Navigation – Plan du site

Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique : pratiques de mobilisation, changements socio-politiques et transformations identitaires

Appel à contributions
Emmanuelle Richez, Stéphanie Wojcik et Vincent Raynauld

Argument et problématique

La dernière décennie a été marquée par un investissement croissant, à l’échelle internationale, des médias socionumériques par des groupes minoritaires et/ou marginalisés dans les espaces politiques et médiatiques dominants à des fins d’information et de mobilisation publiques (Raynauld, Richez et al., 2018 ; Nemer, 2016). Ces groupes comprennent généralement des individus se trouvant dans des situations d’inégalités sociales ou politiques en raison de leur appartenance volontaire ou involontaire à des communautés ou constituant des réseaux et qui sont perçus de manière négative par la culture dominante (Coe, Bruce et al., 2017 ; Williams, 1998). De tels groupes utilisent ces médias afin de faire connaître ou avancer leur cause, recruter et mobiliser leurs alliés, gagner la faveur des publics et de l’agenda politico-médiatique ainsi que, dans certains cas, influencer directement les décisions politiques. Sur la scène internationale, des mouvements tels que #Occupy et #BringBackOurGirls, les multiples manifestations des mouvements issus du Printemps Arabe, ainsi que, sur un autre registre, certains autres groupes de type cyber-sectaire, tel le Falun Gong, constituent des exemples probants de cette tendance. On peut également penser à la mise en visibilité des luttes pour la reconnaissance des communautés autochtones au Canada qui utilisent le mot-clic #IdleNoMore, des populations afro-américaines avec #BlackLivesMatter, ou encore des femmes qui, dans plusieurs pays, investissent le web avec les mots-clics #MeToo ou #BalanceTonPorc.

Ainsi, divers groupes ou causes minoritaires et/ou marginalisés qui souffraient jusqu’alors de quasi-invisibilité dans des arènes médiatiques et politiques conventionnelles ont investi les médias socionumériques. De fait, ces derniers permettent de constituer des communautés et des réseaux d’intérêt de façon économique (Van Laer and Van Aelst, 2009 ; 2010) en offrant à des internautes ayant des buts et des idéaux similaires ou complémentaires, mais qui sont géographiquement dispersés, la possibilité d’interagir de façon simple et rapide (Castells, 2012 ; Haggart, 2013 ; Karpf, 2010 ; Uldam, 2013). Cette mobilisation de leurs supporters peut s’accompagner du développement et du renforcement d’une identité nouvelle basée sur des intérêts communs (Poell, Abdulla et al. 2016 ; Raynauld et al., 2017).

Ces initiatives de mobilisation, qu’elles relèvent de luttes politiques, sociales, identitaires, se caractérisent notamment par leur hybridité. Elles sont en effet animées par des réseaux d’activistes décentralisés et fragmentés se manifestant dans une multitude d’espaces physiques et une diversité de dispositifs de communication numériques (Granjon et al., 2017 ; Raynauld, Lalancette et al., 2016 ; Sedda 2015). Elles reposent ainsi sur une forme d’activisme qui, le plus souvent, ne respecte pas les formes de hiérarchie établies dans des organisations plus traditionnelles (Bennett, Segerberg et al., 2014 ; Richaud, 2017).

Finalement, les médias socionumériques peuvent offrir aux réseaux militants un plus grand contrôle sur la structure, le contenu et la circulation de leur message puisqu’ils se situent en périphérie de la zone d’influence des élites politiques et médiatiques établies (Uldam, 2013 ; Raynauld, Richez et al., 2018). Dans certains cas, ils permettent de réduire la menace de répression de la part des acteurs politiques dominants (Castells, 2012). Enfin, ces médias socionumériques peuvent parfois agir comme levier et exercer une pression sur les institutions plus traditionnelles, les conduisant à effectuer des changements politiques (Fenton, 2016).

Néanmoins, les mobilisations en ligne sont souvent soupçonnées de favoriser un engagement distant pouvant conduire leurs participants à délaisser des formes plus coûteuses — mais plus efficaces — d’actions collectives en face-à-face (Morozov, 2013) ou fondées sur des opérations directement destinées aux médias de masse. Dès lors, même si l’action collective sur Internet offre des avantages par rapport à celle menée dans la rue, la légitimité de cette forme d’action comme ses effets politiques concrets demeurent sujets à controverses (Halupka, 2014). En outre, étudier ce type de mobilisation représente un défi méthodologique particulier. Puisque les groupes se mobilisent en ligne et hors ligne simultanément, il est souvent difficile d’isoler les effets précis de leurs différentes actions. Parallèlement, il faut noter que les études s’intéressent massivement au réseau social Twitter au détriment d’autres plateformes du web qui peuvent également constituer des lieux d’élaboration et de coordination des contestations.

Axes

Ce numéro thématique propose une analyse examinant trois axes des pratiques numériques de communication et d’engagement politique animant différents mouvements, qu’elles aient un objectif économique, identitaire ou social. Les coordinateur(trice)s de ce numéro thématique souhaitent mettre en lumière comment les groupes minoritaires et/ou marginalisés prennent avantage des médias socionumériques et si leurs usages diffèrent de ceux qu’en font les groupes majoritaires.

Les effets internes de la contestation en ligne

Ce numéro thématique se penche tout d’abord sur la structure et la manifestation des initiatives de contestation en ligne. De manière plus spécifique, il examine la manière avec laquelle les membres des groupes minoritaires et/ou marginalisés utilisent les médias socionumériques afin de faire circuler l’information politique de manière rapide et multidirectionnelle (souvent en réaction à des développements sur la scène politique), de mettre en branle et coordonner des actions politiques ayant un impact ciblé ou plus large. Plusieurs aspects peuvent être affectés par cette dynamique, dont la connaissance des enjeux civiques ou politiques des membres du public, le degré de mobilisation politique, ainsi que l’appartenance ou reconnaissance identitaire. Bien que plusieurs facettes de cet axe aient fait l’objet d’études au cours des cinq dernières années (e.g. Granjon et al., 2017 ; Raynauld, Lalancette et al., 2016 ; Raynauld, Richez et al., 2018), des travaux complémentaires pourraient être bénéfiques puisque la communication et l’engagement politique numérique sont des domaines d’activité en constante évolution.

Impact des mouvements de contestation en ligne sur les élites sociales et politiques

En second lieu, ce numéro thématique s’intéresse aux effets des mouvements de contestation en ligne sur les dynamiques politiques formelles comme les débats publics, les processus de formulation de politiques ainsi que les autres pratiques de participation conventionnelle. Les actions fondées sur les plateformes socionumériques peuvent-elles avoir un impact sur les capacités des mouvements politiques de se faire entendre par les élites sociales et politiques ainsi que d’influencer leurs prises de positions et leur processus décisionnel ?

Contrairement au premier axe, très peu d’études ont été menées sur ce sujet au cours des dernières années si on excepte l’étude de Freelon, McIlwain et Clark (2018) qui proposent une évaluation quantitative de l’influence politique des initiatives de contestation en ligne ayant une présence forte sur les médias socionumériques, ou celle de McDonald, Nardi et Tomlinson (2017) qui porte sur la réception par les politiciens des messages en ligne provenant de citoyen(ne)s américain(e)s

Limites et problèmes liés à la contestation en ligne

Finalement, le numéro thématique jette un regard critique sur les limites et les problèmes potentiels des dynamiques de contestation en ligne pour les groupes minoritaires et/ou marginalisés. Classiquement, certaines personnes ne possèdent pas le savoir ou les aptitudes techniques nécessaires pour les utiliser de manière efficace ou ne bénéficient pas des outils techniques nécessaires ou d’un accès à Internet adéquat (Min, 2010). Dès lors, se mobiliser en ligne, a fortiori si on fait partie d’un groupe marginalisé, requiert-il des compétences spécifiques ? En quoi de telles actions diffèrent-elles de celles déployées lors d’actions collectives plus traditionnelles ? Participer en ligne conduit-il vraiment à délaisser des modes d’action plus traditionnels ?

Les coordinateur(trice)s de ce numéro spécial sont intéressé(e)s à analyser comment ces limites se concrétisent et si l’on peut chercher à les dépasser. Il est à noter que l’étude de l’utilisation des médias socionumériques à des fins d’engagement politique et civique et ses effets sur les processus politiques font également face à des défis méthodologiques, tel que démontré dans les travaux de Gonzales-Quijano (2012) ainsi que dans un numéro de Réseaux portant sur le « Militantisme en réseau » (2013).

L’équipe d’éditeur(trice)s qui sont basés dans ses institutions universitaires au Canada, en France, ainsi qu’aux États-Unis est à la recherche de chercheur(e)s souhaitant contribuer un texte s’inscrivant dans les axes d’étude susmentionnés. Les études portant sur la mobilisation en ligne, plus particulièrement sur des médias socionumériques (ex. : Facebook, YouTube, Instagram) sont d’un intérêt particulier dans le cadre de ce numéro spécial. En effet, peu de travaux ont été effectués sur ce domaine de recherche jusqu’à présent. Nous sommes également intéressé(e)s par des contributions comportant un terrain d’observation, tel des entrevues ou une ethnographie participante. Enfin, nous recherchons des études comparatives permettant l’identification et l’analyse des différences et des similitudes entre les différents mouvements de contestation en ligne.

Calendrier de réalisation

  • Diffusion de l’appel à contributions : 3 Octobre 2018

  • Envoi des propositions d’articles (2 pages maximum)  : 15 Janvier 2019

  • Réponse d’acceptation ou de rejet des propositions : 14 Février 2019

  • Envoi des articles complets pour évaluation : 30 Mai 2019

  • Envoi des commentaires des évaluateurs : 15 Juillet 2019

  • Envoi des articles finaux corrigés : 1 Octobre 2019

  • Publication des articles en ligne : Novembre/Décembre 2019

Format des articles

  • Format article : articles de 30.000 à 40.000 caractères (comité de lecture en double aveugle) ; voir les Consignes aux auteurs.

  • Format note de recherche ou de synthèse : revue de littérature.

  • Format témoignages d’acteurs : entretiens « thématisés ».

Les textes doivent être envoyés aux coordonnateurs de la thématique de ce numéro Emmanuelle Richez, Stéphanie Wojcik, et Vincent Raynauld, ainsi qu’à la revue Terminal (redaction@revue-terminal.org).

Présentation des responsables du dossier

Emmanuelle Richez

University of Windsor, Ontario, Canada, N9B 3P4
Website :
http://www1.uwindsor.ca/polsci/dr-emmanuelle-richez
Twitter :
@emmarichez
Mél :
emmanuelle.richez@uwindsor.ca

Stéphanie Wojcik

Département de communication politique et publique, Université Paris Est Créteil,
Website : http://www.reseaudel.fr
Twitter : @stephaniewojcik
Mél : stephanie.wojcik@u-pec.fr

Vincent Raynauld

Communication Studies, Emerson College, Département de lettres et communication sociale, UQTR
Website : https://emerson.academia.edu/VincentRaynauld
Twitter : @VincentR
Mél : vincent_raynauld@emerson.edu

Bibliographie

Bennett, W. L., Segerberg, A., & Walker, S. (2014). Organization in the crowd : peer production in large-scale networked protests. Information, Communication & Society, 17(2), 232-260.

Ces réseaux numériques dits sociaux. (2011). Hermès, 59(1).

Castells, M. (2012). Networks of Outrage and Hope. Cambridge, MA : Polity Press.

Coe, K., Bruce, R. J., & Ratcliff, C. L. (2017). Presidential communication about marginalized groups : Applying a new analytic framework in the context of the LGBT community. Journal of Communication, 67(6), 851-873.

Fenton, N. (2016). Left out? Digital media, radical politics and social change. Information, Communication & Society, 19(3), 346-361.

Freelon, D., McIlwain, C., & Clark, M. (2018). Quantifying the power and consequences of social media protest. New Media & Society 20(3), 990-1011.

Gonzalez-Quijano, Y. (2012). Arabités numériques : Le printemps du Web arabe. Arles : Actes Sud-Sindbad.

Granjon, F., avec la collaboration de Papa, V, & Tuncel, G. (2017). Mobilisations numériques : Politiques du conflit et technologies médiatiques. Paris : Presses des Mines.

Haggart, B. (2013). Fair copyright for Canada : Lessons for online social movements from the first Canadian Facebook uprising. Revue canadienne de science politique, 46(4), 841-861.

Halupka, M. (2014). Clicktivism. A systematic heuristic. Policy & Internet, 6, 115-132.

Karpf, D. (2010). Online political mobilization from the advocacy group’s perspective : Looking beyond clicktivism. Policy & Internet, 2(4), 7-41.

McDonald, S., Nardi, B., & Tomlinson, B. (2017, June). Political realities of digital communication : The limits of value from digital messages to members of the US congress. Dans Proceedings of the 2017 Workshop on Computing Within Limits, pp. 129-138. ACM.

Militantisme en réseau. (2013). Réseaux, 181(5).

Min, S.J. (2010). From the digital divide to the democratic divide : Internet skills, political interest, and the second-level digital divide in political internet use. Journal of Information Technology & Politics, 7(1), 22-35.

Montesanti, S. R., Abelson, J., Lavis, J. N., & Dunn, J. R. (2016). Enabling the participation of marginalized populations : case studies from a health service organization in Ontario, Canada. Health Promotion International, 32(4), 636-649.

Morozov, E. (2013). To save everything, click here: The folly of technological solutionism. New York, NY : Public Affairs.

Nemer, D. (2016). Rethinking social change : The promises of Web 2.0 for the marginalized. First Monday, 21(6).

Poell, T., Abdulla, R., Rieder, B., Woltering, R., & Zack, L. (2016). Protest leadership in the age of social media. Information, Communication & Society, 19(7), 994-1014.

Raynauld, V., Lalancette, M., & Tourigny-Koné, S. (2016). Political protest 2.0 : Social media and the 2012 student strike in the province of Quebec, Canada. French Politics, 14(1), 1-29.

Raynauld, V., Richez, E., & Boudreau Morris, K. (2018). Canada is #IdleNoMore: exploring dynamics of Indigenous political and civic protest in the Twitterverse. Information, Communication & Society, 21(4), 626-642.

Richaud, C. (2017). Les réseaux sociaux : nouveaux espaces de contestation et de reconstruction de la politique ? Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel, 4, 29-44.

Sedda, P. (2015). L’internet contestataire. Comme pratique d’émancipation. Les Cahiers du numérique, 11(4), 25-52.

Uldam, J. (2013). Activism and the online mediation opportunity structure : Attempts to impact global climate change policies ? Policy & Internet, 5(1), 56-75.

Van Laer, J. & Van Aelst, P. (2009). Cyber-Protest and Civil Society : The Internet and Action Repertoires of Social Movements. Dans : Y. Jewkes and M. Yar (eds.), Handbook on Internet Crime. London : Willan Publishing, pp. 230-254.

Van Laer, J. & Van Aelst, P. (2010). Internet and social movement action repertoires : Opportunities and limitations. Information, Communication & Society, 13(8), 1146-1171.

Williams, M. S. (1998). Voice, trust, and memory : Marginalized groups and the failings of liberal representation. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals