Navigation – Plan du site
Stratégies

TIC domestiques et développement durable : une même logique ?

Iwan Barth et Sébastien Leroux

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« Il faut admettre le développement durable pour ce qu’il est  : une conciliation dynamique de la croissance économique

et de la défense de l’environnement. »

Henri Proglio, P.-D. G. de Véolia Environnement (ex Vivendi),

Le Monde, le 25 octobre 2007.

1Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont présentées très régulièrement comme les auxiliaires incontournables du développement durable ou « soutenable ». Beaucoup admettent l’idée que ces technologies – mélange de réseaux de télécommunications, informatique et industries de contenu (ou culturelles) – aideront à préserver l’environnement, par l’économie ou la réduction d’émissions de GES ou de polluants ; aideront à promouvoir un autre modèle social, moins inégalitaire ; aideront enfin à assurer stabilité et croissance économique.

2Si le dernier objectif paraît à portée de main, atteindre les objectifs environnementaux et sociaux semble plus compliqué au regard des données disponibles aujourd’hui. Se pose donc la question de la cohérence entre la logique du développement des TIC et les exigences du développement durable. En d’autres termes, le lien entre TIC et développement durable n’est-il pas plus de l’ordre symbolique, imaginaire, que réel ou même rationnel ?

3Afin de relier réflexion théorique et éléments concrets, nous nous attarderons sur le cas des TIC destinées à l’habitat et à la vie quotidienne. La profusion dans nos domiciles d’équipements de communication – depuis le transistor jusqu’au modem Wi-Fi – a des implications aussi bien sociétales qu’environnementales : modification des modes de vie individuels et collectifs, production industrielle, fonctionnement et usage énergivore, recyclage problématique. L’innovation dans ce domaine, popularisée auprès du grand public avec « les maisons communicantes » et « l’habitat du futur », se propose par le biais de capteurs, d’actionneurs, d’informatique et de réseaux (sans fil) de « simplifier la vie quotidienne » et de réduire l’impact environnemental du poste « logement ». Peut-être est-ce là un développement de la sphère domestique qui, de plus, se présente comme durable. Mais un développement depuis quand ? Pour aller vers quoi ? Et suivant quel cheminement  ?

4Après être revenu brièvement sur la durabilité des TIC en général, nous appliquerons ce questionnement aussi bien au développement durable que domestique. Nous raisonnerons pour cela en termes d’imaginaires sociaux, dont celui de la « maîtrise rationnelle », central au capitalisme.

De la durabilité des TIC

  • 1 Il en va ainsi souvent lorsqu’une nouvelle technologie s’impose dans une société. Il en est ainsi a (...)
  • 2 L’article de Fabrice Flipo et Cédric Gossart dans ce même numéro de Terminal illustre plus largemen (...)

5Les TIC sont porteurs d’un imaginaire mettant en avant les transformations positives qu’elles engendreraient sur la société1. Elles tiennent ici un discours relevant largement du champ du développement durable : meilleure communication entre les personnes et les nations ; diminution des déplacements, de la consommation de papier et des échanges matériels ; libre accès à la culture ; meilleure répartition de la richesse avec une diminution des inégalités sociales intra et interétatiques [Berhault G., 2007 ; Berhault G., 2009]. Or, une vingtaine d’années après la généralisation de l’ordinateur de bureau, nous ne pouvons que constater la persistance de ces discours apologétiques en dépit des impacts réels sur la société et son environnement2. Nous séparons, pour des raisons discursives, l’environnemental et le social dont nous connaissons les liaisons fortes dans le réel.

Les TIC et l’environnement

6Aujourd’hui, sous le vocable de « l’économie de l’immatériel » s’affiche un ensemble de discours présentant les bénéfices des TIC dans le domaine environnemental. Il leur incombe ainsi de participer à la diminution des flux de transport, de réaliser en quelque sorte un échange « d’octane contre octet » [Souchon L. et Tarozzi S., 2007]. Or, depuis leur généralisation, les flux mondiaux de transports de marchandises et de personnes n’ont fait qu’augmenter [Carroué L., 2006] : ils progressent par ailleurs plus vite que la production mondiale. Il en va de même en ce qui concerne le papier. Le libre accès à de nombreux documents en ligne, le zéro papier au sein de l’entreprise, les livres numériques, etc., sont autant de promesses attachées au développement des TIC en vue de diminuer la consommation de papier. Celle-ci passe, à l’échelle mondiale, de 100 millions de tonnes en 1970 à 300 en 2000. Il est donc intéressant de remarquer que si les TIC entraînent une certaine dématérialisation, elles n’empêchent aucunement une rematérialisation. Enfin, elles ne permettent pas de consommer autrement  : soumises à une innovation permanente, elles impliquent un changement régulier des supports technologiques bien plus rapide que leur temps de vie réelle. Le temps d’utilisation des téléphones portables est beaucoup plus court que son obsolescence potentielle. Les fabricants estiment aujourd’hui qu’une durée de vie de deux années est largement suffisante pour un téléphone portable puisque les utilisateurs en changent tous les dix-sept mois en moyenne.

7L’économie immatérielle n’est pas moins consommatrice d’énergie que son homologue matérielle. Un journaliste américain, Nicolas Carr, a montré qu’un avatar de Second Life consommerait annuellement 1 752 kWh, c’està-dire autant qu’un Brésilien3. Ainsi, même la vie dite artificielle a une empreinte énergétique et se trouve consommatrice de matières premières. D’un point de vue plus général, la consommation en veille (machine à laver, ordinateur, etc.) et invisible (chargeurs divers sans voyants, etc.) des appareils électriques représente en moyenne 10 % de la consommation énergétique d’un foyer français4.

  • 5 www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?catid=14687

8Ainsi à l’instar d’un réfrigérateur ou d’un micro-ondes, mais à la différence d’une fourchette ou d’une conserve, les TIC utilisent de l’énergie en cours d’usage. De fait, ces dernières sont consommatrices d’environnement tout au long de leur cycle de vie. Leur production nécessite d’importantes ressources naturelles : la fabrication d’un ordinateur de 24 kg demande 1 500 litres d’eau, 240 kg de combustibles fossiles et 22 kg de produits chimiques. À la production des terminaux, s’ajoute la fabrication, l’installation et l’entretien des réseaux eux-mêmes. Enfin, pour boucler cette rapide analyse de cycle de vie, il faut évoquer la question des déchets que les TIC produisent. Alors que leur toxicité est prouvée, les déchets d’équipements électriques et électroniques représentent pour la France 1,7 à 2 millions de tonnes en 20005. Ainsi les promesses contenues dans le déploiement des TIC en tant qu’auxiliaire du développement durable ne sont pas tenues. Une contradiction qui se retrouve également sur le plan matériel : au-delà des discours hagiographiques, les TIC sont des artefacts ayant, comme tout objet, qui plus est produit et distribué à une échelle industrielle, un impact sur la société.

La question sociale et économique

  • 6 Pour l’histoire du téléphone, nous nous référons à l’ouvrage de Pomonti J. (2008)

9Les impacts des TIC peuvent être analysés à plusieurs niveaux, de l’individu aux économies des nations. Elles participent des transformations de l’individu. L’exemple du téléphone portable semble assez représentatif. S’il a remplacé la cigarette dans l’imaginaire des fictions et des films, c’est parce qu’il est devenu un objet marquant du quotidien par son omniprésence proche du fétichisme6. Morizio Ferraris (2006) parle même du téléphone portable comme d’un objet ontologique qui refonde la réalité sociale à la lumière de son usage... Cette analyse peut par ailleurs se prolonger en quelques sortes au niveau psychologique. Le livre Plus jamais seul [Benasayag M. et Del Rey A., 2006] évoque le statut du téléphone portable et montre comment il s’avère être en fait un artefact de l’autre, le pendant de notre solitude contemporaine et le pis-aller de notre incapacité à créer du lien.

10Un pendant de l’autre qui a un coût  : les communications représentent 4,2 % des dépenses des ménages en 2005 contre 1,3 % en 1960. Or, cette omniprésence des artefacts de la société de communication au niveau individuel n’a pas amélioré de façon sensible la qualité de vie des Français ni par ailleurs permit une réduction des inégalités.

  • 7 La géographie des centre d’appel montre, bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler de télétrav (...)

11Ces changements individuels ne sont que les reflets des transformations engendrées par les TIC à l’échelle de la société. Le télétravail a eu en charge durant la décennie 1990 de porter le discours prospectif de la société de communication. Il s’agissait de transformer le travail, de donner une plus grande liberté au salarié, de réaménager le territoire par une meilleure répartition des emplois, d’assurer par une baisse des transports la diminution de l’impact environnemental des activités humaines. Or, loin de s’être répandu, il est aujourd’hui pratiqué en France par une poignée de salariés, a permis la délocalisation d’emplois ou du moins des créations extérieures7 et, pour les exemples existants, le télétravail n’a pas été accompagné par une réduction des déplacements.

12De plus en plus de personnes travaillent au cœur des activités de la communication ou sont fortement dépendantes de leur utilisation tandis qu’une part importante de l’économie française est aujourd’hui centrée sur les TIC. Ainsi, en 2003, 5,3 % du PIB de la France dépendait de ce secteur. Ce résultat est, entre autre chose, réalisé par des entreprises dont les dimensions sont importantes : un groupe comme Orange pèse en 2007 quasiment 53 milliards d’euros. Le secteur en 2003 employait 2,9 % de la population active.

13Au-delà de ce secteur économique précis, Luc Boltanski et Eve Chiapello (1999) montrent comment les TIC constituent le cœur technique de la refonte du capitalisme depuis les années 1970. Il en va ainsi de la finance, entrée à un degré d’intégration planétaire avancé et dont nombre de techniques de financiarisation, mises en cause depuis les débuts de la crise, sont issues du mariage des mathématiques et du numérique.

  • 8 Voir l’article de Fabrice Flipo et Cédric Gossart pour plus de détails.

14Les conditions de travail et de vie des salariés, les répercussions sociales de la numérisation, la fracture numérique mondiale, les problèmes humains de la filière du recyclage (les décharges à ciel ouvert d’Asie8), les addictions aux artefacts, etc. : le champ est vaste des domaines bousculés par les TIC. Elles n’ont pas été pour le moment l’incarnation d’un monde ubiquitaire où tout un chacun se retrouverait dans un village global, ni la toile tissée entre les nations en manque de communication et de compréhension.

15Il y a donc un réel écart entre les promesses des TIC et le constat réel, même partiel, de leur impact. Pourtant, chaque innovation est à nouveau porteuse de promesses visant à justifier la mise sur le marché de nouveaux produits. Avec cette constatation, la question centrale n’est plus « est-ce que les TIC sont durables » et la question qui va avec « comment les rendre durables ? » mais bien « comment se fait-il que les TIC soient toujours porteuses de cet espoir environnemental et sociétal ? ». D’aucuns pourraient répondre à cette question que les TIC ne sont que des techniques, au service des objectifs que la société leur assigne. Celles-ci seraient neutres, et dépendraient de ce que les utilisateurs veulent en faire. Une fois transféré ce questionnement à un niveau plus macro, prenons-les au mot et cherchons à comprendre pourquoi la société qui voudrait se développer durablement fait justement l’inverse... Des réponses se trouvent dans les significations portées par le développement durable et illustrées par sa généalogie.

Le développement durable ou comment faire durer le développement (et le capitalisme)

De Truman à Brundtland, prolonger le mythe de la croissance

  • 9 Si par le mouvement « en externe » il s’agit de la progression du capitalisme à travers le monde, i (...)

16L’idéologie du progrès inéluctable de la société occidentale moderne se traduit par deux grandes tendances. La première, c’est une double extension du capitalisme : en « externe », en direction des sociétés encore non capitalistes ; et en « interne », au sein même des sociétés capitalistes9. La seconde, c’est la délégation à la science et à la technique de la gestion des problèmes sociaux. L’idéologie du progrès s’est largement confondue avec celle du progrès économique lorsque les deux tendances ont commencé à se confondre à partir du milieu du XIXe siècle.

17Cependant, avec les horreurs à grande échelle de la Seconde Guerre mondiale, l’idée de progrès est fortement ébranlée. Le capitalisme et son soubassement imaginaire se trouvent durant les décennies 1950-1970 soumis à fortes critiques. Critiques externes avec l’affirmation mondiale des économies socialistes, critiques internes avec les mouvements de contestations tant sociaux qu’environnementaux. Le rapport du Club de Rome représente un moment clé de la pensée moderne de la contestation en ce qu’il lie les dimensions sociales, environnementales et économiques. Face à un ensemble de critiques importantes, l’économie capitaliste va s’adapter de deux manières : en transformant son fonctionnement interne et en intégrant les critiques. Ces deux dimensions étant fortement interactives [Boltanski L. et Chiapello E., 1999]. L’économie capitaliste a la capacité de fabriquer de nouveaux mots pour raconter des choses anciennes. Gilbert Rist montre que l’idéologie du développement est venue prendre le relais de celle du progrès dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.

18Dans un discours célèbre de Truman, il est proposé aux pays non occidentaux et pour la plupart encore colonisés de rejoindre les pays développés [Rist G., 2001]. W. Rostow détaille trois éléments essentiels à la compréhension de l’idée de développement [Rostow WW., 1997]. Premièrement, le développement a comme modèle et comme objectif les pays occidentaux. Le moyen d’y parvenir réside dans la croissance économique. Et enfin, ce développement est incompatible avec les économies socialistes. Deuxième forme de réponses du capitalisme aux critiques externes et internes, leur intégration. Luc Boltanski et Eve Chiappelo ont démontré que cette capacité est fondatrice de l’esprit du capitalisme. Le troisième esprit du capitalisme se développe dans les années 1970 et se trouve être la réponse apportée aux critiques des décennies précédentes. Dès cet instant, l’écologie devient un enjeu important. Le développement durable apparaît donc simultanément comme l’intégration par le capitalisme de la critique environnementale et le prolongement de l’idéologie du progrès et de la croissance économique.

19Le rapport Brundtland de 1987 en est l’illustre exemple. C’est simultanément une validation dans l’espace public international de la critique sociale et environnementale, mais c’est aussi le prolongement du modèle qui a abouti aux problèmes sociaux et environnementaux posés. Nous pouvons ainsi lire dans ce rapport le passage suivant, s’attachant à montrer l’inéluctable besoin de la croissance : « Pour répondre aux besoins essentiels, il faut réaliser tout le potentiel de croissance ; le développement soutenable nécessite de toute évidence la croissance économique là où ces besoins ne sont pas satisfaits. Ailleurs, développement et croissance économique sont compatibles, à condition que le contenu de celle-ci respecte les principes que sont la soutenabilité et la non-exploitation d’autrui. Mais, à elle seule, la croissance ne saurait suffire. En effet, une forte productivité peut tout à fait coexister avec la plus grande indigence, et l’environnement ne peut qu’en pâtir. Ainsi, pour que le développement soutenable puisse survenir, les sociétés doivent faire en sorte de satisfaire les besoins, certes en accroissant la productivité, mais aussi en assurant l’égalité des chances pour tous »10.

  • 11 Voir pour cette question Kempf H. 2009a ; 2009b. Par ailleurs, ce constat a été fait depuis longtem (...)

20Ce rapport est un compromis et la solution trouvée pour prendre en compte les dimensions sociale et environnementale des sociétés est étonnante : il s’agit de sauver la planète en prolongeant le système économique qui le détruit11. Le capitalisme en intégrant la critique écologique a encore une fois montré sa plasticité. Il s’agit maintenant de comprendre ce qui dure d’un capitalisme à l’autre et non pas d’observer les discours changeants de ces zélateurs.

Illusion de la maîtrise rationnelle

21Le thème du développement, aussi bien économique que plus tard durable, a donc pris le relais de celui du progrès, dans les justifications du capitalisme. L’une des conséquences en est le maintien inchangé d’un dogme central, qui perdure d’un capitalisme à l’autre : la nécessité d’une croissance économique. Mais quels sont la nature et les fondements de ce dogme ? Dans Réflexions sur la rationalité et le développement, Cornélius Castoriadis identifie ce dogme comme l’institution d’une signification imaginaire sociale dont les premiers signes apparaissent simultanément autour du XIVe siècle en Occident  : c’est « l’idée que la croissance illimitée de la production et des forces productives est en fait, le but central de la vie humaine » [Castoriadis C., 1999].

  • 12 La rationalité instrumentale prétend qu’il faut faire du simple point de vue de l’efficacité et des (...)

22Cette signification imaginaire sociale des sociétés occidentales modernes est l’expression d’une « extension illimitée de la maîtrise rationnelle » de l’homme sur la nature, la société et les individus. Cette recherche de la maîtrise rationnelle telle que définit par Castoriadis correspond à la domination de la rationalité instrumentale sur l’ensemble de la société que de nombreux auteurs comme Weber, Adorno, Marcuse et d’autres ont associé à l’avènement du capitalisme12. Castoriadis invite ainsi à s’éloigner de toutes les thèses cherchant à expliquer le fonctionnement social via la rationalité instrumentale. Il refuse ainsi les théories fonctionnalistes ne voyant là qu’une volonté de la société occidentale moderne de s’expliquer elle-même suivant ses propres critères rationnels. Pour lui, une société humaine ne peut être comprise qu’au travers de ces significations imaginaires, productrices de « nouvelles attitudes, valeurs et normes, une nouvelle définition sociale de la réalité ». Ces significations, propres à chaque société, sont intériorisées par tout individu dès sa naissance. Mais la grande hétérogénéité de la forme et du contenu des sociétés prouve qu’elles n’ont pas seulement une base plus ou moins rationnelle, mais qu’elles possèdent un fondement commun : leur capacité imaginaire à se créer elles-mêmes leurs propres institutions.

  • 13 Discutant les positions de J. Ruskin, J. Ellul, M. Heidegger et autres, C. Castoriadis écrit  : « L (...)

23Dès lors, comment comprendre le rapport entre cet imaginaire social et les TIC ? Nous remarquons que ces technologies sont en parfaite adéquation à la fois avec la recherche de maîtrise rationnelle de la nature et de la société via les applications de la science, et aussi avec l’exigence de croissance par les possibilités de gestion et de rationalisation qu’elles contiennent. Ces processus de gestion et de rationalisation sont considérés comme les moyens mis en œuvre pour atteindre les louables objectifs du développement durable. Mais ces processus restent-ils des moyens ? Cristallisés dans des techniques, nous pensons qu’ils finissent par acquérir le statut de véritables fins, incarnant l’imaginaire social déterminant en partie leur émergence. Rompant avec la vision d’une évolution technique autonome et naturelle13, il convient de la voir comme spécifique à l’organisation de chaque société. Nous estimons comme Castoriadis impossible de « séparer les significations du monde posées par une société, son orientation et ses valeurs, de ce qui est pour elle le faire-efficace », dont la technique est l’expression essentielle, depuis l’origine même de l’humanité jusqu’à sa fonction démesurée sous le règne du capitalisme. Ainsi, pour régler les conséquences du développement économique, le développement durable propose plus de gestion et de rationalisation de la société. Encore une fois les moyens sont mis en avant sans plus réfléchir aux finalités : c’est bien l’expression du « délire » de l’extension illimité de la maîtrise rationnelle.

24Castoriadis montre que toute institution s’exprime sur trois niveaux : les objets, les pratiques et les esprits. Ainsi, dans le foyer domestique, les TIC peuvent se comprendre non dans leur dimension environnementale, et audelà de leur dimension pratique ou fonctionnelle comme un élément central du déploiement d’une signification imaginaire sociale du capitalisme.

Industrialisation du foyer domestique et intelligence ambiante

25La thématique de l’habitat intelligent apparaît comme particulièrement révélatrice de l’imaginaire d’extension de la maîtrise rationnelle dans le cadre de la sphère domestique à ces trois niveaux (objets, pratiques, esprit). Comme le dit l’auteur de La maison communicante : « Non contente de simplifier la vie, une telle maison [intelligente, numérique et « domotisée »] doit être tout à la fois confortable, communicante, évolutive, autonome, sûre et économe ». Ces objectifs seront donc atteints grâce à la dispersion dans cet habitat, et notamment dans l’équipement électroménager et de communication, d’informatique, d’électronique et de réseaux sans fil, le tout permettant une interconnexion de ces dispositifs et l’interfaçage avec des services Internet (alertes, collecte de données, partage, interactions à distance).

26Mais ces innovations, appelées informatique diffuse, intelligence ambiante ou encore ubimedia, n’arrivent pas ex nihilo dans l’habitat comme sur une page blanche. Avec un léger temps de retard par rapport au monde du travail, la sphère domestique fait l’objet d’une rationalisation croissante, via l’industrialisation, dont on peut dater la montée en puissance au milieu du XXe siècle. Certains historiens comme Eugen Weber proposent même comme premier temps de l’industrialisation du foyer la fin du XIXe siècle. Ce dernier note que l’autoproduction des foyers est déclinante à partir de cette date [Weber E, 1983 ; 1986]. Cependant l’explosion de la consommation durant les années soixante marquerait le véritable tournant permettant même à certains auteurs de développer l’idée d’une véritable « colonisation de la vie quotidienne ».

Production d’un foyer rationalisé

27L’apparition de la vision idéale de la « maison » de laquelle nous sommes encore aujourd’hui largement tributaire, peut être datée des années 1950-1960. Commence alors l’évolution des foyers des pays d’Europe occidentale qui se caractérise par l’industrialisation de la maison, mais aussi des pratiques qui s’y déroulent.

28D’une part, avec la croissance économique et la hausse régulière des salaires durant la période dite des Trente Glorieuses la consommation des ménages en biens durables produits industriellement, augmente de manière importante. À la fin des années 1950 en France, la part des foyers équipés en salle de bains, machine à laver ou même de voitures va de 15 à 30 %. Dix à quinze ans plus tard, le taux de pénétration de ces équipements est de 90 %. Le bouleversement de la vie domestique et parallèlement de la vie collective est tel que certains parlent d’un phénomène de privatisation de la vie quotidienne pour désigner le repli sur la sphère privée [Castoriadis C., 1996].

  • 14 « A première vue, il pourrait sembler parfaitement gratuit d’évoquer ici la situation coloniale. Ma (...)

29D’autres auteurs, tel que le sociologue français Henri Lefebvre convoqué par l’auteure américaine Kristin Ross, en viennent à parler de colonisation de la vie quotidienne14 [Ross K., 2006]. Ceci en établissant un parallèle audacieux mais stimulant, entre la colonisation extérieure (alors finissante), et l’investissement des foyers domestiques intérieurs au pays. « [...] Le déplacement de l’économie politique coloniale vers l’économie domestique nécessité d’exalter la maîtrise de la sphère domestique et de la concentrer sur l’économie politique de la maisonnée. Un foyer harmonieux et efficacement géré représente un atout d’ordre national : la qualité de l’environnement domestique exerce une influence décisive sur la forme physique et la santé d’une nation. Toute une série d’équivalence se trouve ici à l’œuvre, dont la logique s’organise comme suit  : si la femme est propre, la famille est propre, et la nation est propre... » (ibid).

30D’autre part, à cet équipement produit industriellement, correspond également une « industrialisation » du travail domestique. Ainsi, suivant Bernard Floris (2009), nous pouvons dire qu’avant cette période « le travail domestique échappait à l’industrie », ce n’est plus le cas avec « le processus de standardisation des tâches en fonction des normes de l’industrie » entraîné par l’acquisition d’une série de nouveaux appareils ménagers. « Lorsque le travail ménager repose sur l’usage de machines qui standardisent leur emploi et leurs produits et sur la consommation de produits industriellement préparés, on n’est pas loin du travail industriel. » [Floris B., 2009].

31Nous observons ainsi une ambiguïté dans la « libération » produite par l’industrialisation du foyer (gain de temps, plus grande fonctionnalité) mais l’aliénation nouvelle à ces techniques et la transformation de l’individu en ouvrier du foyer. Notre propos n’est pas de nier l’apport de ces changements techniques dans le foyer à la modification du travail domestique, notamment celui des femmes.

32Il est, d’une part, de relativiser l’équivalence faite entre cette modification et la « libération de la femme » mise en avant par la propagande publicitaire : à l’heure actuelle le partage des tâches ménagères, s’il a progressé, ne se fait toujours pas dans un rapport d’égalité ; et l’émancipation est-elle si manifeste lorsque le temps « libéré » a été consacré à d’autres tâches de consommation (capté par les médias, la grande distribution et plus récemment le e-commerce)  ? Nous souhaitons, d’autre part, pointer du doigt le fait que ces changements ont entraîné une plus grande rationalisation du foyer, le rendant à la fois plus propice à une mise au travail du consommateur, et bien plus perméable aux logiques marchandes [Dujarier A.-M. 2008].

33Puis, les objets liés aux TIC ont pris le relais des biens de consommation durable dans le processus d’industrialisation du foyer. Certes, leur présence est patente depuis le début du XXe siècle : le phonographe, la radio, le téléphone fixe sont déjà de diffusion ancienne15. En juin 2008, le taux de pénétration du téléphone portable pour le marché national était de 88,1 %16, chiffre extrêmement important puisque le téléphone mobile n’apparaît en France qu’en 1991 avec la commercialisation d’un premier modèle fabriqué par Alcatel. Ce phénomène est d’autant plus important que ces dispositifs d’information et de communication n’étaient pas tous plébiscités à l’origine : en 1965 en France, les trois quarts des Français jugeaient le téléphone comme un « gadget électroménager » totalement dénué d’intérêt.

34Mais surtout aujourd’hui, les objets liés aux TIC se caractérisent par leur multiplication et leur rapidité de diffusion. Chaîne hi-fi, télévision, radio, ordinateur, baladeur MP3, téléphone portable, console de jeux, box pour Internet, GPS, lecteur DVD : les objets relais de la société de l’information ont pris place dans chacune des pièces de la maison. Pour appréhender la rapidité de la diffusion quelques exemples suffisent  : en juin 2008, 58,3 %17 de la population française s’est connectée à Internet au cours du dernier mois contre 200 000 à 300 00018 en 1996. Plus de deux tiers des adultes possèdent un ordinateur en 2008 contre 15 % des foyers dix ans plus tôt (Credoc, 2008). Aujourd’hui, les innovations en TIC domestiques se succèdent à un rythme soutenu qui dessine peu à peu une nouvelle figure de l’habitat.

Montée en puissance de la dimension communicative dans le foyer : vers l’habitat intelligent

  • 19 Dans notre enquête auprès de concepteurs et surtout promoteurs de ces innovations, nous avons pu no (...)
  • 20 Utilisé jusque-là, à notre connaissance, uniquement par l’auteur Adam Greenfield. Pour notre part, (...)

35En parallèle au mouvement de prolifération d’équipements, un autre courant d’innovations tend à leur intégration au sein d’un habitat dit intelligent ou communicant. La désignation de ce champ de R&D, où se côtoient industriels et universitaires, n’est pas sans poser encore quelques problèmes : à l’ancien terme de domotique19 succède aujourd’hui des appellations plus en vogue comme intelligence ambiante, ubimedia20 ou encore informatique diffuse d’après l’expression de l’un de ces précurseurs, le chercheur de PaloAlto Mark Weiser, qui illustre l’intérêt de cette nouvelle informatique. Il note ainsi qu’il faut rendre « l’informatique aussi invisible que les lunettes que nous portons pour voir » et ajoute cette formule : « when technology recedes into the background of our lives ». Ces innovations sont souvent justifiées comme la solution à la complexité entraînée par la prolifération précédemment évoquée.

36Leur principal but affiché : « simplifier la vie quotidienne » par l’interconnexion de tout dispositif d’information et de communication (initiée par les box Wi-Fi par exemple) et plus largement du maximum d’appareils électroménagers. Au travers de figures comme le « frigo communicant »21 connecté à Internet ou le « lave-linge intelligent »22, nous observons une fuite dans le délire de fonctionnalisation et de rationalisation de la vie domestique. Comme le dit l’un des acteurs de cette informatique diffuse, la question n’est même plus « où » implémenter cette interconnexion, mais est devenue « et si » on la dispersait dans n’importe quel objet du quotidien [Greenfield A., 2007]. Cette mise en réseau généralisée pourrait même concerner le moindre objet usuel par l’utilisation d’étiquettes intelligentes (puces RFID), remplaçantes du code-barres dans l’industrie et la distribution. Pour l’instant leur diffusion est surtout promue dans les entreprises au titre de la rationalisation des fonctions de logistiques et de traçabilité. Mais à en croire la quasi-totalité des projets d’intelligence ambiante, à l’image du frigo alerté via cette étiquette intelligente des dates de péremption des aliments, la sphère domestique sera très vite concernée. C’est par des vecteurs, à la fois physiques et symboliques, du type de ces étiquettes RFID que la rationalisation déborde du monde industriel pour investir celui de la vie quotidienne. Une rationalisation qui se fait d’ailleurs avec le soutien actif du client-consommateur : dans Le travail du consommateur, l’exemple donné dès les premières lignes de l’introduction concerne le problème des connexions à Internet et de l’autoréparation de ces box Wi-Fi sous la tutelle du salarié du centre d’appel [Dujarier A.-M., 2008].

37Finalement, est-il excessif, de reprendre au sujet de l’informatique diffuse l’expression de « colonisation » utilisée par Henri Lefebvre ? Non, de l’aveu même d’Adam Greenfield : « Le projet d’ubimedia n’est rien d’autre que la « colonisation » de la vie de tous les jours par les technologies de l’information » [Greenfield A., 2007, p. 36].

38Le déploiement de ces nouveaux dispositifs s’accompagne d’un discours justificatif : il s’agit d’améliorer la vie quotidienne à l’intérieur de l’habitat, de la rendre plus fonctionnelle. Mais le souci environnemental lié au développement durable est également venu légitimer la figure de l’habitat intelligent. Ainsi un groupe de travail de la Commission européenne énonce également parmi les « opportunités significatives » de ce nouveau champ de recherche et développement  : « S’attaquer aux menaces environnementales, [...] augmenter les opportunités pour le télétravail dans la maison connectée, [...] soutenir les nouvelles approches du développement soutenable » [Istag, 2003]23.

39Concrètement dans les recherches en cours, l’accent est mis sur les économies d’énergies permises par ces nouvelles technologies. Lors d’une conférence intitulée « le Bâtiment intelligent » et organisée par le Laboratoire d’informatique de Grenoble (LIG), une communication du groupe de recherche GRIC-IRIT, en partenariat avec EDF s’est attaché au problème de la consommation électrique des foyers domestique. Dans ce projet, la dispersion d’électroniques et d’agents logiciels dans les objets consommateurs et d’éventuelles sources (solaire, éolien) permettrait de faire face à des pénuries d’électricité, grâce à l’idée de délestage intelligent  : en jouant avec l’inertie de certains appareils (un radiateur qui continue à rayonner après coupure de l’alimentation), le « différage » de certaines mises en route programmées, ou la capacité de stockage d’énergie. Tout ceci sans programmation : les agents logiciels de chaque appareil ou sources « dialoguent » entre eux pour s’échanger besoins ou disponibilité énergétique, caractère prioritaire de la demande, possibilité d’une diminution de la puissance, etc. Tout ceci fonctionne également par auto-apprentissage : en enregistrant le comportement de l’usager, le système produit un modèle permettant la rationalisation de l’utilisation d’énergie.

  • 24 Un autre intervenant lors de cette conférence sur le « Bâtiment intelligent » souligna d’ailleurs c (...)

40Mais le souci de l’environnement n’est pas la seule motivation : il s’agit également « d’anticiper la libéralisation du secteur énergétique, les problèmes de coordination entre fournisseurs, avec les risques de blackout qui en découle ». Une fois de plus, des solutions techniques sont mobilisées pour palier d’importants choix politiques (dérégulation du marché de l’énergie)24.

  • 25 Site de veille sur l’innovation dans les TIC. Article du 16 janvier 2008, par H. Guillaud. www.inte (...)

41Traitant des économies d’énergie réalisable par des TIC permettant « de surveiller et d’ajuster sa consommation électrique », un article du site InternetActu25 était intitulé : « Quand les outils numériques aident les utilisateurs à faire des économies d’énergie ». Une étude d’un laboratoire du département de l’Énergie des Etats-Unis y estime à 10 % l’économie sur la facture des foyers américains et à 15 % par an la réduction des charges de pointe du réseau électrique. Une expérimentation est mise au point où « plu sieurs centaines de maisons de Seattle ont été équipées de thermostats numé riques et d’ordinateurs de contrôle sur lesquels était branché l’électroména ger domestique, des chauffe-eau aux sèche-linge... le tout connecté à l’Internet ». Là aussi, d’autres motivations que l’économie d’énergie entrent en jeu : les fournisseurs d’énergie, d’une part « se servent aujourd’hui de [l’expérimentation] GrideWise pour mieux gérer leur propre réseau et ne souhaitent pas nécessairement que les ménages accèdent aux flux d’informations de ceux-ci » ; et qu’ils ont d’autre part « plus tendance à mettre en avant les taux de rendements de leurs infrastructures que la quantité d’énergie qu’ils contribuent à économiser ».

  • 26 Effet rebond dont il est question dans l’article de C. Gossart et F. Flipo.

42Nous voyons là une illustration d’un effet rebond26, inéluctable lorsque l’on agit sur des secteurs partiels, sans prendre en compte la totalité de l’orientation de la société.

Conclusion

43Après avoir vu que les TIC ne sont pas si facilement les auxiliaires fiables du développement durable, en raison des coûts écologiques et sociaux de leur production, utilisation et recyclage, nous en sommes venus à interroger le contenu de l’idée de développement durable. Succédant à l’idée de progrès dans la justification du capitalisme, nous avons pu voir qu’elle repose sur les significations imaginaires sociales de « maîtrise rationnelle ». Étant donné que c’est le type d’organisation sociale capitaliste (libéral ou d’état) qui est à l’origine des problèmes environnementaux et sociaux, auxquels entend s’attaquer le développement durable, il y a pour nous une contradiction manifeste à l’intérieur même de ce dernier. Suivant qu’on prenne le parti des ambitions du développement durable au pied de la lettre ou de les démystifier, on peut résumer cette contradiction en ces termes. Soit on comprend le développement durable comme devant mener à un autre type de société, soucieux de l’environnement et de l’humain (bien sûr compris comme entité individuelle et sociale). Dans ce cas, les TIC sont loin de représenter des alliés sûrs et inévitables. Soit le développement durable est ce qu’il prétend être « à la lettre » : une énième tentative de justification du dogme de la vertueuse croissance économique. Dans ce cas, les TIC peuvent lui apporter de la « durabilité ». Non pas la durabilité de la planète mais bien la durabilité de la signification imaginaire sociale centrale du capitalisme : « l’ex tension illimitée de la maîtrise rationnelle ».

44Reste que tout n’est pas perdu, qu’une certaine lucidité (a minima sur le problème énergétique) est observable au sein même des promoteurs de l’intelligence ambiante. Dans son livre Every[ware], Greenfield écrit  : « Les arguments développés dans ce livre supposent la pérennité de notre civilisa tion technologique, basée sur un développement très consommateur d’éner gie. Ce livre ne défend cependant pas la conviction selon laquelle notre mode de vie actuel est durable ».

Haut de page

Bibliographie

BENNASAYAG M. ET DEL REY A., Plus jamais seul, le phénomène du téléphone portable, Bayard, Paris, 2006.

BERHAULT G., « Pour répondre au défi du développement durable, il faut répondre à celui de la société de la connaissance ! », www.InternetActu.net, 9 oct 2007.

BERHAULT G., Développement durable 2.0. Internet peut-il sauver la planète ?, Editions de l’Aube, 2009.

BOLTANSKI L. ET CHIAPELLO E., Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999. CARROUÉ L. (dir.), La mondialisation, CNED-SEDES, Paris, 2006.

CASTORIADIS C., « Le délabrement de l’Occident » (1991), repris dans La montée de l’insignifiance Les carrefours du labyrinthe IV, Seuil, Paris, 1996.

CASTORIADIS C.,, « Technique » (1973), repris dans Les carrefours du labyrinthe I, Seuil, 1998.

CASTORIADIS C.,, « Réflexions sur le « développement » et la « rationalité » » (1974) in Domaine de l’homme Les carrefours du labyrinthe II, Seuil, Paris, 1999a.

CASTORIADIS C.,, L’institution imaginaire de la société, Seuil, Paris, 1999b.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement, Notre avenir à tous, Ed. du fleuve : Les Publications du Québec, Montréal, 1989.

DUJARIER MARIE-ANNE, Le travail du consommateur ; De McDo à eBay : comment nous coproduisons ce que nous achetons, La Découverte, Paris, 2008.

Ferraris M., T’es ou ? Ontologie du téléphone mobile, Albin Michel, Paris, 2006.

FLICHY P., Une histoire de la communication moderne : espace public et vie privée, La Découverte, Paris, 2004.

FLORIS B., La consommation pilotée par le marketing (titre provisoire), chap 6 « la conquête de l’espace social par le consommatisme », 2009 (à paraître communiqué par l’auteur).

GORZ A., « Leur écologie et la nôtre » (1974) repris in Ecorev’ n° 22, 2006.

GREENFIELD A. , Every[ware] la révolution de l’ubimedia, FYP Editions, Limoges, 2007. ISTAG Comission Européenne, Ambient Intelligence : from vision to reality, sept. 2003.

JEULAND F.-X., La maison communicante : Réussir son installation domotique et multimédia , Eyrolles, Paris, 2007

KEMPF H., Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, Seuil, Paris, 2009a KEMPF H., Comment les riches détruisent la planète, Points, Paris, 2009b MUSSO P., Saint Simon et le saint-simonisme, Puf, Paris, 1999.

POMONTI J., L’aventure du téléphone, une exception française, Hermès sciences Publications, Paris, 2008.

ROSS K., Rouler plus vite, laver plus blanc, Seuil, Paris, 2006.

RIST G., Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Presses de Sciences Po, Paris, 2001.

ROSTOW W.W., Les étapes de la croissance économique, Economica, 1997.

SOUCHON L., TAROZZI S., « TIC, énergie et société Eléments pour une évaluation socioénergétique des télécommunications », in colloque Energie et société, Nantes, août 2007.

WEBER E., La fin des terroirs, la modernisation de la France rurale, 1870-1914, Fayard, Paris, 1983.

WEBER E., Fin de siècle, la France à la fin du XIXe siècle, Fayard, 1986.

Haut de page

Notes

1 Il en va ainsi souvent lorsqu’une nouvelle technologie s’impose dans une société. Il en est ainsi allé par exemple des relations entre le chemin de fer et le saint-simonisme dans la France du Second Empire [Musso, 1999]. L’électricité, la radioactivité et le nucléaire, la voiture, ont aussi connue une histoire de ce type.

2 L’article de Fabrice Flipo et Cédric Gossart dans ce même numéro de Terminal illustre plus largement cette question.

3 Article consulté en ligne, www.novethic.fr/novethic/site/article/index.jsp?id=108365, « Un « avatar » vir tuel consomme autant d’énergie qu’un vrai Brésilien », d’après un article de Nicholas Carr. Son blog est consultable sur www.roughtype.com

4 Certes, ce pourcentage est imputable à l’ensemble des appareils électriques d’une maison et pas forcément aux seules TIC, www.ademe.fr/particuliers/Fiches/equipements_electriques/rub2.htm

5 www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?catid=14687

6 Pour l’histoire du téléphone, nous nous référons à l’ouvrage de Pomonti J. (2008)

7 La géographie des centre d’appel montre, bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler de télétravail, que les TIC participent tout autant de la création d’emploi en France que du départ d’un grand nombre d’autres du territoire.

8 Voir l’article de Fabrice Flipo et Cédric Gossart pour plus de détails.

9 Si par le mouvement « en externe » il s’agit de la progression du capitalisme à travers le monde, il faut entendre par l’extension « en interne », la pénétration ou le renforcement des logiques de marchandisation dans des secteurs de la société peu investies auparavant.

10 Notre avenir à tous, 1989. Version officielle disponible en anglais à www.un-documents.net/wcedocf.htm ; traduction française disponible sur www.wikilivres.info/wiki/Rapport_Brundtland

11 Voir pour cette question Kempf H. 2009a ; 2009b. Par ailleurs, ce constat a été fait depuis longtemps par des auteurs ayant rompu avec le dogme de la croissance économique bénéfique [Gorz A. (1974) 2006, et Castoriadis C. (1974) 1999a].

12 La rationalité instrumentale prétend qu’il faut faire du simple point de vue de l’efficacité et des résultats sans avoir à se préoccuper des finalités à l’inverse de la rationalité en valeur censée être l’expression de la société démocratique. Cette opposition entre rationalité instrumentale et rationalité en valeur se retrouve aussi chez Castoriadis sous la forme de l’opposition « extension illimitée maîtrise rationnelle » versus « projet d’autonomie ».

13 Discutant les positions de J. Ruskin, J. Ellul, M. Heidegger et autres, C. Castoriadis écrit  : « Là où l’on s’aperçoit que le mouvement technologique contemporain possède une inertie considérable, qu’il ne peut être dévié ou arrêté à peu de frais, qu’il est lourdement matérialisé dans la vie sociale, on tend à faire de la technique un facteur absolument autonome, au lieu d’y voir une expression de l’orientation d’ensemble de la société contemporaine ». [Castoriadis, (1973) 1998].

14 « A première vue, il pourrait sembler parfaitement gratuit d’évoquer ici la situation coloniale. Mais certaines données confirmeront la justesse de ce rapprochement. Dans la dizaine d’année qui s’écoula entre 1955 et 1965 – décennie qui vit à la fois la fin de l’empire et l’accroissement de la consommation et de la modernisation de la France – les colonies firent l’objet d’un déplacement et les efforts qui avaient jusqu’alors visé à dominer et à discipliner les peuples coloniaux, ainsi qu’à maîtriser les situations ainsi créées, durent être re-concentrés sur une sphère bien spécifique de l’existence en métropole : la vie quotidienne. C’est d’ailleurs en ce sens qu’il convient d’entendre l’expression « colonisation de la vie quotidienne », qui fut forgé à l’époque par Henri Lefebvre et les Situationnistes.) » [Ross K. 2006].

15 Patrice Flichy note que la diffusion d’objets liés aux TIC ont connu dès le début du XXe siècle un usage répandu et une pénétration des marchés importantes. La consommation de masse des TIC est en ce sens fort ancienne. Ainsi le phonographe passe de 500 000 appareils à 12 millions entre 1900 et 1920 aux États-Unis, ce qui correspond à un taux de pénétration de 50 % des ménages américains. Ces ménages ont 1,5 radio en 1940 et ils en possèdent plus de 4 en 1970 [Flichy P., 2004]. La différence avec la situation contemporaine réside dans la rapidité de diffusion à une échelle beaucoup plus vastes des TIC ainsi que dans la multiplication pour chaque individu des objets-relais le connectant à la société de communication.

16 Source site de l’Arcep  : www.arcep.fr/index.php?id=35&L=1tx_gspublication_pi1 %5Btypo

17 Source médiamétrie citée par le journal du net http://www.journaldunet.com/cc/01_internautes/inter_nbr_fr.shtml

18 http://archives.lesechos.fr/archives/1998/LesEchos/17663-70-ECH.htm

19 Dans notre enquête auprès de concepteurs et surtout promoteurs de ces innovations, nous avons pu noter la mauvaise connotation de ce terme, en raison notamment de son échec commercial. Voir l’avis d’un directeur d’entreprise : « Il y a donc eu enchaînement de déceptions et le mot domotique non content d’être presque mort dans l’oeuf a porté une connotation négative. », www.domotiquenews.com/htm/la_domotique.php. Mais il continue à être utiliser, voir : un article du Monde de juillet 2008 intitulé « La maison au doigt et à l’œil » et sous-titré « Les Français encore réticents à utiliser la domotique pourtant destinée à leur faciliter la vie ».

20 Utilisé jusque-là, à notre connaissance, uniquement par l’auteur Adam Greenfield. Pour notre part, les trois termes nous paraissent quasi synonymes pour l’essentiel qui nous occupe ici.

21 www.internetactu.net/2006/11/06/quand-les-produits-communiquent-ou-le-retour-du-frigo-rfid/

22 www.elle.fr/elle/deco/news-tendances/tendances/du-nouveau-dans-l-electro/malin-le-lave-lingedose-e/(gid)/738998

23 Disponible à l’adresse : http://cordis.europa.eu/ist/istag-reports.htm, traduction personnelle.

24 Un autre intervenant lors de cette conférence sur le « Bâtiment intelligent » souligna d’ailleurs cette dimension de stratégie industrielle par la boutade suivante : « Il y a une grande filiation entre le « bâti ment intelligent » et la domotique, au secours de laquelle est arrivé... le développement durable ».

25 Site de veille sur l’innovation dans les TIC. Article du 16 janvier 2008, par H. Guillaud. www.inter netactu.net/2008/01/16/quand-les-outils-numeriques-aident-les-utilisateurs-a-faire-des-economiesdenergie/

26 Effet rebond dont il est question dans l’article de C. Gossart et F. Flipo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Iwan Barth et Sébastien Leroux, « TIC domestiques et développement durable : une même logique ? », Terminal [En ligne], 103-104 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/2911 ; DOI : 10.4000/terminal.2911

Haut de page

Auteurs

Iwan Barth

doctorant, laboratoire GERIICO, Université Charles De Gaulle, Lille 3

Sébastien Leroux

doctorant, UMR PACTE-Territoirs, Institut de géographie alpine, Université Joseph Fourier, Grenoble 1.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals