Navigation – Plan du site
Un nouvel activisme sur Internet ?
Internet et démocratie sociale

Une protestation environnementale entre événementiel et média alternatif

Dominique Carré

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Grèves, rassemblements, manifestations... Les formes de protestation sociale se sont démultipliées dans les sociétés dites démocratiques. La quantification des participants est devenue peu à peu un enjeu social et politique qui favorise la mise en visibilité médiatique des actions menées. Ainsi les médias sont devenus des observateurs attentifs, favorisant la couverture des protestations. Très vite également les organisateurs de rassemblement prennent conscience de la nécessité d’obtenir une bonne couverture médiatique. Pour cela, ils intègrent des stratégies de séduction médiatique. Ce qui fait dire à E. Neveu (1996) que les médias sont dorénavant partie prenante des interactions du mouvement social, ou à W. Gamson (1992) qu’ils apparaissent comme une ressource cognitive de première importance favorisant la mise en scène des formes de mobilisation.

2Les travaux de P. Champagne (1984, 1990) contribuent aussi à montrer qu’aux manifestations traditionnelles pour créer un rapport de force vont se superposer des manifestations de second degré dites des « manifestations de papier ». À l’action première, se superpose une action de second degré orientée vers la mise en scène de la protestation des médias. D’autres auteurs ont mis en évidence que les acteurs sociaux n’attendent plus, de la part des médias, une simple couverture médiatique, mais intègrent en amont une stratégie média pour conquérir ou conscientiser l’opinion publique.

3Autrement dit, auparavant les acteurs sociaux agissaient puis communiquaient, dorénavant la communication devient prépondérante, pour ne pas dire première et s’inscrit dans une approche bien connue en Amérique du Nord, le « Media Advocacy », que l’on pourrait traduire par stratégie d’instrumentalisation des médias au service d’une cause d’intérêt général [Wallack, Dorfman, Jernigan, Temba, 1993].

Orientations de recherche

4S’inspirant de l’agir communicationnel précurseur de Greenpeace ou d’Act Up, il nous semble que certaines pratiques de protestations actuelles, qui ne reposent plus sur la maximisation du nombre de participants, développent une mise en scène poussée et une théâtralisation de la mobilisation pour tout à la fois attirer l’attention des médias, obtenir une visibilité maximale et sensibiliser l’opinion publique à leur revendication.

5La problématique dans laquelle s’inscrit la recherche menée est que la mobilisation sociale :

  1. tend à se rapprocher de plus en plus d’une production à caractère événementiel, publicitaire, voire cinématographique qui s’accompagne d’un plan média ;

  2. sollicite un investissement plus individuel des participants qui se différencie des formes de mobilisation plus institutionnalisées ;

  3. recourt d’une manière importante aux technologies d’information et de communication (sites Web, blogs, messageries électroniques, radiocommunications, webcam, plates-formes d’échanges vidéos...) qui complètent ou se substituent aux médias plus traditionnels.

6La problématique énoncée, il faut le reconnaître, est audacieuse et peut être perçue par les acteurs sociaux comme quelque peu impertinente. Nous pouvons l’admettre, mais elle apparaît judicieuse car elle permet à travers ce prisme d’appréhender, selon nous, un double processus d’importation à l’œuvre. D’une part, l’importation de pratiques en provenance du champ des industries culturelles, de la communication, du marketing dans le champ de la mobilisation sociale. D’autre part, l’importation et l’intégration de pratiques et de savoir-faire personnels et/ou professionnels dans le processus même de la mobilisation sociale.

Le collectif citoyen Carré Vert

7Ne pouvant rendre compte, dans l’espace imparti de l’ensemble de la recherche qui porte sur des collectifs intervenant sur différentes thématiques (crise du logement, altermondialisation, sans domicile fixe, environnement, humanitaire...), il est proposé de ne restituer ci-dessous que quelques éléments de l’étude réalisée sur le collectif citoyen Carré Vert, qui s’est créé pour dénoncer, d’une part, « l’asphyxie et la pollution de nos villes par le trafic automobile » ; et d’autre part, « les ravages du tout voiture sur notre santé et notre environnement ». Indiquons que, dans cet article, nous nous limiterons à étudier l’action fondatrice menée par ce collectif en février 2008 et à mettre à jour le seul processus d’importation de pratiques des industries culturelles et de la communication dans le champ de la mobilisation sociale.

  • 1 Indiquons que certaines investigations ont été menées avec la participation d’étudiants du master i (...)

8L’étude des conditions de mobilisation et du déroulement de l’action collective retenue est intéressante à plus d’un titre. Elle permet de s’interroger tout d’abord sur la dialectique à l’œuvre entre mobilisation et recours aux médias. Ensuite d’évaluer les usages des technologies d’information et de communication (TIC) comme instruments de publicisation de l’action et de la revendication. Enfin, d’apprécier l’agir communicationnel déployé qui se situe entre média alternatif (expression d’une parole, d’une revendication citoyenne critique), et média événementiel, se rapprochant des stratégies et des pratiques d’une agence de communication. L’enquête effectuée1 repose sur quatre types d’investigations : analyse du site web et de la production du collectif (manifeste, communiqués de presse...), étude des traces médiatiques, observation participante et entretiens avec des membres du collectif.

Genèse de l’action et du collectif

9L’idée initiale a mûri au sein du collectif La Périféerique. Le projet repose sur une « idée simple, un projet aussi fou que sérieux, une utopie qui creuse progressivement son sillon dans la réalité ». L’objectif recherché est d’ouvrir entièrement le boulevard périphérique parisien aux piétons et aux sportifs pour une journée en organisant une fête populaire du sport, de l’environnement et de la fraternité.

  • 2 Le Président de La Périféerique est aussi le porte-parole du collectif citoyen Carré Vert.

10Les pouvoirs publics ayant toujours refusé la fermeture du périphérique, l’événement ne s’est pas concrétisé. Certains membres2 de l’association ont alors envisagé de réaliser une opération à la fois plus restreinte et plus radicale, en se passant de l’autorisation préfectorale. C’est dans ce contexte que s’est créé le collectif citoyen Carré Vert afin d’organiser un événement le 17 février 2008 : le blocage du périphérique Porte d’Asnières pour interpeller les candidats aux élections municipales et l’opinion publique « sur les ravages du tout voiture sur notre santé et notre environnement ».

  • 3 Signalons que le candidat des Verts à la mairie de Paris a apporté son soutien en étant présent lor (...)

11Le collectif est composé d’un petit groupe de personnes auquel vont peu à peu s’en agréger d’autres : membres de l’association La Périféérique, militants associatifs, adhérents des Verts3, membres des Désobéissants...). L’action ici ne s’est pas construite sur l’indignation morale, ni sur le mode compassionnel, comme celle mise en œuvre quelque temps auparavant par Les Enfants de Don Quichotte pour faire entendre la voix des exclus, les sans domicile fixe – SDF– [Carré, 2007]. Il ne s’agit pas pour ce collectif citoyen d’émouvoir la population, mais de réaliser un coup d’éclat pour mettre à l’agenda médiatique et politique le « ras-le-bol face au tout voiture », tout en appelant au développement des transports en commun et des circulations douces, et de publiciser un manifeste : De l’air sur le Périf ! Le Manifeste pour une mobilité soutenable.

Entre opération commando et flash mob

12Par flash mob, il faut entendre une mobilisation éclair de personnes qui mènent une action courte et qui la plupart du temps ne se connaissent pas forcément et se dispersent rapidement après coup. Dans le cas étudié, l’opération s’est décomposée en trois temps.

Premier temps.

13La préparation s’effectue dans une confidentialité extrême. Quelques personnes initiées organisent les préparatifs longtemps à l’avance. L’action se rapproche d’une opération commando : identification du lieu, repérage des accès, évaluation des problèmes, scénarii et chronologie du déroulement des opérations, répétition partielle sur le terrain, location de véhicules, préparation des communiqués de presse et des réponses à fournir en cas d’interpellation par les forces de l’ordre etc. On l’aura compris, l’action ne s’improvise pas, elle est pensée dans ses moindres détails. À ce stade, seuls sont mis dans la confidence quelques journalistes privilégiés (presse écrite, radio, télévision) qui auront pour vocation de couvrir l’événement ; nous y reviendrons ultérieurement.

Deuxième temps.

  • 4 C’est à partir d’une borne téléphonique d’urgence (borne orange) que l’appel est passé et non à par (...)

14Les personnes susceptibles de participer à l’action sont repérées et prévenues par courriel la veille afin de leur indiquer l’heure et le lieu de rassemblement (mais pas l’heure et le lieu de l’action) et finaliser le mode opératoire. Le jour de l’opération une quarantaine de personnes se retrouvent autour d’un vidéoprojecteur afin de se faire communiquer les derniers détails et consignes de sécurité. Les organisateurs répartissent les participants en différentes équipes avec des tâches précises à effectuer (blocage du périphérique, sécurité, installation de la scène, reportage audiovisuel, relation avec la presse, etc.). Pour garantir le bon déroulement de l’opération et la sécurité des automobilistes, les services de la sûreté4 du périphérique sont prévenus afin qu’ils annoncent, via les panneaux électroniques d’information, le blocage en cours.

Troisième temps.

15L’opération se déroule très vite, en moins de trente minutes et selon un scénario préétabli. Le blocage du périphérique est opérationnel, les voitures détournées, la chaussée désertée est recouverte d’un carré de moquette verte de 200 m2 – symbole de la résistance à l’asphyxie et à la pollution des villes par le trafic automobile –, les caméras filment y compris celles du collectif Carré Vert, les interviews s’enchaînent, puis le décor est remballé, le blocage cesse et la circulation reprend ses droits.

  • 5 Elles seront relâchées quelques heures plus tard en attente de savoir si des poursuites seront enga (...)

16L’ordre de dispersion est donné. Seules quelques personnes interpellées par les forces de police sont embarquées5. Les participants se retrouveront quelque temps après pour un debriefing et fêteront leur réussite.

  • 6 Deux participants sont chargés d’être des « médiateurs police » pour accueillir les forces de l’ord (...)

17L’initiative est originale, dangereuse, illégale et revendicative6, mais la particularité est qu’elle ne développe pas une hostilité dirigée contre les automobilistes. Trois indications permettent de l’attester. Premièrement, le lieu retenu a la caractéristique de permettre le blocage du périphérique tout en permettant aux automobilistes de sortir facilement pour y entrer deux cents mètres plus loin. Deuxièmement la date et l’horaire, le dimanche matin de bonne heure (9 h 30), lorsque la circulation est encore très fluide. Troisièmement, comme l’indique le communiqué de presse en date du 17 février 2008 : « L’action du Carré Vert n’est pas dirigée contre les automobilistes, qui le plus souvent sont les otages et les victimes de politiques de déplacements qui ont trop longtemps négligé les transports collectifs et les circulations douces. »

Une mise en scène très théâtrale et médiatique

18L’action est pensée comme un événement spectaculaire, et surtout une action très communicationnelle. Comme au théâtre, on retrouve les trois unités de lieu, de temps et d’action.

19Le lieu retenu pour le blocage de la circulation a été minutieusement choisi. Certes il permet de montrer que l’action n’est pas tournée contre les automobilistes, comme nous l’avons vu précédemment, mais un autre facteur est déterminant  : favoriser la couverture médiatique maximale de l’événement. Le lieu remplit trois conditions : offrir un point de vue qui surplombe le boulevard périphérique et permet de filmer en contrebas l’action qui se déroule ; favoriser l’implantation de caméras sur les toits d’hôtels limitrophes ; et ne pas être sous le joug des caméras de vidéosurveillance du périphérique. On se rapproche ainsi des conditions d’un plateau de tournage qui permet une bonne prise d’images et des angles de cadrage différents. L’image est première. Le lieu retenu offre ainsi une vue imprenable aux caméras sur l’événement et permet de produire des images fortes.

20Les créateurs de l’événement pour attirer et amplifier la couverture médiatique vont rechercher une mise en scène adaptée permettant des symboliques fortes. Les participants se chargent de délimiter la scène afin d’en planter le décor. Cinq camionnettes, feux de détresse allumés, ralentissent la circulation peu à peu pour s’immobiliser à l’endroit prévu. Une fois le trafic interrompu, le décor est déballé du camion et tout un dispositif scénographique se met en place. Pour favoriser une mise en scène visuelle de la revendication, les protagonistes, sous les ordres de « régisseurs », implantent une scène (un carré de moquette verte de 200 m2 où des voies de circulation différenciées sont représentées avec des pictogrammes), plantent un décor (arbustes) afin de formaliser ce que pourrait être un boulevard urbain repensé et ouvert aux circulations douces, puis les participants jouent au ballon... Rien n’est laissé au hasard, les protestataires portent tous des T-shirts blancs avec un logo, un « carré vert » et à chacun un rôle précis est attribué.

21À la fin de l’opération (du spectacle), les acteurs qui sont sur la moquette verte se réunissent pour se regrouper et saluer (comme à la fin d’une représentation théâtrale), les flashes crépitent, les caméras tournent et le public présent applaudit.

L’injonction de la visibilité

  • 7 « Cœur ou moteur » le 30 mai 2006, « A vélo Monsieur Le Président », le 15 septembre 2007.

22Partant du principe que ce qui n’apparaît pas dans les médias n’a pas eu lieu, les organisateurs de l’événement ont particulièrement travaillé les conditions d’accès à la visibilité médiatique. À toutes les étapes de conception de l’action ont été intégrées les contraintes journalistiques et médiatiques, que cela soit lors du choix du lieu (pont surplombant le boulevard périphérique), lors du positionnement revendicatif retenu (action spectaculaire, mais non agressive), mais aussi dans la manière de mettre dans la confidence une quinzaine de jours avant quelques journalistes dits de « confiance » avec qui les membres de l’association Périféerique avaient auparavant travaillé lors d’actions menées7. L’objectif consiste à s’assurer que les journalistes sont intéressés et acceptent de couvrir l’opération, sans pour cela tout leur dévoiler. L’un des organisateurs est même chargé des relations « presse ». Celui-ci possède un carnet d’adresses conséquent et semble maîtriser l’art des relations publiques.

23Pour s’assurer une plus grande visibilité, les organisateurs vont même couvrir l’événement avec leurs propres moyens en assignant certains de leurs membres à prendre des photos (trois photographes) ou à filmer le déroulement de l’opération (trois reporters vidéo). À partir des épreuves de tournage (rushes), l’un des membres du collectif est chargé d’effectuer ensuite très vite un montage court et percutant afin de mettre une vidéo quelques heures après sur le site Web dédié à l’opération.

Rôle et fonction du site Web

24Le rôle du site Web est de relater l’événement et d’étendre la mobilisation. Indiquons que le site sera véritablement mis en ligne que quelques heures après l’action menée. Il a trois fonctions :

  • La pérennisation de l’action furtive menée. Cela se matérialise à travers trois rubriques : vidéo en ligne, photos et revue de presse. En ce qui concerne la vidéo et les photos elles proviennent de la couverture médiatique effectuée par les membres du collectif Carré Vert. Signalons que la vidéo réalisée, moins de deux minutes, est la résultante d’un montage qui s’accompagne sur le plan musical de la chanson de Keny Arkana. Elle est accessible sur le site8 via la plateforme audiovisuelle Dailymotion.

  • La diffusion et la signature d’un manifeste De l’air sur le Périf ! Manifeste pour une mobilité soutenable qui explique les raisons de la création du collectif citoyen et les principales revendications mises en avant. Les internautes ont la possibilité de signer celui-ci, et de l’envoyer aux candidats aux élections municipales pour qu’ils se positionnent ou encore à leur entourage par courriel pour le faire connaître. Au total quatre cent quarante-deux personnes le signeront, une quinzaine d’élus l’appuieront et deux cents commentaires seront reçus. Ce qui est peu par rapport aux nombres d’internautes ayant visionné en quelques semaines la vidéo (plus de sept mille connexions).

  • La possibilité est donnée également aux internautes intéressés, via des hyperliens, de découvrir les problèmes de pollution, de réchauffement climatique, de santé publique liés aux déplacements en Ile-de-France. Une cartographie du bruit est accessible et une connaissance de la qualité de l’air est proposée. Il est même possible de découvrir les solutions recommandées par le collectif citoyen : réduire la place de la voiture en ville, développer les transports en commun et les circulations douces, mettre en œuvre l’auto-partage ou le covoiturage...

  • 9 Pour rappel, le copyleft est la possibilité donnée par l’auteur d’un travail soumis au droit d’aute (...)

25L’objectif du site ne consiste pas, comme pour Le Clan du Néon, collectif qui lutte contre le gâchis énergétique et les excès de publicité, de favoriser par mimétisme, sur le principe du copyleft9, la démultiplication de l’action potache et fondatrice qui consiste, à partir d’une courte échelle improvisée, d’atteindre un boîtier apposé en façade des magasins pour éteindre les néons des enseignes lumineuses [Carré, 2008].

26Bloquer le périphérique est une opération délicate à réaliser, pour ne pas dire dangereuse. De plus, une telle opération ne s’improvise pas puisqu’elle requiert une préparation très en amont et nécessite plus d’une cinquantaine d’heures de conception. Aucune improvisation n’est possible. Le concept a certes séduit d’autres collectifs, mais seules à ce jour deux actions de ce type ont eu lieu jusqu’à présent, l’une à Paris : Les Quais de Seine pour les piétons (2 mars 2008) ; l’autre à Marseille : La Green Pride de Marseille (5 avril 2008).

Positionnement du site au sein du dispositif communicationnel

27Le site Web, comme on vient de le voir, est un site traditionnel (absence par exemple de listes de diffusion, de discussion...). Il sera alimenté d’une manière conséquente les jours qui suivent l’action, puis d’une manière très épisodique. Le site semble avoir été créé pour couvrir l’événement et le pérenniser et non pour en faire un média alternatif qui aurait pour vocation de diffuser d’une manière régulière des discours, prises de position liées au positionnement social et culturel du collectif citoyen Carré Vert.

28Attardons-nous quelques instants sur la place du site Web dans le dispositif communicationnel mis en place. La couverture médiatique est première et indispensable dans la stratégie communicationnelle adoptée. Le site Web n’intervient que dans un deuxième temps pour relayer et pérenniser l’action. La fonction attribuée aux médias le jour même ou dans les jours qui suivent est de rendre visible l’événement. Ils ne vont certes pas consacrer un espace important à cette information, à l’exception du quotidien Le Parisien. La plupart des articles publiés comprennent une photo conséquente par rapport au rédactionnel qui reprend le nom du collectif et des contenus le plus souvent empruntés au communiqué de presse diffusé : « dimanche 17 février, 10 h, respiration fluide sur le Boulevard Périphérique ». La couverture médiatique a pour vocation de favoriser un buzz médiatique (bourdonnement) qui a pour but de rabattre les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, sympathisants, curieux vers le site du collectif pour visionner la vidéo autoproduite et les photos prises, signer le manifeste ou rechercher des informations complémentaires. Indéniablement, la vidéo bien référencée et les moteurs de recherche ont joué un rôle conséquent pour permettre aux internautes d’accéder à un site inconnu vingtquatre heures auparavant.

De l’individuel dans l’agir collectif

  • 10 I. Sommier (2003) perçoit en ces pratiques un renouveau des mouvements contestataires.

29Dans cette forme de mobilisation, il est fait appel à un agir collectif quelque peu renouvelé très éloigné des discours convenus et des pratiques militantes institutionnalisées ou encore traditionnalisées10 puisque la mise en scène conçue est en lien direct avec ce que le collectif souhaite dénoncer. L’action menée a aussi une autre caractéristique, mettre l’individu en première ligne sans possibilité d’abris derrière l’institution (Ion, 2001, p. 31), même si la présence sur le lieu de l’événement de journalistes et d’élus offre, vu le caractère risqué et illégal de l’action, une certaine protection aux participants.

30Aujourd’hui c’est in situ que les individus s’accomplissent militants. Dans et par l’action. Et non plus à partir de l’inscription dans un mouvement syndical ou politique existant, comme l’indiquent les journalistes Jeanneau, L. et S. Lernould (2008, p. 135).

31Indéniablement lorsque l’on échange avec les acteurs, l’appropriation peu ordinaire de l’espace et du territoire leur a apporté une satisfaction revendicative immédiate. Au lieu d’en rester à des déclarations de principe, ils participent d’une manière pragmatique à préfigurer, à matérialiser ce que devrait être l’avenir des déplacements en région parisienne. Cela renvoie à un triple processus : d’idéalisation, de matérialisation et de légitimation.

32Ce type d’opération leur apporte aussi le sentiment de s’affirmer en tant qu’individu, d’en retirer une certaine jouissance. Affranchis, comme le notent J. Ion, S. Franguiadis et P. Viot (2005), les militants n’entendent plus laisser leur personnalité de côté. M. Benassayag indique que « cette joie exprime le passage du pâtir à l’agir » (2008, p. 226)

33En transformant la revendication collective en spectacle, pour ne pas dire en performance, les organisateurs ne visent pas à dénoncer l’homme aliéné, ici par l’excès du tout voiture (pollution, bruit, réchauffement climatique, coupure territoriale), mais favorisent le développement de pratiques de conscientisation communicationnelle de l’opinion au cœur même de leur dispositif d’émancipation et de transformation sociale. Ainsi on ne s’émancipe pas qu’à travers les idées, mais en posant des actes (y compris communicationnels) qui ont vocation à interpeller et à modifier les consciences [Carré, 2009].

Média alternatif ? ou agence de com’ en événementiel ?

  • 11 C’est le cas du collectif Les Dégonflés qui lutte pour l’éradication des véhicules tout-terrain en (...)

34À l’heure où il est de plus en plus difficile de faire du nombre, la médiatisation d’un événement est de plus en plus essentielle à sa réussite, en tout cas à sa visibilité11 qui en retour entraîne son succès médiatique et/ou internétique : des images valent mieux qu’un long discours. Indéniablement le collectif citoyen Carré Vert a conçu, organisé un événement peu commun. Il s’agit par une mobilisation protestataire, originale, spectaculaire, expressive, digne d’une performance, d’attirer l’attention des médias afin d’atteindre les politiques et sensibiliser l’opinion publique. Conditions semble-t-il nécessaires pour accéder à la visibilité médiatique.

35Ainsi, nous ne sommes pas dans le cas d’une information transformée par les journalistes en un événement médiatique (processus d’événementialisation de l’information). Sommes-nous face à un média alternatif comme se définissent Greenpeace ou Act Up ? Certes, un positionnement culturel est présent, un discours critique est diffusé, des images sont produites, mais la production pérenne d’information n’est pas assurée dans le temps, ce qui n’en fait pas réellement un média alternatif.

36Nous sommes face à un tout autre processus où la conception d’un événement, le déploiement d’une stratégie média (scénario, plan média, relations presse), de pratiques et de savoir-faire spécifiques (expertise en communication) s’apparentent plus à ce que mettrait en œuvre une agence de communication en événementiel.

Haut de page

Bibliographie

CARRÉ, D. (2007) « Entre media advocacy, événementiel et production cinématographique : la mobilisation des Enfants de Don Quichotte », in Meimaris, M. et Gouscos, D. (dir)  : Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication. Médias et diffusion de l’information : vers une société ouverte, Athènes, ed. Gutenberg, tome 1, pp. 135-142.

CARRÉ, D. (2008) « Entre anonymat, visibilité internétique et publicisation. Les pratiques activistes du Clan du Néon », in Espaces de vie, espaces-jeux : Entre investissements ordinaires et mobilisations politiques, Actes du colloque international, Université de Rennes 2 CrapeEso, 5-7 novembre 2008, CD-ROM, pp. 1-8.

CARRÉ, D. (2009)  : « De l’émancipation éducative à l’émancipation communicationnelle ? », Colloque l’émancipation hier et aujourd’hui. Université du Québec à Montréal, 5-6 février 2008. A paraître premier semestre 2009.

CHAMPAGNE, P. (1984)  : « La manifestation. La production de l’événement politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales. n° 52-53, p. 19-41.

CHAMPAGNE, P. (1990)  : Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique, Paris, Les Éd. de Minuit. GAMSON, W. (1992)  : Talking politics, Cambridge Mass., Cambridge University Press.

JEANNEAU, L., LERNOULD, S. (2008)  : Les nouveaux militants, Paris, Les petits matins.

ION, J. -dir(2001)  : L’engagement au pluriel, Saint-Étienne, Presses de l’Université de SaintÉtienne,

ION, J., FRANGUIADAKIS, S., VIOT P. (2005)  : Militer aujourd’hui, Paris, Autrement. LEQUENNE, P. (1997)  : Dans les coulisses de Greenpeace, Paris, L’Harmattan.

MANJEOT, P. (1998)  : « Impureté de la politique Alice », Revue de critique du temps, n° 1, 1998.

NEVEU, ERIK (1996)  : Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, Collection Repères.

SOMMIER, ISABELLE (2003)  : Le renouveau des mouvements contestataires, Paris, Flammarion, Collection Champs.

WALLACK L., DORFMAN, L., JERNIGAN D., THEMBA, M. (1993)  : Media advocacy and public Health power for prevention. Newbury Park, London, New Dehli, Sages publications.

Haut de page

Notes

1 Indiquons que certaines investigations ont été menées avec la participation d’étudiants du master information et communication de l’Université Paris 13. Qu’ils en soient remerciés.

2 Le Président de La Périféerique est aussi le porte-parole du collectif citoyen Carré Vert.

3 Signalons que le candidat des Verts à la mairie de Paris a apporté son soutien en étant présent lors de l’opération menée. Dans le cadre de la campagne électorale, celui-ci proposait de réfléchir dorénavant à l’échelle de l’agglomération parisienne et non plus de Paris intra-muros, souhaitant que le périphérique soit transformé en boulevard urbain après la création d’un métro en rocade.

4 C’est à partir d’une borne téléphonique d’urgence (borne orange) que l’appel est passé et non à partir d’un téléphone portable afin de garantir l’anonymat de l’appelant.

5 Elles seront relâchées quelques heures plus tard en attente de savoir si des poursuites seront engagées contre elles.

6 Deux participants sont chargés d’être des « médiateurs police » pour accueillir les forces de l’ordre à leur arrivée sur place et expliquer les raisons et modalités de l’action.

7 « Cœur ou moteur » le 30 mai 2006, « A vélo Monsieur Le Président », le 15 septembre 2007.

8 www.carrevert.net/

9 Pour rappel, le copyleft est la possibilité donnée par l’auteur d’un travail soumis au droit d’auteur (œuvre d’art, texte, programme informatique, etc.) de copier, d’utiliser, d’étudier, de modifier et de distribuer son œuvre dans la mesure où ces possibilités restent préservées. Le copyleft est une idée de Don Hopkins mise en place et popularisée à partir de 1984 par Richard Stallman dans le cadre du projet GNU.

10 I. Sommier (2003) perçoit en ces pratiques un renouveau des mouvements contestataires.

11 C’est le cas du collectif Les Dégonflés qui lutte pour l’éradication des véhicules tout-terrain en milieu urbain. Leur première action n’est guère une réussite. Pour diverses raisons, seuls quatre véhicules sont dégonflés, mais comme l’un des responsables a joint en après-midi un pigiste de Libération pour lui décrire le projet et que celui-ci a été séduit par l’opération, celui-ci publie le lendemain quelques lignes. Le blog du collectif fait le reste. Les internautes en se rendant sur le blog découvrent les photos et beaucoup souhaitent alors les imiter comme le notent L. Jeanneau, L. et S. Lernould (2008, pp. 122-123). Ainsi une ribambelle de collectifs se créent et passent à l’action un peu partout en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Carré, « Une protestation environnementale entre événementiel et média alternatif », Terminal [En ligne], 103-104 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/2688 ; DOI : 10.4000/terminal.2688

Haut de page

Auteur

Dominique Carré

Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris 13. Responsable de recherche au LabSIC-MSH Paris Nord, CNRS-UMS 2553

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals