plus vulnérables aux influences extérieures, y compris celles des marchands et des démagogues. En effet, le manque d’investissement dans la sphère publique résulte d’un enfermement sur la sphère privée, phénomène facilité par les TIC qui renforcent l’appariement sélectif et le cocooning informationnel. Mais les TIC contribuent aussi directement à freiner la mise en œuvre du développement durable, car elles soutiennent directement la société de consommation à travers la prolifération d’équipements électriques et électroniques, le commerce en ligne, les comparateurs de prix, la démultiplication des possibilités de consommation, etc. En outre, la numérisation des rapports sociaux11 présente également un risque d’un enfermement dans une bulle numérique au sein de laquelle nous serions coupés des écosystèmes naturels. Certains auteurs soutiennent même que les TIC pourraient conduire à une altération du sentiment de responsabilité12, qui est déjà bien timide au regard des défis sociaux et environnementaux à relever en ce début de 21e siècle.

17À ce stade de notre exposé, un doute a pu s’installer dans l’esprit du lecteur. Non seulement les TIC constitueraient un danger pour notre démocratie, elles érigeraient en plus des barrières sur le chemin du développement durable ? Tout de même, se demande le lecteur dont l’attention est restée vive, ne constituent-elles pas un formidable levier pour diffuser des informations et pour mobiliser les consciences sur des sujets de société ? Et puis finalement, si les militants de Greenpeace ou d’Action Contre la Faim se sont regroupés par appariement sélectif, cela n’est-il pas utile au développement durable ? De même, la formation de cocons informationnels centrés sur des thématiques comme la protection de la biodiversité ou la lutte contre la pauvreté ou le changement climatique ne pourrait-elle pas permettre de créer des communautés expertes et actives dans ces domaines ?

18D’autres travaux montrent que les blogs peuvent être des outils de mobilisation favorables au débat citoyen voir porteurs d’inclusion sociale13. De même, dans les pays où la démocratie est fragile comme en Chine, on trouve des blogs qui sont de véritables bouffées d’oxygène pour les citoyens et contribuent à démocratiser leur société14. On trouve également de nombreux blogs citoyens traitant du développement durable, y compris en langue française et avec un regard critique sur le sujet15.

19Au-delà du contexte américain et du débat autour du 1er amendement, l’hypothèse de Cass Sunstein sur les dangers du cocooning informationnel, des blogs et autres TIC pour la démocratie et le développement durable devait être présentée dans ce numéro spécial de Terminal. Ne serait-ce que pour assurer au lecteur la présentation d’une diversité de points de vue, fut-ils minoritaires...

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Grilo M.R. et N. Pélissier (2006), « La blogosphère, un cinquième pouvoir ? Critique du journalisme et reconfiguration de l’espace public au Portugal », Réseaux 4(138).

2 Les gens beaux et riches épousent des personnes belles et riches. Voir à ce sujet l’entretien de Daniel Cohen intitulé « Les habits neufs du capitalisme », Le Nouvel Observateur, 31/08/2006.

3 Voir par exemple https://www.smiile.com.

4 « Mécanisme par lequel l’individu modifie son jugement pour s’adapter à une situation de conflit. La dissonance cognitive a été formulée la première fois en tant que théorie par Léon Testinger (1957) ». Source de ces définitions : Académie Française, http://atilf.atilf.fr.

5 Mongin, O. (2004), « La société des écrans », Communications 75 (75), pp. 219-227. La subjectivation est la capacité à agir et à se déterminer en fonction de critères personnels. Source : Académie Française, op. cit.

6 « A republic, if you can keep it ». Source : https://constitutioncenter.org/learn/educational-resources/historical-documents/perspectives-on-the-constitution-a-republic-if-you-can-keep-it.

7 Pledel, I. (2007), « Le blog face à la clôture informationnelle : la délibération au service de l’apprentissage », Distances et savoirs 5(2), pp. 275-288.

8 Aujourd’hui, en attendant le Web sémantique, le fonctionnement même des moteurs de recherche renforce l’appariement sélectif, car il prend en compte les pages les plus regardées pour générer les résultats suivants.

9 Le récent scandale des œufs contaminés par de la salmonelle aux États-Unis montre que ça c’est malheureusement pas toujours le cas. Voir http://edition.cnn.com/2010/HEALTH/08/20/eggs.recall.salmonella/index.html.

10 Voir L’économie de l’immatériel, Mille et une nuits, 2008 ; et Prendre soin : De la jeunesse et des générations, Flammarion, 2008.

11 Voir à ce sujet Casilli A. (2010). Les liaisons numériques : vers une nouvelle sociabilité ? Paris, Seuil.

12 Pierre-Antoine Chardel et Bernard Reber (2010), « Les risques de la communication assistée par ordinateur », Communications, à paraître.

13 Voir par exemple Zappi, S. (2010), « Un caillou dans la chaussure de la presse française : Retour sur l’expérience Bondy Blog », Mouvements 1(61), pp. 140-142.

14 Voir par exemple le blog du célèbre Han Han, présenté notamment dans www.courrierinternational.com/article/2010/03/18/300-millions-de-chinois-et-moi.

15 Voir par exemple : www.labyrinthe.info.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Gossart, « « Republic 2.0 », de Cass Sunstein (2007), Princeton University Press »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1832 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1832

Haut de page

Auteur

Cédric Gossart

Enseignant-chercheur à Télécom École de Management, membre du comité de réaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search