Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-107Bloc-notesLes luddites en France : Résistan...

Bloc-notes

Les luddites en France : Résistances à l’industrialisation et à l’informatisation

David Forest
Référence(s) :

Les luddites en France. Résistances à l’industrialisation et à l’informatisation. Ouvrage collectif coordonné par Cédric Biagini et Guillaume Carnino, Paris, L’échappée, coll. Frankenstein, 2010, 335 p.

Texte intégral

  • 1 Terminal n°16, octobre 1983.

1De 1980 à 1984, les incendies de Philips Informatique et CII-Honeywell-Bull parmi d’autres sont revendiqués par un mystérieux groupe ancré dans la mouvance libertaire toulousaine constitué d’informaticiens : le Clodo (Comité liquidant ou détournant les ordinateurs). Ces empêcheurs de programmer en rond, ainsi que Libération les qualifie accordent un entretien à la revue Terminal1.

2Les membres du groupe, sans réfuter catégoriquement l’appellation « luddite », ne s’en prévalent pas. Ils dénoncent la façon dont on présente l’informatisation comme une révolution susceptible de remédier d’elle-même aux problèmes de la société, quand elle ne fait en pratique que renforcer les rapports de pouvoir existants. Autant de verrous idéologiques interdisant de penser la technique et la soumettre au jugement politique, selon Célia Izoard, un des contributeurs à ce remarquable ouvrage collectif coordonné par Cédric Biagini et Guillaume Carnino aux éditions L’échappée.

3L’ambition pleinement réussie de l’entreprise est de dresser des ponts entre passé et présent, réflexion et action sur le « luddisme » en se consacrant de manière inédite à ses manifestations françaises. Dans une substantielle introduction, les coordinateurs de l’ouvrage montrent le passage de la technique à la technologie, et entendent tirer un « enseignement luddite » au miroir de l’informatisation de la société, d’un culte du progrès technique jamais véritablement contrarié et des avancées du technolibéralisme, terme désignant « la pro fonde intrication du déferlement technologique (promu par les idéaux de maîtrise et de toute puissance) à l’idée libérale selon laquelle les sociétés ne peuvent choisir leur destinée hors de l’individu en tant que monade infiniment potentielle ».

4Ce mouvement luddite, longtemps largement ignoré et réduit au bris de machines, bénéficie du regain d’intérêt lié à l’actualité de luttes contre l’imposition de technologies (OGM, biométrie, RFID, nucléaire...). Or, « l’importation » de ce terme pour désigner les faucheurs hexagonaux participe, selon Christophe Boneuil, d’une lutte de définition autant qu’il entretient une fonction polémique « entre citoyennisme et obscurantisme ». Ce mouvement large, complexe et multiforme est ici pleinement mis en perspective par plusieurs historiens, certains militants par ailleurs. Olivier Serre du collectif PMO (Pièces et main-d’œuvre) se penche sur l’ingénieur Vaucanson, père du métier à tisser, dont l’invention devient 30 ans plus tard, à l’aube du XIXe siècle, la cible des luddites anglais. Ceux-ci auraient compris « ce que les ingénieurs de Minatec feignent encore d’ignorer : la technologie, quels qu’en soient ses usages, n’est pas neutre ». Elle transforme le monde et les rapports de production, détruit un monde pour y substituer un autre, dans lequel « elle fournit aux dominants les outils qui accroissent leur domination ». Jean-Pierre Allinne étudie l’exemple rouannais qui montre la précocité de la révolte contre la machine, alors que l’on croyait ces phénomènes limités pour l’époque au luddisme anglais, le machinisme servant de révélateur au gouffre qui sépare les conceptions sociales du petit peuple, routinier par réflexe de survie et la bourgeoisie de négoce.

5Frank E. Manuel rappelle, pour sa part, qu’il faut attendre l’aube de la révolution de Juillet pour voir réapparaître des mouvements de briseurs de machines. Rares étaient les opposants à l’industrialisme avant que les ouvriers ne se tournent vers une contestation plus systématique de la société industrielle.

6Au-delà, Michelle Perrot démontre que la machine apparaît comme l’instrument de discipline et le moyen de mater les ouvriers qui font l’« expérience historique de la dépossession ». L’historienne accompagne cette réflexion d’un développement particulièrement intéressant sur le rapport des femmes à la machine et leur rôle dans sa contestation.

7Les résistances au chemin de fer et « le refus de se laisser ferrer » exprimés par la fréquence des violences et des sabotages, sont un aspect méconnu du luddisme dont François Jarrige, qui lui a consacré plusieurs ouvrages, livre les principaux éléments.

8Enfin, une sélection de textes et réflexions émanant de plusieurs penseurs comme Jean-Baptiste Say, Sismondi, Considérant, Bastiat ou Marx, permet de saisir la pluralité des interprétations du luddisme et la place de la machine dans l’économie, la société et l’histoire.

9On mesure le travail considérable qu’il a fallu pour réaliser Les luddites en France, chevauchant d’un même élan passions historienne et militante. L’on en recommandera la lecture à tous ceux qui souhaitent saisir l’historicité des attitudes de refus face à la technique, par-delà les répressions et les disqualifications qui n’ont cessé de les accompagner jusqu’à les rendre invisibles.

Haut de page

Notes

1 Terminal n°16, octobre 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Forest, « Les luddites en France : Résistances à l’industrialisation et à l’informatisation »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1834

Haut de page

Auteur

David Forest

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search