Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123Haine et violence numériqueInternet est-il un espace de radi...

Haine et violence numérique

Internet est-il un espace de radicalisation ?

Étude des processus de radicalisation numérique
Séraphin Alava

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Le côté obscur du cyberespace.

Quand on s’interroge pour commencer à comprendre l’Internet et sa place dans notre univers matériel et dans nos usages de vie, on est bien obligé aujourd’hui dans notre XXIe siècle de constater que nous sommes actuellement face à un « nouveau monde » qui possède des richesses extraordinaires mais qui recèle des dangers encore plus grands. Comme les explorateurs au XVIe siècle, nous savons que ce 7e continent existe mais nous en connaissons très peu les contours et il nous est bien difficile d’en réaliser une cartographie. Malgré les multiples recherches conduites pour essayer d’en comprendre les rituels, les espaces, nous attendons encore que le Jacques Cartier du XXIe siècle nous ébauche les formes nouvelles et changeantes de ce cybermonde. Cette cartographie descriptive, dynamique, compréhensive de ce nouveau monde est d’autant plus difficile à réaliser que ce monde a trois spécificités qui nous obligent à repenser nos modalités cognitives et interrogent notre intelligibilité. En effet l’Internet (si ce mot peut dire encore quelque chose comme unité sociologique), l’Internet, dis-je, est virtuel c’est-à-dire non matériel et sa dynamique mute à chaque révolution technologique majeure. Il y a donc 4 ères socio-techniques qui proposent, imposent ou rendent possibles des formes nouvelles de vie digitale.

  • 1 Statistica 2018. https ://fr.statista.com/statistiques/584481/internet-des-objets-nombre-d-appareil (...)

Le réseau est la première des ères que nous avons chaque jour à côtoyer. Cette dimension d’interconnexion qui aujourd’hui relie 27 milliards d’objets connectés1 nous transporte immédiatement dans une dimension interactive, circulatoire qui change fondamentalement nos modes de vie. La possession, la durée, la propriété sont alors progressivement remplacées par l’information, la vitesse et l’immersion.

La Toile est la deuxième ère que nous devons explorer. Je dis « Toile » pour nommer l’araignée et donc le Web. En effet la mise en circulation non structurée de tous les écrits du monde, le passage d’un monde de censure préalable à un monde de censure a posteriori peu à peu détruit nos modes d’information et nos rapports à l’information. La Toile n’est pas la résultante de l’invention du WEB mais bien au contraire le Web est la concrétisation de la raison même d’être de l’Internet  : « la circulation non contrôlable par un ennemi de l’information ». À la base de la création de l’Internet, il y une idée simple comme un protocole de communication. En effet, pour que l’Internet se propage, il faut d’abord définir un standard dans la structuration de l’information et de sa transmission. C’est Viton G. Cerf et Bob Kahn qui résoudront le problème en créant le TCP/IP  : TCP pour Transmission Control Protocol et IP pour Internet Protocol. La puissance de ce protocole réside en quatre principes qui vont révolutionner l’informatique et produire un espace de transmission de l’information à travers le monde qui se soucie peu de la distance, ni de la redondance, ni des barrières qui pourraient l’arrêter. Cerf et Khan produisent un système à quatre principes assurant la codification des informations en paquets, la transmission de ces informations vers un destinataire, la communication des réseaux entre eux et la validation de ces informations à l’arrivée. Pour résumer cela en quelques mots, l’invention de Cerf et Khan permet de transporter toutes les informations vers n’importe quel endroit sans définir a priori un parcours mais en se préoccupant surtout de la reconstitution de l’information à l’arrivée. Avec TCP, IP et les innovations suivantes en matière de protocole Internet, l’information circule comme le vent et personne ne peut l’arrêter. Plus de distance, plus de barrières, plus de censure, ce qui importe alors est bien le « juste à temps ».

Le cyberespace est la 3e ère sociotechnique que nous devons comprendre pour bien saisir les difficultés que nous aurons à maîtriser ou à combattre les idées noires qui circulent et se propagent sur le Net. Je parle de cyberespace pour expliciter la migration massive des humains vers un monde virtuel de relations, interactions sociales, culturelles, affectives dans les espaces virtuels que sont les réseaux sociaux. C’est en 1995 que Randy Conrad fonda Classâtes Online, le premier réseau social qui pour la première fois permettait à n’importe lequel des habitants de se connecter pour rechercher ses amis d’école, de collège ou d’autres lieux. Bien avant 2004 et Facebook, se regrouper, se reconnaître, échanger sur ses souvenirs devient une raison suffisante pour être sur le Net. Si avant, la quête de l’information est première, à partir de 1995, être branché ou « en être » est devenu la raison essentielle de participer au cyberespace. Le cyberespace devient alors une grande agora collective où chacun parle à chacun. Une belle tour de Babel où le collectif humain s’avance peu à peu vers l’accident qui nous surprend et nous attire : « La vacuité de nos dires ». Dieu dans la Bible fait tomber la tour de Babel car les hommes n’ont qu’une seule langue et ainsi ils peuvent réaliser des prouesses et osent défier Dieu. Le cyberespace dans sa dimension réseau ne produit pas de la connaissance mais de la redondance et les hommes se reflètent au miroir de leurs mots.

Enfin la 4e ère que nous vivons aujourd’hui sous nos yeux sans souvent nous en rendre compte et que certains appellent ère sémantique est pour moi la dernière phase de l’explosion de l’Internet par l’absorption totale de tous les objets, et toutes les activités au cœur même du Net. Le Web sémantique se résume à cela par trois principes assez clairs. Il s’agit d’interconnecter les humains et les objets sur la même matrice de connexion, de dématérialiser les accès aux données à travers un accès mobile, rapide et continu au « Cloud » et de construire des modalités d’alimentation, d’utilisation, d’interrelations de l’ensemble des données (big data) au service des usages humains. Dans cette ère, la différence entre monde réel et monde virtuel tendra à disparaître comme aujourd’hui dans notre ère des réseaux. L’ère sémantique, si on veut être positif, est une ère de transmutation de nos deux mondes digital et textile dans un monde où chacun peut participer et si on est négatif, un monde non régulé où tout est connecté et mis au service des groupes d’influence, d’action ou de combat avec la capacité de faire du Net un espace social économique global. Le 7e continent devient le continent englobant tous les autres.

Notre monde social, géographique, politique, économique, culturel et humain vit donc dans deux dimensions humaines qui cohabitent, s’ignorent ou se combattent. Le côté obscur du cyberespace n’est donc pas un espace caché, crypté, inaccessible où les jeunes pourraient à loisir rencontrer les plus grands malfrats, terroristes, et criminels mais bien une dimension sociale et humaine de notre mode de vie. Comprenons-nous bien ! Il ne s’agit pas pour moi de nier l’existence d’espace d’illégalité et de criminalité au sein du WEB. Le Dark Web existe, la messagerie cryptée existe, les sites pédophiles, haineux, existent et nous devons les combattre. Il s’agit pour moi de vous convaincre d’une certitude qui peut paraître d’une simplicité telle que l’on puisse se dire : « Ah oui mais c’est bien ça ! » Le monde numérique est le monde tel que nous le vivons, ni plus, ni moins. Aucune technologie, aucune machine ne remplace la civilité, la morale, la sociabilité. Le monde numérique a les mêmes enfers que le monde réel. Il est la meilleure et la pire des choses. La vie réelle ou numérique est donc comme le visage de Janus à deux faces que nous devons connaître pour mieux choisir notre identité, notre conduite, notre façon de vivre. Rien dans l’Internet n’impose la violence, aucune technologie ne porte en elle l’addiction ou la méchanceté. Nous transportons sur le Net nos facettes complexes, nos facettes lumineuses et noires. À nous d’agir, d’éduquer, de dialoguer et ainsi de transformer à la fois le cyberespace et le monde réel. Plus nous agissons dans le cybermonde, plus nous le modifions.

Les composantes du cyberterrorisme.

Si nous cherchons à définir la notion de cyberterrorisme, nous dirions que c’est une forme de terrorisme qui utilise l’Internet et l’ensemble des technologies numériques en réseau pour intimider, contraindre ou endommager des groupes sociaux à des fins politico-religieuses, cependant cette définition active décrit assez bien les attaques terroristes utilisant les réseaux informatiques mais décrit peu les nouvelles formes d’activismes. En effet, les groupes radicaux, qu’ils soient d’extrême droite, d’extrême gauche, qu’ils soient religieux ou séparatistes, xénophobes ou sexistes, ont compris très vite que le terrorisme a deux champs de bataille (le terrain des attentats et les médias). Nous avons donc durant tout le XXe siècle et en ce début de XXIe siècle vu apparaître de nouvelles formes d’action terroriste qui consistent à convaincre, embrigader, endoctriner la population afin d’augmenter le nombre de leurs adhérents ou l’impact de la terreur sur les populations. Puis nous devrions enfin ajouter à la définition du cyberterrorisme, les actions consistant à désinformer, tromper ou induire en erreur les personnes vulnérables. À l’ère moderne, le cyberterrorisme est donc l’acte digital qui consiste, à des fins violentes et terroristes, à diffuser, communiquer des idées radicales, désinformer, tromper la population par le déploiement de fausses théories ou complots, embrigader, endoctriner des personnes dans le but de les rendre complices ou actrices des agissements terroristes et agir digitalement ou réellement par les voies électroniques pour nuire, menacer et attaquer des personnes ou leur réputation. On voit donc que le cyberterrorisme a pris aujourd’hui une ampleur certaine et est devenu une composante opérationnelle des combats. Les groupes terroristes s’organisent alors professionnellement pour disposer des communicants, des agents d’embrigadement, des équipes hacktivistes, des animateurs de réseaux, des hackers pour accompagner leurs luttes.

Les cyberterroristes sont structurés en quatre groupes souvent distincts et répartis différemment sur le territoire. En premier lieu, nous trouvons les hacktivistes communicants. Ces personnes disposent de moyens légers et produisent dans une chaîne au standard professionnel les outils de communication (dépêches, bulletins d’infos, sites Web) officiels ou affiliés à tel ou tel groupe. Ces hacktivistes produisent en relation avec les terroristes de terrain toutes les images des attentats ou des combats. En deuxième lieu, viennent les hacktivistes actifs qui vont, au sein des sites d’informations, des pages de certaines cibles, agir de façon violente ou mensongère pour nuire à la diffusion des informations. Ces personnes utilisent le trolling, le bombing, la diffusion de fake news, la création de faux sites pour nuire aux personnes ennemies. En troisième lieu, viennent les hacktivistes recruteurs qui, adhérant à une idéologie terroriste, vont retweeter, liker, diffuser au sein de leurs réseaux les informations du groupe. Ces hacktivistes vont aussi repérer des cibles et agir dans un processus de séduction numérique et de conversation radicale pour recruter d’autres adhérents à l’idéologie terroriste. Enfin, les hackers vont intervenir de façon violente pour détruire, ralentir, voler, fausser des processus informatiques (votes, données, process) dans le but de créer un trouble, un accident, un acte violent flagrant. Suivant le niveau de la structure terroriste, une personne agit dans plusieurs rôles, la coordination étant réalisée la plupart du temps sur des messageries cryptées ou dans le Dark Net.

Embrigader, recruter, convaincre sur le Net.

  • 2 Alava, S., Frau-Meigs, D. & Hassan, G. (2018).

La capacité du Net de convertir, hameçonner, recruter, convaincre des jeunes dans une volonté violente et radicale a été mise en avant depuis le 11 septembre 2001. Internet serait devenu un espace privilégié d’embrigadement. Les rapports internationaux2, les écrits scientifiques nous alertent sur une fragilité des jeunes dans la période de l’adolescence face aux fausses informations (Fake news), aux théories du complot, aux discours radicaux, sectaires, extrémistes. L’Internet est un espace libre de circulation des informations. Cela peut paraître très juste et relevant de la liberté d’opinion ou très dangereux et relevant de la diffusion de rumeurs, voire de manipulation de l’information. En ce début de siècle, la question de la création, de la circulation de l’information, des textes, des théories, des preuves, des données est à nouveau objet de polémique. Quand on veut comprendre les enjeux de cette quête d’information, de ces offres extrémistes et des mécanismes de diffusion spécifiques à Internet, nous devons examiner trois facettes complémentaires : à quoi sert l’information ? qui informe ? pourquoi croit-on certaines informations ?

L’information n’est jamais neutre ; comment l’information structure-t-elle nos cités ?

Nous pensons souvent que l’information est comme une décalcomanie du réel et qu’il y a une égalité presque totale entre information et réel. D’ailleurs, les journalistes ne nous indiquent-ils pas qu’ils sont objectifs et neutres, c’est-à-dire dans notre esprit que l’information qu’ils nous donnent est la vraie vérité qu’ils ont observée ? L’information n’est toujours qu’une découpe du réel : un agencement savant de la réalité que le journaliste structure et auquel il donne forme. L’information est donc une construction et donc en tant que telle est l’objet de débats et d’échanges, parfois de controverses.

  • 3 Bateson, 1980, pp. 155-156, Vers une écologie de l’esprit.

Les chercheurs en communication de l’école de Palo Alto (Californie, années 50) vont plus loin car ils pensent que même le réel qui semble commun à plusieurs personnes est en fait un produit de communication. Nous ne voyons pas comme si nous photographiions le réel mais nous le reconstruisons dans notre cerveau compte tenu de nos idées, histoires, cultures. « Toute expérience est subjective et notre cerveau crée les images que nous pensons observer », Bateson3. Il est donc normal et nous pourrions dire sain que nous nous interrogions sur le réel qui est posté derrière l’information car avec les données objectives prélevées et retransmises il y a toujours un message, c’est-à-dire un avis, une lecture des évènements offerte par le journaliste qui nous restitue à la fois le fait observé, ses choix de prélèvement et son « texte » c’est-à-dire la couture personnelle ou sociale des événements.

Il y a donc dans chaque acte d’information ces trois actes (prélever, choisir, relier). Nous ne devons pas rejeter le débat sur telle ou telle lecture d’un évènement sous prétexte que le réel est le réel, nous devons dialoguer de la façon la plus argumentée possible sur notre modalité personnelle ou médiatique de prélever, choisir et relier les faits. C’est à ce titre que les informations seront non pas vraies mais objectives, c’est-à-dire des objets dont on peut facilement reconstituer le processus de fabrication. L’éducation aux médias a donc cet enjeu informationnel, social mais surtout éducatif de mise en débat de nos façons de produire de la connaissance à partir des informations.

S’informer est un processus ou pourquoi croit-on certaines théories du complot.

Les caractéristiques des théories du complot ou du conspirationnisme sont les suivantes :

  • L’utilisation d’outils rhétoriques récurrents : dénonciation d’une machination secrète et visible aux seuls « initiés », supposée avoir la capacité extraordinaire de tromper le monde entier pendant des décennies. 

  • Son irréfutabilité au sens poppérien, dans la mesure où il est impossible de prouver que les théories avancées sont fausses.

  • L’inversion de la charge de la preuve. « Prouvez-nous que nous avons tort ! ».

C’est l’obsession du « à qui profite le crime » et la nécessité d’envisager systématiquement une intentionnalité derrière les événements, en faisant fi des raisons accidentelles : « Si les choses se déroulent ainsi, c’est qu’elles sont manipulées pour servir des intérêts particuliers. »

La théorie du complot a alors comme but d’aider à fuir le réel pour demeurer dans le confort de ses certitudes. Peu importe que les explications avancées se contredisent, l’important réside dans l’idée générale que « l’on nous ment ». Découvrir ou croire en une théorie du complot procure un sentiment de gratification personnelle. Le conspirationnisme fait appel à un mécanisme de distinction qui place l’individu comme un initié, un « chercheur de vérité », par opposition à la masse des crédules. Face à des situations sidérantes ou horribles, les théories conspirationnistes construisent un réel simplificateur et apportent un sentiment réconfortant de compréhension. Le sujet peut alors produire du sens dans une situation qu’il est incapable de contrôler. Les théories du complot permettent ainsi d’expliciter et d’incarner des phénomènes qui dépassent et déstabilisent l’individu. Enfin, dans des situations traumatisantes ou difficiles à accepter, la théorie du complot offre un coupable bouc émissaire à la rage ou à la colère des personnes. Ce bouc émissaire, notons-le, est toujours le même et est ainsi désigné comme victime expiatoire des crimes non résolus. Quand on ne sait rien, quand on ne comprend rien, le bouc émissaire est alors la solution facile et efficace pour penser retrouver une maîtrise des situations.

Quand on examine les composantes psychologiques de l’adhésion des jeunes aux théories du complot, il y a comme une similitude entre les composantes de l’adolescence et ces théories. En effet, l’adolescence est une période triple pour le jeune qui se caractérise par :

  • Une révolution copernicienne de la pensée qui fait que le jeune découvre que le monde n’est pas comme ses parents le lui indiquaient. Le jeune va donc changer de point de vue pour voir émerger des non-dits, des impossibles, des espaces à reconstruire dans sa pensée. Du passé faisons table rase, semble alors dire le jeune.

  • Une révolte nihiliste qui entend rejeter ce qui est établi, confortable, affirmé pour découvrir que le noir est lumière et que le faux est le vrai. Dans cette démarche démiurge, le jeune construit son pouvoir par le dévoilement des jeux.

  • Une transformation radicale du soi ou la perte de la carapace ancienne ouvre la voie à des remises en cause et des volontés de croire que les marges tiennent la page, comme le dit Jean-Luc Godard.

Les théories du complot viennent alors entrer en écho avec les quêtes psychologiques des jeunes et confirmer leurs interrogations existentielles. Dans ce mécanisme d’adhésion croissante des jeunes aux théories du complot, nous pouvons alors mettre en avant des éléments qui permettent d’agir par le dialogue pour aider le jeune à mieux saisir les enjeux de ces adhésions.

Quand une situation n’est pas satisfaisante ou si nous avons du mal à atteindre nos rêves, nous développons de la frustration. Dans cette optique, cette frustration mène soit à un sentiment de culpabilité soit à de l’agression. Comme nous ne pouvons pas facilement diriger cette colère vers l’agent frustrant, alors la colère sera déplacée vers une autre cible (ici vers le bouc émissaire). Cette colère et cette agressivité impossibles à manifester réellement sont pourtant cathartiques, elles diminuent le sentiment de frustration. Si une personne ne décharge pas sa frustration et l’accumule, cela peut laisser une marque invisible qui la rendra beaucoup plus rapidement vulnérable à la prochaine frustration. Alors il est plus efficace de reporter l’agressivité sur un individu ou un groupe facilement identifiable. Les préjugés permettent alors d’accélérer le processus et le coupable à désigner est facilement identifié.

Processus de radicalisation en ligne.

Dans la stratégie discursive et d’endoctrinement mise en œuvre par des recruteurs ou des militants radicaux sur le Net, les théories du complot agissent en synergie avec d’autres thèmes issus des discours de rupture qui favorisent le questionnement du sujet et l’entrée en quête d’un sens caché. L’opérateur de la manipulation construit pour chaque sujet un espace et une démarche de communication « faits main » qui s’adaptent au sujet et à la situation.

L’étude des scripts de radicalisation numérique montre l’existence d’une véritable stratégie de manipulation que nous illustrons par cette cible.

Figure1 : Cible de l’embrigadement numérique djihadiste

Figure1 : Cible de l’embrigadement numérique djihadiste

En effet, s’il n’existe pas de facteurs cohérents pour expliquer la radicalisation numérique des jeunes, il existe une démarche en quatre étapes qui se retrouve toujours dans l’analyse des scripts.

Dans la phase 1, la cible est identifiée par une expression caractérisant ses opinions, interrogations, prises de positions sur le Net. C’est soit sur Twitter dans une indexation d’un fait, soit dans un commentaire sur un site d’information ou d’alter information, soit dans le post ou le commentaire fait sur Facebook. Ces mots clés d’entrée ne sont pas exhaustifs mais ils marquent tous une ouverture possible à des informations centrées sur des discours de rupture.

La phase 2 est alors possible d’abord par « l’accrochage de l’attention » fait par le recruteur par un post, un « j’aime », un soutien explicite dans un retweet, etc. L’objectif est bien d’hameçonner le sujet en montrant une adhésion à ces idées. D’abord le message est un massage, dirait Mc Luhan. Dans cette phase, la quête essentielle du recruteur est de construire les éléments structurants de la scène médiatique qui doit servir ensuite. Il s’agit alors de créer une complicité, un intérêt réciproque, une attirance construite sur le valorisant du sujet cible. La scène médiatique comprend aussi une construction rituélique du contact, un espace spécifique privé du dialogue qui pose le « ici et maintenant » et le « toi et rien que toi » comme structurant la communication.

La conversation radicale va donc alors commencer et se structurer dans la plupart des cas en trois phases (discours de rupture – théorie du complot – discours salafiste). Dans le cas des non- musulmans, la conversion viendra ancrer le sujet dans une acceptation de la perte du soi pour le collectif. Les discours de rupture montrent au jeune que ses intérêts, ses indignations, ses questions sont des éléments communs à tous ceux qui comme lui sont ségrégés. La théorie du complot est toujours présente dans le script de la conversation radicale

Figure2 : Schéma de l’embrigadement / engagement numérique.

Figure2 : Schéma de l’embrigadement / engagement numérique.

Les discours de rupture et la théorie du complot agissent donc au sein de la conversation radicale comme des opérateurs de la séparation entre un « je » identifié et victimisé et un « nous » collectif et communautaire qui sera porté par le discours salafiste djihadiste. Les conversations radicales que nous avons identifiées respectent donc les phases 1 (isolement) et 2 (destruction de l’individu) du schéma d’embrigadement préparant ainsi le jeune à la phase reconstructive du discours qui, s’appuyant sur une doxa structurée salafiste, va montrer à l’adolescent la voie de la rédemption qui passe par la perte de son humanité et surtout le rejet chez les autres de leur humanité.

Les réseaux sociaux et l’ensemble des dispositifs interactifs du Web 2.0 sont utilisés volontairement par les recruteurs salafistes pour organiser une scène médiatique spécifique permettant de construire une relation intime secrète durable avec le jeune afin de le conduire vers une conversion (changement de quelque chose en quelque chose d’autre). Cette démarche n’est pas de l’ordre de l’emprise mentale mais bien de la conversation structurée dans un jeu engagement-endoctrinement où le sujet est acteur et agit dans un système complexe de communication qui favorise la manipulation.

Conclusion.

En matière de cyber-radicalisation, il nous faut donc comprendre 5 vérités qui structureront plus tard nos politiques de prévention et de lutte contre la cyber-radicalisation.

  1. L’Internet est structuré pour rendre impossible l’arrêt de l’information. La censure par retrait est donc illusoire. Les politiques de déréférencement n’ont qu’une portée limitée et le travail est sans cesse à recommencer. La diffusion de l’information sur le Net est structurée de telle façon que le repérage du lieu de production de l’information est indispensable.

  2. L’Internet est un espace d’interaction, il est donc nécessaire de renforcer notre présence citoyenne sur le Net. En 1870, au lendemain de la proclamation de la 3e République, le corps des gardiens de la paix civile est créé. Cette paix civile est un des enjeux majeurs de l’Internet de demain. Nous devons considérer donc la sécurité comme nécessaire dans sa forme publique et démocratique.

  3. L’Internet est un espace médiatique ouvert où chacun écrit. Il faut donc communiquer nos vérités et les mettre au cœur du débat citoyen sur le Net. La meilleure façon de contrer des théories fausses et dangereuses, c’est renforcer notre communication et éduquer les jeunes à la maîtrise de l’information et des médias.

  4. Le Net est un espace géostratégique puissant car demain la maîtrise du monde passera par le Net. Il nous faut donc investir ces espaces et renforcer notre sécurité nationale par la maîtrise des cyberattaques et des campagnes de désinformation.

  5. Vivre digitalement est une forme nouvelle de vie. Nous devons en explorer les rites et les codes. La recherche doit approfondir ces nouvelles modalités de vie sociale pour aider la cité digitale et réelle à mieux construire une nouvelle sociabilité.

Haut de page

Bibliographie

alava, s. frau-meigs, d. hassan, g. (2017). les médias sociaux et la radicalisation conduisant vers l’extrémisme violent des jeunes : rapport unesco. direction de l’information et de la communication – unesco

alava s, (2017). éducation aux médias et prévention de la radicalisation. in : ruffion, a. (2017). méthodes d’intervention en prévention de la radicalisation. éditions la boîte à pandore.

najjar, n. alava s, (2017). pour une démarche de qualité en matière de prévention de la radicalisation. in : ruffion, a. (2017). méthodes d’intervention en prévention de la radicalisation. éditions la boîte à pandore.

blaya c, alava s., (2012), risks and safety for children on the internet: the french report, lse, london : eu kids online

alava, s. frau-meigs d. hassan, g. (2018). note de synthèse internationale sur les liens entre les médias sociaux et les processus de radicalisation menant à la violence. quaderni, n° 95, printemps 2018. (à paraître)

alava, s. najjar, n. hussein, h. (2017). étude des processus de radicalisation au sein des réseaux sociaux : place des arguments complotistes et des discours de rupture. quaderni, n° 94, automne 2017. (à paraître)

alava, s. (2017). plaidoyer pour une éducation humaine aux médias ou comment redonner du sens à l’information. médiadoc, n° 18, juin 2017. p. 5-12

alava, s. (2017). la citoyenneté. un rempart contre la radicalisation de la jeunesse. cahiers français, n° 399. p. 80-85

alava, s. (2017). la délinquance serait-elle un passage obligatoire vers la radicalisation des jeunes ? (entretien avec s. alava. propos recueillis par h. hussein). les cahiers de la lcd : lutte contre les discriminations, n° 4

Haut de page

Notes

1 Statistica 2018. https ://fr.statista.com/statistiques/584481/internet-des-objets-nombre-d-appareils-connectes-dans-le-monde--2020/

2 Alava, S., Frau-Meigs, D. & Hassan, G. (2018).

3 Bateson, 1980, pp. 155-156, Vers une écologie de l’esprit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1 : Cible de l’embrigadement numérique djihadiste
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/3347/img-1.png
Fichier image/png, 165k
Titre Figure2 : Schéma de l’embrigadement / engagement numérique.
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/3347/img-2.png
Fichier image/png, 182k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séraphin Alava, « Internet est-il un espace de radicalisation ? »Terminal [En ligne], 123 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.3347

Haut de page

Auteur

Séraphin Alava

Professeur de sciences de l’éducation, Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès. France, Seraphin.alava@gmail.com ?

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search