Navigation – Plan du site
Net Art, technologie ou création ?
Le Libre dans le Net Art

Le Net Art

Au-delà du navigateur... un monde d’objets
Garrett Lynch
Traduction de Traduction de Jane Noppe

Entrées d’index

Mots-clés :

NetArt

Keywords :

NetArt
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le mot « Net » est utilisé dans cet article comme abréviation d’Internet ; il s’agit de la définiti (...)

1Depuis le début des années 90, le Net Art a évolué. D’art obscur à l’origine, il est devenu une forme d’art très à la mode ; il est aujourd’hui largement reconnu dans les milieux artistiques institutionnels internationaux ; il a trouvé sa place dans la culture populaire. Son nom, concaténation des mots net et art (parfois) séparés par un point, en forme d’adresse électronique tronquée [Shulgin, 1997], suggère, par analogie avec un nom de domaine ou un nom de fichier, qu’il ne s’agit pas seulement d’art disponible sur le Net1, mais d’une forme d’art spécifique, créée pour le Web, au même titre que les technologies, les protocoles, les plugins, les balises et les langa-

2ges de programmation qui concourent à sa création et à sa diffusion.

3De même qu’un site Web portera un nom de domaine en .com l’associant à un domaine commercial et qu’une partie, une page ou un fichier de ce site aura une extension .html, dans Net Art nous avons un net qui est .art.

  • 2 Le mot « Web » est utilisé dans cet article comme synonyme de World Wide Web, initialement conçu co (...)
  • 3 Le mot « réseaux » est utilisé ici comme un concept global d’interconnexion. La notion s’étend à to (...)

4Le Net Art reflète et prolonge une culture déjà bien établie d’ordinateurs, de cyberpunks, de hackers et de militants. L’association du Net Art au Web2 plutôt qu’à une notion plus large de réseaux3 s’explique par la montée en puissance du Web et de l’usage qu’en font les Net.artistes. Les caractéristiques intrinsèques du Web comme arène de conception, de création et de présentation de l’art signifient que pour les artistes, il est à la fois leur message, leur média et leur site Web. Puisque le Net Art permet aux artistes de rompre avec les contraintes ressenties dans les formes d’art plus traditionnelles et de passer à un nouveau mode de séparation entre l’art-concept et l’artobjet, il est l’aboutissement de près d’un siècle de pratique artistique qui a débuté avec les Readymades de Duchamp. Le Net Art permet cette rupture ; il est le reflet de l’ère de l’information numérique que nous vivons.

5Dynamiques, virtuels, et dispersés, les artistes peuvent maintenant s’affranchir des structures institutionnelles, de leur mode de fonctionnement et de leurs cercles fermés élitistes. La pénétration rapide du Web dans tous les domaines d’activité de la société permet aux artistes de faire connaître leur art comme jamais auparavant, en le libérant et en le rendant d’emblée accessible à tout public.

Le questionnement

6Moins de quinze ans après son lancement, le Net Art se trouve maintenant menacé dans sa position et dans son développement en tant qu’art novateur. Il fait partie de ce qu’on appelle aujourd’hui l’art des nouveaux médias, art dont la création est basée sur les technologies et les supports numériques ; comme les autres types d’art des nouveaux médias, le Net Art appartient à l’art postmoderne récent et, de ce fait, il tombe sous le coup des critiques qui sont adressées à l’un comme à l’autre.

7Au moment de sa création, un art peut-il jamais être moderne ? Le postmodernisme ne se définit-il pas comme un courant de réaction au modernisme ? Comment le postmodernisme peut-il exister ? Que veut dire être postmoderniste ? Comment dépasser le postmodernisme ? Ces questions couramment adressées au postmodernisme, associées à la critique de la « nouveauté » comme qualité recherchée pour l’art des nouveaux médias (la pertinence et l’importance de la nouveauté avant tout), auraient pu être pertinentes au début ; révélatrices d’une culture consumériste grandissante dans un monde massivement médiatisé, elles ne font maintenant qu’illustrer une culture obsédée par la mode. Alors que les œuvres produites avaient réussi à créer un lien entre le populaire et l’intellectuel, le Net Art succombe aujourd’hui à cette mode pour n’aboutir qu’à une impasse intellectuelle.

8Le lien étroit entre le Net Art et le Web, largement responsable du succès des Net Arts, commence maintenant à devenir un frein à son développement. Comme ses prédécesseurs : l’écran, le cadre et l’œuvre d’art qu’ils encadrent, le navigateur, en tant que processus d’encadrement [Baumgärtel, 2001], place les œuvres produites résolument dans un espace visuel à deux dimensions. Et pourtant, ce cadre peut contenir de nombreuses formes de médias et peut lui-même être déplacé, changé, remodelé, multiplié ou même disparaître. Le cadre est aussi malléable que l’œuvre qu’il contient et, plus qu’un simple faire-valoir, il devient une fenêtre sur un monde créé par d’autres cadres.

  • 4 “new reality layer”, Heim, 2000, p. 38.

9Avec la normalisation des technologies de navigation, nous commençons à voir la fin du Web instable, victime d’incompatibilités, de virus et de plantages. Nous entrons dans l’ère d’un nouveau Web, connu sous l’appellation Web 2.0, un Web fiable ; le public du Net Art, les utilisateurs du Web 2.0 ont intégré une topologie virtuelle toujours en ligne, au point de fusionner avec d’autres topologies connues, pour devenir une nouvelle couche de réalité4, intégrée à notre quotidien. N’est-ce pas une bonne chose ? Les efforts de développement technologique déployés pour rendre le Web plus accessible et en généraliser sa diffusion grâce au haut débit, ont réussi à en rendre l’accès plus démocratique. Mais si les médias du Web bénéficient de cette normalisation et affranchissent l’utilisateur de sa phase d’apprentissage, le Net Art, lui, y perd son caractère instable ; le choc irréfutable du nouveau et de l’inconnu s’émousse. Au fur et à mesure qu’ils cessent d’être opérationnels ou deviennent impossibles à exploiter, nous voyons la disparition des pop-up intempestifs, des contenus pauvrement encodés ou corrompus, de ce mélange d’erreurs réelles et simulées que les premiers Net artistes avaient largement exploitées. Ces bugs de conception, subsumés comme propriétés formalistes de l’œuvre de Jodi, de Jimpunk ou de Mez pour ne citer que quelques artistes, sont en cours d’élimination ou de débogage ; le Web évolue vers une navigation par onglets, mieux contrôlée et plus sécurisée, mais c’est cette évolution qui pose problème. Comme pour toutes les formes de communication de masse (et ce n’est qu’un des aspects du Web) utilisées par les artistes comme éléments d’une stratégie subversive, le Web perd sa capacité de subversion et de remise en question de lui-même, maintenant qu’il est accepté et intégré par la société. En tant que tel, il perd beaucoup de sa force d’impact.

10Le Net Art est victime de classifications malencontreuses ; il perd son caractère subversif et provocateur. Il est devenu trop fortement dépendant de son mode de diffusion, de son support et des techniques inhérents à sa création ; il devient, pour certains historiens et conservateurs impatients de l’inscrire dans l’histoire de l’art et de passer à la suite, un mouvement, un style ou une école. Tout cela en moins de quinze ans !

Le principe de base

11Et si le Net Art n’était ni un mouvement ni un style ? Et si nous supposions un instant que le Net Art est une nouvelle forme d’art, et pas simplement un art basé sur les nouvelles technologies, qui témoigne du développement rapide d’Internet, mais une forme d’art tout aussi importante que la peinture ou la sculpture ? Une forme d’art centrée sur une question beaucoup plus large : l’identification et l’importance des réseaux dans toutes les sphères de la société, la plus importante étant le réseau des sciences et son interaction avec les arts ? Cette forme d’art a-t-elle un avenir au-delà de l’ère du navigateur ?

12De tous temps, les sciences et les arts ont été étroitement liés ; ce lien s’est constamment intensifié depuis la Renaissance et a fait boule de neige au siècle dernier avec l’avènement de la production de masse, l’informatisation des sciences et l’explosion de la culture visuelle dans tous les domaines de l’art. Aujourd’hui, on constate couramment l’utilisation d’outils, de techniques et d’idées provenant de la sphère scientifique, dans un contexte artistique. Le matériel audio-visuel, les médias de diffusion, les ordinateurs, la robotique et même la chirurgie, la chimie, la biologie et la génétique ne sont que quelques exemples de disciplines qui ont une application artistique. Les mécanismes et systèmes spécifiques mis en œuvre par les artistes sont également nécessaires à l’application de ces disciplines. Ils s’appuient sur un siècle d’arts à la recherche de systèmes et de représentation, tels que le minimalisme, les happenings, l’art conceptuel et l’art vidéo, tandis que les idées, la mise en œuvre et l’acte artistique restent sous le contrôle étroit de l’artiste. Il ou elle crée l’œuvre, puis la soumet à l’œil du public, tout en gardant une relation traditionnelle entre l’artiste et son public par l’intermédiaire de l’œuvre d’art, qui continue de jouer le rôle de porteur ou vecteur de message [Shannon et Weaver, 1949]. Alors que l’art a peut-être occulté l’art-objet au profit de l’artidée, il reste art-message ; il a donc conservé les modes de transmission unidirectionnels des arts traditionnels.

13L’interactivité modifie ce schéma de communication [Shannon et Weaver, 1949]. Elle permet l’intervention du public sur le message par le biais du canal de transmission, qui fait partie intégrante de l’œuvre d’art. L’interactivité modifie la relation artiste/public en accordant au public une place et un engagement dans l’œuvre artistique. Il s’agit généralement soit d’interventions individuelles, autocentrées et focalisées sur le désir de l’intervenant, comme dans le cas des premiers CD-Rom artistiques, soit d’interventions gérées collectivement, de collaborations proches d’une démocratie participative, comme on en trouve dans de nombreuses installations interactives.

14De par son recours aux réseaux pour concevoir, créer et représenter, qu’il y ait clic d’interaction ou non, le Net Art fait exploser le modèle de communication-transmission en cédant la place à l’intervention individuelle à un niveau collectif, potentiellement global. Tant pour leur création que pour leur transmission, les formes d’art basées sur des procédés numériques permettent à leur public une action ou une réaction sur l’œuvre d’art en créant entre l’artiste et le public une connexion, un lien, une matrice de passage, comme Roy Ascott l’a appelée dès 1964 :

  • 5 “The work of art occupies a pivatol point between two sets of behaviours, the artist’s and the spec (...)

15« L’œuvre d’art constitue une articulation entre deux types de comportement, celui de l’artiste et celui du spectateur. Il s’agit d’une véritable matrice, d’une substance entre « 5. Pour Ascott, l’œuvre d’art est une matrice : le réseau qui lie l’artiste et le public. Cette matrice catalyse donc la relation entre les deux ; certes, elle facilite les messages bidirectionnels, mais le contexte reste dans une certaine mesure prédéfini par l’artiste. Quand on visionne en ligne une œuvre interactive de Net Art, l’art fonctionne comme un réseau entre l’artiste et le public, mais ce réseau peut être modifié ou, dans certains cas, complètement mis en miettes par l’intervention des utilisateurs. Comme le dit Ascott, le réseau est » la substance entre« [Ascott, 2003, p. 101] ; toutefois, cette substance n’est pas seulement l’œuvre d’art mais aussi un entre-deux indéfinissable où l’artiste, le public et l’œuvre sont tous des participants actifs d’égale importance. La matrice d’Ascott constitue une étape qui conduit vers un modèle de communication en réseau, et pourtant il ne s’agit pas ici de réseau technologique ; l’Internet n’était pas encore né ; le plus important est qu’il commence à détricoter l’idée de transmission unidirectionnelle du message de l’artiste vers le public. La notion de public évolue suite à son action sur l’art ; les spectateurs deviennent des utilisateurs impliqués dans une forme d’art qui devient un véritable système de comportement. Il s’agit d’une forme d’art comportemental [Ascott, 2003] qui implique les utilisateurs dans l’action nécessaire pour donner vie et sens à l’art, pour agir sur le sens de l’œuvre, pour l’intégrer dans un réseau, la diffuser, la copier etc., tandis que le message qu’elle véhicule, fortement imprégné du désir de réaction des utilisateurs, constitue le fruit de ces actions et des comportements mis en jeu.

  • 6 “play a role in understanding and appreciating certain formal or semantic patterns ; the audience a (...)

16Nous pensons que le Net Art franchit un pas de plus vers l’art-idée. Il est mis en ligne et peut donner lieu à des copies innombrables et identiques. Non seulement le Net Art se situe au-delà de l’art-objet mais il transcende la production de masse et rend l’idée de multiple en art dérisoirement mal conçue et biaisée. Mais il devient clair que le Net Art modifie de façon fondamentale l’art et ses modes de diffusion, bien au-delà des modèles de transmission des arts traditionnels. Il incorpore le concept de réseau de diverses façons, par et au-delà du processus de navigation. Les utilisateurs deviennent de véritables acteurs du réseau créé par cette forme d’art. Comme pour les arts traditionnels, il ne s’agit pas simplement de : « jouer un rôle dans la compréhension et l’appréciation de certains schémas formels ou sémantiques ; le public fait également partie du code »6

17Le public participe à la conception ; son intervention investit l’art de sens et transforme ce qui ne serait qu’un art visuel transmis en deux dimensions en une forme d’art qui peut combiner des composantes visuelles, performatives et sculpturales. Le Net Art, en tant que forme d’art, a besoin de se repositionner au sein de l’art des nouveaux médias ; en fait, nous devrions l’appeler Art en Réseau ou Art Connecté pour souligner l’importance des réseaux comme concept coiffant l’Internet, qui n’en est qu’une mise en œuvre particulière. Le Net Art fait-il partie de l’Art des Nouveaux Media, alors qu’il pourrait n’être qu’une obsession transitoire limitée à la phase d’émergence de certaines nouvelles technologies ? Mais il partage de nombreux éléments-clé avec ce qui est réellement nouveau dans l’art des nouveaux médias : son moyen de création et de diffusion, donc sa conception même. Le Net Art peut-il survivre aux technologies auxquelles il est étroitement associé ? Risque-t-il de se trouver relégué au statut de mouvement ou de style, au fur et à mesure de l’évolution, du changement, voire de la disparition de ces technologies ?

Les changements

  • 7 “above and beyond artistic projects that focus on the internet”, Baumgärtel, 2001, p. 13.

18Le nouveau Web regroupe, sous l’intitulé Web 2.0, la plupart des modifications technologiques et des innovations qui affecteront, peut-être de façon négative, le Net Art basé essentiellement sur le principe de navigation. En revanche, la nouvelle forme d’art que nous venons de définir, l’Art en Réseau, pourrait se développer “au-delà de projets artistiques focalisés sur l’Internet”7, comme nouveau moyen de conception, de création et de présentation pour les artistes. Etiqueté à tort comme une nouvelle version du Web, comme s’il s’agissait d’un simple logiciel à mettre à jour et à redémarrer, le Web 2.0 n’est pas une technologie innovante de plus, mais une nouvelle conception de l’utilisation et de la mise en œuvre du Web, centrée sur la participation intégrale de ses utilisateurs.

19Plutôt que de promouvoir certaines technologies et l’idée que chaque utilisateur doit revendiquer son espace personnel en ligne, le Web 2.0 transforme le Web en processus d’interconnexion. Il encourage ses utilisateurs à collaborer de diverses manières, à la fois dans leur intérêt personnel et dans l’intérêt collectif de construire un Web meilleur. Plus encore, le Web 2.0 fait appel à des logiciels et à des protocoles au-delà des frontières du domaine http, au-delà du navigateur ; ils jouent un rôle essentiel et, selon les versions des manifestes du Web 2.0 que l’on consulte, s’y ajoutent différentes technologies émergeantes qui permettront l’utilisation de réseaux au-delà de l’ordinateur comme objet isolé tel que nous l’utilisons aujourd’hui (encore un cadre technologique !), avec l’introduction de l’Internet des Objets [Ashton, 2002]. Ceci provoquera une mutation radicale du concept actuel de Web comme forme ou plateforme de médias indépendante. Tous les médias seront alors potentiellement interconnectés et convergeraient ; avec ce scénario, il sera alors plus pertinent de parler d’Univers 2.0 [Microsoft Live Labs, 2006] plutôt que de Web 2.0.

  • 8 A Manifesto for Networked Objects Cohabiting with Pigeons, Arphids and Aibos in the Internet of Thi (...)
  • 9 “We are now in an era of pervasive networks and are thus more properly ’in’, not ’on’ the network”, (...)
  • 10 “material instantiations of an immaterial system”, Sterling, 2005, p. 11.

20L’Internet des Objets ne concernera plus seulement des réseaux en ligne tels que le Web et les espaces intermédiaires qu’ils créent et la façon dont ils dégonflent les espaces physiques et réduisent le temps et la distance qui séparent ces espaces. On se focalisera désormais non plus sur l’objectif actuel de mise en ligne de tous, mais sur un objectif de mise en ligne de tout ; non seulement deviendrons-nous une société toujours en ligne, mais tous les éléments de cette société seront interconnectés. Les objets commenceront à acquérir une double identité et à partager les attributs des médias numériques du moment. En plus d’être des objets physiques palpables, ils deviendront des entités virtuelles encodées, numérisées et mises en réseau. Il ne s’agira plus d’objets passifs que l’utilisateur doit activer mais d’éléments toujours actifs d’un réseau où tout sera interconnecté au sens propre. Dans son Manifeste pour des Objets en Réseau Cohabitation avec des Pigeons, des Erphides et des Aïbos dans l’Internet des Objets ou simplement De l’Importance des Choses8, Julian Beecker stipule que : “Nous évoluons désormais dans l’ère des réseaux qui se répandent partout ; de fait, nous sommes ’dans’ les réseaux, plutôt qu’en’ réseau”9. Tant Bleecker que Bruce Sterling définissent les RFIDs ou Erphides [Sterling, 2005] comme une des technologies-clés de l’Internet des Objets. Aux côtés d’autres technologies NFC (Near Field Communication), du Wi-Fi, des technologies 3G de téléphonie mobile, du Bluetooth, des codes-barres à deux dimensions, du GPRS (General Packet Radio Service), du GPS (Global Positioning System) etc., les RFIDs améneront les réseaux à encadrer et à envahir la société, bien plus encore que le Web ne l’a jamais fait. Dans ce nouvel univers, les réseaux ne seront plus dépendants d’équipements fixes (réseaux de câble ou de téléphone) et d’appareils passifs (nos ordinateurs de bureau), ni des fournisseurs d’accès à Internet qui nous permettent, à nous utilisateurs, de nous interconnecter. Les RFIDs seront créés selon un mode ad hoc, avec leur propre protocole intégré. Si l’objet à connecter ne supporte pas le protocole proposé, l’appareil en utilisera un autre et imposera une mise à jour rapide et automatique de l’objet. Grâce à leur activité, leur collaboration, leur participation et leur interaction, ces objets que Sterling appelle des Spimes (concatenation des mots anglais space et time) seront à terme dotés d’une forme de conscience ; ils auront une existence réelle dans l’espace et dans le temps ; ils deviendront “des instanciations matérielles d’un système immatériel”10. Mais tout ceci, c’est pour l’avenir.

Et maintenant  ?

21Le temps de maturation de ces idées et de ces technologies est favorable au développement de l’Art en Réseau. En épousant à la fois cette nouvelle conception de réseaux qui émerge dans des domaines scientifiques et différentes technologies connexes, l’Art en Réseau peut élargir sa palette et s’affranchir des mécanismes de diffusion et des techniques spécifiques qui ont conduit à sa création. Cette forme d’art peut vraiment connaître un nouvel essor au-delà du navigateur, de ses technologies et de son cadre, pour devenir une forme d’Art en Réseau qui peut fonctionner avec un spectre de comportements beaucoup plus large.

22Après les espaces Web orientés écran, l’Art en Réseau peut explorer de nouveaux espaces physiques, les objets qui s’y trouvent et de nouveaux modes de comportement, en se dégageant du paradigme de l’ordinateur comme objet isolé et de son rôle comme interface avec l’art. Cette forme d’Art en Réseau pourra donc dépasser la question de savoir s’il s’agit seulement d’une forme d’art visuel à deux dimensions, puisqu’il combinera différentes formes d’art  : visuel, sculptural, performatif, dynamique et multicouches.

23Les réseaux envahiront vraiment notre quotidien. L’outil technologique deviendra inséparable du média et de l’œuvre qui l’utilise et bien sûr, à terme, cet outil-là subira, comme toujours, de nombreuses améliorations ; il se miniaturisera, jusqu’à devenir totalement invisible. Les utilisateurs de cette forme d’Art en Réseau n’interviendront plus sur l’art par l’intermédiaire de la technologie mais ils auront directement accès à l’art lui-même ; ils ne pourront plus séparer les différentes technologies ni les objets qui leur sont associés. Nous pouvons affirmer sans aucun doute que c’est ce qui arrivera. Il y a de nombreux exemples de technologies qui ont pénétré la culture au point de devenir invisibles.

24Dans le domaine des arts, le cas le plus remarquable est celui de la perspective : sa vision monoculaire du monde a commencé à se développer à la Renaissance ; elle s’est intégrée à la culture visuelle au point de disparaître ; elle est devenue une nouvelle vérité du monde, façonnée par la technologie qui lui a donnée naissance. Nous pensons également que l’Art en Réseau, une nouvelle interprétation du Net Art, explorera, questionnera, et défiera les idées et les technologies qui ont été discutées ici et, au passage, il soulèvera de nombreuses questions, car c’est ainsi que l’art fonctionne. Ces idées et ces technologies remodèleront-elles le Net Art  ? Dans l’affirmative, il est impossible et inutile de prévoir comment ; alors, cessons de prévoir et cherchons plutôt à imaginer le résultat de cette évolution.

25Dans un premier temps, ces idées et ces technologies permettront au Net Art de prendre une nouvelle orientation, si les artistes le souhaitent. Loin de considérer que le Net Art est un mouvement ou un style en voie de disparition, reconnaissons plutôt que les réseaux auront une influence croissante dans la société : le Net Art devra trouver une place pérenne dans la culture de notre société et dans le discours culturel. Dès maintenant, on trouve des indices de la place qu’il a trouvée dans des disciplines où convergent l’art, l’innovation et les sciences. L’approche interdisciplinaire s’intensifie dans des domaines professionnels traditionnellement dominés par l’individualisme : l’architecture, la conception de produits, l’invention technique, etc. ; c’est ici que nous voyons apparaître les premiers prototypes d’œuvres d’art qui commencent à contribuer à l’Internet des Objets.

26Les œuvres d’art en réseau semblent avoir deux caractéristiques. D’une part, elles affichent un repli vers des idées générales formulées avant l’ère du Web, telles que les expriment des artistes de renom comme Nam June Païk, Roy Ascott, Douglas Davis ou Edwardo Kac : les idéalismes sur la manière dont les réseaux améliorent la vie des gens ou leur permettent de voir le monde sous un jour nouveau et, en contrepoint, les péjorations sur la façon dont les réseaux deviennent de nouveaux instruments de contrôle qui aboutissent à un moi décentré et à une perte d’identité. Parallèlement, ces œuvres d’art en éseau montrent des signes de progression et de diversification en explorant de nouvelles technologies émergeantes qui leur permettront de fonctionner en tant qu’art contemporain pertinent et provocateur.

  • 11 .“tomorrow composts today”, Sterling, 2005, p. 14.

27Nous ne devons pas perdre de vue qu’aucune de ces idées, aucune de ces technologies émergeantes n’interdit de continuer à développer le Net Art dans le cadre de la navigation traditionnelle sur le Web ; elles ne devraient pas être considérées comme une menace pour le Net Art, qui continuera d’explorer des questions d’intérêt majeur. La contribution du Net Art ne doit en aucun cas être sous-estimée, car c’est lui qui nous a amenés là où nous sommes aujourd’hui : “l’avenir composte le présent”11 ; sans ces questionnements, nous ne serions pas en train d’étudier ces technologies émergeantes, d’explorer des idées nouvelles, de disserter sur une nouvelle conception du Net Art  : l’Art en Réseau.

28

Haut de page

Notes

1 Le mot « Net » est utilisé dans cet article comme abréviation d’Internet ; il s’agit de la définition de la dorsale du Web basée sur le protocole d’interconnexion d’ordinateurs par adresse IP pour permettre la communication et l’échange d’information avec le Web, la messagerie, l’accès à des sites ftp.

2 Le mot « Web » est utilisé dans cet article comme synonyme de World Wide Web, initialement conçu comme outil pour permettre aux utilisateurs d’accéder aux sites web à l’aide d’un navigateur.

3 Le mot « réseaux » est utilisé ici comme un concept global d’interconnexion. La notion s’étend à tous les types de réseaux : non seulement les réseaux décrits dans cet article mais aussi lIinternet, le téléphone, la télévision, la radio, l’électricité, les réseaux routiers, ferroviaires et maritimes, les réseaux sociaux, les réseaux biologiques et ceux du monde animal (la chaîne alimentaire, par exemple).

4 “new reality layer”, Heim, 2000, p. 38.

5 “The work of art occupies a pivatol point between two sets of behaviours, the artist’s and the specta tor’s. It is essentially a matrix, the substance between.” (Ascott, 2003, pp. 100-101).

6 “play a role in understanding and appreciating certain formal or semantic patterns ; the audience also functions as part of the code”, Sapier, 2001, p. 5.

7 “above and beyond artistic projects that focus on the internet”, Baumgärtel, 2001, p. 13.

8 A Manifesto for Networked Objects Cohabiting with Pigeons, Arphids and Aibos in the Internet of Things or simply Why Things Matter.

9 “We are now in an era of pervasive networks and are thus more properly ’in’, not ’on’ the network”, Bleecker, 2006, pp. 12-13.

10 “material instantiations of an immaterial system”, Sterling, 2005, p. 11.

11 .“tomorrow composts today”, Sterling, 2005, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Garrett Lynch, « Le Net Art », Terminal [En ligne], 101 | 2008, mis en ligne le 05 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4618 ; DOI : 10.4000/terminal.4618

Haut de page

Auteur

Garrett Lynch

Garrett Lynch (IRL) est artiste, enseignant, commissaire d’exposition et théoricien. Il explore le concept de réseau, au sens large du terme, au sein de la pratique artistique, le concept d’espace entre l’œuvre, l’artiste et son audience, la signification et l’emplacement des invitations artistiques (collaborations, exposition), le processus créatif et son argumentaire. http://www.asquare.org/networkresearch/

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals