Navigation – Plan du site
Libres propos

Rédacteurs en chef virtuels et autres robots dans la presse

Philippe Argouarch

Résumés

Le rédacteur en chef virtuel est un bot qui hiérarchise l’information en temps réel sur la page d’accueil d’un Web média ou de la version en ligne d’un journal papier. Il utilise le nombre de lectures par heure (CPH) pour déterminer la position d’un article de presse au moment du chargement de la page. Le CPH le plus élevé provoque la positionnement la plus haut d’un article sur la page. Le système a l’avantage d’éviter la subjectivité d’un rédacteur en chef traditionnel. Des robots peuvent aussi écrire des articles.

Haut de page

Texte intégral

1La masse considérable d’information déversée tous les jours a fait que la hiérarchisation est devenue un sujet de recherche et d’expérimentation dans l’industrie de la presse et chez les grandes entreprises de l’Internet. Avant l’invention du World Wide Web1 en 1990 par l’Anglais Tim Berners Lee, les artistes et les personnalités politiques s’en remettaient aux services de presse qui découpaient les articles dans les magazines et les journaux et les collaient dans des classeurs remis tous les mois aux intéressés. Cette procédure nous paraît aujourd’hui issue de l’Âge de pierre.

2Pour la presse écrite comme à la télévision quelqu’un doit décider de ce qui est à la une. Ce n’est pas forcément les dernières nouvelles mais ce qui est jugé le plus important selon la ligne éditoriale et l’opinion du rédacteur en chef. Même chose pour les moteurs de recherche. Qui décide des résultats que vous verrez en page une sur un total de 20 000 pages ? L’Internet a tout révolutionné en donnant la possibilité de se débarrasser du big boss pour le remplacer par des algorithmes.

Les moteurs de recherche

3Si les sites Web construits avec WordPress qui représenteraient 30% de tous les sites web du monde, ont un classement chronologique du type journal de bord, il n’en est pas de même pour les moteurs de recherche et pour les réseaux sociaux. Aujourd’hui, les moteurs de recherche ont un classement des résultats très sophistiqué et même personnalisé. La plupart utilisent le Web ranking, le plus populaire étant le Google ranking2. Depuis le début de l’Internet, la classification de l’information a été un problème car la chronologie ne suffisait pas pour répondre aux attentes des utilisateurs. L’accès aux données statistiques des serveurs était (et est toujours) bloqué, il a fallu trouver un autre système. On doit à Sergueï Brin et Larry Page, les fondateurs de Google, le trait de génie d’avoir pensé au référencement pour évaluer l’importance d’un site Web et donc d’une information. Pour la petite histoire, les parents des deux compères, tous mathématiciens, leur avaient expliqué lors d’un dîner, la méthode utilisée pour attribuer le prix Nobel. Le comité suédois compte le nombre de citations dans les papiers scientifiques pour chacun des nobels potentiels. Les fondateurs de Google, alors doctorants à l’université de Stanford, ont tout simplement transposé le concept au moteur de recherche Internet qu’ils étaient en train d’inventer. L’évaluation de l’importance d’un site, de son rang, est mathématique, empirique et permanent selon la formule de base :

4Où δ est un facteur de correction, n est le nombre de liens vers la page en question, PRi le ranking de chaque page qui contient un lien vers la page en question, et Ci est le nombre total de liens sur chaque page pointant vers la page en question. Ce processus entièrement automatisé est, en fait, le premier robot Internet. Le logiciel qui l’accomplit est dénommé le Googlebot. Le moteur de recherche européen Qwant utilise un algorithme similaire.

Les algorithmes pour hiérarchiser l’information dans la presse

5Facebook utilise les likes et les partages : le plus grand nombre de likes et de partages entraîne la plus grande distribution d’un message. C’est un système de vote en fait. L’algorithme de Facebook est privé et on ne connaît pas vraiment tous les facteurs pris en compte pour une bonne distribution aux « amis » ou au public de vos messages. Il y a des mots clés pondérés, des analyses des images et d’autres facteurs réactualisés en permanence par des modérateurs etc… À noter que Facebook autorise les webmasters à accéder aux données collectées comme le nombre de Likes et de partages afin que les médias s’en servent pour leur feedback et ainsi puissent pondérer la popularité de leurs article.

Le rédacteur en chef virtuel

6Puisque tous les serveurs de sites web collectent en temps réel tous les clics des utilisateurs dans des logs appelés access logs (ou log d’accès), le webmaster peut savoir , et ceci depuis l’invention du Web, quelle est la page la plus populaire ou pas. Normalement ces informations sont étudiées tous les mois par les équipes de marketing des sites commerciaux en utilisant des utilitaires comme Google analytics.

7Il est toutefois possible de développer un système d’utilisation en temps réel de ces analyses afin de hiérarchiser l’information sur la page d’accueil du Web media ou du média en ligne. Ainsi à chaque fois que la page d’accueil est chargée par un utilisateur,celle-ci est composée des articles les plus lus à cet instant. L’instance de la page est construite par le rédacteur en chez virtuel, un simple algorithme mathématique appelé le CPH pour nombre de clics par heure. Plus un article de presse est lu, plus son CPH est élevé. Les article ayant le CPH le plus élevé sont placés automatiquement en haut de la page d’accueil par le moteur de mise en page.

8CPH = 1 + N/t

9Où N est le nombre de lectures et t le temps en secondes écoulé depuis la mise en ligne de l’article. On voit qu’avec le temps qui augmente, le dénominateur croît et le CPH diminue. Comme le CPH baisse avec le temps, les articles anciens sont repoussés vers le bas et finissent par disparaitre de la page. Les articles les plus populaires restent bien sûr plus longtemps en une.

10Le graphe du CPH montre la vie propre d’un article de presse suivant une sorte de courbe de Gauss. Le texte attire l’attention lors de sa publication mais son intérêt s’évanouit ensuite plus ou moins rapidement. Certains articles ont cependant une « longue vie » et deviennent des références même si au début ils n’ont pas été remarqués.

11Le rédacteur en chef virtuel connaît toutefois des limites. Il peut se faire piéger par des fake news et nécessite donc une supervision même si c’est a posteriori. Le sensationnel de type tabloïd britannique peut faire monter le CPH en flèche et comme chacun sait, l’information relevant du sensationnel n’est pas forcément la plus importante même si les lecteurs en sont friands. Les citoyens n’ont pas toujours raison mais il est admis qu’ils ont le droit de se tromper. C’est un droit acquis et la liberté de la presse est fondamentalement liée à la liberté du lecteur de choisir ce qu’il veut lire.

L’algorithme de Facebook

  • 3 R. Vaillant, C. Monrocq and Y. Le Cun: Original approach for the localisation of objects in images, (...)

12Facebook est devenu le premier média planétaire. Tous les grands médias y ont leurs pages sur lesquelles sont annoncés les titres. Le réseau social a en revanche son propre algorithme de distribution. Tous les titres d’une page Facebook ne sont pas systématiquement envoyés aux abonnés. La moyenne de la distribution atteint les 15% des messages postés. Oui, 15% seulement de vos amis ou de vos abonnés sont avertis de vos messages mais cette moyenne varie régulièrement selon les ajustements de Facebook. Un algorithme tenu secret par l’entreprise décide de qui reçoit quoi en s’appuyant sur votre profil enregistré, vos Likes, vos partages, les informations que vous avez volontairement entrées dans le système qu’elles soient publiques ou réservées à votre cercle d’amis. Facebook utilise son propre ranking. C’est à dire que tous les messages qui y sont postés, qu’ils soient en provenance de particuliers ou d’entreprises, sur des profils ou sur des pages, reçoivent un rang. Ce que l’on sait de la version 2019 de l’algorithme c’est que le rang est déterminé par une anticipation des réactions positives à votre message, par une analyse des réactions aux précédents messages et par une analyse du contenu fondé sur l’intelligence artificielle. Les photos peuvent aussi être analysées par des algorithmes dont certains ont été développés par Yann Le Cun afin d’y reconnaître des visages ou des objets.3

Les logiciels intelligents dans la presse

13Les médias utilisent déjà des robots-journalistes afin de produire des contenus journalistiques. Il s’agit d’algorithmes programmés transformant des données en texte. On peut utiliser ces algorithmes pour écrire des articles sur des résultats sportifs comme des matchs de foot ou les bilans financiers des entreprises, mais aussi pour les résultats d’élections. L’entreprise américaine Automated Insights4 a développé le NLG (Natural Language Generation), la génération du langage naturel à partir des données. En France aussi, certains médias s’y sont mis : lors des régionales de 2015, Le Monde, Le Parisien, ont utilisé des algorithmes conçus par l’entreprise Syllabs5, pour automatiser la rédaction de brèves sur les résultats électoraux. Dans la presse le premier qui publie est souvent le plus lu. L’élaboration virtuelle d’une dépêche est bien plus rapide que son écriture à la main.

14Les rédacteurs en chefs virtuels peuvent aussi acquérir une certaine intelligence. Il suffit d’introduire dans l’algorithme d’autres facteurs tels que la longueur de l’article, le poids du journaliste (basé sur le nombre de ses publications), son poids politique (défini par l’opinion politique majoritaire, le nombre de partages sur les réseaux sociaux, etc...)

Les Bots

  • 6 RSS ou Really Simple Syndication

15Le terme américain bot est issu du mot robot. Il désigne un programme informatique client qui visite les serveurs Web d’une façon répétitive. Le premier bot et le plus important comme on l’a vu, est le Googlebot qui scanne en permanence les serveurs web du monde entier. Dans la presse, des bots sont utilisés pour identifier, répertorier et classer les nouvelles actualités ou les nouveaux reportages en s’informant directement via les flux RSS6 des autres médias. Ces informations sont alors distribuées aux journalistes ou aux spécialistes, voire aux artistes et personnalités politiques via des newsletters, des abonnements, des alertes ou des notifications d’écrans. Une certaine forme d’intelligence peut être donnée aux bots afin de discerner l’important du superflu. À noter que les bots ne scannent pas uniquement les journaux et les chaînes de télévisions, mais aussi les réseaux sociaux et les chaînes YouTube.

Le renforcement de la chronique et du facteur humain

16Les faits sont partout, dans la presse écrite, dans les journaux télévisés et sur les réseaux sociaux. La valeur ajoutée de la presse écrite, télévisée ou internet n’est plus dans les faits mais dans l’analyse et dans la contextualisation et pour un certain temps encore dans l’investigation. Les algorithmes et les robots sont loin de pouvoir analyser les événements d’où la valorisation de la chronique. Les chroniqueurs ont sauvé les hebdomadaires de presse et certains Web médias. Le commentaire de l’actualité, comme le montrent les succès des réseaux sociaux, est devenu aussi important que l’actualité elle-même. Avant tout, les utilisateurs aiment partager des émotions plus que des informations. C’est ce qu’ont prouvé les réseaux sociaux. Quel que soit le niveau d’intelligence des robots, on peut douter qu’ils soient un jour capables d’émotions.

17La contribution majeure de l’informatique dans la presse via la mise en ligne, l’interactivité des lecteurs, et les réseaux sociaux, ne réside pas tant dans la robotisation et l’intelligence artificielle mais dans l’incroyable diminution du temps de diffusion et des temps de réaction face à l’actualité. Si ce phénomène a abouti à des aberrations comme celles des terroristes qui se filment en direct, il concrétise en revanche la prophétie de John Perry Barlow7 , qui affirmait tout au début de l’Internet « Nous construisons un système nerveux planétaire ».

Haut de page

Notes

1  WorldWideWeb: Proposal for a HyperText Project [archive], T. Berners-Lee/CN, R. Cailliau/ECP, 12 novembre 1990

2 The page Web. Citation ranking. Larry Page and Seguey Brin. 1998 http://ilpubs.stanford.edu:8090/422/1/1999-66.pdf

3 R. Vaillant, C. Monrocq and Y. Le Cun: Original approach for the localisation of objects in imagesIEE Proc on Vision, Image, and Signal Processing, 141(4):245-250, August 1994

4 https://automatedinsights.com/

5 https://www.syllabs.com/fr/

6 RSS ou Really Simple Syndication

7 John Perry Barlow, le co-fondateur d’  Electronic Frontier Foundation et de la Freedom of the Press Foundation

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Argouarch, « Rédacteurs en chef virtuels et autres robots dans la presse », Terminal [En ligne], 124 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4142 ; DOI : 10.4000/terminal.4142

Haut de page

Auteur

Philippe Argouarch

directeur et fondateur, Agence Bretagne Presse,

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals