Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Hyperconnectivité

Dominique Desbois
Référence(s) :

Hyperconnectivité, enjeux économiques, sociaux et environnementaux, Dominique Carré et Geneviève Vidal, Collection Systèmes d’information, Web et Société, volume 3, ISTE éditions, 2018, 124 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage aborde la question de la communication et de l’échange en analysant les pratiques de mise en relation des individus, des communautés, des entreprises et des États à travers l’offre protéiforme d’outils fondés sur les technologies numériques d’information et de communication. En effet, stimulée par les financements indirects s’appuyant sur la gratuité d’accès à certains services, l’hyperconnectivité numérique entraîne une évolution majeure vers des pratiques sociales ayant des impacts environnementaux significatifs.

2L’analyse technico-économique de l’offre numérique a permis d’identifier les trois composantes du modèle socio-économique de l’hyperconnectivité : la gratuité d’accès aux services distants ; leur financement indirect par la publicité ciblée et la revente de données d’accès individualisées, ainsi qu’une constante sollicitation de la cible marketing à un coût marginal quasi-nul. L’acceptabilité sociale de l’exploitation des données d’usage repose sur un renoncement négocié qui inscrit l’usager comme coproducteur des services auxquels il souhaite accéder. Grâce aux innovations communicationnelles reposant sur des algorithmes performants, cette tension se déploie dans l’espace des services pour convertir progressivement l’ensemble des catégories socio-professionnelles à ces usages. Face à la généralisation de cette double injonction à laquelle est soumis l’usager, à la fois comme consommateur et comme coproducteur de services distanciés, quel type de socialité émerge de l’offre massive de services individualisés et quelles en sont les conséquences environnementales ?

  • 1 Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft.
  • 2 Netflix, Airbnb, Tesla, Uber.

3Intitulé « Offre technologique et services mondialisés », le premier chapitre dresse le portrait d’une offre mondialisé de services de mise en relation reposant sur l’interopérabilité des réseaux et des communautés hétérogènes d’objets communicants. Le déploiement de cette offre de services à l’échelle planétaire s’appuie sur un protocole de communication ouvert et indépendant des constructeurs informatiques : il conduit à l’émergence de nouveaux acteurs industriels spécialistes de la médiation (GAFAM1 et NATU2) grâce aux innovations technico-organisationnelles permettant de s’affranchir des barrières à l’entrée du secteur des services. Par le jeu des externalités de réseau, ces acteurs sont désormais en position dominante, sauf pour certaines zones régionales où des puissances, comme la Russie et surtout la Chine, entendent contester les visées hégémoniques s’appuyant sur les politiques unilatérales des États-Unis en la matière.

4Le second chapitre examine les différents facteurs assurant le succès de cette « économie de l’hyperconnectivité ». Tout d’abord, la « gratuité » comme mode d’accès et d’utilisation : la mise à disposition gratuite de contenus financés par des recettes publicitaires, mode constitutif depuis plusieurs dizaines d’années du fonctionnement des stations privées de radio et de télévision aux États-Unis, s’est exporté en Europe et étendu à la presse (quotidiens gratuits). À la suite de l’échec de la commercialisation des services en ligne, la gratuité s’inscrit alors dans une double logique marchande : la commercialisation d’espaces publicitaires sous une forme renouvelée et la concession de données individuelles qui constituent les deux modes de financement indirects. La puissance publique soutient cette économie numérique par le déploiement d’infrastructures de communication appropriées. Le succès de ces modes de financement indirects repose sur le coût marginal quasi-nul des incessantes sollicitations relationnelles et le développement de modèles hybrides alliant services gratuits (freemium) et payants (premium).

5Le troisième chapitre traite de l’appropriation sociale de cette infrastructure numérique de l’hyperconnectivité et de la médiation relationnelle induite par les recommandations des algorithmes de matching. Les études de sociologie critique dévoilent l’ambiguïté de ces usages numériques : l’apparente subordination du « renoncement négocié » peut déboucher à terme sur la subversion d’outils numériques ou leur contournement au profit de pratiques contestant ou détournant les logiques communicationnelles. Ainsi, les usages numériques s’inscrivent dans de nouvelles pratiques culturelles confirmant la formation d’une culture numérique spécifique. L’industrialisation des usages de l’interactivité apparaît liée au développement de cadres de surveillance et de contrôle, ainsi qu’à la gestion de la traçabilité, qui délimitent des clôtures informationnelles et communicationnelles. En réaction à ce mouvement d’enclosure des communautés virtuelles, émergent des Creative Commons, ou « communs numériques » dont la constitution s’appuie principalement sur une revendication d’accès à la connaissance comme bien commun de l’humanité. L’ouvrage décrit les modalités de financement indirect de l’hyperconnectivité que constituent la publicité et la communication de données. Les conséquences du mode d’activation que constitue la sollicitation sont explorées en rattachant ces circuits d’activation à l’émergence d’une économie de l’attention. En revanche, les auteurs ont choisi de n’envisager le rôle de l’État que du point de vue du contrôle social, son rôle de structuration et de régulation des différents marchés de l’attention étant peu abordé, notamment au plan européen où les conséquences de la promulgation du RGPD aurait pu être analysées.

6Le quatrième chapitre analyse les usages des technologies numériques interactives pour comprendre comment ils s’inscrivent entre renoncement et négociation au cœur des activités sociales, tant en termes d’acceptation que d’innovation. Dans cet environnement numérique hyperconnecté, les modalités d’interaction sociale évoluent à travers des médiations qui vont de la prescription, formulée par des community managers (algorithmiques ou humains), à la sélection, réception active de contenus basée sur des référencements et des recommandations. Du fonctionnalisme aux culturalisme en passant par les cultural studies, les auteurs revisitent les différentes acceptions de la notion d’usage et les diverses figures de l’usager qui ont accompagné l’évolution des technologies numériques de l’information et de la communication. Croisant les approches empiriques et la conceptualisation critique, les auteurs proposent le concept de « renoncement négocié » pour analyser l’articulation de la prescription diffuse des technologies interactives et l’industrialisation des services individualisés et les extensions marchandes de la sphère culturelle.

7Le cinquième chapitre vise à resituer la question environnementale dans l’analyse des pratiques relationnelles et communicationnelles numérisées. Malgré l’existence d’analyses critiques cherchant à faire prendre conscience de l’impact environnemental du déploiement des infrastructures numériques, les auteurs regrettent la quasi-absence de prise en compte de cette dimension dans les travaux de prospective ou d’évaluation des ministères concernés. Aussi, documentent-ils non seulement l’impact matériel de ces processus immatériels en termes de consommation énergétique et de contribution aux émissions de gaz à effets de serre, mais également les bénéfices potentiels d’une conception plus vertueuse des logiciels et des sites Web. Enfin, face aux couplages forcés de produits-services qui tendent à accroître l’impact environnemental, l’ouvrage recommande la limitation écologique de l’obsolescence programmée et injonctive des gammes de terminaux mobiles.

8Revenant en conclusion sur les principales thématiques de l’ouvrage, ses auteurs dressent des perspectives d’action. Celles-ci sont fondées sur les capacités d’émancipation et de négociation de l’usager citoyen-acteur pour faire face à la subordination socio-économique induite, à l’épuisement du paradigme de la gratuité et à l’impasse énergétique découlant de ce modèle socio-technique de l’hyperconnectivité.

Haut de page

Notes

1 Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft.

2 Netflix, Airbnb, Tesla, Uber.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Hyperconnectivité », Terminal [En ligne], 124 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4283

Haut de page

Auteur

Dominique Desbois

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals