Navigation – Plan du site
Repères

Usage silencieux du téléphone portable et interactions quotidiennes

Fredj Zamit

Résumé

L’article de Fredj Zamit étudie l’usage silencieux du téléphone portable au regard de la communication interpersonnelle non-distante. L’auteur essaie de montrer comment l’usage en question engendre des mutations dans les interactions quotidiennes entre des personnes partageant les mêmes lieux publics.

Le téléphone portable représente un espace de fuite et favorise l’enfermement de l’utilisateur par rapport à son environnement. L’individu établit une interaction conviviale avec son appareil au détriment de la communication non-verbale (gestuelle, posturale, faciale etc.) avec l’Autre.

Mais faut-il considérer comme un mal a priori le fait que les porteurs de téléphone cherchent à éviter le contact, à s’afficher ostensiblement comme isolé, en communication avec un autre distant ou bien simplement en train de jouer ?

La lecture dans le métro n’a-t-elle pas d’abord ce but, ce que personne ne critique. Ce comportement peut également être interprété comme la recherche d’un substitut qui vient combler l’absence d’un interlocuteur réel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

usage, téléphone
Haut de page

Texte intégral

1Parmi les nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC), le téléphone portable, bien que ses caractéristiques techniques n’aient cessé d’évoluer, n’est plus un phénomène de mode et son usage s’est relativement stabilisé. De plus, contrairement aux autres nouvelles technologies qui sont toujours mises à l’épreuve, telle que les jeux vidéo, le téléphone portable s’est enraciné dans nos sociétés. Il a aussi prouvé son apport en matière de communication sociale. Ici, c’est cette performance sociale et intégrative que nous remettons en question. À l’encontre de cette thèse, dans des situations de communication en face à face, le téléphone portable nous semble un écueil dans la découverte de l’Autre.

2En effet, cet article vise à esquisser une mise en intelligibilité d’un phénomène de prime abord marginal dans l’utilisation des NTIC, à savoir les relations interpersonnelles au regard de l’usage silencieux du téléphone portable. La nouveauté de cette contribution est de questionner le rôle de l’objet technique hors situation de communication. Précisément, nous nous intéressons à l’usage silencieux de cette technologie dans différents lieux publics et nous tâchons de cerner son impact sur les relations sociales. Dans cette analyse nous nous appuyons sur une démarche ethnographique. En nous présentant en tant qu’observateurs avertis, nous scrutons les comportements communicatifs des utilisateurs du téléphone portable dans l’espace public. Ensuite, par le biais d’une approche descriptive, nous dressons une typologie pour les interactions entre les communicants et nous essayons d’en donner une interprétation sociale.

Considérations contextuelles de la recherche

3Le geste communicationnel n’est interprétable que dans la situation dans laquelle il émerge. Le cadre spatio-temporel et social oriente la conduite des communicants et pèse sur leurs interactions. Dominique Picard (1992) appelle « contexte » ces conditions qui comportent le cadre situationnel de la communication, l’institution, le nombre des participants et les relations entre eux. En l’occurrence, ces deux derniers paramètres ne sont pas décisifs pour notre recherche puisque nous focalisons notre observation sur les relations entre des individus inconnus les uns des autres et en co-présence spontanée. Quant aux considérations liées à l’institution (club, entreprise, famille etc.) nous ne les prenons pas en compte, car nous nous bornons aux lieux publics dans leur acception la plus concrète et la plus large.

4Cependant, ces lieux sont très divers et ils peuvent influer différemment sur le comportement des personnes. Ici, nous nous intéressons seulement à deux catégories d’espaces. Il s’agit, d’abord, des lieux publics réservés à la circulation pédestre comme les rues, les halls de grandes galeries, des centres commerciaux et des gares. Ensuite, nous retenons une deuxième catégorie d’espaces qui comprend les lieux semi-fermés comme les salles d’attente dans les différents milieux, les salles de conférences, les salles de spectacles etc. où les personnes sont en situation d’attente et ne sont pas en mouvement (assises, debout etc.) et où la co-présence est relativement dense.

5Il est évident que la densité de l’espace, c’est-à-dire le rapport entre le nombre de personnes présentes et le milieu, influe sur le comportement des communicants. Les espaces de la circulation pédestre aussi n’échappent pas à cette règle. Ainsi, la mise en scène de soi et les interactions ne sont pas les mêmes dans une galerie comble de passants que dans une ruelle relativement calme. La présente contribution ne peut pas prendre en considération toutes ces variables et se contente d’étudier des cas de figure génériques.

6Dans ce contexte, la découverte de l’Autre est principalement physique, voire oculaire puisque les personnes auxquelles nous nous intéressons ici sont anonymes les unes pour les autres. Du point de vue d’un utilisateur qui n’est pas accompagné d’autres personnes, le téléphone portable peut jouer le rôle de refuge et permet aux personnes en situation de communication directe de fuir la réalité. Ceci ne peut qu’élargir l’écart qui sépare les personnes partageant le même espace. Précisons que l’enfermement de l’utilisateur et la focalisation de son attention sur son portable ne signifient pas l’absence de la communication, car la sollicitation de l’appareil comporte un message que cet utilisateur adresse aux personnes autour de lui. Si dans des situations ordinaires, ces personnes en présence les unes des autres procèdent à une communication faciale, gestuelle et même verbale pour échanger des messages, la renonciation à ces interactions est aussi un phénomène communicationnel qui contribue à la construction du sens.

7Cependant cette communication intervient pour annoncer une rupture. En s’enfermant dans une communication substitutive avec leurs appareils, les utilisateurs annoncent réciproquement leur indisponibilité. Les communicants persistent dans leur position d’introversion et leur refus peut devenir un message ultime et résistant. Ce « paradoxe dans la communication » [Robert, 2005] se cristallise dans l’enfermement plus ou moins intentionnel des utilisateurs du téléphone portable. On peut qualifier ce genre de comportement de « communication négative ». C’est, donc, l’ambition critique de cette contribution de montrer comment cet outil de communication engendre des mutations d’ordre microsociologiques.

Usage muet du téléphone portable et interactions dans la circulation pédestre

8Dans ses recherches, Erving Goffman a montré comment, en se déplaçant, l’individu contrôle des yeux l’espace devant lui, ce qui constitue sa « zone de surveillance » [Goffman, 1973]. Même s’il regarde tout droit, l’individu est attentif à tout ce qui l’entoure. La présence d’un inconnu rencontré dans la rue, en raison de l’ambiguïté qui entoure son identité, même s’il y a plusieurs passants, attire l’attention d’un autre piéton, suscite sa curiosité et peut éveiller sa méfiance. En s’entrecroisant ou en circulant l’un à côté de l’autre, à leur approche, les passants échangent des regards. L’identification visuelle rassure l’un et l’autre et atténue leur défiance.

9Chacun reconnaît dans le regard de l’autre de la « bonne foi » ou au moins sa neutralité dans la mesure où il ne représente pas un éventuel danger. Ces échanges non verbaux que nous effectuons dans notre vie quotidienne, souvent d’une manière inconsciente, se trouvent aujourd’hui altérés avec l’avènement de la téléphonie mobile. En observant ces scènes quotidiennes, nous avons constaté que le piéton met souvent en jeu son téléphone portable. Certes, comme plusieurs autres accessoires, cet appareil sert à la mise en scène de soi dans l’espace public. Pourtant, son impact sur la communication interpersonnelle directe est insigne.

10De nos jours, le passant circule sans rechercher le regard rassurant du visage de l’Autre. Il renonce à ce geste oculaire, à l’inquiétude prompte et à la gratification qu’il implique. Notamment dans les espaces ouverts et peu denses, le piéton prévoit cette situation relativement contraignante dans la mesure où elle l’oblige à prendre en considération la présence d’une autre personne. En apercevant dans son champ visuel un autre piéton qui s’approche de lui, il « invoque » son téléphone portable. Du coup, il engage une communication avec son appareil et se trouve exempté des interactions en face à face.

11En effet, les utilisateurs qui évitent de confronter les autres et les fuient, font de leurs appareils un interlocuteur. Cet outil technique est l’incarnation d’un Autre virtuel qu’on sollicite au besoin afin de dépasser notre isolement. L’utilisateur, penché sur son téléphone portable, pianote, consulte différentes rubriques, vérifie s’il y a des appels entrants, bref il effectue différentes opérations, flâne entre les rubriques sans objectif réel. L’écran de l’appareil qui s’allume, les touches voyantes, les icônes animées, les signes qui s’affichent et d’autres qui disparaissent, enfin les effets sonores qui accompagnent les opérations, toutes ces unités constituantes du dispositif technique offrent à l’utilisateur un environnement convivial et divertissant.

12De plus, le téléphone portable n’est pas seulement habité par l’imaginaire comme tous les objets, mais aussi il incarne une promesse d’appel qui peut se réaliser d’un moment à l’autre. Il y a donc derrière l’espace écranique un interlocuteur fictif avec lequel on est censé être en contact d’une manière instantanée. Mais, en l’absence d’une véritable communication interpersonnelle, c’est avec l’appareil qu’on interagit.

13Pendant tout ce processus qui, d’ailleurs, ne dure que quelques secondes, l’utilisateur se laisse absorber par son téléphone portable alors que l’autre piéton, venant à son encontre, le sollicite à travers un regard d’identification en cherchant dans sa figure un signe de reconnaissance mutuelle. Or, l’utilisateur qui a calculé toute la scène à l’avance, préfère recourir à un Autre fictif, aussi pour laisser l’autre piéton imaginer qu’il est en train de communiquer et qu’il n’est donc pas seul. De fait, il y a dans la sollicitation de l’appareil une exclusion de la personne partageant les mêmes lieux publics. « [...] l’ignorance étudiée semble manifester clairement un refus de reconnaître l’existence de l’observé » [Ling, 1998].

14De surcroît, ce dernier éprouve une certaine déception en constatant que l’autre personne est indifférente envers sa sollicitation gestuelle. Le feedback de son message, c’est-à-dire le refus du regard rassurant et affirmatif par autrui, s’apparente à une offense. Notons que ce comportement kinésique n’a pas été adopté par politesse. Bien au contraire, c’est une ignorance studieusement choisie qui exprime un certain désintérêt.

15Par ailleurs, il est probable que la personne qui confronte cette situation, à son tour, réagira avec indifférence en tournant son regard vers le côté opposé à son interlocuteur de manière à l’exclure de son champ visuel. De plus, dorénavant, elle anticipera les réactions d’autrui. Elle adoptera la même stratégie et cherchera réciproquement à s’abriter dans son téléphone. Ainsi, en utilisant le même langage relationnel elle donnera une réponse identique à celle de son présupposé interlocuteur, croisé spontanément dans les lieux publics. Remarquons au passage que ces mêmes piétons ne se seraient pas comportés de la même manière s’ils avaient été accompagnés d’autres personnes. Comme le note Julien Morel « lorsque le téléphoniste est seul, le mobile fait fréquemment l’objet d’attentions régulières » [Morel, 2002].

16Ces gestes, bien qu’ils soient communicatifs, débouchent sur un enfermement des parties communicantes sur elles-mêmes, une situation dans laquelle elles persistent. De ce fait, il n’y a plus un véritable échange des messages entre ces parties qui appartiennent d’ailleurs au même système symbolique [Corbalan, 1997]. L’utilisateur concentre tous ses sens sur une communication interne avec son téléphone portable et néglige son entourage auquel il annonce indirectement sa constante indisponibilité puisqu’il paraît occupé ou en train de communiquer.

Usage muet du téléphone portable dans les lieux publics semi-fermés

Le téléphone portable, un moyen d’évasion du réel

17La co-présence situationnelle dans des espaces publics semi-fermés, étant inscrite dans une autre proxémique, engendre un usage différent du téléphone portable. Rappelons d’abord que nous nous intéressons, ici, aux personnes en situation d’attente. La présence des personnes anonymes les unes pour les autres dans un espace restreint comme, par exemple, une salle d’attente ou un moyen de transport en commun nécessite un comportement plus mesuré et plus attentif par rapport à autrui. Bien que la personne ne doive pas nécessairement coopérer, elle est contrainte de se positionner et de participer à une mise en scène collective.

18Dans ces situations, l’usage silencieux du téléphone peut alléger l’engagement de l’individu vis-à-vis de son entourage. En arrivant sur le lieu, l’individu, après avoir « balayé » l’espace d’un regard rapide, prend place et se situe parmi le groupe des personnes présentes dans cet espace. Après quelques instants, il se rend compte du silence et des regards qui l’entourent et devient plus conscient de cette situation plus ou moins contraignante. Dans cette circonstance, le téléphone portable représente non seulement un moyen approprié d’évasion, mais il permet aussi de dépasser le silence, parfois désagréable. Dans Les branchés du portable, Francis Jauréguiberry décrit comment l’outil de communication devient un moyen de prolongement de soi.

19Parlant de l’utilisateur, il affirme : « En se débarrassant de la pesan teur d’un environnement physique qu’il avait dû jusqu’alors supporter, il eut l’impression, grâce à son portable, de « décoller » d’où il se situait physiquement pour se diriger médiatiquement vers là où il voulait » [Jauréguiberry, 2003 p. 18]. Prétextant une éventuelle réception d’un message ou le fait de s’informer sur l’heure, l’utilisateur extrait donc son appareil et enchaîne les opérations. Par le biais de son portable, il substitue un environnement virtuel et des communicants potentiels à son environnement actuel et immanent.

20L’utilisateur détourne le portable de son usage fonctionnel à proprement parler comme la téléphonie et l’échange de messages. En le transformant en communicant, il se l’approprie et l’utilise comme une prothèse sociale. Audelà même de la fonction symbolique des moyens de communication, le recours au téléphone est considéré comme une évasion de l’Autre. Dans cette situation proximale, le contact entre ces personnes partageant la même situation est difficile, car elles sont obligées de maîtriser des rites, de mobiliser des stéréotypes, de respecter des codes d’échange, etc.

21De ce fait, l’individu préfère se replier sur lui-même. Face à cette communication à la fois incommode et incertaine, il n’est pas toujours prêt à confronter l’altérité du réel. Le téléphone représente donc un alibi approprié permettant de fuir la réalité. Contrairement à la circulation pédestre, cette situation permet d’utiliser l’appareil de manière aisée et de réaliser des opérations qui nécessitent une certaine concentration telle que les jeux, la relecture d’anciens messages ou l’exploration des possibilités techniques de l’outil de communication. Généralement, ces actions sont effectuées de manière divertissante. Étant fixé dans un endroit public, l’utilisateur cherche à combler le moment d’attente, la solitude et parfois l’ambiance pesante. L’usage, ici, est un passe-temps et il est dominé par un aspect ludique.

22Néanmoins, il occupe l’individu qui mobilise ses sens et se laisse attirer par les performances virtuelles de la technologie et ses possibilités grandissantes de distraction comme les diverses applications musicales. De plus, en permettant la connexion à Internet ou encore à la télévision mobile, les nouvelles générations de la téléphonie élargissent les espaces virtuels de cet outil. Il n’est pas rare aujourd’hui d’observer des personnes les oreilles bouchées d’écouteurs et les yeux englués aux écrans de leurs téléphones portables. Grâce à leur multifonctionnalité et aux accessoires de péritéléphonie de plus en plus adaptés, ces outils multimédias permettent d’occuper simultanément les divers sens de l’utilisateur.

Interactions homme-machine versus interaction interpersonnelle

23Certes, le téléphone portable a un potentiel social non négligeable. Il sert à tisser les liens et il favorise la consolidation du capital social de son utilisateur. Or, on constate qu’il a aussi des retombées négatives. L’usage symptomatique que nous avons dépeint plus haut se maintient au détriment de la communication interpersonnelle directe et ceci sur plusieurs niveaux.

24D’abord, l’utilisateur, étant absorbé par l’univers intérieur offert par son appareil, est peu sensible à son environnement. Il écoute mais il n’entend pas, il regarde mais il ne voit pas. Même si ses sens ne sont pas tous mobilisés par l’utilisation de son appareil, il reste attiré par ce dernier. Il se dérobe également à la communication non verbale avec les personnes qui l’entourent. Ensuite, recroquevillé sur lui-même, l’appareil entre les mains, l’utilisateur est concentré sur ses opérations. Par conséquent, il ne met pas en œuvre les compétences communicatives et expressives de son propre corps. Dans ce contexte, Philippe Breton parle même d’une « communication sans corps » [Breton, 2003/2004 p. 63]. Enfin, la concentration sur l’espace de l’écran exclut les interactions faciales de l’utilisateur avec les personnes environnantes. L’échange d’expressions émotionnelles intersubjectives n’est plus possible tant que l’un des interlocuteurs éventuels est engagé dans un autre genre de communication.

25En effet, le téléphone portable, d’ores et déjà domestiqué, se substitue à l’individu. Désormais, l’utilisateur exprime ses émotions en fonction de ce qui ce passe sur l’écran de son appareil en tant que système pourvu d’une interface immersive et conviviale. Il établit donc une communication tactile et faciale avec ce dernier. Les capacités de simulation et de visualisation de modèles abstraits, comme l’interactivité des icônes animées et polymorphes du téléphone portable, nourrissent davantage l’utopie d’un interlocuteur « intelligent ». De fait, l’interactivité avec la machine prend le pas sur l’interaction interpersonnelle.

26Dans ce contexte situationnel, l’utilisateur du téléphone portable ne tourne pas seulement le dos aux autres personnes, mais il est aussi hors d’état de réagir à leurs attitudes. Les personnes en situation de co-présence font spontanément des gestes. Mais, étant dans un groupe, elles s’attendent aussi aux réactions des autres, à un échange communicationnel symbolique ou même phatique. Ainsi, par exemple, si une personne tousse ou bâille, bon gré, mal gré, elle agit sur les autres acteurs et jette un regard pour s’informer de leurs réactions affectives et émotionnelles.

27Or, vraisemblablement, l’utilisateur du portable demeure inattentif à ses sollicitations. Il est également moins ouvert au dialogue. Sa situation et ses actions renseignent les autres sur son indisponibilité. Son enfermement ne le laisse même pas s’informer sur les possibilités d’interaction. Si l’usage du téléphone n’empêche pas directement la communication verbale, il minimise au moins les chances de communication et d’échange. Il tend à dénaturer les relations entre les individus. Un passager dans un bus, au lieu d’engager une discussion éventuelle avec son voisin de siège et au lieu de s’ouvrir visuellement sur son environnement, préfère s’immerger dans une interaction factice et rôder dans le monde imaginaire de son appareil.

Le téléphone portable comme refuge

28L’usage muet n’est pas toujours une fuite du réel. Aussi, il n’est pas choisi par engouement. Parfois, il peut être interprété comme un refuge. En l’occurrence, ce n’est pas l’utilisateur qui se confine et néglige son entourage, mais c’est le groupe hétérogène et reconstitué qui semble ignorer l’individu. Ce comportement communicatif est plus fréquent dans les lieux publics semi-fermés où les personnes partagent un intérêt commun tel que la salle d’attente dans un cabinet de médecin ou la salle de conférence.

29Notons d’abord que le choix de la place et le positionnement par rapport aux autres personnes est en soi une forme de communication (Hall, 1984). En entrant dans ce genre d’espace, l’individu prend place dans le groupe. Puis, il s’ajuste et jette un regard sur les autres personnes non seulement pour échanger avec eux des « signaux de reconnaissance » (Goffman, 1973 p. 128) mais aussi pour repérer une interaction ou un échange éventuels. Si aucune conversation n’a eu lieu, il commence à se demander : « Comment dois-je gérer cette co-présence physique spontanée avec autrui ? ». Ce besoin de s’occuper est accru si d’autres personnes sont en train de réaliser un échange verbal sans essayer d’intégrer le nouvel arrivant dans leurs interactions.

30En effet, dans les situations où le groupe effectue un certain échange communicationnel, les personnes qui se trouvent isolées voient dans le téléphone portable un interlocuteur qui vient compenser l’absence d’un communicant. Du coup, l’outil de communication se métamorphose en communicant. Ce refuge permet de dépasser l’isolement, notamment tel qu’il est intériorisé par la personne concernée. Car, ici, le regard d’autrui devient le miroir dans lequel l’individu voit sa propre situation.

31L’utilisateur se met en scène. En pianotant sur son téléphone, il ne veut pas seulement surmonter son isolement, mais aussi il cherche à se définir aux yeux des autres en tant que personne non-isolée [Quéré, 1988]. Le téléphone portable, comme fenêtre sur un monde extérieur, voire comme symbole d’ubiquité, est bien adapté à ce rôle.

32Outre son utilité et le prestige qu’il incarne, il renvoie à la richesse du capital social de son possesseur : l’usage silencieux se présente dans l’imaginaire de l’utilisateur comme la suite logique de l’usage ordinaire que l’on fait du portable. Avec cet outil, on est susceptible d’entrer en communication avec une autre personne à tout moment et de différentes manières. Grâce à cette vocation, le téléphone devient favorable au camouflage des intentions réelles de l’utilisateur. Se présenter comme « branché », c’est donner une image positive de soi et renforcer la gratification sociale à travers l’appropriation du dispositif technique. Cependant, ce comportement risque de nourrir l’illusion et de favoriser davantage l’isolement. Au cours du temps, l’individu sera enclin à prendre cet ersatz pour communication interhumaine. Ainsi en prétextant le refuge, l’utilisateur peut systématiquement opter pour l’enfermement sur lui-même.

Conclusion

33Tout bien considéré, les conduites que nous avons essayé de mettre en lumière ne sont pas pathologiques. Elles reflètent, néanmoins, un changement significatif dans les interactions communicatives de la vie quotidienne qui débouche sur une nouvelle codification des relations sociales. Le comportement des utilisateurs est marqué par une réticence envers leur environnement. Avant l’avènement du portable, l’individu était souvent en interaction avec son milieu.

34En revanche, de nos jours, il tend vers une communication intérieure. Bien qu’il soit par excellence un outil de communication, en devenant l’objet d’un autre usage marginal, le téléphone portable représente parfois un obstacle dans la découverte de l’Autre. L’échange symbolique par le biais de la communication directe dans la vie quotidienne semble en régression. Certes, l’expression de soi et les échanges trouvent leur chemin dans les nouvelles technologies de la communication qui ne cessent de renforcer l’autonomie et la liberté des individus [Martin, 2003]. Les NTIC proposent de nouvelles formes de sociabilité.

35Or, dans ses nouvelles pratiques, l’utilisateur est enclin à adopter une pseudo-communication. Il voit dans son appareil le miroitement de sa propre image. L’Autre virtuel avec lequel il est supposé communiquer est aussi un prolongement de sa propre identité mobile. En effet, cette mobilité enfermée dissimule un monologue narcissique sous-jacent. Les possibilités illimitées de communication et ses avantages pratiques ne doivent pas nous occulter un isolement croissant chez les individus, qui risque de se transformer en autisme. En effet, dans cette approche de surface, nous avons essayé de faire transparaître quelques articulations entre technologies de communication et sociabilité. Les constatations que nous avons dégagées doivent être étayées davantage par des recherches approfondies.

36

Haut de page

Bibliographie

RETON, Philippe (2003/2004), « La convivialité : variante de la désincarnation contemporaine ? » in Quadernei, n° 53, p. 61-66.

CORBALAN, Jean-Antoine (1997), « Le téléphone portable : usages et usagers », in

Communication & Langage, n° 113, p. 90-103.

GOFFMAN, Erving (1973), La mise en scène de la vie quotidienne. T. 2 Les relations en public, trad. Alain Kihm, Paris, Édi. de Minuit.

HALL, Edward T (1984) Le langage silencieux, trad. Jean Mesrie et Barbara Niceall, Paris, Éditions du Seuil.

JAURÉGUIBRRY, Francis (2003) Les branchés du portable : sociologie des usages, Paris, Presses Universitaires de France.

LING, Richard (1998), « Téléphone mobile au restaurant. « On peut parler de mauvaises manières ! » » in Réseaux, n° 90. p. 51-70.

MARTIN, Corinne (2003), « Le téléphone portable : machine à communiquer du secret ou instrument de contrôle social ? », in Communication & Langage, n° 136, p. 92-105.

MOREL, Julien (2002), « Une ethnographie de la téléphonie mobile dans les lieux publics » in Réseaux, volume 20, n° 112-113, p. 48-77.

PICARD, Dominique (1992), « De la communication à l’interaction », in Communication & Langage, n° 93, p. 69-83.

QUÉRÉ, Louis (1988), « Sociabilité et interactions sociales », in Réseaux, n° 29, p. 75-91.

ROBERT, Pascal (2005), « De la communication à l’incommunication » in Communication & Langage, n° 146, p. 3-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fredj Zamit, « Usage silencieux du téléphone portable et interactions quotidiennes », Terminal [En ligne], 105 | 2010, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1895 ; DOI : 10.4000/terminal.1895

Haut de page

Auteur

Fredj Zamit

Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication. Université Paul Verlaine Metz (France). Courriel : fredj.zamit@yahoo.de

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals