Navigation – Plan du site
Libres propos

Une ville vivable

A propos des systèmes de surveillance, de leur fragilité et de leur nécessaire dépassement.
A good city. About control systems, their fragility and their overtaking.
Claude Paraponaris

Résumés

À partir du cas de l’Observatoire de la tranquillité publique de la ville de Marseille, cet article examine les modes probables de fonctionnement des algorithmes de surveillance participative d’une grande ville. Ces modes sont examinés en termes organologiques (Simondon, Stiegler) afin d’identifier leurs performances et leurs fragilités.

Le big data marseillais imaginé par quelques-uns est un système technique en devenir. Nous pouvons l’étudier en tant que système organologique, c’est-à-dire comme un réseau d’organes de différente nature qui se co-déterminent de manière continue (Stiegler, 2014, 2015). Nous savons que ces systèmes sont fragiles, nous savons que plus ils sont fermés plus ils sont condamnés à se bloquer et disparaître, et en tant que tels, nous savons décrire leurs conditions de fonctionnement.

En posant les termes de cette analyse, ce texte entend rendre compte de la fragilité d’un système technique ou plus précisément, de ses conditions d’usage au travers du concept d’indétermination hérité de Simondon. Une fois analysé en tant que tel, nous envisageons des voies politiques pour définir la fragilité que nous désirons dans une ville vivable.

Haut de page

Texte intégral

1La ville de Marseille a décidé lors de son conseil municipal du 29 juin 2015 de créer « une application informatique big data de la tranquillité Publique ». Cette application aura pour but de prévenir les risques de troubles à l’ordre public en traitant une multitude de données : tendances des réseaux sociaux, caméras de vidéosurveillance, données police et pompiers, informations remontantes de tous individus informés.

2Ce projet de méga-contrôle n’est pas le premier. Déjà Alphabet (maison-mère de Google) fournit un certain nombre de services urbains : cartes, informations sur le trafic en temps réel, WiFi gratuit (à New-York) et voitures autonomes. En 2015, Alphabet lance Sidewalk Labs, une société consacrée à la vie urbaine. La ville de Toronto a choisi Alphabet pour transformer une zone de cinq hectares environ au bord du lac Ontario en merveille numérique (Morozov, 2017).

3Sidewalk Labs a consacré 50 millions de dollars à ce projet. Son rapport d’expertise indique : « Le coût élevé du logement, le temps passé dans les transports, l’inégalité sociale, le changement climatique et même le froid poussent les gens à rester à l’intérieur ». Dans ce monde urbain hostile, le fournisseur d’information à très haut débit offre ses solutions : des bâtiments peu coûteux et modulables ; des capteurs qui mesurent la qualité de l’air et l’état des équipements ; des feux de signalisation adaptatifs qui donnent la priorité aux piétons et aux cyclistes ; des systèmes de stationnement qui orientent les voitures vers les emplacements disponibles. Sans parler des robots de livraison, des réseaux électriques dernier cri, du tri automatisé des déchets, et bien entendu, des voitures autonomes à tous les coins de rue (rapporté par Morozov, 2017).

4Le Mooc de l’Inria (Institut National de recherche en informatique et automatisme) consacré à l’intégration des couches logicielles pour la ville intelligente précise de manière systématique que tous les efforts sont tendus vers le confort du citadin-citoyen. Il s’agit de fournir la technique pertinente aux habitants afin qu’ils augmentent leurs capacités personnelles de gestion du temps et de mobilité.

5Un monde rêvé par quelques-uns nous prépare peut-être une ville sous contrôle numérique d’une grande sophistication. Au nom de la maîtrise de quelques techniques, un petit nombre de personnes expertes (architectes numériques dans nos vies sociales) est prêt à nous imposer des manières de vivre avec l’assentiment d’autres personnes à qui nous avons délégué quelques pouvoirs dans la cité.

  • 1 Intégralité de cette mise en perspective : « Je désire, et je demande, que tout d’abord mon travail (...)

6Dans sa mise en perspective de ce que serait une société autonome, Cornélius Castoriadis définissait ainsi quelques conditions : « Je désire, et je demande, que tout d’abord mon travail ait un sens, que je puisse approuver ce qu’il sert et la manière dont il est fait … Je désire pouvoir, avec tous les autres, savoir ce qui se passe dans la société, contrôler l’étendue et la qualité de l’information qui m’est donnée ».1

7Afin de repousser très loin les projets de ville sous contrôle et surtout de participer à l’élaboration de villes vivables et soigneuses, on pourrait prolonger les termes de Cornélius Castoriadis en énonçant que nous voulons vivre dans une ville afin d’y développer du sens, que nous souhaitons délibérer directement à propos des projets d’équipement de la cité. Que nous voulons également disposer d’un système numérique qui nous permette, à tous, de savoir ce qui se passe dans notre ville. Que nous désirons contrôler la qualité de l’information qui sera élaborée au travers de ces systèmes.

  • 2 Selon les termes de Bernard Stiegler, « résister c’est accepter ce qui est déjà en place », intervi (...)

8Ce désir d’autonomie à l’ère du numérique doit être imaginé dans ses différentes dimensions afin de contribuer à son avènement à Marseille un jour prochain. Car il s’agit bien d’imaginer autre chose et non pas de résister au système mis en place2.

9L’une des premières étapes passe selon nous par la déconstruction du projet de ville intelligente. Le big data marseillais imaginé par quelques-uns est un système technique en devenir. Nous pouvons l’étudier en tant que système organologique, c’est-à-dire comme un réseau d’organes de différente nature qui se co-déterminent de manière continue (Stiegler, 2014, 2015). Nous savons que ces systèmes sont fragiles, nous savons que plus ils sont fermés plus ils sont condamnés à se bloquer et à disparaître, et en tant que tels, nous savons décrire leurs conditions de fonctionnement. Enfin, nous savons que c’est dans l’usage que cette fragilité se révèle, pour le meilleur ou le pire de leur évolution.

10En posant les termes de cette analyse, ce texte entend rendre compte de la fragilité d’un système technique ou, plus précisément, de ses conditions d’usage au travers du concept d’indétermination hérité de Simondon. Une fois analysé en tant que tel, nous pourrons envisager comment nous y prendre pour définir la fragilité que nous désirons dans une ville vivable.

Dis-moi quelle plateforme tu veux

11La ville de Marseille a souhaité se doter d’un outil d’analyse des données urbaines désormais baptisé « Observatoire de la tranquillité publique »3. Cet outil devra recueillir l’ensemble des données publiques disponibles : mains courantes de la police municipale, captation des caméras de surveillance, informations relevées par les marins-pompiers ou les agents des espaces verts. Le Cahier des clauses techniques particulières (CCTP) présente en 90 pages les attendus de ce projet  : « L’ambition de ce projet est donc de disposer d’une infrastructure technique de dernière génération, capable de traiter et analyser ce grand nombre de données et d’envisager des solutions algorithmiques nouvelles et innovantes de gestion et de pilotage dynamique de la politique de sécurité » (p.4).

12L’élaboration de l’outil a été confiée à Engie Ineo. Son financement a été partagé entre la ville de Marseille, la région, le département et l’Union européenne. L’objectif consiste à croiser de multiples données (opérateurs téléphonie mobile, transport public, hôpitaux, météo et grandes tendances des réseaux sociaux) dans une finalité de sécurité selon l’expression de l’adjointe au maire en charge de la sécurité publique. Le CCTP précise : « L’idée directrice est de rassembler en un même point l’ensemble des informations passées ou présentes, structurées, textuelles, vidéo, etc. qui concourent à la tranquillité dans la ville, afin de : décloisonner, partager, et croiser cette masse d’informations ; offrir à tous les acteurs du projet de nouveaux services d’investigation, de détection, de prédiction et d’aide à la décision basés sur des technologies d’analyse big data » (p. 5).

13La mise en fonction était prévue pour 2018 à titre expérimental, et les résultats de ses usages pour 2020, mais le projet enregistre un retard et la plateforme n’était pas encore en activité en 2019. Parmi les usages majeurs sont cités le déploiement des forces de l’ordre, des tableaux de bord fournis aux différents services qui collaborent au système, et la remontée d’information depuis les habitants via des applications mobiles.

  • 4 Le Monde Diplomatique, novembre 2017.

14Aux États-Unis, mais déjà ailleurs dans de grandes métropoles, pour Alphabet, les villes ont toujours été des plates-formes. Aujourd’hui, elles deviennent numériques, voilà tout commente Eugénie Morozov4. « Les grandes villes du monde entier sont des centres de croissance et d’innovation parce qu’elles tirent parti des plates-formes mises en place par des dirigeants visionnaires. Rome a eu ses aqueducs, Londres son métro et Manhattan son plan quadrillé. » (Rapport Sidewalk Labs, 2016).

15Toronto aura sans doute Alphabet. Morozov met en garde : « Cet enthousiasme plateformaphore ferait presque oublier que le quadrillage des rues n’appartient pas à une entité privée … Qui fixe les règles qui encadrent l’accès à ces plates-formes ? Les villes économiseraient-elles de l’énergie en utilisant le système d’intelligence artificielle d’Alphabet ou est-ce que la plate-forme serait ouverte à d’autres fournisseurs ? Les véhicules autonomes seraient-ils ceux de Waymo, la filiale d’Alphabet dédiée au transport, ceux d’Uber ou d’un autre fabricant automobile ? Alphabet soutiendra-t-il « la neutralité urbaine de l’Internet » aussi activement qu’il soutient la neutralité de l’Internet classique ? ».

16De la gestion supposée efficace des données à la privatisation de l’espace de la cité, le pas risque d’être déjà franchi dans plusieurs villes nord-américaines.

17Une telle proposition urbaine n’est crédible qu’en raison de son pendant économique et social : une certaine forme de demande, celle du client-roi. La figure du client-roi est connue dans le domaine économique en tant que situation au sein de laquelle les pulsions du consommateur font l’objet d’une attention particulière et la mise à disposition ponctuelle de services adaptés. Dans une telle situation, le consommateur est respecté par les services commerciaux dans ses exigences en termes de qualité de service, par exemple s’il ne supporte pas d’attendre on doit le servir au plus vite. Ce mode de consommation ne va pas sans une certaine infantilisation mise en forme par la technologie du marketing. Cette consommation « est facilement influençable et tend à vouloir des objets sans aucune valeur utilitaire ; est motivée par un désir individualiste, irrationnel et quasi hédonique ; ne considère pas les besoins d’autrui et présente une palette de goûts peu variée » (Bernardini, 2014).

18Le client-roi du numérique est celui qui souhaite déclencher des commandes depuis son lieu de vie et recevoir quasi-instantanément son colis. Le colis prend diverses formes allant de la matière consommable ou durable jusqu’à la chair humaine.

  • 5 Deux enquêtes fournissent des volumes de marché impressionnants. Une étude conduite dans 7 métropol (...)

19Un spécialiste de l’industrie automobile, anciennement haut cadre chez Renault, définit la ville comme « l’écosystème ultime de la mobilité au sein duquel toutes les innovations doivent s’intégrer » (Ecole de Paris, 2018). Parmi les impératifs majeurs de cette mobilité figurent « les exigences croissantes des clients/utilisateurs qui veulent plus de praticité et de facilité d’utilisation, de l’instantanéité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, via leur téléphone mobile, être connus et reconnus, recevoir un service adapté et moins cher » (ibid). Ainsi avec Uber, le client d’une course obtient une réponse en quelques secondes, le prix est annoncé à l’avance contrairement aux taxis, le client consulte sa carte numérique pour identifier son chauffeur arrivé au point de rendez-vous. Le paiement se réalise par carte de crédit avec pourboire intégré, facture reçue par email et bilan mensuel, et surtout l’évaluation de la prestation peut s’effectuer en deux clics5.

20Ce consommateur-roi est l’acteur de la nouvelle économie psychique analysée par Charles Melman (2009). Cette « nouvelle économie psychique » est une mutation à la fois de la subjectivité et de l’existence collective, dont le moteur n’est plus le désir, mais la jouissance avec un rejet du « réel » au profit du « virtuel », et une banalisation de la violence. L’avènement du discours libéral nous conduit dans une nouvelle forme de dépendance aux objets. Pour le psychanalyste, l’annihilation du grand Autre est le corollaire du développement de l’économie libérale. Toutes les restrictions de jouissance sont visées de manière à rendre possible l’excès dans le rapport aux objets. La jouissance semble désormais envisagée comme un droit. Un droit indépassable de consommer. Par cette voie, nous nous employons à nous inféoder aux objets. Le nouveau chef qui commande, c’est l’objet, la satisfaction, la jouissance. Cette morale génère une nouvelle forme du politiquement correct  : personne n’a le droit de critiquer quelque jouissance que ce soit. N’est plus reconnu comme valable un discours qui viendrait remettre en cause la jouissance ou la satisfaction. Ce développement de l’appétence pour la jouissance hors limite se double d’un phénomène d’accoutumance.

21Ce triomphe de la jouissance absolue est aussi le triomphe du marketing. L’idéologie portée par cette technique de relation d’une marque avec ses clients consiste à faire croire que tant que l’on peut consommer il y a de l’espoir. Et que si l’on parvient à acheter ce que l’on veut, alors on se libère. La dynamique contemporaine de l’émancipation s’inscrit dans un espace commercial à une seule dimension (la jouissance à tout crin autour de la marchandise), mais tous les investissements du marketing dans l’espace public consistent à faire croire aux citoyens qu’il en existe bien plus : le développement personnel, la différenciation sociale, le progrès dans le savoir-vivre et le vivre ensemble.

22Dans cette duperie, les logiques de plateforme décrites par Morozov arrivent à point nommé pour nous permettre d’accéder à cette jouissance sans limites. Dans la cité : « Alphabet prétend construire une ville « où les bâtiments n’ont pas d’usage statique ». Par exemple, la pièce maîtresse du quartier concerné à Toronto, surnommée le Loft, reposera sur une ossature qui « restera flexible tout au long de son cycle de vie et abritera un grand mélange d’usages (résidentiel, commercial, création, bureaux, hospitalité et parking) afin de répondre rapidement à la demande du marché. Telle est la promesse populiste de GoogleUrbanism : Alphabet peut démocratiser l’espace en l’adaptant grâce au flux de données et à des matériaux préfabriqués bon marché. Sauf que la démocratisation des fonctions ne s’accompagnera pas d’une démocratisation de la gestion et de la propriété des ressources urbaines. C’est pourquoi la principale donnée entrante (input) dans la démocratie algorithmique d’Alphabet est la demande du marché plutôt que la gouvernance communale » (Morozov, 2017).

23L’avènement de la jouissance immédiate dans un marché sans entrave rencontre particulièrement bien deux des dimensions des technologies numériques : l’ubiquité et la vitesse d’exécution. Les plateformes numériques municipales peuvent nous conduire vers une impasse dramatique. Effectivement, celle qui préfère la demande du marché à la gouvernance communale. Comme l’analyse Olivier Ertzscheid (2013)  : la calculabilité du monde rendue possible par le projet, habilement marketé, de nous convaincre d’être à la fois le produit, l’interface et la monnaie d’échange nous amène en perspective vers un crash, non plus boursier, mais sociétal.

24Dans une cité où la politique de la ville est en jachère depuis plusieurs décennies, la perspective de plateformisation de l’information et des services associés a de quoi inquiéter. Comment sortir Marseille de cette impasse ? Tout d’abord comprendre le système à défaut de changer les pulsions dans l’immédiat.

De l’abus : de la confusion linguistique au contrôle intégré

25Ce mouvement massif de numérisation prend en fait ses sources il y a plus d’un demi-siècle avec le centrage des activités sur le contrôle de l’information. L’un de ses penseurs, Norbert Wiener, écrit en 1948 : « La première révolution fut la dévaluation du bras humain par la concurrence que lui fit la machine… la révolution industrielle moderne est destinée à dévaluer le cerveau humain, au moins dans ses décisions les plus simples et les plus courantes ». Mais, intégrant ces données techniques, Wiener tranche tout de suite sur la perspective sociale : « … si l’on suppose accomplie cette seconde révolution, l’être humain moyen de talent médiocre n’aura plus rien à vendre qui vaille l’argent que n’importe qui serait disposé à y mettre. La réponse évidemment, c’est qu’il nous faut une société fondée sur des valeurs humaines qui ne soient plus celles de l’achat ou de la vente ».

26Les plateformes numériques qui ont été installées depuis une quinzaine d’années n’existent pas sans la collaboration quotidienne de millions d’usagers (Casilli, 2015). Nourries par nos informations, ces plateformes sont devenues si familières (je me soigne en consultant une page Web, j’apprends à jouer du piano, je m’improvise électricien, …) qu’une substitution majeure est en passe de s’imposer en douceur (Rouvroy et Berns, 2013). Il s’agit de faire admettre qu’un calcul de nos expériences peut prendre valeur de vérité au point de remplacer l’expertise professionnelle lentement forgée dans la pratique (le médecin, le mécanicien, le pédagogue, le jardinier, etc).

27Selon l’un de ses plus ardents promoteurs, le calcul plutôt que l’expertise présente bien des avantages. Physicien de formation, puis entrepreneur et fervent libertarien, Chris Anderson s’exprime ainsi : « La philosophie fondamentale de Google est qu’il n’est pas nécessaire de savoir pourquoi telle page (d’un site Web) est meilleure que telle autre : si les statistiques des liens disent qu’elle l’est, cela suffit. Aucune analyse sémantique ou causale n’est requise. C’est pourquoi Google peut traduire des langues sans effectivement les « connaître » (étant donné des corpus équivalents de données, Google peut traduire le klingon [langue artificielle de la série télévisée Star Trek devenue jeu vidéo] en farsi aussi aisément qu’il peut traduire le français en allemand). Et c’est pourquoi il peut appareiller de la publicité et des contenus sans aucune connaissance ou hypothèse concernant les publicités ou les contenus » (Anderson cité par Stiegler, 2015, p. 95).

  • 6 1 pétaoctet (Po) = 1015 octets = 1000 To = 1 000 000 000 000 000 octets.
  • 7 Libération web, 3/01/2016.

28Nous disposons de plusieurs illustrations de cette suprématie de l’analyse massive des données sur toute autre forme de raison. Par exemple dans le domaine de la recherche médicale aux États-Unis. L’Institut national du cancer américain a confié 2,6 pétaoctets6 de données de son Atlas du génome du cancer aux plateformes Amazon Web Service et Google Genomics contre 18 millions d’euros. De son côté, Facebook a récolté 5 000 échantillons de salive dans le cadre de l’enquête « Gene for Good » conduite par l’université du Michigan depuis 2015. Apple a lancé une plateforme d’applications médicales (Research Kit) en collaboration avec l’université de Californie et l’hôpital du Mont-Sinaï de New York. Ces applications recueillent des données auprès des volontaires via leur appareil. À terme, Apple pourrait rassembler les données génétiques de ses clients et les transmettre aux chercheurs afin qu’ils les traitent et restituent les résultats de manière personnalisée via les applications7.

29Ces différentes plateformes offrent des capacités de stockage et de calcul inédites, un service d’analyse, de partage des données et d’expérimentation virtuelle. Elles sont en train d’installer des méthodes de travail qui s’imposeront aux spécialistes en médecine. À partir d’inférences statistiques, des protocoles de traitement seront soumis aux patients qui en feront la demande en un clic. À terme, le but consiste à s’exempter de l’examen clinique personnalisé.

30Comment en est-on arrivé à ce stade ? S’agit-il d’une automatisation de nos vies intimes et sociales ?

31Le traitement de la question appelle une méthode d’enquête. On ne peut prendre en charge ces dimensions de la vie sans tenir compte de ce qui nous a été légué par les esprits qui nous ont précédés. Un cadre de réflexion existe, c’est celui de l’organologie. En se posant la question de la santé, le médecin Georges Canguilhem a orienté sa réflexion sur les relations humain-milieu (à son époque on n’utilisait pas le terme de soin)  : « Je me porte bien dans la mesure où je me sens capable de porter la responsabilité de mes actes, de porter des choses à l’existence et de créer entre les choses des rapports qui ne leur viendraient pas sans moi » (2002, p. 68). Les rapports dont il s’agit ne sont pas tous des rapports directs entre l’humain seul au monde et son milieu. Ces rapports sont médiatisés, et le propre de cette médiatisation est qu’elle est engendrée par l’humain lui-même. Ces médiatisations sont de trois ordres : les techniques, les relations sociales et nos capacités physiologiques au sens large. Ainsi lorsque je décide de me déplacer dans la ville, je suis équipé de techniques (mes vêtements et mes chaussures, mon véhicule) et immergé dans un réseau technique (les infrastructures de transport et de télécommunication, les services qui me seront offerts sur mon trajet, etc). Mais je suis également immergé dans de véritables réseaux sociaux qui peuvent guider mes émotions, mes pensées et mes choix tout en recevant dans certaines mesures une part de mes volontés. Système technique et système social sont mes organes exosomatiques (en dehors de moi, mais très liés à ma personne) qui sont en interaction étroite avec mes capacités physiologiques au sens large.

32Ce cadre conceptuel facilite notre compréhension des interactions qui peuvent se produire entre ces trois catégories d’organes. Si demain un système technique pilote durablement mon automobile, il est probable que mes capacités d’attention en contexte routier évoluent. La question consiste non seulement à savoir dans quel sens, mais aussi comment un système technique, sans doute proche dans ses capacités, pourrait voir le jour et permettre d’autres accommodations dans un espace public.

33Nous disposons de nombreuses études à propos de l’automatisation. L’une des premières réalisées à grande échelle pour rendre compte de l’intégration cybernétique complète des processus de production a été réalisée par Bright à la fin des années 1950 aux États-Unis. L’auteur est parvenu à définir une échelle d’automatisation. Celle-ci comprend 17 niveaux en fonction de trois critères : la portée de la mécanisation, son niveau et son extension. Les premiers niveaux concernent la mécanisation de l’outil avec commande manuelle directe, puis en progressant, la commande devient programmée et télécommandée. Les niveaux supérieurs de mécanisation concernent la modification de fonctionnement pendant la marche des machines et la prévision des performances demandées afin de régler les opérations.

34Cette échelle a été commentée par Pierre Naville qui s’est livré à une étude similaire à grande échelle à la même époque en France. Il résume ainsi : « Cette échelle des niveaux de mécanisation s’élève en vertu de deux caractéristiques toujours semblables : d’une part, l’opérateur humain est de moins en moins associé, main et cerveau, aux opérations de l’outillage, et d’autre part l’outillage fonctionne de façon de plus en plus autonome en s’appropriant un nombre croissant de fonctions humaines. Ces deux caractéristiques sont évidemment en relation réciproques » (p. 148).

35La ressource centrale mise en évidence par Naville est la gestion de l’information. L’instrumentation de cette ressource n’a jamais faibli depuis cette époque.

Des systèmes en évolution sans systématisme.

36L’offre de Sidewalk Labs et les pulsions des citadins de Toronto formeront sans doute un système comme les ordinateurs d’une marque américaine ou chinoise et les salariés d’une entreprise commerciale en forment un autre. Engie Ineo avec l’aide d’IBM a été installé par la ville de Marseille dans le rôle d’opérateur numérique pour « la tranquillité publique ». Le cahier des charges de la ville de Marseille évoque la possibilité de « détecter la préparation d’événements sauvages ou d’actes de délinquances (ex. apéros géants, marchés à la sauvette, rackets aux abords des écoles) » et d‘« anticiper les risques / menaces susceptibles de porter atteinte à l’ordre public et à la sécurité des citoyens (ex. évaluation du risque de rassemblements dangereux par analyse des tweets ». Cela, « en s’appuyant sur l’identification des acteurs (qui parle ? qui agit  ? qui interagit avec qui ?) et remontée des fils de conversation (qui organise ? qui est le primo-déposant  ?) »8.

37Pour l’heure le système marseillais est à l’état de projet. Il existe dans l’imaginaire de quelques-uns. Il est à craindre qu’il rencontre les pulsions de certains citoyens apeurés par leur ombre ou celles d’autres en quête de jouissance sans entrave dans la consommation. Les concepteurs du système en devenir ont prévu de permettre à chacun de « fournir en temps réel des informations (texto, vidéo, photo, vitesse de déplacement (sic), niveau de stress (re-sic)…) via une application sur smartphone ou des objets connectés »9. Dans la ville de Nice, le projet d’application mobile Reporty permettant à chacun de dénoncer à la police la commission d’une infraction s’est vu opposer un feu rouge par la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). Des limites qui pourraient, également, toucher le projet phocéen, souligne le média numérique marseillais.

38Les systèmes sont des constructions intellectuelles. Gardons à l’esprit qu’ils existent avant tout dans nos imaginaires. Pour faire saisir la force des pulsions créatrices des humains, et pour souligner le caractère imaginé des machines, Simondon employait les termes suivants à propos des robots : « Nous voudrions montrer que le robot n’existe pas, qu’il n’est pas une machine, pas plus qu’une statue n’est un être vivant, mais seulement un produit de l’imagination et de la fabrication fictive, de l’art d’illusion » (1989a, p. 10).

39Les systèmes élaborés aujourd’hui verront peut-être le jour, demain ou après-demain. D’où la nécessité d’opposer d’autres systèmes à ces projets de contrôle en devenir. D’autres systèmes dont la ligne d’horizon ne sera pas forcément un automatisme social, pas plus qu’un systématisme citadin.

40Par prudence en effet, on dit souvent qu’un système existe davantage dans l’esprit des humains (qui cherchent à comprendre et désirent agir sur lui) que dans le réel (Le Moigne, 1994). Un système se définit par quatre qualités majeures et indissociables :

  1. un système existe,

  2. il réalise une activité (ou remplit une fonction),

  3. il est structuré (par des règles, des principes de fonctionnement, des liens entre unités qui le composent),

  4. il connaît une évolution (rien ne reste en l’état ou comme le chante Michel Jonasz : « Rien ne dure toujours »).

41La plateforme numérique de la cité marseillaise fera sans doute l’objet d’une bataille à propos de l’activité visée et de sa structuration. Mais c’est la question de l’évolution qui doit davantage retenir notre attention.

42Gilbert Simondon fournit une analyse précise de ce principe d’évolution. Dans l’un de ses ouvrages majeurs (1964), il définit le principe d’individuation.

43Pour aborder la question, il faut considérer que l’individu apparaît comme une réalité relative, une certaine phase de l’être qui suppose comme elle une réalité préindividuelle, et qui même après l’individuation n’existe pas toute seule. Car l’individuation ne fait pas seulement apparaître l’individu, mais le couple individu-milieu. Dans cette interaction humain-milieu, l’autonomie individuelle est à considérer avec prudence car quelque chose échappe à la volonté des personnes.

44Simondon pose comme principe essentiel la fonction d’individuation qui dépasse la volonté personnelle (par exemple, l’être grandit physiologiquement). D’où une ontogenèse : le caractère de devenir de l’être, ce par quoi l’être devient en tant qu’il est, comme être. Pas d’opposition entre être et devenir. Le devenir est une dimension de l’être. L’être détient la capacité de se déphaser par rapport à lui-même, de se résoudre en se déphasant. Aussi, l’individuation correspond à l’apparition de phases dans l’être qui sont les phases de l’être.

45« Pour penser l’individuation, il faut considérer l’être non pas comme substance, ou matière, ou forme, mais comme système tendu, sursaturé, au-dessus du niveau de l’unité, ne consistant pas seulement en lui-même, et ne pouvant pas être adéquatement pensé au moyen du principe du tiers exclu ; l’être concret, ou être complet, c’est-à-dire l’être préindividuel, est un être qui est plus qu’une unité » (Simondon, 1964, p. 13).

46Cet être s’individuant produit et utilise la technique. Et pour s’individuer, il a besoin des autres êtres (relations sociales), ce qui sera analysé en termes de transindividuation. Cette pensée bannit tout raisonnement en termes de développement indépendant de la technique, ou des traditions sociales, et d’impact sur les autres dimensions. D’emblée, au contraire, l’individu est un être du milieu social et technique. Et la technique est autant socialisée que le social est technicisé. Cette perspective heurte bien des traditions de pensée, notamment, dans les sciences sociales qui se sont développées indépendamment les unes vis-à-vis des autres, et, ensemble, séparément des autres sciences.

À distance du systématisme : les systèmes organologiques.

47Simondon est connu au travers d’un ouvrage majeur extrait de sa thèse dirigée par Georges Canguilhem : « Du mode d’existence des objets techniques » (1958). Il a initié une méthode d’analyse des relations entre humains et système technique en termes d’organologie héritée de son maître : « C’est dans la mesure où la société est une extériorité d’organes que l’homme peut en disposer par représentation et donc par choix » (Canguilhem, 2013, p. 245).

48Simondon s’est inscrit dans cette inspiration en approfondissant la question de la technique. En philosophe des techniques, il était désolé que « la plus forte cause d’aliénation dans le monde contemporain » réside dans la méconnaissance de la machine. Cette méconnaissance n’était pas selon lui une aliénation causée par la machine, mais par la non-connaissance de sa nature et de son essence. Quelques décennies plus tard, le constat tient toujours : le désir de connaissance ne s’est pas réveillé. Mais il s’est doublé d’une explosion de la volonté de jouissance sans limites assisté par les machines.

49L’intérêt de l’approche de Simondon réside dans les liens qui sont établis entre individu, technique et relations sociales. L’outil technique n’existe pas sans outillage mental côté individu et sans dispositif social. La technique suppose toujours un mode d’emploi, transmis par la pratique ou par le document (la notice technique d’emploi). Ce mode d’emploi est élaboré par l’individu qui passe par un temps d’apprentissage, de mémorisation et de raisonnement afin d’utiliser, à sa manière, l’outil technique. En complément, ce processus d’appropriation est très rarement opéré de manière isolée : les savoir-faire sont socialement produits et transmis entre générations, les tours de main sont captés dans telle ou telle expérience sociale directement vécue ou télétransmise (par la publicité, la rumeur, les mass médias).

50Autrement dit, une technique élaborée par quelques-uns est validée socialement, c’est-à-dire pratiquée à grande échelle en société, lorsqu’elle rencontre les capacités mentales et les désirs du plus grand nombre. Ce faisant, les manières de penser des individus sont durablement affectées par l’adoption de cette technique. Les manières de conduire une investigation, de résoudre un problème et d’opérer des généralisations à partir de l’expérience sont assez proches dans une société, elles qualifient une époque. Outil technique et outil mental vont ainsi de pair en société.

51Bernard Stiegler s’inscrit également dans l’inspiration de Canguilhem, il prolonge l’approche organologique en puisant aux sources de la philosophie grecque. Le terme organologie est dérivé du grec οργανον (organon) qui signifie instrument, outil, appareil et machine.

  • 10 - Mais l’appareil psychique n’est pas réductible au cerveau, et suppose des organes techniques, des(...)

52« L’organologie générale » est une méthode d’analyse conjointe de l’histoire et du devenir des organes physiologiques, des organes artificiels et des organisations sociales. Elle décrit une relation transductive entre trois types d’« organes » : physiologiques, techniques et sociaux. La relation est transductive dans la mesure où la variation d’un terme d’un type engage toujours la variation des termes des deux autres types. Un organe physiologique – y compris le cerveau, siège de l’appareil psychique10 – n’évolue pas indépendamment des organes techniques et sociaux. Cette façon de penser s’inspire des travaux de Georges Canguilhem dans Le normal et le pathologique.

53La transformation organologique constante connaît de nos jours un bouleversement inédit que nous appelons – en référence à un concept de Bertrand Gille11 – l’hyper-désajustement. Celui-ci résulte non seulement de l’accélération de l’évolution technologique, mais du modèle néolibéral qui, depuis la « révolution conservatrice », consiste à remplacer les organisations et institutions sociales par des services eux-mêmes technologiques, et totalement soumis à un système économique devenu exclusivement spéculatif. Il y a hyper-désajustement lorsque les organes artificiels formant le système technique court-circuitent à la fois le niveau des organes et appareils psychosomatiques (organes génitaux et cérébraux compris) et le niveau des organismes sociaux. C’est ce qui conduit à ce que nous appelons une prolétarisation généralisée » (Stiegler12).

  • 13 Vernette (2008, p. 10-11).

54Les exemples de court-circuit ne datent pas de l’économie numérique. On peut supposer que le marketing défini en tant que : « Conquête méthodique et permanente d’un marché rentable, réalisée par un produit ou un service capable de satisfaire durablement les consommateurs visés »13 a constamment cherché à influencer l’entendement et la raison de citoyens confrontés quotidiennement à la résolution de problèmes matériels, émotionnels et esthétiques. Cette quête constante a été installée afin de rendre service. Aujourd’hui, de manière similaire, il s’agit d’afficher sur les écrans de ces citoyens (téléviseurs, ordinateurs, smartphones et tablettes diverses) des informations facilitant l’accès rapide aux services et produits du monde le plus large possible.

  • 14 Devereux, G. (1980, p. 20-21).

55Ce faisant, un court-circuit s’opère au sein de nos capacités intellectuelles : notre sensibilité et nos facultés de jugement (entendement et raison) sont façonnées par les organes exosomatiques structurant notre milieu de vie. Et on élude de fait notre humanité au bénéfice de la conquête méthodique d’un marché rentable. Au contraire, « une science du comportement authentique existera quand ceux qui la pratiquent se rendront compte qu’une science réaliste de l’humanité ne peut être créée que par les hommes qui sont le plus conscients de leur propre humanité, précisément lorsqu’ils la mettent le plus totalement à l’œuvre dans leur travail scientifique »14.

56L’enjeu est de taille concernant nos organes sensibles et notre entendement.

57L’activité consistant à être attentif constitue un exemple très illustratif des systèmes organologiques et des enjeux qui y sont associés lorsque des technologies numériques sont introduites dans le champ d’activité des personnes. Les travaux de Brentano puis de Husserl nous ont fourni une approche précise de l’attention en termes d’intentionnalité. En fait l’attention est un système cyclique de rétentions (ce qui est mémorisé à court ou à long terme) et de protentions (ce qui est projeté dans la situation)15. L’attention est un comportement actif d’attentes particulières, d’anticipations et d’enregistrements. Ces actions sensibles et de raison se développent à trois niveaux : primaire, secondaire et tertiaire. Rétentions et protentions primaires nous permettent dans chaque situation vécue de nous repérer, de sentir, d’écouter et d’agir. Les rétentions et protentions secondaires élaborent notre expérience vécue en capacités d’entendement et de raison. Elles constituent notamment ces capacités en mémoire de long terme. Le niveau tertiaire est celui de nos organes exosomatiques, c’est-à-dire toutes les traces matérielles et numériques qui renforcent et démultiplient nos capacités.

58Mais ces traces peuvent tout aussi bien nous assister de manière favorable dans nos intentions et nos projets de vie que nous asservir en exerçant un court-circuit sur nos attentions primaires et secondaires. « L’actuelle et toute récente hégémonie de l’industrie des traces est ce qui tente de contrôler par des automatismes fondés sur les réseaux sociaux ces pulsions déliées tout en les fonctionnalisant, c’est-à-dire en les mettant au service d’une stimulation ‘personnalisée ‘ de la pulsion consumériste à travers des mécanismes mimétiques qui ne font cependant que rendre ces pulsions plus incontrôlables, contagieuses et menaçantes que jamais » (Stiegler, 2015, p. 51).

59L’observatoire de la tranquillité publique de Marseille sera-t-il effectivement un observatoire ? Sur quelle définition de la tranquillité se développera-t-il ? Autrement dit quels effets produira-t-il sur nos rétentions et protentions ?

  • 16 Notre analyse fait plutôt pencher vers l’outil de marketing en raison du leurre que représente un p (...)

60Les documents publics laissent présager une orientation claire : celle de l’industrie des traces opérée par les majors de l’Internet afin de fournir de la rétention par le calcul à des citoyens qui seront abusés en pensant projeter leur désir. Tel qu’il est annoncé et tel qu’il a été confié à des opérateurs de réseau (Engie assisté par IBM), également tel qu’il n’a fait l’objet d’aucune discussion publique, cet observatoire s’achemine davantage vers un outil de marketing éventuellement doublé d’un instrument de surveillance16 que vers un système d’émancipation de la cité.

Système technique et indétermination

61Revenons à notre méthode d’enquête, celle qui pourrait nous aider à imaginer autre chose et l’élaborer collectivement. Muni de cette organologie, l’étude des systèmes techniques n’est pas qu’une étude de type technologique puisque précisément, il n’est pas de technique sans individu psychique-physiologique et société. Toute technologie, au sens de réflexion-pour-l’action sur la technique, gagnerait à se présenter comme étude des interactions entre ces trois organes mutuellement dépendants. Penser en termes organologiques consiste bien à se tenir à distance du systématisme. Et c’est en maintenant cette distance, que nous pouvons développer aujourd’hui un imaginaire du prendre soin dans la cité, pour demain, être en capacité d’initier un système organologique de ville socialement intelligente.

62L’un des enseignements de cette approche organologique consiste en une mise en évidence de l’intensité des relations de commande et de contrôle des machines. Une machine n’est pas destinée à se perfectionner par la seule existence de ses capacités. Elle est soumise à des ajustements tout au long de son utilisation. Elle est en fait immergée dans un tissu d’informations pour lequel elle travaille et dans lequel elle est située : « Le véritable perfectionnement des machines (élevant le degré de technicité) correspond non pas à un accroissement de l’automatisme, mais au contraire au fait que le fonctionnement d’une machine recèle une certaine marge d’indétermination. C’est cette marge qui permet à la machine d’être sensible à une information extérieure … une machine purement automatique, complètement fermée sur elle-même dans un fonctionnement prédéterminé, ne pourrait donner que des résultats sommaires » (Simondon, 1989a, p. 11).

  • 17 Concepts développés par Georgescu-Roegen (1971) à la suite de Lotka (1934).

63On peut se livrer à la même réflexion pour les humains. Ceux-ci, dotés de leurs organes interprétés comme des instruments endosomatiques, sont capables de production et de connaissance scientifique. Cette production a pour nom technique ou instruments exosomatiques (au sens d’extérieur au corps humain)17. Autrement dit, pas de machines sans commande humaine et pas d’humains sans technique. Mais les humains ne sont pas disposés au même niveau en société. Dans tous les cas, jusqu’à présent, pas d’humains sans société et pas de société sans domination. Et c’est cette domination exercée au sein des sociétés qui peut influencer le sens donné à la technique. En ce sens, le marketing est une technique de domination. De fait, la technique est utilisée comme un instrument de domination des uns sur les autres au sein de la société des humains.

  • 18 Propos livrés par Jean-Luc Besson, géostatisticien à l’Observatoire.
  • 19 - Propos de Bilel Benbouzid (Laboratoire interdisciplinaire science innovation société, LISIS, Univ (...)

64Les projets des villes de Marseille et de Nice sont très axés sur la sécurité et prévoient des options d’usage très fermées. Pour la ville de Marseille, il s’agit plutôt, selon un membre de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, de rationaliser le travail des forces de sécurité municipales en tirant la leçon d’événements passés. L’efficacité du système dépendra de la qualité des informations recueillies par la plateforme18. Qui décidera de cette qualité ? Et selon quels critères ? « En confiant la distribution des ressources en matière de sécurité à un algorithme, on s’en remet à une machine. Mais au nom de quels critères ? Il existe toujours des critères de pondération : pour PrédPol (utilisé aux Etats-Unis), c’est le coût du crime. D’autres programmes mettent en avant la gravité des faits. Dans tous les cas, ces priorités déterminent des choix politiques qui doivent être expliqués. Il est nécessaire que la communauté des scientifiques et des associations citoyennes puissent avoir accès à la méthode et aux données, pour rendre compte de la manière dont les algorithmes distribuent les services publics de sécurité et des choix moraux associés à cette distribution qui ne sont pas forcément connus des acteurs eux-mêmes »19.

65Effectivement, tout système technique a besoin d’information pour se mettre en route et exercer une régulation. Mais cette analyse manque une étape importante qui est selon nous plus importante. Factuellement, celle-ci nous est fournie par une petite municipalité. Loos-en-Gohelle (Communaupole de Lens-Liévin) est une ville assez pauvre de 6 500 habitants qui fait pourtant preuve d’une inventivité remarquable. Les outils numériques ont été pensés de manière collective avec pour objectif d’intensifier la vie démocratique au sein de la commune. Des capteurs ont été installés par Orange au sein de l’espace public dans le but de récolter des données préparant la convocation de réunions d’intérêt public ainsi que la préparation de dossiers pour la délibération publique. L’un des axes de développement de la commune est consacré à « mieux informer pour mieux participer » au moyen de citoyentic.fr20 qui est un système numérique destiné à faciliter, et non pas orienter, la participation habitante.

66Dans ce cadre technique et politique, les médias sociaux n’ont pas leur place. Le réseau numérique a été pensé de manière endogène à la commune et il fonctionne par et pour l’espace public. Cet exemple permet d’accéder à une différence qu’il est important de réaliser. Il s’agit de la différence fondamentale entre exercice du contrôle sur la population et mutation anthropologique.

  • 21 CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) « La plate-forme d’une ville, les don (...)

67Lorsqu’un contrôle s’exerce sur une population dans l’hémisphère nord du globe terrestre, il est fréquent qu’une considération éthique soit mobilisée afin de fixer un cadre légal à cet exercice. Par exemple, récemment la Cnil s’est exprimée à propos des risques que font peser la masse grandissante des données urbaines sur les libertés individuelles21. La Cnil préconise la création de « comités consultatifs sur la vie privée » dans les collectivités urbaines. Dans le sillage, la ville de Marseille a nommé un délégué à la protection des données afin d’encadrer l’utilisation des données personnelles.

68Mais ces considérations supposées d’ordre éthique apparaissent comme un leurre ainsi que l’analyse Éric Sadin (2015). Peu importe que les maitres d’ouvrage nous garantissent l’anonymat des données, puis que les maitres d’œuvre nous ouvrent les portes de leur système numérique à des fins de visite qui tourneront rapidement à la simple courtoisie. Le pire n’est finalement pas la surveillance plus ou moins négociée et plus ou moins acceptée. Le pire réside dans la prolétarisation généralisée opérée par la prétendue calculabilité du vivant. Ce qui est une erreur majeure du point de vue de la théorie des systèmes.

69L’essentiel du développement de ces systèmes numériques municipaux ou métropolitains réside dans le sens de la mutation anthropologique. Plus que la surveillance, ce qui est en jeu est la mutation des systèmes perceptifs, de l’entendement et de la raison des humains. Jusqu’où les jeunes générations accepteront-elles ce court-circuit opéré sur leurs protentions et rétentions primaires et secondaires ?

70Les citoyens les plus éduqués ont des chances de conserver leur capital culturel, l’interrogation demeure pour les autres. Il ne s’agit pas de résister à cette mutation, mais de l’habiter car les fonctionnements envisagés s’apparentent à des automatismes en théorie bien réglés. En cela, ils nous renvoient à une conception fantasmagorique des machines. Mais quels sont les citoyens qui peuvent se situer à l’origine de ces fonctionnements ?

  • 22 Les constructeurs automobiles ont défini une échelle à six niveaux pour l’automatisation du véhicul (...)

71En termes d’automatisation, chaque époque véhicule ses aspirations. La nôtre est, entre autres, celle où la voiture est imaginée par les dirigeants de Mercedes comme un espace de vie mobile. De son côté, Uber recrute la moitié des chercheurs du meilleur laboratoire de robotique américain (Carnegie Mellon à Pittsburg) afin d’atteindre rapidement le niveau 5 dit « sans chauffeur » de l’automatisme automobile.22 De son côté, Google a installé une filiale en 2016, Waymo, afin de commercialiser 20 000 voitures électriques avec Jaguar et 62 000 minivans avec Fiat-Chrysler pour fin 2018.

72Ce qui est visé par ces projets de smart cities, c’est une question anthropologique majeure : le vivant en tant que tel. Citant Antonin Artaud, Canguilhem précise très bien les enjeux de ce point de vue : « On ne peut accepter la vie qu’à condition d’être grand, de se sentir à l’origine des phénomènes, tout au moins d’un certain nombre d’entre eux. Sans puissance d’expansion, sans une certaine domination sur les choses, la vie est indéfendable » (1984, p. 130).

  • 23 Nous n’abordons pas ici l’étape suivante qui est celle de la fin probable de la civilisation indust (...)

73Si cette mutation s’opère dans le sens de la ville automatique, alors le court-circuit sera en marche pour affecter nos capacités de pensée en réduisant considérablement la marge d’indétermination nécessaire à la régulation des systèmes23.

74En fait, un système technique demeure toujours ouvert à la commande externe. Il comporte une marge d’indétermination qui lui permet de remplir sa fonction technique. Cette indétermination est explorée et instrumentée par l’humain. Toutefois l’humain doit, à son tour, être informé (ou formé si l’on préfère) à l’usage du système. On retrouve ici l’association outillage technique – outillage mental.

75Comment aborder cet outillage mental ? Tout d’abord en intégrant que toutes les machines sont par construction des objets intellectuels, elles sont le fruit d’un imaginaire organologique.

76Ces objets intellectuels ont la capacité de susciter des démarches intellectuelles pratiques et techniques inhérentes aux objets artificiels que sont les automatismes, les robots et les machines (Poitou, 1997). Ces démarches utilisent les ressources d’un outillage mental, à savoir tous les instruments qu’emploie la pensée pour fonctionner. C’est-à-dire que l’individu travaille avec un ensemble d’outils techniques qui reposent tous sur un outillage mental. Cette organisation de la pensée de l’individu est dépendante de l’outillage de l’organisation en général.

77C’est en ces termes que l’on peut envisager la fragilité des systèmes techniques. C’est-à-dire en installant la technique dans sa genèse et ses dispositifs psychiques et sociaux.

Fragilité du big data marseillais ?

78Que se passe-t-il lorsqu’un système organologique connaît une automatisation totale ou partielle ? Et que se passe-t-il lorsqu’une métropole souhaite établir un système de communication intégré entre ses différents services d’information, de prévention et de répression ? En d’autres termes : dans quelle mesure peut-on envisager une étude sérieuse de la fragilité des systèmes de traitement intensif des informations (big data)  ?

79Un big data peut être caractérisé par trois dimensions majeures : la volumétrie, la variété et la vélocité des données.

80Rendre automatique tout ou partie d’un système d’information revient bien entendu à affecter l’outillage technique et l’outillage mental. Simondon nous rappelle que « l’automatisme est un assez bas degré de perfection technique. Pour rendre une machine automatique, il faut sacrifier bien des possibilités de fonctionnement, bien des usages possibles » (p. 11).

81On peut raisonnablement penser le big data marseillais à deux niveaux complémentaires :

  • Ledit système d’information intégré et à haut débit sera défini avec un certain degré de perfection technique, excluant, comme l’étudie Simondon, plusieurs possibilités de fonctionnement.

  • Le même système fonctionnera avec des marges d’indétermination : quels sont les citoyens qui alimenteront le big data ? Et de quelle manière le feront-ils ?

82Ces deux niveaux peuvent être examinés en tant qu’analyseurs de la fragilité du système technique « big data marseillais ».

83Il est fort possible que les concepteurs de ce système de « tranquillité publique » ne soient pas interpellés par ces dimensions de la dynamique des systèmes, encore moins par les deux acceptions opposées du terme φαρμακον (pharmakon), développé dans Phèdre par Platon, à savoir poison et remède. Les systèmes de contrôle de l’information à haut débit qui se mettent en place à Toronto, à Nice et ailleurs exploitent quelques capacités des technologies, seulement quelques-unes car précisément ils sont dans l’incapacité de penser l’indétermination, tout orientés qu’ils sont vers une cybernétique hors d’âge.

84On doit à Derrida (1972, p. 162-163) la mise en évidence de cette distinction entre bon usage du discours philosophique (l’enseignement oral de Socrate) et mauvais usage du discours (les sophistes), entre remède et poison. Les sophistes contemporains sont davantage enclins à penser attaque et sécurité que marges d’indétermination d’un système numérique sophistiqué.

85Ainsi, il nous faut proposer, donc imaginer le plus finement possible. Pour cela, il nous faut une conception véritable de l’imaginaire. Nous la prendrons auprès de Cornélius Castoriadis qui développe une conception de l’imagination, non pas comme expression du désir, mais comme condition même du désir. L’imaginaire s’articule au social-historique. « L’imaginaire dont je parle n’est pas image de. Il est création incessante et essentiellement indéterminée (social-historique et psychique) de figures/formes/images, à partir desquelles seulement il peut être question de « quelque chose ». Ce que nous appelons « réalité » et « rationalité » en sont des œuvres » (Castoriadis, 1975, p. 8).

86Suivant cette approche, il s’agit de tourner le dos au modèle dénommé « libéral » de consommation assisté par les dispositifs numériques. Pour cela, nous sommes invités par l’histoire à nous regrouper pour travailler patiemment et précisément à l’élaboration d’un autre imaginaire de la cité.

De la faisabilité d’un tel projet

87Sidewalk labs formule ainsi l’un de ses slogans : « We believe that when you put technologists and urbanists on the same team you have the potential to transform the urban environment »24. Le levier de cette transformation du cadre urbain réside dans un slogan complémentaire : « Better data, better decisions »25.

88Ces mots d’ordre n’étonnent plus et c’est bien le problème. Le contrôle des informations est devenu le nouvel eldorado. En très grande partie ces informations sont les nôtres. Sans données produites par des milliers de personnes qui alimentant les grands systèmes numériques, il n’y a pas de deep learning, pas d’intelligence artificielle (Casilli, 2015). Ces données sont les nôtres, pourquoi les offrir à des systèmes qui visent à organiser nos vies ?

89Pour transformer la cité, il nous suffirait de regrouper des informaticiens et des urbanistes ? Où sont les acteurs de la cité : les enfants, les adolescents, les collégiens, les lycéens, les étudiants, les apprentis, les commerçants, les associations, les musiciens, les plasticiens, les curateurs, les fleuristes, les scientifiques, les rêveurs, les saltimbanques, les concierges, les cafetiers, les éboueurs, les sportifs, les penseurs, les rêveurs, les cinéastes, les documentaristes, les grands-mères et grands-pères, les employés, les ouvriers, les spécialistes de quelque chose …

90Que peut-on élaborer ensemble ? Et selon quelles modalités ? Comment éviter le regroupement de spécialistes ? Comment élargir le cercle des intérêts sans épuiser les énergies ?

  • 26 Il est le fondateur du mouvement de démocratie inclusive qui vise à développer une théorie et un pr (...)

91Dans une inspiration proche de Castoriadis, Takis Fotopoulos26 (2001) tente de définir le cadre d’une action collective autonome digne de ce nom. Il ne croit pas à la possibilité de délibérer dans de grandes agglomérations urbaines. Des unités de 30000 habitants seraient selon lui le cadre pertinent pour délibérer et agir dans et pour la cité. Au-delà de ces unités, des confédérations pourraient assurer les échanges et garantir un certain équilibre entre les développements spécifiques de chaque unité.

92La réflexion mérite d’être approfondie. On pourrait en effet nous opposer que l’exemple de la municipalité de Loos-en-Gohelle (6500 habitants) n’est pas reproductible dans une grande métropole. L’argument peut être entendu. Mais la ville de Marseille est constituée par un assemblage de quartiers qui pour la plupart oscillent entre 3 000 et 6 000 habitants. Soit une taille fortement comparable à la ville du Nord. Les arrondissements de la ville de Marseille pourraient très bien être administrés de manière autonome et se retrouver dans une véritable assemblée au sein de laquelle une hiérarchie des principes de délibération pourrait se développer à partir d’une représentation substantielle des habitants.

93Sur la route de cette autonomie, des formes d’organisation sont à faire éclore. Certaines sont déjà installées sous forme de Communs. Des bureaux d’étude composés d’une diversité d’acteurs de la cité sont sans doute désirables. Certaines expériences comme celle de Coopcycle27, qui se présente comme un bien commun numérique, doivent être examinées avec attention. Cette expérience de coopérative s’efforce de mobiliser les capacités numériques (code source accessible en ligne) en les associant à des services urbains (restauration et livraison) selon une éthique diamétralement opposée à celle des plateformes propriétaires.

94L’expérience engagée par Ars Industrialis avec l’Établissement public territorial Plaine Commune constitue notre laboratoire de référence en ce qu’il engage un large périmètre d’activités28. Cette référence doit nous guider afin d’établir la critique du projet numérique de la ville de Marseille. Nous détenons les outils intellectuels pour mener à bien cette critique. Mais nous devons mobiliser tous les savoirs et savoir-faire nécessaires (notamment pour réaliser de la conception fonctionnelle avec des architectes et urbanistes et du développement informatique avec ses spécialistes) afin de développer sérieusement notre imaginaire.

Haut de page

Bibliographie

Bernardini, J. (2014) « The infantilization of the postmodern adult and the figure of kidult », Postmodern Openings, 5, 2, p. 39–55.

Bonneuil, C. et Fressoz, J. (2013) L’Evénement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous. Paris : Editions du Seuil.

Bright, J. (1958) Automation and Management. Boston : Harvard Univ., Graduate School of Business Administration, Division of Research.

Canguilhem, G. (1984) Le normal et le pathologique, Paris, Presses Universitaires de France.

Canguilhem, G. (2002) Écrits sur la médecine, Paris, Le Seuil.

Canguilhem, G. (1965) La connaissance de la vie, Paris, Editions Vrin, 4ème édition 2009.

Casilli, A. (2015) « Digital Labor : travail, technologies et conflictualités », in Cardon, D., Casilli, A. Qu’est-ce que le digital labor ? Paris : Editions de l’INA, p. 10-42.

Castoriadis, C. (1975) L’institution imaginaire de la société, Paris : Editions du Seuil.

Derrida, J. (1972), La dissémination, Paris : Editions du Seuil.

Devereux, G. (1980) De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement. Paris : Flammarion.

Ecole de Paris (2018) Quel futur de la mobilité dans les grandes villes ? Compte-rendu du séminaire de décembre. Paris.

Ertzscheid, O. (2017) L’appétit des géants. Pouvoir des algorithmes, ambition des plateformes. Caen : C&F Editions.

Fotopoulos, T. (2001) Vers une démocratie générale. Une démocratie directe, économique, écologique et sociale, Paris, Le Seuil.

Georgescu-Roegen, N. (1971) The Entropy Law and the Economic Process, Harvard : Harvard University Press.

Gille, B. (dir), (1978) Histoire des techniques : Technique et civilisations, technique et sciences, Paris : Gallimard, collection La Pléiade.

Le Moigne, J.L. (1994) La théorie du système général : théorie de la modélisation, Paris, Presses Universitaires de France, (4e éd.).

Lotka, A.J. (1934) Théorie analytique des associations biologiques. Paris : Hermann.

Melman, C. (2009) La nouvelle économie psychique. La façon de penser et de jouir aujourd’hui. Toulouse : Erès.

Morozov, E (2017) « Google à la conquête des villes ». Le Monde Diplomatique, novembre.

Mucchielli, L. (2018) Vous êtes filmés. Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance. Paris : Armand Colin.

Naville, P. (1963) Vers l’Automatisme Social  ? Problèmes du travail et de l’automation. Paris : Gallimard.

Poitou, J.P. (1997) « La gestion collective des connaissances et la mémoire individuelle », in J.M. Fouet (Ed.)  : Connaissances et savoir-faire en entreprise. Intégration et capitalisation. Paris, Hermès, p. 157-178.

Rouvroy, A. et Berns, T. (2013) « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’individuation par la relation  ? », Réseaux, 1, 177, p. 163–196.

Sadin, E. (2015) La vie algorithmique. Critique de la raison numérique. Paris : L’échappée, collection ‘Pour en finir avec’.

Simondon, G. (1989a) Du mode d’existence des objets techniques. Editions Aubier, Paris. Première édition 1958.

Simondon, G. (1989b) L’individuation psychique et collective. Editions Aubier, Paris. Première édition 1964.

Stiegler, B. (2012) Etats de choc. Bêtise et savoir au XXIe siècle. Paris : Mille et une nuits.

Stiegler, B. (dir.) (2014) Digital Studies. Organologie des savoirs et technologies de la connaissance. Paris, FYP Éditions.

Stiegler, B. (2015) La Société automatique. Paris : Fayard.

Vernette, E. (2008) L’Essentiel du marketing, Paris : Eyrolles, 3e édition.

Wiener, N. (1948) Cybernetics : Or Control and Communication in the Animal and the Machine. Paris : Hermann & Cie & Camb. Mass (MIT Press).

Haut de page

Notes

1 Intégralité de cette mise en perspective : « Je désire, et je demande, que tout d’abord mon travail ait un sens, que je puisse approuver ce qu’il sert et la manière dont il est fait, qu’il me permette de m’y dépenser vraiment et de faire usage de mes facultés autant que de m’enrichir et de me développer. Et je dis que c’est possible, avec une autre organisation de la société, pour moi et pour tous. Je dis que ce serait déjà un changement fondamental dans cette direction, si on me laissait décider, avec tous les autres, ce que j’ai à faire, et, avec mes camarades de travail, comment le faire. Je désire pouvoir, avec tous les autres, savoir ce qui se passe dans la société, contrôler l’étendue et la qualité de l’information qui m’est donnée. Je demande de pouvoir participer directement à toutes les décisions sociales qui peuvent affecter mon existence, ou le cours général du monde où je vis. Je n’accepte pas que mon sort soit décidé, jour après jour, par des gens dont les projets me sont hostiles ou simplement inconnus, et pour qui nous ne sommes, moi et tous les autres, que des chiffres dans un plan ou des pions sur un échiquier et qu’à la limite, ma vie et ma mort soient entre les mains de gens dont je sais qu’ils sont nécessairement aveugles« (Cornélius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société, Editions du Seuil, 1975, page 137).

2 Selon les termes de Bernard Stiegler, « résister c’est accepter ce qui est déjà en place », interview avec Aude Lancelin « Eviter l’apocalypse », https ://www.youtube.com/watch?v=3ggF2jE5d8M. Selon les termes de Georges Canguilhem (1965)  : « Une vie qui s’affirme contre, c’est une vie déjà menacée » (p. 187).

3 http://prevention.marseille.fr/s %C3 %A9curit %C3 %A9-et-pr %C3 %A9vention/big-data-de-la-tranquillite-publique.

4 Le Monde Diplomatique, novembre 2017.

5 Deux enquêtes fournissent des volumes de marché impressionnants. Une étude conduite dans 7 métropoles et 70 millions d’habitants livre un taux minimal d’utilisation hebdomadaire du service de 5 % pour Uber ou Lyft (Université de Californie à Davis, 2016). Une seconde étude (National Houshold Travel Survey, 2016) réalisée dans des villes de plus d’un million d’habitants (bénéficiant de moyens de transport en commun lourds) pour 70 millions au total, montre que taxis et VTC représentent presque 2 % des trajets motorisés contre 9,4 % pour les transports collectifs. De fait Uber annonce 2,5 millions de chauffeurs dans le monde pour 3 milliards de courses, et son concurrent en Chine Didi Chuxing 7,4 milliards de courses.

6 1 pétaoctet (Po) = 1015 octets = 1000 To = 1 000 000 000 000 000 octets.

7 Libération web, 3/01/2016.

8 Marsactu, 12 avril 2018, https ://marsactu.fr/big-data-de-la-tranquillite-decryptage-de-la-machine-en-sept-questions/

9 Marsactu, 12 avril 2018, https ://marsactu.fr/big-data-de-la-tranquillite-decryptage-de-la-machine-en-sept-questions/

10 - Mais l’appareil psychique n’est pas réductible au cerveau, et suppose des organes techniques, des artefacts supports de symbolisation et dont la langue est un cas.

11 Bertrand Gille (1978) montre qu’à partir de la révolution industrielle, la dynamique du système technique s’accroît et accélère sa transformation, en sorte que la principale fonction des pouvoirs publics devient la régulation du désajustement entre système technique et systèmes sociaux qui en résulte.

12 Vocabulaire d’Ars Industrialis, http://arsindustrialis.org/vocabulaire-organologie

13 Vernette (2008, p. 10-11).

14 Devereux, G. (1980, p. 20-21).

15 Cet exemple est emprunté à une conférence de Christian Fauré, http://www.youtube.com/watch?v=br20z3qkzz4.

16 Notre analyse fait plutôt pencher vers l’outil de marketing en raison du leurre que représente un projet intégré de surveillance municipale tel que l’analyse Laurent Mucchielli (2018).

17 Concepts développés par Georgescu-Roegen (1971) à la suite de Lotka (1934).

18 Propos livrés par Jean-Luc Besson, géostatisticien à l’Observatoire.

19 - Propos de Bilel Benbouzid (Laboratoire interdisciplinaire science innovation société, LISIS, Université Paris Est Marne-la-Vallée), Le Monde, 8 décembre 2017.

20 https ://www.loos-en-gohelle.fr/loos-ville-pilote/participation-des-habitants/

21 CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) « La plate-forme d’une ville, les données personnelles au cœur de la fabrique de la smart city », 10 octobre 2017.

22 Les constructeurs automobiles ont défini une échelle à six niveaux pour l’automatisation du véhicule. Le niveau 0 est l’absence d’assistance, le niveau 1 est l’assistance au chauffeur, le niveau 2 celui de l’autonomie partielle, le niveau 3 pousse l’automatisation plus loin avec la possibilité de reprendre la main pour le chauffeur en cas d’urgence, avec le niveau 4 le véhicule est entièrement autonome dans des circonstances prédéfinies (conduite sur autoroute et manœuvre pour se garer).

23 Nous n’abordons pas ici l’étape suivante qui est celle de la fin probable de la civilisation industrielle ou Anthropocène, voir Bonneuil et Fressoz (2013).

24 https ://www.sidewalklabs.com/team/

25 https ://replica.sidewalklabs.com/

26 Il est le fondateur du mouvement de démocratie inclusive qui vise à développer une théorie et un projet politique pour une démocratie directe et économique dans une société sans État, sans monnaie ni économie de marché, autogérée et écologiste.

27 https ://coopcycle.org/fr/#about

28 https ://www.youtube.com/watch?v=v9ZO6NlI-cs&feature=youtu.be

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Paraponaris, « Une ville vivable », Terminal [En ligne], 124 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4225 ; DOI : 10.4000/terminal.4225

Haut de page

Auteur

Claude Paraponaris

Aix Marseille Univ, CNRS, LEST UMR 7317

35 avenue Jules Ferry, 13626 Aix-en-Provence Cedex 01

et ARS Industrialis

claude.paraponaris@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals