Navigation – Plan du site
La propriété intellectuelle emportée par le numérique ?
Expérimentation

Jamendo : une plate-forme de musique libre en ligne

Entretien1 avec Laurent Kratz, PDG de Jamendo
Jean-Benoît Zimmermann

Entrées d’index

Mots-clés :

musique en ligne, Jamendo
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien réalisé le 9 juillet 2008 à Luxembourg par Jean-Benoît Zimmermann pour Terminal.

Terminal : Pouvez-vous tout d’abord nous décrire rapidement ce que c’est que Jamendo ?

Laurent Kratz :

Rappelons rapidement l’histoire de Jamendo. Ça a commencé en 2004. Sylvain Zimmer, l’un de nos stagiaires, défendait l’idée que la plupart des groupes de musiques étaient de la même génération que ceux qui pirataient et n’avaient aucun problème avec ça, voire même se plaignaient de ne pas se retrouver dans les principaux réseaux de peer-to-peer (P2P). Quand on tapait Madonna dans eMule, on trouvait tous ses titres, et même ses photos de nue, en revanche, quand on tapait « Bon groupe du coin », on ne trouvait pas.

Donc l’idée de départ a été de dire : on va faire une plate-fom1e pour se mettre volontairement là où tous les gens, tous les jeunes (on a l’habitude d’appeler ça la génération Y) vont chercher leur musique. On a fabriqué un outillage qui puisse le permettre.

L’idée brillante de Sylvain a été de vouloir procéder légalement. Puisqu’on est informaticiens de formation, on a mobilisé un schéma qui nous tenait à cœur, c’est-à-dire d’utiliser des licences propres au partage. De là est né Jamendo (fusion des deux termes musicaux Jam et crescendo), la plateforme qui permet de se mettre volontairement dans les réseaux de P2P en utilisant les licences Creative Commons (CC), qui représentent, pour le contenu musical, l’extension de ce qu’on connaissait déjà pour le logiciel libre. En 2004, Jamendo est essentiellement une plate-forme ludique, de jeunes informaticiens et de groupes jeunes très branchés.

Mais au fur à mesure, le projet a pris de l’ampleur, avec de plus en plus d’albums, et on a pu commencer à réfléchir beaucoup plus en termes de business model qu’en termes de services pour groupes et gens amateurs de musique. Le projet a donc évolué. À tel point qu’à partir de 2007, nous avons commencé à faire un tour de table pour le financement. Et on a réussi à conclure mi-2007 avec le financement d’un capital-risqueur, luxembourgeois par ailleurs, qui s’appelle Mangrove, pour passer vraiment à la vitesse supérieure, tout en restant ce que Jamendo a toujours voulu être : la plus grande plate-forme du monde pour la musique Creative Commons, qui a la particularité de pousser cette musique dans les réseaux P2P, mais met également toute la musique en téléchargement direct libre, légal et illimité. Notre vision des choses, c’est d’être là où tout le monde musical va aller, que la musique est gratuite, elle est disponible, et pourtant il y a de l’argent qui circule. Aujourd’hui, on fait naturellement de la publicité, des bandeaux, etc. sur la plate-fom1e, et la moitié des recettes de cette publicité est reversée aux artistes inscrits au programme. Mais on commence aussi à faire un certain nombre d’autres tests qui sont beaucoup plus en rapport avec le licensing, c’est-à-dire la mise à disposition de ce type de musique pour des usages particuliers, par exemple d’autres plates-formes Web tels que blogosphères pour fabricants de lecteurs MP3 comme Archos.

On gère une masse exponentielle de contenus sous licence libre et on le rémunère sur la base de partenariats de tous types. Finalement, les Creative Commons, pour découvrir et partager, dans la sphère B2C (Business to Consumer, pour des usages privés - NDLR), c’est gratuit. En revanche, dans la sphère B2B (Business ta Business, pour les usages commerciaux - NDLR), il y a de l’argent qui circule.

Il y a une autre façon d’expliquer ça : on est passé du concept de copy - right vers celui de l’user-right. La copie, dans le monde numérique, n’a plus de sens : finalement les ordinateurs ne savent faire que ça, la principale instruction d’un microprocesseur, c’est de copier 1 000 fois, 100 000 fois, 1 million de fois. Qu’est-ce que ça veut dire de continuer à compter des copies ? Reste qu’il y a des usages qui permettent de brassent beaucoup d’argent, et c’est normal de le partager avec les ayants droit. En revanche, les usages comme la découverte, de le passer à son copain, de le passer à 100 copains, à 1 000 copains, qui créent des micros valeurs non monétaires, c’est-à-dire de l’audience, n’ont pas de sens à notre avis d’être rémunérés. C’est vraiment ça l’idée de base des CC.

Terminal : Oui, mais le P2P, ce n’est plus l’échange entre copains, c’est un accès sans limite à une discothèque globale. En revanche, il n’y a personne pour vous conseiller, vous faire connaître sa dernière découverte...

Laurent Kratz :

En fait, fondamentalement, pour nous le P2P n’est qu’un moyen. Techniquement, il faut savoir que cela reste la technologie la plus économique pour délivrer une très grande quantité de données, de musique, à des masses de gens. C’est une technologie vertueuse, mais ça reste une technologie. En fait, pour en revenir à cette notion de copies, nombre de copies, etc., dans le monde numérique, la métrique copie n’a plus de sens. La vraie métrique, qui a toujours été mais qui était simplifiée en utilisant le nombre de copies, pour faire de la répartition par exemple, c’est l’audience. La popularité d’un artiste, ce dont on peut imaginer qu’il puisse en vivre, est en rapport avec l’audience qu’il touche. Mais compter des nombres de copies dans un monde digital, surtout dans un monde P2P, ça n’a plus de sens, ce n’est plus possible. Par contre, il faut rester très attentif à des métriques d’audience. D’ailleurs les maisons de disques l’ont bien compris maintenant puisqu’elles commencent à compléter leur offre de vente d’ albums, par des ventes de tickets, des organisations de concerts, du merchandising ; c’est ce qu’on appelle dans leur jargon, le 360°.

Pour en revenir à Jamendo, c’est un formidable outil de génération de buzz. Pourquoi ? Parce que ça permet de mettre du contenu, souvent de très bonne qualité mais peu visité, sur les plates-formes les plus visibles du monde : la plus grande du monde de musique, ce n’est pas iTunes, je suis désolé, c’est Mininova (un réseau bitTorrent - NDLR), c’est bitTorrent, c’est eMule. Donc , ce qu’on fait nous : on met ce contenu volontairement, puisque nos artistes adhèrent à nos principes de fonctionnement et à la licence CC, sur Mininova.org, sur TorrentZ, sur toutes les plates-formes que les jeunes, cette fameuse génération Y, connaissent très bien.

C’est un fom1idable moteur de buzz, de ce point de vue. Je ne peux que renvoyer vos lecteurs vers d’autres blogs, très instructifs sur ce sujet: l’un des concepts sur Internet, qui est intéressant par rapport au business-mode ! des artistes, c’est« One thousand truefans » (Mille vrais fans), qui explique les principaux leviers qui permettent de dire « je veux devenir artiste et en vivre ». Et leur métrique c’est:« avoir 1000 vrais fans », après il y a la définition de ce que ça veut dire « avoir un vrai fan ». Donc on ne parle plus en termes de nombre de copies, on parle en termes d’audience. C’est très intéressant de voir comment ça peut se modéliser économiquement.

On voit que la musique libre n’est un problème supply side (côté offre - NDLR), c’est un problème demand side (côté demande - NDLR)  : d’un côté, notre contenu a cru de façon exponentielle, on double tous les six mois, de l’autre, le trafic ne double pas tous les six mois même s’il augmente. En réalité, on a un vrai problème de marketing et on réfléchit à la façon de travailler sur le produit et sur le message. Cela ressemble beaucoup à ce qui s’est passé dans le logiciel libre, c’est-à-dire qu’on doit lutter contre la perception tout à fait habituelle « gratuit = mauvais ». Comme il y a vingt ans : « des harhus se mettent à développer des logiciels qu ’ils mettent à disposition gratuitement, oh ! là là, je n’ai pas confiance ». Regardez maintenant en une journée, Firefox est téléchargé des millions de fois . Dans le logiciel, cette perception a mis vingt ans à changer. J’espère, en tant qu’entrepreneur basé autour des licences libres, que ça ne va pas être aussi long pour la musiq ue. On doit plus se préoccuper de notre demande que de notre côté fournisseur. Pour ce qui est du contenu, de convaincre des artistes c’est relativement facile : le bouche à oreille marche formidablement !

Terminal : Pour revenir au régime de propriété intellectuelle sur lequel vous vous appuyez, donc c’est essentiellement les Creative Commons. Ce sont des CC non commerciaux ? Mais lorsque vous réalisez un accord comme avec Archos, c’est du commercial.

Laurent Kratz :

Le principe est de dire, eu égard aux technologies utilisées, donc à l’économie numérique, on impose à l’ayant droit utilisant notre plate-fom1e de choisir l’une des six licences CC, qui représentent, pour le dire vite toutes les situations inten11édiaires entre le « Tous droits réservés » et le« Aucun droit réservé ». « Aucun droit réservé », cela s’appelle abandon de droit, c’est le domaine public, c’est légal.« Tous droits réservés », c’est le régime de droit d’auteur, qui s’applique par défaut, si on ne fait rien.

Donc les CC, c’est un dégradé de gris entre les deux, entre le blanc qui est le domaine public et le noir qui est le « Tous droits réservés ». Le gris le plus clair c’est: vous pouvez faire ce que vous voulez avec ma chanson pour peu que vous me citiez, c’est ce qu’on appelle RY, c’est la plus light. La licence la plus sombre c’est: vous pouvez faire ce que vous voulez avec ma musique, la copier une fois, cent fois, mille fois, pour peu que vous me citiez, que mon nom ne disparaisse pas, que vous n’en fassiez pas un usage commercial, que vous ne gagniez pas votre vie sur mon dos, et que vous n’en fassiez pas une œuvre dérivée (un exemple courant  : je prends la musique, je change les paroles ; ou je garde les paroles, et je change la musique derrière).

Alors que le « Tout droits réservés » c’est« vous n’avez rien le droit de faire sans me demander, sauf peut-être de faire une copie de sauvegarde », et encore c’est en train de changer, avec les Creative Commons, on va dire« oui pour peu que... ». Donc, oui vous pouvez faire tout ce que vous voulez avec la musique, pour peu que, au moins vous me citiez, et puis pour certaines licences vous n’en faites pas un usage commercial...

  • 2 L’accord de partenariat avec Archas convient de la mise en ligne de Jamendo sur le portail Archas C (...)

Pour revenir à la question, nous imposons aux ayants droit qui veulent travailler avec notre service de choisir une des six. Mais cette licence est simplement entre l’ayant droit et le public . Ce n’est pas une sorte de contrat entre l’ayant droit et Jamendo. Entre l’ayant droit et Jamendo, on dit« vous choisissez une des six pour le public, mais pour ce qui nous concerne, on dit notamment, si vous avez choisi une licence non commerciale, elle ne s’applique pas à nous ». Parce que finalement la notion de licence, c’est un contrat par défaut  : si vous ne me demandez pas, c’est ça. Mais on peut toujours demander. Et dans le cas précis de la relation entre les artistes et Jamendo, eux nous donnent une dérogation nous autorisant à faire un usage commercial de leur musique, notamment de mettre des bandeaux sur le site pour financer l’infrastructure. Plus largement, pour tous les contrats de partenariat que nous pouvons passer, Jamendo se propose d’être une espèce d’outillage de gestion individuelle des droits. Après ce sont des cases à cocher dans l’environnement d’administration de l’artiste, par exemple « Archas, ça vous intéresse ou non ? »2, et ils choisissent.

Et c’est la même chose avec tous les partenariats qu’on continue à avoir (par exemple on fait un partenariat avec Jamba). De notre côté, nous voulons avoir de plus en plus de partenariats. On est un moteur de diffusion de musique sous licence CC, et on est une plate-forme de gestion individuelle des droits.

Terminal : Donc avec les artistes, vous avez un contrat explicite ?

Laurent Kratz : Oui, bien sûr.

Terminal : Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui si un artiste du régime classique se dit« Jamendo, c’est vraiment bien, je leur mettrais bien quelques-uns de mes titres à disposition ». Jusqu’ici, vous disiez que c’était impossible à cause des engagements des artistes vis-à-vis de la Sacem. Est-ce que les choses évoluent  ? Est-ce que vous allez parvenir à un accord avec la Sacem, à ce sujet  ?

Laurent Kratz :

Juridiquement, on ne peut pas faire n’importe quoi. Jamendo , par choix , par stratégie avec ce système des licences CC, n’impose aucune exclusivité. Comme toutes les plates-fom1es dignes de nos jours, ça n’a pas de sens de dire :« Vous pouvez aller sur Jamendo, mais je vous inter - dis d’aller sur MySpace ». On est non-exclusif. Notre seule spécificité c’est Creative Commons, on impose ça à la fois pour des raisons de positionnement et de simplification par rapport à la diffusion de musique sur Internet. Le fait que nous n’imposions pas d’exclusivité dans nos conditions ça veut dire :« Attention, il faut que vous nous juriez que vous n’avez pas de contrat d’exclusivité avec un tiers. Sinon vous vous mettez en porte-à faux. » Mais être sociétaire d’une société de collecte, c’est faire un mandat de gestion exclusif à un tiers. Ça veut dire que le type qui est sociétaire à la Sacem, même si c’était en 1980, on ne peut plus le garder.

Terminal : Parce qu’en fait, il ne peut pas être à la Sacem juste pour une partie de sa production ...

Laurent Kratz :

C’est ça le problème ! Alors, je rencontre régulièrement des gens pour essayer d’avancer là-dessus. 11 y a quelques semaines, j’étais invité aux sixièmes rencontres de la propriété intellectuelle, à une table ronde, assis à côté de Catherine Kerr-Vignale, une femme charmante, très sympathique, membre de la section juridique de la Sacem. Ce n’est pas la première fois que je la rencontre, on se connaît, il n’y a pas encore de ponts, mais ça viendra. Je pense que la plus grande réticence de la Sacem, ce n’est plus tellement les CC, c’est bien plus le P2P. Or, le corollaire de Jamendo c’est quand même le P2P. Mais je comprends leur vision.

Terminal : Dans sa perception, c’est incompatible. Pour vous le P2P, c’est avant tout une technologie, pour elle c’est avant tout un mode de piratage.

Laurent Kratz :

Oui, c’est ça. Et ça risque de prendre du temps pour changer cette idée. Pour autant, dans d’autres pays européens, les sociétés de collecte, équivalentes de la Sacem comme la Buma aux Pays-Bas ou Koda au Danemark, sont elles-mêmes en train de faire une partie du chemin vers nous. Lors du Midem dernier, sur l’estrade il y avait Larry Lessig (le père de CC) qui parlait, il y avait Chad Hurley (le PDG de YouTube, comme destructeur de copyright, on ne fait pas mieux), Niklas Zennstrêim (Joost, une sorte de télé P2P, issue de Skype et Kazaa). li y a cinq ans, ils auraient fait un bûcher. Là, ils étaient sur l’estrade en train de donner leur vision, et il y avait des idées constructives. C’est un signe que l’industrie culturelle commence à regarder l’autre côté.

Terminal : C’est là qu’on s’aperçoit qu’il y a un décalage très fort entre la réalité économique et les outils juridiques.

Laurent Kratz :

C’est ce que je disais la semaine dernière dans une interview à France-Culture. En plus, je le vois depuis le Luxembourg. Il y a un côté franco-français ; je dirais qu’ils sont en train de fabriquer un « minitel juridique ». Et, ça a un côté musical, il y a un contretemps absolument faux, Dadvsi disait « vous allez en tôle si vous vous amusez à détourner les systèmes de protection » ; presque le lendemain Amazon, iTunes, etc., déclarent : « on abandonne les DRM, ça ne marche pas ». Ils veulent mettre en place la riposte graduée. Je pense qu’il va y avoir beaucoup plus de grands groupes (pas les petits qui viennent de Jamendo), comme Radio Head, Nine Inch Nails, Barbara Hendricks, à ce qu’il paraît le prochain Muse aussi, qui va dire « la musique est gratuite ». Une fois de plus il y a eu contretemps : on légifère dans une vision franco-française, territoriale (alors que territorial, sur Internet, ça ne veut rien dire) et en plus, pas au bon moment.

Terminal : Aujourd’hui, il ne peut pas y avoir d’artistes à cheval sur les deux régimes ?

Laurent Kratz :

Si, dans d’autres systèmes de collecte comme Buma aux Pays-Bas ou Koda au Danemark, c’est possible.

Terminal : Parce ce que ce sont des sociétés de collecte qui ont intégré ça dans leurs statuts. Il suffirait à la Sacem, de faire signer à ceux qui veulent de leurs artistes, un addendum ...

Laurent Kratz :

C’est ça. La problématique n’est pas du côté de Jamendo, c’est clair. Mais on continue à discuter. Évidemment ce qui m’intéresse, ce n’est pas de faire un deal avec la Sacem pour prendre, le contenu de tous leurs sociétaires et le mettre sur Jamendo. Ce qui est important pour moi, c’est d’offrir une porte à des artistes sociétaires d’utiliser Jamendo. Mais à aucun moment on va, comme Deezer ou d’autres plates-formes, prendre le catalogue et le mettre en ligne. Pour nous, ça restera toujours une démarche volontaire du créateur. Le créateur qui n’est pas membre d’une société de collecte peut le faire aujourd’hui ; celui qui est membre ne peut pas aujourd’hui, ce n ’ est pas de notre faute mais celle de la façon dont les contrats sont faits avec les sociétés de collecte.

Et là, on arrive à un autre problème, un problème de mode opératoire avec « pognon » . 11 ne peut pas y avoir deux poids , deux mesures : s’ils ont un licensing de x points avec iTunes ou avec Deezer, ils ne peuvent pas décider un autre rating avec nous sous prétexte que c’est de la démarche volontaire. C’est un problème de concurrence. On en parle de façon ouverte, on se rencontre, tout ça est en train de bouger, mais on n’ a pas encore de solution... Nous, on a fait le pari d’aller au point final de la musique, c’est-à-dire la musique gratuite. Après il y a le vrai problème de Jamendo : est-ce que la vision était bonne ? Est-ce que le point de départ, le timing, était bon ? Mais on voit bien qu’on n’est pas les seuls à penser ça. Et puis après est-ce que l’exécution est bonne : est-ce qu’on a de bons programmeurs, est-ce que la plate-forme tient la route, est-ce qu’on sait faire notre marketing. Donc grosso modo c’est ça : il y a la vision, le lime-ta-market et l’ exécution.

Terminal : Vous venez du logiciel et vous disiez que vous vous êtes inspiré de ce qui s’était passé avec le logiciel libre. Mais il y a quand même une grande différence : une musique ça reste une œuvre originale, et ça ne recouvre pas les mêmes propriétés que le logiciel ou que d’autres contenus comme Wikipédia ou des wikis de support pédagogique, en termes de modularité et de cumulativité. On aura le même problème dans le cinéma (sauf peut-être le cinéma documentaire). Donc comment cela peut-il être compatible avec des régimes de propriété intellectuelle qui sont finalement assez proches, même si les CC, ce n’est pas exactement le copyleft  ?

Laurent Kratz :

Il y a quand même une ou deux licences dans les CC, au moins la BY-SA (By - reconnaissance de la paternité, SA pour Share Alike- autorisation à l’avance de toute modification) , qui sont purement du copy - left. D’ailleurs, Wikipédia va intégrer la licence BY-SA comme licence de base, en plus de la GNU-FDL (Free Documentation License). BY-SA, dans le dégradé des licences, c’est donc la deuxième plus light: vous pouvez faire tout ce que vous voulez avec ma musique à condition que vous me citiez et que les œuvres dérivées soit sous la même licence (donc strict équivalent de la GPL). Dans la répartition de nos licences à Jamendo, il y a 80 % des artistes qui utilisent BY-NC (pas d’utilisation commerciale), qui n’est pas copyleft. Par contre, il y a quand même 15 à 20 % des gens qui utilisent la BYSA, et qui là sont plus dans la logique activiste, et dans des logiques type GPL et Wikipedia.

C’est vrai, la musique est un travail artistique, ou un travail « droit d’auteur » on va dire, nettement moins cumulatif que n’est le software ou les contenus de textes comme Wikipédia ou support de cours. Reste que ça commence. On a déjà pas mal de groupes, sur Jamendo, qui se sont repris les uns les autres, ça existe ; il commence à y avoir les premières technologies de remix à la volée, donc là aussi on va commencer à voir la capacité, même si ce n’est pas pour tout de suite. 11 y a déjà des gens qui arrivent, en partant d’un contenu musical, à séparer les instruments et à changer le tempo...

Sur Internet, s’il y a bien une ressource qui n’est pas rare, c’est la créativité. Alors, ça peut-être de la microcréativité : je forwarde à mes copains le lien vers Jamendo ou MySpace ; ou de la plus grosse créativité, je reprends la musique d’Untel. Je pense qu’il y a déjà beaucoup de phénomènes de remix qui ont lieu en rapport avec la vidéo. Actuellement, il y a 5 à 10 vidéos sur YouTube qui sont faites avec de la musique de base de Jamendo. Ça, c’est super-intéressant à regarder en ternies de créativité. Ça commence à prendre et on n’a rien fait pour. Donc ce n’est pas du remix pur de musique mais c’est du remix de musique avec quelque chose d’autre.

Terminal : Selon vous, on peut considérer qu’émerge une autre évolution proche de ce qu’on a connu dans le logiciel, à savoir la mise en commun de ressources à partir desquelles on peut construire d’autres choses et pas seulement en termes de produits dérivés.

Laurent Kratz :

Une des plus grosses bases de données de musique sous CC, c’est FreeSound, une gigantesque base de données du son (ouvre la porte, ferme la porte, train qui démarre, vitre qui casse...) qui a été faite par une université de Barcelone. 11 y a déjà eu beaucoup plus de remix sur cette base. Mais si moi je veux faire un arrangement de musiques de Jamendo et au milieu, je voudrais faire, à la Pink Floyd, une télé qui se casse, je n’ai pas de souci en termes de licence.

On n’en est évidemment qu’au début, en ce qui concerne l’outillage, notamment. li y a plein de gens qui nous aiment bien (on est un peu une Love Mark sur Internet) et qui viennent avec des prototypes permettant de faire ça directement sur Internet. C’est encore trop tôt par rapport à notre capacité de développement, mais ça viendra, je ne désespère pas.

La notion de remix ce n’est pas seulement  : je sors les partitions et je change beaucoup de la partition mais ça peut être aussi des micro-remix. Quelque part dans le logiciel libre, c’est ça aussi. Pour le logiciel libre on pense toujours au super-développeur qui reprend le code de l’ancien en l’améliorant, mais ça, c’est rare. La plupart du remix dans le logiciel, c’est le type qui fait une traduction de plus ou qui corrige ou améliore un petit détail. Bien sûr quand on voit Linux... mais tout n’est pas le noyau Linux.

On reçoit un certain nombre de feedbacks à travers nos forums. Beaucoup de ces feedbacks viennent des autres artistes eux-mêmes (parmi les gros utilisateurs de Jamendo il y a les artistes eux-mêmes) du style « Écoute, j’aime beaucoup ta chanson, mais tu surmixes un peu trop ta voix. » Et l’autre dit « Ah bon ! J’ai un micro Sure, telle marque, comme ça... - Oui, mais tu devrais le régler comme ça... ». Donc on est dans le remix pas purement digital du fichier MP3 qui a été livré, mais on est dans le remix coopératif. De même, je ne sais pas si vous avez déjà changé une page Wikipédia, moi je l’ai fait. Qu’est-ce que j’ai fait  ? J’ai rajouté un lien de plus, dans les liens intéressants. Je ne sais pas quel est le delta de changement dans une page Wikipédia, mais c’est quoi ? 1 %, rarement plus.

Haut de page

Notes

1 Entretien réalisé le 9 juillet 2008 à Luxembourg par Jean-Benoît Zimmermann pour Terminal.

2 L’accord de partenariat avec Archas convient de la mise en ligne de Jamendo sur le portail Archas Content Portal, ce qui permet aux possesseurs d’un lecteur Archas d’avoir un accès direct et gratuit à l’ensemble de la base de Jamendo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Benoît Zimmermann, « Jamendo : une plate-forme de musique libre en ligne », Terminal [En ligne], 102 | 2008, mis en ligne le 29 mars 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/3777 ; DOI : 10.4000/terminal.3777

Haut de page

Auteur

Jean-Benoît Zimmermann

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals