Navigation – Plan du site

AccueilNuméros106-107Bloc-notesCyberguerre et guerre de l’inform...

Bloc-notes

Cyberguerre et guerre de l’information

Henri Gautier
Référence(s) :

Cyberguerre et guerre de l’information, sous la direction de Daniel Ventre, Lavoisier, 2010. Avec des articles de François-Bernard Huyghe, François Chauvancy, Joseph Henrotin, Éric Filiol

Texte intégral

1Alors que le site WikiLeaks met à la disposition de cinq grands quotidiens dont en France Le Monde, les informations contenues dans 250 000télégrammeséchangés entre le département d’État et ses ambassades, on peut s’interroger pour savoir si nous ne sommes pas entrés dans une ère où l’information est devenue une « arme de destruction massive ». Et pourtant, cette affaire malgré son côté spectaculaire ne semble motivée que par la volonté de « militants de la transparence intégrale » de mettre en ligne des documents officiels qui n’étaient pas destinés à être rendus publics avant des dizaines d’années.

2Un autre exemple récent serait celui du « sabotage » du programme iranien d’enrichissement d’uranium grâce à un virus informatique appelé Stuxnet. Ces deux affaires éclairent d’un jour nouveau les allégations des chercheurs qui, à l’instar de ceux qui interviennent dans ce livre, essaient de nous convaincre de la réalité des menaces stratégiques que peuvent recéler les TIC et le réseau Internet, les pays développés étant de plus en plus dépendants du cyberespace pour le fonctionnement de leur infrastructure technique et de leur économie.

3Les trois premiers chapitres offrent une réflexion sur les concepts-clés de « guerre de l’information » et de « cyberguerre » : l’attaque, la surprise stratégique, la place de la cyberguerre et du cyberespace dans les conflits militaires d’aujourd’hui et de demain, le rôle du politique. En France, la sécurité des systèmes d’information a été placées au rang d’enjeu de défense nationale dans « Le Livre Blanc sur la défense et la Sécurité nationale » et dans le rapport du sénateur Romani sur la cyberdéfense.

4Le quatrième chapitre porte sur une approche plus empirique basée sur des exemples : on y apprend que la France a subi des cyberattaques contre le CEA, des avions Rafale ont été cloués au sol, les systèmes de navigation ayant été neutralisés par un virus, des mails échangés par des diplomates ont été piratés. Un scénario tactique de crise internationale y est également développé mettant un jeu un pays désirant rapatrier ses ressortissants risquant d’être pris en otages dans un conflit entre deux autres états. L’intervention de la marine est retardée par une série de piratages informatiques à l’origine de conflits sociaux et de grèves.

5Ce scénario illustre le propos de l’auteur, Éric Filiol : une attaque informatique seule relève du hacking et non de la guerre informatique. Il faut combiner dans une planification opérationnelle, attaque informatique, déclenchement de troubles sociaux et éventuellement actions militaires sur le terrain. Le dernier chapitre essaie d’analyser la guerre de l’information menée par la Chine lors des émeutes au Xinjiang, en juillet 2009. Pour cela, Daniel Ventre étudie dans la période considérée les statistiques de Google sur les mouvements sur certains sites, la défiguration de certains autres, chinois et étrangers et les statistiques sur les déclarations d’inaccessibilité de YouTube en Chine, les autorités chinoises ayant bloqué l’accès à Internet et les communications téléphoniques vers le Xinjiang dès le début de la crise.

6En quelques heures, les autorités sont intervenues d’une manière efficace par l’isolement de la région, mais elles ont été débordées au début des événements. Il reste difficile, dans ces conditions de porter un jugement définitif sur la maîtrise du cyberspace par le gouvernement chinois, qui n’a pas lui non plus semble-t-il le contrôle absolu sur le réseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gautier, « Cyberguerre et guerre de l’information »Terminal [En ligne], 106-107 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2018, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.1837

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search