Navigation – Plan du site
Un nouvel activisme sur Internet ?
L'expérience du net'activisme

De l’espace public et de la démocratie participative en France et au Québec

Quentin Delavictoire

Texte intégral

1Au regard de la pensée politique actuelle, l’idée de démocratie n’est plus fondamentalement remise en cause dans les États occidentaux, en Amérique comme en Europe, mais l’idée de démocratie participative émerge depuis quelques années sous l’impulsion de formes de citoyenneté diverses et d’outils politiques qui s’adaptent à notre temps.

2Dans ce cadre, cet article portera sur la question de l’existence d’une forme de démocratie participative via Internet, notamment au travers des sites des partis politiques qui, annonçons-le, ne sont pas forcément à la pointe de cette forme politique, mais tendent vers ce modèle en plein développement. Peut-être cela s’explique-t-il par le fait que les organes dirigeants tentent de limiter, consciemment ou inconsciemment, la portée de la forme politique dite participative. C’est encore d’une lutte pour le pouvoir dont il est question, mais ne pouvant faire autrement que prendre le pli des nouvelles technologies, les partis politiques cherchent à les utiliser au mieux.

3Revenons d’abord vers quelques classiques de la théorie politique pour comprendre le contexte actuel qu’implique la question d’une parole politique efficiente dans un espace politique démocratique où la technologie d’Internet serait utilisée. Si l’on se réfère aux écrits d’Hannah Arendt [1995] et de Jürgen Habermas [1962] où ils définissent la citoyenneté pour la première et l’espace public pour le second, on se rend compte que l’impact d’un médium comme Internet n’est pas vide de sens et que le réseau ne peut pas être considéré comme un outil totalement neutre dans le champ politique. Dans l’acception du politique d’Hannah Arendt, l’action politique est le maître mot. Bien qu’on puisse déceler un certain idéalisme dans sa conception de la démocratie, elle éclaire aujourd’hui sur le constat que l’on peut faire à propos de la participation politique qui est plutôt pessimiste.

4Les citoyens ne vont pas voter, ils apparaissent de plus en plus désengagés et ne s’intéressent apparemment plus à la politique. S’il est vrai que la démocratie représentative ne correspond pas à l’idéal politique d’Hannah Arendt, n’y a-t-il tout de même pas ici une possibilité d’action et de liberté supplémentaire offerte aux citoyens modernes ? Ainsi on peut légitimement utiliser le concept d’espace public d’Habermas tel qu’il l’a défini dans son ouvrage de 1962, L’espace public. Il y décrit l’émergence de la société bourgeoise dans un espace politique qui se modifie entre le XVIIIe siècle et le milieu du XXe siècle. Les conditions de possibilité d’un agir politique se libéralisent durant cette période, mais aboutissent selon Habermas à une mercantilisation de l’espace public, c’est-à-dire à une disparition de certaines possibilités citoyennes d’agir dans l’espace commun au profit du marché économique. Revenant trente ans après sur son ouvrage, Jürgen Habermas nuancera ses affirmations, en exposant que les citoyens gardent des possibilités d’échapper à la publicisation mercantile au profit d’une forme d’action citoyenne renouvelée par le média. Cette affirmation s’inscrit dans la droite ligne de ce travail, où Internet peut être vu comme un médium à la fois mercantiliste et citoyen.

5Dans cette recherche, j’ai pris le parti d’observer les sites des partis politiques, en me concentrant tout particulièrement sur les modes d’interactions entre les représentants du peuple et les citoyens. Ceci afin de constater la portée visible d’Internet dans le jeu politique, en particulier sur le lien entre politiciens et citoyens.

6En général, mon objet de recherche est donc la mise en place de nouvelles possibilités de paroles citoyennes grâce au réseau informatique. Internet est un réseau de diffusion et de réception d’information médiatisé par ordinateur. Or, ce réseau n’est accessible aux citoyens que depuis le début des années 1990 et n’est devenu réellement important dans les pays les plus riches qu’à l’entrée du nouveau millénaire. Si l’on considère la position d’Internet aujourd’hui, on se rend compte de la jeunesse et de l’extrême rapidité des changements sociaux auxquels ce médium participe. Mais il me semble fallacieux de parler de révolution pour décrire le phénomène, en tout cas en ce qui concerne la sphère politique.

7Bien sûr, la multiplication des blogues, des forums et des sites dédiés au champ politique semble faire ressurgir un continent qui paraissait comme voué à disparaître : la participation citoyenne. Mais c’est oublier un peu vite que les démocraties modernes ont toujours eu besoin des médias pour fonctionner. Il y a, ici, sujet à l’analyse, car on peut émettre l’hypothèse que chaque époque historique est traversée par une relation étroite entre système communicationnel et système politique [Flichy, 2001].

8Certains représentants de l’école de Francfort par exemple ont étudié cette question après la Seconde Guerre mondiale, avec l’avènement de la radio et surtout de la télévision. Des auteurs, comme Adorno, Horkenheimer ou Habermas, font ressortir l’idée, que l’on retrouve chez Arendt, selon laquelle la démocratie n’est pas une panacée, car il ne suffit pas de la décréter pour qu’elle soit effective. Il faut, pour qu’elle existe, qu’elle soit active et partagée. Et en même temps, qu’elle soit soutenue par des médiums qui diffusent les idées et les représentations démocratiques. Plus tard, certains sociologues, tel Patrick Champagne, ont également décrit la force médiatique en politique dans la perspective de dévoilement des structures sociales que préconisait Pierre Bourdieu. Après ce retour rapide sur quelques perspectives de recherches, rentrons dans le vif du sujet. Afin de pouvoir mieux expliquer mon propos, cet article se subdivise en trois parties.

9La première est consacrée à l’exposé de quelques positions théoriques concernant l’espace public, la citoyenneté (et la position d’Internet dans l’espace du politique). La seconde décrit certaines des possibilités offertes aux citoyens de s’exprimer sur les sites des parties politiques sur Internet. Enfin, la dernière partie est une longue conclusion qui pose la question de l’utilisation politique d’Internet comme espace public dans le cadre d’une démocratie représentative en construction.

10Aujourd’hui, lorsqu’on regarde par exemple les sites Internet des principaux partis français et québécois, on a la forte impression de se retrouver devant des vitrines, où l’on voit se débattre des individus avec des idées et des projets à vendre. L’esthétique prend bien souvent le pas sur le contenu, même si la masse imposante de textes sur la page de présentation est une donnée quasi constante. Cette mercantilisation du politique se retrouve sur le Web comme sur les affiches électorales classiques : slogans accrocheurs, photos souriantes des politiciens et logo du parti bien en vue. Qui aurait à leur reprocher cela, puisqu’aujourd’hui c’est la règle ? Le marketing électoral et la mise en scène des politiciens n’est, semble-t-il, plus à discuter. Mais le sujet qui m’intéresse, c’est cette possibilité qu’offre Internet d’interactions entre les élus du peuple et le peuple grâce à la Toile.

11On observe que de nombreux sites Internet de partis politiques offrent des espaces d’expression. Ces espaces sont multiples et divers, allant du simple courriel à la mise en place d’un militantisme numérique. En entrant plus en détail, il apparaît comme commun de pouvoir envoyer un courriel à un parti politique, mais il est moins courant de pouvoir le faire individuellement pour chaque homme politique. Pour cela, la forme du blogue offre le plus souvent cette possibilité aux internautes.

12Les vidéos de discours de politiciens ont pris place sur les sites Web des partis, mais peu offrent un forum de discussion par exemple. Certains diront que ce n’est pas le rôle des sites sur la Toile de faire la jonction entre un groupe politique et les électeurs et plus largement les citoyens. Mais je crois qu’on est en droit de se demander si Internet participe d’un véritable renouvellement de la démocratie.

L’idéal politico-historique de l’espace public et de la citoyenneté

Le citoyen chez Arendt

13Distinguant la vie publique (koinon) et la vie privée (idion), Hannah Arendt invite à une lecture du politique suivant les modalités de la cité athénienne du Ve siècle av. J.-C., ce qui lui permet de penser l’essence de la politique et de la démocratie. Ainsi pour Arendt, la maisonnée (oikos), lieu de travail, de domination et de violence, s’oppose à l’espace public (polis), où la concertation est la règle. Dans cet espace, les citoyens sont amenés à prendre la parole en leur nom dans l’Agora, lieu spécifiquement dédié à la parole publique. Chez les Grecs anciens, l’agir politique, qui se divise en praxis (action) et lexis (parole), est donc la condition nécessaire pour pouvoir revendiquer sa citoyenneté.

14Arendt définit le politique à partir de la notion fondamentale de liberté. Ce principe de liberté est essentiel dans l’espace public, et comprend la liberté d’agir et de parler en son nom sans peur car tous adoptent la posture de la philia (l’amitié) dans ce contexte. Cette vision du politique est d’autant plus intéressante lorsqu’on la rapporte à la réalité de la Modernité actuelle, où la liberté apparaît aujourd’hui comme une valeur fondamentale, mais où la parole publique citoyenne n’est pas la notion centrale de la citoyenneté, qui est plus basée sur le droit. Cependant il en reste le vote, nécessité a minima de toute démocratie, mais qui apparaît comme une expression limitée de l’opinion individuelle et de la possibilité de pratique citoyenne. L’élection étant toujours un principe fondamental de la représentation politique, elle n’est cependant pas ce que la tradition des Anciens a augurée aux yeux d’Hannah Arendt, car la liberté politique du citoyen n’a pas été totalement préservée dans le cadre de la Modernité.

15Continuant dans cette voie, Cornélius Castoriadis affirme que la valeur première du citoyen doit être celle de l’« autonomie », c’est-à-dire sa capacité à conquérir et à maintenir sa liberté. Je le cite : « Un individu autonome, c’est un individu qui n’agit, autant que c’est possible, qu’après réflexion et délibération. S’il n’agit pas comme cela, il ne peut être un individu démocratique, appartenant à une société démocratique. » À travers cette réflexion de Castoriadis, on peut établir un lien entre les travaux sur le politique d’Arendt et d’Habermas, du fait que ce dernier défend aussi l’idée d’une démocratie basée sur la réflexion et la délibération comme nous l’exposerons dans ce qui suit.

Le retour sur l’espace public d’Habermas

16Le concept d’espace public décrit par Jürgen Habermas en 1962, dans son ouvrage L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, se base sur une analyse sociohistorique du processus de création dans les sociétés modernes d’un espace spécifique de dialogue et de publicisation des discussions concernant le « bien commun » qu’il appelle « espace public » (Offenlichkeit) en rapport avec la Polis des Anciens. Ce lieu fut, selon le sociologue allemand, le cadre de débats dans lesquels les acteurs étaient libres de s’exprimer et, ce faisant, permit à un nouveau cadre démocratique d’apparaître.

17Selon Habermas, « l’espace public bourgeois » se serait donc développé au XVIIIe siècle par le biais des salons et des journaux d’opinion lors d’une époque où la valeur politique de la parole avait acquis une certaine force. Ce contexte historique différencie l’espace public bourgeois de la « polis » grecque, car empruntant à cette idéologie démocratique, les idées des Lumières ont également été imprégnées des valeurs libérales sociales, politiques et économiques. Ainsi la marchandisation progressive de la publicité, entendue comme la diffusion dans l’espace public des informations, et l’affirmation toujours plus grande du rôle de l’État auraient peu à peu causé la perte de ces activités de discussions autour de sujets de réflexion tels que la culture, l’art, la politique... Mais ce constat, fort pessimiste, d’Habermas de 1962, sera nuancé dans un article intitulé L’espace public trente ans après publié en 1992. Alors que dans sa première thèse, il fustige la télévision et la radio en les caractérisant de médias de masse manipulateurs et mercantiles qui ne permettent pas aux acteurs sociaux de se prévaloir d’un regard critique sur le monde, Habermas admettra plus tard que le peuple a tout de même la capacité de trier les informations qui lui sont proposées et d’en discuter de façon rationnelle. Cette nuance n’enlève rien de la force de sa première thèse concernant la création et la perversion de ce nouvel espace politique qu’est l’espace public bourgeois.

18Or ici Habermas complète Hannah Arendt, sur la question de savoir s’il existe une dynamique citoyenne dans la construction de la Modernité, en particulier avec l’utilisation des médias. La notion d’espace public décrit par Habermas tend à montrer que la possibilité de cet espace est variable suivant les époques et que ce sont moins les modes de diffusions et de réceptions médiatiques qui constituent les éléments déterminants, mais plutôt les possibilités historiques, sociales et politiques permettant à la parole citoyenne d’avoir une portée dans les processus politiques de délibération et de décision.

Trois visions de l’utilisation d’Internet pour relayer la parole du peuple dans le cadre politique : de la cyberdémocratie à l’Internet militant

19Avec la Modernité, les outils de communication se sont diversifiés. La presse écrite, puis la radio et la télévision ont été autant de médiums de paroles politiques différents et dont l’impact est historiquement situé.

20À partir de la fin du XXe siècle, Internet s’est positionné comme un nouveau média de diffusion de la parole citoyenne et, dans cette perspective, de nombreux chercheurs en sciences humaines ont travaillé sur la question du rapport entre cette technologie et la politique. Dans un but didactique et pratique, je n’exposerai que trois approches qui me paraissent intéressantes pour une meilleure compréhension du phénomène.

L’idéal de la cyberdémocratie

21Du côté des partisans inconditionnels des nouvelles technologies, on retrouve un auteur comme Pierre Lévy qui, dans son ouvrage intitulé Cyberdémocratie, tend à présenter une vision idéale des avancées récentes de la démocratie grâce à Internet. Selon cet auteur, la liberté d’expression aboutit à la possibilité d’un monde meilleur toujours plus démocratique où l’individu serait parfaitement libre et ses opinions parfaitement prises en compte.

22Pierre Lévy défend l’idée d’un progrès social rendu quasi inéluctable grâce aux possibilités techniques liées au réseau informatique et communicationnel. Mais l’auteur semble oublier dans son exposé l’ensemble des forces collectives et institutionnelles qui régissent l’espace social, comme si elles disparaissaient peu à peu au profit des forces individuelles. On peut qualifier cette approche d’utopiste et de libérale.

La communication de masse individuelle

23La représentation précédente d’Internet peut être mise en perspective avec celle de Manuel Castells, auteur de la galaxie Internet, lorsqu’il écrit qu’Internet permet une mass self communication (communication de masse individuelle). Par là, il nous invite à penser l’outil Internet comme porteur et développeur de nouvelles valeurs sociales, car contrôlé par les individus dans toutes leurs singularités et par un certain désenchantement du monde. Son examen a la vertu de nous faire réfléchir sur l’omniprésence de l’individu et de sa parole au sein du réseau.

24De plus, le constat de Manuel Castells est plus nuancé qu’il n’y paraît quand il dit notamment  : « Ce phénomène constitue ainsi une nouvelle forme sociale de communication certes massive, mais pourtant produite, reçue et ressentie individuellement. Partout dans le monde, elle a été récupérée par les mouvements sociaux ». Pour cet auteur le collectif est donc toujours présent, mais comme récupération et agrégation des discours individuels. Cette analyse peut être qualifiée de réaliste, même si elle met peutêtre trop en avant la dynamique individualiste dans les rapports sociaux, en oubliant le poids des institutions comme l’État ou la famille.

Le militantisme au travers du Web

25Les travaux de Fabien Granjon montrent quant à eux qu’Internet permet aussi des activités collectives. Le militantisme d’internautes permet à des organisations d’agir différemment qu’auparavant. Les membres deviennent ainsi plus nombreux et plus diversifiés. Différentes personnes peuvent participer à des actions militantes ponctuellement et/ou à distance. Des experts peuvent par ce biais aider des organisations militantes...

26D’une certaine manière, ce que décrit ce chercheur, c’est la mise en place d’un média de diffusion et de production dans le jeu politique, ici militant, qui permet une pratique citoyenne différente où l’outil Internet est investi positivement par les acteurs sociaux. En analysant le militantisme de la société civile, Fabien Granjon saisit peut-être ce qui est en train d’advenir aujourd’hui dans des organisations politiques telles que les partis politiques. Une forme de distanciation de certains acteurs vis-à-vis de l’engagement et en même temps une ouverture à des participations ponctuelles d’un plus grand nombre de personnes. Cette étude sociologique des pratiques militantes sur Internet a le mérite de se dégager des pensées un peu trop déterministes des deux auteurs précités, mais elle a le défaut d’oublier parfois les éléments transcendants du social, en les rabattant à des pratiques neutralisées.

Les possibilités d’utilisations participatives de quelques sites de partis politiques

27Afin d’illustrer mon propos, j’ai choisi d’étudier les sites des partis politiques pour tenter de donner quelques réponses à la question suivante : qu’en est-il des possibilités d’expression offertes aux internautes sur les sites des principaux partis politiques de France et du Québec ? Pour cela, je traiterai les cas de deux partis français ; l’UMP (Union pour un Mouvement populaire) et le PS (Parti socialiste), ainsi que trois partis québécois ; le PLQ (Parti libéral québécois), l’ADQ (Action démocratique Québec) et le PQ (Parti québécois).

28La raison de ce choix est simple, ce sont les principaux partis politiques susceptibles d’accéder ou déjà au pouvoir. Et ce sont donc à travers leurs représentants que les citoyens peuvent influer directement dans le cadre de la démocratie représentative et que leur parole peut éventuellement être prise en compte dans un cadre politique plus institutionnel. J’ai choisi de classer les possibilités suivant un ordre allant du plus couramment visible au plus exceptionnel.

Le courriel

29Il est apparu que tous les partis offraient la possibilité de communiquer par l’intermédiaire de courriels plus ou moins personnalisés. Par exemple, l’UMP offre de communiquer avec le président de la République, qui a son propre site. Les autres partis proposent d’écrire par e-mail au secrétaire général du parti le plus souvent. Dans la majorité des cas, l’écriture du courriel est normalisée. Cela demande d’enregistrer un certain nombre de informations personnelles (nom, prénom, téléphone, courriel...) et invite à choisir parmi certaines thématiques prédéfinies.

30De cette façon, les courriels sont, semblent-ils, triés par un programme avant d’être transmis aux bonnes personnes et être traités humainement par le service concerné. Le mode de communication par courriel apparaît comme le plus répandu des services d’expression citoyenne via Internet, mais aussi le plus proche de modes de communication plus anciens et toujours actifs que sont le courrier postal et l’envoi de fax. Le courriel ne met ainsi pas en jeu une diffusion de la parole citoyenne visible par le plus grand nombre, il reste une adresse directe à une personne dans l’attente d’une réponse de celle-ci sur un sujet précis.

Le blog

31Un autre moyen très répandu proposé aux citoyens pour s’exprimer est celui du blog (ou blogue). Tous les partis étudiés en ont au moins un pour l’ensemble du parti, sauf l’ADQ qui ne possède pas de lien direct avec un blog officiel. La plupart des chefs de parti ont aussi leurs blogs personnels. Mais si on s’intéresse spécifiquement aux blogs dédiés aux partis politiques, on observe que les deux partis français étudiés sont ceux qui en ont le plus. L’UMP a un blog général officiel pour le parti et un autre dédié aux femmes appelé « agora elles ». De plus, l’annuaire des sites rattachés à l’UMP permet de constater la nébuleuse de sites et de blogs plus ou moins en lien avec le site officiel. Pour donner un ordre d’idée, l’ensemble des sites et des blogs répertoriés sous l’appellation « Blogs et sites de citoyens engagés » est d’environ 300 pour l’UMP. Le blog officiel de l’UMP se présente comme un lieu de débat, en proposant un certain nombre de thématiques ouvertes aux commentaires des internautes.

32Le PS a aussi, de son côté, multiplié les blogs au sein du site officiel en les développant par thématiques (environnement, éducation, international...) À ce jour, il en a été recensé une vingtaine, en plus d’un blog général appelé

33« blog de la rénovation ». Adoptant une autre forme de construction de site que l’UMP, le PS a opté pour un modèle plus développé du blog au sein de son approche Internet. Ce fait de la multiplication des blogs n’est pas étonnant lorsqu’on sait que la France a été au cœur d’une certaine mode des blogs au début du XXIe siècle.

34Les partis québécois présentent aussi des blogs liés aux partis, mais pas plus d’un par institution. Les partis politiques québécois semblent moins prolifiques en terme de contenu que les partis français, en particulier en termes de blogs liés de façon directe aux partis politiques. Mais les partis québécois comme les partis français semblent rattachés à un grand nombre de sites partisans non officiels dont cette étude ne traite pas directement.

35On peut ici émettre un commentaire sur ce phénomène des blogs politiques et voir cela comme une tendance à l’individualisation toujours plus grande du discours politique qui apparaît avec le phénomène des blogs et qui illustre bien la mise en avant des opinions personnelles sur Internet. Ainsi pratiquement tous les politiciens importants ont aujourd’hui leur carnet Internet. Ils y sont même obligés, étant donné l’image négative qu’ils ont auprès de la majorité des citoyens, afin de regagner un peu de notoriété en ce montrant comme proche des gens. Mais ce qui ressort de l’utilisation d’Internet au travers des blogs, c’est une démarche d’expression toujours plus personnelle sur les sujets de société, symbolisée par l’utilisation des commentaires libres associés au contenu.

36En outre, et un peu paradoxalement, Internet offre la possibilité de l’anonymat ou, plus grave, de la falsification des identités qui ne permet pas de légitimer totalement les commentaires émis et même des auteurs des contenus des pages Web. Cela pose le problème d’une virtualisation du « moi ». On semble peu à peu s’éloigner de la tradition antique de la démocratique du citoyen qui s’exprime en son nom que décrit Hannah Arendt.

Utilisation de la vidéo et autres modes de diffusion de la parole citoyenne

37L’utilisation de la technologie multimédia liée au Web par les partis politiques permet de mettre en ligne des vidéos et des fichiers audio. Mais la majorité des partis politiques utilisent peu ces possibilités, se bornant le plus souvent à présenter des contenus mettant en scène des hommes et des femmes politiques lors de meetings ou d’interviews, ou sous la forme de publicités électorales comme sur le site du Parti libéral québécois.

38On observe très rarement des paroles citoyennes s’exprimer sur les sites officiels des partis, et les hommes politiques ne sont pas présentés lors de dialogues avec des citoyens ou même avec des militants. Le seul exemple trouvé d’une parole citoyenne visible totalement libre d’accès sur les sites et blogs directement affiliés aux partis politiques a été sur le blog de la rénovation du PS, blog accessible dès la page d’accueil du parti, où l’on peut visionner quelques réunions filmées avec la partie des questions et des interventions des personnes présents dans l’assemblée.

39Depuis quelques mois, les partis français ont fortement renforcé leur stock de vidéos disponibles via leurs sites Internet. Ils ont créé pour beaucoup leur webTV qui propose entretiens, congrès et émissions thématiques. Mais il est diffusé très peu de paroles citoyennes directement visibles en temps que telles. Et les technologies multimédias sont ainsi utilisées avec beaucoup de parcimonie au regard des possibilités offertes. Les partis politiques privilégiant encore le texte à l’utilisation d’images, de vidéos ou de fichiers audio.

Appels à contributions citoyennes et sites de débats en ligne

40On ne constate pas la présence de forums de discussions tels qu’ils peuvent exister traditionnellement sur la Toile au sein des sites des partis (i.e. avec un login et sous forme de rubriques selon les différentes thématiques mises en débat). En tout cas, lorsqu’ils existent, ils ne sont pas directement rattachés au site institutionnel du parti.

Du côté français

41L’UMP propose un site appelé UMPnet, où des citoyens peuvent participer à des débats et des ateliers thématiques sur Internet. Mais le site n’est pas libre d’accès, même si la visualisation des discussions et des travaux terminés est possible. Ce forum se présente comme un lieu de débat sur des questions de société où les internautes sont invités à se présenter en leur nom propre, avec même la possibilité d’être visualisé par une photo et leur commune d’habitation. Il ne donne cependant pas accès aux contenus des débats en cours lorsqu’on n’est pas inscrit. Mais les liens : « controverses » et « agit’pop » du site de l’UMP proposent des possibilités multiplates-formes (textes, vidéos...) de débats où l’on peut lire les commentaires des citoyens sur les débats proposés (mères porteuses, usage du portable aux enfants...) organisés sous de grandes thématiques. Il existe même un espace de proposition de débats.

42En outre, les commentaires des internautes aux débats sont visibles à tous et les présentations vidéo qui accompagnent ces forums font souvent participer des hommes politiques du parti, mais aussi des citoyens engagés dans le milieu associatif ou des personnalités membres d’organismes « indépendants ». Ces personnes amenant des arguments souvent contradictoires sur le sujet du débat. De plus, une analyse rapide des résultats est disponible dès la clôture du forum, présentant les grandes tendances exprimées en essayant de dégager les principaux arguments mis en avant par les participants. On soulignera ici qu’il y a encore quelques mois ces options n’existaient pas au sein du site, montrant bien la dynamique dans laquelle se trouvent les partis français actuellement vis-à-vis d’Internet.

43Pour sa part, en plus d’une stratégie plus axée sur les blogues thématiques, le PS émet un appel à contribution dès sa page d’accueil. L’inscription y est très simple : inscrire son courriel et définir un code secret, ce qui permet ensuite de personnaliser sa navigation et de proposer des contenus supplémentaires. On peut rajouter à cela la possibilité de signer des pétitions en ligne comme une autre possibilité d’expression citoyenne sur le site du parti socialiste.

Du côté québécois

44Seul le Parti québécois semble véritablement se donner les moyens de voguer sur la vague du Net en appelant les internautes à devenir un « cybermilitant ». Ainsi le parti invite ses sympathisants à s’exprimer sur le réseau et à produire des contenus pour rendre visible leurs idées. Les autres partis doivent certainement en faire autant, mais il n’y a pas d’injonction émise de façon aussi explicite.

45Le Parti québécois invite les militants à s’informer grâce au Web et à militer par l’intermédiaire des possibilités qu’offre le réseau. Au travers de la rubrique Participez, le PQ demande donc à toutes personnes ayant des compétences informatiques d’en faire profiter la collectivité. Cette directive montre bien la portée qu’a acquis Internet dans le champ médiatique et politique : le citoyen militant étant amené à investir la place virtuelle au même titre que le monde physique.

Vers l’expansion d’une démocratie participative grâce à Internet  ?

46Au regard de l’étude précédente, on peut légitimement se poser la question de savoir si Internet participe d’un mouvement d’expansion d’une démocratie toujours plus participative. Les possibilités offertes par les sites des partis politiques dans la voie d’une possibilité laissée aux citoyens de s’exprimer sur la Toile permettent en partie de penser cela.

47Le concept de « démocratie participative » paraît fécond pour l’analyse au regard de ce qui se développe sur Internet, car il pose les bases de ce que Loïc Blondiaux a nommé « le nouvel esprit de la démocratie ».

48La démocratie participative n’est pas qu’une expression vide de sens. Elle se constitue d’actes politiques qui ont vocation à donner toujours plus la parole aux citoyens. Loïc Blondeaux décrit dans son livre ce « nouvel esprit de la démocratie », au travers de modèles tels que la démocratie de quartier, montrant une possibilité d’agir dans l’espace public pour les citoyens. On peut se poser ici la question avec Loïc Blondiaux de la pertinence d’une pratique politique toujours plus centrée sur des débats individuels ou du moins axée sur des sujets très précis, qui semblent confirmer le désintérêt croissant envers les « grandes » idées politiques. Si Internet participe de ce mouvement politique, ouvrant une nouvelle fenêtre sur le débat public pour le citoyen, ce médium présente aussi les caractéristiques d’une forme d’individualisation du rapport au monde et d’un rapport au politique plus pragmatique et instrumentalisé qu’idéologique.

49Ces observations en partie critiques soulignent une tendance du système démocratique actuel à l’image de la société. Les idéologies politiques ontelles été balayées comme l’écrit Fukuyama dans son essai La fin de l’histoire et le dernier homme (1992) prophétisant la victoire de la démocratie et du modèle libéral sur tout autre modèle politique et idéologique ? Ce que nous pouvons en dire aujourd’hui n’est lié qu’à l’observation des phénomènes, et sur le plan politique la démocratie participative fait parti d’une tendance s’inscrivant dans un courant voulant améliorer le système existant, sans le remettre radicalement en cause. La démocratie n’a plus d’opposition véritable, elle est l’organisation politique qui doit s’adapter aux habitus des hommes modernes. L’individualisme et l’axiomatique de l’intérêt sont aujourd’hui bien présents dans les actions des hommes.

50Bien entendu, le problème de l’usage de cette parole citoyenne se pose. La démagogie et le populisme ont rapidement rendu le concept de participation « dangereux » ou « surfait ». Mais dans les faits, et si on en reste à une rapide observation sur Internet, les formes de la participation politique restent multiples et diversifiées ; de la résistance en diffusant des informations au Myanmar ou en Chine, à la possibilité de réagir aux décisions des gouvernements par les blogs et les forums politiques, etc. La possibilité de s’organiser collectivement (manifestations, pétitions...) se réalise souvent par le biais des associations (Attac, Act up...). Et les exemples sont pratiquement infinis, mais montrent bien qu’Internet ne saurait être oublié dans les possibilités de participation citoyenne. On peut y ajouter les possibilités de cybervote, de débats publics locaux, nationaux ou internationaux, de soutiens financiers par virements bancaires aux hommes et aux partis politiques...

51Cependant, la démocratie participative ne se mesure pas qu’à ces possibilités techniques supplémentaires, mais également à leurs impacts sur la société. La participation politique semble très fluctuante au regard des taux de participation aux élections qui, selon la médiatisation et le caractère « exceptionnel » des protagonistes, sont très contrastés. La démocratie participative est donc une possibilité qui prend place dans un rapport politique spécifique entre le peuple et l’État, et même entre l’individu et le pouvoir. Et ceci plus particulièrement sur Internet, car ce rapport individualisé à une cause, un engagement ou autre ne rencontre pas toujours le collectif et ceci même en passant par l’intermédiaire d’un parti ou d’une association. C’est l’outil qui induit une pratique individuelle du politique et un rapport personnel à l’action ou à l’information.

52Il existe aujourd’hui des instances pour encadrer ces nouveaux moyens démocratiques tels que la Commission nationale du Débat public (CNDP) en France ou encore le Bape (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) au Québec qui fut une des institutions précurseur dans le domaine. Ce qui est intéressant, c’est que la participation citoyenne semble commencer à être encouragée, encadrée, favorisée, etc. par des institutions qui ont vocation à faire remonter la parole du peuple vers ses dirigeants et ceci le plus souvent dans le cadre de grands chantiers concernant les transports, l’énergie, l’environnement, l’éducation, etc.

53Cette possibilité de tissage de liens entre les citoyens et les gouvernants dans la prise de décision se retrouve sur Internet où certaines consultations publiques, notamment au Québec, ont utilisé la Toile pour recueillir des observations et remarques citoyennes, à propos du système scolaire par exemple. Les procédures et les impacts de ce type de consultations feront l’objet de mes futures recherches, car il me semble qu’il y a là une possibilité de plus offerte aux citoyens d’agir politiquement vers un idéal démocratique partagé par Hannah Arendt et d’autres. La liberté en même temps que le devoir d’être impliqué dans la vie de la cité peut être palpable dans ces commissions consultatives ouvertes sur la Toile. Reste à savoir ce qu’il en est du traitement de cette parole et de son relais vers les décisionnaires...

54La médiatisation informatique offre aux citoyens une possibilité supplémentaire de s’informer politiquement (recherche de programmes, ou de nom d’élus...) qui apparaît comme complémentaire des autres médias. Mais de ce foisonnement d’informations ressort aussi un problème : l’outil informatique modifie les interactions humaines dans ses activités de connaissance du monde. La recherche d’informations sur Internet, notamment politiques, sépare peut-être un peu plus encore la politique de sa réalité sociale, et annihile peut-être paradoxalement la nécessité de l’action citoyenne défendue par Arendt. Si le système technique n’est pas négatif en soit, c’est l’utilisation que les hommes en ont qui peut le devenir. À chacun d’être vigilant et d’utiliser Internet afin d’y construire, peut-être, un nouvel espace public véritablement citoyen.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT H., Qu’est-ce que le politique ?, Point Seuil, Paris 1995.

BLONDIAUX L., Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil République des idées, Paris 2008.

CASTELLS M., La galaxie Internet, Fayard, Paris 2002.

CASTELLS M., « Emergence des « médias de masse individuels », Le Monde Diplomatique, août 2006, pp.16-17.

CASTORIADIS C., La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe. Tome IV, Seuil, Paris 1996.

FLICHY P., Une histoire de la communication moderne. Espace public et vie privée. La Découverte, Paris 1991.

FUKUYAMA F. (1992), La Fin de l’histoire et le dernier homme, coll. Champs, Flammarion, Paris.

GEORGE E., L’utilisation de l’Internet comme mode de participation à l’espace public dans le cadre de l’AMI et au sein d’ATTAC : vers un renouveau de la démocratie à l’ère de l’omnimachandisation du monde ?, Montréal, thèse en cotutelle France/Québec, 2001.

GRANJON F., L’Internet militant ; Mouvement social et usages des réseaux télématiques. Éditions Apogée, Rennes 2001.

HABERMAS J., L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris (1978) [1962],.

HABERMAS J., « « L’espace publique », 30 ans après », Quaderni, numéro 18 automne 1992, pp. 161191.

LÉVY P., Cyberdémocratie, Ed. Odile Jacob, Paris 2002.

MOREAULT F., « Citoyenneté et représentation dans la pensée politique d’Hannah Arendt »,

Sociologie et société, vol XXXI, numéro 2, Automne 1999, pp.175 -190.

Les sites Internet des partis politiques :

www.parti-socialiste.fr/

www.u-m-p.org/site/index.php

www.plq.org/fr/

http://pq.org/

http://adq.qc.ca/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Delavictoire, « De l’espace public et de la démocratie participative en France et au Québec », Terminal [En ligne], 103-104 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 16 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/2764 ; DOI : 10.4000/terminal.2764

Haut de page

Auteur

Quentin Delavictoire

Doctorant en sociologie UQAM, CIRST, LabCOM.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals