Navigation – Plan du site

AccueilNuméros102La propriété intellectuelle empo...Le fantasme de la mort du droit d...

La propriété intellectuelle emportée par le numérique ?

Le fantasme de la mort du droit d‘auteur dans la littérature de science-fiction

Charles Simon

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Tous nos remerciements à Cory Doctorow et Norman Spinrad pour leur gentillesse et le temps qu’ils ont bien voulu consacrerà répondre à nos questions ainsi qu’à Bernard et Olivier de la librairie L’Amour du Noir à Paris, Jean-Paul Brun, Dominique Gallicher, Olivier Jouanno, Paul Guermonprez, Éric Guichard, Dominique 0. Martel, Benoît Maurer, Jérôme Perdreau, Richard Pinhas etJérôme Schmidt pour leurs critiques et nos discussions. Un merci tout spécial à Odile Ambry pour son exemplaire de Rock Machine 

Avant-propos

1Du piano mécanique dans les années 1860 au magnétoscope dans les années 1970, le droit d’auteur est confronté depuis longtemps au progrès technique. Pourquoi l’Internet représenterait-il un plus grand défi que les technologies qui l’ont précédé ? Peut-être parce qu’il remet radicalement en cause ce qui, depuis plus de deux siècles, constitue la base du droit d’auteur : le pouvoir de l’auteur d’autoriser la communication de ses œuvres au public, que ce soit sous la forme de copies ou par représentation directe (exposition, interprétation publique. . .).

2Hier, seuls les professionnels avaient la capacité technique de distribuer des œuvres à grande échelle. Le public était réduit à la portion congrue : essentiellement recevoir l’œuvre et exercer les deux exceptions au droit d’auteur que sont la copie privée et la représentation dans le cercle de famille. Celles-ci lui permettaient de copier librement une œuvre pour son usage privé ou de la montrer dans un cadre restreint. Mais l’essentiel du droit d’auteur se jouait bien ailleurs, dans les relations entre deux professionnels : l’auteur d’un côté, son éditeur/diffuseur de l’autre.

3Avec l’Internet, ce paysage familier est bouleversé. Depuis le milieu des années 1990, n’importe quel abonné à l’Internet dispose à domicile d’une capacité de communication que beaucoup de professionnels auraient envié seulement quelques années plus tôt. Pour une petite centaine de francs puis quelques dizaines d’euros par mois, l’internaute peut désormais, depuis son domicile, s’introniser distributeur d’une œuvre numérisée, voire d’un catalogue entier d’œuvres. Mais le droit d’auteur « classique » n’est pas « scalab1e » pour reprendre un terme cher aux férus des réseaux : il n’est pas élastique. Lorsque le nombre de distributeurs devient trop important, comme c’est le cas avec l’Internet, il casse. L’auteur et ses représentants, les sociétés de gestion collective du type Sacem, ne peuvent pas accorder des autorisations aux millions d’internautes qui se sont intronisés distributeurs. D’où l’idée avancée par certains de créer des licences globales qui légaliseraient ces nouveaux modes d’exploitation des œuvres par le public. D’où aussi l’apparition de licences dites libres à la Creative Commons, Arts Libres et autres qui renversent la logique du droit d’auteur classique, en présupposant que tout ce qui est sur l’Internet est fait pour être copié et redistribué. Les seules questions qui intéressent ce dernier type de licences sont inconnues du code de la Propriété intellectuelle : dans quel cadre (commercial ou non) puis-je redistribuer l’œuvre ? Puis-je la modifier ? Si oui, sous quelles conditions dois-je distribuer l’œuvre dérivée ?

4S’il ne faut pas minimiser la résilience du droit d’auteur qui a surmonté de nombreux bouleversements technologiques par le passé, 1’Internet représente donc un véritable casse-tête pour les auteurs et ceux qui font profession de diffuser les œuvres de ceux-ci. Un casse-tête et une menace pour le gagnepain de ces deux groupes. Rien d’étonnant alors que leurs premières réactions aient été de défense. Lars Ulrich, le batteur du groupe de hard rock Metallica, initie le mouvement en avril 2000, en poursuivant devant les tribunaux califomiens celui qui est alors perçu comme la source de tous les maux : l’éditeur du logiciel de peer to peer Napster. Dr. Dre, célèbre figure du rap « West Coast » américain, le suit quelques semaines plus tard. En arrière-plan, on devine l’ombre des représentants de l’industrie du disque, notamment la RIAA (Recording Industry Association ofAmerica), le puissant lobby des producteurs phonographiques.

5Au même moment, d’autres auteurs, habitués à jouer avec les phénomènes sociaux, ne pouvaient cependant ignorer ce qui se passait sous leurs yeux. Ce sont les écrivains de science-fiction.

6Dès 1998, alors que le peer to peer est encore un terme inconnu du grand public, l’un d’eux imagine le futur du droit d’auteur confronté à la révolution des télécommunications : c’est K. W. Jeter avec son roman Noir. Deux autres l’imiteront quelques années plus tard. D’abord Peter F. Hamilton avec sa nouvelle Jeunesse gâchée (Misspent Youth * non traduit en français), parue en 2002, puis Cow Doctorow, également avec une nouvelle, Dans la dèche au Royaume enchanté, parue en 2003.

7Ces trois auteurs sont des représentants majeurs de la science-fiction contemporaine de langue anglaise. K. W. Jeter & écrit trois suites « officielles » au roman de Philip K. Dick : Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? portée à l’écran par Ridley Scott sous le titre de Blade Runner ; la nouvelle de Cory Doctorow a été honorée d’un Nebula, un des plus prestigieux prix couronnant les écrits d’anticipation ; quant à Peter F. Hamilton, il est célébré comme l’un des fers de lance du renouveau de la science-fiction britannique, notamment pour sa trilogie L ’Aube de la nuit. Leurs trois livres partent d’une même interrogation : comment le droit d’auteur peut-il s’adapter aux mutations technologiques ‘ ? Mais les réponses qu’ils donnent sont bien différentes. Alors que K. W. Jeter construit une dystocie, une contre-utopie dans laquelle le droit d’auteur n’a pu survivre qu’en faisant de la contrefaçon le pire des crimes, Peter F. Hamilton imagine au contraire un monde normal, exceptée la disparition pure et simple du droit d’auteur, lequel est balayé par le développement des technologies digitales. Quant à Cory Doctorow, il trace le portrait d’une utopie où le droit d’auteur & été dépassé par un nouveau modèle aujourd’hui en germe dans les communautés du logiciel libre et du copylefl, une sorte d’alter droit d’auteur,

8Ces visions du futur ne sont pourtant divergentes qu’en apparence car, quoi qu’il advienne au droit d’auteur, les auteurs comme les œuvres continuent d’exister dans ces trois futurs possibles. Ce ne sont en réalité que les réponses à trois questions liées aux fonctions du droit d’auteur qui séparent les différents scénarios : quelle place pour le don dans l’économie de la création ? L’auteur comme professionnel est-il condamné et les intermédiaires dela création sont-ils nécessaires dans le nouvel environnement numérique ?

9Ces questions ne sont pas anodines, ce sont bien elles qui sont au cœur du débat autour du droit d’auteur face à l’Internet. Après avoir présenté le résultat, c’est-à-dire les futurs que Doctorow, Hamilton et Jeter imaginent, nous analyserons donc les choix qui les ont guidés, puis nous nous interrogerons sur le message dont leurs livres sont porteurs. Car, derrière la fable, Doctorow, Hamilton et Jeter sont, d’abord et avant tout, des personnes qui vivent de leur plume. lmaginer le futur du droit d’auteur est donc pour eux l’occasion de prendre position, chacun avec sa sensibilité et ses opinions, sur un sujet éminemment personnel.

Les trois futurs du droit d’auteur

10Premier à imaginer le futur du droit d’auteur face à l’Internet, K. W. Jeter opte en 1998 pour sa radicalisation. Une phrase suffit à résumer le monde selon Mc Nihil (sic), son héros : « ll existe une solution radicale au vol de propriété intellectuelle. On l’appelle un 357 magnum. » Dans ce futur, les pirates sont la proie de personnes comme Mc Nihil, chargées par les auteurs et leurs représentants de traquer les délinquants, puis de les transformer en trophées, un objet utilitaire et un mode de punition. Une paire d’enceintes stéréo peut ainsi utiliser pour fonctionner les tissus cérébraux d’une personne ayant copié un livre sans l’autorisation de son auteur. La conscience du pirate est conservée dans l’objet, servant un but psychologique : rappeler en permanence le sort réservé à ceux qui portent atteinte à la propriété intellectuelle. Dans ce futur, le droit d’auteur est donc tout-puissant.

11Quatre ans plus tard et sur des bases proches, Peter F. Hamilton construit au contraire un futur dans lequel « les enthousiastes anonymes et les fanatiques, et quelques anticapitalistes déterminés à mettre à bas le Grand Capital et àfàire cesser les profits excessifs >> ont gagné. Le droit d’auteur a été purement et simplement balayé sous les assauts conjugués de l’expansion du réseau et d’une méthode révolutionnaire de stockage des données. Tout s’est joué au tournant des années 2010, au point que le langage courant parle de « l’Avant-10 » et de « l’Après-10 » pour marquer la césure. 11 reste bien des auteurs, comme Graham Joyce, un personnage secondaire de la nouvelle, mais dans « 1’Après-10 », ils en sont réduits à vivoter sur les gains engrangés << Avant-10 », privés de tous moyens de subsistance.

12Cory Doctorow rompt pour sa part avec l’idée commune à ses deux prédécesseurs, qui veut que le droit d’auteur contemporain évolue linéairement soit vers une radication soit vers un effondrement total. Comme chez Hamilton, toutes les œuvres sont désormais accessibles librement et immédiatement à tous, en ligne. Mais dans le monde qu’il imagine, l’humanité et de plus vaincu le besoin et la mort, privant de base le droit d’auteur actuel.

13L’auteur n’a plus à rechercher une contrepartie monétaire à l’acte de création à travers le contrôle de la diffusion de ses créations. Ce qui ne veut pas dire que les notions d’auteur et d’œuvre ont disparu, bien au contraire : le héros de la nouvelle, Jules, est l’auteur de trois symphonies. Mais le moteur de la création a changé. L’espoir d’un gain financier et été remplacé par le « Whuffie », une nouvelle unité de classement des personnes, basée exclusivement sur la reconnaissance symbolique.

14C’est en réalité sur ce point que les mondes des trois auteurs divergent le plus. Car tandis que le droit d’auteur chez K.W. Jeter et de Peter F. Hamilton reste ancré dans une économie de rareté fondée sur le besoin, Cory Doctorow joue, pour sa part, à plein sur un modèle archaïque que l’Internet et ses possibilités de copie illimitée semblent faire renaître aujourd’hui : l’économie du don.

Première question : quelle place pour le don dans la création ?

15Selon l’encyclopédie en ligne Wikipédia, qui propose plusieurs entrées sur la nouvelle de Cory Doctorow, le « Whuffie » se définit comme « une mesure générale de [l]a réputation globale [d ’une personne], et on perd ou on gagne du Whuffie au fil de ses actions favorables ou défavorables. La question est .’ qui détermine quelles actions sont favorables ou défavorables ? Dans la dèche, c ’est l ’opinion publique. Bousculer quelqu ’un defaçon impolie sur le trottoir vousfem perdre des points auprès de lui (et peut-être même auprès des passants qui vous ont vu), tandis que composer une symphonie acclamée vous rapportera du whu[fie de la part de tous ceux à qui elle a plu. »

16Le « Whuffie » est donc une mesure de cette économie du don qui aurait animé certaines sociétés précapitalistes, mise au goût du jour par Doctorow pour devenir le moteur d’une société postindustrielle. Ce serait même d’après Jules, le héros de la nouvelle, une meilleure unité de mesure du succès que l’argent, car « en mesurant ce que l’argent représentait vraimentfvotre capital personnel avec vos amis et vos voisins - vous [ mesurez] de façon plus précise votre succès ». Chacun est connecté en permanence et est informé du « Whuffie » des personnes rencontrées.

17Ainsi, si des personnes telles Jules produisent des œuvres, ce n’est plus dans l’espoir d’un gain direct, mais pour les communiquer le plus largement possible et donc, éventuellement, troquet le plaisir qu’elles apportent aux personnes qui les reçoivent contre du « Whuffie », un « bénéfice symbolique »  servant de base au nouveau classement social. Une perspective bien différente de celle d’un droit d’auteur comme récompense sonnante et trébuchante de l’auteur. Cela laisse cependant Jeter de marbre. Pour son héros, Mc Nihil, « l ’économie du cadeau n ’avait été qu ’un rêve de hippies, parfait pour échanger des informations sans valeur, mais inutilisable pour l ’achat et la vente de ce qui valait la peine d ’être acheté ou vendu ». D’où la sacralisation du droit d’auteur et de la copie physique, « les atomes du monde réel », face aux « petites lumières colorées, sur [ les] écrans d ’ordinateur ». « L’idée de dispenser le contenu intellectuel sur le Net pour rien, comme des vieilles rediffusions de séries télé, le tout payé par des firmes qui couvraient ] ’écrande leurs logos — tout ça avait fini par s’évaporer comme un crachat sur une batterie non ventilée. »

18Entre ces deux extrêmes qui glorifient ou vilipendent le don, Peter F. Hamilton présente une voie médiane. Dans son monde, le don a balayé le droit d’auteur non pas parce qu’il a pris le pas sur une « vieille économie » mais parce qu’il est « Dans la Dèche au royaume enchanté naturel » dans un environnement où toute création, ancienne ou nouvelle, est désormais instantanément et gratuitement mise en ligne. lnstinctivement, toute personne assimile alors la propriété à une limitation inacceptable. En tout cas, la propriété d’une pure donnée ou de n’impone quelle chose pouvant être transformée en données et circuler sur un réseau de communication car le sentiment de propriété reste fort pour toutes les choses physiques. Comme chez Jeter, les fondements de la propriété continuent donc d’exister mais ils ne s’appliquent plus à la propriété intellectuelle, du fait de la possibilité de copier les œuvres à l’infini pour un coût nul ou quasi nul.

Deuxième question : quelle place pour les auteurs professionnels ?

19Cette première ligne de partage se double d’une seconde : sur l’avenir de l’auteur comme professionnel. Car si la création ne génère plus de revenu, quelle place reste-t-il pour celui-ci ?

20Jeter esquive la question puisque, pour son héros, la << radicalisatian draconienne des lois protégeant le contenu créatif’de la propriété intellectuelle » a justement pour but d’empêcher cette évolution, d’empêcher que l’auteur professionnel ne soit spolié « de ses seules ressources, de l ’unique moyen qu ’il avait de transformer le contenu de sa tête en contenu de son estomac ». Mais pour cela, il doit se faire d’une répression sauvage, orchestrée par l’Agence de Recouvrement dont les personnels, tels Mc Nihil, ont pour unique mission de transformer les pirates en « trophées ». Le maintien de la place de l’auteur comme professionnel ne peut donc se faire qu’au détriment de ce groupe de personnes, les non-professionnels, qui ne volent pas seulement les choses pour les avoir mais pour « prouver qu’ils pouvaient voler, qu’ils avaient le droit de voler. Et aussi pour punir, notamment les créateurs, tous ces écrivains, ces musiciens et ces artistes hautains, tous ces cerveaux et ces mains affairés, dont les propriétaires se pavanaient comme si Dieu les aimait plus que ceux qui se consumaient d’une envie légitime ». Le maintien de l’auteur comme professionnel passe alors par un antagonisme exacerbé avec le public.

21Malgré ce qui les rapproche, Peter F. Hamilton est encore une fois aux antipodes de K. W. J eter : dans son futur, les auteurs professionnels sont une espèce en voie d’extinction, à la manière de son personnage secondaire Graham Joyce. Celui-ci ne peut qu’assister, amer, à la marche du monde. Il reste bien une industrie du divertissement mais elle est purement alimentaire. Les rediffusions ne pouvant pas générer de revenus supplémentaires, puisque tout est instantanément disponible gratuitement en ligne, la création devient un fusil à un coup  : les oeuvres nouvelles sont proposées en sortie simultanée au niveau mondial et financées par la publicité directe, le parrainage, et indirecte, le placement de produits, c’est-à-dire l’intégration de marques ou de produits directement dans l’œuvre. Les bailleurs de fonds ont réorienté leurs ressources vers des productions à la rentabilité immédiate : émissions de télévision câblée, de feuilletons et de séries télévisés. L’activité créatrice en tant que profession n’a donc plus de place dans un tel environnement.

22Comme chez Peter F. Hamilton, Cory Doctorow prophétise la disparition de la figure de l’auteur comme professionnel, mais pour des raisons bien différentes. Dans une société d’abondance, toute création est par définition amateur, tout simplement parce que la notion de professionnel n’a plus de sens quand tous les besoins de base sont couverts. Il n’est plus nécessaire de « gagner sa vie ». En conséquence il n’y a plus non plus de revenu pour différencier le « professionnel » de l’« amateur ». Le seul moteur de la création est bien désormais l’intérêt qu’une personne porte à son sujet, ses violons d’lngres, avec, éventuellement, la possibilité de le voir sanctionné par l’augmentation de son « Whuffie » si d’autres jugent l’effort méritoire.

Troisième question : quelle place pour les intermédiaires ?

23La remise en cause de la création comme profession pose cependant la question du devenir des intermédiaires qui gravitent autour de la création. Au-delà de la question purement mercantile de l’organisation d’une chaîne de valeurs entre le public et son auteur, qui notamment assure le filtre entre les auteurs et le public ? Qui fait la part entre le bon, le moins bon et le franchement exécrable parmi la masse des créations ?

24Dans la nouvelle de Doctorow, la réponse est en apparence simple : la méritocratie. La société d’abondance et l’économie de réputation ne mettent en effet pas fin à la règle d’or de l’évolution qui veut que « le meilleur survit, le reste est supplanté >>. Doctorow imagine ainsi des « écrivains d ’épouvante à haut Whuffie », ce qui ne signifie pas qu’il s’agit d’écrivains professionnels mais de personnes ayant un intérêt particulier pour l’écriture de romans d’épouvante et rencontrant un écho positif dans l’opinion publique. La méritocratie n’est cependant qu’une méthode de classement, pas un sujet conscient. Sa seule évocation n’explique pas comment le filtre fonctionne. Doctorow décrit implicitement au moins une méthode : Jules, son héros compositeur de symphonies, a commencé par répéter ses créations dans des « salles et des parcs à “bas Whufj‘ie ” avec n ’importe quel musicien [qu ’il] pouvai[t]racoler ». Dans ce futur, il semble donc qu’il existe encore des circuits de promotion, au moins informels, qui permettent à un auteur de faire connaître son œuvre. Mais rien n’est dit sur leur fonctionnement exact.

25Les intermédiaires sont au contraire au centre du livre Jeunesse gâchée. Dans « ! ’Après-10 », leur disparition a pour conséquence que la création littéraire est aux mains « d’écrivains non professionnels qui pouvaient enfin exposer au monde entier leurs manuscrits rejetés, un monde qui semblait aussi peu admiratif que les éditeurs l’avaient été ». Quant aux œuvres demandant l’intervention d’un pool d’auteurs spécialisés, et donc d’une infrastructure, elles sont abâtardies, à l’image des œuvres audiovisuelles réduites à des produits pour la télévision sponsorisés par la publicité et des jeux vidéos « assemblés par des équipes d intérêt commun, le plus souvent en modifiant ou réarï”angeant des originaux de ] ’Avant-10 ». Hamilton lie ainsi le destin des intermédiaires et celui de la création. Sans eux, pas de création ou, en tout cas, pas de création de qualité.

26La situation est plus ambiguë dans le monde de Jeter où le droit d’auteur y est plus fort que jamais grâce à un intemédiaire pæticulier : l’Agence de Recouvrement, l’héritière des sociétés de gestion collective du type Sacem. C’est le seul intermédiaire dont il est question dans tout le roman. Mais elle ne paiticipe pas à la difiusion des œuvres. Son unique fonction est la traque des « pirates ». C’est donc un nouveau type d’intermédiaires puisque, si les sociétés d’auteurs telles que nous les connaissons aujourd’hui, ont toujours eu pour mission la défense des droits des personnes qu’elles représenænt, leur rôle ne se limite pas à cela ni même n’est principalement cela. Dans Noir au contraire, la lutte contre le piratage et la radicalisation du droit d’auteur a subverti ces intermédiaires jusqu’à en faire des escadrons de la mort.

La possibilité d’un discours militant

27C’est parce que le don est une illusion et que les auteurs professionnels doivent être protégés, au besoin par des intermédiaires transformés en véritables milices privées, que K.W. J eter imagine un droit d’auteur tout puissant et radicalisé. Au contraire, c’est parce que le don est consubstantiel à l’environnement numérique et qu’auteurs et intermédiaires sont impuissants à combattre ce penchant naturel que le droit d’auteur se délite chez Peter F. Hamilton. Enfin, c’est parce que le don et la reconnaissance sociale qu’il apporte sont les nouveaux moteurs de l’économie, une économie où les notions de professionnels et d’amateurs n’ont plus cours, que le droit d’auteur a été dépassé chez Cory Doctorow et que les intermédiaires semblent avoir disparu. À partir d’un certain nombre d’options sur les mêmes questions, Jeter, Hamilton et Doctorow construisent donc des futurs, et des mondes, cohérents. 11 ne s’agit pas que de science-fiction. Les options discutées sont réellement présentes dans le débat contemporain et les auteurs s’y identifient, au moins pour J eter et Doctorow qui revendiquent la nature directement politique de leurs écrits.

28La postface à l’édition française de Noir, datée de novembre 2002, est on ne peut plus claire à ce sujet  : « En écrivant NOIR, je n ’ai pas fait que somnoler tête penchée sur mon clavier. J ’avais conscience que la bataille était d ’ores et déjà entamée, entre ceux qui créent et ceux qui dénigrent l’acte créatifou, pour dire les choses de manières plus abruptes, entre ceux qui suent et ceux qui volent — ou, pis encore, sefont les chantres du vol. […] Mon camp a depuis gagné assez de batailles et écarté suffisamment d’ennemis pour quej’aie cœur de nouveau a croire en la nature humaine. [..] Et le concept de copyright, en tant que principe du bien, ri ’aurait pas un tel impact en notre monde si les hommes n’y adhéraient de tout cœur ». En 1998, lorsqu’il écrit Noir, Jeter ne se contente donc pas de produire un roman. C’est bien à une véritable croisade pour le droit d’auteur qu’il appelle.

29Quant à Cory Doctorow, la méthode de distribution de sa nouvelle Dans la Dèche au royaume enchanté est à elle seule une promotion des principes développés dans son livre : elle est sortie simultanément sous forme de volume papier vendu en librairie et sous forme de fichier numérique à télécharger sous licence Creative Commons. Comme il le notait dans sa première préface de janvier 2003 : « Ouais, il y a des problèmes légaux. Ouais, c’est difficile d’imaginer comment les gens vontfaire de l ’argent de cette façon Ouais, il y a beaucoup de bouleversements sociaux et une menace sérieuse contre [ ’innovati0n, la liberté et le business et que sais-je encore, et en tant qu ’auteur de science-fiction, les scénarios de fin-du-monde-comme-nous-le connaissons sont mon fond de commerce. »

30Dans sa seconde préface de février 2004, il récidivait  : « Je voulais voir si le ciel me tomberait sur la tête : vous savez, les écrivains apprennent de leurs pairs qu ’un droit d ’auteur maximal est la seule chose se tenant entre nous et la pénurie. » Loin d’être une pure utopie, le monde décrit dans Dans la Dèche au royaume enchanté s’inscrit donc dans un mouvement bien réel, celui des logiciels et, plus largement, de la création libre. Un monde que Cory Doctorow connaît bien puisque, jusqu’en 2006, il était coordinateur Europe de l’Electronic Frontier Foundati0n (EFF), une association américaine qui a pour objectif de défendre les libertés individuelles dans le nouvel environnement numérique et qui, en pratique, est très fortement impliquée dans le monde du libre. Finalement seul Peter F. Hamilton semble être apolitique. La position qu’il adopte dans sa nouvelle n’est cependant pas anodine. C’est l’expression d’un certain fatalisme face à un progrès technique qui semble broyer tout sur son passage, les auteurs n’étant qu’une catégorie de victimes de plus. Graham Joyce, son écrivain déchu, déclare ainsi à un adolescent né dans « ! ’Après-10 » qui ne comprend pas qu’il puisse lui réclamer un paiement pour le visionnage d’un vieux film dont il a écrit le scénario : « Ne crains rien, Tim. C ’est une vieille bataille maintenant et nous avons été vaincus. Les causes perdues sont les pires & defendre. J ’aimejusteflzire du grabuge de temps en temps. À mon âge, la vie n ’a plus grand-chose d’amusant à offrir. » Dix ans après Noir, six ans après Jeunesse gâchée et cinq ans après Dans la Dèche au royaume enchanté, les visions politiques des auteurs sont donc de bons étalons pour analyser les évolutions contemporaines.

31Aujourd’hui, la culture hostile au droit d’auteur vécue comme une restriction aux droits du public (quoi qu’on mette derrière cette expression) s’affirme. On retrouve ici un des traits essentiels du futur imaginé par Peter F . Hamilton. Comme chez K. W. Jeter, face à cette évolution, la tentation du tout répressif est forte pour les auteurs et leurs représentants, appuyés par le législateur. Il n’est qu’à voir en France les débats autour de la loi Dadvsi (Droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information) en 2006 et du projet Création et lntemet en 2008. Ces textes sont vécus par beaucoup d’internautes comme de simples véhicules spécialement imaginés pour durcir la répression des échanges de fichiers sur l’Internet, pavant la voie à un droit d’auteur extrémiste.

32Parallèlement, les modes de création nouveaux au cœur des écrits de Cory Doctorow sont sortis de leur ghetto. Les logiciels libres et les créations sous licences copyleft sont aujourd’hui plus largement diffusés qu’il y a cinq ans. L’encyclopédie en ligne Wikipédia, sous licence Creative Commons, est le neuvième site Web le plus consulté au niveau mondial selon Alexa.com, un site de mesure de trafic sur le Web, et Time Magazine a choisi « les internautes » comme personne de l’année 2006, écrivant  : « Ce dont il s’agit c’est du recueil de connaissance cosmique qu ’est Wikipédia et du réseau populaire riche à millions de chaînes qu ’est You Tube et de la métropole en ligne qu ’est MySpace. Ce dont il s ’agit c’est de la multitude qui arrache le pouvoir des mains de quelques-unes et s ’entraide pour rien et de comment cela va changer non .seulement le monde, mais aussi changer la facon dont le monde change. » Plus que de simples divertissements, K. W. Jeter, Peter F. Hamilton et Cory Doctorow ont donc imaginé des futurs qui interrogth le droit d’auteur aujourd’hui. De ce point de vue, malgré ou grâce à leurs positions respectives et leurs engagements politiques, ils ont donc rempli cette fonction fondamentale de la littérature d’anticipation qui est de se saisir d’un phénomène, de le pousser à sa limite puis de répondre à la question : « Que se passerait-il si... »

Haut de page

Bibliographie

K.W. JETER, Noir, Spectra/Bantam Books, New York, 1998 (ED. anglaise) ; Noir, Éditions J’ai lu, 467 pages (édition française), 2003.

PETER F. HAMILTON, Misspent Youth, Macmillan, Londres, 358 pages, 2002.

CORY DODTORÛW, Down and autin the Magic Kingdom, Tor Books, New York (EU. Anglaise), 2003 ;version électronique parue sous licence Creative Commons by-nd-nc (Paternité – Pas de modification - Pas d’utilisation commerciale) version 1.0 :http://craphound.com/down/download.php

CORY DOCTOROW, Dans la Dèche au royaume enchanté, Éditions Gallimard, Folio SF, 229 pages (version française], 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Simon, « Le fantasme de la mort du droit d‘auteur dans la littérature de science-fiction »Terminal [En ligne], 102 | 2008, mis en ligne le 29 mars 2019, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3521 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.3521

Haut de page

Auteur

Charles Simon

Avocat au Barreau de Paris et administrateur du Chapitre français de l’Internet Society (lsoc France).

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search