Navigation – Plan du site
Bloc-notes

ABECEDAIRE de la société de surveillance

Jacques Vétois
Référence(s) :

ABECEDAIRE de la société de surveillance

David Forest Editions Syllepse, 2009.

Texte intégral

1Cet petit livre (132 pages) résume toutes les questions un peu oubliées qui depuis quelques années ont été réactivées depuis notre entrée dans une société de surveillance que le spectre du terrorisme justifie.

2« La société de surveillance s’inscrit dans un double mouvement de déréglementation encouragé par les politiques européennes au profit des lois du marché d’une part, et de surréglementation policière d’autre part ». Malgré leurs bonnes intentions affirmées, tous les gouvernements successifs ont approuvé ces démarches par solidarité européenne ou pour ne pas entraver le développement de l’économie numérique dans notre pays.

  • 1

3En particulier, la France s’est dotée d’une « autorité administrative indépendante » en 1978, la CNIL1, et le chapitre qui y est consacré détaille les difficultés rencontrées par cette institution à conserver une certaine crédibilité au gré des affaires qui défraient la chronique médiatique (cf. la dernière en date, le développement du fichier EDVIGE). Citons simplement quelques autres chapitres de cet abécédaire : Big Brother (1984), Carte d’identité, DMP (dossier médical personnel), Fichiers de police, Fichier juif, NIR, Réseaux sociaux, RFID, Vidéosurveillance...

Haut de page

Notes

  1. Commission Nationale Informatique et Libertés.

1Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « ABECEDAIRE de la société de surveillance », Terminal [En ligne], 105 | 2010, mis en ligne le 25 mai 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1907 ; DOI : 10.4000/terminal.1907

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals