Navigation – Plan du site
Haine et violence numérique

Les jeunes et le Dark Web

Jean-Paul Pinte

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1

Introduction

2À l’origine du réseau Internet, celui-ci était encore sommable et nous pouvions facilement en compter le nombre de sites, voire de pages de résultats à l’issue d’une recherche sur un des quelques moteurs de recherche de l’époque comme Altavista.

3Son avènement massif au sein de nos sociétés au même titre que l’essor de technologies de l’information et de la communication et leurs services associés a conduit à l’émergence d’une société numérique virtuelle et sans cesse mouvante. Tout ceci s’est fait sans que nous n’ayons pu vraiment anticiper les réelles profondeurs de ces espaces qui aujourd’hui nous dépassent. Nous assistons donc à des pratiques de plus en plus diverses chez différents usagers maîtrisant plus ou moins aujourd’hui les entrailles d’Internet.

  • 1 La théorie du Darknet, Philippe Davadie Membre de la Chaire Cybersécurité & Cyberdéfense, juin 2015 (...)

4La plus grande partie de ces pratiques est menée en majorité sur le Web surfacique. Des usagers encore trop peu nombreux savent maintenant fouiller la Toile de manière profonde avec des outils que la première catégorie d’usagers ignore. De plus en plus de jeunes internautes cherchent aussi à rester anonymes et ont plaisir à naviguer dans les espaces non interdits mais plus risqués de la Toile. Une sorte d’espace, d’abysse ou zone de non-droit (mais pas que), qui abriterait tout ce qui est intolérable dans notre société comme des réseaux constituant des activités illégales et criminelles : vente et échanges d’informations confidentielles, articles contrefaits (cigarettes, faux papiers, etc.), collecte de fonds au profit d’organisations criminelles, pédopornographie, « pirates à gage » (comme il existe des tueurs à gage), sites vitrines d’organisations malfaisantes, logiciels malfaisants, trafics d’armes et de drogues, etc.1

5Nous vivons tous aujourd’hui des vies intenses sur le Web et le numérique Sandrine Richard2019-01-03T09:17:00SRpour notre jeunesse ne serait que la poursuite de leur vie par d’autres moyens. Le Dark Web ou encore le DarkNet est ainsi devenu un lieu où certains de nos jeunes se trouveraient pour d’autres raisons aussi comme les jeux, les rencontres et les messageries par exemple. Il y aurait aussi un certain intérêt à fuir les réseaux sociaux existants pour trouver dans le Dark Web une sorte de prothèse, une forme de sécurité pour ne plus être sur les mêmes terrains numériques et informationnels que leurs parents qui pratiquent en même temps les mêmes réseaux de type Facebook par exemple.

6Il convient d’expliquer avant tout que le Web n’est pas l’Internet, que le Web surfacique n’est pas le Deep Web et encore moins le Dark Web qui est annoncé comme 500 fois plus grand que le Web surfacique. Tout se pratiquerait pourtant aujourd’hui chez nos jeunes dans un seul monde, celui d’Internet, des réseaux sociaux et des applications qu’ils considèrent pour la plupart comme la vraie vie, celle collant à leur époque.

7Les jeunes, s’ils maîtrisent pour la plupart les applications du Web surfacique (Google, Wikipédia, …) tant sur Internet que sur leurs smartphones, n’ont pas forcément la culture du Web des profondeurs et n’en mesurent pas non plus les impacts sur leur vie réelle et leur identité à venir. Usages et mésusages sont donc au rendez-vous sur des réseaux en des lieux comme TOR ou encore FREENET. Des exemples concrets existent aujourd’hui pour nous démontrer là où il convient de s’arrêter avant de leur laisser faire ce qu’ils ne feraient pas dans le monde réel. Il est tout aussi important de savoir qui sont ces acteurs du Darknet et comment en sont-ils arrivés à pratiquer ces espaces. Il y va aussi pour ces jeunes de leur vie privée et de leurs données personnelles dans les entrailles de cette nébuleuse qu’ils pensent totalement ou presque totalement anonymisée.

8Nous définirons dans une première partie les différentes couches d’Internet en expliquant ce qui amène notre jeunesse à naviguer dans des espaces non traçables ou presque comme l’est par essence celui du Dark Web. Une deuxième partie nous emmènera du côté des jeunes et de leurs pratiques dans ces lieux qui intriguent encore beaucoup aujourd’hui. Une dernière partie propose enfin à notre jeunesse mais aussi à quiconque, quelques conseils, pistes et solutions pour bien naviguer dans ces espaces sans franchir la limite de certains délits aujourd’hui passibles de poursuites judiciaires voire de peines de prison.

Du Web surfacique au Web clandestin en passant par le Web abyssal

9Le Web n’est pas l’Internet. Internet est un réseau informatique mondial ou plutôt « le réseau des réseaux » qui transporte les informations : emails, messages instantanés, fichiers ou pages Web … . Tandis que le Web qui fait partie d’Internet, ne désigne que les pages et sites, parfois liés entre eux. Ce que nous appelons plus communément la Toile.

10Pour résumer, selon un forum Cnet France on se « connecte à » et « on utilise » l’Internet mais « on surfe » et « on visite des pages » sur le Web2. Cette distinction que l’on soit jeune ou moins jeune ne se fait pas, ou ne s’est jamais faite naturellement tant nos vies sont trop vite devenues numériques.

11Pour près de 95 % des utilisateurs, voire plus, nous nous limitons aujourd’hui à la simple navigation sur le Web surfacique qui peut se définir comme la simple utilisation de navigateurs pour chercher sur la Toile par exemple dans Google, Wikipédia et dans les réseaux sociaux les plus connus de type Facebook. C’est donc le Web sur lequel vous passez chaque jour la plupart de votre temps pour surfer avec des moteurs de recherches dits classiques alimentés par les robots appelés robots d’indexation ou crawler.

  • 3 DE MAISON ROUGE (O.), Darkweb : plongée en eaux troubles, D., IP/IT 2017. p.74.

12La notion de Deep Web est quant à elle apparue en 2000, en même temps que l’avènement des premiers réseaux sociaux qui ont commencé à générer des métadonnées à partir des requêtes et des pérégrinations des internautes sur le réseau Internet. Cette partie représenterait 95 % du Web.3

13Il est opposé au Web invisible, aussi appelé Web profond, Web abyssal ou Web caché (deep web ou hidden web en anglais) qui englobe l’ensemble du Web accessible en ligne, mais non répertorié par les moteurs de recherche traditionnels (ou alors « mal » répertoriés par ceux-ci). On peut y regrouper entre autres les bases et banques de données, les bibliothèques en ligne, les pages protégées par mot de passe, les intranets, les extranets… Le Web invisible aurait un contenu 500 fois plus important que le Web classique ou surfacique et serait de qualité souvent supérieure, ses données étant en général plus contrôlées et souvent validées. On y retrouve souvent des informations provenant de sources sûres, officielles, universitaires… dont la pertinence n’est pas à mettre en doute et dont le contenu est unique et introuvable ailleurs sur le Web, n’ayant pas vocation à être diffusé au grand public. Ces bases de données peuvent être mises en place par des institutions, des entreprises, des universités, des communautés… dans le but de partager certaines informations dans un cadre restreint, limitant parfois l’accès aux tierces personnes par mot de passe. Cependant, une grande part du Web invisible reste accessible à tous, mais son utilisation restant souvent une affaire d’initiés ou d’habitués. En effet, les moteurs de recherche ne trouvant pas l’information contenue dedans, il est indispensable pour l’utilisateur d’y accéder par une manipulation supplémentaire, en utilisant par exemple un moteur de recherche interne à la base de données ou en effectuant une navigation personnelle par tâtonnement.

14En ce qui concerne le Dark Web, il désigne le contenu présent sur les Darknets, des réseaux superposés (« Overlay ») qui utilisent des protocoles permettant à leurs utilisateurs de rester anonymes. Il convient de rappeler que l’ancienne version d’Internet (Arpanet) intégrait déjà une version Darknet au Pentagone avec ses serveurs secrets rattachés en mode invisible. À l’origine, la première version d’Internet « ARPANET » désignait des réseaux isolés pouvant recevoir des données dont les adresses IP n’étaient pas référencées et ne répondaient pas aux requêtes.

15Au milieu des années 90, des chercheurs militaires américains ont créé une technologie permettant aux agents des services de renseignement d’échanger des informations de manière totalement anonyme. Ils l’ont appelé ’Tor’, qui signifie ’The Onion Router’.

16Dans le cadre de leur stratégie de confidentialité, ils ont libéré Tor dans le domaine public pour que tout le monde puisse enfin l’utiliser. Leur raisonnement était simple : plus il y aurait d’utilisateurs du système, plus il serait difficile de séparer les messages du gouvernement du bruit général.

17Tor s’est largement répandu et constitue aujourd’hui un élément essentiel de ce qu’on appelle le « Web sombre » : un réseau d’activités en ligne introuvables et de sites Web cachés, dont environ 30 000 hébergés par Tor. Et cet anonymat a attiré un très grand nombre de personnes voulant cacher leurs activités.

18Apparurent ensuite des réseaux privés d’échanges de fichiers, non répertoriés sur les moteurs de recherche accessibles aux seuls initiés. C’est enfin devenu l’Internet clandestin, à base de sites cryptés et anonymisés, échappant le plus souvent à toute surveillance publique ou privée que nous connaissons aujourd’hui.

19Le Dark Web désigne de manière plus simple l’ensemble des sites qui fonctionnent sur un réseau parallèle au Web et qui sont donc inaccessibles avec un navigateur Sandrine Richard2019-01-03T09:29:00SRnon traditionnel à ceux comme Internet Explorer, Mozilla et bien d’autres.

20La plupart offrent également un anonymat aux visiteurs. C’est notamment le cas des sites hébergés sur le réseau anonyme Tor. Le darknet se caractérise par un amas de sous-réseaux privés anonymes5 qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation et de confidentialité. C’est une architecture décentralisée de type pair à pair. Il n’existe donc pas UN darknet mais un ensemble de darknet comme nous le rappelle un article du site Journal du Geek6.

21Le darknet regroupe l’ensemble des données auxquelles les internautes lambda n’ont pas accès (FTP, base de données, etc.) et les pages non indexées par les moteurs de recherche. Rien ne sert d’utiliser Google, Bing ou Yahoo, ces pages se terminant Sandrine Richard2019-01-03T09:30:00SRen .onion, vous n’y accéderez jamais par cette voie. Pour pénétrer le darknet, vous devrez télécharger Tor et utiliser Tor Browser ou Grams, moteur de recherche lancé en 2015.

22Parmi ces logiciels d’anonymisation, on retrouve le plus connu d’entre eux, TOR7, symbolisé par un oignon et ses différentes épaisseurs, qui a été conçu initialement à des fins militaires et est utilisé par plus de 1,5 million d’internautes au quotidien. Aujourd’hui le réseau TOR compte plus de 2,5 millions d’utilisateurs, devant les réseaux comme Freenet et I2P.

23TOR n’est pas le seul logiciel d’anonymisation sur la toile via le Darknet et on peut aussi en citer d’autres comme :

  • Freenet20 qui propose un écosystème anonyme complet (mails, blogs, messagerie, IRC).

  • I2P (invisible internet project) qui se comporte comme un proxy. Il intègre un Dark Web (les eepSites) et permet l’échange de fichiers, l’édition de blogs et une messagerie anonyme. Il permet également de surfer anonymement sur le Web ouvert.

  • GNUnet qui est le système d’anonymisation proposé par le projet GNU. Il est essentiellement utilisé pour le partage de fichiers.

  • Zeronet qui propose de créer un Web ouvert et anonyme à partir d’une technologie inspirée des Bitcoins.

  • RetroShare qui fonctionne d’origine en mode ami à ami, toutefois il est capable de fonctionner en mode dit Darknet « définition populaire » (c’est-à-dire entre anonymes, à savoir les amis des amis) si l’on y désactive la DHT et le « Mode découverte ».

  • SafetyGate Invisible est une solution professionnelle commerciale.

  • …/…

24Ce Web, dit « underground », permet surtout de communiquer et d’échanger de manière anonyme, il est plus communément associé à des activités illégales ou dissidentes. L’article « Top 10 des choses les plus terrifiantes du Darknet, le Web illégal »8 nous donne une idée de ce que l’on peut y trouver de pire.

  • 9 SAENKO (L.), Le Darkweb : un nouveau défi pour le droit pénal contemporain, D., IP/IT 2017., p.80.

25La principale caractéristique du Dark Web tient donc à son aspect secret purement volontaire. L’anonymat y est roi. Les portes de cette zone sombre d’Internet restent closes devant l’utilisateur lambda. Cet espace regroupe un vaste ensemble de réseaux virtuels privés et, par conséquent, non unifiés. Y figurent des communautés aux cloisonnements plus ou moins variables et interconnectées. Le développement de cette face cachée d’Internet a été rendu possible par l’expansion du navigateur Internet The Onion Router Project (TOR). Conçu originellement en partenariat avec la Navy dans les années 19909, TOR devait répondre à un objectif de protection des communications des services de renseignement de toute intrusion d’une tierce personne. Profitant de la démocratisation de la Toile, TOR est peu à peu devenu la principale et véritable porte d’entrée vers le Dark Web. S’il y permet l’accès, TOR a aussi modifié cet espace. Espace de libertés et d’expression, le Dark Web est peu à peu devenu une zone de non-droit où le vice se mêle à la vertu.

26En effet, bien que TOR revête un caractère légal, certaines personnes ont su le détourner de son objet premier. Le Dark Web est ainsi principalement devenu dans nos sociétés contemporaines un lieu propice à divers échanges illégaux10.

Les jeunes et le Dark Web

27Si nos jeunes aiment à se rendre sur le Dark Web devenu accessible depuis 1990, c’est parce qu’il présente surtout un caractère anonyme et qu’il intrigue par son exploitation d’activités en ligne plus ou moins dangereuses ou illégales.

28Cependant, il n’est pas toujours utilisé pour des activités illicites et le problème ne vient pas de la technologie elle-même (même si cela peut paraître complexe pour certains), mais de la manière dont les gens l’utilisent. Il convient en tant que parents d’être conscients de cet état de fait pour mieux comprendre certains comportements des jeunes sur la Toile.

29Le plus connu comme Tor est ainsi utilisé principalement pour naviguer anonymement sur le Web ouvert, ce qu’ils savent déjà faire sur leur ordinateur et leur smartphone. Seul un très faible pourcentage de son trafic concerne des services cachés. Avec Tor, par exemple, la navigation et l’adresse IP ne peuvent être identifiées, masquant des informations sur son hôte, sa localisation ou son contenu. Tor héberge ainsi des sites cachés (vente d’armes, drogues, images pédophiles, etc.) mais n’est pas lui-même caché.

30Son installation pour quiconque prend à peine 3 minutes. L’ordinateur se relie alors à un serveur TOR (ou à un autre réseau anonyme tels que I2P, Freenet, Haystack), lui-même connecté aléatoirement à un autre, etc. C’est cette chaîne d’échanges cryptés qui rend considérablement compliquée la tâche des enquêteurs tentant de remonter jusqu’à la véritable identité d’un suspect lorsqu’une enquête est ouverte.

Figure 3 : Page d’accueil du site TOR 11

Figure 3 : Page d’accueil du site TOR 11

31Une fois connecté à ce réseau clandestin, si l’on ne sait pas où se diriger, les « bonnes adresses » sont partiellement rassemblées au sein de plusieurs wikis (Hidden Wiki, Cleaned Hidden Wiki), des annuaires collaboratifs complétés par de bonnes volontés.

32Dans un article du site Marianne12 , nous nous plongeons dans l’Internet criminel qui nous parle d’une porte d’entrée pour découvrir Torbook, l’équivalent caché de Facebook ; Hackintosh, où le matériel Apple neuf bénéficie de 50 % de rabais ; TorDir, un annuaire de liens profonds fréquemment mis à jour ; HackBB, le forum pour s’initier à toutes les activités frauduleuses (extorsion de données, achat de cartes bancaires vierges, etc.), sans compter les nombreux canaux de conversation comme IRC. C’est par le biais de cette messagerie instantanée que l’on peut pénétrer les tréfonds du Net, car la plupart des habitués hébergent leurs sites et forums sur leur propre serveur, les rendant de fait totalement invisibles des profanes.

33Toujours selon cet article et au hasard des rencontres, l’auteur avoue pouvoir facilement se trouver à chatter avec des (très) jeunes comme Paul. À 14 ans - c’est du moins ce qu’il prétend -, il alimentait des blogs avec des clips de sa sœur aînée filmée dans le plus simple appareil. Joint par mail, il s’explique : « Au début, c’était un délire avec des potes, on s’échangeait des vidéos de filles de notre classe, en filmant dans les vestiaires des gymnases avec nos téléphones mobiles, puis on a élargi à notre entourage. »

34Comme ils ne sont plus acceptés des forums classiques du Web surfacique, ils ont trouvé la parade, rappelle ce même article. « Le grand frère d’un copain nous a montré comment créer notre propre espace de discussion pour échanger nos pics [images] entre nous. » Dans cette situation orwellienne où les enfants espionnent leurs aînés, les fausses identités ouvrent des perspectives insoupçonnées : absence de contrôle des âges, activités indétectables par des parents dépassés par la technologie et aucune circulation visible de monnaie, aime à nous rappeler l’auteur.

35Et lorsqu’il s’agit de paiement, c’est le Bitcoin qui fait foi encore à ce jour malgré ses hauts et ses bas. Sans matérialisation physique, cette monnaie est émise à l’aide d’un algorithme dont les calculs sont assurés par les PC d’internautes volontaires ayant téléchargé le logiciel ad hoc13. La valeur du Bitcoin était au 30 novembre Sandrine Richard2019-01-03T09:38:00SR2019 de 3664 euros l’unité. Ces ordinateurs - les « mineurs », dans le jargon - servent aussi à vérifier l’authenticité des transactions en apposant leur signature cryptographique. Les participants à cet « effort collectif » sont gratifiés pour chaque calcul réussi de 25 BTC et ces jetons immatériels peuvent être échangés en euros sur des places de marché (MtGox, Bitcoin.de) à leur cours en vigueur ou directement utilisés pour acquérir des biens. On peut donc s’enrichir de sa chambre comme le précise encore le site de Marianne.

36Ainsi, les internautes du Dark Web pourront commercer plus facilement et en toute sécurité grâce aux Bitcoins. Sans rentrer de numéros bancaires tel que le code de carte de paiement, l’utilisateur pourra acheter des solutions de jeux vidéo et autres produits dont le commerce n’est pas proscrit. C’est cet aspect particulier de cette zone du Web profond qui attire la jeune génération.

37Par ailleurs, dans le domaine de la propriété intellectuelle, le Darknet assure également une certaine sécurité aux artistes. Cette sécurité passant par l’anonymat.

38Ces artistes peuvent vouloir cacher leurs œuvres en attendant de les rendre publiques, - de facto de les commercialiser -, et les protéger des actions de personnes mal intentionnées. Cependant, cette manœuvre est à double tranchant. Le Dark Web est de fait une zone de non-droit où les règles de propriété intellectuelle sont rendues nulles de par l’anonymat qui règne en maître sur ce royaume des ombres. Dissimuler sa création peut nuire à l’artiste en ce qu’elle pourra passer de main en main et être échangée ou vendue avec le Bitcoin sans que ce dernier ne puisse dire quelque chose.

  • 14 Rapport, Europol & OEDT, Drugs and the darknet, 28 nov. 2017.

39Le trafic de stupéfiants se développe également sur le Darknet avec une criminalité anonyme de plus en plus rusée profitant des nouvelles technologies pour bâtir un véritable terrain de jeux hors cadre légal. Selon le rapport publié par Europol et l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT) de 201714, le trafic de stupéfiants sur le Dark Web représente environ deux tiers des échanges effectués. En outre, ledit rapport est intéressant en ce qu’il établit une typologie des drogues vendues et achetées ainsi qu’un profil des consommateurs. Il est à constater que, sur le Dark Web européen, les substances les plus commercialisées concernent la cocaïne et les stimulants tel que la MDMA ou ecstasy. En revanche, sur le territoire national, le produit le plus en circulation est le cannabis qui supplante la cocaïne. Quant au profil des acheteurs, il en ressort que ces derniers s’avèrent plutôt jeunes - entre 20 et 35 ans. Du fait de leur jeunesse, ces individus ont une plus grande maîtrise des codes d’Internet ainsi que du Dark Web.

40Par ailleurs, ils sont relativement insérés socialement et économiquement. Un bilan qui semble assez logique. En effet, afin d’avoir recours au commerce de la drogue, ils sont obligés d’avoir la connaissance du Bitcoin, une monnaie virtuelle dont le fonctionnement est complexe. Mais cette connaissance seule ne suffit pas, il leur faut également avoir les moyens de commercer. Ainsi, l’insertion économique s’explique-t-elle. De surcroît, l’achat de drogues par un tel procédé relève d’une certaine motivation des acheteurs. Ce ne sont pas des consommateurs occasionnels dits d’opportunité. Dans certains cas, il est à remarquer que de plus en plus d’achats s’opèrent de façon groupée. Un des membres de la bande agira sur le Dark Web pour les autres et les approvisionnera après réception du colis. Le rapport met en exergue aussi le fait que, contrairement aux idées reçues, les échanges sont réalisés davantage sur le sol national qu’à l’international. Cela trouvant explication dans l’absence de passage de frontière, in fine de douane, l’utilisation d’une langue commune et dans la plus grande discrétion de la transaction. De par son caractère novateur et dissimulé, le Dark Web suscite en ces milieux divers fantasmes auprès des geeks, surtout d’âge jeune. Avant d’accéder à ce qui pourrait s’apparenter à leur Graal, ces utilisateurs doivent passer certaines barrières. Un défi pouvant faire monter en eux une certaine forme d’excitation, d’un pouvoir de toute puissance. Pouvoir se fournir en drogues sur le Dark Web en représente l’apothéose. Une apogée se caractérisant par la certitude des consommateurs que le danger est moindre en terme de tromperie sur la marchandise ainsi que sur l’absence de revendeurs.

41Pour eux, la pratique est donc plus sûre. Cette dernière n’est toutefois pas sans risque pour ces derniers. D’une part, ils ne peuvent être assurés de l’étiquetage et de la qualité du produit stupéfiant. D’autre part, ce marché noir virtuel n’assure pas une garantie absolue de ne pas être retrouvés par les autorités policières. Ainsi l’exemple le plus parlant est celui de « La Route de la Soie ». À cette évocation, il serait normal de penser aux routes tortueuses et sableuses menant jusqu’aux portes de l’Orient, empruntées par les marchands d’épices et de tissus.

42Aujourd’hui, cette dénomination renvoie à un site caché du Dark Web, créé en janvier 2011, sur lequel avait lieu de nombreuses transactions de substances psychotropes illégales telles que l’ecstasy ou le cannabis. Cette plateforme n’avait pas pour objectif de vendre directement des substances illicites mais bien de mettre en relation des vendeurs et des acheteurs, créant ainsi un réseau fonctionnant sur la confiance et l’anonymat. Le nombre de clients était alors compris entre 30 et 150 mille personnes15.

43Construit sur la forme des sites de ventes traditionnels comme eBay ou Amazon, la Silk Road proposait différents types de produits classés et répertoriés dans des onglets. Les transactions, payées en Bitcoins, étaient réalisées par un intermédiaire. Ce dernier avait pour mission d’effectuer les paiements au vendeur une fois que l’acheteur avait réceptionné la marchandise et cela par l’octroi d’une commission. De plus, en cas de différend, il servait de médiateur.

Figure 2 : Page de market place sur la drogue

Figure 2 : Page de market place sur la drogue

44Misant sur toutes les ficelles offertes par le Dark Web - anonymat, Bitcoin, Tor -, la Silk Road avait espéré rester dans l’ombre de façon éternelle et échapper ainsi aux réactions étatiques. Toutefois, un article de presse publié en juin 2011 sur le site gawker.com16 attira l’œil des américains.

45À bien des égards, les risques du Web invisible sont les mêmes que ceux que l’on peut rencontrer sur le Web ouvert. Les jeunes des deux milieux peuvent accéder à de la pornographie, à des images indécentes d’enfants ou à des sites vendant de la drogue et des armes. Les jeunes sont également exposés au risque d’exploitation et de maltraitance par les délinquants sexuels qui utilisent toutes les parties d’Internet pour cibler leurs victimes. Cependant, il existe des preuves montrant que les délinquants sont plus susceptibles d’interagir par exemple avec les victimes sur le Web ouvert que sur le Web sombre.

  • 17 Jamie Barlett, The Dark Net: Inside the Digital Underworld, Paperback – May 10, 2016

46Les plus jeunes explorent cependant des lieux et des espaces que leurs parents ne connaissent pas (ou pensent ne pas connaître) comme le précise Jamie Barlett dans un ouvrage sur le sujet17. Dans ce livre révélateur, Jamie Barlett, après avoir décrit l’achat et la vente de médicaments et les sites pro-anorexie, nous plonge au cœur de la pègre numérique et présente un regard extraordinaire sur une partie d’Internet que nous ne connaissons ou ne maîtrisons pas. Jamie Barlett a passé une année à enquêter (en ligne et hors ligne) sur des groupes néonazis, sur la culture trolling, sur la Web camming, sur les marchés de la drogue en ligne, sur des sites pro-anorexie et auto-nuisibles, etc.

47L’auteur cite l’exemple des communautés qui s’épanouissent en ligne et s’automutilent et s’organisent autour de l’anorexie. Loin d’être des sites cruels et méchants qui se nourrissent d’adolescents vulnérables, ils constituent une communauté dynamique, accueillante et solidaire composée de personnes partageant les mêmes idées. C’est pourquoi les jeunes y vont et y restent. Ils se joignent aux conseils de régime et restent pour le sentiment d’appartenance, prenant des conseils extrêmement dangereux pendant leur séjour.

48Ensuite, il y a les fameux « marchés au noir » où les médicaments peuvent être achetés et vendus en un clic de souris. Ces marchés fonctionnent, comme eBay ou Amazon, et proposent des stupéfiants de haute qualité à un prix compétitif, le tout avec un excellent service client.

49Les « cam-models » gagnent aussi leur vie en effectuant des actes sexuellement explicites devant leurs webcams, pour lesquels ils sont payés en pourboires par des centaines de téléspectateurs reconnaissants. Droit au client, coûts de fonctionnement peu élevés et service personnalisé : ce modèle d’affaires est l’un des rares secteurs rentables dans une industrie du porno en difficulté, précise encore l’auteur.

50On se situe entre le risqué, le dangereux, voire le normal pour d’autres et en particulier pour les jeunes et les naïfs, qui ne se rendent souvent pas compte que quelques clics stupides peuvent causer des dégâts incroyables à long terme.

51Beaucoup de jeunes sont également concernés par des questions politiques telles que la vie privée et la sécurité sur Internet. Ils peuvent avoir l’impression que la Toile sombre leur offre une couche de sécurité supplémentaire. Certains d’entre eux plus avertis trouvent des solutions plus pointues telles que l’utilisation d’un VPN (réseau privé virtuel) comme moyen potentiel de fournir un niveau de sécurité supplémentaire à leurs activités en ligne.

52D’autres, encore plus malins, âgés de 25 ans, ont été arrêtés en juin 2018 pour une escroquerie « originale » sur le net. Ils ont réussi à commander, avec de fausses coordonnées bancaires et en deux mois seulement, une quantité impressionnante de matériel électroménager, dans le but de le revendre. La valeur de ce butin est d’environ 6000 euros. Mais ces deux jeunes, sans casier et de bonnes familles, ont sans doute vu trop grand et se sont fait prendre. Ils se sont procuré ces fausses coordonnées bancaires sur le « Dark Web » avec une simple mise de 250 euros en bitcoins.

53On le voit bien, tout est possible sur le Darknet et les modes opératoires ne manquent pas. Pourtant, même si les jeunes ne souhaitent pas volontairement entrer dans ces lieux indélicats, voulant tout simplement y trouver parfois une solution à un jeu vidéo par exemple, ils peuvent malgré tout être exposés à de la pornographie, à des images indécentes d’enfants ou à des sites vendant de la drogue et des armes. Les jeunes sont également exposés au risque d’exploitation et de maltraitance par les délinquants sexuels qui utilisent toutes les parties d’Internet pour cibler leurs victimes. Cependant, il existe des preuves montrant que les délinquants sont plus susceptibles d’interagir avec les victimes sur le Web ouvert que sur le Web sombre.

Aides et recommandations aux aventuriers du Dark Web

54Aujourd’hui, la lutte contre le fléau du Darknet est devenue primordiale pour le gouvernement. Le Centre de Lutte contre la Criminalité Numérique (C3N) et l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) œuvrent au quotidien pour traquer les dealers du Darknet. Deux organismes qui travaillent en collaboration avec d’autres à l’étranger comme Europol, Interpol ou encore le FBI.

55On doit le rappeler, naviguer dans le Dark Web n’est pas illicite par nature, au contraire, dans certaines hypothèses, cela peut même être parfaitement légitime.

56En effet, l’anonymat renforce la protection de la vie privée, liberté fondamentale figurant dans le Code civil (article 9) et la Convention européenne des droits de l’homme (article 8). Ainsi, l’accès au Dark Web se justifie pour les dissidents ou les défenseurs des droits dans des États pour communiquer librement ou pour diffuser des informations dans les États non respectueux des droits et libertés fondamentaux. Il en va de même des lanceurs d’alerte « éthique » dans les pays « démocratiques » sous réserve des exceptions prévues par la loi (article de la loi Sapin 2 de décembre 2016).

57Il convient d’expliquer dès le plus jeune âge aux jeunes qu’il y a beaucoup de contenus illégaux dans le Web sombre et que le fait que vous ne vouliez pas que vos jeunes soient exposés reste cependant complexe à expliquer car il est question avant tout du respect de leur désir d’intimité mais il y va malgré tout de leur sécurité sur la Toile.

Il faut savoir également que le Dark Web est une partie du Deep Web à laquelle vous n’accédez que par un navigateur à installer comme TOR. Quand vous êtes sur une page comme celle de la SNCF pour réserver un billet ou encore sur la page de votre banque pour faire un virement, voire encore pour regarder vos mails, vous êtes sur le Deep Web et non sur le Web visible. Encore faut-il que vous, en tant que parents, sachiez ce que recouvre toute cette terminologie afin d’aider votre enfant à se protéger et à mieux comprendre les méandres de ce cyberespace. Ce qui n’est pas forcément le cas, car l’image du Dark Web a toujours eu cette connotation sombre et a presque toujours été confondue avec celle du Deep Web.

58On sait par contre qu’il est aujourd’hui possible d’être amené à entrer sur le Darknet via des chemins détournés ou invitations qui pourraient venir du web surfacique ou encore du Deep Web. Il faudra de toute façon toujours passer par l’installation d’un navigateur comme TOR pour ce faire.

59Il faut aussi préserver nos jeunes de ces moyens d’influence que nous qualifions le plus souvent d’ingénierie sociale avec des modes opératoires de plus en plus diversifiés permettant de se faire passer pour, de rentrer en contact avec, etc.

60Il convient aussi d’encourager nos jeunes à utiliser des filtres de confidentialité sur les médias sociaux, à réfléchir de manière critique sur ce qu’ils partagent en ligne et à contrôler les personnes figurant sur leurs listes d’amis et de contacts. Ce qui est un bon moyen de les aider à maintenir leur profil en ligne de manière discrète sur le Web surfacique et d’éviter de se lancer sur le Dark Web sans une certaine culture de ces espaces.

61Des rapports comme celui de Trend Micro18 permettent aujourd’hui de mieux saisir et comprendre les différentes facettes du Web underground français avant de se lancer dans l’aventure.

62Des sites comme thinkuknow19 peuvent aussi aider les parents à explorer les stratégies que votre enfant peut utiliser pour les aider à rester en sécurité en ligne, ainsi que des conseils pour gérer leur vie en ligne quel que soit leur âge.

63Les jeunes doivent aussi savoir où aller s’ils rencontrent quelque chose qui les inquiète ou les met mal à l’aise, à la fois dans les toiles ouvertes et sombres. Comme la confiance n’est pas de mise dans le Darknet, les naïfs ne doivent pas y trouver leur place car vous n’y entrerez le plus souvent que par recommandation ou par invitation. Je conseillerai aux jeunes de ne s’y aventurer qu’en connaissance de cause et surtout pas sur les terrains de l’entreprise, en stage ou en activité.

Conclusion

64Nous l’avons vu, les couches du Web restent encore trop inconnues de la plupart des internautes et de nos jeunes passés trop vite à une société de l’information où le temps nécessaire pour en apprécier les différentes évolutions n’a pas été assez long.

65Nos jeunes doivent être informés pour pouvoir réagir en cas de problème et certains sites ont été créés pour les aider à le faire sans qu’aucun à ma connaissance ne couvre aujourd’hui des problèmes relevant du Darknet puisque la volonté première est l’anonymat sur cet espace.

66On peut néanmoins citer ce guide20 qui, étape par étape, vous propose d’accéder en toute sécurité au Darknet ainsi que quelques adresses utiles et plateformes de signalement ci-dessous en cas de problèmes survenant sur le Web visible et le Deep Web.

Plateformes de signalement et d’information de l’État ou mission de Services de Police.

  • Cybermalveillance.gouv.fr (j’ai un problème informatique technique, que faire ?)

  • Internet-signalement.gouv.fr PHAROS (signaler un contenu illicite ou victime d’une infraction mineure et Info escroqueries 0 805 805 817)

  • Pointdecontact.net (contenus illicites, choquants… pour un Internet plus sûr)

  • Cnil.fr (atteintes aux données personnelles) site de plainte

  • Secnumacademie.gouv.fr

  • Cybermalveillance.fr (programme gouvernemental assumant un rôle de sensibilisation, de prévention et de soutien en matière de sécurité du numérique auprès de la population française.)

Haut de page

Note de fin

1 La théorie du Darknet, Philippe Davadie Membre de la Chaire Cybersécurité & Cyberdéfense, juin 2015, Article n° IV.7 https ://www.chaire-cyber.fr/IMG/pdf/4.7la_theorie_du_darknet.pdf

2 https ://forums.cnetfrance.fr/topic/1206074-le-web-n-est-pas-l-internet-mais-en-fait-partie/

3 DE MAISON ROUGE (O.), Darkweb : plongée en eaux troubles, D., IP/IT 2017. p.74.

4 http://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/science-actualites/expo-dossiers/darknet-la-face-cachee-du-web/le-dossier/si-le-web-etait-un-iceberg/

5 http://www.rennard.org/Darknet/presentation.html

6 https ://www.journaldugeek.com/dossier/dossier-dans-les-trefonds-du-darknet/

7 https ://www.torproject.org/

8 http://www.jdubuzz.com/tests/top-10-choses-terrifiantes-darknet/2/

9 SAENKO (L.), Le Darkweb : un nouveau défi pour le droit pénal contemporain, D., IP/IT 2017., p.80. 4

10 https ://www.planet.fr/societe-drogues-armes-tueurs-a-gage-que-cache-vraiment-le-dark-web.1606754.29336.html

11 https ://www.torproject.org/

12 https ://www.marianne.net/societe/plongee-dans-l-internet-criminel

13 https ://sourceforge.net/projects/bitcoin/files/

14 Rapport, Europol & OEDT, Drugs and the darknet, 28 nov. 2017.

15 https ://www.andrew.cmu.edu/user/nicolasc/publications/TR-CMU-CyLab-12-018.pdf

16 https ://gawker.com/the-underground-website-where-you-can-buy-any-drug-imag-30818160

17 Jamie Barlett, The Dark Net: Inside the Digital Underworld, Paperback – May 10, 2016

18 http://www.trendmicro.fr/media/wp/the-french-underground-whitepaper-fr.pdf

19 https ://www.thinkuknow.co.uk/

20 https ://www.comparitech.com/fr/blog/vpn-confidentialite/comment-aller-sur-le-darknet-deep-web/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Si le Web était un Iceberg4
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/3278/img-1.png
Fichier image/, 326k
Titre Figure 3 : Page d’accueil du site TOR 11
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/3278/img-2.jpg
Fichier image/, 92k
Titre Figure 2 : Page de market place sur la drogue
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/3278/img-3.png
Fichier image/, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Pinte, « Les jeunes et le Dark Web », Terminal [En ligne], 123 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3278 ; DOI : 10.4000/terminal.3278

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Pinte

Maître de conférences, Université Catholique de Lille, https ://cybercriminalite.blog/

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals