Navigation – Plan du site
Panorama des innovations sociales numériques

Du statut d’objet technique à celui d’objet social dans le contexte de la production automatisée d’informations journalistiques

Laurence Dierickx

Résumés

« Bxl’air bot » consiste en une application de monitoring de la qualité de l’air bruxellois réalisée en collaboration avec la rédaction d’Alter Échos, un magazine belge dédié aux actualités sociales. Cette application automatisée est à comprendre comme un objet du journalisme, dont la matérialité est assurée par des publications fondées sur une collecte en temps réel des données relatives à la pollution de l’air ambiant. Au-delà de ce cadre serviciel, elle est également à comprendre comme un outil du journalisme. En enregistrant chaque jour les données relatives aux mesures des polluants atmosphériques dans une base de données, cette dernière permet d’en retracer l’historique et de livrer une analyse statistique. Historique et analyse serviront de base à un projet, plus large, d’enquête journalistique couvrant une période d’un an. La problématique de la qualité de l’air à Bruxelles peut être ici considérée comme un problème public, lequel consiste en la transformation d’un fait social en enjeu de débat public et/ou d’intervention étatique. La quantification, dans le contexte d’un problème public, permet d’assurer une objectivation chiffrée d’une situation donnée. Cet article examine en quoi cette application est le résultat d’interactions entre technique et social, dans la perspective d’interroger les boîtes noires du journalisme et de la technologie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’automatisation de la production d’informations se développe de manière croissante et continue dans l’espace journalistique depuis le début de cette décennie. Ce phénomène s’explique par des technologies de la communication et de l’information en évolution constante, qui constituent le moteur d’innovations (Hammond, 2017) ; mais aussi par des volumes de données disponibles de plus en plus importants. Dans le domaine du journalisme, leur traitement automatisé permet de gérer cette surabondance d’informations rapidement et avec précision (Graefe, 2016). Les systèmes d’information automatisés prennent la forme de « news applications » comportant du texte et/ou des infographies (output) nourris par des données structurées en entrée (input). Ils sont souvent désignés par la locution « robot journalisme », dont la métaphore est porteuse de connotations négatives en termes de représentations au sein du groupe social des journalistes.

2Si certains y ont vu une concurrence, voire une menace, sur l’emploi et l’identité professionnelle des journalistes, d’autres ont souligné l’opportunité de les libérer de tâches répétitives et chronophages pour retrouver du temps qui sera alors réservé à l’enquête ou au travail sur le terrain. Une troisième prise de position consiste à envisager ces technologies dans une perspective schumpétérienne de « destruction créatrice » (Ekbia & Nardi, 2014 ; Benzell et al., 2015) en vertu de laquelle l’innovation détruit le travail humain qu’elle automatise tout en créant des emplois associés à de nouveaux profils. Une quatrième manière d’envisager ce phénomène consiste à « voir le verre à moitié plein » en faisant de la machine une alliée plutôt qu’une adversaire (Brynjolfsson & MacAfee, 2012).

3Cette dernière approche a été retenue dans le cadre d’une recherche s’intéressant aux usages de la production automatisée de contenus. Les deux questions qui la sous-tendent portent sur les conditions d’une association fructueuse entre contenus journalistiques et artefacts d’automatisation, et sur la manière dont ces derniers sont susceptibles d’influer sur les pratiques journalistiques.

4L’expérience « Bxl’air bot » constitue l’une des deux études de cas nourrissant cette recherche. Cette expérience consiste dans le développement d’une application Web automatisée qui collecte et traite en temps réel les données relatives à la qualité de l’air en région bruxelloise. Le terrain de recherche est celui d’une rédaction belge de petite taille sollicitée par la chercheuse dans ce contexte. Cette dernière – dont le background est à la fois journalistique et technique – a assuré, tout au long de cette expérience, un rôle de médiation entre les journalistes et l’objet technologique, en prenant en charge le développement de l’artefact. Si, dans une perspective constructiviste, ce rôle n’était pas dépourvu de neutralité, cette implication a permis de mieux comprendre la manière dont s’articulent les ressorts sociaux sous-tendant les usages d’un système automatisé de traitement et production d’informations : celui des intentions, traduites en procédures informatisées ; celui des médiations entre l’artefact technologique et ses publics ; et celui des représentations, qui vont contribuer à en façonner les usages. Plus particulièrement, cet article examine la manière dont l’artefact technologique est passé du statut d’objet technique à celui d’objet social.

Contexte et objet de l’expérience

5Le projet « Bxl’air bot » a été développé en partenariat avec le magazine belge Alter Échos, qui traite d’actualités relatives aux problématiques sociales. Ce magazine est une émanation de l’Agence Alter, un projet associatif créé en 1995, dont l’objectif est de proposer un « décodage du monde social » sur des thématiques aussi variées que celles de l’emploi, de la santé, du logement ou de l’environnement. Son site Internet diffuse des productions journalistiques ancrées dans l’actualité, en accès payant (sur abonnement) et en accès gratuit (environ un tiers des contenus).

6Il s’agit d’un média de niche, dont le public cible est celui des acteurs de terrain, des décideurs et des professionnels du social mais aussi celui des « citoyens engagés et curieux ». Cinq journalistes y sont employés de manière permanente, à plein temps ou à temps partiel. La rédaction est élargie à une douzaine de collaborateurs indépendants qui, selon leurs domaines de spécialisation, sont impliqués de manière variable dans la production de chaque numéro. Un numéro comprend un dossier central développé sur plusieurs pages et une série d’articles traitant d’actualités.

7L’expérience « Bxl’air bot » consiste dans le développement d’une application automatisée de monitoring de la qualité de l’air bruxellois. Elle peut être comprise comme un objet du journalisme (Anderson & De Maeyer, 2014), dont la matérialité est assurée par des publications en ligne basées sur une collecte en temps réel des données relatives à la pollution de l’air ambiant. Elle peut aussi être comprise comme un outil du journalisme, dans la mesure où l’enregistrement continu des données relatives aux mesures des polluants atmosphériques permet d’en retracer l’historique, tout en livrant une analyse chiffrée qui servira de matériau de base aux journalistes pour traiter un domaine sujet à controverses. Ce faisant, cette application peut potentiellement participer au processus de transformation d’un fait social, la pollution de l’air ambiant, en problème public (Neveu, 1999).

8L’Union européenne contraint ses membres à respecter des normes, qui consistent en des moyennes horaires ou annuelles limites a minima à ne pas dépasser pour les particules fines de type PM10 et PM2.5, l’ozone et le dioxyde d’azote (NO2)1. Les particules fines de type black carbon ne font l’objet d’aucune réglementation européenne, mais leur taux fait néanmoins l’objet de mesures.

9Ces normes, fruit d’un compromis entre les États membres de l’UE, sont contraignantes. Le 28 avril 2016, la Belgique a fait l’objet d’une mise en demeure, lui rappelant ses obligations, notamment en matière du respect de la norme relative au NO2, dépassée pendant trois années consécutives en région bruxellois. De plus, la Commission estime que cette dernière ne prélève pas les concentrations de NO2 dans les endroits où s’observent les concentrations les plus élevées. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publie des recommandations en matière de limites à ne pas dépasser, compte tenu de l’impact de ces polluants sur la santé. À la différence des normes européennes, elles ne s’avèrent pas contraignantes. À l’instar de ces dernières, elles présentent un caractère évolutif dans le temps : chacune des institutions est susceptible de revoir ses taux régulièrement, témoignant du caractère arbitraire de la norme.

10Des organisations citoyennes et d’autres de défense de l’environnement interpellent régulièrement le monde politique à ce propos, remettant en cause la méthode de transmission des données relatives aux taux de polluants – lesquelles excluent une station de mesure où des dépassements de la norme relative au NO2 sont régulièrement constatés – ou en réclamant des actions face à un problème de santé publique. Certaines d’entre elles organisent leurs propres mesures des taux de polluants. Ces initiatives sont régulièrement relayées par les médias belges d’information générale qui, partant, participent à faire écho des controverses (Cefaï, 1996). La place accordée à ce sujet s’inscrit le plus souvent dans la perspective factuelle du traitement de l’actualité, qu’il s’agisse de relayer les préoccupations du monde associatif ou d’alerter sur des phénomènes tels que les smogs ou les pics d’ozone.

11L’objet journalistique de l’application « Bxl’air bot » est ici de rendre compte de la situation sous l’angle de la quantification, « caractéristique constitutive de la science moderne et de l’organisation sociale » (Espeland & Stevens, 2008), en couvrant une période de douze mois. Les résultats engrangés par le robot vont ensuite nourrir un travail journalistique approfondi où les données seront (ou non) exploitées.

12Cette démarche participe à une approche par données dans le journalisme, laquelle est pourtant peu privilégiée au sein de la rédaction d’Alter Échos – où les journalistes ne témoignent pas d’une appétence particulière pour la technologie ou le journalisme de données. Pour autant, malgré son apparente objectivité, une démarche journalistique s’appuyant sur des données n’est pas dénuée de subjectivité. Celles-ci sont-elles complètes ? Renferment-elles des biais relevant de leur processus de collecte ou de sélection ? Considérées hors de leur contexte ou prises de manières isolées, elles pourraient occulter une partie de la réalité ou signifier tout autre chose (Flew et al., 2010). Aussi, peuvent-elles contenir des vérités, mais aussi des contre-vérités (Howard, 2014).

13Par ailleurs, une analyse statistique relève de l’interprétation humaine. Elle n’est donc pas exempte de biais. Des questions non pertinentes peuvent être posées, amenant des résultats biaisés servant moins l’objectif de découvrir la vérité que celui de confirmer une hypothèse. Des données aberrantes peuvent également être prises en compte.

14Toutes les formes de quantification transforment le monde (Desrosières, 2008) et toutes les formes d’interprétation de ces quantifications dépendent toujours du point de vue adopté tant lors du traitement et de l’analyse des données que lors de la mise en récit médiatique.

Méthodes

15Deux cheminements méthodologiques ont été entrepris dans la conception de l’artefact « Bxl’air bot ». Ceux-ci s’inscrivent dans une démarche de recherche expérimentale. Le premier axe, développé en amont de l’expérience, avait pour objet de proposer un prototype de l’application qui tienne compte des exigences d’exactitude et de précision, deux des enjeux majeurs dans le cadre d’une approche par données dans le journalisme (Stray, 2016). Le second consistait à étudier, à partir de ce prototype, la manière dont la rédaction allait interagir (ou non) avec l’artefact et en faire usage (ou non).

Construction technique de l’artefact

16Les contraintes techniques et journalistiques ont été examinées sous les prismes de la littérature relative aux bases de données informatiques et de celle relative au études du journalisme, lesquelles convergent vers la difficulté de définir le concept de qualité tout en en soulignant son caractère multidimensionnel. En effet, l’automatisation de la production d’informations ne peut être rendue possible qu’à la condition de s’appuyer sur des données structurées dont la qualité permettra de réaliser des objectifs de précision et d’actualité (Graefe, 2016).

17Le concept de qualité des données a été principalement étudié dans le contexte d’institutions privées et publiques où sont gérées de grandes bases de données informatisées. Il fait autant référence aux contenus qu’aux processus et qu’à la conception d’une base de données (Pipino et al., 2002 ; Chapman, 2005).

18La littérature scientifique convient que la qualité des données ne peut être définie qu’à travers le prisme de ses usages, lesquels vont dépendre de leur domaine d’application. La norme ISO 9000 relative au management de la qualité dispose que la qualité consiste dans sa capacité à satisfaire des besoins implicites et explicites (Boydens & van Hooland, 2011). C’est pourquoi, la qualité des données ne peut être réduite à la seule approche du triplet « entité-valeur-attribut » (Redman, 1996 ; Eckerson, 2000), bien que celle-ci permette de détecter des anomalies formelles.

19À l’instar de photographies instantanées, les valeurs contenues dans des bases de données empiriques ne reflètent le monde réel qu’au seul moment où la donnée a été capturée (Boydens, 2012). En raison de leur nature potentiellement évolutive, il ne peut y avoir de référence absolue pour tester leur correction. Dans ce contexte, les anomalies observées sont souvent liées à l’évolution du réel par rapport aux valeurs attendues (Boydens, 2012).

20Le concept de qualité des données est encore plus problématique à aborder dès lors que les données sont publiées en ligne (Batini et al., 2009) : sont-elles à jour, y a-t-il une gestion des dossiers et des versions ?

21Dans le domaine journalistique également, la qualité est un concept difficile à définir. Selon Clerwall (2014), il se rapporte à « un sentiment global et vague » qui permet de se dire « ceci est un bon article ». Il recouvre un large éventail de concepts de nature empirique tels que l’exactitude, la crédibilité, l’objectivité ou la fiabilité. Il peut encore être compris comme le degré ou le niveau d’excellence d’un article de presse (Sundar, 1998).

22Toutefois, au-delà des données et de leur traitement, la valeur d’un projet de journalisme automatisé va surtout résider dans le sens qui lui est donné.
Ces constats ont nourri un cadre conceptuel visant à évaluer la qualité de données diffusées en temps réel, lequel consiste dans la définition d’indicateurs de qualité formels et empiriques (Dierickx, 2017). Les premiers ont pour objectif de rencontrer les contraintes liées à une automatisation de données (formats, encodage, données dupliquées ou valeurs manquantes…). Les seconds ont pour objet de rencontrer les contraintes professionnelles (pertinence de la source, droit d’accès aux données, pertinence journalistique, …).

23Ce cadre conceptuel a été éprouvé lors de la réalisation du prototype de l’application « Bxl’air bot », alimenté par des données ouvertes diffusées en temps réel au format HTML. S’il a permis de prendre des décisions conceptuelles appropriées dans le design de l’architecture relative à l’agrégation de données, dans une perspective constructiviste, il n’est pas apparu comme suffisant pour capturer la « bonne donnée » au « bon moment ».

24C’est pourquoi il a été complété par l’identification du cycle de vie des données, un concept issu du data management, de manière à comprendre comment les données relatives aux mesures d’émissions de polluants atmosphériques se construisent dans le temps, de leur production à leur diffusion. Pour ce faire, deux représentants du producteur/diffuseur de données ont été sollicités dans le contexte d’une confrontation au prototype de la plateforme (deux entretiens semi-directifs et 28 courriels essentiellement concentrés sur une période de trois mois).

Figure 1. Cycle de vie des données relatives aux mesures de la qualité de l’air dans la Région de Bruxelles-Capitale

Figure 1. Cycle de vie des données relatives aux mesures de la qualité de l’air dans la Région de Bruxelles-Capitale

25Sur le plan opérationnel, la modélisation du cycle de vie des données (Fig. 1) a permis d’optimiser la gestion des flux au sein du système d’information (Reid et al., 2007) et d’anticiper d’éventuelles anomalies (valeurs absentes ou négatives).

Construction sociale de l’artefact

26Dans un second temps, cette expérience s’est construite à partir du cadre théorique du modèle SCOT (Social Construction of Technology), émanation de l’école constructiviste hollandaise des années 1980 (Bijker et al., 1987), qui permet de comprendre le processus de construction sociale d’une innovation. Ce modèle, appliqué dès le moment de la conception d’un artefact technologique, se caractérise par trois variables :

  1. Les groupes sociaux pertinents, qui adhèrent à une représentation commune ;

  2. Les agents d’un groupe social pertinent, qui opèrent comme des forces unitaires pour influencer la structure du réseau ;

  3. Le cadre technologique, qui consiste en un cadre cognitif partagé pouvant décourager certaines actions et en encourager d’autres (Bijker et al., 1987 ; Valenduc, 2005).

27Dès lors qu’une problématique est posée, ces variables sont examinées dans un processus en trois étapes :

  1. La flexibilité interprétative du chercheur, qui lui permet d’envisager la technologie comme un processus ouvert dont les résultats dépendront des circonstances sociales de développement ;

  2. La stabilisation, qui consiste en l’adoption de l’artefact technologique par un groupe social pertinent ;

  3. La fermeture, constatée lorsque l’artefact technologique a été adopté par le groupe social pertinent.

28Le postulat de ce modèle est celui d’une interaction constante entre l’artefact technologique et son environnement mais celui-ci n’est pas sans limites. D’une part, il est difficile d’aboutir à la fermeture (Williams & Edge, 1996). D’autre part, les processus sont rarement compris, dans la mesure où ils sont continuellement reconstruits (Fulk, 1993). D’autres critiques de ce modèle portent sur sa vision segmentée de la société (Klein & Kleinman, 2000), sur la réduction de choix technologiques à des choix sociaux (Valenduc, 2005), et sur le fait que les acteurs d’un groupe social pertinent interprètent l’artefact en fonction de leurs référents socioculturels qui façonnent leurs normes et valeurs.

29Les choix techniques posés lors de la première phase de cette expérience avaient donné lieu à un prototype incomplet : interroger les usages supposait que le groupe social des journalistes participe à la construction de l’artefact. L’objet était donc, dans cette seconde phase, de rencontrer des choix sociaux, qu’ils soient formulés de manière explicite (directe) ou implicite (indirecte). Toutefois, si les processus de production automatisée d’informations journalistiques vont dépendre de choix humains opérés en amont de la technologie d’automatisation, ceux-ci vont également dépendre de la représentation de son usage par le concepteur. L’utilisateur –qui n’est pas passif– ne verra pas nécessairement l’objet technologique de la même manière que son concepteur (Bannon, 1995).

30La mise du modèle théorique s’appuie sur des méthodes de collecte de données empiriques envisagées de manière complémentaire. Elle comprend des méthodes d’enquête par formulaire (trois formulaires accessibles en ligne, dont un anonymisé), d’entretiens semi-directifs (deux entretiens avec deux représentants de la rédaction, d’un entretien avec l’ensemble des journalistes salariés de la rédaction), des observations participantes organisées dans un cadre formel (participation aux réunions de rédaction et organisation d’une formation à l’utilisation de la base de données MySQL et du tableur Excel) et informel (rencontres avec les deux principaux représentants de la rédaction et échanges de courriels : 67 avec la rédactrice en chef sur une période de dix mois, 39 avec une journaliste indépendante spécialisée dans les questions d’environnement sur une période de huit mois).

31L’observation participante permet « de vivre la réalité des sujets observés et de pouvoir comprendre certains mécanismes difficilement décryptables pour quiconque demeure en situation d’extériorité » (Soulé, 2007). Elle implique donc un investissement de la part du chercheur dont le rôle, dans le cadre de cette expérience, est d’assurer le lien entre le groupe social des journalistes et l’artefact technologique. Il s’agit d’un rôle de médiation dont l’objet est de comprendre puis de traduire des intentions humaines en code informatique.

De la construction technique à la construction sociale

32Une des difficultés de la mise en œuvre du modèle SCOT réside dans la nécessité d’accompagner le processus d’innovation dès ses premières heures. Cette difficulté est ici devenue une opportunité, dans la mesure où elle invite à comprendre en quoi l’objet « Bxl’air bot » est le fruit d’un jeu d’interactions sociales entre des acteurs humains partageant des préoccupations différentes : la conceptrice et porte-parole de l’innovation sociale numérique, dont la posture est académique ; les représentants de la rédaction d’Alter Échos, dont la posture est journalistique ; et les représentants du producteur original des données, qui défendent une posture scientifique. Malgré ces intérêts particuliers, le point de convergence est à trouver dans une information précise et fiable au sujet d’un domaine d’application générateur de controverses.

Groupes et agents sociaux

33Le groupe social central de cette recherche est celui des journalistes de la rédaction élargie d’Alter Échos, incluant les collaborateurs indépendants participant au projet. S’il est supposé que les agents de ce groupe partagent une même grille interprétative professionnelle, celle-ci est à nuancer en fonction des référents socioculturels de chacun d’entre eux. Tous ne partagent donc pas nécessairement une même représentation de l’acteur « Bxl’air bot ». Cette assertion se vérifie dans les réponses à une première vague de questions posées via un formulaire en ligne :

« Mon opinion est que c’est un outil intéressant pour traiter des données, mais que ça ne remplace pas les journalistes pour contextualiser », « Plutôt méfiante (robots qui piquent le boulot des journalistes) et opinion amusée aussi (les robots, c’est marrant) », « Me semble être un outil très utile, qui ouvre de nouvelles possibilités aux journalistes. »

34Les deux premières étapes du modèle SCOT (flexibilité interprétative du chercheur et stabilisation) concernent plus spécifiquement deux agents sociaux de la rédaction d’Alter Échos : sa rédactrice en chef et une journaliste indépendante spécialiste des matières relatives à la qualité de l’air. Mais s’il constitue le groupe social au cœur de cette recherche, le groupe social des journalistes n’est pas le seul à avoir été mobilisé dans le cadre de cette expérience. Celui des experts du domaine d’application a joué un rôle essentiel, dans la mesure où il a permis une meilleure compréhension du domaine d’application et, partant, du cycle de vie des données (cf. supra). Il s’agit de deux employés par CELINE, l’organisme fédéral qui collecte les données relatives aux mesures de la qualité de l’air dans les trois régions du pays.

35Deux autres groupes sociaux ont été identifiés, mais ils ont joué un rôle secondaire dans le processus de construction technique et sociale de l’application. Il s’agit du groupe des utilisateurs de la plateforme (les internautes), qui se sont exprimés par courriel ou via les réseaux sociaux ; et du groupe social des organisations citoyennes militant pour une meilleure qualité de l’air à Bruxelles, qui se sont posées en relais de l’application.

Cadre technologique

36Le cadre technologique partagé par le groupe social des journalistes est caractérisé par une maîtrise des artefacts technologiques limités à des usages courants d’Internet dans le contexte d’une rédaction (courrier électronique, recherche en ligne, usages des réseaux sociaux, utilisation d’un système de gestion de contenus).

37Le cadre de fonctionnement, relatif à l’ensemble des savoirs et savoir-faire qui sont mobilisés ou mobilisables dans l’activité technique (Flichy, 1995), est le domaine de la développeuse de l’artefact technique, en l’occurrence la chercheuse. Dans ce cas précis, les agents relevant du groupe social des journalistes ne disposent d’aucune compétence particulière en matière de traitement ou d’analyse des données. Leurs demandes, formulées de manière explicite ou implicite, ont donc fait l’objet d’une traduction technique par la chercheuse. Cette médiation a permis de lever l’obstacle relatif aux compétences.

38Toutefois, les cadres de fonctionnement et d’usage ne peuvent être envisagés sans tenir compte de considérations d’ordre représentationnel (Flichy, 2001), étant entendu que les innovations technologiques sont souvent associées au concept de progrès et à des discours utopiques (Domingo, 2008). Au sein du groupe social des journalistes, l’imaginaire technologique relève de la représentation des pratiques liées à une approche par données dans le journalisme, généralement considérées comme complexes ou spécialisées. Il est également influencé par la métaphore du « robot journaliste », porteuse de connotations négatives en termes d’identité et d’occupation professionnelles.

Flexibilité interprétative

39Aucun groupe social n’a été associé aux étapes de conception et de prototypage initiaux. Celui des journalistes et celui de l’administration publique ont tous les deux été sollicités dans le cadre d’une confrontation au prototype. Il s’agissait de s’assurer de la validité du traitement de l’information (étape de validation scientifique) et d’y confronter celui des agents appartenant au groupe social des journalistes au regard de leurs usages (étape de validation journalistique). Les conditions de réussite de cette approche consistaient dans la démonstration d’une plus grande efficacité de l’application (Mumford, cité par Shin & Lee, 2011) et, cela, dans les perspectives d’une adéquation aux usages (Boydens, 2012) et de construction de sens partagée.

40La conception de l’artefact prévoit un processus centré sur la récolte en temps réel des données relatives aux taux de polluants ainsi que sur l’enregistrement de celles-ci dans une base de données relationnelle. Les modes de narration sont envisagés de manière complémentaire, l’objet étant de permettre une analyse des données accessible dans une forme textuelle (génération automatique de textes en langage naturel) et visuelle (graphiques interactifs pour visualiser l’évolution des données sur une période donnée). Les choix techniques sont ceux de s’appuyer sur des frameworks (espaces de travail modulaires) afin de gérer l’interface et les visualisations de données avec un temps rapide de développement. L’application a été développée en PHP, un langage de programmation permettant des interactions avec une base de données MySQL, tenant de la contrainte d’un hébergement Web mutualisé.

41La structure de la base de données reflète le type de données agrégées en fonction de leur source qui consistent en six pages Web distinctes, essentiellement présentées sous la forme de tableaux et de cartes (Fig. 2). Ces modes de représentation relèvent de la communication rassurante (Bruxelles Environnement) et de la communication scientifique (CELINE).

Figure 2. Modes de diffusion des données : des communications officielles

Figure 2. Modes de diffusion des données : des communications officielles

Cadren°1 : Bruxelles Environnement ; Cadre n°2 : CELINE ; Cadre n°3 : objet journalistique.

42L’identité graphique de l’interface est conditionnée par les contraintes d’accessibilité liée aux usages (Unger & Chandler, 2012). Cette approche se traduit dans une mise en page fluide et sans surcharge, un étiquetage clair et non ambigu des éléments de navigation, l’utilisation d’une iconographie qui fait sens pour l’utilisateur, et la simplicité d’utilisation d’une interface pensée pour être déclinée de manière optimale sur tous les types d’écran. Les règles d’accessibilité pour le design d’interfaces, relevant du domaine des interactions hommes-machine, ont été mises en pratique (Nielsen, 1999).

43Les premiers enregistrements des données ont démontré la difficulté de déterminer le moment opportun des enregistrements des moyennes fixes. Ils ont également fait émerger des problèmes liés à des valeurs non connues ou non récoltées, lesquels découlent du format mouvant des pages Web à la source des données. Aussi, le système d’information a-t-il fait l’objet de tests et d’ajustements sur une période de deux mois, avant d’être confronté au groupe social des experts de l’administration publique et à celui des journalistes.

44Cette confrontation relève d’un processus d’inclusion (Bijker et al., 1987). Il a pour objet la participation active des groupes sociaux à la construction de l’application en stimulant les interactions (Flanagin et al., 2010). Les demandes exprimées portaient sur des adaptations ou des extensions des fonctionnalités de l’applications. Celles-ci ont été différentes en fonction de chacun des deux groupes sociaux mobilisés lors de cette étape, leurs intérêts n’étant pas nécessairement convergents.

45La confrontation avec les acteurs de l’administration publique, experts du domaine d’application, a permis de réaliser la précision recherchée dans l’agrégation des données. Comprendre leur cycle de vie a permis la mise au point d’un système d’information en temps réel à partir des pages Web les plus pertinentes. Le site de CELINE comporte, en effet, un important volume d’informations. Malgré leur mise en contexte, il ne fut pas toujours facile de déterminer à partir de quelle page (et à quel moment) lancer les scripts de récolte et d’enregistrement des données. Le prototype a fait l’objet d’une validation informelle des experts, ceux-ci ayant d’emblée insisté sur la « mauvaise compréhension » dont font généralement preuve les journalistes en matière de polluants atmosphériques. Il leur importait donc que l’application Web rencontre les exigences scientifiques du domaine. Cette attitude pourrait être considérée comme un isomorphisme institutionnel (Napoli, 2014) entre le groupe social de l’administration publique et les objectifs poursuivis par cette dernière au regard du respect des normes européennes. À cette occasion, ce groupe social s’est exprimé sur le groupe social des journalistes, mettant en garde contre une interprétation erronée des données : « Il y a des journalistes qui veulent absolument que l’article accroche et ils véhiculent des messages catastrophiques. On a parfois des problèmes avec ceux qui veulent à tout prix faire passer un message dramatique sur parfois un sujet qui ne l’est pas du tout ».

46La confrontation avec les deux actrices du groupe social des journalistes a également influé sur l’architecture de la base de données, mais aussi sur celle de l’interface. Trois fonctionnalités supplémentaires ont été définies lors de ce processus : la génération automatique d’une cartographie des stations de mesures (« pollucarte ») ; le développement d’un plugin pour diffuser le bulletin de la qualité de l’air du jour sur le site Web d’Alter Échos ; et la mise en place d’un système de newsletter dont la fonction est d’alerter en cas du dépassement des recommandations de l’OMS. Ce système d’alerte répond à la demande d’un internaute, recueillie par e-mail : « Je suis allergique respiratoire et je trouve cela génial ! Lutter contre cette pollution passe par la sensibilisation et une information de qualité sur le phénomène. Une question cependant : prévoyez-vous de développer une App ou un flux mail/sms pour prévenir les gens des pics éventuels ? ». Ce système est partiellement automatisé : il nécessite, en effet, une validation humaine avant l’envoi aux utilisateurs, pour que ceux-ci ne reçoivent pas jusqu’à vingt-quatre courriels par jour en cas de dépassements constants.

47La page de l’application relative à l’analyse statistique des données a fait l’objet de plusieurs ajustements, en fonction des demandes exprimées par la journaliste en charge des questions relatives à la qualité de l’air. Il s’agissait de répondre à ses besoins en termes d’analyse des données, dans la perspective où l’application est conçue pour apporter une réponse claire et rapide aux questions spécifiques posées par les journalistes.

48L’accueil de cette application a été mitigé au sein de la rédaction : entre agents enthousiastes témoignant d’une posture de pré-adoption et agents résistants en raison de la représentation négative liée à la métaphore du « robot journaliste », laquelle remet en question le journalisme en tant qu’activité occupationnelle et en tant qu’identité professionnelle : « C’est un outil intéressant pour traiter des données, mais que ça ne remplace pas les journalistes pour contextualiser », « la méga menace du robot qui piquera ma place est toujours bien présente »

Stabilisation

49Au cours des premiers mois de l’expérience, les interactions régulières avec deux membres du groupe social des journalistes ont permis de faire évoluer l’application avec, pour conséquences, de nouvelles modifications dans l’architecture de la base de données et dans celle de l’application. La phase de stabilisation de l’architecture du système d’information a duré deux mois, à compter de la date du lancement officiel de la plateforme, le 25 avril 2017. Dans un éditorial signé par la rédactrice en chef, elle est présentée comme une « nouvelle recrue » :

« La rédaction d’Alter Échos a la fierté d’accueillir un petit nouveau dans ses rangs. (…) Il compose des textes, que l’on saluera, il faut l’avouer, davantage pour leur objectivité et leur précision factuelle que leurs qualités littéraires. Le nom de notre nouvelle recrue ? Il s’appelle Bxl’air bot et c’est… un robot ! Et plus précisément le premier newsbot belge lancé par un média belge francophone. »

50Mi-juillet 2017, la journaliste indépendante spécialisée dans le traitement des questions relatives au traitement de la qualité de l’air indique que cette plateforme a créé un nouveau besoin professionnel :

« Il s’agit d’une porte d’entrée thématique sur le datajournalisme, et non technique comme une formation que j’ai suivie auparavant mais dans laquelle je ne suis pas rentrée. Maintenant, je me rends compte que la technique peut amener un plus, une complémentarité. Lors de la rédaction d’un de mes articles, j’ai consulté le site à plusieurs reprises : c’est le lien où l’on trouve les informations les plus complètes et la meilleure synthèse. Les données sont disponibles par ailleurs mais elles sont super mal présentées. »

51Les activités de médiation sociotechnique de la chercheuse ont été moins mobilisées à partir de ce moment. Toutefois, sur le plan technique, un monitoring humain des données a été organisé de manière régulière en raison du format mouvant des pages Web. Ce monitoring s’inscrit dans un souci de contrôle du système en vue de répondre aux objectifs journalistiques de précision : à long terme, ces données sont supposées servir de base à une enquête journalistique approfondie. Il a donné lieu à des interventions directes sur le système, les tableaux présentant les données de certains polluants ayant évolué à plusieurs reprises au cours des douze mois de collecte et de traitement.

52À ce stade de l’expérience, « Bxl’air bot » se trouve dans une phase de stabilisation. Il est encore trop tôt pour aborder la question de la fermeture, celle-ci impliquant nécessairement que la plateforme ait été adoptée par ses usagers finaux. Si les interactions avec les utilisateurs sont essentielles :

« les usages ne sauraient se déduire mécaniquement des choix effectués lors de la conception, pas plus qu’il n’est possible d’affecter telle ou telle signification à un objet indépendamment de son contenu technique » (Akrich, 1990).

53En ce qui concerne les groupes sociaux secondaires, il est observé que celui des organisations de défense de l’environnement se trouve dans une phase d’adoption de l’innovation sociale numérique. Sur son fil Twitter, l’une d’entre elles reconnaît l’indépendance ou l’utilité de la plateforme :

« Using their stats tool bxl’AIR bot also delivers monthy #independent analyses of the threshold (both EU & WHO) overruns in Brussels air toxicity ». Sur son site Internet, celle-ci écrit : « Un projet de datajournalisme indépendant qui rejoint les attentes des citoyens ! ».

54La plateforme a également fait l’objet d’un traitement journalistique en tant que sujet, les articles ainsi que le reportage télévisé qui y ont été consacré ont, toutefois, davantage mis l’accent sur les fonctionnalités du système : ceux de présenter une information vulgarisée et accessible à propos de la qualité de l’air bruxellois. Elle a également trouvé une légitimité dans la littérature scientifique, un article publié en novembre 2017 indique que :

  • 2 Da Schio N., De Gueus B., Bouland C. (2017). A brief guide to the air of Brussels. ULB, Ecole de Sa (...)

« Since April 2017 a rather unique project of data-journalism (…) collects, analyses and publishes in real-time Brussels pollution data »2.

Discussion et conclusion

55L’expérience « Bxl’air bot » a permis d’envisager une relation homme-machine non pas fondée sur le plan de la compétitivité, mais bien sur celui la complémentarité, dans le contexte de la production automatisée d’informations. Une condition de cette association est d’en définir en amont les modalités, tout en tenant compte de demandes qui ne sont pas toujours formulées de manière explicite par le groupe social visé. Aussi, toutes les règles du code informatique font-elles l’objet d’une réinterprétation permanente, dans un processus de médiation visant à traduire des intentions humaines, engageant ainsi la chercheuse dans l’ensemble du processus.

56Cette manière d’envisager le récit médiatique, que ce soit en tant que production finale (le site Web de la plateforme) ou en tant production intermédiaire (matériel de base pour les journalistes), ne remet pas en question un processus éditorial « classique » qui est lui aussi caractérisé par une succession de choix. À chaque étape du processus, les choix posés influeront, de manière itérative, sur l’étape suivante. Ceux-ci ne sont pas dénués de subjectivité. Si un processus algorithmique participe à un processus éditorial tout en s’inscrivant dans une nouvelle logique de la connaissance, il ne peut donc être considéré comme « neutre » ou « objectif » (Gillespie et al., 2014).

57Sur le plan des pratiques professionnelles, l’artefact a contribué à ce que certains journalistes remettent en question leur manière de travailler : « Plutôt que de partir d’un angle pour trouver des données, on part ici des données pour trouver ensuite un angle. Cela permet, plus largement de s’ouvrir à la réflexion sur l’évolution du métier », indique la rédactrice en chef. Si la médiation entre social et technique permet de palier la question des compétences, pourtant considérée comme un préalable dans une pratique classique du journalisme de données, seul l’objet technique ne suffit pas pour assurer cette complémentarité. « À ce stade, je sens l’importance d’avoir aussi une personne réelle derrière le robot. Par manque d’expérience, je n’aurais sans doute jamais imaginé les possibilités qu’il offrait juste en voyant l’interface », estime la journaliste indépendante.

58Les limites principales de cette expérience tiennent à la nécessité d’un contrôle humain, à la fois sur les processus et sur les données. Une autre limite se heurte à la représentation négative de certains membres du groupe social des journalistes. Si ces représentations sont susceptibles d’évoluer au fur et à mesure de la découverte de l’outil et de son utilisation, elles peuvent constituer un frein à la réalisation de l’étape de fermeture.

59Considérant que si l’on prête aux machines bien des vertus, celles-ci ne sont pas sans limites. Les technologies d’automatisation conviennent pour effectuer des tâches répétitives, mais elles ne peuvent se substituer à l’humain dès lors qu’il s’agit de donner du sens au récit et de l’enrichir en lui apportant, par exemple, la dimension contextuelle indispensable à l’explication des données, que ce soit en amont (le traitement des causes de la pollution atmosphérique) ou en aval (le traitement des conséquences de la pollution atmosphérique). En ce sens, l’objectivation chiffrée proposée dans le cadre de cette expérience, compte tenu des controverses générées au sujet de la qualité de l’air bruxellois, ne peut être considérée comme suffisante. Pas plus qu’elle ne peut être considérée comme « neutre » dès lors qu’elle résulte d’un processus social dont les mécanismes relèvent des domaines des intentions et des médiations.

60Toutefois, cette faiblesse n’est pas nécessairement perçue par les usagers de la plateforme. En appliquant des principes journalistiques au sein d’une interface de vulgarisation, le dispositif a suscité l’adhésion du groupe social du monde associatif, qui s’en est fait le relais sur ses canaux de diffusion (sites Web, réseaux sociaux) en en soulignant son caractère indépendant. Une interprétation possible serait celle d’un déficit de confiance envers les communications publiques, considérées comme moins objectives (mode communication rassurant) ou moins accessibles (mode de communication scientifique).

Haut de page

Bibliographie

Anderson C.W., De Maeyer J. (2015). Objects of journalism and the news. Journalism 16(1): 3-9.

Akrich M. (1990). De la sociologie des techniques à une sociologie des usages. Techniques et culture (16): 83-110.

Bannon L.J. (1995). From human factors to human actors: The role of psychology and human-computer interaction studies in system design. In Readings in Human-Computer Interaction: 205-214.

Batini C., Cappiello C., Francalanci F., Maurino A. (2009). Methodologies for data quality assessment and improvement. ACM computing surveys 41(3), n°16.

Benzell S.G., Kotlikoff L.G., LaGarda G., Sachs J.D. (2015). Robots are us: Some economics of human replacement. National Bureau of Economic Research, n°20941.

Bijker W., Hughes T.P., Pinch T. (2012). The social construction of technological systems: New directions in the sociology and history of technology. Boston: MIT Press.

Boydens I. (2012). L’océan des données et le canal des normes. Annales des Mines 67(3): 22-29.

Boydens I., Van Hooland S. (2011). Hermeneutics applied to the quality of empirical databases. Journal of Documentation 67(2): 279-289.

Brynjolfsson E., McAfee A. (2011). Race against the machine. Lexington, MA.: Digital Frontier Press.

Cefaï D. (1996). La construction des problèmes publics : Définitions de situations dans des arènes publiques. Réseaux 14(75): 43-66.

Chapman A.D. (2005). Principles of data quality. Report for the Global Biodiversity Information Facility, Copenhagen.

Clerwall C. (2014). Enter the robot journalist: Users’ perceptions of automated content. Journalism Practice 8(5): 519-531.

Desrosières A. (2013). Gouverner par les nombres : L’argument statistique II. Presses des Mines.

Dierickx L. (2017). News bot for the newsroom: how building data quality indicators can support journalistic projects relying on real-time open data. In Global Investigative Journalism Conference 2017 Academic Track. Investigative Journalism Education Consortium.

Domingo D. (2008). Interactivity in the daily routines of online newsrooms: Dealing with an uncomfortable myth. Journal of Computer‐Mediated Communication 13(3): 680-704.

Eckerson W.W. (2002). Data quality and the bottom line: Achieving business success through a commitment to high quality data. Report par The Data Warehousing Institute.

Ekbia H., Nardi B. (2014). Heteromation and its (dis)contents: The invisible division of labor between humans and machines. First Monday 19(6), https://doi.org/10.5210/fm.v19i6.5331.

Espeland W.N., Stevens M.L. (2008). A sociology of quantification. European Journal of Sociology 49(3): 401-436.

Flanagin A.J. (2010). Technical code and the social construction of the internet. New Media & Society 12(2): 179-196.

Flew T., Spurgeon C., Daniel A., Swift A. (2012). The promise of computational journalism. Journalism Practice 6(2): 157-171.

Flichy P. (1995). L’innovation technique : récents développements en sciences sociales, vers une nouvelle théorie de l’innovation. La Découverte, Sciences et société.

Flichy P. (2001). La place de l’imaginaire dans l’action technique. Réseaux (5): 52-73.

Fulk J. (1993). Social construction of communication technology. Academy of Management journal 36(5): 921-950.

Gillespie T., Boczkowski P.J., Foot K.A. (2014). Media technologies: Essays on communication, materiality, and society. Boston: MIT Press.

Graefe A. (2016). Guide to automated journalism. Report by the Tow Center for Digital Journalism, Columbia University Academic Commons, https://doi.org/10.7916/D80G3XDJ.

Hammond P. (2017). From computer-assisted to data-driven: Journalism and Big Data. Journalism 18(4): 408-424.

Howard A.B. (2014). The art and science of data-driven journalism. Report by the Tow Center for Digital Journalism, Columbia University Academic Commons.

Klein H.K., Kleinman D.L. (2002). The social construction of technology: Structural considerations. Science, Technology, & Human Values 27(1): 28-52.

Napoli P.M. (2014). Automated media: An institutional theory perspective on algorithmic media production and consumption. Communication Theory 24(3): 340-360.

Neveu E. (1999). L’approche constructiviste des « problèmes publics » : Un aperçu des travaux anglo-saxons. Études de communication : Langages, information, médiations (22): 41-58.

Neveu E. (2015). Sociologie politique des problèmes publics. Paris: Armand Colin.

Nielsen J. (1994). Usability engineering. London: Elsevier.

Pipino L.L., Lee Y.W., Wang R.Y. (2002). Data quality assessment. Communications of the ACM 45(4): 211-218.

Redman T. (2001). Data quality: The field guide. Digital press.

Reid R., Fraser-King G., Schwaderer W.D. (2007). Data lifecycles: managing data for strategic advantage. New York: John Wiley & Sons.

Shin D.-H., Lee C.-W. (2011). Disruptive innovation for social change: how technology innovation can be best managed in social context. Telematics and Informatics 28(2): 86-100.

Soulé B. (2007). Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales. Recherches Qualitatives 27(1): 127-140.

Stray J. (2016). The Curious Journalist’s Guide to Data. New York: Columbia Journalism School.

Sundar S.S. (1998). Effect of source attribution on perception of online news stories. Journalism & Mass Communication Quarterly 75(1): 55-68.

Unger R., Chandler C. (2012). A Project Guide to UX Design: For user experience designers in the field or in the making. London: New Riders.

Valenduc G. (2005). La technologie, un jeu de société : Au-delà du déterminisme technologique et du constructivisme social. Paris: Academia Bruylant.

Williams R., Edge D. (1996). The social shaping of technology. Research Policy 25(6): 865-899.

Haut de page

Notes

1 Directive 2008/50/CE concernant la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe.

2 Da Schio N., De Gueus B., Bouland C. (2017). A brief guide to the air of Brussels. ULB, Ecole de Santé Publique, November 21, http://bco.bsi-brussels.be/a-brief-guide-to-the-air-of-brussels, accédé le 17/06/2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Cycle de vie des données relatives aux mesures de la qualité de l’air dans la Région de Bruxelles-Capitale
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1964/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 2. Modes de diffusion des données : des communications officielles
Légende Cadren°1 : Bruxelles Environnement ; Cadre n°2 : CELINE ; Cadre n°3 : objet journalistique.
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/1964/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Dierickx, « Du statut d’objet technique à celui d’objet social dans le contexte de la production automatisée d’informations journalistiques », Terminal [En ligne], 122 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1964 ; DOI : 10.4000/terminal.1964

Haut de page

Auteur

Laurence Dierickx

Doctorante au ReSIC (Université Libre de Bruxelles), recherche sur la production automatisée d’informations journalistiques et leurs usages par les journalistes. Journaliste-développeuse de profession. laurence.dierickx@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals