Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Big Brother Awards : les surveillants surveillés

Jacques Vétois
Référence(s) :

Big Brother Awards : les surveillants surveillés, équipe des Big Brother Awards, Préface de Maurice Rajsfus, Editions La Découverte,, Zones, 2008

Texte intégral

1L’équipe des « Big Brother Awards »1 décerne chaque année ses prix « Orwell » aux ministres, élus locaux, hauts fonctionnaires, institutions, grands patrons qui se sont distingués par leur action pour le développement de la société de surveillance (fichage, vidéosurveillance, généralisation de la biométrie...). Cette action se décline dans dix-huit pays sur quatre continents depuis la première initiative en ce sens à Londres en 1998 prise par des fondateurs de l’association Privacy International. Elle a lieu plus ou moins régulièrement selon les pays.

2En France, chaque année depuis 2000, l’équipe des BBA et un certain nombre d’associations nominent les candidats dans différentes catégories (Etat/élus, localités, entreprises, Novlang) et un jury de personnalités détermine le trio de tête et décerne le prix Orwell au cours d’une cérémonie publique.

3En 2009, la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie a obtenu le prix « Orvell Etat » pour l’ensemble de son œuvre ; Bertrand Delanoë et Christophe Caresche de la mairie de Paris le prix « Orwell Localité » pour avoir succombé aux sirènes des entreprises de vidéosurveillance et la Mutualité française le prix « Orwell Entreprise » pour ses tentatives pour avoir accès aux données médicales détenues par la Sécurité sociale.

4À l’opposé, le prix Voltaire récompense et soutient des personnes et des associations qui se sont fait connaître par leurs prises de position en faveur des libertés. En 2009, ainsi, le collectif « Non à Edvige » a fait partie des lauréats du prix Voltaire. L’intérêt de ce premier rapport est de faire un bilan plus ou moins exhaustif de dix années de politique sécuritaire et d’attirer l’attention sur des faits et des acteurs (entreprises, associations) qui n’ont pas forcément fait la une des journaux et des télévisions. Il nous donne également un aperçu des politiques sécuritaires menées dans un certain nombre de pays où des prix Orwell sont également attribués.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « Big Brother Awards : les surveillants surveillés », Terminal [En ligne], 103-104 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3020

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals