Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123Bloc-notesCapitalisme de plateforme

Bloc-notes

Capitalisme de plateforme

L’hégémonie de l’économie numérique
Jacques Vétois
Référence(s) :

Capitalisme de plateforme, L’hégémonie de l’économie numérique, Nick Srnicek, Lux Éditeur, 2018, 137 p

Texte intégral

1Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) auxquels on peut adjoindre Siemens, General Electric, Uber, Airbnb et d’autres plateformes se développent principalement par la collecte des données, la publicité ciblée et le statut d’intermédiaire que cela leur confère. Beaucoup d’ouvrages ont été écrits sur ces entreprises et les technologies qu’elles diffusent. Certains critiques mettent l’accent sur les aspects politiques et sociétaux des données personnelles engrangées par ces firmes. D’autres sur les actions culturelles et idéologiques qu’elles ne manquent pas de susciter. L’auteur revient sur l’économie et les exigences du capitalisme contemporain : « avant toute chose, le capitalisme exige pour générer des profits, qu’elles cherchent sans relâche de nouvelles ouvertures, de nouveaux marchés, de nouvelles marchandises et de nouvelles formes d’exploitation ». Il s’inscrit dans une démarche critique, voire marxiste. Ces entreprises visent à créer leur propre marché et à le contrôler complètement. Elles tendent à instituer des quasi monopole bien qu’elles s’inscrivent dans la logique habituelle du capitalisme.

2L’auteur explique le contexte économique et financier qui a abouti au succès de ces firmes, en particulier la baisse des taux d’intérêts après la crise de l’immobilier en 2008. Celle-ci a succédé à l’éclatement de la bulle boursière des entreprises de l’Internet. Les Etats endettés ont refusé toute politique de relance malgré les besoins de renouvellement de nombreuses infrastructures en Europe et Etats-Unis. Le taux de rendement de beaucoup d’ actifs financiers a décru et de nombreux investisseurs se sont rabattus sur des investissements à risque dans des entreprises de technologie numérique ou des placements dans des paradis fiscaux. La thésaurisation et la reprise après la crise expliquent en grande partie le succès des entreprises de plateforme.

3La collecte des données restent le point fort de ces entreprises. En 2016, Google, Facebook et Alibaba ont encaissé la moitié des revenus des publicités numériques dans le monde. Aux USA, Google et Facebook ont monopolisé 76 % des revenus publicitaires sur le Web. Pour rester concurrentielles, elles doivent extraire, analyser le maximum de données personnelles et les faire entrer dans leur système aux dépens des autres plateformes. A la concurrence intercapitaliste classique s’ajoute celle pour l’accès aux données et leur traitement, enfermant les utilisateurs dans leur propre réseau par l’intermédiaire d’interfaces multiusages donnant accès direct à Internet.

4La publicité reste le moteur principal du financement de ces plateformes. Une forte diminution de ce pactole (crise financière , sursaut citoyen, utilisation de logiciels bloqueurs de publicité) serait problématique et annoncerait la fin de la gratuité. Seules les entreprises possédant d’autres ressources issues de service ou de vente comme Amazon pourraient subsister. Quelle stratégie peut-on mettre en œuvre pour contrer les tendances au monopole de certaines de ces plateformes ? Faut-il créer des plateformes coopératives ? Mais n’est-il pas déjà trop tard. Celles-ci auront difficilement la force de frappe financière (et aussi technique) des plateformes existantes. Seul les Etats auraient les capacités d’intervenir dans ce domaine. En le réglementant et/ou comme le suggère l’auteur, en développant des plateformes publiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vétois, « Capitalisme de plateforme »Terminal [En ligne], 123 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3446 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.3446

Haut de page

Auteur

Jacques Vétois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut Mines-Télécom Business School
  • Logo CREIS-Terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search