Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Informatique, libertés, identités

Jacques Vétois
Référence(s) :

Informatique, libertés, identités

Daniel Kaplan La fabrique des possibles Editions FYP, 2010.

Texte intégral

1Les débats sur liberté, vie privée et informatisation ont été longtemps l’apanage d’informaticiens experts, de médias spécialisés, d’associations militantes et des « autorités administratives indépendantes » comme la CNIL en France. Le développement des réseaux sociaux comme Facebook, où tout un chacun est invité à fournir le plus de détails possibles sur sa vie privée et professionnelle et la multiplication des exemples ayant eu des conséquences désastreuses pour certains internautes naïfs, a changé la façon dont le grand public a pris conscience du problème qui a atteint la presse et les médias.

2Les études réalisées sur le comportement des internautes ont toujours donné le même résultat  : ceuxci, souvent informés de ces problèmes et confrontés au choix entre obtenir directement en ligne une information, un logiciel, une vidéo et fournir leur identité et répondre à des questions plus ou moins indiscrètes, ont dans la majorité des cas accepté d’en passer par les desiderata du service en ligne auquel ils adressaient leur requête.

3Daniel Kaplan part de cette constatation de l’échec des politiques de prévention menées jusqu’ici, aussi bien par les associations que par la CNIL. Non pas pour remettre en cause les acquis de la protection des données personnelles, telle qu’elle est définie dans la Loi Informatique et Libertés et dans les mesures prises dans les autres pays européens, comme certains se sont dépêchés de le faire, mais pour définir une approche à la fois plus offensive et moins dépendante des institutions étatiques et judiciaires, plus individuelle aussi :

4« Il s’agirait... de partager le pouvoir des technologies en outillant les individus au même niveau que les organisations qui veulent en savoir plus sur eux. D’aider les individus, ou les communautés qu’ils composent, à négocier mais aussi à jouer avec les organisations. De leur permettre de jongler avec plusieurs personnalités plus ou moins publiques. De retourner les moyens de surveillance. »

5Les données personnelles forment la matière première à partir de laquelle les services marketing des grands groupes mais aussi les administrations extraient ce dont ils ont besoin pour fonder leur stratégie ou leur politique. Leur utilisation peut sans doute être négociée, et les entreprises ont sans doute intérêt à utiliser des données non polluées par des internautes retors. En contrepartie, des droits et des possibilités peuvent être obtenus comme le droit d’utiliser certaines données, d’assurer leur effacement et de transmettre une partie des informations sur les compétences.

6Mais, où le bât blesse dans la démarche de Daniel Kaplan, c’est qu’il en est des négociations sur les données personnelles comme pour le partage de la plus-value d’une entreprise entre les actionnaires et les employés : il faut établir un rapport de force qui contraigne les entreprises et les administrations à prendre en compte les besoins des internautes et à partager.

7Il n’est pas sûr que spontanément, elles soient prêtes à le faire, comme on le voit devant les difficultés rencontrées par la Commission européenne dans ses négociations avec ses homologues américains concernant les flux de données transnationaux, et par la CNIL quand elle veut faire appliquer la loi française concernant le spamming.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « Informatique, libertés, identités », Terminal [En ligne], 105 | 2010, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1906 ; DOI : 10.4000/terminal.1906

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals