Navigation – Plan du site
Technologies et usages de l'anonymat sur Intenet
Approches sociologiques

Ménager le droit à la vie privée entre anonymat et connaissance de l’identité

Les débuts des réseaux sociaux en pair-à-pair
Francesca Musiani

Résumé

Malgré leur succès auprès des internautes d’aujourd’hui, les outils de réseautage social font l’objet de plusieurs controverses quant aux usages que leurs administrateurs font des données privées des utilisateurs. De nombreux projets et applications proposent aujourd’hui des alternatives décentralisées à ces services, notamment au moyen de la technologie pair-à-pair (P2P). On retrace et analyse ici les débuts des applications au croisement entre réseaux P2P et réseaux sociaux, en discutant plus particulièrement des manières dont elles préfigurent des modifications dans la gestion du droit à la vie privée des utilisateurs, en se servant à la fois de l’anonymat et de la connaissance de l’identité – aspects qui sont généralement reconduits avec le P2P et les réseaux sociaux, respectivement – selon les différentes fonctionnalités et couches de l’application.

Haut de page

Texte intégral

Pour un rapprochement entre réseaux sociaux et réseaux pair-à-pair

  • 1 Schollmeier, Rudiger (2001) A Definition of Peer-to-Peer Networking for the Classification of Peer- (...)
  • 2 Biddle, Peter, Paul England, Marcus Peinado, and Bryan Willman (2002), The Darknet and the Future o (...)
  • 3 Elkin-Koren, Niva (2006), Making Technology Visible: Liability of Internet Service Providers for Pe (...)

1Le pair-à-pair (peer-to-peer en anglais, d’où l’acronyme P2P qui sera utilisé par la suite) est un modèle de réseau informatique structuré afin que les communications et/ou échanges aient lieu entre nœuds dotés d’une même responsabilité dans le système1. Au cours de son histoire relativement brève, la technologie P2P a souvent été traitée, dans les débats publics aussi bien qu’académiques, comme une menace pour l’industrie du contenu – son usage principal par le public étant le partage non autorisé de matériel protégé par le droit d’auteur. Il serait difficile de nier que la force sous-jacente au succès mondial des applications basées sur le P2P est qu’elles permettent un accès immédiat et gratuit à des copies parfaites2. Cependant, on a récemment soutenu que l’importance sociotechnique et le potentiel de changement de la technologie P2P sont susceptibles de se trouver ailleurs, notamment dans la capacité de ces systèmes à tirer parti de leur architecture décentralisée afin de favoriser efficacité, liberté et stabilité accrues dans la distribution de contenus en ligne3.

  • 4 Boyd, Danah et Nicole Ellison (2007), Social Network Sites: Definition, History, and Scholarship, J (...)

2Au cours des dernières années, on a également assisté au succès massif des réseaux sociaux : services basés sur le Web qui permettent aux individus de construire un profil public ou semi-public au sein d’un système fini, définir une liste d’autres utilisateurs avec lesquels entretenir une relation, et voir/parcourir la liste de leurs connexions et celles faites par d’autres au sein du système4.

  • 5 Boyd, Danah (2008), Facebook’s Privacy Trainwreck: Exposure, Invasion, and Social Convergence, Conv (...)
  • 6 Acquisti, Alessandro et Ralph Gross (2006), Imagined Communities: Awareness, Information Sharing, a (...)

3Parmi les aspects plus controversés de ces réseaux sociaux il y a les usages que leurs administrateurs font des données privées des utilisateurs, parfois en permettant à des applications extérieures d’y accéder, et parfois à des fins commerciales directes5. On a également souligné que peu d’utilisateurs ont conscience du fait qu’en utilisant ces applications, ils laissent la porte ouverte à l’accès, par des publics non ou mal définis, à certaines informations privées conservées sur les serveurs des compagnies qui proposent les services – un comportement qui a été défini comme « risqué »6.

4Dans ce cadre s’insèrent depuis peu plusieurs projets de recherche et des applications commerciales qui, afin de surmonter les limitations décrites, favorisent l’« exclusion des intermédiaires »7 dans les activités de partage et de réseautage en ligne, en proposant des alternatives décentralisées de services et d’outils qui constituent aujourd’hui une part importante de notre vie quotidienne sous les noms et les architectures centralisées de Google, Facebook, Picasa8, pour n’en citer que trois.

5Nous portons ici notre attention sur l’un de ces dispositifs : les applications au croisement entre réseaux P2P et réseaux sociaux, et l’on va analyser plus particulièrement les façons dont elles préfigurent des changements dans la gestion du droit à la vie privée des utilisateurs, en se servant à la fois de l’anonymat et de la connaissance de l’identité – aspects qui sont généralement reconduits avec le P2P et les réseaux sociaux, respectivement – selon les différentes fonctionnalités et couches de l’application.

Expérimentations à l’œuvre : l’exemple du « stockage social »

  • 9 Comme l’a démontré le séminaire « Le travail coopératif : prochain défi du pair-à-pair ? », INRIA R (...)
  • 10 Garnier, Alain (2009), Les réseaux sociaux P2P : prospectives et usages, communication présentée au (...)
  • 11 Voir la section 3.

6L’intérêt autour du croisement entre réseaux sociaux et réseaux P2P peut être actuellement retracé dans nombre de projets universitaires et de start-up9. Cet intérêt dépasse les principaux défis de nature technique qui sont à résoudre, pour investir des questions économiques, historiques et, tout aussi importantes, éthiques, notamment liées à la protection de la vie privée10. Les applications de réseau social en P2P en sont actuellement à un stade embryonnaire, de protocole ou de « vision »11 ; toutefois, des applications à un stade de développement bien plus avancé sont déjà opérationnelles, et peuvent être considérées comme des expérimentations de modèles et tendances dérivant des mêmes soucis, priorités et questions qui se posent dans le domaine de recherche sur les réseaux sociaux en P2P, surtout en matière de privacy et de confidentialité.

  • 12 D’après le mot français se prononçant de la même façon, signifie « voilà vos fichiers ». Voir Frequ (...)
  • 13 Plus précisément, conférences disponibles en ligne, site Web de la compagnie, release notes, interv (...)
  • 14 Voir <">www.wuala.com/fr/learn/features>
  • 15 Voir par exemple Pouwelse, J.A., P. Garbacki, J. Wang, A. Bakker, J. Yang, A. Iosup, D.H.J. Epema,
  • 16 Pouwelse et al., cit., p. 127.
  • 17 Stern, Allen (2007), Interview with Wuala CEO/Founder Dominik Grolimund, CenterNetworks, disponible (...)

7Afin de faire ressortir ces tendances, on racontera ici l’histoire d’une de ces applications, appelée Wuala12, en s’appuyant sur une analyse qualitative de plusieurs matériaux la concernant13. Petite entreprise basée en Suisse, Wuala propose un service que la compagnie elle-même définit comme « stockage social »14 de données en ligne. Les créateurs de Wuala semblent partager le souci de beaucoup d’innovateurs s’attaquant actuellement au développement d’applications P2P de nouvelle génération : c’est-à-dire, la nécessité de conceptualiser et façonner ces applications en prenant en compte un « paradigme basé sur le social »15, la modélisation de phénomènes sociaux tels que les liens d’amitié, la formation de communautés basées sur les affinités, l’attribution de confiance. Ceci afin de modifier la facilité d’usage et la performance des outils P2P – technologie permettant de facto la formation de réseaux, groupes et relations, mais attribuant à ses nœuds-usagers le rôle d’entités anonymes et non reliées entre elles16. Selon le fondateur de Wuala, Wuala est une nouvelle façon de stocker, partager et publier des fichiers sur Internet. « Contrairement aux systèmes de stockage en ligne traditionnels, Wuala est décentralisé et capable d’exploiter les ressources non utilisées des ordinateurs participants pour construire un stockage en ligne important, sécurisé et fiable. Cela permet à ses utilisateurs d’échanger une partie de leur stockage local pour un stockage en ligne, et nous permet d’offrir un meilleur service gratuitement »17.

  • 18 Grolimund, Dominik (2007), Google Tech Talk on Wuala, disponible en ligne à :

8La continuité naturelle entre une fonction de stockage et une de partage esquissée ici, ainsi que la conformité de la technologie P2P à soutenir cette continuité, peut être retrouvée dans les mots d’un autre membre de l’équipe Wuala : « Vous commencez avec un gigaoctet de (disponibilité de mémoire pour votre) stockage, ce qui est fourni par nous, mais si vous voulez plus, vous pouvez négocier de l’espace disque local pour obtenir du stockage en ligne supplémentaire. Donc, en un sens, il s’agit d’un stockage en ligne avec la puissance du P2P, ce qui signifie que vous obtenez des téléchargements rapides, il n’y a aucune limite de taille de fichier, il n’y a aucune limite (à la puissance du) trafic, plus un certain nombre d’avantages qui dérivent de la sous-jacente technologie P2P »18.

  • 19 Grolimund, cit.

9Mais quels sont donc ces avantages, et comment sont-ils assurés dans le dispositif ? Comme les met en relief la licence de l’utilisateur, ainsi que les explications contenues dans le site Web de la société et les développeurs euxmêmes, ils concernent surtout les façons dont les aspects liés à la vie privée de l’utilisateur sont traités. Aspects qui sont d’ailleurs, de plus en plus explicitement au cœur des préoccupations des innovateurs dans le domaine, renchérit le fondateur de Wuala, en soulignant qu’il s’agit d’une dimension propre à la recherche européenne : en Europe, l’intimité est une question importante et nous pensons que chacun devrait avoir un endroit où il peut stocker des fichiers en privé. Beaucoup de gens sont concernés si l’ensemble de leurs données sont stockées sur les serveurs des grandes entreprises, c’est pourquoi beaucoup d’utilisateurs ne se servent pas de Gmail (et services similaires)19.

Mot de passe, ordinateur et responsabilité de l’usager

10Le premier de ces aspects – qui frappe l’utilisateur dès son premier démarrage de l’application – concerne le mot de passe qui constitue l’identifiant vis-à-vis de l’application : en particulier, son traitement et son emplacement physique. Le formulaire virtuel de souscription informe en effet que « Nous ne connaissons pas votre mot de passe car il ne quitte jamais votre ordinateur. S’il vous plaît, n’oubliez pas votre mot de passe et utilisez, au cas échéant, l’indice de mot de passe »20. Il s’agit donc d’une remise en cause des poids respectifs des droits que l’utilisateur exerce sur ses données, en tant que créateur et maître premier, et des droits acquis par le fournisseur du service sur ces mêmes données. Le trade-off ? Le fournisseur de service ne peut pas récupérer le mot de passe si besoin est : l’utilisateur ne voit donc pas seulement sa privacy renforcée, mais en même temps et pour les mêmes raisons, sa responsabilité des actions qu’il entreprend au moyen de l’application se voit augmentée, tandis que le fournisseur renonce de son plein gré à une partie de son contrôle sur les contenus qui circulent dans et grâce au service qu’il gère.

  • 21 Grolimund, cit.

11Revenons maintenant à un aspect qu’on a il y a peu survolé, mais qui constitue un deuxième important élément de la gestion du droit à la privacy : le mot de passe ne quitte pas l’ordinateur de l’usager qui l’a créé. Les opérations, pour la plupart gérées de façon automatique, liées à la protection des données personnelles sont donc hébergées sur la propre machine de l’utilisateur ; celui-ci voit donc sa place au sein de l’architecture de l’application modifiée en nœud dans un réseau de nœuds équivalents, plutôt qu’un point de départ et d’arrivée pour des opérations qui sont par ailleurs conduites sur une autre machine. La protection des données est aussi assurée par le fait que « tout fichier stocké et partagé au moyen de l’application est crypté sur l’ordinateur de l’usager, avant qu’il ne soit téléchargé, et les opérations d’encryptage et décryptage sont réalisées localement »21, encore une fois, au niveau de la machine.

Stockage et partage dans un réseau de pairs...

12Qu’en est-il, à ce moment, du traitement du matériel qu’on stocke, ou qu’on partage, au moyen de l’application ? On se rappellera que Wuala est un dispositif décentralisé, et donc, l’emplacement physique des contenus gérés est le réseau P2P constitué par l’ensemble des ordinateurs de ses usagers. Le défi est donc d’assurer non seulement qu’à tout moment l’extraction d’un fichier est possible, mais aussi – ce qui nous intéresse plus particulièrement ici – qu’aucun usager du système n’ait accès à des contenus dont il n’est pas le destinataire prévu : en somme, obtenir un équilibre entre agilité du dispositif par rapport à son but, et confidentialité des données qui y circulent. Les créateurs de Wuala s’attachent à ce problème au moyen d’une démarche qu’ils résument en trois termes : encryptage, fragmentation et redondance, qui sont cruciaux dans les opérations soit de stockage, soit de partage.

13Dans le premier cas, quand un usager glisse un fichier dans Wuala, ce fichier est d’abord encrypté sur son ordinateur, comme on l’a vu. Ensuite, le fichier crypté est divisé en fragments, et ces morceaux sont encodés de manière redondante, toujours sur la machine de l’usager, puis téléchargés dans le réseau P2P. Pour les opérations de partage, la « clé d’amitié » entre en jeu, une autorisation d’échange connue seulement par celui qui l’attribue et celui qui la reçoit, et qui permet de reconstituer le fichier.

14Un membre de l’équipe Wuala précise :

  • 22 Grolimund, cit.

15« Maintenant, disons qu’Alice veut partager le fichier avec Bob. Quand ils sont devenus amis pour la pre mière fois, Alice et Bob ont échangé une clé d’amitié, avec laquelle Alice crypte le fichier (...) et l’échange avec Bob, qui télécharge le fichier. L’ordinateur de Bob va retrouver un ensemble de fragments, qui constitue une fraction de tous les fragments présents sur le réseau P2P (...) Ensuite, sa propre machine va décoder, décrypter et ouvrir le fichier. Voici donc les éta pes de base lorsque vous téléchargez un fichier »22.

  • 23 L’espace à notre disposition ne nous permet pas de rendre compte des différentes modifications qui (...)

16Chaque fichier est donc stocké et partagé dans le réseau sous forme de fragments encryptés23. Son emplacement physique, ou plutôt ses multiples emplacements, est donc le réseau constitué par l’ensemble des ordinateurs ; la reconstitution et l’extraction du fichier profitent également de l’aptitude des réseaux P2P à sauvegarder et distribuer efficacement, et fournir rapidement accès aux copies, ou morceaux de copies, présents directement sur le réseau d’usagers. Cette fonctionnalité, ainsi que le nombre d’opérations concernant les données sensibles de chaque utilisateur qui ont lieu sur sa propre machine, s’appuient sur la capacité des réseaux P2P à anonymiser les échanges vis-àvis une autorité centrale, intérieure ou extérieure au dispositif.

... qui établissent liens directs d’amitié

  • 24 Le Fessant, cit., p. 34.

17L’introduction d’un mécanisme d’ « ajout d’amis », propre aux réseaux sociaux, et le rapport direct entre le lien d’amitié établi et l’accès aux données de l’ami – mise en relation dont sont éliminés les intermédiaires – renforce la dimension de confidentialité dans les activités de stockage et partage, d’une façon que les réseaux sociaux les plus populaires d’aujourd’hui ne permettent pas. On a écrit à ce propos que « le mécanisme d’ajout d’amis, basé sur l’échange par un canal privé d’un secret utilisable une seule fois, a deux avantages : il autorise l’accès à telles ou telles données ; l’utilisateur identifie ainsi chaque personne qui se connecte à son ordinateur, en fonction du degré de confiance qu’il lui a accordé pour ses données personnelles »24.

  • 25 Grolimund, cit.

18Quand il s’agit d’attribution de confiance réciproque entre utilisateurs, le but du dispositif n’est plus l’anonymat, soulignent les développeurs de Wuala : « (Si vous êtes son ami), vous pouvez voir que chaque fichier a été téléchargé par un utilisateur particulier. Vous pouvez aller directement à son compte et voir les autres fichiers qu’il partage avec vous. (...) l’anonymat (...) était l’intention du Freenet. Notre système, c’est construire une plate-forme légale, un stockage en ligne où chacun a son espace »25.

19Du point de vue de l’utilisateur, les fonctionnalités « sociales » du dispositif sont par ailleurs accentuées par son interface, construite de manière à suggérer une continuité avec les réseaux sociaux aujourd’hui les plus populaires : le vocabulaire de « profil », « partage », « amis » et « groupes » est repris, mais adapté au mécanisme de stockage propre au dispositif, qui prévoit différents degrés de confiance que chaque usager peut attribuer à ses amis (ou à l’ensemble du réseau pour les contenus publics), pour chacun des fichiers qu’il stocke dans Wuala. Comme explique un membre de l’équipe :

  • 26 Grolimund, cit.

20« La fenêtre principale ressemble beaucoup à tout système de fichiers, vous avez des dossiers (...) qui ont des couleurs différentes. Les dossiers jaunes sont privés, de sorte que vous y avez seul accès, les dossiers rouges sont partagés avec un nombre défini d’amis, et les bleus sont publics, ce sont ceux auxquels tout le monde peut accéder »26.

Vers des réseaux sociaux en pair-à-pair

  • 27 Notre but étant ici de nous servir de Wuala comme cas d’étude des possibles innovations en termes d (...)

21A la fin de notre rapide voyage dans le « stockage social » de Wuala, il nous semble pouvoir conclure que le bénéfice de la coexistence d’une technologie P2P au niveau de la sauvegarde et de l’extraction des contenus stockés, et d’un modèle de réseau social au niveau des liens d’amitié et de l’attribution de confiance, est en premier lieu la protection des données personnelles ; plus généralement, une définition plus précise de qui obtient l’accès à quelles données dans le cadre du dispositif27. Cette tendance se confirmera-t-elle en cas d’une prochaine adoption à large échelle de réseaux sociaux en pair-àpair, et comment ?

  • 28 Figueiredo, Renato J., P. Oscar Boykin, Pierre St. Juste, David Wolinsky (2008), Social VPNs : Inte (...)

22Le souci partagé par les projets émergents qui, en nombre croissant, approfondissent le croisement entre réseaux sociaux et réseaux P2P a, en fait, en large partie à voir avec une opportunité sociale : un grand pourcentage d’internautes interagit systématiquement avec les sites Web de réseautage social. Or, les infrastructures de réseautage social sont extrêmement aptes à découvrir et établir des liens sociaux, mais sont très peu aptes à permettre des connexions entre un usager et ses pairs au moyen de liens du réseau28. Le défi devient donc d’envisager des architectures novatrices qui intègrent le réseautage aux deux niveaux de l’interface et de l’application.

  • 29 L’Atelier BNP Paribas (2010), Des réseaux sociaux plus confidentiels via une gestion distribuée?, d (...)

23L’intérêt d’une telle démarche devient d’autant plus évident qu’on la considère sous l’angle de la confidentialité et du contrôle sur ses données personnelles. Car, si de plus en plus d’utilisateurs de l’Internet utilisent les réseaux sociaux, beaucoup d’entre eux sont aussi inquiétés par les conditions peu claires, ou excessivement lourdes en termes de droits concédés, qu’ils attribuent au service de réseautage quand ils acceptent de l’utiliser29.

  • 30 Figueiredo et al., cit.

24Comment traduire ces soucis en des architectures robustes, durables et sécurisées est actuellement au centre des préoccupations des chercheurs et développeurs intéressés. Les Social VPNs développés à l’université de Floride30 se proposent de relier les internautes en un réseau virtuel, où des liens P2P au niveau de la couche applicative sont créés, automatiquement, en raison des liens établis au niveau de l’infrastructure de réseau social.

25Dans ce système, chaque utilisateur est l’autorité de certification pour sa couche de son profil, fournissant à chaque membre de la couche (donc ses contacts) un certificat ou une clé dont il est le créateur31 (on se rappellera ici de la clé d’amitié de Wuala). NoseRub, un protocole de réseautage social décentralisé dont il existe actuellement une implémentation d’essai, permet aux applications utilisant le protocole de conserver des informations sur les données composant les profils de chacun des contacts. Ceci permet aux usagers du réseau de garder ses informations de profil sur leurs propres terminaux, et à ses terminaux d’interagir et se synchroniser automatiquement32.

26Appleseed, un projet/vision de réseau social décentralisé, est basé sur la volonté de considérer l’usager en tant que « un citoyen du Net, plutôt qu’un consommateur à cibler », ainsi que sur une « attention importante attribuée à la privacy et la sécurité », vues comme piétinées par les pratiques de placement de publicité, et de data management, largement en vogue dans les réseaux sociaux classiques33. Le projet a actuellement de sérieux problèmes financiers, mais comme ses voisins plus fortunés, il vise à construire un modèle de réseau distribué dans lequel un profil sur un site Web Appleseed puisse devenir l’« ami » d’un profil sur un autre site Web Appleseed, et permettre aux deux profils d’interagir directement.

Conclusion

27L’analyse de notre cas d’étude – ainsi que, plus largement, des projets actuellement présents dans le domaine des outils de réseautage social en P2P – nous amène à observer deux tendances susceptibles d’améliorer la protection des données privées des utilisateurs des réseaux sociaux.

28D’un côté, l’emploi d’une architecture P2P sollicite une reconfiguration des pratiques de gestion de données par rapport aux réseaux sociaux massivement utilisés à ce jour ; cette reconfiguration comporte des changements dans le statut du fournisseur du service, des informations auxquelles il a accès, et des lieux physiques où sont réalisés les stockages et partages des contenus créés par les utilisateurs. Par ailleurs, ces applications s’attachent aussi à remédier à certaines fragilités des réseaux P2P classiques qui, afin de rendre filtrages, blocages et identifications plus difficiles, maintenaient autant que possible l’anonymat des utilisateurs même quand la connaissance réciproque de l’identité entre nœuds communicants aurait rendu le réseau plus robuste. On observe donc une tendance à renforcer le caractère personnel des requêtes et autorisations liées à l’établissement d’ « amitiés » sur le réseau, tels que le mécanisme d’ajout des amis et l’attribution de différents degrés de confiance selon tel ou tel autre contact.

29Il est d’autant plus intéressant de suivre les imminents développements dans ce domaine qu’on observe aujourd’hui nombre d’interventions juridiques visant à réduire de manière drastique, voire à éliminer un certain type de trafic P2P – qui risque par ailleurs d’entraîner la perte ou l’annulation des possibles bénéfices pouvant être tirés du P2P « légitime », de plus en plus proposé comme une alternative valable pour une variété d’applications et de services.

30Ces naissantes applications au croisement des réseaux sociaux et P2P sont l’exemple d’une définition du droit à la vie privée construite sur la dialectique, et pas sur l’opposition traditionnellement observée, dans les deux aspects de la connaissance de l’identité et l’anonymat. De futures recherches pourront éclairer ultérieurement les implications juridiques et sociales de cette dialectique.

Haut de page

Bibliographie

ACQUISTI, ALESSANDRO ET RALPH GROSS (2006), Imagined Communities : Awareness, Information Sharing, and Privacy on the Facebook, en P. Golle et G. Danezis (dir.), Proceedings of 6th Workshop on Privacy Enhancing Technologies, Cambridge, U.K : Robinson College, pp. 36-58.

BIDDLE, PETER, PAUL ENGLAND, MARCUS PEINADO, AND BRYAN WILLMAN (2002), The

Darknet and the Future of Content Distribution, ACM Workshop on Digital Rights Management.

BOYD, DANAH (2008), Facebook’s Privacy Trainwreck : Exposure, Invasion, and Social Convergence, Convergence 14 (1).

BOYD, DANAH ET NICOLE ELLISON (2007), Social Network Sites : Definition, History, and Scholarship, Journal of Computer-Mediated Communication 13 (1).

ELKIN-KOREN, NIVA (2006), Making Technology Visible : Liability of Internet Service Providers for Peer-to-Peer Traffic, New York Journal of Legislation and Public Policy 9, pp. 161.

FIGUEIREDO, RENATO J., P. OSCAR BOYKIN, PIERRE ST. JUSTE, DAVID WOLINSKY (2008),

Social VPNs : Integrating Overlay and Social Networks for Seamless P2P Networking, Proceedings of the 2008 IEEE 17th Workshop on Enabling Technologies : Infrastructure for Collaborative Enterprises, Washington, DC : IEEE Computer Society, pp. 93-98.

GARNIER, ALAIN (2009), Les réseaux sociaux P2P : prospectives et usages, communication présentée au séminaire « Le travail coopératif : prochain défi du pair-à-pair ? », INRIA Rocquencourt, 14 mai 2009.

HALES, DAVID (2006), Emergent Group-Level Selection in a Peer-to-Peer Network, Complexus 2006 (3), pp. 108-118.

LE FESSANT, FABRICE (2009), Les réseaux sociaux au secours des réseaux « pair-à-pair », Défense nationale et sécurité collective 2009 (3), pp. 29-35.

POUWELSE, J.A., P. GARBACKI, J. WANG, A. BAKKER, J. YANG, A. IOSUP, D.H.J. EPEMA, M.

REINDERS, M. VAN STEEN, H.J. SIPS (2006), Tribler : a Social-Based Peer-to-Peer System, Concurrency and Computation : Practice & Experience 20 (2), pp. 127-138.

SCHOLLMEIER, RUDIGER (2001), A Definition of Peer-to-Peer Networking for the Classification of Peer-to-Peer Architectures and Applications, IEEE International Conference on Peer-to-Peer Computing, pp. 101-102.

Haut de page

Notes

1 Schollmeier, Rudiger (2001) A Definition of Peer-to-Peer Networking for the Classification of Peer-toPeer Architectures and Applications, IEEE International Conference on Peer-to-Peer Computing, pp. 101-102.

2 Biddle, Peter, Paul England, Marcus Peinado, and Bryan Willman (2002), The Darknet and the Future of Content Distribution, ACM Workshop on Digital Rights Management, disponible en ligne à

<">www.bearcave.com/misl/misl_tech/msdrm/darknet.htm#_ftn1>

3 Elkin-Koren, Niva (2006), Making Technology Visible: Liability of Internet Service Providers for Peer-toPeer Traffic, New York Journal of Legislation and Public Policy 9, pp. 1-61; Hales, David (2006) Emergent Group-Level Selection in a Peer-to-Peer Network, Complexus 2006 (3), pp. 108-118.

4 Boyd, Danah et Nicole Ellison (2007), Social Network Sites: Definition, History, and Scholarship, Journal of Computer-Mediated Communication 13 (1).

5 Boyd, Danah (2008), Facebook’s Privacy Trainwreck: Exposure, Invasion, and Social Convergence, Convergence 14 (1).

6 Acquisti, Alessandro et Ralph Gross (2006), Imagined Communities: Awareness, Information Sharing, and Privacy on the Facebook, en P. Golle et G. Danezis (dir.), Proceedings of 6th Workshop on Privacy Enhancing Technologies, Cambridge, U.K: Robinson College, pp. 36-58; Le Fessant, Fabrice (2009) Les réseaux sociaux au secours des réseaux « pair-à-pair », Défense nationale et sécurité collective 2009 (3), pp. 29-35.

7 Elkin-Koren, cit., p. 10.

8 <,">www.google.com>, <,">www.facebook.com>, <http://picasaweb.google.com>

9 Comme l’a démontré le séminaire « Le travail coopératif : prochain défi du pair-à-pair ? », INRIA Rocquencourt, 14 mai 2009, dont les matériaux sont disponibles en ligne à :

<www-c.inria.fr/Internet/rendez-vous/iliatech/pair-pair>

10 Garnier, Alain (2009), Les réseaux sociaux P2P : prospectives et usages, communication présentée au séminaire « Le travail coopératif : prochain défi du pair-à-pair ? », INRIA Rocquencourt, 14 mai 2009.

11 Voir la section 3.

12 D’après le mot français se prononçant de la même façon, signifie « voilà vos fichiers ». Voir Frequently Answered Questions (FAQ) de Wuala à <">www.wuala.com/fr/support/faq/c/1#id000100>

13 Plus précisément, conférences disponibles en ligne, site Web de la compagnie, release notes, interventions sur le forum de support à l’utilisateur, entrevues avec les développeurs.

14 Voir <">www.wuala.com/fr/learn/features>

15 Voir par exemple Pouwelse, J.A., P. Garbacki, J. Wang, A. Bakker, J. Yang, A. Iosup, D.H.J. Epema,

M. Reinders, M. van Steen, H.J. Sips (2006), Tribler: a Social-Based Peer-to-Peer System Concurrency and Computation : Practice & Experience 20 (2), pp. 127-138.

16 Pouwelse et al., cit., p. 127.

17 Stern, Allen (2007), Interview with Wuala CEO/Founder Dominik Grolimund, CenterNetworks, disponible en ligne à <">www.centernetworks.com/interview-wuala-founder-ceo-dominik-grolimund>

18 Grolimund, Dominik (2007), Google Tech Talk on Wuala, disponible en ligne à :

<">www.wuala.com/en/learn/techtalk>

19 Grolimund, cit.

20 Voir FAQ de Wuala, “Security and Privacy”, à <">www.wuala.com/fr/support/faq/c/20#a_20>

21 Grolimund, cit.

22 Grolimund, cit.

23 L’espace à notre disposition ne nous permet pas de rendre compte des différentes modifications qui au cours du temps ont intéressé la présence et le rôle d’un serveur central, utilisé à la fois comme sauvegarde de sureté et comme « nœud primaire » afin d’assurer la redondance pendant la phase d’amorçage (c’est-à-dire, jusqu’à ce que le nombre d’usagers adoptant le système ne devienne suffisant à assurer sa stabilité).

24 Le Fessant, cit., p. 34.

25 Grolimund, cit.

26 Grolimund, cit.

27 Notre but étant ici de nous servir de Wuala comme cas d’étude des possibles innovations en termes de protection de la vie privée dans les applications émergentes d’outils sociaux en P2P, on omet par brièveté une discussion des difficultés d’implémentation, et des situations de mise à l’épreuve, d’un système tel que Wuala (on en cite deux pour référence, la consistance des données et la construction d’un système de réputation durable), bien qu’il s’agisse de questions importantes pour le fonctionnement et la stabilité du dispositif, qui mériteront d’être explicitées et approfondies ailleurs.

28 Figueiredo, Renato J., P. Oscar Boykin, Pierre St. Juste, David Wolinsky (2008), Social VPNs : Integrating Overlay and Social Networks for Seamless P2P Networking, Proceedings of the 2008 IEEE 17th Workshop on Enabling Technologies: Infrastructure for Collaborative Enterprises, Washington, DC: IEEE Computer Society, pp. 93-98. Aussi disponible en ligne à : <http://byron.acis.ufl.edu/papers/cops08.pdf>

29 L’Atelier BNP Paribas (2010), Des réseaux sociaux plus confidentiels via une gestion distribuée?, disponible en ligne sur <">http://www.atelier.fr/reseaux/10/09022010/reseaux-sociaux-gestion-distribuee-peer-topeer-confidentialite-service-tiers-39347-.html">>

30 Figueiredo et al., cit.

31 L’Atelier BNP Paribas, cit.

32 NoseRub, <http://noserub.com/quick-facts>

33 The Appleseed Project, <http://appleseed.sourceforge.net>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Musiani, « Ménager le droit à la vie privée entre anonymat et connaissance de l’identité », Terminal [En ligne], 105 | 2010, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1882 ; DOI : 10.4000/terminal.1882

Haut de page

Auteur

Francesca Musiani

Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI), MINES ParisTech/CNRS francesca.musiani@mines-paristech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals