Navigation – Plan du site
Un nouvel activisme sur Internet ?
L'expérience du net'activisme

L’open publishing face au mythe participatif

Indymedia et la critique du journalisme citoyen
Yannick Estienne

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Contre le capitalisme triomphant et l’hégémonie du libre marché, une résistance s’organise à l’échelle planétaire. En 1999, les rues de Seattle sont le théâtre de la première grande offensive de masse contre ce qu’il est alors convenu d’appeler la « mondialisation néolibérale ». Le contre-sommet de l’OMC constitue, pour beaucoup, l’acte fondateur du mouvement antiglobalisation et fait désormais partie de sa légende.

  • 1 Le site de l’IMC de Seattle a reçu pendant le sommet plus d’un million de visiteurs par jour. « Ind (...)

2Bien que les médias mainstream semblent avoir couvert l’événement à la hauteur de ses enjeux, il est à noter qu’à Seattle les contestataires ont réussi le tour de force de faire parler d’eux grâce à leurs propres moyens d’information. Une plate-forme Web est en effet mise en place par le Centre des Médias Indépendants (IMC pour Independant Media Center) créé à l’occasion du contre-sommet pour satisfaire les besoins en communication des militants et assurer de manière autonome le relais des informations sur le mouvement. Le succès de cette zone temporaire de communication1 préfigure d’une certaine manière le redéploiement de la communication militante autour d’Internet.

  • 2 Cardon et Granjon, « Médias alternatifs et radicalisation de la critique », La démocratie aux extrê (...)

3Réseau mondial de sites Web d’informations alternatives, Indymedia (contraction d’independant media) prolonge l’expérience de l’IMC de Seattle et témoigne de la centralité, dans le mouvement antiglobalisation, de la critique des médias2. Pour les animateurs du réseau Indymedia qui se recrutent majoritairement dans les milieux antiautoritaire et anticapitaliste, l’enjeu consiste à se réapproprier les médias. Don’t hate the media, be the media ! On retrouve dans ce slogan de Jello Biaffra, cher à beaucoup de médiactivistes, un condensé des principes fondateurs d’Indymedia. L’objectif est de construire ses propres moyens d’information, dans l’esprit do it yourself, afin de s’autonomiser des médias mainstream et de leurs bataillons de journalistes qui ignorent ou malmènent les idées dissidentes et la parole des « dominés ».

4Mais Indymedia ne devrait pas être considéré simplement comme un média « alternatif » de plus. Son originalité réside dans le fait de donner à tous la possibilité, sur Internet, de publier, de partager et d’organiser soi-même l’information. L’information sur les luttes, et pour une transformation sociale, ne doit plus être la prérogative de quelques journalistes alternatifs et autres maîtres à penser de l’élite militante.

5Un concept clé est mis au service de cette vision radicalement nouvelle de la production d’information : l’open publishing (publication ouverte). Étroitement lié à la culture du logiciel libre, l’open publishing correspond à un processus de création de contenu ouvert et transparent pour le lecteur, dans lequel le contrôle éditorial se réduit à sa plus simple expression. C’est à Seattle qu’est expérimenté pour la première fois le dispositif technique permettant d’appliquer sur Internet le principe d’open publishing.

6Or cette idée pour laquelle les médiactivistes se sont battus et qui a pu être considérée comme révolutionnaire au début des années 2000 s’est nettement banalisée depuis. Les internautes disposent en effet aujourd’hui de tout un arsenal d’outils et de médias leur permettant d’intervenir dans l’espace public numérique et de participer à la création de contenu. Près de dix ans après le lancement d’Indymedia, à l’heure du blogging généralisé, de l’explosion des médias sociaux et du succès du journalisme participatif, l’open publishing n’apparaît plus comme un concept novateur.

7Nous souhaitons nous interroger ici sur le devenir du projet Indymedia étroitement associé au concept d’open publishing. En nous attachant à déconstruire le mythe participatif, pierre angulaire du Web 2.0, nous nous intéressons à la manière dont les médiactivistes d’Indymedia tentent de résister à la neutralisation de la radicalité qui résulte de l’institutionnalisation de la participation des publics à l’information. Pour cela, nous nous appuyons sur un matériau empirique constitué d’entretiens avec des membres du réseau Indymedia, ainsi que de documents écrits par plusieurs collectifs Indymedia francophones (chartes, FAQ, comptes rendus de réunion, etc.). Nous tâchons en outre dans ce travail de confronter les propos des médiactivistes aux discours de légitimation des dispositifs participatifs et des médias dits « citoyens » (tels Agoravox, Le post, Rue 89, etc.).

  • 3 « Énoncé des buts », document rédigé en 2002 par le collectif Indymedia Île-de-France.
  • 4 Allard, « Express yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups... : de quelques agrégats tec (...)

8Cet article montre que les médiactivistes d’Indymedia doivent aujourd’hui relever plusieurs défis de taille. Refusant qu’Indymedia soit assimilé aux médias « citoyens », ils dénoncent la confluence perverse qui s’opère autour du principe participatif qui singe l’open publishing. Média de lutte, Indymedia a fait de l’open publishing un outil au service d’une conception agonistique de la fonction du média. Ainsi doit-il représenter « un danger pour le système »3. Or, les médias citoyens défendent une autre conception que l’on pourrait qualifier, paraphrasant Laurence Allard, d’« expressiviste »4. L’essor de ces nouveaux médias traduit l’évolution vers une conception très nettement libérale du principe participatif qui, au nom d’une certaine idée de la démocratie, concourt à sacraliser la liberté d’expression. D’autre part, alors que l’open publishing constituait à l’origine une arme contre le « journalisme établi », le principe participatif fonde désormais ce que nous appelons le « nouvel esprit du journalisme ». Nous allons donc voir comment les médiactivistes d’Indymedia font face à cette évolution.

Indymedia et l’invention de l’open publishing

  • 5 À l’instar de l’IMC de New York, certains collectifs ont toutefois un fonctionnement qui s’apparent (...)

9Indépendant des États, des entreprises comme des organisations politiques, Indymedia est un réseau de médias non commerciaux qui fonctionne de manière autogérée, horizontale et décentralisée. Chaque site Web – il en existe aujourd’hui près de 200 dans le monde – est géré par un collectif autonome qui s’engage à respecter les grands principes d’unité du réseau. L’activité d’un collectif Indymedia consiste à encourager la production de contenu sur les luttes sociales, à gérer les problèmes techniques, à modérer les contributions et à classer l’information. Même si les pratiques diffèrent d’un collectif à l’autre, on retient qu’il n’y a pas de journalistes à Indymedia5. Anonymes ou pas, les internautes fournissent eux-mêmes le contenu sans que celui-ci passe par le filtre journalistique.

Critique du pouvoir, critique du journalisme

10Il est d’usage, dans les cercles militants, de revendiquer une filiation entre l’esprit d’Indymedia et la pensée politique néo-zapatiste. On se souvient que l’armée zapatiste (EZLN) a réussi à faire parler du combat qu’elle mène dans l’État mexicain du Chiapas à travers son usage précoce d’Internet. Mais c’est sa volonté de constituer un réseau intercontinental de communication alternative capable de fédérer les résistances qui fait le plus écho aux objectifs premiers d’Indymedia.

  • 6 Baschet, L’étincelle zapatiste. Insurrection indienne et résistance planétaire. Denoêl, 2002.
  • 7 Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir, Syllepse, 2008.

11D’autre part, comme le rappelle Jérôme Baschet6, l’originalité du projet zapatiste repose sur l’idée d’autonomie et d’auto-organisation de la société. Aussi, les liens qui unissent le néo-zapatisme et Indymedia reposentils sur une vision politique commune qui bouscule la question du pouvoir. La force théorique du néo-zapatisme tient en effet principalement à sa critique de l’avant-gardisme révolutionnaire et de la tentation, héritée du léninisme, de la prise du pouvoir. Connu pour être le théoricien de « l’antipouvoir » et le penseur du zapatisme, John Holloway7 a décrit l’originalité radicale de la pensée négative des rebelles du Chiapas. Pour ces derniers, la conquête du pouvoir politique n’est plus l’horizon indépassable de la lutte. L’objectif n’est pas de changer le monde après la prise du pouvoir d’État, dans la plus pure tradition révolutionnaire, mais de parvenir à la dissolution même du pouvoir et de son imaginaire. Or cette conception cadre parfaitement avec la manière dont les activistes d’Indymedia envisagent leur action dans le champ de la contre-information et de l’insurrection communicationnelle.

12En créant un média, les animateurs d’Indymedia sont conscients d’exercer une forme de pouvoir symbolique. C’est la raison pour laquelle dans leurs discours comme dans leurs pratiques, l’accent est mis sur la volonté de se dessaisir de ce pouvoir. S’ils ne souhaitent pas endosser le rôle de journalistes, même « alternatifs », c’est parce qu’ils sont convaincus que les médias ne doivent pas être la propriété d’une « caste de travailleurs du symbolique » qui confisquent la parole médiatique et contrôlent des moyens d’information.

  • 8 Extrait d’un compte-rendu de réunion du collectif Indymedia Paris, septembre 2002.

13Plutôt que de « le faire à leur place », les médiactivistes œuvrent à encourager les révoltés et les exclus de la parole publique à produire et à partager eux-mêmes l’information. Idée radicale, l’open publishing fonctionne comme un antidote au pouvoir des journalistes, ces « spécialistes » autodésignés en fabrication de représentations dominantes du monde social. « Notre travail n’a pas pour but de recréer de nouveaux spécialistes de l’information, fussent-ils subversifs. Ne pas rompre radicalement avec la professionnalisation de l’information nous expose à la récupération et à l’assimilation par le “parti de la presse et de l’argent”, comme bien d’autres l’ont été avant nous »8.

  • 9 Tuchman, Making news, A study in the construction of reality, The free press, 1978.

14Sur Indymedia, il n’y a pas de « professionnels » de l’information. D’abord parce que derrière la professionnalisation, il y a la prise de pouvoir des « experts » sur les « profanes ». D’autre part, parce que la professionnalisation est perçue comme un puissant vecteur d’homogénéisation de l’imaginaire et des pratiques d’information. Enfin, parce que l’Histoire enseigne que le mouvement de professionnalisation a d’abord servi à légitimer le statu quo social9.

15Autant de raisons, pour les médiactivistes d’Indymedia, de vouloir rompre radicalement avec la professionnalisation de l’information et, d’une certaine manière, avec le journalisme. Certes, la critique s’adresse prioritairement aux médias mainstream et aux journalistes professionnels qui « nuisent aux luttes sociales ». Toutefois, nous avons souligné que les journalistes alternatifs qui se spécialisent dans l’information et assènent une parole d’autorité ne sont pas épargnés par la critique. Quant aux grands mythes journalistiques tels que l’objectivité, ils sont également destinés à tomber. « Sur Indymedia, la neutralité n’existe pas », peut-on lire sur le bandeau d’Indymedia Grenoble.

16Cette conception hétérodoxe de l’information se base sur la remise en cause d’une double séparation : séparation entre producteurs (actifs) et consommateurs (passifs) de l’information, et séparation entre le dire et le faire. La critique en acte de cette séparation qui rappelle la praxis situationniste trouve sa traduction dans l’idée qu’il n’est nul besoin de journalistes et que les acteurs des luttes sociales sont les mieux placés pour en parler. En clair, la communication sociale désintermédiée doit permettre de sortir du journalisme.

Aux origines de l’open publishing : l’esprit du libre

  • 10 Blondeau, Latrive, Libres enfants du savoir numérique. Anthologie du « libre ». L’Eclat, 2000.
  • 11 Le terme geek s’emploie couramment pour désigner un passionné d’informatique.
  • 12 Cité par Langlois : « La publication ouverte. Vers de nouvelles conceptions de l’ouverture », in La (...)
  • 13 www.purplebark.net/maffew/cat/openpub.html

17Si le néo-zapatisme représente une source d’inspiration certaine pour les initiateurs d’Indymedia, l’apport de la contre-culture hacker et de la philosophie du « libre » a été déterminant dans l’élaboration de l’architecture technique et conceptuelle du projet10. À Seattle, peu avant le sommet de l’OMC, se produit une rencontre décisive entre un geek11 australien, Matthew Arnison, et les activistes de l’Independant Media Center. Selon Scot Uzelman12, le militant australien aurait convaincu ces derniers d’adopter pour leur site Web un logiciel baptisé Active correspondant idéalement à la vision et aux valeurs défendues par les contestataires. Active offre, en effet, aux utilisateurs du site la possibilité de publier, de partager et d’organiser l’information à distance et de manière décentralisée. L’adoption de ce logiciel a, dans une certaine mesure, permis de donner corps au concept d’open publishing auquel Arnison a apporté une définition qui fait toujours autorité dans les milieux activistes13.

18Mais si ce logiciel permet de faire un saut qualitatif important dans le processus d’appropriation d’Internet et d’autonomisation de ses usagers, pour les geeks que nous avons interrogés cette innovation a simplement remis au goût du jour les valeurs du premier âge de l’Internet civil : promouvoir la connaissance et l’échange entre individus en donnant à tous les moyens de consulter, publier et partager des documents facilement et depuis n’importe quel point du réseau.

19On aurait ainsi tendance à oublier qu’à l’origine, les usages d’Internet intégraient aussi bien l’action de lire que celle d’écrire. Or, dans les années qui ont suivi l’apparition du Web et l’entrée dans l’âge de l’Internet grand public, le développement technique et la complexification des codes et des langages ont réduit, pour l’utilisateur peu ou prou féru d’informatique, les possibilités en matière d’écriture. L’immense majorité des internautes devait en effet se contenter, jusqu’au début des années 2000, de consulter de manière passive des pages et des sites Web administrés par quelques webmasters. Seuls capables de publier du contenu, ces derniers gardaient la main sur les sites qu’ils développaient. En outre, avant l’arrivée des blogs, peu d’internautes étaient en mesure de concevoir leurs propres moyens d’édition de contenu. Opposés à la confiscation du Web par quelques experts ainsi qu’au schéma top-down qui organise la passivité de l’usager, les activistes de l’Internet libre ne se sont jamais résignés à voir s’imposer le modèle vertical et statique du Web. Il s’agissait pour eux d’une évolution aussi dangereuse que la centralisation et l’appropriation progressive d’Internet par quelques grands opérateurs de télécommunication et prestataires de service qui contrôlent les réseaux et leur accès. C’est en raison de leurs efforts pour autonomiser les internautes dans le processus de production et de diffusion de contenu qu’ils font aujourd’hui figure de pionniers. Même si à l’heure des blogs, des réseaux sociaux en ligne et des médias citoyens, cette idée nous semble ordinaire, il faut reconnaître qu’en 1999, les nouvelles formes d’accès ouvert à la publication représentaient un progrès considérable.

Le nouvel esprit du journalisme

  • 14 Allard, op.cit, 2005.

20Hors du cercle militant où s’invente un autre rapport à l’information, moins hiérarchique, on assiste depuis quelques années à la formation de pratiques culturelles qui s’appuient sur un ensemble d’innovations techniques, éditoriales et commerciales. On a vu, en effet, sur Internet se développer des outils et des services destinés aux internautes pour faciliter la « participation » : édition simplifiée de pages Web, partage de fichiers audio ou vidéo, création, diffusion et indexation de contenus, etc. L’apparition des blogs puis des réseaux sociaux de type MySpace ou Facebook a contribué à démultiplier les espaces d’exposition de soi où s’expriment les penchants auctoriaux de « l’individualisme expressiviste »14 à travers les récits de vie et l’expression d’opinions.

21Quant aux médias dits « participatifs » ou « citoyens » (Agoravox, Rue 89, Lepost, etc.) dont le fonctionnement repose, en partie du moins, sur les contributions volontaires des internautes, ils apparaissent aujourd’hui comme des acteurs à part entière de l’offre d’information. Selon leurs promoteurs, les médias citoyens rendent possible l’appropriation de la démarche journalistique par un public profane.

22Plus qu’un concept précis, l’expression « journalisme citoyen » traduit une certaine vision normative du journalisme, plus centrée sur l’utilisateur, ouverte à la diversité des points de vue et basée sur le principe de la collaboration active entre journalistes professionnels, lecteurs, amateurs de l’information et experts. Si cette expression connaît un réel succès, on parle également de journalisme pro-am pour désigner l’alliance supposée féconde entre professionnels et amateurs dans la production partagée de l’information. Apparue pour la première fois en 1999 aux États-Unis, dans le but de décrire une expérience originale d’article collaboratif, l’expression open source journalism traduit aussi cette idée.

  • 15 Beauchamp et Watine, « Le journalisme public aux Etats-Unis : émergence d’un nouveau concept », Les (...)
  • 16 Journaliste et professeur de journalisme, Jay Rosen vient récemment de donner une définition du jou (...)

23Mais pour revenir aux sources du « journalisme citoyen » tel qu’il se donne à voir aujourd’hui, il faut remonter quelques années en arrière. Le concept de « journalisme public » est créé aux États-Unis à la fin des années 1980, dans un contexte de crise des médias traditionnels marquée par la dérive commerciale de la presse et la désertion des publics. Les défenseurs de cette philosophie journalistique prétendent alors qu’une relation nouvelle doit être établie entre les journalistes et leurs publics afin de pallier le cynisme ambiant et le désintérêt croissant pour l’information journalistique. L’idée est de cesser de considérer les destinataires de l’information comme de simples consommateurs en favorisant aussi bien l’écoute que l’expression des citoyens15. Il n’est d’ailleurs pas surprenant que l’un des créateurs de ce concept soit Jay Rosen qui fait, avec Dan Gillmor, figure de gourou du « journalisme citoyen »16.

24Aujourd’hui, le site d’information coréen Ohmynews et ses épigones (Nowpublic au Canada et Agoravox en France) incarnent parfaitement l’idée du journalisme citoyen. Mais au-delà de ces nouveaux éditeurs dits « pur Web » qui ont beaucoup fait parler d’eux, c’est l’ensemble des médias traditionnels qui est traversé par la déferlante participative. Dès les premiers signes du succès des blogs, les responsables de sites d’information ont compris qu’ils ne pouvaient pas ne pas prendre le train en marche et qu’ils devaient ouvrir leur espace éditorial aux internautes.

  • 17 « User generated content in the newsroom. Professional and organisational constraints on participat (...)

25Même si, dans la plupart des rédactions Web de la presse, l’adoption de dispositifs participatifs (hébergement de blogs, ajout de la fonction commentaire et d’un système de notation des articles, etc.) n’est pas allée de soi comme l’ont montré Paulussen et Ugille17, aujourd’hui tous les médias de référence se sont résolus à encourager sur leur site la prise de parole et la production de contenu. Si cette évolution placée sous le signe de l’idéal participatif peut être perçue comme l’adaptation « nécessaire » et « naturelle » des médias à la demande sociale, la vision qu’en ont les médiactivistes contribue à modérer l’enthousiasme général.

Le devenir marchand des dispositifs participatifs

  • 18 Néologisme créé par Eigliet et Langeard (1987), la « servuction » consiste à faire travailler le cl (...)

26Les médias mainstream ont progressivement découvert les vertus du modèle baptisé UGC (User generated content) qui a récemment bouleversé l’ensemble du secteur des industries culturelles. Modèle éditorial qui repose sur la contribution des publics à la création de contenus, l’UGC est également et surtout un « modèle d’affaires » permettant de générer à moindre coût des contenus et de construire une audience qui intéresse d’autant plus les annonceurs que les technologies de ciblage ont permis d’accroître sensiblement les performances publicitaires. Pour ses contempteurs, ce modèle redoutablement efficace qu’incarne le mieux YouTube repose sur un double marché de dupes. En effet, l’économie de l’UGC s’appuie sur l’exploitation commerciale d’un contenu conçu par l’internaute et, le plus souvent, cédé gratuitement. Ce mécanisme correspond au principe de la « servuction »18 appliqué au domaine de l’information et de la culture et qui peut se traduire par : « mon public travaille pour moi ». L’éditeur de la plate-forme Web de diffusion de contenu exploite ainsi la matière fournie par l’internaute, matière qui représente la plus grande part de la valeur ajoutée du service.

  • 19 Dans une étude sur les médias sociaux signée de l’Ires, Xavier Wauthy défait l’idée fausse de la gr (...)

27Or, si l’allocation d’espaces de publication peut être conçue comme un service généreusement offert à l’internaute, on peut considérer à l’inverse que l’internaute fournit gracieusement un contenu dont profite l’éditeur du site en le « monétisant » grâce à la publicité. D’ailleurs, l’avantage de ce mode de financement indirect (publicité) est de maintenir auprès des internautes l’illusion de la gratuité. « Idée fausse »19, la gratuité est, dans l’économie numérique, un argument commercial qui sert à générer la plus forte audience. Les acteurs de l’UGC maintiennent ainsi l’apparence de la gratuité qui, dans l’esprit du plus grand nombre, est attachée à l’activité non lucrative.

28Même si la peur de la récupération est toujours présente à l’esprit des militants, ces derniers étaient loin d’imaginer que cette idée généreuse – la participation du public à la production de l’information – puisse aussi rapidement se transformer et être mise au service d’autres objectifs que celui de libérer la parole pour subvertir l’ordre social. L’UGC qui subordonne la participation à la recherche de profit marque la perversion du principe même de publication ouverte.

29À travers le succès de ce modèle économique, les médiactivistes dénoncent autant la marchandisation de l’expression que l’emprise de puissants groupes sur les médias et les moyens de communication. En rachetant MySpace et YouTube, News Corporation et Google, deux symboles du capitalisme globalisé contre lequel luttent les médiactivistes, se sont offert le contrôle de l’accès à un réservoir considérable de contenus et d’audience.

Un retour à la radicalité ?

30La participation à la culture et à l’information sur Internet est devenue un marché très prometteur. Les médiactivistes que nous avons interrogés ont bel et bien conscience du potentiel de domination économique que recèle l’UGC. Ils pressentent en outre que derrière la promotion d’un journalisme plus « participatif », les médias cachent des intentions moins nobles et beaucoup plus prosaïques. Feignant de se mettre spontanément au diapason de leurs publics, les médias mainstream sont à la recherche d’un remède à la crise profonde qu’ils traversent. Face à la crise économique et à la crise de légitimité de la presse, les éditeurs jouent sur Internet la carte du participatif dont ils escomptent un profit symbolique afin de capter l’attention d’une audience de plus en plus sujette à la dispersion. Les activistes d’Indymedia dénoncent cette realpolitik éditoriale qui sous-tend le tournant participatif des médias institutionnels.

31Pour eux, il ne fait pas de doute que la mise en œuvre d’une politique volontariste d’empowerment du public, qu’accompagne une célébration de la figure du journaliste amateur, est avant tout intéressée. Plus qu’une volonté de rompre avec la relation verticale et l’information et de libérer la parole des publics, l’objectif est de rendre l’internaute captif d’un média. En offrant un espace de prise de parole et en octroyant un rôle actif à l’internaute, celui-ci sera d’autant plus attaché à la « marque » et à la communauté éditoriale qu’il aura le sentiment de s’y investir activement.

  • 20 Il s’agit du nom du blog tenu par Benoît Raphaël, blogueur influent et également responsable du sit (...)
  • 21 Blondiaux, op.cit, 2008.

32Mais au-delà de la seule question de l’image de marque des éditeurs qui entre nécessairement en compte dans la course à l’audience, il est à souligner, dans une perspective plus globale, que le mythe participatif concourt à réenchanter le « journalisme établi ». « Demain tous journalistes ! »20, tel pourrait être le mot d’ordre d’une campagne de reconquête des esprits visant à rendre le journalisme désirable. De la même manière que les discours et les outils relatifs à la démocratie participative peuvent être critiqués au motif qu’ils servent à pérenniser la forme classique de la domination politique21, les dispositifs participatifs sont critiqués parce qu’ils contribuent à perpétuer l’emprise du journalisme établi. Alors que les quelques « gadgets participatifs » concourent à donner une nouvelle légitimité au journalisme, les médiactivistes luttent de leur côté pour « en finir avec le journalisme ». Deux optiques inconciliables qu’il serait vain de vouloir réconcilier. Comme nous l’avons vu, Indymedia porte une critique en acte et à la racine du journalisme en tant qu’« activité sociale séparée ».

33Certes, parmi les acteurs du journalisme citoyen, certains, comme Agoravox, poussent loin la logique de la désintermédiation de l’information pour défendre dans les faits le principe d’un média sans journalistes, fait par et pour les internautes. Le rôle qu’y joue l’équipe éditoriale est beaucoup plus discret qu’au sein de médias comme Rue89 ou LePost.fr où les journalistes conservent clairement le contrôle éditorial.

34Bien que les promoteurs d’Agoravox reprennent à leur compte certains éléments de la critique du journalisme, les médiactivistes leur reprochent leur conception trop ouvertement libérale de l’open publishing. En voulant faire de leur média une « agora électronique », véritable sanctuaire de la liberté d’expression et de la diversité des opinions, ils donnent à penser que toutes les idées se valent et que, s’il n’est toutefois pas permis de tout dire, rien n’empêche de laisser se noyer ce qui a du sens dans un océan d’insignifiance.

35En refusant d’offrir une place privilégiée aux idées minoritaires que les médias mainstream ignorent, ils ne font que reproduire la hiérarchie des opinions, conforter l’ordre médiatique et vider l’open publishing de sa substance la plus subversive. On comprend dès lors que les médiactivistes ne voient pas d’un très bon œil que l’on compare Indymedia et Agoravox, indépendamment du fait que l’étiquette « citoyen » siée mal à des militants majoritairement issus des milieux anarchistes et libertaires.

  • 22 Boltanski et Chiappelo, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999.

36Avec l’institutionnalisation de la participation, le potentiel révolutionnaire de la publication ouverte s’est nettement amoindri. Ce qui était considéré comme une invention rebelle s’est banalisé et normalisé, suivant là la trajectoire bien connue des produits de la contre-culture. Alors qu’Indymedia ambitionnait de faire de l’open publishing un outil de lutte, celui-ci s’est avéré contribuer à renforcer l’assise du journalisme institutionnel et du capitalisme médiatique. Il s’agit ici du mécanisme exactement symétrique à celui qu’ont mis à jour Boltanski et Chiappello dans leur étude sur le nouvel esprit du capitalisme22.

  • 23 Gensollen, « La création de valeur sur Internet », in Réseaux, n° 97, 1999.

37Ces auteurs ont démontré que la récupération, par le capitalisme, d’une partie de la critique qui lui est adressée lui permet de désarmer cette critique pour mieux redéployer sa puissance. Le destin de l’open publishing illustre en outre parfaitement le fait que les innovations sociales et techniques incubées au sein de la sphère non marchande de l’Internet finissent toujours par profiter au développement de l’Internet marchand23.

38Faut-il pour autant abandonner l’open publishing ? En France, certains collectifs proches du réseau Indymedia ont fait le choix de créer des sites locaux d’informations alternatives en renonçant, en partie du moins, à ce principe. C’est le cas de Rebelyon.info à Lyon ou de Brassicanigra.org à Dijon. Toutefois, le choix de ne pas intégrer le réseau Indymedia n’a pas été determiné par le constat d’une quelconque perversion de l’esprit de l’open publishing. Ce choix tient à d’autres raisons liées à une conception différente du fonctionnement d’un média alternatif. Mais au sein même d’Indymedia, où l’on reste attaché au principe de l’open publishing, la question se pose dans des termes différents : comment faire pour relever le défi posé par la neutralisation du potentiel critique de la publication ouverte.

39Cette question fait débat au sein de la communauté Indymedia francophone où l’on constate des divergences entre d’un côté les « puristes » de l’open publishing et de l’autre ceux pour qui le renforcement des bases politiques du projet éditorial est l’élément primordial. Or, en analysant les discours des protagonistes, il semble que la priorité se situe moins aujourd’hui dans le fait de réaffirmer l’intérêt de la publication ouverte que dans celui de renforcer certaines fonctions d’Indymedia : construire des espaces autonomes d’expression de voix minoritaires et d’idées dissidentes d’une part, et renforcer d’autre part les moyens de communication et d’organisation destinés aux communautés militantes. Les animateurs d’Indymedia sont amenés à réaffirmer que sans radicalité politique, la participation n’est qu’une coquille vide. Encourager les publics à participer sonne en effet comme une incantation creuse quand s’affaiblit la posture critique orientée vers la transformation sociale. Un des enjeux consiste donc pour Indymedia à se démarquer, comme nous l’avons vu, des médias dits « citoyens ».

  • 24 Médias autonomes, op.cit, 2008.

40Est-ce qu’Indymedia est un espace public démocratique où tous les points de vue sont les bienvenus ? Est-ce qu’Indymedia a la responsabilité de défendre la liberté d’expression à tout prix ? À ces deux questions que pose Langlois, il semble que les acteurs répondent par la négative24.

  • 25 Beckerman remarque à ce sujet que l’attention portée à la modération des messages et à la cohérence (...)

41Contre l’idéologie participative qui s’impose en taxant d’« antidémocratiques » et de « censeurs » ceux qui lui résistent, ils préfèrent ne rien céder de leur exigence sur le contenu – même si ce choix peut paraître coûteux25 – et réinscrire leur projet dans une conception agonistique de la pratique médiatique. Au-delà du réseau Indymedia, beaucoup de médiactivistes qui ont recours à l’open publishing estiment en effet qu’il est vain, voire dangereux, de rester arc-bouté sur la seule défense de ce principe.

  • 26 Collectif a/traverso, Radio Alice, radio libre, LSC, 1977.

42L’idée étant qu’à trop défendre naïvement des idées passées à l’ennemi, on finit par faire cause commune avec lui. L’accent devrait plutôt être mis sur les moyens de renouveler les stratégies de combat efficace contre le système médiatique et continuer à faire d’Indymedia un média de lutte héritier des médias qui, comme radio Alice à Bologne, ne se sont jamais rendus26.

Haut de page

Notes

1 Le site de l’IMC de Seattle a reçu pendant le sommet plus d’un million de visiteurs par jour. « Indymedia, le journalisme en liberté », www.transfert.net/a7522.

2 Cardon et Granjon, « Médias alternatifs et radicalisation de la critique », La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, dir. Collovald et Gaiti, La dispute, 2006.

3 « Énoncé des buts », document rédigé en 2002 par le collectif Indymedia Île-de-France.

4 Allard, « Express yourself 2.0 ! Blogs, podcasts, fansubbing, mashups... : de quelques agrégats technoculturels à l’âge de l’expressivisme généralisé », document de travail, 2005.

5 À l’instar de l’IMC de New York, certains collectifs ont toutefois un fonctionnement qui s’apparente très fortement à celui d’un média conventionnel (travail d’enquête, conférence de rédaction, etc.). Beckerman, « Edging away from anarchy. Inside the Indymedia collective, passion vs. pragmatism », Columbia Journalism Review, September, October 2003.

6 Baschet, L’étincelle zapatiste. Insurrection indienne et résistance planétaire. Denoêl, 2002.

7 Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir, Syllepse, 2008.

8 Extrait d’un compte-rendu de réunion du collectif Indymedia Paris, septembre 2002.

9 Tuchman, Making news, A study in the construction of reality, The free press, 1978.

10 Blondeau, Latrive, Libres enfants du savoir numérique. Anthologie du « libre ». L’Eclat, 2000.

11 Le terme geek s’emploie couramment pour désigner un passionné d’informatique.

12 Cité par Langlois : « La publication ouverte. Vers de nouvelles conceptions de l’ouverture », in Langlois et Dubois, Médias autonomes, Lux, 2006.

13 www.purplebark.net/maffew/cat/openpub.html

14 Allard, op.cit, 2005.

15 Beauchamp et Watine, « Le journalisme public aux Etats-Unis : émergence d’un nouveau concept », Les Cahiers du journalisme, n° 1, 1996.

16 Journaliste et professeur de journalisme, Jay Rosen vient récemment de donner une définition du journalisme citoyen : « When the people formerly known as the audience employ the press tools they have in their possession to inform one another, that’s citizen journalism ». Quant au journaliste Hi tech Dan Gillmor, il est connu pour avoir écrit un ouvrage qui fait référence sur la question : We, the media, O’Reilly, 2004

17 « User generated content in the newsroom. Professional and organisational constraints on participatory journalism ». Westminster Papers in Communication and Culture, Vol 5(2), 2008.

18 Néologisme créé par Eigliet et Langeard (1987), la « servuction » consiste à faire travailler le client d’un service à la production de ce service.

19 Dans une étude sur les médias sociaux signée de l’Ires, Xavier Wauthy défait l’idée fausse de la gratuité en rappelant que la gratuité financée par la publicité se paye toujours, notamment via la répercussion des montants publicitaires des annonceurs dans le prix des biens de consommation courante. « No free lunch sur le Web 2.O : ce que cache la gratuité apparente des réseaux sociaux numériques », 2008.

20 Il s’agit du nom du blog tenu par Benoît Raphaël, blogueur influent et également responsable du site lePost.fr. http://benoit-raphael.blogspot.com/

21 Blondiaux, op.cit, 2008.

22 Boltanski et Chiappelo, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, 1999.

23 Gensollen, « La création de valeur sur Internet », in Réseaux, n° 97, 1999.

24 Médias autonomes, op.cit, 2008.

25 Beckerman remarque à ce sujet que l’attention portée à la modération des messages et à la cohérence éditoriale est grande consommatrice de temps et d’énergie, op.cit, 2003.

26 Collectif a/traverso, Radio Alice, radio libre, LSC, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Estienne, « L’open publishing face au mythe participatif », Terminal [En ligne], 103-104 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/2788

Haut de page

Auteur

Yannick Estienne

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, CRAPE.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals