Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123Haine et violence numériqueLes cyberviolences genrées, sexis...

Haine et violence numérique

Les cyberviolences genrées, sexistes et sexuelles chez les jeunes

Du constat d’une persistance à l’émergence de formes de résilience.
Pape Momar Niang et Rasha Nagem

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Mais ce qui est paradoxal la question du genre est peu abordée et notamment pour dénoncer que ce (...)

1S’intéresser aux cyberviolences sexistes constitue une intrusion dans un sujet relativement encore embryonnaire dans ses théorisations. Cela est dû largement à une dimension temporelle spécifique au cyberespace qui confine les phénomènes qui s’y produisent à une durée d’existence potentiellement limitée qui leur confère un caractère fuyant. En effet, pour saisir un fait social du net, il est nécessaire d’être très réactif en agissant sur le moment avant qu’il ne mute vers d’autres formes ; ou ne disparaisse tout simplement. Néanmoins on peut affirmer que le caractère biologique et intemporel du sexe atténue cette contrainte dès lors qu’on s’intéresse aux dimensions sexuées des phénomènes sociaux du cyberespace. La multiplication quotidienne des formes de relations sexuées sur internet produit ici, au contraire, une multitude de données presque impossible à toutes être analysées. Ce déséquilibre quantitatif entre matériau et théorie constitue cependant une vraie opportunité tant le champ à explorer reste vaste. Il a été jugé par exemple opportun de saisir ces dimensions sexuées des interactions dans le cyberespace à partir de leur gestation, c’est-à-dire à l’adolescence qui constitue l’âge légal et biologique de la vie sexuelle mais aussi celui des débuts de l’ethos internaute. Les récentes révolutions féministes par le numérique ont permis de mettre sur le devant de la scène médiatique une de ces dimensions sexuées en l’occurrence les cyberviolences sexistes. Notre constat est que malgré les nombreuses campagnes de prévention et la judiciarisation du problème, le risque persiste encore, et le phénomène est toujours virulent. Si les recherches ont abondé dans le sens des violences et de la sexualité, « (…) et notamment pour dénoncer que ce sont presque toujours des filles qui sont victimes de ces violences. »1, elles n’abordent pas assez la problématique du genre. Ce déficit analytique est implicitement lié à la séparation aujourd’hui fallacieuse entre le réel et le virtuel, comme si le cybersexisme constituait une entité virtuelle séparée du réel donc du sexisme. D’où l’intérêt d’articuler une réflexion autour de la relation entre le genre et les cyberviolences sexistes et sexuelles : en l’occurrence, il s’agit de démontrer comment les stéréotypes de genre infusés culturellement par la socialisation, aux enfants (Oakley, 1972 : 135) le sont aussi sur le net. Ceci surtout depuis l’avènement des digital natives qui a consacré la fin de l’utopie dualiste (Internet est virtuel alors que le monde physique est réel) au profit du « monisme » de l’ère numérique (Internet est réel) (Vial, 2016 :8) depuis une décennie maintenant (Basier, 2014 : 54).

2Cette posture ne doit pas nous faire tomber non plus dans un autre piège qui serait de considérer que les faits dans le cyberespace ne doivent être appréhendés que sous le prisme d’un prolongement des phénomènes traditionnels et qu’il suffisait juste de rajouter le préfixe « cyber » pour marquer la spécificité de leur dimension spatio-temporelle et continuer à les traiter comme des phénomènes traditionnels. Par exemple, les cyberviolences en général sont largement différents des phénomènes de violence et d’harcèlement traditionnels (Sun, Fan, Du 2016 : 62).

Cybersexisme, cyberharcèlement et cyberviolences sexistes : des réalités empiriques à part entière.

  • 2 « (…) Dans les synthèmes français où le monème cyber indique qu’un lieu, une chose, une personne... (...)
  • 3 Rappelons notre posture tranchée qui considère que le dualisme virtuel-réel est dépassé.

3 La conceptualisation de phénomènes sociaux liés au net s’explique en grande partie par la difficulté de représentation abstraite linguistique de phénomènes relativement récents que l’on retranscrit par des néologismes. Le préfixe « Cyber » désigne une chose qui existe sur internet et que l’on connait déjà dans le monde dit « réel » (Rause, Rachele 2001 : 77) 2. Le sexisme, le harcèlement et la violence sont des réalités empiriques qui dès lors qu’elles se sont retrouvées sur internet, ont été beaucoup perçues comme des prolongements de ce qui se passait dans le « réel ». Alors qu’aujourd’hui il est évident qu’aussi bien le cybersexisme, le cyberharcèlement et les cyberviolences sexistes prennent de plus en plus forme dans le net avant d’avoir des répercussions ou des prolongements dans la vie qualifiée de « réelle »3 . Paradoxalement, le monème « Cyber » possède ici un pouvoir de renversement de l’ordre chronologique phénoménologique des choses qu’il convient de ne pas négliger.

4Le cyberespace n’est pas un espace géographique contrairement à l’espace concret physique, mais constitue une représentation de territoire (Douzet, 2014 : 141). Néanmoins, les deux espaces n’échappent pas au social : les socialités qui s’y déroulent pouvant s’entremêler et se coconstruire systémiquement. Les interactions qui découlent du système de genre n’échappent pas à cette règle (Parini, 2006 ) .

5Les cyberphénomènes sociaux ne doivent donc pas être réduits à des phénomènes dérivés de leurs équivalents traditionnels. Ce sont des faits sociaux à part entière qui méritent d’être appréhendés bien au-delà du prisme des phénomènes ordinaires, mais (et) tout en respectant les liens étroits qu’ils entretiennent entre eux. En effet, respecter leur statut social ne signifie pas la non prise en compte dans leurs définitions, des réalités dans la vraie vie avec lesquelles ils se coconstruisent et qui permettent de les rendre visibles.

Des définitions holistiques

  • 4 « Cybersexisme : une étude sociologique dans des établissements scolaires franciliens », Observatoi (...)

6Selon la définition du centre Hubert Auclert, le cybersexisme est un ensemble de « faits qui font violence, se déploient à travers le cyberespace, contaminent l’espace présentiel ou réciproquement et qui visent à réitérer les normes de genre ciblant distinctement garçons et filles ; bref, à mettre ou à remettre chacune et chacun à la « place » qui lui est assignée dans le système de genre. »4. Cette définition a le mérite de prendre en compte la réalité culturelle des stéréotypes de genre, donc de considérer sexisme et cybersexisme comme une seule entité analytique. Le cybersexisme prend racine dans le sexisme et vice versa.

7Il en est de même pour le cyberharcèlement et les cyberviolences car il est reconnu qu’il existe un lien étroit entre les violences traditionnelles en milieu scolaire par exemple et les cyberviolences, qui sont une sorte de « prolongement de la violence en milieu scolaire » par internet qui ouvre « de nouvelles perspectives aux agresseurs » (Benbenishty, Nir, 2015 : 27). D’ailleurs, selon Catherine Blaya, il a été démontré dans des enquêtes que les cyberviolences diminuaient pendant les vacances scolaires (Blaya, 2011 : 55-56). Cela signifie bien évidement que les deux formes de harcèlement ne peuvent être saisies qu’ensemble. Mais, au-delà, qu’un harcèlement peut débuter sur le net et continuer sous des formes traditionnelles tout en persistant ou disparaissant du net ; de la même manière qu’il peut commencer dans la vie « réelle » et se poursuivre dans le cyberespace. En ce sens il est plus envisageable d’appréhender la cyberviolence juvénile dans une perspective holiste plutôt que réductionniste.

Méthodologie

  • 5 « (…) Il sera plus difficile d’aborder en groupe mixte ces questions de sexualité, de nudité. Il y (...)

8Il s’agit d’une étude menée à Toulouse début 2018 autour de deux focus group non mixtes de 6 garçons âgés de 16 à 18 ans et de 6 filles âgées de 15 à 16ans. Le choix de la non-mixité des groupes s’explique par la volonté de libérer et décomplexer des paroles autour de sujets tabous sexuels 5. Les séances ont duré 3 h chacune. 6 entretiens ont également été effectués avec des experts des questions de l’éducation et du numérique.

  • Comment le cyberespace constitue-t-il encore un substrat reproducteur et producteur des stéréotypes de genre de sorte à favoriser la cyberviolence sexiste chez les jeunes ?

  • Quelles sont les représentations et manifestations de la cyberviolence sexiste et sexuelle chez les garçons et les filles ?

  • Quelles sont les stratégies de défense des victimes qui mènent à une résilience du phénomène ?

  • Qu’en est-il des actions de la sphère institutionnelle ?

Le cyberespace : substrat reproducteur et producteur de stéréotypes de genre

Le cyberespace comme espace de reproduction/prolongement du sexisme des médias classiques 

9Bien avant internet, la problématique des violences sexuelles et sexistes existait déjà. Par exemple, c’est à la télévision que beaucoup d’adolescents français reconnaissent d’abord avoir vu « des contenus explicites à caractère sexuel » (16 %) ; c’est par la suite qu’ils sont 29 % (Contre 23 % pour la moyenne européenne) à déclarer avoir « vu des images à caractère sexuel en ligne » (Blaya, Alava, 2012 : 34). Les médias sociaux créent une pression à la fois pour les filles et les garçons, mais de différentes façons. L’internet renforce les stéréotypes de genre, les normes de beauté arbitraires et met alors beaucoup de pression sur les jeunes femmes qui se voient imposer une exigence d’idéal d’apparence physique. Elles sont d’ailleurs beaucoup plus insatisfaites de leur corps que les hommes du même âge. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, parmi les 15 ans, près d’une jeune femme sur deux pense qu’elle est trop grosse comparée à un homme sur quatre.

10Les jeunes femmes sont censées respecter les normes de beauté traditionnelles, avoir des relations amoureuses et une vie sociale intense, mais seront jugées négativement si elles franchissent la ligne en se surexposant. En conséquence, elles censurent leurs profils en ligne et si elles le font, sont harcelées et victimes d’attaques cyber violentes. Ce dictat de l’apparence et des modèles stéréotypés existe aussi pour les jeunes hommes qui ne se conforment pas à l’idéal de masculinité dépeinte en ligne et qui sont eux aussi victimes s’il font face à la pression du modèle dominant.

11La numérisation façonne également les relations sexuelles surtout dans les réseaux sociaux où la jeunesse des deux sexes interagit. Pour certaines jeunes femmes et hommes, l’envoi de messages et de contenus à caractère sexuel est une forme de communication sociale mais pour d’autres c’est une violence ou une exigence malsaine. Chez les jeunes filles il y a un double effet pervers car on exige d’elles qu’elles soient belles, « sexy » et conformes au modèle dominant, mais si elles expriment leurs choix elles sont critiquées, injuriées et harcelées. En revanche les jeunes hommes sont beaucoup plus confiants dans l’expression de leurs propres besoins sexuels et de leurs désirs. Les règles du jeu sont différentes pour les jeunes hommes, qui sont admirés pour leurs exploits même fictifs.

Production de stéréotypes genrés dans le cyberespace : internet est un terreau favorable

12Les formes de mise en scène juvéniles dans le net doivent être validées par les pairs pour renforcer le « sentiment d’affiliation » (Metton, 2004 : 71). C’est le paradoxe du retour, au cœur d’un artéfact moderne, d’un symbolisme du don caractéristique de certaines sociétés traditionnelles où la valeur sentimentale supplée la valeur marchande et dans lequel « l’invitation doit être faite et elle doit être acceptée » (Mauss, 2007 : 220). En est témoin, la pratique des « “like” (“j’aime”) que les jeunes collectionnent pour apporter la preuve de leur prestige social et pour lesquels ils-elles sont prêt-e-s à faire des échanges de dons mettant à l’épreuve la solidarité du groupe sous une forme de réciprocité » (Couchot-Schiex, 2017 :160).

13De même, la possibilité de partager des photos, vidéos ou écrits constitue un terreau favorable de l’ « altérité virale » (Gozlan, 2018 : 169) où la diffusion échappe à l’émetteur et où le récepteur devient cet autre qui peut être totalement anonyme et invisible : « En un clic, la diffusion de rumeurs ou d’images humiliantes peut être extrêmement rapide, vers un grand nombre d’individus, avec un effet « boule de neige » difficilement contrôlable. » (Galbaud, 2016 : 23). « La plupart du temps, les messages ne circulent pas selon un strict mécanisme de réplication, contrairement à ce que la métaphore virale laisse entendre : ils sont retravaillés, remixés, distordus voire détournés » (Beauvisage, Beuscart , Couronné , Mellet, 2011 : 163 ) . Le diffuseur premier perd totalement le contrôle sur le contenu.

14Ces éléments font que l’internet est le substrat idéal permettant aussi les transgressions juvéniles et donc le sexisme.

« Mise en en scène de soi » : représentations numériques genrés

15Exister dans le cyberespace implique une « mise en scène de soi » (Goffman, 1973) qui devient une invention de soi dans un contexte où l’individu devient « producteur – diffuseur de ses propres représentations » (Kaufmann, 2004). Chez les jeunes internautes, « la dynamique commune qui prévaut est celle de l’augmentation du capital social par la recherche d’un statut supérieur assurant une meilleure visibilité, une plus grande popularité, davantage de prestige dans le cercle des pairs » (Balleys, Coll., 2015 : 6) ; une « socialité stratégique » qui prend place dans le système de genre (Couchot-Schiex, 2017 : 157). Finalement  : « Les jeunes derrière un discours très libéral sont de plus en plus ancrés dans des pratiques stéréotypés et machistes » (Animateur de la ligue de l’enseignement et responsable des promeneurs du Net.). Là où les filles aussi derrière un discours féministe s’enferment dans des postures qui renforcent les stéréotypes de la domination masculine et se retrouvent dominées « par leur domination » pour reprendre Bourdieu qui cite une formule de Marx (Bourdieu, 1998 : 59). Ces représentations genrées débouchent sur un cloisonnement sexiste aussi bien du côté des garçons que des filles : « Les débats garçons-filles existent peu et on retrouve un stéréotype de communication où les filles parlent entre filles et les garçons parlent aux garçons. Au sein des espaces où cela est possible alors , on a beaucoup de risques de violences ou de propos sexistes. » (Animateur de la ligue de l’enseignement et responsable des promeneurs du Net).

16Du fait de ce déficit de communication et d’ouverture dans la mixité, le cyberespace devient un lieu où les échanges entre garçons et filles ouvrent plus facilement la voie aux violences sexistes et sexuelles.

Représentations et manifestations de la cyberviolence sexiste et sexuelle chez les adolescents

Des filles entre fragilité, valorisation de soi et peur de la stigmatisation

  • 6 Les noms ont été changés.

17Les filles sont extrêmement sensibles à l’image qu’elles peuvent renvoyer d’elles et prennent soin de la peaufiner afin d’éviter le stigmate de fille facile : « Je change les photos de mon profil en fonction de ce que je veux montrer. Mais j’aime donner une bonne image de moi en ligne parce que les gens peuvent vous juger facilement, c’est pourquoi je prends soin de moi en ligne. » Marie 15 ans6. Cet état d’esprit les rendrait plus fragiles : « C’est la génération narcissique et la génération selfie. En conséquence, les jeunes filles sont plus exposées sur le net et plus vulnérables. » (Éducatrice). Mais paradoxalement, lors des focus groupes on sent chez les jeunes filles, malgré cette fragilité, un diagnostic extrêmement conscient de cette sur-représentation positive numérisée de soi : « J’essaie d’être moi-même mais quand il s’agit de mes photos, j’ai toujours choisi les bonnes. J’essaie d’être spontanée. Je ne vois pas de grande différence entre mon profil en ligne et mon mode hors connexion, si ce n’est le fait que je ne publie que de belles photos de moi et que je ne donne qu’une image positive de moi. Dans la vie virtuelle, nous avons le choix de montrer ce que nous voulons » ( Louise 15 ans) .

  • 7 « “Chercheuse (CH)  : Est-ce que c’est imaginable qu’un garçon prenne une photo un peu comme ça [ré (...)

18Les six témoignages de filles vont exactement dans le même sens. Elles s’efforcent de donner une bonne image d’elles par l’apparence physique, sans susciter la critique voire l’insulte qui peuvent aussi bien provenir des garçons que de filles. D’autant plus que les cyberviolences sexistes peuvent arriver comme un prolongement de ce qui se passe dans la vraie vie avec les règlements de compte : « Ça ne m’est pas arrivé personnellement, mais j’ai une amie qui sort avec un garçon plus jeune qu’elle. Elle a reçu des messages tels que « tu es une couguar », « tu es une chienne » …. Et elle a dû fermer son compte à cause de ces paroles blessantes. » (Marie 15 ans). Un garçon qui sort avec une fille plus jeune ne se ferait pas insulter de la même manière. Il en est de même pour les violences liées à l’exposition du corps comme en attestent les résultats d’une enquête antérieure (Couchot- Shiex 2017 : 162) 7.

  • 8 Application de jeunes

19Du fait de l’impunité liée à la dimension de l’anonymat, les filles sont aussi beaucoup plus exposées aux remarques sur leur physique et aux violences verbales : « J’ai eu cette mauvaise expérience sur   Sarahah8  aussi. J’ai reçu des messages comme « pour qui tu te prends ».   « Ta photo de profil est moche » … J’ai supprimé l’application. Je pense qu’être anonyme en ligne donne aux gens le droit de dire ce qu’ils veulent car personne ne peut les identifier. Ils peuvent être des étrangers pour vous ou des amis cachés… Vous ne savez jamais qui est cette personne. ? » (Farida 16 ans). En général, ce type d’harcèlement apparemment fréquent n’est possible que sur des réseaux ouverts aux inconnus. Ce qui incite d’ailleurs les filles à se replier dans des réseaux protégés : « J’ai eu très peu de mauvaises expériences. Comme des insultes envers mon physique. Mais en général, ces personnes sont anonymes ou ont de fausses identités en ligne. C’est pourquoi je préfère avoir des groupes privés pour ne pas être harcelée par les étrangers. » (Clara 15 ans).

Du « boom » de la cyberpornographie a l’hyper-sollicitation sexuelle des filles 

20En reproduisant la violence symbolique des désirs et fantasmes masculins , la cyberpornographie favorise largement les attitudes de prédation des jeunes hommes en quête d’affirmation de leurs identités sexuées et sexuelles : « Le deuxième point est l’influence néfaste de la pornographie sur les comportements des jeunes et donc les influences de ces pratiques valorisées sur Internet et qui entrainent des cyberviolences » « Sans y prendre garde le Net est devenu un espace normatif où la différence a peu de place. Les attaques sexistes, homophobes xénophobes ou discriminatoires sont en augmentation mais surtout nous devons lutter contre le caractère normatif du Net en matière de relation humaine, de relation entre genres et dans le domaine sexuel, qui s’appuyant sur la pornographie angoisse les jeunes garçons en matière de bandaison et les filles en leur imposant des pratiques sexuelles extrêmes ou d’adultes (sodomie, sadomasochisme). Ces pratiques agressives vont avoir d’abord un effet négatif en matière psychologique (victimisation et mésestime de soi) puis ellesd deviennent des vecteurs de passage à l’acte dans les agressions car 50 % des agresseurs sur le net sont des personnes agressées. Il est donc très important dès les premières agressions d’être là pour faire une médiation et permettre aux jeunes de se savoir agressés et donc de réagir. » (Entretien Professeur Sciences de l’éducation). Cette complicité entre pornographie et domination masculine qui n’est plus à prouver, trouve un second souffle dans un « (…) contexte médiatique marqué par l’hyper sexualisation (…) » (Nadeau, 2017 : 1). Elle témoigne de représentations asymétriques de la séduction chez les garçons et filles : « Certains garçons pensent que le sextage est un moyen de séduction. Ils veulent jouer le rôle du « mauvais garçon » pour attirer les filles. » (Louise, 15 ans). Le constat est que l’hypersexualisation est une norme chez des garçons en quête de virilité, là où chez les filles elle relèverait plutôt d’une transgression punie par le harcèlement et l’acquisition d’une mauvaise réputation .

Une attitude plus décomplexée et assumée des garçons qui cache une victimisation plus honteuse

21Un premier résultat des focus group montre que les garçons semblent souvent être sujets à des cyberviolences entre eux, fait qui s’estompe souvent avec la fin de l’adolescence : « Oui, quand j’étais plus jeune, j’avais des commentaires violents. J’avais l’habitude de répondre et de critiquer les autres quand ils n’aimaient pas mes commentaires. Mais maintenant, c’est différent. Je contrôle plus mes messages et mes comptes. Je discute plutôt que d’être offensant. » (Laurent, 16 ans). Contrairement aux filles (discussions intimes), les discussions tournent souvent autour de sujets sportifs artistiques et ludiques, ou politiques : « Oui bien sûr. Quand j’étais plus jeune aussi, j’étais offensant quand on parlait de football en ligne. Je me moquais des autres et parfois insultais leurs équipes… Comme Laurent et Yannick, c’est différent maintenant. Nous sommes plus responsables de ce que nous disons ou faisons-en ligne. » (Ibrahim, 17 ans). Cette familiarité avec les cyberviolences entre pairs fait aussi que les garçons sont plus destinés à être des cyberharceleurs que les filles. Néanmoins, la vulnérabilité transcende aussi bien l’harceleur que l’harcelé : Chez « (…) les adolescents impliqués dans du cyberharcèlement, victimes ou auteurs, le risque de consommer des substances, d’être impliqués dans des agressions ou de la délinquance, de connaître des problèmes psychologiques et même des problèmes physiques (céphalées, troubles du sommeil, problèmes de peau) est plus élevé. » (Beaud, Pillonel, Clement, 2017 : 5). Les trois figures (harceleur, harcelé, harceleur et harcelé) se confondent plus souvent qu’on ne pense et sont victimes de symptômes tels que des « difficultés dans le cadre familial » ou « avoir des comportements délinquants et parfois des conduites addictives », d’où la pertinence de s’intéresser de plus près aux « caractéristiques des victimes mais aussi à celles des agresseurs ou des individus ayant double statut, soit les victimes-agresseurs » (Blaya 2011 : 58).

22De même, le relation victime bourreau transcende le genre. En effet, beaucoup de garçons sont victimes de cyberharcèlement sexuel mais éprouvent plus de honte à en faire part. Deux fois plus de femmes font l’objet de sollicitations sexuelles non désirées ; de ce fait, les hommes sollicités sexuellement ont des tendances fortes à la dépression car ils sont moins conditionnés à gérer ces situations et « il est possible que certaines victimes de sexe masculin se considèrent comme étant choisies pour quelque chose qui « devrait » être dirigé vers les femmes » (Ybarra, Leaf, Diener-West, 2004 : 7) (Traduit de l’anglais). Ces sollicitations peuvent provenir de filles :« Une fois, j’étais sur un site de rencontre et après une semaine, la fille m’a demandé de lui montrer mon organe sexuel et j’ai dit que c’était trop tôt, mais elle a insisté et j’ai arrêté de bavarder avec elle parce que je ne me sentais pas bien si elle insistait. Ceci alors que nous ne sommes qu’au début de la relation. » (Laurent, 16 ans). Elles peuvent aussi constituer une sorte de rite initiatique de la virilité masculine dans un groupe de pairs : « Je connais des garçons qui ont ressenti la pression de leurs pairs d’envoyer une photo de leurs organes sexuels. Ils l’ont fait uniquement pour prouver à leurs amis qu’ils sont capables de le faire. » (Ibrahim, 17 ans). Elles peuvent le plus souvent provenir d’autres hommes ou garçons homosexuels.

La problématique immergée des minorités sexuelles

23L’internet offre « un espace d’exploration où les adolescents homosexuels peuvent déployer leurs questionnements et obtenir, de la part de différentes sources, la validation nécessaire au développement d’une identité sexuelle assumée » (Nadeau, 2017 : 4-5). Dans une enquête auprés de Dans une enquête menée auprès de 63 hommes gays-bisexuels âgés de 15 à 23 ans aux USA, Harper, Bruce , Serrano et Jamil démontrent qu’internet est une ressource permettant aux jeunes homo-hétérosexuels d’explorer et d’accepter leur identité sexuelle ; mais aussi de connaître la communauté LGBT et de rencontrer d’autres personnes gays / bisexuelles, trouver du réconfort , être acceptés et faciliter le processus de « coming out » ( Harper, Bruce, Serrano et Jamil, 2009 : 7 ). Cette sortie s’effectue dans la majorité des cas sur internet ; La majorité des jeunes hommes ont déclaré utiliser diverses applications Internet pour révéler leur identité sexuelle à différentes personnes, y compris des étrangers, des amis et des membres de la famille (Harper, Bruce, Serrano et Jamil, 2009 : 10). Les cas de cyberharcèlement concernent tous les jeunes hétérosexuels et homosexuels mais toujours aux USA, seulement 18 % des jeunes homosexuels en font part à leurs parents contre 37 % chez les hétérosexuels (Warren, Bluefield, Cooper, 2010 : 127). Cela témoigne du sentiment de honte chez les garçons victimes, et qui pourrait largement biaiser les analyses de genre des cyberviolences sexistes et sexuelles.

Emergence de formes de résilience

Soutien du féminisme numérique

24La moitié des filles soutient le mouvement « Balance ton porc » en émettant des réserves sur les abus : « Il est utile d’avoir de telles campagnes. Mais je ne crois pas que l’affichage des noms des personnes qui abusaient, sur le net, est une bonne idée. Nous devons avoir des preuves. Et si c’est quelqu’un qui veut se venger pour une raison ou une autre ? » (Sonia, 16 ans). Néanmoins, 5 filles sur 6 disent avoir honte d’en parler publiquement si elles étaient victimes : « Bien sûr, je participerai à cette campagne en la soutenant. Il est difficile de dire cela, mais je vais avoir honte de parler d’une telle expérience tragique sur les réseaux. » (Sonia 16 ans) « Je participerais en soutenant ce genre de mouvement par un commentaire ou un message. Mais si jamais cela arrive à moi, je ne sais pas si j’ai le courage d’en parler sur le net. » (Farida 16 ans).

25Il est à noter que l’ensemble des garçons interrogés vont dans le sens des filles, c’est-à-dire un soutien total à ces mouvements, tout en émettant des réserves sur les excès.

Vers quelles nouvelles stratégies de lutte selon les experts9 ?

  • 9 Il s’agit d’une synthèse des points de vue des 6 experts interrogés et bien évidemment , il ne s’ag (...)

26Selon nos 6 experts interrogés, le Net est devenu un espace de ségrégation, un espace d’harcèlement marquant une violence de genre parfois extrême. Agir pour l’égalité des genres et lutter contre les violences sexuelles pourrait comporter selon eux une prise en compte de la dimension genre dans le numérique. Pour faire d’internet un espace plus sûr pour les jeunes femmes et pour les jeunes hommes, ils pensent qu’il serait important également de collecter des données et des preuves afin concevoir des mesures politiques et évaluer leur efficacité. De même, ils considèrent que la reconnaissance institutionnelle de la violence et des différentes formes de cyberviolence sexistes pourrait être incluse dans les définitions européennes de la cybercriminalité ainsi que l’élaboration d’instruments juridiques serait aussi, essentielle pour prévenir la discrimination fondée sur le sexe. Outre le renforcement de la législation, des campagnes de sensibilisation envers les jeunes pourraient être nécessaires pour qu’ils prennent conscience des risques de la numérisation. Ceci pourrait être réalisé grâce à des sessions de formation avec des enseignants sur les inégalités entre les sexes et les aspects sexospécifiques de la numérisation. Il serait également important d’attirer l’attention des citoyens européens sur l’impact la violence sexiste et que les hommes et les garçons soient impliqués dans la solution pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles. Les espaces numériques magnifient les normes traditionnelles de féminité et de masculinité, d’où la nécessité (toujous selon les esperts enquêtés) de sensibiliser le public aux stéréotypes : à la fois en ligne et hors ligne, à travers l’éducation et la promotion d’une utilisation sûre et respectueuse d’Internet. Stimuler la confiance des femmes dans l’univers numériques est également essentiel selon eux pour soutenir leur pleine participation en ligne :« Au niveau européen quand on regarde les résultats des recherches il y a un véritable enjeu éducatif et citoyen de construire un monde numérique respectueux des droits et des femmes mais cela passe par une éducation globale à l’égalité hommes femmes mais aussi à l’éducation sentimentale et affective. Nos sociétés restent pour la plupart encore ancrées dans une éducation sexiste et machiste. Pour lutter contre la cyberviolence dans son caractère sexiste il faut miser sur l’éducation aux relations humaines dès le plus âge pour asseoir une citoyenneté non sexiste chez les garçons et les filles. Il faut aussi amplifier les campagnes de presse pour que les hommes politiques, les hommes des médias puissent prendre conscience des effets violents de leurs propos et enfin il faut former les jeunes aux usages sûrs et citoyens dans le monde numérique. » (Entretien Professeur sciences de l’éducation).

  • 10 « Le numérique est un espace ou la loi de la jungle fonctionne et nous souhaitons par la présence d (...)

27Au-delà, les experts interrogés pensent que la théorie des normes sociales qui implique des interventions destinées à corriger des normes sociales mal perçues pourrait être utilisée notamment pour sensibiliser les agresseurs (Warren, Blumenfeld, Cooper, 2010 : 129). Il serait nécessaire enfin de créer des espaces d’écoute associant « jeunes », « éducateurs » et « prestataires d’internet » 10.

Haut de page

Bibliographie

BALLEYS C. et COLL S., « La mise en scène de la vie privée en ligne par les adolescents », RESET [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 02 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/reset/547

BASIER L., « Réel et virtuel un seul et même monde. Les gens ne changent pas du tout au tout lorsqu’ils se transforment en « datas » et en « clics ». », Revue des marques : numéro 88 - octobre 2014

BEAUVISAGE T, BEUSCART J-S, COURONNE T , MELLET K, « Le succès sur Internet repose-t-il sur la contagion ? Une analyse des recherches sur la viralité », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 21 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013

BENBENISHTY R., NIR M., « Harcèlement traditionnel et violence au moyen des outils électroniques de communication entre adolescents en milieu scolaire en Israël », Les dossiers des sciences de l’éducation, 33 | 2015, 13-30.

BLAYA C. « Cyberviolence et cyberharcèlement  : approches sociologiques », La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, vol. 53, no. 1, 2011, pp. 47-65.

BLAYA C. ALAVA S. Risques et sécurité des enfants sur Internet  : rapport pour la France. London : LES. 2012. <hal-00978590>

BOURDIEU P., La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998, coll. Liber, 134 p

COUCHOT-SCHIEX, S. « “Prendre sa place” : un contrôle social de genre exercé par les pairs dans un espace augmenté », Education et sociétés, vol. 39, no. 1, 2017, pp. 153-168.

DOUZET Frédérick , « Géopolitique du cyberespace : La cyberstratégie de l’administration Obama », Bulletin de l’association de géographes français , 91-2 | 2014

GOZLAN A., « Quand l’altérité devient virale : exemple du cyberbullying », Savoirs et clinique, vol. 24, no. 1, 2018, pp. 165-173.

HARPER, G. W., BRUCE, D., SERRANO, P., & JAMIL, O. B. (2009). The role of the Internet in the sexual identity development of gay and bisexual male adolescents. In P. L. Hammack & B. J. Cohler (Eds.), The story of sexual identity : Narrative perspectives on the gay and lesbian life course (pp. 297-326). New York, NY, US : Oxford University Press.

LAHIRE B., L’invention de l’illettrisme. Rhétorique publique, éthique et stigmates, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2005, 370 p

MAUSS, M., Essai sur le don, Puf ed 2007, 249 pp.

METTON Céline, « Les usages de l’Internet par les collégiens. Explorer les mondes sociaux depuis le domicile », Réseaux, 2004/1 (n° 123), p. 59-84.

NADEAU F, Les pratiques de sextage chez les adolescents : état de la situation actuelle et étude sur la contribution de certains déterminants associés au phénomène. Thèse de doctorat de psychologie, Université de Laval, Québec, 2017.

OAKLEY A., Sex, Gender and Society, Farnham, Ashgate, 2015, 172 p., 1ère éd. 1972

RAUS R. « Productivité de cyber et hyper dans le lexique français d’Internet », La linguistique, vol. vol. 37, no. 2, 2001, pp. 71-88.

SUN S., FAN X, DU J. : « Cyberbullying Perpetration : A Meta-Analysis of Gender Differences », International Journal of Internet Science 2016, 11 (1), 61–81

VIAL S., La fin des frontières entre réel et virtuel : vers le monisme numérique. Frontières numériques et artefacts, pp.135-146, 201

WARREN J. BLUMENFELD, R. M. COOPER (2010) « LGBT and Allied Youth Responses to Cyberbullying : Policy Implications » International journal of critical pedagogy, Vol 3 n° 10

YBARRA, M. L., LEAF, P. J., & DIENER-WEST, M. (2004). Sex differences in youth-reported depressive symptomatology and unwanted internet sexual solicitation. Journal of medical Internet research, 6(1)

Haut de page

Notes

1 « Mais ce qui est paradoxal la question du genre est peu abordée et notamment pour dénoncer que ce sont presque toujours des filles qui sont victimes de ces violences. Le caractère sexuel est noté et le caractère violent mais pas le caractère machiste et genré. Même si parfois ce sont des femmes qui sont les agresseurs cela respecte toujours le code machiste née d’une éducation contre les femmes et stéréotypée » Entretien avec Séraphin ALAVA professeur des universités sociologue spécialiste des usages numériques et de cyberviolence. Membre de l’équipe EUKIDS ONLINE

2 « (…) Dans les synthèmes français où le monème cyber indique qu’un lieu, une chose, une personne... existent sur Internet  : c’est à juste raison que le dictionnaire de l’Office de la langue française au Québec cite à cet égard les exemples suivants de cybermarché, cyberami, cybercommerce, cyberpornographie, etc. »

3 Rappelons notre posture tranchée qui considère que le dualisme virtuel-réel est dépassé.

4 « Cybersexisme : une étude sociologique dans des établissements scolaires franciliens », Observatoire régional des violences faites aux femmes, Rapport d’étude du centre Hubertine Auclert Septembre 2016, Glossaire page 73

5 « (…) Il sera plus difficile d’aborder en groupe mixte ces questions de sexualité, de nudité. Il y a des pudeurs qui interdissent de parler librement. Quand nous souhaitons travailler cela avec des jeunes nous faisons des groupes non mixtes pour que la parole se libère et que nous puissions réellement aborder les questions de la sexualité. » Entretien avec un animateur de la ligue de l’enseignement et responsable « des promeneurs du Net ».

6 Les noms ont été changés.

7 « “Chercheuse (CH)  : Est-ce que c’est imaginable qu’un garçon prenne une photo un peu comme ça [référant à une photographie du scénario où une jeune fille baisse la bretelle de son débardeur] ? Jonas : Bah, oui. Déjà, il ne baisserait pas sa bretelle… CH  : Qu’est-ce qu’il ferait alors, par exemple ? [Plusieurs élèves : ‘Il enlève son t-shirt’, ‘Il montre ses abdos, c’est tout !’] CH  : Ce serait l’équivalent d’une fille qui prend la pose ? [Plusieurs élèves : ‘Mais non !’, ‘Ça n’a rien à voir !’] Wendyam : Pour les garçons, ils n’interviennent pas dans la sexualité, alors que les seinssi ! Jonas : Chez les garçons, le haut, ce n’est pas une partie intime, mais pour une fille, ça le devient.” “Soledad : Souvent c’est comme ça pour les photos qui circulent sur les réseaux sociaux. Quand un garçon met une photo de lui, torse nu, les filles vont forcément commenter en disant  : ‘Tu es trop beau’, et les gars aussi. Mais quand c’est une p »

8 Application de jeunes

9 Il s’agit d’une synthèse des points de vue des 6 experts interrogés et bien évidemment , il ne s’agit pas de nos recommandations, réserve scientifique oblige .

10 « Le numérique est un espace ou la loi de la jungle fonctionne et nous souhaitons par la présence des éducateurs et des adultes proposer des espaces d’écoute des jeunes sur ces problèmes-là. Les prestataires d’Internet devraient aussi agir d’une façon plus directe en régulant les réseaux sociaux pour éviter l’existences de trolling sexuel et de prédateurs du Net. Le projet VIRAGE de l’Université de Laval qui agit contre les violences numériques et les abus du Net sont des opérations que nous voulons développer. » Entretien avec un animateur de la ligue de l’enseignement et responsable des promeneurs du Net.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pape Momar Niang et Rasha Nagem, « Les cyberviolences genrées, sexistes et sexuelles chez les jeunes »Terminal [En ligne], 123 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3178 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.3178

Haut de page

Auteurs

Pape Momar Niang

Chercheur-associé Lisst-cers, Chargé d’enseignement département de sociologie, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès

Rasha Nagem

Doctorante UMR EFTS, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search