Navigation – Plan du site
Dossier

Quels acteurs façonneront nos villes ? Les anciens façonneurs des villes sont-ils remis en cause par le nouveau monde informatique ?

Pascale Bailly et Christian Warocquier
p. 195-206

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les bâtisseurs des villes étaient jusqu’à présent les architectes, les urbanistes. Les maires des villes ont longtemps exercé un rôle de garant d’une homogénéité de la ville, ayant ainsi une forme de coresponsabilité sur les formes, les cheminements et les répartitions des nouveaux espaces. Les zones aménagées sont ainsi devenues au gré de ces pouvoirs des zones d’activités tertiaires, des espaces résidentiels, des espaces verts… Mais la mise en forme de la ville va être le fait d’un nouvel acteur au puissant pouvoir d’action : l’individu. En effet, le citadin connecté au bout de son smartphone est de plus en plus sollicité pour fournir avis et informations, sur l’état de la circulation automobile par exemple. Il est d’ailleurs de plus en plus prêt à communiquer avec les autres sur tout ce qu’il fait, pense et constate. Connecté aux plateformes d’informations, le citadin est incité à circuler de façon multimodale à l’aide de plus en plus de données en temps et « géographie » réels, qui vont par exemple l’aider à éviter un embouteillage ou d’attendre à un arrêt de bus.

2Cette nouvelle donne citadine va certainement conduire des acteurs tels que les architectes, les urbanistes ou les maires à plus collaborer qu’auparavant. Gageons que pour organiser l’espace et ses règles, les villes et leurs autorités locales s’appuieront sur l’industrie du logiciel. Il pourra s’agir d’entreprises déjà installées et connues. Leur ancienneté et leur solidité rassureront les élus et permettront aux villes de partager avec elles les investissements pour les répartir sur plusieurs années.

3Avec quelles nouvelles autres entreprises les autorités locales travailleront-elles ? Les start-up seront-elles embarquées dans cette évolution ? Les villes travailleront-elles directement avec les sociétés informatiques établies, les stars, ou bien avec le monde open source ? D’autres acteurs s’empareront-ils de l’espace urbain pour le modeler selon leurs propres critères ? Quels sont les scénarios possibles, crédibles ?

4Pour répondre à ces questions, nous cheminerons dans la ville et nous nous projetterons dans un futur proche, en suivant des hypothèses qui nous paraissent plausibles. Nous présenterons ainsi successivement l’éventail des acteurs ayant façonné les villes, et tenterons d’entrevoir ceux qui leur succéderont. Au cœur de nos scénarios : la ville connectée, son futur et ses conséquences sur l’industrie informatique.

Les palettes numériques des acteurs façonneurs des villes

5Les architectes comme les urbanistes ont jusqu’à ce jour peu utilisé les palettes numériques comme éléments intégrés à l’architecture ou aux circulations dans les villes. Mais tant les nouvelles facilités de réalisation que l’immensité des données à disposition vont inciter tous les acteurs bâtisseurs des espaces et circulations des villes à y mettre de l’ordre. Notamment les maires vont vouloir eux aussi éviter une sorte de pollution locale liée à une surabondance de données.

Des mobiliers urbains utiles ou à visée décorative

6Les connexions des villes partent plus du mobilier urbain que de l’architecture elle-même. Les meubles « communicants » qui ont réussi à s’implanter dans l’espace urbain répondent à deux critères : l’utilité ou la visée décorative. Dans le monde entier, plusieurs sortes de mobiliers urbains animent de plus en plus les rues et les façades d’immeubles, s’intègrent au quotidien et en deviennent petit à petit des éléments naturels à part entière. Dans certaines communes françaises, des syndicats d’initiative proposent déjà aux piétons sur leurs smartphones des informations sur l’architecture régionale, la flore locale ou encore l’histoire du lieu… Cela à partir de bornes interactives positionnées dans un mobilier urbain le long des cheminements touristiques. D’autres villes ont déjà dans leur mobilier urbain des bornes publicitaires projetant les logos de firmes sur les trottoirs ou sur les murs, pouvant aussi se transformer en projecteurs de faisceaux de lumières poétiques et variés au fil des smartphones des passants.

  • 1 « États-Unis : Les bornes digitales de Solohealth essaiment dans les hypermarchés », http://fr.ooh- (...)

7Au-delà l’aspect anecdotique, un nombre croissant de mobilier urbain communiquant permet de « dialoguer » avec les smartphones, par exemple en réagissant aux souhaits des passants en prenant une couleur qu’ils préfèrent massivement, ou en affichant les informations qu’ils ont demandées. Ces modes de fonctionnement permettent à l’usager de participer par ses affinités au développement – ou non – de ces nouvelles bornes à visée décorative ou utilitaire. Aux États-Unis, des bornes digitales appelées « Solohealth Stations » ont été installées dans des supermarchés pour que les clients testent leur vision, leur tension, leur poids… En contrepartie de la gratuité pour les personnes qui utilisent ces prestations, sont affichés des messages publicitaires de laboratoires pharmaceutiques comme Pfizer, Bayer, mais aussi de Coca-Cola. La société qui a installé ces bornes se rémunère également grâce à une adhésion des médecins « à un annuaire qui est accessible depuis les bornes »1. Neuf millions de personnes avaient utilisé ces bornes à la date de mars 2013, et la Société Solohealth avait levé dix millions de dollars au cours de l’été 2012. D’autres aménagements urbains se généralisent autour d’informations visant une proximité utile : pour délivrer des informations sur le lieu, les horaires des transports, la disponibilité de vélos, etc.

8Ces animations locales de l’espace sont éparses et ne participent pas encore du bouillonnement qui sera issu des échanges de toutes les données que les citadins eux-mêmes vont générer et orchestrer. C’est inédit : les citadins, de par leur assuétude au smartphone, seront par leurs choix et interventions avec tous les objets urbains connectés, au cœur de la création de la ville intelligente.

La ville intelligente est « communicante », centrée sur les besoins des utilisateurs

  • 2 « La ville intelligente n’est plus de la science-fiction », Courrier International, 28/03/13, www.c (...)
  • 3 « Big Brother agrandit sa famille”, Johann Harscoët, Stratégies, 14/02/13, www.strategies.fr/etudes (...)

9Le concept de ville intelligente est directement traduit de l’expression anglophone « smart city », qui représente initialement un concept d’égos surdimensionnés tenant du mythe de la Tour de Babel, tel qu’illustré par les tableaux de Bruegel. Au-delà du mythe ou des problèmes d’ingénierie abordés par Bruegel et maintenant résolus de longue date, la ville « intelligente » est considérée dorénavant comme maligne, futée et connectée, apportant des informations et des services de proximité utile. On note ainsi qu’après avoir été synonyme de projets très ambitieux pour des villes nouvelles presque tous reportés voire abandonnés2, la ville intelligente est aujourd’hui centrée sur les besoins des utilisateurs au sein d’agglomérations existantes. Cette ville communique des informations en temps réel. Il peut s’agir de données sur les itinéraires les plus rapides sans cesse mis à jour. Ainsi, pendant les JO de Londres, l’analyse des trajets des voyageurs a permis de voir que les Londoniens « tiennent compte des conseils qu’on leur donne »3 et adoptent les trajets les plus rapides affichés sur des panneaux. Dans ce contexte, de nombreux observateurs convergent sur un certain nombre de conclusions.

  • 4 « Numérique nomade. Bientôt l’assistant personnel de mobilité ? », Cécile Nangeroni, Ville Rail et (...)

10Tout d’abord, les tout prochains axes de développement concerneront la proximité utile et la mobilité multimodale, proposant ainsi des gains de temps pour le citoyen. En ce qui concerne la proximité utile, la géolocalisation va jouer un rôle important. Grâce elle une personne qui vient de tomber, qui a un malaise ou qui est agressée est repérée de manière précise par les services de secours. C’est tout aussi utile pour pouvoir livrer une voiture de location à l’endroit où la personne en a besoin, ou pour lui rapporter le costume qu’elle vient en urgence de faire détacher pour partir en réunion. Il y aura ensuite « le couplage avec l’agenda, le covoiturage dynamique, la précision des trajets piétons prenant en compte la facilité de cheminement »4. La ville proposera ainsi naturellement au fil des réaménagements plus de panneaux urbains connectés destinés à donner des conseils pratiques au sujet des trajets. Cet affichage sera élargi aux pavements au sol et aux façades des immeubles en hauteur. L’information sera centrée sur les besoins, souhaits, loisirs des citadins. Cette structuration de la cité autour des mobilités multimodales et des transports urbains existe déjà et est largement amenée à se déployer plus encore.

La ville connectée a un potentiel écologique séduisant pour les maires

  • 5 « L’urbanisation menace les forêts protégées du Grand Moscou », Jeanne Cavelier, Novethic, 06/01/13 (...)

11En effet, il va sans dire que ce développement sera vivement encouragé par les maires qui verront ainsi à moindres coûts leurs villes prendre des tournants de villes vertes désembouteillées. Il s’agit d’investissements moindres en comparaison avec des investissements d’infrastructures pour désengorger les villes tels que des périphériques, des téléphériques, des tramways... Comme d’autres smart cities occidentales, le grand Moscou – « inspiré de la dynamique du Grand Paris »5 – pourrait se diriger vers des éco-tendances. Les maires, en tant que détenteurs d’un pouvoir public, espèrent ainsi conjuguer pratiques individuelles vertueuses et gratifiantes avec baisses des coûts d’investissements et de maintenance des infrastructures. Cette tendance pourrait par exemple permettre de lutter contre le réchauffement climatique. Pour nombre de mairies, cela permettra aussi de consacrer beaucoup plus d’espace urbain aux vélos. Oubliés les investissements pour de nouvelles infrastructures de parkings en sous-sol !

Les règles de gouvernance vont certainement devoir changer

12On ne peut pas manquer de penser et de signaler qu’il pourrait très vraisemblablement s’ensuivre que l’ingérence écologique de la population soit aussi au centre de nouveaux enjeux réglementaires. Les règles établies par l’État partent en général d’une forte protection des individus prenant en compte l’évaluation des choix individuels. Ainsi, l’intervention publique, dans une logique de biens sous tutelle, encadre les choix individuels. On peut du coup imaginer que les smart cities trouveront leur développement dans une politique de type RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), déclinée au niveau des villes : une « RSV » en quelque sorte. D’après la Commission Européenne :

  • 6 « Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises », Livre vert de la C (...)

« Le concept de responsabilité sociale des entreprises signifie essentiellement que celles-ci décident de leur propre initiative de contribuer à améliorer la société et rendre plus propre l’environnement… Cette responsabilité s’exprime vis-à-vis des salariés et, plus généralement, de toutes les parties prenantes qui sont concernées par l’entreprise mais qui peuvent, à leur tour, influer sur sa réussite. Cette évolution est le reflet de ce qu’attendent de plus en plus les citoyens européens et les parties prenantes d’une transformation du rôle des entreprises dans la nouvelle société en mutation d’aujourd’hui »6.

13Dans notre cas, l’entreprise serait remplacée par la ville, donnant ainsi naissance à la RSV : Responsabilité Sociale des Villes.

  • 7 « Merit goods/biens sous tutelle », mimeo, Fabrice Rochelandet pour France Télécom/Orange Labs & Ca (...)

14On peut envisager que ce concept soit transposé aux villes et à leurs maires. Par extension, la RSV ferait largement la promotion de la green attitude. Une norme applicative (une ISO « RSV », à l’instar de l’ISO 26 000) définirait la responsabilité sociale qui incomberait aux personnes, aux collectivités publiques et aux entreprises du territoire. Dans la logique RSV, les énergies renouvelables compléteraient les besoins énergétiques. Dans ce scénario, un encadrement réglementaire intégrant les choix individuels est inévitable pour éviter les situations chaotiques. À moins d’un parti pris vers un autoritarisme absolu, un des scénarios envisageables serait que le « décideur social de la ville qui tend à imposer ses préférences »7 se montre moins contraignant du fait d’une population informatisée en quasi-permanence.

Quelques conséquences sur les profils informatiques des acteurs

15Ces évolutions technologiques et sociétales induisent de fait le développement d’une industrie informatique axée sur le logiciel, la production d’API (Application Programming Interface, i.e. interface de programmation) et d’applications. Sur ces terrains : les acteurs qui sont très à l’aise pour concevoir des évolutions incrémentales permanentes sont des concepteurs-développeurs. Il s’agit des concepteurs informatiques qui incluent dans leur travail un haut niveau d’ergonomie quel que soit le terminal. Il s’agit de ceux qui intègrent aussi naturellement dans leurs conceptions les usages et leurs compréhensions des différents marchés qu’ils surveillent.

16Ce sont des développeurs multiplateformes, hybrides sur plusieurs technologies, des assembleurs... Ils savent tout ce qu’on peut voir de nouveau sur les sites internet, elles ont suivi avec appétence tous les développements de type Facebook ou Twitter. Avec leur compréhension fine du marché, ils peuvent annoncer les tendances de demain et savent comment les atteindre. Ces acteurs sont semble-t-il de futurs créateurs des espaces des villes. Toutefois, on peut noter qu’aujourd’hui c’est grâce à ce monde open source que l’individu est acteur des villes intelligentes lors de leurs réaménagements.

17Dans cette mouvance, il serait vraisemblable que les maires des villes, les architectes, les urbanistes et ces concepteurs-développeurs façonnent ensemble les villes. Ces concepteurs informatiques sont plutôt opposés aux systèmes fermés et propriétaires, tant ce qui les motive est de mener à bien une possible créativité pour tous. Pour cela ils construisent et font évoluer sans cesse des API (interfaces de programmation) open, totalement publiées, voire gratuites. C’est encore aujourd’hui un challenge pour beaucoup d’entreprises. Et c’est ce qui fait pencher notre scénario pour une prochaine étape plus réaliste d’une collaboration de ces informaticiens avec les architectes et urbanistes.

La ville intelligente sera aussi largement commerçante. Pour le meilleur ?

18Très rapidement, des données à tendance commerciale vont venir se mêler aux autres, rendant compte avec une grande précision des souhaits des individus, de leurs habitudes, de leurs besoins, etc. A titre d’exemple : si votre balance personnelle a communiqué le matin à votre smartphone que vous aviez pris trois cent grammes, les produits de régime en promotion ou les moins chers du quartier vous seront signalés quand vous passerez à proximité d’un magasin, tandis qu’il vous sera du coup aussi suggéré par SMS que vous pouvez effectuer votre trajet par vélo en libre-service, ou bien encore à pied afin de vous faire gravir des marches et perdre quelques grammes supplémentaires quantifiés. Vous serez aussi vraisemblablement invités par la salle de gym la plus proche qui vous indiquera qu’un coach est disponible… pour un résultat inestimable sur votre silhouette et votre forme… le tout adressé avec un jingle sonore de votre musique préférée. Oui : le commerce en sait beaucoup sur tout individu. D’autant que celui-ci partage relativement aisément ses données personnelles.

La perception de la notion d’intimité ne constitue plus un problème majeur

  • 8 Voir le point 3.

19Malgré une certaine réticence française à l’origine, la facilité voire l’engouement des individus à partager leurs données les engageant intimement est entré dans les habitudes : les succès de certains réseaux sociaux le suggèrent. La première phase d’abondants épanchements individuels étant passée, les entreprises vont pouvoir maintenant compiler les données personnelles, les croiser, les analyser et ainsi comprendre, anticiper ou susciter les choix de leurs clients… sans - in fine - choquer plus que cela. Ray Kurzweil, un informaticien américain, membre du conseil d’administration du MIT (Massachusetts Institute of Technology), futurologue ayant travaillé pour la NASA et embauché par Google fin 2012 prédit à moyen terme « la fin totale de la notion d’intimité »8. À notre sens, la ville intelligente devrait voir advenir d’importantes évolutions :

  • Des architectes pourront inclure dès la conception d’un immeuble des façades animées d’immenses panneaux réagissant aux changements de couleurs souhaités majoritairement par les masses d’individus ou proposant leurs bons plans.

  • Les citadins proposeront leurs bonnes affaires sur ces murs tout en déambulant ou en attendant les bus ou tramways. Ils choisiront depuis leurs smartphones des visuels, des couleurs, des messages, des renseignements, des écrans de retransmission de spectacles en direct ou non…

  • Les cheminements pédestres seront tout comme les murs des immeubles conçus dès l’origine avec des mobiliers urbains destinés à renseigner les piétons et à leur proposer des possibilités en temps réel : pour leurs déplacements, leurs loisirs, rejoindre précisément leurs proches ou amis ou collègues…

    • 9 « Les algorithmes prédictifs sont-ils un risque pour notre libre arbitre ? », Hubert Guillaud, 01/1 (...)

    Les commerçants vont couramment doper leurs ventes à partir d’analyses affinées de « cette énorme base de données des intentions »9 qui sera léguée par tous.

  • 10 « Nos villes en 2050 », Hors-série Terra Eco, octobre-novembre 2012.

20Ainsi, de nouveaux supports émergeront pour permettre une communication entre maires et administrés. Ainsi, par exemple le maire et son administré vont évoluer, passant de liens quasi exclusivement physiques et matériels à des liens via tablettes ou smartphones. Le maire devra s’adapter, proposer à son administré les « interfaces-boutons » où appuyer pour que celui-ci entre en interaction avec lui. Comme le dit le sociologue Bruno Marzloff : « les gens attendent que le numérique vienne dans l’espace public, pour plus d’infos et de services, pour tout avoir dès l’instant où ils en ont besoin »10. Au-delà, le maire transformé en « smart local mayor » rechercherait alors pour chacun un environnement vivable, agréable, sécurisé. Face à ces besoins, on imagine que tout ce qui se passe sera contrôlé informatiquement.

La nouvelle gouvernance entre maires et administrés

21Les mégapoles vont rassembler une proportion de la population tellement énorme que la ville ne pourra plus rester l’espace voulu par les seuls aménageurs publics. L’importance de la ville, son traitement, ses finitions, ses aspects, vont être fondamentaux. En effet, en réaction à une urbanisation galopante, la population qui détient un smartphone l’utilisera comme un instrument pour que cet univers d’asphalte, de tranches de verdures réservées aux tramways, de béton et de verre devienne moins rigide, se décore à son image, intègre l’individualisation pour réagir à ses propres critères. Ainsi, la ville résultera vraisemblablement pour partie des choix des mobilités des citoyens, de leurs goûts, de leurs besoins. Au-delà, nous pensons qu’il en découlera une ville annexée par une sorte de crowd-shaping, c’est-à-dire qu’il existera un façonnage des formes et des règles de gouvernance par les individus. Ils ont pour cela internet au bout des doigts avec des smartphones qui sont devenus des habits à part entière, portés toujours et partout.

22Or il semble que l’envie des gens est de participer à la vie municipale. De nombreux jeux sont d’ailleurs construits autour du souhait de gouvernance de la population. Philippe Gargov dans son article intitulé « jeux de ville, jeux de demain »11 en cite plusieurs. Nous retiendrons celui d’IBM qui propose le rôle d’urbaniste aux joueurs pour répondre aux » problèmes posés par une ville moderne ». Il s’agit du jeu intitulé « CityOne »12. On est tout de même frappés que tant de jeux se développent proposant de gérer l’eau, le développement écologique de la ville, permettant même aux joueurs de s’exprimer sur leur vision de la ville intelligente. C’est le cas dans le jeu des loups-garous de Thiercelieux où l’on vote pour le capitaine du village. Tout le monde peut se présenter. À l’instar de ce jeu il pourrait être décliné un crowdsourcing où il y aurait plusieurs jalons pour élire ou évincer le maire du lieu. C’est aussi le cas de Foursquare, ce médium social qui doit une grande partie de son succès au fait que les « participants les plus assidus à un endroit donné »13 sont récompensés. Ainsi les cafés Starbucks par exemple leur offrent une réduction. Et ces personnes sont appelées « Maires » ! En septembre 2012, Foursquare avait environ vingt-cinq millions d’utilisateurs dans le monde selon le site pulseo.com. Dans Foursquare, le Maire reçoit une couronne qui s’affiche sur l’écran de son smartphone, les badges virtuels se collectionnent. Nous reproduisons ci-dessous un extrait du site pullseo.com (voir note n°13) :

« La personne comptabilisant le plus de “check in” dans un lieu donné en devient le maire (Mayor). Le maire de ce lieu est un habitué et peut facilement en devenir un prescripteur. Il arrive souvent que des offres promotionnelles lui soient réservées. Exemple chez Starbucks : “le maire reçoit un Frappuccino pour 1 !”… (http://mikepointzero.com/​2010/​09/​21/​app-foursquare-les-tips-a-lhonneur). Les “Check-in” font gagner des badges virtuels qui viennent orner votre profil. C’est donc la course aux badges entre les amis.
Les badges se gagnent dans tout type de situation : “devenir le maire d’un lieu”, “réaliser un check-in sur un bateau”, “réaliser un check-in en même temps que 500 personnes”, “réaliser un check-in depuis 20 pizzerias”, etc. » (https://fr.foursquare.com)

23Sur le même principe que des jeux à succès, on peut aussi envisager ajouter des shérifs locaux pour aider à formaliser une réglementation. Des applications apparaîtraient suscitant de la réglementation à partir du citoyen. Ce serait bien sûr une évolution des principes de gouvernance très sensible.

Les nouveaux métiers informatiques de la ville intelligente

24Le devenir de l’industrie informatique dans un tel contexte est déjà largement enclenché. Tandis que les as des algorithmes prédictifs affûtent leurs prévisions et détections des tendances, la collecte des données de chacun s’organise. C’est l’ère du « Big Data ». Cette expression anglophone signifiant « données massives », c’est-à-dire toutes celles provenant des gens, de leurs SMS, de leurs jeux, de leurs commandes par commerce électronique, des capteurs (température, air, circulation, achats dans des boutiques physiques, etc.), des objets connectés aux smartphones (la balance précitée par exemple), des objets connectés à internet (les caméras de surveillance par exemple), sans que cette énumération soit exhaustive. Sur le plan technologique : ce n’est plus un problème.

25Même si les coûteuses architectures des réseaux doivent être refaites, l’informatique permet d’interroger, de stocker et de traiter toutes ces données en temps quasi réel… Les briques instrumentales sont déjà existantes et fournies par les métiers des logiciels qui ont des outils adéquats pour chercher, organiser et analyser ces données. Les grands acteurs habituels du secteur sont présents sur le podium, tandis que nombre de sociétés américaines et jeunes pousses se sont lancées il y a moins de cinq ans. Beaucoup de ces start-up font un tout nouveau métier : elles sont spécialisées dans l’utilisation des données. Elles vendent des services ajustés pour des métiers précis (marketing, immobilier, banque, assurance, etc.) ou encore créent des places de marché de jeux de données combinées et analysées. Ainsi, « Aux États-Unis, plusieurs sociétés se sont positionnées sur le créneau, comme Factual ou encore Infochimps. En Europe, les leaders s’appellent Scraper Wiki (Royaume-Uni) ou encore DataMarket (Islande). Toutes évoluent vers un système de vente sur-mesure. Certaines, comme DataMarket, se lancent sur des thématiques précises, en proposant des jeux de données spécialisés, sur l’énergie ou la santé par exemple.

26Le marché global pèse encore peu, sans doute quelques dizaines de millions de dollars. Mais les fonds levés par les start-up américaines révèlent la confiance des investisseurs dans le secteur : Factual a déjà levé plus de 50 millions de dollars, auprès des fonds d’investissement Index Ventures et Andreessen Horowitz »14. Le fait est que l’informatique a mis à la portée des entreprises des immensités de données, et que le mouvement embarque avec lui énormément de nouveaux spécialistes. On parle beaucoup des datascientists pour décrire tous les métiers de traitements et d’analyses des données.

27La conviction qui s’impose en outre à notre analyse est, s’il est besoin de le rappeler, que ce sont des concepteurs et développeurs informatiques multiplateformes dotés d’un sens ergonomique pointu, ayant des capacités hybrides tant sur des systèmes que sur des technologies, conscients des usages, inventeurs-nés qui vont prolonger leurs idées par des applications, des systèmes ou des API qui vont booster et être en mesure de rendre possible ce qui ne l’était pas hier. C’est plus que leur métier, c’est leur façon d’être. C’est tout simplement leur propre mode de fonctionnement mettant en perspective la vraie vie (pas la vie informatique uniquement) avec une dynamique perpétuelle. Ils sont par exemple vivement impliqués dans une forme de simplification de la domotique.

28On peut citer ce qu’ils ont présenté à LeWeb en décembre 2012. Parmi d’autres : la plateforme « SmartThings ». Tous les objets, appareils, terminaux de la maison y sont connectés15. Le changement d’échelle pour imaginer la même fonction pour la ville et non plus pour la maison est à leur portée. Les étudiants de l’Epitech ont, eux, présenté en novembre 2012 un jeu appelé RealCar. Il s’agit de piloter à distance des voitures miniatures réelles, par vidéo interposée, dans des décors réels avec obstacles, ponts, tunnels, etc.16. Ces programmeurs virtuoses, à la fois concepteurs et développeurs ont la capacité de construire des pans entiers de nos futures villes.

Conclusion

29Les évolutions technologiques et sociétales déroulées dans cet article induisent le développement d’une industrie basée sur le logiciel : sa créativité et ses progrès en ergonomie seront le terreau de notre lendemain. Pour que l’effet soit maximum, une condition sine qua non est que les API soient open, totalement publiées. Or de très nombreuses plateformes finissent par être propriétaires. L’exemple de Google subventionnant à près de 85 % la fondation Mozilla destinée à gérer le développement des logiciels libres donne les limites d’un futur basé sur du « tout open ». Dans ces conditions, l’alternance entre ouverture plus ou moins grande et fermeture – « non open » – est encore pour longtemps celle qui conduira le marché. Par ailleurs, il y a actuellement un espace-temps où les villes peuvent embarquer de nouveaux acteurs. Ceux du monde informatique que nous avons cités en particulier. Et ils sont extrêmement motivés.

30Technologiquement parlant, les progrès informatiques ont été considérables, au point qu’aujourd’hui toutes les données peuvent être interrogées en simultané et sont potentiellement disponibles pour chacun. En effet, au travers de nos cheminements nous avons montré que nombre d’éléments sont propices à de nouveaux acteurs informatiques ainsi qu’à de nouvelles coopérations entre les acteurs façonneurs des villes : architectes et urbanistes, et informaticiens créateurs.

31Plus particulièrement, les nouveaux façonnages des villes pourraient être impactés par :

  • Une nouvelle gouvernance entre maires et administrés,

  • Un hyper centrage sur les citadins plus ou moins citoyens,

  • De nouveaux concepteurs informatiques.

32La rencontre de ce triptyque de paradigmes autour du numérique peut redéfinir totalement l’espace urbain. Sera-t-il plus intelligent ou complètement déséquilibré ? Les citadins égoïstes et avides de pouvoir et de piaillements qui leur rapporteraient des gloires éphémères sont-ils les futurs animateurs de nos espaces ? Les réaménagements des villes sont « en berne » car elles sont face à des situations économiques désastreuses. Elles pourraient néanmoins se développer autour d’innovations, d’idées pratiques qui pourraient être révélées du fait même du peu de moyens actuels. Mais cet espoir Schumpetérien se réalisera-t-il ? Les murs des villes vont-ils être animés par les retransmissions culturelles des théâtres du monde entier ? Lorsqu’une émission de téléréalité en vogue sera projetée dans les rues sur les murs le citadin numérique, casque Hi-fi vissé sur la tête, sera-t-il accroché à son smartphone pour voter pour son interprète préféré ? L’humain sera-t-il plus heureux ? Va-t-on vers un mieux de l’espèce humaine ou vers une espèce urbaine vide de sens profond ? L’humain va-t-il rester comme auparavant, arriver à suivre, être laissé en suspension ? Ce futur sera-t-il entre Big Brother de Georges Orwell et ‘la città ideale’ attribuée à Luciano Laurana ?

33Les quelques dérisoires plantes vertes aux fenêtres et balcons de Luciano Laurana, perdues dans un ordonnancement minéral d’une symétrie quasi absolue, et surtout dont tout humain est absent, sont-ils une menace au-dessus de nous ?

Haut de page

Notes

1 « États-Unis : Les bornes digitales de Solohealth essaiment dans les hypermarchés », http://fr.ooh-tv.com/2013/03/11/etats-unis-les-bornes-digitales-de-solohealth-essaiment-dans-les-hypermarches, 11/03/13, dernière consultation : 11/09/14.

2 « La ville intelligente n’est plus de la science-fiction », Courrier International, 28/03/13, www.courrierinternational.com/article/2013/03/28/la-ville-intelligente-n-est-plus-de-la-science-fiction, dernière consultation : 11/09/14. Traduction de The Economist, « Mining the urban data », 21/11/12, www.economist.com/news/21566408-cities-will-become-smarter-different-ways-many-people-expected-mining-urban-data, dernière consultation : 11/09/14.

3 « Big Brother agrandit sa famille”, Johann Harscoët, Stratégies, 14/02/13, www.strategies.fr/etudes-tendances/tendances/205561W/big-brother-agrandit-sa-famille.html, dernière consultation : 11/09/14.

4 « Numérique nomade. Bientôt l’assistant personnel de mobilité ? », Cécile Nangeroni, Ville Rail et Transports, n° 547, 29/01/13.

5 « L’urbanisation menace les forêts protégées du Grand Moscou », Jeanne Cavelier, Novethic, 06/01/13, http://www.clubdd.fr/article/view?atyp=ext&aid=321925, dernière consultation : 11/09/14.

6 « Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises », Livre vert de la Commission européenne, 18.7.2001 COM(2001) 366 final.

7 « Merit goods/biens sous tutelle », mimeo, Fabrice Rochelandet pour France Télécom/Orange Labs & Carriers.

8 Voir le point 3.

9 « Les algorithmes prédictifs sont-ils un risque pour notre libre arbitre ? », Hubert Guillaud, 01/12/10, http://owni.fr/2010/12/01/les-algorithmes-predictifs-sont-ils-un-risque-pour-notre-libre-arbitre, dernière consultation : 11/09/14.

10 « Nos villes en 2050 », Hors-série Terra Eco, octobre-novembre 2012.

11 « Jeux de ville, jeux de demain », Philippe Gargov, 14/03/13, www.planete-plus-intelligente.lemonde.fr/villes/jeux-de-ville-jeux-de-demain_a-13-2397.html, dernière consultation : 11/09/14.

12 « CityOne : IBM prépare son clone de SimCity », http://www.jeuxvideo.fr/cityone-ibm-prepare-clone-simcity-actu-338720.html, dernière consultation : 11/09/14.

13 www.pullseo.com/a-quoi-sert-foursquare-1/, dernière consultation : 11/09/14.

14 www.lesechos.fr/08/11/2012/lesechos.fr/0202374255582_les-revendeurs-de-donnees-cherchent-encore-leur-modele-economique.htm, dernière consultation : 11/09/14.

15 www.Youtube.com/user/leweb, dernière consultation : 11/09/14.

16 www.dailymotion.com/video/xvdrdq_eip-2013-realcar_school#.UUPC7lhwaM8, dernière consultation : 11/09/14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Bailly et Christian Warocquier, « Quels acteurs façonneront nos villes ? Les anciens façonneurs des villes sont-ils remis en cause par le nouveau monde informatique ? », Terminal, 113-114 | 2013, 195-206.

Référence électronique

Pascale Bailly et Christian Warocquier, « Quels acteurs façonneront nos villes ? Les anciens façonneurs des villes sont-ils remis en cause par le nouveau monde informatique ? », Terminal [En ligne], 113-114 | 2013, mis en ligne le 25 décembre 2014, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/297 ; DOI : 10.4000/terminal.297

Haut de page

Auteurs

Pascale Bailly

Département Stratégie Anticipation Prospective / Direction Business d’Orange Labs Products & Services.

Christian Warocquier

Département ‘Sociology and Economics of Networks and Services’ / Direction Usage and Customer d’Orange Labs Products & Services.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals