Navigation – Plan du site
Haine et violence numérique

Les adolescents face aux violences numériques 

entre adhésion et résistances aux logiques de violence
Teenagers Facing Digital Violence: between Adherence and Resistance to the logic of Violence.
Sophie Jehel

Résumés

La circulation des images violentes est favorisée par les stratégies des plateformes numériques visant l’ « addiction » à leurs dispositifs et la circulation des affects : elle stimule les interactions, permettant la collecte de données personnelles par leurs algorithmes. Faire face aux violences numériques requiert pour les adolescents un double travail auquel se consacre cet article : conjointement au « travail du clic » que représentent les activités de partage, de recommandations, de commentaires qu’elles suscitent, s’ajoute un travail en profondeur sur les émotions ressenties face aux images violentes, sexuelles et haineuses, et leur expression sur les plateformes. Le travail émotionnel des adolescents consiste à gérer les écarts entre les différentes règles de sentiment auxquels ils se réfèrent, celles de la plateforme, celles des pairs, celles des parents. Ils ne sont pas dotés également des capacités pour accomplir ce travail et construire des postures autonomes, résistant aux logiques de violence qui affectent leurs circulations numériques. Certains développent des attitudes d’adhésion aux logiques de violence et perdent la capacité à écouter leurs propres sentiments, à protéger leur subjectivité. L’instrumentalisation commerciale des émotions comprend un risque de réification auquel les adolescents sont particulièrement exposés et qui renforce le cycle des violences numériques. L’article s’appuie notamment sur une enquête qualitative menée auprès de 200 adolescents de milieux sociaux et scolaires différenciés entre 2015 et 2017 par entretiens semi-directifs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les adolescents circulent sur des plateformes numériques que l’on peut définir comme « des intermédiaires assurant la mise en relation directe entre leurs utilisateurs [grâce à] une action de classement, de référencement ou de hiérarchisation » (Benhamou 2018, p75). Elles charrient un nombre considérable d’images violentes issues de régions du monde diverses. Si elles peuvent produire une saturation des capacités d’indignation et une indifférence par leur banalisation, ces images stimulent des émotions fortes qui peuvent entraîner à leur tour des réactions voire des violences. C’est à ce processus de réception et de réaction par les adolescents qu’est consacré cet article. La notion de violence suppose l’absence de consentement de la part de la personne qui la subit et la référence à un système de normes qui organise les frontières du consentement et des comportements admissibles. Nous considérons violentes des actions qui portent atteinte à l’intégrité de la personne visée en la blessant intentionnellement ou non, physiquement, s’il s’agit de coups, ou de façon immatérielle, quand il s’agit de chocs visuels, de propos menaçants, dénigrants ou insultants, incluant les discours de haine, racistes, antisémites, sexistes ou homophobes. Nous appellerons images violentes les représentations de violences physiques ou morales, quelles que soient leurs caractéristiques techniques, images fixes ou animées, et leur genre, ludique, fictionnel ou documentaire. Certaines images peuvent aussi susciter des violences, sans être par elles-mêmes violentes. Mais elles viennent heurter la sensibilité des adolescents, s’opposer à des normes et des croyances, notamment leur représentation de la pudeur. Nous ne considérons pas que les actes violents puissent être induits par les images, au sens où elles en seraient la cause première ou unique, mais qu’elles peuvent servir de facilitateur ou d’alibi à des passages à l’acte violents, du fait des contextes de diffusion et de réception. Notre cadre théorique est triple. L’analyse des mécanismes de réception est élaborée à partir de la complexité de la structure sociale dans laquelle les usages des outils numériques sont inscrits (Jouët 2000). Le contexte social de réception des médias se caractérise notamment par des phénomènes de « tyrannie de la majorité » (Arendt 1972, Pasquier 2005) et d’« inégalités sociales numériques » de nature principalement cognitive (Hargittai 2002, Plantard et Le Mentec 2013, Brotcorne et Valenduc 2009). Notre analyse des usages du numérique s’articule à la compréhension du fonctionnement des plateformes. Nous mobilisons pour cela un cadre théorique fondé sur les notions de « digital labor » (Scholz 2012, Casillli 2015) ou de « travail du clic » comme le désigne Antonio Casilli (2018), d’« injonction à la participation » (Proulx 2017), de « web affectif » (Alloing et Pierre 2017), de surveillance par « intrusion dans la vie privée » (George 2011). Enfin, pour analyser les stratégies des adolescents face à celles des plateformes, nous utiliserons le concept de « travail émotionnel » en nous référant notamment aux travaux d’Arlie R. Hochschild (2017) qui articule sociologie des émotions et sociologie du travail.

  • 1 Voir les explications méthodologiques plus détaillées dans le rapport, Jehel S. (2018) Les adolesce (...)
  • 2 L’acronyme désigne les cinq plateformes Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, qui occupent en (...)

2Les violences numériques auxquelles peuvent être soumis les adolescents sont principalement de deux ordres : les violences provoquées par la circulation d’images ou de messages violents sur les plateformes numériques et les violences qui ont lieu sur les plateformes ou hors ligne en lien avec la circulation de contenus diffusés sur lesdites plateformes. Si la notion de violence n’est pas simple, notamment du fait de la concurrence des normes et valeurs chez les internautes, l’implication d’une caractéristique numérique ne la circonscrit pas davantage du fait du caractère imbriqué du numérique dans les vies sociales publiques et privées aujourd’hui (Hine 2015). Dans la circulation des images sur les plateformes, les adolescents peuvent occuper des positions diverses, récepteurs, partageurs, likeurs, émetteurs,, témoins, victimes, agresseurs ou complices. Nous porterons une attention particulière au rôle des plateformes dans l’organisation de cette circulation. Nous nous appuierons sur une recherche réalisée avec le soutien de la Mission de recherche Droit et Justice et de la Fondation de France et en partenariat avec une équipe de psychologues. Elle repose sur une enquête auprès de 200 adolescents entre 15 et 18 ans, appartenant à des milieux sociaux et scolaires diversifiés, intégrant des jeunes délinquants et des jeunes fragiles suivis par l’aide sociale à l’enfance sur la réception des images violentes, sexuelles et haineuses (VSH) dans plusieurs régions de France, (Ile de France, principalement, mais aussi Normandie, Hauts de France, Rhône Alpes). Nous avons dans un premier temps (2015-2016) procédé à des entretiens individuels et collectifs, suivant une méthodologie1 hybridant la technique des entretiens semi-directifs et celle des entretiens compréhensifs, auprès 91 jeunes (46 filles et 45 garçons), structuré en trois groupes : un tiers (25) recrutés dans des milieux favorisés, fréquentant deux établissements de niveau scolaire moyen et excellent en Île-de-France (groupe 01) ; un tiers (33) recrutés dans des milieux populaires, fréquentant des filières générales, technologiques ou professionnelles dans trois lycées d’Île-de-France (groupe 02) ; un tiers (33, groupe 03), composé de jeunes délinquants suivis par des structures de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) (groupe 03A) et de jeunes en grande difficulté suivis des associations de l’aide sociale à l’enfance (groupe 03B), dans différentes régions. Durant la seconde phase de la recherche (2016-2017), nous avons mis en place 15 ateliers avec des adolescents (100 au total). Les entretiens avec les jeunes ont donné lieu à des analyses par des psychologues cliniciens. La méthodologie générale suit une procédure sociologique qualitative. Ces données seront exploitées ici d’une façon originale en lien avec la thématique du dossier. Cette recherche nous a permis de mettre en évidence un travail émotionnel des adolescents sur les plateformes du fait de la circulation des images VSH. La situation des adolescents les expose particulièrement à ce type d’image pour des raisons qui tiennent à la fois à leur relative immaturité voire naïveté à cet âge, à l’importance que revêtent pour eux les espaces publics des RSN en termes de sociabilité et de reconnaissance sociale (Livingstone 2011, boyd 2014, Cordier 2015, Balleys 2018). Nous souhaitons resituer ces difficultés dans le contexte du fonctionnement actuel des grandes plateformes numériques que constituent les GAFAM2.

Les images violentes dans les stratégies émotionnelles des plateformes numériques et l’organisation du « quasi-travail du clic »

La diffusion des images violentes par le « quasi-travail du clic »

  • 3 Voir Nathalie Sapena, enquête « Fric Story », diffusée dans Complément d’enquête sur France 2, le 1 (...)
  • 4 Pauline Croquet et Perrine Signoret « Six millions d’abonnés à 10 ans : ces enfants qui font une ca (...)
  • 5 Nous réserverons le terme de « digital labor » ou de « travail du clic » au travail rémunéré par le (...)

3Le fonctionnement économique des plateformes en ligne, peu régulées et de façon opaque et arbitraire, favorise la circulation des images violentes, sexuelles et haineuses en particulier sur YouTube, Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter qui concentrent une part essentielle du temps passé par les adolescents sur internet (Cemea Normandie, 2018). Il a été montré que les informations fallacieuses » pouvaient circuler six fois plus rapidement sur Twitter que les informations vérifiées (Vosoughi, Roy et Aral 2018). Cela est dû notamment à leurs caractéristiques émotionnelles et aux réactions qu’elles suscitent de choc, de colère, d’indignation, voire de compassion qui se traduisent par des partages, des clics, des « j’aime » ou autres émoticônes. Elles sont de ce fait diffusées par chaque internaute à l’ensemble de ses réseaux de contact sur les différentes plateformes. Il s’agit là d’un des ressorts fondamentaux du modèle économique des plateformes numériques. Leur valorisation repose en effet pour une part sur le travail invisible des internautes, analogue au « travail gratuit du consommateur » (Dujarier 2008, 2015), qui permet aux entreprises de faire supporter une partie des coûts de production d’un bien ou d’un service par la collaboration des consommateurs. Qualifier cette collaboration sur les plateformes de « travail » comme le font les théoriciens du « digital labor » suscite la controverse (Broca 2017, Cardon 2015b) parce qu’elle n’est pas toujours considérée par les usagers comme un effort, qu’elle peut être associée à du plaisir, à de l’amusement et considérée comme un échange avec d’autres internautes. La production de valeur pour la plateforme peut en effet venir d’activités volontaires réalisées par les internautes, publications de commentaires, d’images, de vidéos, évaluation de services, mais aussi d’activités minimes, quasiment machinales comme le fait de cliquer ou non sur une publication, qui permettent la récupération de données personnelles, matière première retravaillée par les algorithmes. La conscience de la contribution à la valorisation de la plateforme est parfois contestée (Cardon 2015b). Les adolescents ont cependant conscience de la constitution d’un capital de visibilité grâce aux micro-actions réalisées sur les plateformes, et des perspectives d’employabilité qu’elles offrent dans les secteurs les plus divers, notamment via les stratégies commerciales des participants aux émissions de téléréalité ou autres célébrités dont ils suivent assidûment les comptes3. Ils sont très intéressés par les stratégies commerciales qui irriguent les plateformes et les modèles de réussite financière de certains Youtubeurs ou Youtubeuses, dont le succès peut commencer très tôt4. Enfin, la présence de plaisir ou de jeu n’exclut pas le travail (Dejours et Gernet 2016, Dujarier 2015). Ces arguments nous permettent de rapprocher les activités numériques d’une forme de travail, qui comprend les deux dimensions du « working », activité personnelle non rémunérée, et du « labouring », activité professionnelle, pour reprendre les nuances anglo-saxonnes. Nous appellerons « quasi-travail du clic » les activités numériques des adolescents. Elle ressemblent au « travail du clic » (Casilli 2019) en ce qu’il s’agit d’activités formatées par le dispositif des plateformes pour maximiser la récupération de données personnelles, ce qui les place dans une situation de subordination, qu’elles peuvent aussi avoir un lien avec l’employabilité, ou déboucher sur une monétisation, mais qu’il s’agit, à la différence des « microtâcherons du web » (Casilli 2019), d’une activité expressive. 5.

4Les activités des internautes sont orientées notamment par des algorithmes qui structurent les listes de recommandation afin d’être au plus proche des goûts et souhaits des internautes, en s’inspirant de leurs requêtes précédentes et des requêtes de celles de même profil. Participant à la valorisation des plateformes, les usagers sont néanmoins expropriés de leurs productions, par des CGU (conditions générales d’utilisation) qui en attribuent l’usage aux plateformes (Fumagalli et al. 2018), sans pour autant vouloir assumer la responsabilité d’un contenu qu’elles n’ont pas produit. Le profilage a des effets d’enfermement dans des « bulles de filtre » (Pariser 2011), ou « bulles informationnelles » (Cardon) particulièrement dommageables pour ceux qui cliquent sur, ou partagent des images violentes, sexuelles et haineuses considérées par les algorithmes comme un goût comme un autre, et qui, de ce fait, en reçoivent d’autant plus, redoublant ainsi leur situation d’aliénation et de subordination de quasi-travailleurs numériques.

  • 6 Martin Untersinger « Harcèlement, djihadisme : les réseaux sociaux contraints à la régulation. Avec (...)
  • 7 Diffusé sur Arte le 28 aout 2018.

5Le fonctionnement des algorithmes est secondé, particulièrement pour les images dont la signification est complexe à décoder, pour la construction des recommandations, pour la modération des images les plus violentes, par du micro-travail, réalisé par des personnes recrutées sur des plateformes de travail spécifiques dans des conditions très précaires comme Amazon Mechanical Turk (Casilli 2019, Scholz 2012). Depuis la vague d’attentats commis en 2015, les GAFAM ont dû reconnaître l’ampleur de la propagande djihadiste sur leurs RSN et renforcer la modération des contenus violents6. Leur communication a mis l’accent sur « l’intelligence artificielle » des algorithmes, mais les plateformes recrutent pour ces opérations des travailleurs en free-lance, payés à la tâche (Smyrnaios 2017, Casilli 2019). Ce « travail du clic » qui consiste à vérifier et « ignorer ou supprimer » le caractère illégal des images de décapitation, de pédopornographie, de harcèlement est particulièrement éprouvant  : non seulement peu payé, il peut conduire au burnout et à des souffrances psychiques nécessitant la consultation de psychologues (Roberts 2014, voir aussi le film de Hans Block et Moritz Riesewieck, The Cleaners Allemagne 20187). Ces difficultés extrêmes mettent en évidence la violence émotionnelle que peut occasionner la réception des images VSH y compris pour des adultes.

La manipulation des émotions par les plateformes numériques

  • 8 Lucas D. « Snapchat Facial Recognition Technology Could Be Used to Read Your Emotions » 19 juin 201 (...)
  • 9 Silicon Valley Le bastion du sexisme Par Anaïs Moutot – Les Echos Week-End | Le 25/08/2017 ; https  (...)

6Le rôle des émotions est intégré au fonctionnement des plateformes comme au marketing des entreprises. Les RSN, en particulier Facebook, YouTube, Twitter, Snapchat traquent l’état affectif de leurs usagers grâce aux émoticônes et aux Gif, et attendent beaucoup des techniques de reconnaissance faciale8. Les algorithmes dont Edgerank, celui de Facebook, cherchent à calculer la « personnalité » des socionautes afin de mieux servir les intérêts des annonceurs (Alloing et Pierre, 2017 p 46-47). En 2014, une étude a fait scandale révélant des expérimentations sur 690 000 usagers de Facebook selon leur état émotionnel (Kramer et al. 2014), parce que les clients-cobayes n’avaient pas donné leur consentement exprès. Cette expérimentation mettait en évidence la violence de l’appropriation par l’entreprise de la vie intime de ses quasi-travailleurs et le caractère stratégique pour son modèle économique de la manipulation des émotions. Le rôle de la quantification et de la canalisation des émotions occupe une place de plus en plus évidente dans le néolibéralisme : dans une gouvernance des corps à distance (Foucault 2001), les dispositifs de contrôle se font de plus en plus discrets, quasiment invisibles. Dans les médias audiovisuels historiques, le travail sur les émotions est indissociable du « storytelling », qui se décline dans la publicité comme dans la communication politique ou le journalisme (Salmon 2007). Les fictions violentes occupaient une place prépondérante dans les programmes de prime time des chaînes commerciales en France dès les années 1990 (CSA 1995). Elle s’expliquait par l’orientation de la production et de l’exportation des studios nord-américains vers des scénarios exaltant l’action violente, pour des raisons à la fois idéologiques (valorisation du port d’armes et de l’industrie d’armement américaine) et économiques (caractère plus facile à exporter des films d’action que des comédies, porosité plus grande des cultures mondiales et en particulier européennes à la mise en scène des violences) (Frau-Meigs et Jehel 1997). Sur les plateformes numériques, ces différents facteurs jouent et expliquent pour une part la complaisance des plateformes. Mais l’analyse doit être complexifiée par la prise en compte des logiques de publication encore plus opaques, de la démultiplication des auteurs, d’une conception très floue de la liberté d’expression (Butler 2004) en phase avec l’atmosphère machiste de la Silicon Valley9 et des stratégies émotionnelles visant à organiser l’interactivité des internautes par des dispositifs qui se veulent « addictifs ».

7Les déclarations dans la presse des collaborateurs « repentis » de Facebook fournissent des indices précieux et convergents quant à l’importance des stratégies émotionnelles de l’entreprise. Chamth Palipitiya, vice-président en charge de la croissance de l’audience de Facebook de 2007 à 2011, a déclaré ressentir « une immense culpabilité » et interdire à ses enfants de s’y inscrire après que des rumeurs circulant sur Whatsapp ont conduit au lynchage de sept innocents10. Sean Parker co-fondateur de l’entreprise, a déclaré être devenu un “conscientious objector” des médias sociaux et dénoncé une exploitation de la psychologie humaine : « Dieu sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants […] Les inventeurs, les créateurs – comme moi, Mark Zuckerberg, Kevin Systrom, d’Instagram, et tous ces gens – avions bien compris cela, c’était conscient. Et on l’a fait quand même. »11 Justin Rosenstein, l’un des inventeurs du bouton “like”, ancien développeur de Facebook, reconnait avoir cherché à développer une « addiction » aux RSN qui nécessiterait des formes de désintoxication12. Le modèle de développement de ce « capitalisme addictif » (Pharo 2018) ne peut cependant être réduit à un bouton. Les RSN ont construit un dispositif complexe à partir de différents choix qui favorisent l’hyperréactivité des internautes : l’orientation en faveur de la communication visuelle, plus rapide que la communication verbale, les émoticônes, l’instantanéité, la viralité, l’injonction à la participation et à la publication (Proulx 2017), l’incitation quotidienne à la construction de réseaux plus étendus et quantifiés (Ertzscheid 2014), la mise en compétition des égos (Sennett 2013). La recherche de la rapidité des échanges, spécifique du développement de l’espace public capitaliste (Sennett 1979), conduit à une réification des images. Décontextualisées, elles participent notamment à la diffusion de désinformation. Elles sont réifiées dans le traitement que leur font subir les algorithmes, comme l’illustre la censure par Facebook de la petite fille au napalm13, codée comme pédopornographique (Roberts 2018). S’ajoute à ce fonctionnement l’orientation des plateformes, Facebook, Instagram, Google, Snapchat, Periscope vers le terminal téléphonique, qui permet aux notifications de se signaler à son porteur immédiatement et assure une connexion permanente conforme au régime de l’alerte (Boullier 2009) et favorable aux comportements « addictifs » (Pharo 2018 p29).

  • 14 Entretien avec S. Vaidhyanathan “A Threat to Global Democracy : How Facebook & Surveillance Capital (...)

8Sur ce dispositif se greffe le fonctionnement publicitaire lui-même, essentiel au modèle économique, qui permet de diffuser des messages en provenance d’annonceurs mais aussi de la propagande politique. Les entreprises Cambridge Analytica et Aggregate IQ ont été identifiées comme ayant cherché à faire pression sur les électeurs au moment du Brexit en 2015 et des élections présidentielles nord-américaine en 2016 après avoir récupéré leurs données personnelles à travers des applications de jeu. Siva Vaidhyanathan met en cause plus largement les liens entre Facebook et des forces politiques autoritaires en Inde, aux États-Unis, aux Philippines (2018). Il dénonce l’utilisation en Inde de Facebook et de sa filiale Whatsapp par le Premier ministre Modi pour diffuser des images de violences, inciter aux violences contre musulmans et chrétiens et jouer sur l’excitation émotionnelle à des fins de propagande politique14. Des images de cette nature se retrouvent dans le cadre d’autres propagandes sur les fils d’actualité en France, comme les adolescents rencontrés nous l’ont confié, souvent en lien avec le conflit israélo-palestinien, mais aussi avec la guerre en Syrie, la guerre des gangs en Amérique latine, émanant de sources qu’ils peinent à identifier, parfois de Daech.

9Les images VSH occupent donc une place centrale dans les stratégies des plateformes numériques : les sources en sont nombreuses et peuvent être de propagande, leur diffusion est accélérée du fait de leur valeur émotionnelle et de la production de quasi-travail du clic qu’elles entraînent. Nous allons explorer le travail émotionnel des adolescents qui se réalise en profondeur, en parallèle du travail du clic, à partir d’une approche micro-sociologique centrée sur la réception de ces images. Les violences numériques représentent en effet pour les adolescents une véritable épreuve qui vient tester leur capacité d’agir.

Face aux images violentes, sexuelles et haineuses, les modalités du travail émotionnel des adolescents : entre adhésion et résistances

10Ces violences sont particulièrement abondantes sur leurs fils d’actualité : moqueries contre des personnes fortes, contre des handicapés, insultes racistes, images pornographiques dévalorisant des femmes, exactions par des gangs, photos d’enfants dont le crâne est ouvert, pour reprendre quelques exemples cités par les adolescents de notre enquête. De nombreux adolescents ne peuvent résister au clic, dès lors qu’une image ou un message suscite leur indignation, leur colère ou leur rire. Le rappel des objectifs de création de comportements « addictifs » par les plateformes numériques auquel nous venons de procéder, nous aide à comprendre la difficulté particulière que représente la construction d’une posture subjective autonome pour des adolescents qui doivent faire face à un environnement social inédit de construction de leur identité, du fait même de la sollicitation d’un travail émotionnel quasi-professionnel dans un contexte de socialisation globalement déficient et socialement inégalitaire. Les adultes en effet sont rarement conscients de ce que vivent les adolescents et les compétences des parents sont très inégales selon leurs contextes sociaux et professionnels (Brotcorne et Valenduc 2009, Plantard et Le Mentec 2013, Cordier 2015, Beauchamps 2018).

Les coordonnées du travail émotionnel

11Conjointement au quasi-travail du clic qui se réalise sur les plateformes s’opère une forme de travail plus intime, le travail émotionnel dont nous allons définir les coordonnées en nous inspirant des thèses d’Arlie R. Hochschild. Elle le définit comme un effort pour maintenir un écart entre les émotions ressenties et les émotions affichées, dans un système émotionnel social géré par des « règles de sentiment » imposant l’affichage de certaines émotions dans certaines situations : « ce travail requiert d’un individu qu’il déclenche ou refoule une émotion dans le but de maintenir extérieurement l’apparence attendue, apparence qui doit produire sur les autres l’état d’esprit adéquat […] ce genre de travail demande la coordination de l’esprit et des sentiments, il puise parfois au plus profond de nous-même, dans ce que nous considérons comme constitutif de l’essence même de notre individualité » (Hochshild 2017, p27). Arlie R. Hochschild rapproche le travail émotionnel du « jeu en profondeur » demandé au comédien dans la méthode Stanislavski. Elle construit ce modèle à partir d’une enquête sur la condition des hôtesses de l’air d’une compagnie aérienne dans les années 1980. Elle observe les règles de sentiment formulées dans la formation délivrée par la compagnie. Elles se concentrent sur l’obligation faite aux hôtesses d’apparaitre toujours gaies et accueillantes en affichant un sourire « authentique » et de refouler toute manifestation de colère ou de stress. Le travail émotionnel des hôtesses est instrumentalisé par des entreprises commerciales, qui les obligent à « vendre » leur « personnalité » et à transformer leurs émotions pour y parvenir, pour mieux servir la marque. Cet écart peut être douloureux pour des employé(e)s qui risquent d’y perdre le sentiment de leur identité personnelle, de leur « moi ». Selon l’organisation du travail, selon les politiques communicationnelles des entreprises, ce travail peut s’alourdir. C’est le cas pour les hôtesses de l’air lorsque l’entreprise construit dans ses campagnes publicitaires une promesse de plaisir sexualisé, qui incite les passagers à des comportements abusifs, qu’elle augmente le nombre de passagers et raccourcit les temps de pause. Malgré les différences de contexte, ce modèle aide à explorer le travail émotionnel des quasi-travailleurs du net sur des espaces qui correspondent à ce qu’elle nomme des « sphères privées marchandisées » qui mêlent les règles de la vie publique, de la vie privée et les injonctions des entreprises supports de ces échanges. Comme les hôtesses de l’air, les socionautes doivent refouler les sentiments excités par les images VSH pour agir d’une façon conforme aux règles de sentiment imposées par la plateforme mais aussi par le réseau des contacts personnels, afficher quoi qu’il arrive des « happy-selfies » pour récolter des « j’aime ». Un travail rendu difficile par le dispositif « addictif » des plateformes qui favorise l’hyper-réactivité, le développement de larges réseaux de contact, de nature hybride.

12Facebook précise les « standards de sa communauté » dans ses CGU : ils réclament « l’authenticité », l’exactitude des informations personnelles, le respect de « l’intégrité de la communauté », déclarent supprimer tout contenu qui encouragerait le terrorisme, les actions criminelles, le suicide, l’exploitation sexuelle des enfants, le harcèlement, l’incitation à la haine, la cruauté, les activités sexuelles, les fausses informations. Aux adolescents, la plateforme donne cinq conseils : « ne communiquez jamais votre mot de passe à quelqu’un d’autre ; acceptez uniquement les invitations des personnes que vous connaissez ; ne publiez rien que vous ne voudriez pas que vos parents, vos professeurs ou votre employeur voient ; soyez authentique. Le vrai vous est mieux que tout ce que vous prétendez être ; Réglez vos paramètres de confidentialité et vérifiez-les de temps en temps »15. Ces règles ne sont pas exemptes de contradictions. A titre d’exemple, la plateforme qui recommande de n’accepter en ami que les personnes que l’on connait stimule en permanence la mise en relation avec les amis d’amis que l’on ne connait pas. Facebook vient d’acquérir une application qui, pour conquérir les jeunes, conseille de créer de faux profils sur Instagram et d’adresser des messages personnalisés aux adolescents, ciblant chaque lycée16. Comme les hôtesses de l’air, les quasi-travailleurs doivent vendre leur « vrai moi » pour mieux valoriser la plateforme et ne pas en être expulsés. Le travail émotionnel des adolescents quasi-travailleurs est donc particulièrement complexe. Il consiste à la fois à gérer l’écart entre le discours marketing d’une plateforme vantant une « communauté » protégée et la réalité des violences qui y sont vues et vécues, mais aussi à gérer les écarts entre les différentes « règles de sentiment » auxquelles ils sont astreints, celle de la plateforme, mais plus encore celles des pairs, pas forcément homogènes, celles de la famille, et trouver dans l’affichage qui résulte de leurs publications, de quoi satisfaire leur propre image de soi. Il leur faut donc construire à chaque instant une identité numérique – un adolescent du groupe 01 comparait son compte Facebook à une « carte d’identité numérique » – une mise en visibilité de soi, tout en ayant plus ou moins conscience de l’impossibilité de la tache (Georges 2011), mais aussi gérer les émotions suscitées par les contenus qui viennent s’afficher sur le fil d’actualité personnalisé.

Diversité des réactions des adolescents face aux images violentes, sexuelles ou haineuses

13Notre enquête nous a permis de construire une typologie des stratégies des adolescents face aux images VSH  : nous en avons distingué quatre, l’adhésion, l’évitement, l’indifférence et l’autonomie. L’indifférence est associée à un sentiment de saturation d’images émotionnellement fortes, un sentiment d’envahissement et d’impuissance vis-à-vis du flux d’images qui défile sur le fil d’actualité. L’évitement consiste à refuser de voir des images soit parce qu’elles ont été expérimentées comme pénibles, soit parce que les regarder constituerait la transgression d’un interdit religieux, nous avons qualifié cette seconde stratégie d’évitement rigoriste. Nous avons appelé adhésion l’attitude consistant à accepter de regarder les images violentes, sexuelles ou haineuses et leurs messages, sans pouvoir s’arrêter. Certains manifestent au contraire une aptitude spécifique à l’autonomie, sachant non seulement ne pas cliquer mais donner du sens à cette décision, ou même faire un signalement. Cette dernière stratégie est la plus élaborée, elle témoigne d’une capacité des sujets à interpréter les images, en tant que représentations, et à analyser leurs propres émotions et leurs postures face à elles. Nous explorerons les modalités du travail émotionnel dans les deux attitudes les plus opposées, l’adhésion aux images VSH et l’autonomie.

L’adhésion aux images violentes, sexuelles et haineuses

14Les images VSH n’entraînent donc pas chez tous les adolescents les mêmes réactions. Pour ceux qui ont un profil proche de l’adhésion, elles sont un encouragement aux réactions pulsionnelles allant dans le sens de l’excitation ou de l’indignation, quitte à être insensibilisés très jeunes, et à rechercher voire à publier des images plus fortes encore. La réaction des plus curieux, ceux qui supportent de regarder ces images consiste à les visionner intégralement, une voire plusieurs fois, et à les partager. Yacine (groupe 03 A), est accro à son smartphone et à Facebook, il y a plus de 500 « amis ». Il dit y avoir vu beaucoup de « vidéos des djihadistes qui découpent des têtes », elles ne le choquent plus, « à force d’en voir ». Il n’approuve pas ces actes : « C’est pas comme ça la vie. C’est qui, pour tuer quelqu’un ? ». Mais il n’en a jamais signalé, il pense que ces vidéos ont un intérêt informationnel : ces personnes filment « pour montrer aux autres personnes ce qui peut leur arriver », il pense que leur partage suit la même logique, pour « montrer les massacres qui se passent dans les autres pays ». Leur dimension de propagande n’est pas identifiée et il participe (volontairement) à leur diffusion. Egalement suivi par la PJJ, Bunny se souvient de plusieurs vidéos ultra-violentes qu’il a vues il y a six mois et qu’il avait revues plusieurs fois. L’une montrait un garçon frappant à coup de pied la tête d’une jeune femme à terre, qui venait heurter ses normes de genre, l’autre l’assassinat d’une famille dans un restaurant en Israël. Le travail émotionnel pour lui se poursuivait plusieurs mois après : toujours sous le choc de ces images, il les racontait comme un film qui tournerait en boucle. Elles étaient restées indigestes. D’autres adolescents expriment le sentiment d’être manipulés par les plateformes qui auraient intérêt à la circulation de ces images-chocs : un travail émotionnel qui leur permet de minimiser leur responsabilité dans leur circulation, tout en prenant conscience de l’impact du dispositif sur leurs fils d’actualité. La perception de l’intrusion des plateformes dans la vie privée (George 2011, Proulx 2017), de la surveillance de leurs activités sur les plateformes et au dehors nourrit des sentiments d’anxiété qui favorise un travail émotionnel de déprise et de relativisation, pour les plus autonomes, ou au contraire d’hypercontrôle de soi et des autres pour les profils d’adhésion qui peuvent inciter à des formes de harcèlement.

Autonomie face aux images violentes

15Toutes ces stratégies correspondent à un travail émotionnel intense, dont l’élaboration n’est pas nécessairement consciente, mais que les adolescents peuvent reconstituer dans le contexte d’un entretien compréhensif. Aucune d’elle ne correspond exactement à la règle de sentiment officiel de la plateforme que d’ailleurs ils ne connaissent pas explicitement. Ceux qui reçoivent le plus d’images VSH, particulièrement les jeunes les plus vulnérables, croient rarement à l’efficacité du signalement. Ceux qui sont assez déterminés pour faire un signalement sont souvent des utilisateurs peu intenses qui ont su et pu conserver une distance face aux discours ambiants, qu’ils soient ceux du marketing ou ceux des pairs. Adèle (groupe 01) adopte une position critique aussi bien face aux parents qui publient des photos de leurs bébés et exposent ainsi « des trucs intimes », que vis-à-vis des vidéos de violences physiques contre des bébés. De nombreuses vidéos la choquent sur son fil d’actualité. En entretien individuel elle expliquera la stratégie qu’elle observe sur Facebook, ne publiant aucune photo ni information sur son âge. Ayant l’habitude d’aller dans des concerts et boites de nuit avec sa sœur pour écouter de la musique électronique, elle ne veut pas que les personnes rencontrées puissent recueillir d’informations la concernant par Facebook. Elle explique sa capacité à construire cette distance par l’influence de sa grande sœur, avec qui elle entretient un dialogue riche. L’autonomie consiste alors, sans respecter les règles de sentiment de la plateforme, à préfigurer les risques qui peuvent suivre certaines décisions de publication, et à agir de façon cohérente par rapport à ses propres règles de sentiment, élaborées dans un climat familial qu’elle décrit comme confiant, qui lui a permis de se détacher aussi de certaines règles familiales. Le milieu familial, le style des médiations parentales, le contexte culturel, l’âge jouent un rôle crucial dans la capacité à réaliser le travail émotionnel requis, de constituer un for intérieur nourri de confiance en soi, d’échanges, de valeurs de solidarité et d’empathie qui permet de dépasser la compétition des égos et donne la capacité d’agir en ligne ou hors ligne de façon autonome.

La place des images sexuelles dans le cycle des violences numériques

  • 17 Cette règle de sentiment mériterait d’être analysée plus en profondeur.
  • 18 Le conservatisme des positions des adolescents musulmans et plus encore des « musulmans affirmés » (...)

16Les violences numériques apparaissent liées dans l’esprit de nombreux adolescent(e)s à la réputation des filles. Dans le groupe 02, tous les entretiens collectifs ont évoqué, au titre des problèmes rencontrés sur internet, des suicides, et la plupart des participant(e)s connaissaient une personne à qui cela était arrivé. En entretien collectif, les filles et garçons rencontrés n’ont eu de cesse de renvoyer la culpabilité de ces violences sur les victimes. Les filles agressées, moquées, qui se suicident par crainte de représailles, auraient des comportements particulièrement condamnables. Nous avons observé une corrélation entre une adhésion acritique vis-à-vis des vidéos de violence, un évitement rigoriste des images de sexualité et la tenue d’un discours violent contre les filles qui s’autoriseraient un comportement sexualisé. Les images qui déclenchent des comportements verbaux violents peuvent être des images relativement anodines, une corpulence, un décolleté, manifestant la volonté de plaire, suscitant la jalousie de certaines filles, et le mépris de certains garçons. Les adolescents sont soumis à un contrôle social sévère, qu’il s’agisse du contrôle familial et plus encore de celui des pairs (Chaulet 2009). Propre à cet âge, il pèse particulièrement sur les filles. Les suicides évoqués étaient liés, selon les adolescents qui en parlaient, à la publication d’images évoquant une activité sexuelle. La règle de sentiment de la plateforme prônant authenticité et respectabilité est redoublée pour ces adolescents rigoristes par celles du groupe de pairs et du groupe familial qui sanctionnent les comportements sexualisés des filles hors mariage17, au détriment de toute empathie pour la victime. Les critiques publiques des adolescents se concentraient sur les victimes sans viser les auteurs de la captation ni de la diffusion. Le contexte social et culturel d’une norme rigoriste dominante, prenant appui en l’occurrence sur la religion musulmane dans plusieurs entretiens collectifs du groupe 02, instaurait une « tyrannie de la majorité »18. S’écarter publiquement de la norme était ressenti comme particulièrement dangereux pour les filles, comme si l’hypersexualisation des plateformes numériques, l’omniprésence des images pornographiques engendraient un tel niveau d’excitation que toute forme de tolérance serait interprétée comme une déviance.

17C’est seulement en entretien individuel que certaines filles, des mêmes groupes, ont fait part d’un point de vue autonome. Noëllie avait réussi à survivre deux ans à une situation de harcèlement en collège suite à la vengeance d’un petit copain, en se réfugiant dans le soutien de deux amies proches. Elle manifestait aussi son autonomie en ayant refusé de regarder des images de pornographie en sixième sur internet chez une copine, ce qu’elle pouvait expliquer sans référence à un principe autre que son propre sentiment. Malika avait refusé de regarder la vidéo de la jeune fille suicidée, qu’elle connaissait, pour ne pas la trahir. Malgré une forte sensibilité culturelle aux normes de pudeur, elle reconnaissait à cette jeune fille le droit d’avoir une vie privée. Elle manifestait ici une capacité à tenir l’écart entre les règles de sentiment du groupe et son jugement personnel, à résister à la tyrannie de la majorité, à rester sensible à son sentiment intérieur, et affirmer devant nous son adhésion à un principe de tolérance et de liberté individuelle. Il s’agit là d’une forme de dextérité dans le travail émotionnel, tout à fait remarquable dans ce contexte social modeste, où le rapport à la norme est davantage « positionnel », c’est-à-dire appuyé sur des règles rigides indiquant la position de chacun, ici genrée, que « personnel » c’est-à-dire fondée sur l’analyse des sentiments de la victime comme des siens propres, pour reprendre les termes de Basil Bernstein (cité par Hochschild 2017 p176). Sa mère assistante maternelle avait dû lui transmettre la capacité à forger cet espace intérieur. Mais elle avait aussi refusé d’ouvrir un compte Facebook. Les adolescents ne sont pas équipés également pour accomplir ce travail émotionnel. Les milieux sociaux plus favorisés ont plus de facilité à transmettre une attention particulière à la gestion des émotions et protègent en général davantage leurs enfants des violences numériques. Mais tous les adolescents sont aussi obligés d’être autodidactes, car la personnalisation des fils d’actualité, l’intrication des enjeux d’intimité et de sociabilité dans les publications numériques induisent un niveau élevé d’isolement et les moments de formation ou d’échange collectifs sur ces questions sont encore rares.

Conclusion

  • 19 Télérama, 28 novembre 2018, p 28.

18Sur les plateformes numériques les adolescents se trouvent soumis à un travail émotionnel caractéristique de la « vie privée marchandisée » (Hochschild 2017). En publicisant leurs relations amicales, ils participent à un quasi-travail du clic qui suppose la gestion de leur identité en conformité avec les règles de sentiment des différents acteurs de socialisation qui peuvent y avoir accès : plateforme, pairs, famille, voire employeurs actuels lorsqu’ils sont dans des voies de professionnalisation, ou futurs. Ce travail émotionnel, en soi déjà complexe à cet âge du fait des multiples dépendances qui le caractérisent, est redoublé par la présence d’images violentes dont le fonctionnement économique et publicitaire de la plateforme favorise la circulation. Leur maîtrise émotionnelle, officiellement recommandée, est entravée par des dispositifs « addictifs » développés par les plateformes (likes, émoticones, notifications, partages) qui favorisent l’hyper-réactivité, la rapidité, l’extension des réseaux personnels. Nous avons pu voir comment certains adolescents peuvent, encouragés par des contextes familiaux confiants, et ayant construit des formes de distance vis-à-vis des RSN, développer des comportements autonomes et y faire face. Mais les plus vulnérables se retrouvent pris dans des comportements d’adhésion qui les rendent complices. Les filles qui s’exposent ou dont l’intimité se retrouve publicisée sont confrontées à des jugements très négatifs voire à des formes de harcèlement en ligne ou hors ligne, voire de violences physiques qui, si elles n’arrivent pas à y faire face, peuvent se retourner contre elles et les conduire au suicide. Les dispositifs de surveillance construits par les plateformes offrent une caisse de résonnance aux dispositifs de contrôle social que la circulation d’images dégradées des femmes vient encore renforcer, favorisant, par peur de la contagion, des phénomènes de violence. Le travail émotionnel instrumentalisé par des entreprises commerciales et orienté vers leur profit affecte l’individu au plus profond de lui-même. Mettre ses sentiments à disposition de l’entreprise, jouer l’authenticité, la transparence et l’apparence du bonheur, tout en préservant l’écart entre ses propres sentiments et ceux exprimés sur la plateforme peut faire « perdre la fonction signal du sentiment », et se réaliser « potentiellement au prix de [la] capacité à écouter [ses] sentiments et à entendre ce qu’ils nous apprennent de nous-mêmes » (Hochschild 2017, p. 42). Les propos tenus en 2018 par Tristan Harris, ex-ingénieur cher Google, font écho à cette inquiétude : « Nos émotions sont ce que nous avons de plus précieux. Elles nous définissent, nous permettent de garder notre libre arbitre. […] aucune technologie ne devrait jamais tenter de s’[en] emparer, de les tordre et de les exacerber. C’est précisément ce que font les géants d’Internet, au risque de porter des coups irréversibles à nos sociétés, à nos démocraties »19. A un âge où l’identité et l’intimité connaissent de grands bouleversements, l’instrumentalisation commerciale des émotions et leur intensification comprend (de plus) un risque de réification auquel les adolescents sont particulièrement exposés et qui renforce le cycle des violences numériques.

Haut de page

Bibliographie

Alloing, C., Pierre J. (2017), Le web affectif. Une économie numérique des émotions, Bry-sur-Marne, INA Éditions.

Arendt H. (1972), La Crise de la culture (1ère éd. 1961), Paris, Gallimard.

Balleys Claire (2018), « Comment les adolescents construisent leur identité avec YouTube et les médias sociaux », Nectart, 2018/1, n° 6, p. 124-133.

Beauchamps M. (2018), « Quels sont les bénéfices sociaux, économiques, culturels, politiques, de l’usage d’Internet  ? Présentation de l’enquête Capacity », Terminal, n° 122.

Benhamou F. (2018), « Quelle régulation face aux plateformes numériques ? », Annales des Mines – Réalités industrielles, 2018/1, 2018, p. 75-78.

Boullier D. (2009) Les industries de l’attention : fidélisation, alerte ou immersion. Réseaux n° 2, vol 154 p231-246.

boyd d. (2014), It is complicated. The social live of networked teens, Yale University Press Books. Broca S. (2017) « Le digital labour, extension infinie ou fin du travail ? » Tracé, 2017, n° 32 p. 133-144.

Brotcorne P., Valenduc G. (2009), « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’Internet », Les Cahiers du numérique, vol. 5, n° 1, pp. 45-68.

Butler J. (2004), Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif. Paris, Edition d’Amsterdam.

Cardon D. (2015a), À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil.

Cardon D. (2015b), « Internet par gros temps », in A. Casilli, D. Cardon, Qu’est-ce que le digital labor ?, Paris, INA Global : 41-79.

Casilli A. (2015), « Digital Labor : travail, technologies et conflictualités », in A. Casilli, D. Cardon, Qu’est-ce que le digital labor ?, Paris, INA Global : 10-40.

Casilli A. (2019), En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic. Paris, Seuil.

CEMEA Région Normandie (2018) Observatoire des pratiques numériques des adolescents, Suivi des pratiques des adolescents sur les plateformes numériques, de leurs modalités d’information et de leur rapport aux « fausses informations », consultable en ligne, http://educationauxecrans.fr/index.php/le-dispositif/observatoire-des-pratiques-des-jeunes.

Chaulet J. (2009), « Les usages adolescents des TIC, entre autonomie et dépendance », Empan, n° 76, p. 57-65.

CSA (1995), Lettre du CSA « Étude sur la violence dans la fiction audiovisuelle. Enquête sur une semaine de programmes examinés à la loupe » n° 73 octobre.

Cordier A. (2015), Grandir connectés : les adolescents et la recherche d’information, Caen, C&F Editions.

Dejours C., Gernet I. (2016), Psychopathologie du travail, Issy les Moulineaux, Elsevier Masson.

Dujarier M-A (2008), Le Travail du consommateur, Paris, La Découverte.

Dujarier M-A. (2015), « Jouer en travaillant  : la construction sociale d’un cadre ludique », in L. Mermet, N. Zaccaï-Reyners (dir.), Au prisme du jeu. Concepts, pratiques, perspectives, Paris, Hermann : 59-75.

Ertzscheid, O. (2014), « L’homme synchronisé », Médium 2014,4, n° 41, p. 157-168.

Foucault M. (2001), « Naissance de la biopolitique », Collège de France, année 1978-1979, in Foucault Dits et écrits II, 1976-1988, Paris : Gallimard, 2001, p 818-825.

Frau-Meigs D., Jehel S. (1997), Les écrans de la violence. Enjeux économiques et responsabilités sociales, Paris, Economica.

Fumagalli Andrea, Lucarelli Stefano, Musolino Elena and Rocchi Giulia (2018) “Digital Labour in the Platform Economy : The Case of Facebook”, Sustainability, Volume 10, Issue 6, June 2018, consulté en ligne http://www.mdpi.com/2071-1050/10/6/1757.

George, E. (2011), « L’intrusion de Google dans la vie privée, au cœur des mutations du capitalisme », Terminal, no 108-109, p. 95-112.

Georges F. (2011), « L’identité numérique sous emprise culturelle » Les cahiers du numérique, 2011/1 p31-48.

Hargittai E. (2002), « Second-Level Digital Divide : Differences in People’s Online Skills », First Monday, vol. 7, no. 4 : https ://firstmonday.org/article/view/942/864

Hine C.(2015), Ethnography for the Internet. Embedded, Embodied and Everyday, London, Bloomsbury.

Hochschild A.R. (2017), Le prix des sentiments, au cœur du travail émotionnel.(1ère éd. 1983) Paris, La Découverte.

Jehel S. (2018), Les adolescents face aux images violentes, sexuelles et haineuses : stratégies, vulnérabilités, remédiations. Comprendre le rôle des images dans la construction identitaire et les vulnérabilités de certains jeunes, avec le soutien de Patricia Attigui. Rapport de recherche financé par la mission de recherche Droit et Justice, la Fondation de France, la Ligue de l’enseignement, l’UNAF, les CEMEA, janvier 2018, https ://lc.cx/QpRr, 400 p.

Jouët J. (2000), « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, no 100, vol. XVIII, 2000, pp. 486-521.

Kramer A., Di Guillaury J. E, Hancock J. (2014), “Experimental evidence of massive scale emotional contagion through social networks », Proceedings of the national academy of sciences, vol. 111 n° 24.

Livingstone S., Mascheroni G., Murru M. F., « Utilisation des réseaux socionumériques par les jeunes européens. Nouveaux résultats sur la vie privée, l’identité et les connexions sociales », Hermès, La Revue, 2011-1, n° 59, p. 89-97.

Pariser E. (2011), The Filter Bubble : What the Internet Is Hiding from You, Penguin Press New York.

Pasquier, D. (2005), Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité. Paris, Autrement.

Pharo P. (2018), Le capitalisme addictif , Paris, PUF.

Plantard P. et le Mentec M. (2013), « INEDUC : focales sur les inégalités scolaires, de loisirs et de pratiques numériques chez les adolescents », Terminal, 113-114.

Proulx, S. (2017), « L’injonction à participer au monde numérique », Communiquer. Revue de communication sociale et publique, no. 20, p 15-27.

Roberts S.T. (2014), Behind The Screen : The Hidden Digital Labor Of Commercial Content Moderation, Phd Dissertation Library & Information Science in the Graduate College of the University of Illinois at Urbana-Champaign.

Roberts, S. T. (2018), “Digital Detritus : “Error” And The Logic Of Opacity In Social Media Content Moderation.” First Monday, [S.l.], mar. 2018. Available at  : <http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/8283/6649>. Consulté le 08 juillet 2018, doi : https ://doi.org/10.5210/fm.v23i3.8283

Sébastian Roché et al. (2016), Les adolescents et la loi, CNRS, EnqueteCNRS_adolescents-et-loi_Rapport_2016-02-07.pdf, téléchargeable sur le site http://www.les-adolescents-et-la-loi.fr/. Salmon C. (2007), Storytelling la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris , La Découverte.

Scholz T. (2012), “Introduction.” In Scholz T. (dir) Digital Labor : the Internet as Playground and Factory, New York, Routledge.

Sennett R. (1979), Les tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil.

Sennett R. (2013), Ensemble. Pour une éthique de la coopération, Paris, Albin Michel.

Smyrnaios N. (2017), Les GAFAM contre l’Internet, Une économie politique du numérique, INA.

Vaidhyanathan S. (2018), Antisocial Media : How Facebook Disconnects Us and Undermines Democracy,. Oxford, University Press.

Vosoughi S., Roy D., Aral S. (2018), “The spread of true and false news online”, Science March, Vol. 359, p1146-1151.

Haut de page

Notes

1 Voir les explications méthodologiques plus détaillées dans le rapport, Jehel S. (2018) Les adolescents face aux images violentes, sexuelles et haineuses : stratégies, vulnérabilités, remédiations. Comprendre le rôle des images dans la construction identitaire et les vulnérabilités de certains jeunes, avec le soutien de Patricia Attigui. Rapport de recherche financé par la mission de recherche Droit et Justice, la Fondation de France, la Ligue de l’enseignement, l’UNAF, les CEMEA.

2 L’acronyme désigne les cinq plateformes Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, qui occupent en 2018 la première place à WallStreet et sur lesquelles se réalisent la majorité des circulations numériques des adolescents en France.

3 Voir Nathalie Sapena, enquête « Fric Story », diffusée dans Complément d’enquête sur France 2, le 12 octobre 2017.

4 Pauline Croquet et Perrine Signoret « Six millions d’abonnés à 10 ans : ces enfants qui font une carrière solo sur YouTube Gibby, Melle Nina, Paola lct… Ces chaînes YouTube aux milliers, voire aux millions d’abonnés, ont toutes été créées par des enfants de moins de 12 ans. » Le Monde, 25.05.2018. « La ministre du travail interpellée sur la question des enfants youtubeurs. Fin mai, une association de protection de l’enfance rouvrait le débat en épinglant pour travail illicite des chaînes YouTube mettant en scène des enfants. » Le Monde, 07.06.2018.

5 Nous réserverons le terme de « digital labor » ou de « travail du clic » au travail rémunéré par les plateformes pour faciliter leur fonctionnement.

6 Martin Untersinger « Harcèlement, djihadisme : les réseaux sociaux contraints à la régulation. Avec la multiplication des contenus djihadistes et les problématiques liées au harcèlement, les réseaux sociaux doivent censurer les contenus, ont expliqué des responsables de Twitter et Facebook au festival South by Southwest. » Le Monde, le 15 mars 2015. En janvier 23016 le président Obama convoquait les PDG de la Silicon Vallée à la maison blanche https ://www.reuters.com/article/us-usa-security-tech-idUSKBN0UL2H320160107.

7 Diffusé sur Arte le 28 aout 2018.

8 Lucas D. « Snapchat Facial Recognition Technology Could Be Used to Read Your Emotions » 19 juin 2018, https ://www.videoconferencingdaily.com/latest-technology/snapchat-facial-recognition-technology-could-be-used-to-read-your-emotions/.

9 Silicon Valley Le bastion du sexisme Par Anaïs Moutot – Les Echos Week-End | Le 25/08/2017 ; https ://www.newsweek.com/2015/02/06/what-silicon-valley-thinks-women-302821.html

10 The Verge, 11 décembre 2017, http://theverge.com/2017/12/11/16761016/former-facebook-exec-ripping-apart-society.

11 The Verge 9 novembre 2017, http://theverge.com/2017/11/9/16627724/sean-parker-facebook-childrens-brains-feedback-loop.

12 https ://www.theguardian.com/technology/2017/oct/05/smartphone-addiction-silicon-valley-dystopia.

13 Photographie de Kim Phuc prise par Nick Ut le 8 juin 1972, dénonçant une bavure de l’armée sud-vietnamienne et les ravages du napalm.

14 Entretien avec S. Vaidhyanathan “A Threat to Global Democracy : How Facebook & Surveillance Capitalism Empower Authoritarianism”, dans l’émission Democracy now, 1 aout 2018, https ://www.youtube.com/watch?v=XwXffKw73jA&feature=youtu.be, consultée le 10 août 2018.

15 https ://www.facebook.com/safety/groups/teens/ dernière consultation 12 août 2018.

16 L’application TBH qui a défini cette stratégie a été rachetée par Facebook en octobre 2017, cf l’enquête de Buzzfeed du 7 août 2018, www.buzzfeednews.com/article/ryanmac/facebooks-teens-tbh-psychological-trick-memo.

17 Cette règle de sentiment mériterait d’être analysée plus en profondeur.

18 Le conservatisme des positions des adolescents musulmans et plus encore des « musulmans affirmés » a été mis en évidence notamment dans l’enquête dirigée par Sébastian Roché et al. Les adolescents et la loi, CNRS, 2016 EnqueteCNRS_adolescents-et-loi_Rapport_2016-02-07.pdf, p 120-124.

19 Télérama, 28 novembre 2018, p 28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Jehel, « Les adolescents face aux violences numériques  », Terminal [En ligne], 123 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3226 ; DOI : 10.4000/terminal.3226

Haut de page

Auteur

Sophie Jehel

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication , université Paris-8laboratoire CARISM/IFP - Université Paris II.

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals