Skip to navigation – Site map

Les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique

Appel à contributions
Fabien Labarthe and Marianne Trainoir
  • 1 Acronyme par lequel sont habituellement désignés les grandes firmes du Web, à savoir Google, Apple, (...)

Le champ de la recherche sur les usages des TIC a aujourd’hui réamorcé un tournant critique. Il invite à envisager les phénomènes d’inégalités numériques comme relevant d’abord des inégalités sociales, privant les individus de la capacité à se saisir des opportunités pratiques et symboliques offertes par les technologies numériques (Voirol, 2011 ; Granjon, 2012). Ce tournant critique est lui-même soutenu par le constat de la montée en puissance des grandes plateformes qui exploitent la valeur des traces et des liens au travers de divers dispositifs de captation vis-à-vis desquels les usagers n’ont pas ou peu de prises (Cardon, Casilli, 2015). Avec l’avènement des GAFAM1, nous assisterions durant cette dernière décennie à une fermeture du web, qu’accompagnerait une forme de désenchantement (Badouard, 2017). Dans ce contexte, il est en effet possible de penser que le foisonnement d’opportunités numériques, longtemps promu par les discours d’accompagnement de la démocratisation d’Internet, crée finalement davantage d’inégalités que de capacités.

  • 2 Cet appel à contributions s’inscrit également dans un projet ANR intitulé « Capacity : les réalités (...)

Ce constat tranche avec une certaine tradition de la sociologie des usages qui, en s’intéressant aux tactiques d’usage et aux « pratiques d’appropriation transformatrice » (de Certeau, 1994), a contribué à la construction d’une figure de l’usager actif, inventif, autonome et émancipé de l’emprise technique comme des rapports sociaux de domination (Denouël et Granjon, 2011). Ce numéro de la revue Terminal entend néanmoins renouer avec cette première focale de la sociologie des usages (Jauréguiberry, Proulx ; 2011), dont on soutiendra qu’elle n’a pas épuisé son potentiel heuristique. Il s’agira dès lors de renouveler cette approche en articulant étroitement les pratiques numériques aux conditions sociales d’existence et aux cadres de socialisation qui bordent le quotidien des usagers. L’objet de ce numéro consiste à identifier les dispositifs et les configurations à partir desquels les potentiels des technologies numériques sont saisis et activés, analysés au prisme de la notion d’empowerment2.

  • 3 Intitulé Citoyens d’une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une (...)

Le concept d’empowerment (traduit généralement par les termes de « pouvoir d’agir » (Bossé, 2003) ou de « capacitation » (Sen, 2000)) s’est diffusé dans le monde anglophone, en particulier aux Etats-Unis et dans des pays du Sud tels que l’Inde, au travers de travaux sur le militantisme féministe et les populations marginales ou minorisées. En France, il apparaît depuis peu à la fois dans des écrits scientifiques (Bacqué, Biewener, 2013) et des rapports commandités par la puissance publique (Bacqué, Mechmache, 2013) ; tous plaident en faveur de l’invention définitionnelle d’un « empowerment à la française ». Si ces discours sont aujourd’hui largement portés par les professionnels de la politique de la ville, la question du numérique est en revanche rarement abordée en ces termes, à l’exception notable du rapport du Conseil national du numérique (CNN) de 20133. Pourtant, certains travaux sur les espaces publics numériques (Labarthe, 2013 ; Le Mentec, 2010) et/ou la fracture numérique (Plantard, Le Mentec, Trainoir, 2011) ont permis de mettre en visibilité l’amorçage, sous certaines conditions, de processus d’empowerment par des usagers de ces dispositifs.

L’objectif de ce numéro est donc d’interroger la relation entre les usages du numérique et les dynamiques d’empowerment, entendues comme « processus par lequel un individu ou un groupe acquiert les moyens de renforcer sa capacité d’action, de s’émanciper » (Bacqué, 2005). Il s’agit donc de reposer à nouveau frais la question de l’autonomie, dont la sociologie des usages a fait l’un de ses principaux angles problématiques (Jouët, 2000). Pour questionner le potentiel des technologies numériques à développer ou à distribuer du pouvoir d’agir, l’appel à contributions se situe sur deux niveaux d’analyse, non exclusifs l’un de l’autre : les dispositifs d’une part, les dispositions d’autre part. Isaac Joseph résumait ainsi la « grande leçon » de l’école de Chicago : « Comment penser ensemble des dispositifs (des opérateurs ou des “programmes”) qui élaborent ou instituent des normes d’usage et des dispositions (des compétences sociales et techniques) qui ajustent ou redéfinissent ces normes d’usage dans une situation singulière ? » (1998 : 32). Notre hypothèse est que c’est dans l’articulation de ces deux niveaux d’analyse qu’il devient possible de repérer des lignes de fuite, des marges de manœuvres et des manières de déroger à partir desquelles le potentiel des technologies numériques est susceptible d’être reconverti en pouvoir d’agir.

Deux axes seront donc privilégiés dans cet appel à contributions :

  1. Du côté des dispositifs, il s’agira principalement d’analyser des programmes d’action publique ou des opérateurs d’innovation sociale qui entendent promouvoir une politique de l’empowerment, à travers l’inclusion, la formation ou la participation numérique. Les contributions pourront notamment retracer les étapes de la mise à l’agenda politique de ce numérique « capacitant » et en dénouer les enjeux, les intentions politiques et les représentations sous-jacents (à la fois en termes de représentations du numérique et de représentations des publics/usagers ciblés). Sur un autre plan, on pourra rendre compte de la manière dont les injonctions sont interprétées et appropriées par des professionnels ou des acteurs associatifs de terrain dans la production de dispositifs « négociés », et plus « localisés ».

  2. Du côté des dispositions, on suggère de documenter ce qui permet, au sein de trajectoires sociales et biographiques, de repérer des processus d’empowerment numérique en termes d’usages, d’apprentissages, d’insertion, de socialisation, de professionnalisation et de participation. Les contributions pourront également interroger ce qui différencie ces trajectoires et ces processus (par exemple, ce que changent les usages d’Internet dans l’organisation de la vie quotidienne, dans les sociabilités privées ou professionnelles et dans les potentialités d’accès à diverses ressources et/ou capacités), dans leurs interactions avec les dispositifs incarnant une action politique ou militante.

Ces deux approches ne sont pas limitatives et d’autres modalités de contribution articulant les questions d’usages du numérique et d’empowerment pourront également faire l’objet d’une proposition.

Nous proposons à titre indicatif quelques questions auxquelles pourraient répondre les articles du numéro :

  • Quels sont les liens entre autonomie, émancipation et pouvoir d’agir ?

  • Quels sont les rapports entre disposition, capacitation et compétence numérique ?

  • Quels sont les rapports entre dispositif, configuration et environnement numérique ?

  • Comment définir des politiques et/ou des techniques d’empowerment par le numérique ?

  • Quels sont les acteurs qui entreprennent des politiques et/ou des techniques d’empowerment en lien avec le numérique ?

  • Comment se jouent et circulent les rapports de pouvoir et de domination dans les projets d’empowerment numérique ?

  • Quels sont les usages et les apprentissages du numérique qui forgent des trajectoires d’empowerment  ?

  • Dans quelle mesure le numérique soutient-il la formation de collectif de revendication, de militance et d’action solidaire ?

  • Quels sont les objectifs poursuivis par les applications de l’empowerment numérique, en termes de réduction des inégalités de tout ordre (sociales, culturelles, économiques, de genre) et/ou d’émancipations individuelles et collectives (sortir de la pauvreté, recouvrer un emploi, une forme d’estime de soi, tisser du lien social…)  ?

  • Observe-t-on des phénomènes d’« empowerment négatif » ? Comment peut-on les qualifier ?

Calendrier prévisionnel :

  • Publication de l’appel à contributions : juillet 2018

  • Envoi des propositions d’article (2 pages maximum)  : 29 octobre 2018

  • Réponse d’acceptation ou de rejet des propositions : 19 novembre 2018

  • Envoi des articles complets pour évaluation : 18 février 2019

  • Envoi des commentaires des évaluateurs : 15 avril 2019

  • Envoi des articles finaux : 31 mai 2019

Format des articles

Format article : articles de 30.000 à 40.000 caractères (comité de lecture en double aveugle)

Format note de recherche ou de synthèse : revue de littérature

Format témoignages d’acteurs : entretiens « thématisés »

Les textes doivent être envoyés aux coordonnateurs de la thématique de ce numéro Fabien Labarthe et Marianne Trainoir (aux adresses suivantes : fabien.labarthe@univ-st-etienne.fr, marianne.trainoir@univ-rennes2.fr) et à la revue Terminal (redaction@revue-terminal.org)

Bibliography

Bacqué, M-H. et Biewener, C. (2013), L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte/poche.

Bacqué, M-H. et Mechmache, M. (2013), Pour une réforme radicale de la politique de la ville. Ça ne se fera plus sans nous. Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires. Rapport au ministre délégué chargé de la Ville, Juillet.

Bacqué, M-H., (2005), « L’intraduisible notion d’empowerment vue au fil des politiques urbaines américaines », Territoires, n° 460, p. 32-35.

Badouard R., (2017), Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, FYP éditions.

Bossé, Y. (2003), « De l’habilitation au pouvoir d’agir : vers une appréhension plus circonscrite de la notion d’empowerment », Nouvelles pratiques sociales, vol.16, n° 2.

Cardon, D. et Casilli, A. (2015), Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Paris, INA Editions.

De Certeau, M. (1994)., « L’ordinaire de la communication », in La prise de parole et autres écrits politique, Paris, Editions du Seuil, pp. 163-224.

Denouël, J et Granjon, F. (dir.) (2011). Communiquer à l’ère du numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages. Paris : Presses des Mines.

Granjon, F. (2012). Reconnaissance et usages d’internet. Une sociologie critique des pratiques de l’informatique connectée. Paris : Presses des Mines.

Jauréguiberry, F. et Proulx, S. (2011). Usages et enjeux des technologies de communication. Toulouse : Erès.

Joseph, I. (1998). La ville sans qualités. La Tour-d’Aigues : Editions de l’Aube.

Jouët, J. (2000). « Retour critique sur la sociologie des usages », in Réseaux, vol. 18, n° 100.

Labarthe, F. (2013). Démocratiser la culture multimédia ? Usages et apprentissages en milieu populaire. Paris : Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Le Mentec, M. (2010). Usages des TIC et pratiques d’empowerment des personnes en situation de disqualification sociale dans les EPN Bretons. Thèse de doctorat. Université Rennes 2.

Plantard, P., Le Mentec, M. et Trainoir, M. (2013). Pour en finir avec la fracture numérique. Limoges : FYP Editions.

Sen, A. (2000). Repenser l’inégalité. Paris : Seuil.

Voirol, O. (2011). « L’intersubjectivation technique : de l’usage à l’adresse. Pour une théorie critique de la culture numérique ». Dans Julie Denouël et Fabien Granjon (dir.) Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages (p.127-157). Paris : Presses des Mines.

Top of page

Notes

1 Acronyme par lequel sont habituellement désignés les grandes firmes du Web, à savoir Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft.

2 Cet appel à contributions s’inscrit également dans un projet ANR intitulé « Capacity : les réalités de l’empowerment à l’ère numérique » porté par la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING), l’Université de Rennes 2 et Télécom Bretagne.

3 Intitulé Citoyens d’une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique de l’inclusion.

Top of page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals