Navigation – Plan du site

Libra, une guerre des cryptomonnaies de plus ou une future devise internationale de facto ?

Dominique Desbois

Entrées d’index

Mots-clés :

cryptomonnaie, Libra
Haut de page

Texte intégral

1Le 2 mai 2019 à Genève, Facebook participait à l’établissement de Libra Networks, une « association » ayant pour objet de proposer un système de paiement global et des services financiers fondés sur la technologie blockchain capable de sécuriser les transactions en traçant les échanges. À l’annonce du lancement du libra , la nouvelle devise de Facebook, prévu pour 2020 dans une douzaine de pays, les crypto-monnaies actuelles ont soudain dévissé : fin juin, le bitcoin passait de 11 000 dollars à 9 000 dollars en quelques minutes. Régulièrement, le milliardaire américain Warren Buffet prédit l’effondrement de l’industrie des cryptomonnaies en la qualifiant de « véritable bulle » tout en affirmant que la chaîne de blocs est une technologie financière d’avenir.

  • 1 An introduction to Libra. White Paper From the Libra Association Members, Libra Networks. En frança (...)

2L’objectif du libra ? Permettre aux utilisateurs des sites marchands de procéder à des transactions commerciales dans l’environnement Facebook. Les quelques deux milliards d’utilisateurs dans le monde pourraient également effectuer des transferts de fonds en libra, de particulier à particulier, via les applications de l’écosystème de ce réseau social à l’échelle de la planète. Selon le « Livre blanc »1 publié par Libra Networks, ces services seraient ainsi rendus accessibles d’abord sur WhatsApp et sur Messenger, plus tard. sur Instagram...

3Parmi les 28 fondateurs du consortium Libra Networks figurent des entreprises de services numériques, spécialisées dans les paiements électroniques (MasterCard, Visa et PayPal), les réseaux de télécommunications (Vodaphone), les plates-formes d’intermédiation (Booking.com pour la réservation touristique, Uber, pour les VTC, et eBay pour la vente aux enchères en ligne), les technologies de blockchain avec Coinbase, le capital-risque (Andreessen Horowitz et Union Square Venture) mais aussi certaines organisations non gouvernementales (ONG) comme Women’s Word Banking spécialisée dans la microfinance. Ce consortium est actuellement financé par les contributions individuelles de ses membres à hauteur de 10 millions de dollars, ce qui l’apparente plutôt à un club sélectif d’investisseurs ... Notons qu’un Français, Xavier Niel, fondateur de Free, a également investi dans ce projet via l’opérateur de télécoms Illiad, la seule entreprise hexagonale membre de ce club libra.

Le marché des services bancaires peut-il s’étendre à de nouveaux clients ?

  • 2 Demirguc-Kunt, A. et Klapper, L. (2012). « Measuring Financial Inclusion: The Global Findex Databas (...)

4À l’ère des échanges électroniques, le risque de crédit direct associé aux transactions tend à disparaître. Cela induit une baisse du coût des transactions, autorisant un élargissement du marché des services bancaires à une clientèle non « bancarisée », ce qui suscite l’appétit de nouveaux opérateurs candidats à l’entrée sur ce secteur. En 2012, l’exclusion bancaire touchait 2,5 milliards de personnes, principalement dans les pays en développement2. Depuis, des opérateurs de paiement comme M-Pesa ou Orange Pay ont fait la preuve du succès de modèles de paiement électronique qui s’appuient sur des technologies robustes de téléphonie mobiles, notamment en Afrique subsaharienne.

5Pour la Banque mondiale, la cause de l’exclusion bancaire est bien identifiée : globalement, ce sont les plus pauvres qui paient les frais financiers les plus élevés. Les taux usuraires perdurent allant jusqu’à 400 % annuellement et les frais financiers peuvent grimper jusqu’à 30 %. Lorsqu’on demande aux exclus du système traditionnel bancaire pourquoi ils restent en marge, ceux-ci répondent d’abord qu’ils ne disposent pas de revenus suffisants (moins de deux dollars par jour), que les frais bancaires s’avèrent trop élevés et imprévisibles, puis que les banques sont trop éloignées et enfin, que leurs procédures administratives sont trop complexes.

  • 3 En novembre 2017, le bitcoin dépasse les 20 000 $ US, mais dès janvier 2018 son cours chute soudain (...)

6Selon Libra Networks, les consommateurs des pays émergents, ne possédant pas de comptes bancaire, devraient pouvoir accéder de manière simplifiée à des volumes de transactions importants à moindre frais. Pour se différencier du bitcoin qui, à l’instar d’autres monnaies électroniques, est trop volatile3, Libra Networks tente de garantir la stabilité de cette nouvelle devise électronique, en indexant sa valeur sur un panier de devises classiques comprenant le dollar américain, l’euro, la livre sterling et le yen. Une proposition formulée par le Wall Street Journal serait de l’adosser aux Droits de tirage spéciaux (DTS) du système monétaire international.

7Pour Facebook, il s’agit surtout d'imposer sa médiation pour les services financiers et le commerce en ligne, à partir des effets de réseau de ses deux milliards d'utilisateurs. À la différence des moyens de paiement électroniques classiques de Visa ou PayPal qui mobilisent l’infrastructure bancaire du réseau SWIFT, le libra constitue une tentative de s’affranchir de ce réseau en opérant directement sur la Toile grâce à des protocoles se basant sur la chaîne de blocs. Ce nouveau système entre donc en concurrence avec les banques de paiement, à cause notamment d’une baisse attendue des coûts de transaction d’un réseau plus étendu et en connexion directe avec les utilisateurs finaux.

Libra, devise du pauvre ou vecteur de blanchiment  ?

8L’Union européenne considère les cryptomonnaies comme des « représentations virtuelles » de devises et, dès 2013, elle a mis en garde les consommateurs contre les risques encourus, tout en exonérant de TVA les opérations de change contre des devises traditionnelles.

  • 4 Les cryptomonnaies, rapport au ministre de l’Économie et des Finances. Jean-Pierre Landau avec la c (...)

9Appréhendant « les risques de spéculation et de détournement », le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, commande en janvier 2018 un rapport d’évaluation de ces risques. Tout en recommandant de limiter fortement l’exposition du secteur financier aux cryptomonnaies et en les ciblant dans les stratégies de lutte anti-blanchiment, ce rapport4 préconise cependant un environnement réglementaire qui leur est favorable en tant que moyen de paiement. Ainsi, lors d'une conférence de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) sur la lutte contre le blanchiment de capitaux, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, annonçait la mise sur pied d’un groupe de travail du G7 sur les cryptomonnaies, incluant le libra projeté par Facebook. Ce groupe de travail, constitué des représentants des banques centrales européennes, serait présidé par Benoit Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne, qui précise : « Nous voulons allier ouverture sur l'innovation et fermeté dans la régulation. »

10Profitant de la présidence du G7 que la France assure cette année, Bruno Lemaire, « a décidé la mise en place d'une task force sur les projets de stable coins, le libra mais pas seulement lui », selon la déclaration du Gouverneur de la Banque de France. En effet, le gouvernement français ne souhaite pas que le libra devienne une véritable devise numérique indépendante mais plutôt demeure un outil de transaction électronique.

11Le 10 juillet lors d’une audition à la Chambre des Représentants, Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine, a affirmé : « Bien que les promoteurs du projet prévoient la possibilité d’avantages publics, incluant l’amélioration des accès financiers pour les consommateurs,  Libra suscite maintes préoccupations sérieuses concernant la vie privée, le blanchiment d’argent, la protection du consommateur et la stabilité financière ». Comme l’a suggéré le Représentant démocrate Brad Sherman, le temps semble venu pour Marc Zuckerberg, le fondateur de Facebook, de défendre lui-même son projet de « ZuckerCoin ». D’autant que la Federal Trade Commission vient de condamner Facebook à une amende de 5 milliards de dollars pour violation de la vie privée, alors que la garantie de la confidentialité constitue l’un des points sensibles de l’utilisation de la chaîne de blocs dans les transactions numériques pour les opérateurs financiers.

Haut de page

Notes

1 An introduction to Libra. White Paper From the Libra Association Members, Libra Networks. En français : https://libra.org/fr-FR/white-paper

2 Demirguc-Kunt, A. et Klapper, L. (2012). « Measuring Financial Inclusion: The Global Findex Database », World Bank Policy Research Working Paper 6025.

3 En novembre 2017, le bitcoin dépasse les 20 000 $ US, mais dès janvier 2018 son cours chute soudain de moitié.

4 Les cryptomonnaies, rapport au ministre de l’Économie et des Finances. Jean-Pierre Landau avec la collaboration d’Alban Genais, 4 juillet 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Desbois, « Libra, une guerre des cryptomonnaies de plus ou une future devise internationale de facto ? », Terminal [En ligne], 124 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4301

Haut de page

Auteur

Dominique Desbois

Comité de rédaction de Terminal, dominique.desbois0517@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals