Navigation – Plan du site
Repères

Les outils numériques au service de la diffusion cinématographique

Le cas du transport dématérialisé des films vers la salle de cinéma
Clémence Allamand

Résumé

Le basculement des salles de cinéma vers la projection numérique à partir de 2009 a permis l’émergence ou l’entrée de nouveaux acteurs au sein du secteur de la diffusion cinématographique offrant des services liés à leurs compétences dans le domaine des TIC, et répondant ainsi à l’évolution des pratiques et usages des professionnels de la filière traditionnelle. Cet article se propose, à partir d’une enquête de terrain effectuée auprès des différents acteurs du secteur du transport dématérialisé des films vers la salle de cinéma, et de professionnels amenés à utiliser ces outils, de mener une réflexion sur l’identité, le rôle et l’insertion de ces acteurs dans la filière traditionnelle, et plus particulièrement au prisme d’une indépendance supposée – plus ou moins large –, souvent revendiquée, ou au contraire d’une appartenance à un groupe. Il s’agit de s’interroger sur les différentes stratégies développées par ces acteurs ainsi que sur les enjeux socio-économiques et politiques qui en découlent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Digital cinema package.

1Le passage à la projection numérique dans les salles de cinéma, accéléré fin 2009 avec la sortie d’Avatar, a permis le développement de nouvelles potentialités qui se caractérisent par l’ouverture de nouveaux marchés, acteurs et contenus, questionnant indubitablement les relations entre les distributeurs et les exploitants. Le passage à la « numérisation » des salles de cinéma engendre de nouvelles modalités de fonctionnement et par conséquent de nouveaux besoins. Des compétences nouvelles sont requises, telle la maîtrise de l’outil informatique, qui ne va pas de soi pour les acteurs traditionnels de la filière cinématographique. Face à cette demande implicite, couplée d’opportunités de marché naissantes, des acteurs inédits se positionnent sur le secteur de la diffusion cinématographique, notamment sur le marché du transport des films vers la salle de cinéma. Remplaçant dans un premier temps les bobines 35mm par des disques durs, l’activité de transport se rapproche chaque jour du « tout dématérialisé » via l’envoi terrestre par ADSL ou fibre optique ou bien satellitaire des fichiers numériques appelés DCP1. Parmi les intermédiaires techniques présents sur le marché, certains se positionnent comme indépendants (Cinégo / Indé CP), d’autres appartiennent à des grands groupes de télécommunications (Eclair (Ymagis) / Globecast).

  • 2 ALLAMAND Clémence, Les acteurs de la diffusion cinématographique en salles en France au prisme (...)
  • 3 Ce travail s’appuie sur une cinquantaine d’entretiens semi-directifs effectués entre 2011 et 2 (...)

2Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur le passage au numérique des salles de cinéma en France2. À partir d’une enquête de terrain3 effectuée auprès des différents acteurs du secteur du transport dématérialisé, plus largement des acteurs de la diffusion du film, et de professionnels du cinéma amenés à utiliser ces outils, cet article se propose de mener, dans une approche socio-économique, une réflexion sur l’identité, le rôle et l’insertion de ces acteurs dans la filière traditionnelle. Il s’agit plus particulièrement d’analyser les pratiques des acteurs au prisme d’une indépendance relative et supposée, souvent revendiquée, ou au contraire d’une appartenance à un groupe.

3Le marché du transport dématérialisé des films fait apparaître un double enjeu. D’un côté, il crée de nouvelles dépendances pour les acteurs traditionnels de la filière cinématographique, desquelles découlent des enjeux résidant dans la redistribution des capacités d’action, de décision et de maîtrise des pratiques. Ces dépendances peuvent sembler d’autant plus paradoxales qu’elles apparaissent en contrepoint d’un discours vantant la liberté que la technologie numérique conférerait. De l’autre côté, les nouveaux entrants dans la filière ou les nouvelles structures émergeant au sein de la filière se doivent de justifier leur présence et/ou leur fonction, soulevant des questions relatives à l’appartenance à un secteur et à l’utilité économique d’un acteur donné dans ledit secteur. Il s’agit donc ici, à travers l’étude du secteur spécifique du transport dématérialisé des films vers la salle de cinéma et des stratégies d’acteurs qui le composent, de soulever différents enjeux socio-économiques mais aussi politiques liés à la mise en place du numérique dans le secteur de la diffusion cinématographique.

Identité des acteurs et phénomène de concentration

  • 4 Le marché du transport dématérialisé évolue très rapidement. Selon nos entretiens, en 2018, un (...)

4À la suite de l’arrivée du numérique au niveau du dernier maillon de la chaîne de diffusion du film, les modalités de l’acheminement du film vers la salle de cinéma ont été bouleversées. Les transporteurs de bobines sont remplacés principalement par les services postaux. Certains acteurs traditionnels comme les entreprises de stockage ou les laboratoires qui fabriquaient, dupliquaient et livraient les bobines 35 mm choisissent de se positionner sur le marché du transport physique de disques durs, bien qu’il s’agisse d’une période transitoire. En effet, la dématérialisation intégrale des activités du secteur est perçue par la quasi-totalité des acteurs comme l’achèvement de cette transition numérique mais aussi comme la solution permettant simplification, efficacité, gain de temps et souplesse, ne laissant aucune place à une quelconque alternative en termes d’évolution4. Le disque dur ne serait en ce sens qu’un palliatif technique pour conduire à la dématérialisation totale du support de projection, aboutissement final permettant de jouir pleinement des supposées économies engendrées par cette dématérialisation.

  • 5 Nous en avons identifié six en 2019 : Éclair (Ymagis), Globecast, Cinégo, Indé CP, Filmor (Son (...)

5La filière cinématographique est caractérisée par un double mouvement de concentration horizontale et verticale : horizontale par le nombre réduit de concurrents sur un même marché, et verticale avec la récurrence de la présence de la même entreprise à différents stades de la chaîne cinématographique (Creton, 2014). La concentration ne fait pas exception pour le secteur du transport dématérialisé, avec une situation oligopolistique où trois opérateurs principaux se partagent le marché, les deux premiers ayant des parts de marché bien supérieures au troisième. On compte aujourd’hui parmi ces intermédiaires techniques une poignée d’acteurs5 ainsi que quelques tentatives avortées, récurrentes dans le cadre d’un marché naissant. Ces acteurs ne constituent pas une catégorie homogène : les deux principaux, Globecast et Eclair sont adossés à des grands groupes de télécommunications, tandis que Cinégo, le troisième en termes de part de marché, ou Indé CP, économiquement plus faible mais à forte valeur symbolique et politique, se positionnent comme indépendants.

6Globecast est une filiale du groupe Orange qui a développé à partir de 2011 une offre de transport dématérialisé uniquement en France. Avec, en 2019, 1 200 cinémas connectés, soit environ 4 800 écrans sur un total de près de 6 000, Globecast a acquis une position de leader français et travaille avec 80 % du marché. Il faut en revanche nuancer ce leadership car les opérateurs du transport dématérialisé n’ont pas d’exclusivité avec les salles ou avec les distributeurs. Cela signifie que la plupart des acteurs travaillent avec plusieurs opérateurs de transport dématérialisé.

  • 6 Nous nous référerons par la suite à cette structure en utilisant le nom de la société mère, Ym (...)

7Eclair est intégré au groupe Ymagis, société française créée en 2007 qui a développé toute une série d’offres relatives à la technologie numérique pour les cinémas, allant du financement de l’équipement à la collecte des contributions numériques, en passant par le conseil, la vente, ou encore l’installation et la maintenance du matériel. En 2013, la société acquiert le réseau Smartjog de TDF, pour créer Smartjog-Ymagis-Logistics, devenant leader sur le marché européen du transport de films. Smartjog-Ymagis-Logistics devient Eclairsend à partir de 2016 à la suite du rachat par Ymagis du laboratoire Éclair et au recentrage de ses activités autour des pôles de services matériels (CinemaNext) et de contenus (Eclair)6.

  • 7 Société d’expertise dans le domaine de l’audiovisuel numérique créée en 2003.

8Cinégo est à l’origine un logiciel de gestion de sortie de films à l’usage des distributeurs conçu par la société CN films7. Cinégo – le nom du logiciel s’étant substitué au nom de la société au sein du monde professionnel – s’est immiscé sur le marché du transport dématérialisé en 2014 en proposant aux exploitants une interface leur permettant de télécharger les films.

  • 8 La loi n° 2010-1149 du 30 septembre 2010 relative à l’équipement numérique des établissements (...)

9Enfin, Indé CP est issu de l’initiative du Groupement national des cinémas de recherche ainsi que des cinémas Utopia, qui ont développé une offre de transport dématérialisé via l’association à but non lucratif Cinémascop. Celle-ci proposait déjà une activité de collecte mutualisée des contributions numériques8, dans une même optique politique voire militante – nous y reviendrons –, loin des logiques capitalistiques.

L’insertion dans la filière cinématographique

  • 9 Un film pèse en moyenne 150 Go, son téléchargement peut ainsi durer plusieurs jours avec une l (...)

10À quel niveau de la filière se positionnent les acteurs de l’industrie des « contenants » sur le marché de la diffusion cinématographique ? Quelle(s) intermédiation(s) proposent-ils ? Chacune des plateformes possède des modalités spécifiques de fonctionnement, mais les opérateurs ont en commun de proposer une offre ayant pour but premier de faciliter les échanges entre distributeurs et exploitants. Le second est d’éliminer toute contrainte technique en leur proposant un outil ergonomique adapté à la dématérialisation du support de projection filmique. Le distributeur se connecte à sa plateforme via un compte utilisateur qu’il renseigne et qui lui permet d’effectuer et de gérer ses envois de films. L’exploitant a, quant à lui en se connectant, accès à la liste des films et films-annonces disponibles au téléchargement. Chez Cinégo, les téléchargements, dont la progression peut être suivie, s’effectuent un à un9. Chez Globecast, la présence de plusieurs bandes passantes et un débit très important permettent de hiérarchiser et de multiplier les ordres de transferts des films et ainsi de les livrer très rapidement dans les salles. Certains opérateurs requièrent l’installation de matériel supplémentaire dans les cinémas tel le boîtier CinéBoost pour Globecast, agrégateur de lignes ADSL qui fournit un débit plus important pour recevoir les films. D’autres, à l’instar de Cinégo, ne demandent que la présence d’une bibliothèque de stockage virtuel des films choisie par l’exploitant dans laquelle le logiciel peut être installé.

11Il serait trop ambitieux de prétendre saisir l’entièreté des enjeux relatifs à l’apparition de ces nouveaux acteurs en aval de la filière cinématographique, mais il semble de mise d’y apporter un éclairage en soulevant quelques éléments clés nécessaires à la compréhension d’un certain nombre d’entre eux. Depuis le début des années 2010, les distributeurs et les salles de cinémas doivent composer avec le paradigme technologique numérique, et ce qu’ils souhaitent sur les questions de diffusion, et donc de transport des films, nous semble pouvoir être résumé en trois points. Dans un premier temps, et ce, de manière univoque, que l’accès aux films pour les salles, et l’accès aux salles pour les distributeurs soient effectifs : autrement dit, qu’il n’y ait pas de problème technique ou de sécurité des transferts. Ensuite, les salles et les distributeurs recherchent les uns et les autres les tarifs les plus attractifs et des modalités de transfert qui correspondent à leur manière de travailler. À titre d’exemples, une salle qui ne fait pas de sorties nationales et qui se programme au mois va chercher les tarifs les plus intéressants pour le marché des films de continuation. Un distributeur qui sort régulièrement des films en 3D cherche à ce que le tarif pour les films au nombre de gigas importants donc surtaxés soit intéressant. Une salle qui programme un nombre important de sorties nationales cherchera à travailler avec l’opérateur qui garantit une réception rapide des films – la programmation s’effectuant le lundi pour le mercredi qui suit. Enfin, pour un certain nombre de distributeurs, il est important de pouvoir conserver sa liberté de choix de travailler avec tel ou tel prestataire, donc qu’il existe des alternatives.

  • 10 La fédération FDN regroupe des Fournisseurs d’Accès à Internet associatifs se reconnaissant da (...)

12De leur côté, les acteurs du transport dématérialisé vont donc dans un premier temps devoir justifier leur utilité économique au sein de la filière cinématographique en construisant une offre apte à satisfaire les attentes des clients (les distributeurs et les salles) sur ce marché. La première, commune à tous, est de posséder savoir-faire, compétences et aptitudes liés à la technologie numérique nécessaires au développement du marché, au premier rang desquels la maîtrise d’un réseau. Bien que certains distributeurs ou exploitants puissent être réticents au passage à la dématérialisation pour des raisons de coût, il ne s’agit pas en revanche de justifier l’utilité économique des acteurs sur le plan du passage en lui-même, tout le monde étant convaincu, ou certains peut-être résignés au fait qu’il n’existerait pas d’autre alternative. Ainsi, Globecast va utiliser le réseau de sa maison mère Orange, Ymagis a absorbé les plateformes satellitaires Smartjog et Dsat (qui appartenaient à Eutelsat) et poursuit sa stratégie d’extension en rachetant des réseaux terrestres ou satellitaires en Europe (Arqiva) et dans le monde, et Cinégo a passé des accords avec SFR. De son côté, Indé CP travaille avec la Fédération des fournisseurs d’accès à Internet associatifs10 qui lui fournit gracieusement de la bande passante.

  • 11 Cf. loi n° 2010-1149 du 30 septembre 2010 relative à l’équipement numérique des établissements (...)

13Les acteurs du transport dématérialisé, aussi divers soient-ils, s’accordent unanimement sur un point, celui de mettre en avant le fait d’être un intermédiaire technique qui se veut neutre, et qui se doit de ne pas interférer dans la relation distributeur-exploitant, tel que ce principe est stipulé par la loi du 30 septembre 2010. Celle-ci instaure en effet une contribution numérique (Virtual Print Fee) versée par les distributeurs aux exploitants, dont les conditions de négociations doivent être indépendantes de la programmation des films11. Parallèlement à cette sorte de déclaration implicite de bonnes intentions, les acteurs du transport dématérialisé ont tenté de montrer patte blanche auprès des acteurs traditionnels. Certains membres du personnel voire des dirigeants ont en effet travaillé auparavant dans le secteur cinématographique, à l’instar du directeur général d’Ymagis (jusqu’en 2015) chez UGC, ou de la directrice commerciale de Cinégo chez EuropaCorp. Enfin, leur présence aux événements annuels tels que le festival de Cannes ou encore le Congrès des exploitants à Deauville témoigne de leur insertion dans le secteur.

14En cherchant à être des acteurs de confiance, les opérateurs du transport dématérialisé réussissent leur stratégie d’intégration dans la filière traditionnelle au sein de laquelle les relations interprofessionnelles dépassent le cadre du lien seulement marchand et où les rapports interindividuels sont fortement liés aux « conventions » du milieu artistico-culturel et à une proximité des acteurs liée à la taille réduite du secteur considéré souvent non sans ironie comme une « grande famille » et qui tend à être structuré par les parcours et les caractères humains.

15L’entrée des industries de la communication dans les industries des contenus concurrence fortement les acteurs des industries de la culture, qui maîtrisaient jusqu’à présent la diffusion des contenus (Bouquillion, 2008). Contrairement au marché des contenus, il n’existe pas sur le marché du transport dématérialisé d’oligopole à franges – les « franges » ne survivant pas –, mais un oligopole à quatre à poids économique inégal. La spécificité des contenus distribués empêche ou réduit la possibilité d’apparition de « petits» acteurs du transport dématérialisé. En effet, les films sont des fichiers très lourds et cryptés qui nécessitent une infrastructure développée pour que les envois soient techniquement viables. Si Indé CP est considéré comme un « petit » et que son existence est viable, c’est parce qu’il relève du modèle associatif. Pour les autres acteurs, leur position d’intermédiaire entre fournisseurs (les distributeurs) et consommateurs (les salles) leur permet d’occuper une fonction centrale indispensable et un rôle d’encadrement dans une optique de domination du marché de l’intermédiation technique.

16Les raisons et les objectifs de la création d’une offre de transport dématérialisé divergent. L’objectif dominant, pour Globecast, Ymagis, et Cinégo, est d’ordre économique ; ces acteurs visent à développer leurs activités sur un nouveau marché et donc à conserver une position concurrentielle sur celui-ci. Pour Indé CP en revanche, le profit est avant tout symbolique, puisque la vocation de la structure est d’être à but non lucratif, et de permettre la rémunération de ses salariés, l’objectif principal étant de proposer une alternative, un choix indépendant.

17Plusieurs stratégies sont possibles pour construire un avantage concurrentiel (Porter, 1986). Globecast va ainsi acquérir une position forte en se focalisant sur une seule activité en France : celle du transport dématérialisé, grâce au réseau terrestre extrêmement développé de sa maison mère Orange. Cette stratégie de spécialisation vise à se différencier des autres offres en insistant sur la qualité et l’efficacité du service. Globecast peut en effet envoyer un très grand nombre de films dans des délais relativement courts. En revanche, les coûts engendrés par la mise en place d’un tel dispositif ne permettent pas, ou du moins que difficilement, d’être compétitif en termes de prix pour les distributeurs et les salles.

  • 12 Les majors hollywoodiennes sont historiquement très investies via la MPAA (Motion Picture Asso (...)
  • 13 Précisons que la plateforme s’appelait à l’origine « the DCP bay », en référence au site de té (...)

18De son côté, Ymagis poursuit, nous l’avons vu, depuis plusieurs années sa stratégie d’internationalisation pour se positionner comme leader sur plusieurs marchés nationaux, en Europe principalement. Son champ d’activité sur le territoire français est en revanche bien plus large et concerne tout ce qui a trait à la technologie numérique pour le cinéma, se concentrant en 2019 autour de trois pôles : celui du financement de l’équipement – qui disparaîtra fin 2021 à la suite de l’extinction des contributions numériques –, les services aux exploitants (vente et installation de matériel, maintenance, consulting), et les activités de contenus (transport, restauration, post-production). Cinégo se positionne sur le plan du transport dématérialisé dans un entre-deux, à l’origine sur un segment de marché : celui de la « continuation » – c’est-à-dire le marché des films qui ne sont pas dans leur première semaine de sortie – et de l’indépendance. Au-delà des limites liées aux contraintes techniques rédhibitoires, cette stratégie permet à Cinégo d’y « faire sa place », dans un contexte où ses concurrents Globecast et Ymagis occupent le marché des circuits et des grands distributeurs français. Il faut tout de même préciser que contrairement à ce que l’on pourrait a priori croire, les majors hollywoodiennes continuent à freiner l’usage des envois dématérialisés des films, préférant les disques durs physiques par peur du piratage12. À titre d’exemple, en 2015, Globecast ne travaille au sein des majors qu’avec Paramount. Si les majors restent frileuses, c’est aussi en raison du niveau de développement technique du marché : elles préfèrent jouer la carte de la sécurité avec les disques durs plutôt que de risquer qu’un film ne soit pas livré à temps du fait d’un problème de réseau. La domination d’Ymagis et de Globecast n’empêche pas Cinégo de convoiter par la suite, une fois installé sur le marché et dans l’optique d’une stratégie d’expansion, lesdits « gros » distributeurs (Cinégo travaille par exemple avec SND, filiale du groupe M6). Enfin, Indé CP va chercher à valoriser le caractère unique de son offre : proposer une alternative s’appuyant sur l’utilisation de logiciels libres et le principe de neutralité du Net, où l’indépendance est le maître mot. En témoigne d’ailleurs le nom du dispositif, double lecture « Indé CP » pour Indépendance, « un DCP », qui fait référence au fichier numérique13. L’indépendance constitue alors une forme spécifique d’engagement. Cette différenciation limite le débat lié à la qualité de l’offre et à la comparaison avec les autres en le déplaçant vers l’acte politique voire militant que représente le choix de passer par ce prestataire. Il faut préciser que l’offre d’Indé CP se trouve être actuellement la moins chère, ce qui peut lui conférer un avantage certain au sein des distributeurs et des exploitants indépendants.

Le coût de la dématérialisation

  • 14 Dans la mesure du possible du fait de la disponibilité ou non des films sur la plateforme.

19Les opérateurs du marché du transport dématérialisé sont certes concurrents, mais il existe entre eux des stratégies de coopération ayant pour optique un intérêt commun. Cela a pu se traduire par la constitution d’alliances entre deux opérateurs lors des débuts du marché. Globecast et Ymagis avaient en effet tenté de mutualiser leurs ressources en 2010 via un partenariat, au moment où Ymagis ne disposait pas encore d’un réseau pour la livraison des DCP, mais d’un large carnet d’adresses en ayant équipé en projecteurs numériques un grand nombre de salles. Il peut également s’agir d’une coopération liée aux interdépendances des différentes activités développées par les opérateurs. Par exemple, Cinégo, dans son logiciel de programmation destiné aux distributeurs, intègre les différents prestataires de transport dématérialisé alors qu’il est lui-même l’un d’entre eux – intégration certes obligatoire pour ne pas marginaliser l’utilisation de leur logiciel. Quels choix font alors les distributeurs et les salles ? Aucun de ces prestataires n’impose de contrat d’exclusivité. De ce fait, la plupart opte pour la complémentarité et travaille avec plusieurs opérateurs. En effet, nous l’avons dit, ces derniers ne pratiquent pas les mêmes tarifs et ne travaillent pas avec tous les distributeurs. De même, les salles ne sont pas équipées ou n’ont pas d’abonnement – lorsque celui-ci existe – avec tous les opérateurs du transport dématérialisé. Les offres des différents prestataires ont donc pour l’instant davantage tendance à se compléter. Du fait des choix de prestataires différents en fonction des distributeurs mais également des films, les exploitants utilisent par conséquent régulièrement plusieurs de ces services. Ajoutons à cela que le choix opéré par les distributeurs et les exploitants de travailler avec tel ou tel prestataire relève aussi d’un positionnement stratégique qui n’est pas seulement économique, mais aussi politique. En effet, un certain nombre de distributeurs indépendants refusent de travailler avec Ymagis, pour des raisons politiques liées au rôle que la société a joué dans le passage au numérique, lui conférant un rôle que l’on pourrait qualifier de « grand méchant ». Au contraire mais dans la même optique, certains vont privilégier au maximum14 le travail avec Indé CP, dans une optique de solidarité voire de résistance face aux « gros ». Le choix de travailler ou de ne pas travailler avec un opérateur du transport dématérialisé en particulier démontre le caractère politique de celui-ci, révélant des enjeux de pouvoir au sein des différents acteurs.

20Contrairement aux idées reçues, la dématérialisation a un coût, parfois élevé. Ce n’est pas le cas pour tous les opérateurs, Indé CP par exemple travaille avec des logiciels libres sur un réseau peer-to-peer privé et un serveur qu’ils ont créé, mais les infrastructures que requièrent les réseaux d’Ymagis et de Globecast nécessitent de larges ressources financières. Les écarts sont tels en termes de capacité de livraison des films entre les services proposés avec d’un côté Ymagis et Globecast et de l’autre Cinégo et Indé CP, entre autres, que les opérateurs jugent eux-mêmes qu’ils n’offrent pas le même service, et préfèrent jouer la carte de la complémentarité.

  • 15 Les tarifs pour les distributeurs chez Globecast vont de 10 à 50 euros par transfert et dépend (...)

21De quoi dépendent les opérateurs ? Prenons l’exemple de Globecast, qui dépense des centaines de milliers d’euros chaque mois pour le réseau, la plateforme, l’équipe de développement, etc. De ces différents coûts qui peuvent constituer des limites, Globecast va développer des stratégies pour accroître ses parts de marché. Pour être rentable, Globecast doit miser sur une stratégie de volume, donc faire un maximum de transferts de films, et ce de la manière la plus régulière possible, en incitant les distributeurs à envoyer les films davantage en amont de leur sortie. Pour accroître le nombre de transferts lors des périodes creuses, Globecast propose des tarifs attractifs pour les distributeurs pour les films de continuation (de 10 à 20 euros), envois qui ne sont pas prioritaires et qui peuvent être anticipés, donc transférés lors des périodes dites de creux à l’instar des stratégies de domination par les coûts développées par les compagnies aériennes, par exemple. De ce fait, la grille tarifaire de Globecast incite les distributeurs15 à se diriger vers une dématérialisation totale et leur permet de concurrencer les autres prestataires de transport dématérialisé ainsi que les prestataires proposant encore des disques durs physiques sur le marché de la continuation. Le défi que constitue le développement d'un service tel que celui que propose Globecast n'est pas des moindres. Au-delà de la dépendance à sa maison mère Orange, qui lui facture un certain nombre d'éléments, Globecast dépend de nombreuses autres sociétés spécialisées pour que la solution soit viable, telles qu'Easylon pour le stockage, Microsoft pour l'interface Web, ou bien Cisco pour la sécurité de la plateforme.

  • 16 Environ 550 euros par mois.
  • 17 Key Delivery Message.

22Du côté des utilisateurs des plateformes, plusieurs stratégies sont observables. Globecast et Ymagis envoient eux-mêmes les films à l’exploitant qu’ils facturent sous la forme d’un abonnement mensuel, pouvant, selon les options choisies, dépasser la centaine d’euros. Chez Cinégo, l’interface est gratuite pour l’exploitant ; il doit cependant disposer d’une connexion Internet restant à sa charge. Le choix d’une stratégie de différenciation de Cinégo via le modèle économique de la gratuité pour les exploitants lui permet d’obtenir un avantage concurrentiel auprès de la petite exploitation, la plateforme étant très attrayante pour les salles disposant d’une trésorerie limitée. Le distributeur, quant à lui, paie un abonnement mensuel au logiciel de programmation16 et Cinégo lui facture 10 euros par envoi de film programmé dans un cinéma, quel que soit le nombre de séances programmées, ainsi qu’entre 5 et 10 euros par envoi de KDM17, les clés de lecture des fichiers numériques. Enfin, lui est également mensuellement demandé 5 euros par film pour le stockage numérique, où le stockage physique dans un entrepôt est remplacé par la location de serveurs informatiques par Cinégo. La dématérialisation a donc un coût pour le distributeur, mais d’autres dépenses disparaissent (les transporteurs, la fabrication de DCP physiques et leur duplication ou l’envoi par Chronopost).

Limites et dépendances

23Notre propos tend à montrer que le passage au numérique du secteur de la diffusion cinématographique a favorisé en partie la création d’activités socio-économiques, non pas à côté mais au sein même de la filière, par l’entrée de nouveaux acteurs ayant la volonté de s’y intégrer de manière différenciée. Pour les géants des télécommunications tels Globecast, la stratégie, en créant un marché de niche spécialisé dans le transport de films vers les salles de cinéma, vise principalement à asseoir leur position dans leur domaine d’activité principal, leur conférant de par leur domination technique une sorte de « métaposition » (Bouquillion, 2008) dont les acteurs liés à l’industrie des contenus cinématographiques ne peuvent se passer. Chez Cinégo, cette intermédiation technique qui présente des limites en termes de capacité de transfert des données repose en réalité, au-delà de l’outil informatique, sur une connaissance accrue du secteur et de ses acteurs traditionnels. Le numérique transforme, modifie et crée les pratiques professionnelles des acteurs traditionnels concernés. Dans cette perspective, l’innovation est avant tout un processus socio-économique, qui ne peut, nous l’avons vu, se réduire aux considérations d’ordre technique (Flichy, 2003).

  • 18 Ymagis se présente comme « le spécialiste européen des technologies numériques pour l’industri (...)

24Nous l’avons dit, Ymagis, suivant une stratégie de positionnement idéal-typique dans le secteur des industries de la communication (Bouquillion, 2012) – avec pour caractéristiques une croissance rapide et un mono-positionnement dans le domaine du numérique18 – acquiert régulièrement des entreprises sur les différents marchés européens (les sociétés belge Dcinex et britannique Arqiva, entre autres), et poursuit sa stratégie d’intégration verticale en France avec le rachat à l’été 2015 de l’acteur historique de la filière traditionnelle, le laboratoire Éclair. La participation de la société à la production du long-métrage documentaire « Sur le chemin de l’école » en 2013 témoigne également de la stratégie de diversification des activités d’Ymagis. La stratégie de Globecast consiste en l’implantation sur un seul marché national en exploitant un segment précis, mono-positionné également. Cinégo, à son échelle, propose un logiciel de programmation pour les distributeurs, un service de transport dématérialisé et de génération des KDM. Au vu de ces évolutions, il semble légitime de s’interroger sur le degré de volonté d’expansion de ces différentes structures, dans un contexte où les acteurs en position de force ont tendance à être ceux qui « développent et maîtrisent, en aval des filières, des plateformes intégrant divers contenus culturels et informationnels et des services » (Bouquillion, Miège, Mœglin, 2013). La potentielle tendance monopolistique des stratégies de la majorité des opérateurs présents sur le marché du transport dématérialisé ouvre le débat sur la question de la dépendance des acteurs traditionnels aux acteurs du numérique. En effet, la limite évidente d’un modèle fondé sur une dématérialisation intégrale réside dans la dépendance totale à Internet de tous les acteurs, aussi bien des opérateurs du transport dématérialisé et logiciel de gestion de sorties de films que des distributeurs et des exploitants. La position stratégique qu’occupent ces différents acteurs dans un secteur en pleine mutation leur confère un caractère indispensable favorisant l’idée qu’il n’existe pas d’alternative au modèle numérique dominant. Les stratégies développées par les acteurs maîtrisant les TIC « contraignent fortement les utilisateurs, ne leur laissant pas le choix d’utiliser ou non tel ou tel protocole ou procédure ; ce qui constituait un « outil » pour les uns devient alors souvent un « moyen » de contrôle pour les autres », et la numérisation se traduit ainsi simultanément par un « renforcement de la souplesse et une rigidité renouvelée […], tension constitutive d’une économie de réseau mondialisée » (Benghozi, 2016).

  • 19 Jacques Ellul, Le bluff technologique, Paris, Hachette Littératures – Pluriel, 2012 (1988), p. (...)

25Acteurs légitimes de confiance ou opportunistes ? Si les opérateurs de transport dématérialisé se présentent comme des intermédiaires techniques qui se veulent neutres, il faut admettre que la technique n’est pourtant pas neutre. Dans Le bluff technologique, Jacques Ellul développe l’idée selon laquelle le progrès technique est ambivalent car les hommes sont conditionnés par l’univers technique. Il explique que l’homme est orienté par la technique et qu’il perd ainsi son indépendance car il n’est pas « un sujet au milieu d’objets sur lesquels [il] pourrait librement décider de [sa] conduite », mais qu’il fait partie d’un « univers technicien qui comporte des déterminations qui ne dépendent pas de [lui] et qui dictent un certain usage »19. À terme, une dépendance à la technologie numérique et l’intermédiation technique qu’elle nécessite au nom d’un certain « progrès technique » peuvent s’avérer sclérosante pour les acteurs traditionnels et soulever de nouveaux et multiples enjeux dans la relation entre distributeurs et exploitants. C’est d’ailleurs au prisme de la question de l’indépendance que des initiatives telles qu’Indé CP ont pu voir le jour. En effet, Indé CP est présenté, sur le marché du transport dématérialisé, avant tout comme une alternative, mais aussi comme une forme de résistance.

26Quels enjeux soulève cette intermédiation pour la distribution et l’exploitation ? Comment être indépendant dans un paradigme numérique ? Comment se réapproprier son rôle, sa fonction au sein de la filière et les outils que l’on utilise pour ainsi éviter une dépendance à un seul opérateur ? Comment garantir aux petits distributeurs l’accès à des salles dans ce paradigme ? En outre, si, ou plutôt lorsque le coût marginal d’une copie de film sera quasi nul – les salles pouvant techniquement avoir accès à tous les films –, comment éviter un surcroît de concentration en termes d’exposition des films dans les salles ? Qu’advient-il du rôle du distributeur dans ce paradigme ? Enfin, dans une perspective plus large, ce changement de paradigme technologique ouvre le débat sur des enjeux plus génériques tels que le phénomène de concentration et d’accumulation des données par exemple ou encore la conformité du secteur aux règlements européens sur la concurrence et les monopoles, interrogeant de ce fait les interdépendances entre les différents acteurs. La mutation technique s’accompagne donc également d’une mutation socio-économique dont la redistribution des capacités d’action, de décision et de maîtrise des pratiques est un enjeu majeur pour les acteurs traditionnels de la filière et une question de lien social et d’intégration pour les nouveaux. L’étude d’autres structures ayant trait à la numérisation de la diffusion cinématographique serait sûrement l’occasion de discuter et de confronter ces constats et hypothèses, ainsi que d’enrichir la compréhension de la pénétration de l’innovation que représente ce changement de paradigme technologique.

Haut de page

Bibliographie

ALLAMAND C. (2019), « Les pratiques professionnelles au sein du marché cinématographique : La relation entre distributeurs et exploitants », in Entrelacs n° 14 : Marchés du film : évolutions, mutations, perspectives (dir. Hélène Laurichesse).

ALLAMAND C. (2017), « Politique culturelle publique et financement de l’équipement numérique des salles de cinéma en France », in Arts et Médias : lieux du politique ? (dir. Collectif DAEM), L’Harmattan, p. 27-35.

AUGROS J. KITSOPANISOU K. (2009), L’économie du cinéma américain, histoire d’une industrie culturelle et de ses stratégies, Armand Colin, Paris, 224 p.

BENGHOZI P.-J. (2016), « L’économie numérique : une économie disruptive ? », Dossier « L’économie à l’heure numérique », Les Cahiers français n° 392, p. 2-8.

BOUQUILLION P., MIÈGE B., MOEGLIN P. (2013), L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Communication, médias et sociétés », 252 p.

BOUQUILLION P. (2012), « Concentration, financiarisation et relations entre les industries de la culture et industries de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication, accessible à cette adresse : http://journals.openedition.org/rfsic/94

BOUQUILLION P. (2008), « Les industries de la culture face aux industries de la communication : l’actualité des théories des industries culturelles », accessible en ligne.

CRETON L. (2014), Économie du cinéma : perspectives stratégiques, Armand Colin, Cahors, Armand Colin cinéma, 295 p.

CROZIER M., FRIEDBERG E. (1977), L’acteur et le système, Paris, Editions du Seuil, 500 p.

ELLUL J. (1988), Le bluff technologique, Paris, Hachette Littératures – Pluriel, 2012 (1988), 748 p.

FLICHY P. (2003), L’innovation technique, « Récents développements en sciences sociales, Vers une nouvelle théorie de l’innovation », Paris, La Découverte, Sciences et société, nouvelle éd., 250 p.

MIÈGE B. (2004), L’information-communication, objet de connaissance, De Boeck & INA, Bruxelles, 248 p.

PORTER M. (1986), L’avantage concurrentiel, traduit par DE LAVERGNE Philippe, Malakoff, Dunod – collection stratégies et management, 2003 pour l’édition traduite, 664 p.

Haut de page

Note de fin

1 Digital cinema package.

2 ALLAMAND Clémence, Les acteurs de la diffusion cinématographique en salles en France au prisme du passage à la projection numérique : enjeux socio-économiques d’un secteur en mutation (2000-2018), thèse de doctorat en cours, dirigée par Laurent Creton et réalisée à la Sorbonne Nouvelle.

3 Ce travail s’appuie sur une cinquantaine d’entretiens semi-directifs effectués entre 2011 et 2017 auprès de professionnels du secteur de la diffusion, d’une analyse détaillée de la presse corporative et de la littérature grise entre 2000 et 2018, et de rencontres régulières avec distributeurs et exploitants au sein d’un groupe de travail sur la programmation. Nous nous sommes entretenue avec les quatre acteurs du transport dématérialisé en France dont il est ici question, différents exploitants de la petite, moyenne ou grande exploitation, distributeurs indépendants ou non, programmateurs, représentants syndicaux, dirigeants, projectionnistes, délégués ou coordinateurs associatifs, responsables commerciaux ou techniques, fabricants de matériels, tiers investisseurs et collecteurs, etc., au sein des différents secteurs d’activités de la filière cinématographique en cherchant à représenter la diversité des profils des acteurs au sein même de chaque secteur.

4 Le marché du transport dématérialisé évolue très rapidement. Selon nos entretiens, en 2018, un grand nombre de distributeurs envoie 70 à 80 % de leurs copies de films par voie dématérialisée, contre 20 à 30 % via des disques durs. Néanmoins, ce ratio reste inégal selon les structures (distributeurs comme exploitants), certaines – petites – salles ne recevant à ce jour que très peu voire aucun films en dématérialisé pour des raisons principalement techniques (débit trop faible ou pas de connexion à Internet).

5 Nous en avons identifié six en 2019 : Éclair (Ymagis), Globecast, Cinégo, Indé CP, Filmor (Sonis), Nedji (Bivolis).

6 Nous nous référerons par la suite à cette structure en utilisant le nom de la société mère, Ymagis, nom utilisé au sein des professionnels du secteur.

7 Société d’expertise dans le domaine de l’audiovisuel numérique créée en 2003.

8 La loi n° 2010-1149 du 30 septembre 2010 relative à l’équipement numérique des établissements de spectacles cinématographiques instaure l’obligation pour les distributeurs de payer aux exploitants une contribution numérique (virtual print fee – VPF), autrement dit une taxe, pendant les premières semaines d’exploitation des films afin de participer au coût engendré par l’achat des projecteurs numériques.

9 Un film pèse en moyenne 150 Go, son téléchargement peut ainsi durer plusieurs jours avec une ligne ADSL standard.

10 La fédération FDN regroupe des Fournisseurs d’Accès à Internet associatifs se reconnaissant dans des valeurs communes : bénévolat, solidarité, fonctionnement démocratique et à but non lucratif, défense et promotion de la neutralité du Net. Source : https ://www.ffdn.org/fr

11 Cf. loi n° 2010-1149 du 30 septembre 2010 relative à l’équipement numérique des établissements de spectacles cinématographiques.

12 Les majors hollywoodiennes sont historiquement très investies via la MPAA (Motion Picture Association of America) dans la lutte contre le piratage depuis l’apparition de la vidéo.

13 Précisons que la plateforme s’appelait à l’origine « the DCP bay », en référence au site de téléchargement illégal – via l’échange de fichiers torrents de pair à pair (peer to peer) – « The pirate bay ». Pour éviter toute confusion et connotation négative liée à l’activité illégale de la précédente plateforme, l’opérateur a finalement choisi le nom d’Indé CP, gardant la connotation militante du dispositif dans son nom.

14 Dans la mesure du possible du fait de la disponibilité ou non des films sur la plateforme.

15 Les tarifs pour les distributeurs chez Globecast vont de 10 à 50 euros par transfert et dépendent de la salle (abonnée ou non à Globecast), de la date de sortie (sortie nationale ou continuation), ou du poids du film (surcoût de 5 euros si le film dépasse les 150 Go).

16 Environ 550 euros par mois.

17 Key Delivery Message.

18 Ymagis se présente comme « le spécialiste européen des technologies numériques pour l’industrie du cinéma ».

19 Jacques Ellul, Le bluff technologique, Paris, Hachette Littératures – Pluriel, 2012 (1988), p. 93-94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Allamand, « Les outils numériques au service de la diffusion cinématographique », Terminal [En ligne], 124 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4261 ; DOI : 10.4000/terminal.4261

Haut de page

Auteur

Clémence Allamand

Doctorante, A.T.E.R., Sorbonne Nouvelle - Paris 3 / IRCAV, prépare une thèse en Sciences de l'Information et de la Communication sur les enjeux socio-économiques des acteurs de la diffusion cinématographique en France au prisme du passage à la projection numérique sous la direction de Laurent Creton (EA 185 IRCAV / ED 267)

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals