Navigation – Plan du site
Libres Propos

Communs solidaires et numérique

Entretien avec Nicole Alix, Présidente de La Coop des Communs, réalisé le 20 juin 2018.
Nicole Alix

Texte intégral

Propos recueillis par Cédric Gossart.

Quelles sont vos activités actuelles dans le domaine de l’innovation sociale ?

J’anime La Coop des Communs, dont j’assure la présidence. Cette association visant à promouvoir les liens entre ESS1 et communs2. Comme le précise le site internet de l’association, « Partout dans le monde s’inventent et se réinventent des formes d’action directe pour créer, préserver ou accéder à des biens et des services en ‘communs’ »3. Par ailleurs, « Pour construire une société plus démocratique et solidaire, l’ESS met aussi en mouvement des citoyens dans des actions qui reposent sur leur implication et sur les moyens économiques, sociaux et culturels, qu’ils mettent en œuvre en commun, dans des entreprises originales fondées sur les personnes, coopératives, mutuelles, associations essentiellement. » (ibid.)

Un mot sur votre parcours : comment en êtes-vous arrivée là ?

Je suis engagée depuis 40 ans dans l’économie sociale. J’ai par exemple travaillé 15 ans au Crédit Coopératif, dont j’ai été la directrice du développement, et 25 ans dans le monde associatif de l’action sociale et la santé4. Outre mes responsabilités à La Coop des Communs, je suis membre du Haut Conseil à la Vie Associative5. Dans ce parcours, François Bloch Lainé a été mon mentor.

Aujourd’hui, la plupart des innovations sociales numériques sont des plateformes6. Selon vous, que peut apporter le numérique à la résolution des problèmes sociaux et environnementaux ?

Aujourd’hui dans le monde du travail, la collaboration est dominée par une vision verticale. À mon sens, un rôle important des technologies numériques est de rendre plus horizontal les modalités de collaboration. Mais cela reste un champ de recherche en devenir, et il y a beaucoup à faire pour aider à la mise en relation des personnes et des outils. La sociologie de la traduction7 me semble intéressante pour mieux comprendre les réseaux formés par ces objets, ou comment se font les correspondances entre eux (matching).

Dans l’espace public circulent nombre de discours vantant les contributions sociétales des technologies numériques. Comment peut-on juger de la pertinence de ces contributions ?

  • 8 Ce projet vise à créer « un écosystème français de plateformes collaboratives équitables, productri (...)

À travers notre projet « Plateformes en Communs »8, nous avons pu voir comment les outils proposés étaient utilisés. Nous avons constaté que chaque utilisation entraînait des solutions différentes ! Il semble donc difficile de mesurer ex ante la contribution sociétale de ces outils. En outre, si le numérique peut aider il est également porteur de risques (espionnage d’État, taxation de la valeur par les GAFA, …). Il ne faut pas oublier que les outils ne sont pas neutres et modèlent le social.

Le numérique peut-il constituer un nouveau facteur d’exclusion ?

Si l’on regarde le cas du handicap, le numérique peut en effet être un facteur d’exclusion. S’il démultiplie les capacités d’action, fort est de constater que les individus moins socialisés par le numérique resteront à la frange de cette société connectée. Toutefois, le numérique peut aussi aider à intégrer des citoyennes et citoyens à la participation démocratique. Mais il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas de privatisation de l’intérêt général par les plus actifs.

  • 9 Avec Mélissa Boudes, on peut d’ailleurs se poser la question suivante : « Quand Google finance le m (...)

Cette privatisation s’est mise en œuvre dans les 30 dernières années. Pour les femmes et hommes de ma génération, l’autorité publique incarnait l’intérêt général, mais aujourd’hui on constate un déplacement de cette incarnation vers les entreprises qui y contribuent de plus en plus … et deviennent plus puissantes que les États ! Dans cette inquiétante évolution, les géants du numérique ont tout gagné9. Ils ont gagné beaucoup d’argent en peu temps, certains en redistribuent via la philanthropie, mais ce sont eux qui décident des enjeux prioritaires à financer ! Mangrove, tuberculose, … autant de domaines à forte concentration de valeurs économique et sociale investis par des activités échappant à tout dialogue social et à la société civile. À l’heure où la vision libérale voire libertarienne des communs pourrait bien gagner du terrain, les communs solidaires permettent de lutter contre ce risque de privatisation de l’intérêt général. Il faut promouvoir une conception solidaire des communs ayant le souci de l’équité, de la solidarité et de l’inclusion.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet « Dynamisme de l’économie sociale et solidaire », https://www.youtube.com/watch?v=WyOVeuH0GM0.

2 Pour Benjamin Coriat, « les communs sont des formes d’organisations sociales autour d’une ressource, comme un pâturage, un moulin à grains ou un lac, dans laquelle il y a un accès et des droits d’usage et d’exploitation partagés par une communauté ». Voir http://www.liberation.fr/futurs/2015/06/26/benjamin-coriat-commoners-de-tous-les-pays-unissez-vous_1337894. Pour un compte rendu de son livre Le retour des communs, voir https://journals.openedition.org/regulation/11549.

3 Source : http://coopdescommuns.org/notre-vision.

4 Voir https://www.linkedin.com/in/nicole-alix-b1337222.

5 Voir https://www.associations.gouv.fr/hcva-237.html.

6 Voir l’article de Nicole Alix intitulé « Les plateformes coopératives en construction et en discussion », RECMA, n°347, janvier 2018.

7 Voir https://books.openedition.org/pressesmines/1201?lang=fr.

8 Ce projet vise à créer « un écosystème français de plateformes collaboratives équitables, productrices de communs et prenant en compte les enjeux sociaux et sociétaux de leurs activités ». Source : http://plateformes.coopdescommuns.org.

9 Avec Mélissa Boudes, on peut d’ailleurs se poser la question suivante : « Quand Google finance le mouvement #platformcoop faut-il se réjouir ou s'inquiéter ? », https://twitter.com/Mel_Boudes/status/1002099293283602432.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Alix, « Communs solidaires et numérique », Terminal [En ligne], 122 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/2338 ; DOI : 10.4000/terminal.2338

Haut de page

Auteur

Nicole Alix

Présidente de La Coop des Communs

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals