Navigation – Plan du site
Stratégies

Le commerce électronique

Opportunités de développement dans les pays pauvres
Georges Bertrand Tamokwe Piaptie

Résumés

Le commerce électronique** est désormais l’une des principales applications

économiques de l’Internet. Face à son essor, les pays pauvres déjà confrontés aux traditionnels problèmes du sous-développement sont conduits à se demander s’ils peuvent techniquement s’engager à investir dans cette forme de commerce et s’ils doivent le faire. L’article traite principalement de ces deux interrogations auxquelles il propose des réponses positives. Pour la première, des estimations indiquent que le développement du e-commerce nécessite des niveaux de technologies actuellement disponibles dans ces pays. Pour la deuxième, outre les arguments traditionnels sur la complémentarité entre le commerce et la croissance, le e-commerce est un facteur de réussite des politiques de vulgarisation des NTIC et un moyen d’amélioration de la condition des producteurs agricoles par exemple, grâce aux économies de coûts de transaction dans les circuits de commercialisation. Toutefois, son développement requiert un minimum d’organisation et d’infrastructures d’accompagnement.

Haut de page

Texte intégral

1Désormais, il est admis que la technologie constitue le fondement de la prospérité sans précédent que connaissent les pays développés. En l’espace de cent ans, des domaines scientifiques et technologiques totalement nouveaux ont vu le jour et la structure politico-économique fondamentale du monde a profondément changé. L’ampleur et le rythme des mutations récentes sont déterminés par des progrès révolutionnaires dans les technologies de l’information et de la communication (TIC) qu’on peut globalement définir comme étant “des outils de maniement de l’information, c’est-à-dire un ensemble varié de produits, d’applications et de services qui sont utilisés pour produire, stocker, traiter, distribuer et échanger l’information” (Pnud, 2001). À ce titre, elles comprennent aussi bien ce qu’on peut qualifier “d’anciennes TIC” à savoir la radio, la télévision et le téléphone filaire, que de “nouvelles TIC” (NTIC) que sont les ordinateurs, les satellites, le sans-fil et l’Internet. Ce dernier outil se démarque notablement des autres dans la mesure où, grâce au protocole TCP/IP, il les intègre tous pour donner naissance à notre monde en réseaux, manifestation de la mondialisation sous-tendue par la réduction des distances qui est l’un des principaux résultats de l’ensemble des progrès technologiques.

2Le potentiel révolutionnaire des NTIC réside, en effet, dans leur aptitude à relier instantanément un vaste réseau d’individus et d’organisations géographiquement très éloignés les uns des autres, et ce, à très faible coût. Elles ont ainsi transformé les entreprises, les marchés et les organisations, révolutionné l’apprentissage et le partage des connaissances, conféré davantage de pouvoirs aux citoyens et aux communautés et généré une importante croissance économique dans de nombreux pays. C’est dans cette optique que le présent travail s’intéresse particulièrement à l’impact sur le développement de l’une des formes d’activités économiques les plus prometteuses permises par ces NTIC, à savoir le commerce électronique encore appelé e-commerce. Par ce centre d’intérêt, il se distingue de la majorité des travaux de recherche consacrés au domaine. En effet, on distingue ici deux grandes générations de travaux [Brousseau, 2000].

3La première a vu le jour dans les années 1980 et s’intéresse à l’analyse des conséquences du développement des systèmes de partage d’information interentreprises. Ces travaux cherchent essentiellement à vérifier si les TIC sont porteuses d’évolutions des modes de gouvernance des relations interentreprises. La seconde génération de travaux cherche pour sa part à tester la réalité du mythe d’Internet comme siège de marchés concurrentiels et désintermédiés. Sans doute en raison du fait que ces travaux ont surtout été effectués dans les contextes des pays développés ou émergents, la problématique de la relation entre les NTIC et le développement d’une nation n’a pas particulièrement retenu leur attention et paraît être essentiellement réservée aux organismes de développement tels que le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud), la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (Cnuced) et l’Organisation mondiale du Commerce (OMC).

4Ce travail s’inscrit au cœur de cette problématique globale qui mérite certainement davantage d’attention. Il s’intéresse en particulier à la relation potentielle entre le e-commerce et le développement économique. Précisément, son objectif est de procéder à l’analyse d’une double opportunité liée à cette activité. La première concerne l’opportunité du développement du commerce électronique dans les pays pauvres alors que la seconde se rapporte à l’opportunité que cette forme de commerce peut représenter pour le développement dans ces pays. L’article vise ainsi à répondre à deux questions. Peut-on investir dans le développement du e-commerce dans les pays pauvres ? Faut-il investir dans le développement du e-commerce dans les pays pauvres ?

5La réponse à la première question est positive. Elle repose sur les résultats d’estimations indiquant que le développement du commerce électronique nécessite simplement des niveaux de technologies standards auxquels ont aujourd’hui accès tous les pays du monde, quel que soit leur degré de développement. La réponse à la deuxième question est également positive. En considérant que l’e-commerce n’est qu’une forme particulière de commerce, elle reprend à son compte les arguments de la littérature existante sur la complémentarité entre le développement des échanges et la croissance. Puis, à partir d’une analyse montrant que le e-commerce peut être un facteur de réussite des politiques de vulgarisation des TIC dans la mesure où il servirait à viabiliser des télécentres communautaires, nous mettons en exergue sa contribution à l’amélioration de la condition des producteurs agricoles grâce à la rationalisation des circuits de commercialisation. Cette rationalisation passe notamment par les économies de coûts de transaction avec leur incidence positive sur les droits de propriété des producteurs.

6Le reste de l’article est organisé autour de quatre sections. La section 2 donne une présentation rapide des contours de la notion de commerce électronique. La section 3 porte sur la possibilité de développer le commerce électronique dans les pays pauvres ; elle répond à la question 1 ci-dessus. La section 4 porte sur l’opportunité pour un pays pauvre d’investir dans le développement du commerce électronique ; elle répond à la question 2. La section 5 conclut.

Les contours de la notion de commerce électronique

  • 1 Avant l’avènement de l’Internet, en France par exemple, certaines transactions commerciales s’effec (...)

7S’il est juste d’admettre que le commerce électronique ne procède pas de l’Internet, qu’il s’est développé à partir d’autres technologies1 et que plusieurs de ses formes continueront probablement de reposer sur d’autres réseaux que l’Internet [Brousseau, 2000], c’est néanmoins grâce à l’Internet que cette forme de commerce vit le véritable boom que les analystes s’accordent à lui reconnaître aujourd’hui. Par suite, nombre de travaux dans le domaine s’intéressent essentiellement aux transactions commerciales à travers l’Internet. Nous ne dérogeons pas à cette règle. Pour autant, cette restriction ne suffit pas pour effacer la difficulté liée à la définition précise de la notion de commerce électronique. Pourtant, une telle définition est nécessaire pour permettre d’apprécier l’évolution de cette forme de commerce depuis ses premiers balbutiements vers la fin du siècle dernier.

Définition et catégories du commerce électronique

  • 2 « Any transaction completed over a computer-mediated network that involves the transfer of ownershi (...)

8La notion de commerce électronique est rarement définie de manière précise et ce problème est particulièrement épineux lorsqu’on cherche à le mesurer. Pour s’en sortir, les organismes internationaux qui effectuent cette mesure se résignent à réduire le commerce électronique à la vente en ligne. C’est ainsi que suivant le U.S. Census Bureau, les statisticiens proposent de définir le commerce électronique comme “toute transaction effectuée à travers un réseau d’ordinateurs et qui implique un transfert de droits de propriété ou de droits d’usage de biens ou de services”2 [Mesenbourg, 2000]. Cette définition suppose que l’achat d’un bien en ligne constitue du commerce électronique même si le paiement ou la livraison n’est pas effectuée en ligne. Cependant, un objet d’art par exemple choisi en ligne puis commandé et acheté par échange téléphonique sortirait du cadre de l’e-commerce !

  • 3 Expression utilisée pour désigner les commerçants qui offrent toute la gamme de leurs prestations e (...)

9Suivant Rallet (2001), il est évident que cette conception du commerce électronique est beaucoup trop restrictive pour analyser son incidence potentielle sur le développement d’une nation pauvre, tant il est vrai que la nature de la commande n’est qu’un critère parmi d’autres pour définir le commerce électronique. Il n’y a en effet aucune raison de la privilégier, à moins de ramener la transaction commerciale à un acte ponctuel d’achat/vente, vision dont les économistes ont entrepris de se détacher depuis une vingtaine d’années pour la rétablir comme un processus s’inscrivant dans une certaine durée. Par suite, pour saisir toute la portée du commerce électronique en tant que vecteur potentiel de développement, il paraît judicieux d’adopter une définition un peu plus large en intégrant dans cette forme de commerce toutes les transactions qui, bien que ne faisant pas l’objet de commandes en ligne, utilisent des services du réseau Internet à d’autres moments de la transaction. Ainsi, en plus des Pure players3, cette définition intègre les différentes possibilités d’hybridation du commerce entendue comme la réalisation en ligne d’une partie des sept principaux éléments constitutifs d’une transaction commerciale à savoir : la recherche de l’information sur les vendeurs, les acheteurs et les prix, l’exposition des produits, la commande, le paiement, la livraison, le service après-vente et le marketing [Rallet, 2001]. Il est clair que dans les pays pauvres d’Afrique par exemple, il sera plus réaliste d’envisager le commerce électronique sous forme hybride. Par la suite, on peut s’attendre à ce que toutes les catégories du e-commerce n’y jouissent pas des mêmes succès.

10En effet, les nombreux travaux qui lui sont dédiés mettent en lumière neuf catégories de commerce électronique dépendant de la fonction principale des acteurs impliqués. En distinguant trois types de fonctions principales correspondant respectivement aux entreprises (Business), aux consommateurs (Consumers) et aux administrations (Government), ces catégories du commerce électronique peuvent être synthétisées dans le tableau ci-après :

11Brousseau (2000) définit clairement ces différentes catégories du ecommerce :

  • Le B2C renvoie à la vente au grand public de biens et services qui peuvent être livrés en ligne ou non.

  • Le B2B renvoie aux transactions interentreprises. Il résulte soit d’accords bilatéraux entre deux partenaires commerciaux qui décident de s’échanger leurs informations via des médias électroniques, soit de services fournis par des prestataires spécialisés. Ces derniers offrent en général des prestations ciblées destinées à un secteur d’activités ou une industrie.

  • Le C2C renvoie aux systèmes destinés à supporter les échanges de particuliers à particuliers. On y trouve des services qui reproduisent le principe des petites annonces. De plus, l’interactivité de l’Internet a conduit à mettre au point de véritables marchés électroniques reposant sur le principe des enchères dont eBay constitue l’archétype. Dans cette catégorie, on voit également se développer des sites où les consommateurs mettent en commun leurs informations sur les prestataires de services pour réduire les asymétries d’information.

  • Le C2B représente une tentative de renversement de la logique des rapports entre demande et offre. Son principe de base est de s’appuyer sur les réseaux électroniques pour consolider la demande des particuliers et mettre en concurrence les offreurs.

  • Le G2B et le G2C renvoient aux systèmes destinés à supporter les échanges entre les administrations d’un côté et les entreprises et consommateurs (respectivement) de l’autre. Dans le premier cas on peut songer aux marchés publics alors que dans le second il s’agit davantage de la délivrance d’actes administratifs. Lorsque le système supporte des flux d’échanges commerciaux de sens inverse entre les mêmes acteurs, on a respectivement affaire au B2G et au C2G. Au Cameroun, le système Sydonia qui permet aux entreprises d’effectuer leurs déclarations douanières en ligne est une illustration du B2G alors qu’en France la déclaration d’impôts en ligne des particuliers illustre le C2G.

Les évolutions du commerce électronique

12À travers la publicité diffusée dans les médias traditionnels, le public se rend chaque jour à l’évidence de l’explosion de l’offre des services de commerce électronique, qu’il s’agisse de formes plus ou moins sophistiquées de ventes à distance dans tous les domaines, ou de sites novateurs proposant de nouvelles fonctionnalités : enchères, agrégation de demandes individuelles, jeux, transferts d’argent, etc. Les progrès rapides et continus de la technologie ouvrent chaque jour de nouvelles possibilités de commercer en ligne et les évolutions de la cryptographie consolident davantage la confiance des acteurs. Ainsi, selon une étude du ministère français du Commerce et des PME réalisée conjointement avec la fédération des entreprises de vente en ligne (Fevad), le volume du e-commerce a plus que doublé en France en deux ans avec un taux de croissance de 53 % entre 2004 et 2005, et de 40 % entre 2005 et 20064. La France n’est pas le seul pays à connaître cette forte croissance comme le montre le tableau 1.

Tableau 1 : Estimation de l’évolution du e-commerce (en milliards de dollars)

  • 5 Forrester est un cabinet de conseil. L’une des conséquences du fort potentiel de rentabilité presse (...)

Source : Forrester Research5.

13Les publications du U.S. Census Bureau par exemple indiquent que le volume du commerce électronique de détail aux Etats Unis affiche un taux de croissance moyen trimestriel de l’ordre de 24 % depuis 20046. Mais si l’ensemble des pays développés

14et des pays émergents d’Asie assistent à cette progression significative du e-commerce dans leurs économies, le phénomène n’a pas la même ampleur dans toutes les régions du monde comme le montre le tableau 2 dans le cas du e-commerce B2C.

Tableau 2 : Estimation du e-commerce B2C par zones géographiques (en milliards de dollars)

Source : eMarketer repris par le Benchmark Group sur son site :

http://www.journaldunet.com/​

15Les principales études quantitatives existantes sur le e-commerce relient la disparité de son évolution à travers le monde à celle du taux de pénétration de l’Internet dans les différentes régions et dont les estimations en 2006 sont données dans le tableau 3.

Tableau 3 : Population internautes et taux de pénétration en 2006 (calculés en fonction du nombre de personnes qui utilisent Internet au moins une fois par mois)

Source : InternetWorldStats, 2006, repris sur le site : http://www.journaldunet.com. Les chiffres clés de l’Internet.

16

17Ce tableau montre que les régions du monde les plus pauvres à savoir le Moyen Orient et surtout l’Afrique sont celles qui présentent les taux de pénétration de l’Internet les plus faibles. Si ce constat ne surprend pas, il a cependant la vertu de susciter l’interrogation quant à la pertinence de vouloir entrevoir l’Internet comme vecteur potentiel de développement à travers le e-commerce. Une question qui vient immédiatement à l’esprit est alors celle de savoir s’il est possible de promouvoir cette forme de commerce dans les pays pauvres.

La possibilité du développement de l’e-commerce dans les pays pauvres

18Lorsqu’on évoque la question des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les pays pauvres, arguant du fait que ces pays ont à faire face à d’autres priorités « beaucoup plus urgentes » , il se trouve généralement toujours quelque esprit pour juger cette préoccupation peu à propos [Gomez et al., 1999 ; Brown, 2001]. Aussi, avant de montrer que les pays pauvres peuvent sans délai envisager le développement du e-commerce, il paraît important de rappeler la nature stérile de la controverse autour de leurs priorités de développement comparativement aux NTIC.

La controverse stérile autour des priorités

19Les défenseurs d’une certaine « hiérarchie des priorités » défavorable aux NTIC fondent leurs arguments essentiellement sur la nécessité pour les pays pauvres d’effectuer une allocation rationnelle des ressources relativement « maigres » dont ils disposent. Les priorités dites alors « beaucoup plus urgentes » sont celles qu’égrainent de manière assez exhaustive les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) rappelé dans le tableau 4.

Tableau 4 : Les Objectifs du Millénaire pour le développement

Source : http://millenniumindicators.un.org/​unsd/​mi/​mi_goals.asp

20Il est intéressant de noter que les NTIC ne figurent explicitement dans le libellé d’aucun de ces objectifs. En réalité, ces objectifs ne figurent non plus parmi leurs quinze cibles. Mais, en progressant dans les détails, on les retrouve au niveau des indicateurs d’évaluation pour l’objectif 8 avec, d’une part, le nombre de lignes téléphoniques et d’abonnés au téléphone portable pour 100 habitants et, d’autre part, le nombre de micro-ordinateurs et d’internautes pour 100 habitants. Même s’ils sont les deux derniers sur la liste des indicateurs, cela ne saurait être interprété comme étant révélateur de leur caractère marginal. En effet, les OMD ne font également allusion ni aux infrastructures routières, ni à la qualité du système d’information.

21Pourtant, il apparaît tout à fait irréaliste d’envisager la réalisation de ces objectifs sans ces éléments incontournables de soutien logistique. Il suffit alors de songer aux NTIC comme supports des « inforoutes » pour comprendre le rôle majeur qu’elles peuvent justement jouer dans la satisfaction de priorités éventuellement dites urgentes. La stérilité de toute controverse autour de la place à accorder au développement des NTIC dans l’ordre des priorités du développement résulte ainsi de la confusion entre fins et moyens. Pour un pays pauvre, développer les NTIC n’est pas une fin en soi, c’est se donner les moyens de réaliser ses objectifs de développement [Prasad, 2004].

22Par la suite, le comportement qui consiste à opposer systématiquement rationalité allocative et investissement dans les NTIC dans les pays pauvres serait pour le moins symptomatique d’une espèce de « technophobie » préjudiciable à cette rationalité même qu’il prétend défendre. En fait, pour toutes les facilités d’organisation, de production et de coordination qu’elles peuvent offrir, les NTIC doivent désormais être inscrites dans la logistique de base des programmes de développement. Parce que sa rentabilité potentielle peut constituer un facteur de leur adoption par les populations, le e-commerce est susceptible de contribuer à faciliter cette inscription.

La possibilité du e-commerce sans délai dans les pays pauvres

23De la définition que nous avons adoptée, il ressort que le e-commerce suppose l’électronisation de l’un des sept éléments constitutifs d’une transaction commerciale par l’usage d’un réseau d’ordinateurs. En pratique, parce qu’il est le réseau des réseaux, Internet est le réseau support du e-commerce par excellence. À ce titre, le e-commerce dans les pays en développement ne peut s’appuyer que sur l’Internet. C’est alors que peut se poser la question de la disponibilité immédiate dans ces pays de la technologie nécessaire pour développer de manière efficiente cette forme de commerce. En d’autres termes, cette question revient à se demander si la qualité de la connexion Internet disponible actuellement dans les pays pauvres est capable de soutenir des activités de commerce électronique. Il va sans dire que l’Internet actuellement disponible dans ces pays est généralement à faible débit. Mais alors que la technologie disponible dans les pays développés autorise des débits de plus en plus élevés et à moindres coûts, les statistiques montrent que tous les internautes ne s’y pressent pas pour suivre cette évolution. Le fondement de ce comportement peut se situer dans les usages que chacun fait de l’Internet tant il est vrai qu’on n’a pas besoin d’une connexion à haut débit lorsqu’on n’utilise de l’Internet que la messagerie.

  • 7 Comme nous envisageons de tirer de leurs estimations des enseignements de portée générale, la spéci (...)

24Pour notre démonstration, l’intérêt de la coexistence dans les pays développés de connexions à hauts et à faibles débits réside dans le fait qu’elle peut permettre de répondre à la question de savoir si le haut débit est indispensable au développement du e-commerce. Il suffit alors de vérifier qu’il existe une relation positive significative entre l’évolution du commerce électronique et celle des connexions à l’Internet à hauts débits, alors qu’une relation similaire n’existe pas avec les connexions à faibles débits. Pour procéder à cette vérification, nous spécifions les modèles de panel suivants7 :

25Ce phénomène d’hébergement à l’étranger des sites est davantage marqué dans les pays en développement où par souci de sécurité et de qualité, les propriétaires sont enclins à confier leurs sites à des fournisseurs en Occident.

26Ecceit = ±0 + ±1i Abinthdit + µit (1)

27Ecceit = ±0 + ±1i Abintfdit + µit (2)

28Où : Ecceit est le chiffre d’affaires du commerce électronique du pays i pour l’année t.

29Abinthdit le nombre d’abonnés à l’Internet à Haut débit dans le pays i au cours de l’année t.

30Abintfdit le nombre d’abonnés à l’Internet à faible débit dans le pays i au cours de l’année t.

31Dans les relations (1) et (2), ±1i est le coefficient de la variable explicative spécifique à chaque pays. Il mesure l’impact du type de connexion sur l’évolution du e-commerce dans chacun d’eux. Son signe escompté est positif.

32Afin de comparer l’effet moyen de chacune de nos deux variables explicatives dans l’ensemble, le modèle ci-après est également considéré :

33Ecceit = ±0 + ±1 Abinthdit + ±2 Abintfdit + µit (3)

34±1 et ±2 mesurent respectivement l’impact moyen des connexions à hauts et à faibles débits dans l’ensemble des pays du panel. Leurs signes escomptés sont également positifs.

35Au-delà du type de connexion, il est évident que d’autres éléments tels que le nombre de fournisseurs de services Internet (hôtes Internet), le prix relatif de la connexion et le niveau d’éducation peuvent affecter l’essor du commerce électronique. L’importance de chacun de ces facteurs est appréciée à l’aide des modèles suivants :

36Ecceit = ±0 + ±1 Hotintit + ±2i PIBtit + µit (4)

37Ecceit = ±0 + ±1 Hotintit + ±2i IDHit + µit (5) Où : Hotintit est le nombre d’hôtes Internet dans le pays i au cours de l’année t. Son coefficient, de signe escompté positif, est commun en raison du fait que les utilisateurs d’un pays peuvent facilement bénéficier de services offerts par des hôtes appartenant à d’autres pays. Une entreprise française peut en effet choisir d’héberger son site au Royaume-Uni par exemple (8). PIBtit est le Produit Intérieur Brut par tête dans le pays i pour l’année t.

38C’est un indicateur du pouvoir d’achat des internautes et donc indirectement du coût relatif de connexion puisqu’il détermine leur capacité à payer les prix demandés.

39IDHit est l’indice du développement Humain dans le pays i pour l’année t. Il associe le niveau d’éducation et tous les autres éléments du niveau de vie que le Produit Intérieur Brut par tête ne suffit pas seul à capter. Le signe escompté de son coefficient est positif, tout comme celui de PIBtit. Le lien qu’il entretient avec ce dernier interdit de les utiliser à la fois dans une régression pour éviter une éventuelle colinéarité. On se retrouverait d’ailleurs confronté au même problème si l’une de ces variables explicatives était utilisée concomitamment avec l’un des types d’abonnement.

  • 9 Pour le modèle 3, les données de la matrice des variances covariances permettent d’évaluer le coeff (...)

40Face à la rareté de séries homogènes et continues sur un panel considérable de pays, nos calculs utilisent les estimations d’évolution du commerce électronique du tableau 1 effectuées par le cabinet Forrester et publiées dans le rapport du séminaire relatif à l’impact fiscal du e-commerce organisé par l’OMC. Les données portent donc sur la période 2002-2006. Bien que ce tableau fournisse des chiffres pour treize pays, nous n’en retenons que 11 dans notre panel par contrainte de disponibilité des données relatives aux variables explicatives. Ces onze pays sont  : l’Australie, le Canada, la République de Corée, le Mexique, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, l’Espagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Tous ces pays ont en commun d’être membres de l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE). À ce titre, excepté l’Indice du Développement Humain tiré des statistiques du Pnud, les données relatives aux autres variables proviennent des bases de données de l’OCDE ; précisément de la base des données sur les télécommunications publiées par cet organisme. La méthode d’estimation utilisée est celle des moindres carrés généralisés pondérés par le poids de chaque pays. Le tableau 5 présente les résultats9.

Tableau 5 : Résultats des estimations.

  • 10 Pour indiquer que les coefficients estimés pour la variable sont spécifiques aux pays. Dans le tabl (...)

Source : construction de l’auteur à partir des résultats des estimations10

  • 11 Noter que dans les estimations, les variables directement liées à l’Internet (Abinthd, Abinfd et Ho (...)

41Ces résultats montrent clairement qu’il est possible pour un pays pauvre de s’engager sans délai dans le commerce électronique à partir du moment où la connexion à l’Internet y est disponible11. Les coefficients estimés des modèles 1 et 2 indiquent en effet que le développement du e-commerce peut s’appuyer aussi bien sur des connexions à hauts débits que sur des connexions à faibles débits. Même si l’estimation du modèle 3 révèle que l’incidence positive des connexions à hauts débits sur le e-commerce est en moyenne plus importante que celle des connexions à faibles débits, on remarque que dans des pays comme le Mexique et l’Espagne, l’incidence des premières n’est pas significative sur cette forme de commerce.

42Si dans le cas du Mexique on peut justifier ce résultat par le fait qu’il est le pays de notre échantillon avec le plus faible effectif d’abonnés à l’Internet à haut débit, cette justification n’est pas valable pour l’Espagne qui devance nettement l’Australie et l’Italie sur ce critère. Par ailleurs, il est intéressant de souligner que pour ce panel constitué en majorité des pays du monde les plus développés, la proportion des internautes avec abonnements à hauts débits n’est en moyenne que d’environ 27 %. Pourtant, on constate que le commerce électronique s’y développe bien.

43En réalité, en considérant les sept éléments constitutifs d’une transaction commerciale, on constate que seul l’élément 5 correspondant à la livraison peut éventuellement être exigeant en termes de vitesse de connexion. Et même dans ce cas, tout dépendra de la nature du produit à livrer (texte, audio, photo ou vidéo). L’élément 4 relatif au paiement peut également être évoqué comme étant exigeant en matière de sécurité. S’il est clair qu’il s’agit là d’un facteur de confiance primordial, il demeure que sa corrélation avec la vitesse du débit reste faible.

44Étant donné que la quasi-totalité des pays en développement disposent actuellement de connexions à l’Internet, quel que soit le débit de ces connexions, en excluant ces deux, il reste cinq éléments des transactions commerciales sur lesquels ils peuvent baser des programmes viables de commerce électronique à savoir : la recherche de l’information sur les vendeurs, les acheteurs et les prix ; l’exposition des produits ; la commande ; le service après vente et le marketing.

45Au demeurant, la viabilité de ces programmes peut être affectée par l’inégalité dans la couverture du territoire par les réseaux de télécommunication, notamment en Afrique où les connexions filaires sont généralement concentrées dans les centres urbains. Et, même si l’avènement des solutions sans fil locales peut permettre de pallier à ce problème pour promouvoir l’accès à l’Internet des populations peu favorisées [Chénau-Loquay, 2006], l’équité des politiques publiques d’aménagement du territoire reste interpellée dans la mesure où la livraison des produits matériels requerra toujours l’existence au minimum d’un réseau routier praticable et éventuellement de réseaux électriques, postal et bancaire [Chénau-Loquay, 2001].

46Les résultats des estimations des modèles 4 et 5 montrent que le nombre d’hôtes Internet, le produit intérieur brut (PIB) par tête et l’indice du développement humain (IDH) ont chacun une incidence significative sur l’évolution du e-commerce.

  • 12 Au Cameroun par exemple, le coût de l’heure de connexion dans les cybercafés est passé en moins de (...)

47Il apparaît cependant que le degré de signification de l’Indice du Développement Humain est en général relativement faible par rapport à celui du Produit Intérieur Brut par tête. S’il est vrai que ce résultat peut être lié au fait que tous les pays de notre panel appartiennent au groupe des pays dits à haut indice du développement humain par le Pnud, il reste qu’on peut aussi y percevoir un signal du fait que le coût de la connexion est prépondérant dans l’utilisation de l’Internet pour les activités de e-commerce. Ce résultat est autrement beaucoup plus significatif pour les pays pauvres dont certains se caractérisent encore par les coûts de connexion à l’Internet les plus élevés de la planète. Et même si la tendance est fortement à la baisse12, puisque la vitesse de connexion se révèle être un handicap mineur, l’accent doit être mis sur cet aspect coût dans la mesure où les germes du développement inhérent au commerce électronique résident surtout dans les économies de coûts qu’il peut engendrer.

L’opportunité d’investir dans le e-commerce dans les pays pauvres

48Perçue simplement comme une forme particulière du commerce en général, l’opportunité du e-commerce dans les pays pauvres peut être rattachée aux vertus de l’ouverture commerciale sur la croissance mises en évidence par de nombreux travaux [Grossman et Helpman, 1990 ; Rivera-Batiz et Romer, 1991]. Outre son incidence financière à travers la balance des paiements, le commerce est alors aussi présenté comme un important vecteur de transfert technologique [Kim, 1999]. Mais le principal argument à l’appui d’une corrélation positive entre le commerce et la croissance économique consiste à associer une plus grande ouverture et une concurrence plus ouverte sur les marchés internationaux à une efficacité renforcée à la fois sous l’effet d’une meilleure affectation des ressources dans le champ économique et sous l’effet des pressions concurrentielles et d’une meilleure utilisation des ressources à l’échelon des entreprises.

49L’opportunité d’investir dans le e-commerce dans les pays pauvres tient justement au fait que, tout en contribuant au renforcement de cet effet compétitivité généralement défini par rapport à l’international, il peut permettre de reproduire assez aisément le même schéma d’émulation de l’efficacité transactionnelle entre différentes régions à l’intérieur d’un pays. Cependant, on doit relativiser ce propos en soulignant que la corrélation positive escomptée entre l’ouverture extérieure et la croissance est conditionnée au minimum par la disponibilité dans l’économie qui s’ouvre de capitaux humains, technologiques et financiers suffisants pour affronter la concurrence internationale.

50On ne s’appesantira pas plus longuement sur ces sentiers suffisamment bien battus par les multiples études sur la relation entre le commerce et le développement. Afin de rester dans le domaine des NTIC et en raison de leur étroite interrelation, nous nous préoccuperons surtout du soutien potentiel que le e-commerce est susceptible d’apporter aux politiques de vulgarisation des NTIC par la création des télécentres et à son incidence sur la rationalisation des filières de commercialisation des produits agricoles au bénéfice des producteurs.

L’appui du e-commerce aux politiques de vulgarisation des NTIC

51Il est évident que le e-commerce apparaît comme une innovation par rapport à la pratique traditionnelle des transactions commerciales. À ce titre, il faut bien croire que son essor repose forcément sur des avantages comparatifs qu’il offre par rapport à cette pratique traditionnelle. La littérature situe ces avantages dans les économies de coûts de transaction qu’il permet de réaliser au niveau de certains des éléments d’une transaction commerciale. Pénard (2002) souligne que ces économies concernent essentiellement les coûts d’information et les coûts d’entrée. Comme le note cet auteur, le commerce électronique se caractérise incontestablement par de faibles coûts d’information et donc par une transparence élevée sur les conditions d’offre.

52Avec Internet, la recherche d’informations sur les prix est rapide, l’acheteur ne supportant aucun coût de transport pour acquérir cette information. De plus, certains sites se spécialisent dans la comparaison des offres. Pour ce qui est des coûts d’entrée, ils sont de prime abord plus faibles que sur les marchés physiques puisqu’un site de commerce électronique peut rapidement avoir une présence nationale sans disposer d’un réseau de magasins sur l’ensemble du territoire.

53En recoupant cette analyse avec les différents éléments d’une transaction commerciale et leur possibilité d’électronisation dans les pays pauvres, on peut dire que dans ces pays, les éléments vecteurs des plus grands apports sont  : la recherche de l’information sur les vendeurs, les acheteurs et les prix ; l’exposition des produits ; le marketing et la commande.

54Il importe de remarquer qu’à l’exception du dernier, les autres sont plus ou moins relatifs à la gestion de l’information. Concrètement, sur l’Internet, la recherche de l’information sera facilitée par la création de sites spécialisés dans la comparaison des offres et demandes ; l’exposition des produits est possible simplement au moyen de sites vitrines dont un tout petit module peut d’ailleurs permettre d’enregistrer les commandes ; enfin le marketing suppose par exemple un judicieux référencement de tous ces sites auprès des moteurs de recherche. La première retombée évidente de la mise en œuvre d’une telle politique de présence minimale sur l’Internet est sans doute l’élargissement de la taille du marché potentiel qui en découle. Mais si la modestie des coûts la rend possible dans les pays pauvres, cette mise en œuvre nécessite un minimum d’organisation et d’infrastructures adjuvantes.

55Au niveau de l’organisation, quand bien même l’hébergement des sites vitrines serait gratuit, il faut néanmoins qu’il y ait des volontés pour en prendre l’initiative et pour en assurer une mise à jour régulière. Des moyens existent pour que cette exigence minimale ne constitue pas un obstacle au e-commerce dans les pays pauvres. Certains y sont d’ailleurs déjà largement déployés. En effet, dans plusieurs de ces pays, les gouvernements ont engagé de véritables campagnes de « démocratisation » des NTIC à travers la création de télécentres communautaires. C’est une réalité que partagent aussi bien les pays pauvres d’Asie que ceux d’Afrique et d’Amérique latine. Toutefois, dans son évaluation de ces politiques de vulgarisation des NTIC, le Pnud (2001) note que tous les gouvernements se retrouvent confrontés à un problème commun : celui de la viabilisation de ces télécentres après leur installation. Le commerce électronique se présente comme une approche de solution à ce problème. En incitant les producteurs des régions bénéficiaires des télécentres à s’organiser en coopératives de commercialisation autour d’un site vitrine mis à leur disposition, un gouvernement peut en effet introduire un système de prélèvement à la vente par commande en ligne autogéré par ces coopératives avec pour finalité première d’assurer la survie à la fois du télécentre et de leur site. Par ailleurs, l’organisation en coopératives présente également l’avantage de faire sortir les producteurs de l’informel, ce qui leur permet de pouvoir éventuellement bénéficier de crédits ou encore d’avoir facilement des recours pour des dépannages [Chénau-Loquay, 2001].

56Et si l’on peut admettre l’expression de quelques réserves au sujet de l’adhésion spontanée des producteurs à une telle approche pour des raisons socioculturelles entre autres, il reste que la théorie économique des droits de propriété et celle des coûts de transaction fournissent de solides arguments en faveur de cette adhésion. En effet, parce qu’elle permettra une rationalisation de l’intermédiation par la réduction des coûts de transaction, l’adhésion au ecommerce offrira aux producteurs davantage de droits de propriété sur leurs productions. De plus, en étudiant un exemple réussi de projet de e-commerce en Jordanie, Al Quirim (2007) suggère qu’une approche participative associant les utilisateurs futurs – ici les coopératives de producteurs – faciliterait l’obtention de leur adhésion.

  • 13 Nous faisons ici allusion au projet de « Centres documentaires de village » en Inde lancé en 1998 p (...)

57Et, bien que dans une étude proche relative aux firmes exportatrices de soie en Inde, Didelon (2007) constate que la décision d’adoption est positivement corrélée au niveau d’instruction, dans les régions à faible taux d’alphabétisation, la solution des « centres communautaires multimédias » (CCM) éprouvée avec succès dans certains villages indiens [Dagron, 2001] constituerait une sérieuse alternative13. La question des infrastructures adjuvantes est, quant à elle, relative à la livraison des produits échangés ainsi qu’on l’a évoqué plus haut. Il va sans dire que pour tirer pleinement avantage de l’élargissement du marché potentiel permis par le e-commerce, un minimum de réseaux complémentaires et de connivences matérielles (routes) et/ou fonctionnelles (routes, postes, banques) est nécessaire [Chénau-Loquay, 2001]. Par la suite, outre l’incitation des producteurs à s’organiser en coopératives, il incombe aux pouvoirs publics de développer ces infrastructures d’accompagnement.

La contribution du e-commerce à l’amélioration de la condition de producteurs agricoles

58Pour aisément comprendre cette contribution, il est utile de rappeler les trois fonctions traditionnelles que les intermédiaires remplissent sur les marchés physiques.

59Tout d’abord leur rôle peut consister à agréger l’offre et/ou la demande. Dans ce cas, l’intermédiaire intervient directement dans les transactions, comme acheteur et/ou vendeur. Les commerçants (grossistes ou détaillants) relèvent de cette catégorie d’intermédiation. Les intermédiaires peuvent aussi avoir un rôle plus modeste, se limitant à une mise en relation des acheteurs et vendeurs.

60L’intermédiaire intervient alors indirectement dans la transaction, en offrant une infrastructure d’échange. Les organisations de marchés boursiers ou de marchés agricoles relèvent de cette catégorie d’intermédiation. Enfin, les intermédiaires peuvent servir à établir la confiance entre les partenaires et garantir les transactions. Ce rôle est surtout dévolu aux établissements bancaires et aux compagnies d’assurance et d’expertise.

61Mais si ces trois types d’intermédiaires cités par Pénard (2002) peuvent suffire dans les contextes bien organisés des pays développés, dans les pays pauvres et globalement enclavés d’Afrique par exemple, il faut leur ajouter des agents pisteurs, démarcheurs et rabatteurs qui servent le plus souvent de relais entre les grossistes et les producteurs. Cet allongement de la chaîne d’intermédiation a une incidence négative sur le revenu des producteurs qui constituent généralement le maillon faible. Les contraintes de conservation de leurs produits les poussent ainsi quelque fois à être les premiers à solliciter les services de ces démarcheurs qui, tout en bénéficiant d’acomptes sous une forme quelconque ne sont soumis à aucune obligation de résultat. Il est évident qu’un site vitrine permettra d’évacuer cette première source de manque à gagner pour les producteurs.

62Par la comparaison des prix qu’il rendra possible en temps réel, le ecommerce permettra également aux producteurs d’effectuer une meilleure évaluation de leurs droits de propriétés sur les produits qu’ils offrent. Concrètement la disponibilité des informations sur la concurrence contribuera à limiter l’arnaque dont ils sont généralement victimes de la part des intermédiaires grossistes. En effet, alors que les producteurs éprouvent toutes les difficultés à franchir le seuil de pauvreté, Hatcheu (2003) note que dans les zones de Bafoussam et Foumbot qui sont deux villes essentiellement agricoles de l’ouest du Cameroun, la collecte des grains a donné naissance à une petite bourgeoisie vivrière.

  • 14 L’enquête effectuée par Hatcheu (2003) révèle ainsi que plus de 42 % des commerçants détaillants de (...)

63En fait, dans la position d’interface qu’elle occupe entre les producteurs et les marchés urbains, cette bourgeoisie tire avantage de l’asymétrie d’information pour maximiser ses gains, aussi bien en amont (aux dépens des producteurs) qu’en aval (aux dépens de commerçants détaillants urbains)14. Par la suite, la richesse de ces bourgeois vivriers a sa source dans une rente informationnelle amplifiée par des pratiques spéculatives qu’un dispositif de commerce électronique permettra de dissiper. Une meilleure répartition des bénéfices entre les acteurs de la chaîne sera l’une des conséquences automatiques de cette dissipation.

  • 15 Nous préférons ici l’expression « administrations » à celle de « pouvoirs publics » parce que pour (...)

64Mieux rémunérés par leur labeur, les producteurs échappant progressivement à la trappe de la pauvreté seront davantage motivés à augmenter leurs productions, contribuant ainsi à la création d’une plus grande sécurité alimentaire pour le pays. Il revient alors aux pouvoirs publics de considérer le développement d’un marché virtuel national des produits agricoles – qui serait en même temps le lieu de rencontre entre offres et demandes et le portail d’accès à tous les sites vitrines du pays – comme un instrument d’amélioration de la condition des masses rurales. Les coopératives de producteurs sus-évoquées seront alors des structures de contrôle et de gestion des économies réalisées afin que leurs membres puissent en profiter le plus possible.En dernière analyse, il s’agira de mettre en place une synergie dans laquelle un dispositif central G2B sera au service des dispositifs B2B et B2C puisque les consommateurs fortunés peuvent toujours s’approvisionner aux mêmes sources que les grossistes. Rigoureusement, suivant cette logique, on se retrouvera dans les pays pauvres avec des catégories composites de commerce électronique de forme G2(B2B) et G2(B2C). C’est dire que les administrations y ont un rôle primordial à la fois de déclencheur et de catalyseur à jouer15.

65À cet égard, Al Quirim (2007) note que le soutien total de sa majesté le Roi de Jordanie et du gouvernement de ce pays a été le principal facteur de motivation des promoteurs du projet de e-commerce qu’il étudie, ce qui a d’ailleurs favorisé la réussite de leur initiative. Enfin, en raison de la faiblesse du taux de couverture bancaire dans les pays en développement ainsi que de la distance psychologique qui peut exister entre les banques et les populations rurales, il sera prudent d’éviter toute pratique tendant à réserver explicitement ou non un quelconque rôle capital à ces institutions. Il semble alors judicieux de leur laisser l’initiative des actions visant à conquérir la confiance des acteurs.

Conclusion

66Tout débat sur le caractère prioritaire ou non de l’engagement des pays pauvres dans des activités tributaires des nouvelles technologies de l’information et de la communication est stérile à partir du moment où ces dernières doivent désormais être considérées comme éléments à part entière du package des infrastructures de soutien logistique de base des programmes de développement. Le définissant comme étant constitué de l’ensemble des échanges commerciaux dont l’un des éléments constitutifs de la transaction aura eu recours à l’Internet, nous montrons ici que le commerce électronique est porteur d’opportunités de développement pour les pays pauvres. Implicitement, le développement est perçu ici comme le processus à long terme par lequel croissent les revenus, les capacités productives et la liberté des gens. La quasi-totalité des pays pauvres sont désormais connectés à l’Internet. Par suite, l’essor de cette forme de commerce y est possible sans délai. Même si la qualité des données utilisées peut être à la source de quelques erreurs qui constituent sûrement l’une des principales limites de cette étude, les résultats de l’estimation économétrique des relations entre l’évolution du e-commerce et les types de connexion à l’Internet sur un panel de pays en avance dans le domaine corroborent cette thèse.

67En effet, ils révèlent que cette forme de commerce peut s’appuyer aussi bien sur des connexions à hauts débits que sur les connexions à faibles débits caractéristiques des pays pauvres. Ces derniers doivent alors mettre l’accent sur la baisse des coûts de connexion même s’il faut reconnaître que la tendance baissière est déjà enclenchée dans plusieurs d’entre eux. Le développement du e-commerce est d’autant plus important dans ces pays qu’il apparaît être un facteur de réussite des politiques de vulgarisation des NTIC dans lesquelles plusieurs d’entre eux se sont déjà engagés avec le soutien d’organisations comme le Pnud à la création de télécentres communautaires. Face au problème de la viabilisation de ces télécentres, le e-commerce est une source de revenus fiable pour permettre leur survie.

68Les producteurs agricoles y adhèreront à partir du moment où, en rationalisant les circuits de commercialisation grâce aux économies des coûts de transaction qu’il autorise, le e-commerce augmente leurs droits de propriétés sur les fruits de leur labeur. Si la technologie sans fil peut permettre de surmonter la fracture numérique de premier niveau (celle de l’accès à l’Internet), les « Centres Communautaires Multimédia » sont un palliatif pour la fracture numérique de second niveau (celle relative aux usages).

69Cependant les administrations doivent jouer un rôle déclencheur capital. L’analyse aboutit ainsi à la conclusion que les dispositifs d’animation du e-commerce visant à améliorer la condition des producteurs agricoles dans les pays pauvres dépasseront les catégories usuelles du e-commerce pour être de types G2(B2B) et G2(B2C). Pour terminer, il n’est pas superflu de rappeler que pour exister, le e-commerce doit se nourrir des produits à échanger et qu’il requiert également un minimum d’organisation et des infrastructures d’accompagnement pour se développer.

Haut de page

Bibliographie

AL-QIRIM N., « The Adoption and Diffusion of E-Commerce in Developing Countries : The Case of an NGO in Jordan », Information Technology for Development, Vol. 13 (2), pp. 107-131, 2007.

BROUSSEAU, E., « Commerce électronique : ce que disent les chiffres et ce qu’il faudrait savoir », Economie et Statistique, n° 339-340, pp. 147-170, 2000.

BROWN M. M., Les TIC peuvent-elles aider les pauvres ?, New York, PNUD, 2001.

Bureau d’évaluation PNUD, « Les technologies de l’information et de la communication au service du développement », Notions Essentielles, n° 5, 2001.

CHÉNAU-LOQUAY A., « Les relations entre l’Etat, le droit et les réseaux techniques sont-elles obligatoires dans le processus de modernisation ? Réflexion à partir du cas africain », Terminal n° 84, 2001.

CHÉNAU-LOQUAY A., « Internet aujourd’hui : les enjeux d’une relocalisation. Un point de vue africain », Terminal n° 95-96, 2006.

DAGRON A.G., Making waves : Stories of participatory communication for social change, New York, Fondation Rockefeller, 2001.

DIDELON C., « Diffusion of the use of Internet. The case of silk export firms in India »,

GeoJournal n° 68, pp. 71-81, 2007.

GOMEZ R., P. HUNT ET E. LAMOUREUX, Telecentre evaluation and research  : A global perspective, Ottawa, Centre de recherches pour le développement international (CRDI), 1999.

GROSSMAN G. M. ET E. HELPMAN, « Comparative Advantage and Long Run Growth », American Economic Review, Vol. 80, pp. 796-815, 1990.

HATCHEU E.-T., L’approvisionnement et la distribution alimentaires à Douala (Cameroun)  : logiques sociales et pratiques spatiales des acteurs, Thèse de Doctorat en Géographie, Université de Paris I Panthéon Sorbonne, 2003.

KIM, T-H., « International Trade, Technology Transfer, Growth and Welfare in a Schumpeterian Model of Endogeneous Growth », Review of International Economics, Vol. 7, pp. 37-49, 1999.

MESENBOURG, T.-L., « Satisfying Emerging Data Needs : Measuring Electronic Business », U.S. Bureau of Census, juin, http://www.census.gov/econ/www/ices.htm, 2000.

PÉNARD, T., « Mythes et réalités du commerce électronique : une revue des études empiriques » in M. Basle et T. Pénard (Eds) eEurope : la société européenne de l’information en 2010, Economica, pp. 13-49, 2002.

PRASAD K. (Ed.), Information and communication technology. Recasting development, New Delhi : B.R. Publishing Corporation, 2004.

RALLET, A., « Commerce électronique et localisation urbaine des activités commerciales »,

Revue économique, vol. 52, numéro hors série, pp. 267-288, 2001.

RIVERA-BATIZ, L. A. ET P. M. ROMER, « Economic Integration and Endogeneous Growth »,

Quaterly Journal of Economics, Vol. 106, pp. 531-555, 1991.

SWAMY P. A. V. B., « Efficient Inference in a Random Coefficients Regression Model », Econometrica, Vol. 38, 1970, pp. 203-223, 1970.

Haut de page

Notes

1 Avant l’avènement de l’Internet, en France par exemple, certaines transactions commerciales s’effectuaient déjà à travers le Minitel.

2 « Any transaction completed over a computer-mediated network that involves the transfer of ownership or rights to use goods or services ».

3 Expression utilisée pour désigner les commerçants qui offrent toute la gamme de leurs prestations en ligne, de la présentation du produit au client à la livraison finale.

4 Lettre d’information du Fevad n° 354 de février 2007. Site : http://www.fevad.com/

5 Forrester est un cabinet de conseil. L’une des conséquences du fort potentiel de rentabilité pressenti au e-commerce est d’avoir conduit les cabinets d’études et de conseils en marketing à devancer les organismes officiels de collectes des données pour cette activité. En effet, ce n’est qu’à partir de 2000 que le U.S. Census Bureau deviendra le premier organisme officiel à proposer des chiffres du e-commerce alors même que certains de ces cabinets privés avaient déjà commencé à publier des prévisions de son évolution dès 1995 (cf. Brousseau, 2000). Entre autres cabinets, on peut aussi citer E-marketer, Benchmark Group, International Data Corporation, Jupiter Communication, etc. Une conséquence de cette situation est que les chiffres varient grandement d’un cabinet à l’autre. Toutefois, il reste qu’ils s’accordent sur la forte progression de cette forme de commerce, quand bien même les taux de croissance ne seraient pas toujours les mêmes. Il est clair qu’une source de divergence potentielle est liée à la définition même de la notion de e-commerce.

6 Les chiffres sont disponibles à l’adresse : http://www.census.gov/mrts/www/ecomm.html

7 Comme nous envisageons de tirer de leurs estimations des enseignements de portée générale, la spécification de base retenue est celle du modèle à coefficients aléatoires inspiré de Swamy (1970).

9 Pour le modèle 3, les données de la matrice des variances covariances permettent d’évaluer le coefficient de corrélation entre les deux variables explicatives à environ -0,072 ; ce qui présume d’une colinéarité négligeable.

10 Pour indiquer que les coefficients estimés pour la variable sont spécifiques aux pays. Dans le tableau, ils sont alors inscrits devant les pays correspondants.

11 Noter que dans les estimations, les variables directement liées à l’Internet (Abinthd, Abinfd et Hontint) ont été retardées de deux périodes pour tenir compte du délai nécessaire à un nouvel internaute avant d’effectuer des opérations de e-commerce. Cela optimise d’ailleurs les coefficients de détermination sans toutefois modifier l’allure générale des coefficients estimés et leur signification qui ne subissent pas de changements sensibles quel que soit le choix du nombre de périodes de décalage entre 0 et 3.

12 Au Cameroun par exemple, le coût de l’heure de connexion dans les cybercafés est passé en moins de deux années de près 2 dollars à moins de 0,5 dollar entre 2004 et 2006. Même si les débits sont plutôt lents, il reste qu’en valeur nominale, ce coût est moins élevé qu’en France par exemple où l’heure de connexion dans les cybercafés coûte en moyenne plus de 1,90 dollar.

13 Nous faisons ici allusion au projet de « Centres documentaires de village » en Inde lancé en 1998 par la Fondation de recherche M.S. Swaminathan et qui a bénéficié à quatre villages indiens. Concrètement, ce projet part du principe que l’information, et en particulier l’information en réseaux, nécessite la “médiation” de spécialistes ou de personnes formées à cet effet si l’on veut qu’elle soit accessible à la population pauvre des villages. En conséquence, les agents qualifiés chargés du projet sont concentrés dans un télécentre de “valorisation” bien connecté au réseau téléphonique et à l’Internet. Ces agents utilisent le courrier électronique, le Web et les journaux locaux pour compiler l’information pertinente pour (et souvent demandée par) les utilisateurs villageois. Cette information, qui porte sur des sujets tels que les prix des produits de base, la météo, les nouvelles du jour, les annonces administratives, les méthodes de lutte contre les maladies des plantes et l’emplacement des bancs de poissons, est ensuite traduite en tamil, convertie en fichiers sonores et distribuée par le biais de l’Internet aux quatre centres documentaires de village.

14 L’enquête effectuée par Hatcheu (2003) révèle ainsi que plus de 42 % des commerçants détaillants de la ville de Douala évoquent la découverte de la pratique de prix « supérieurs à ceux du marché » comme cause de rupture d’avec des grossistes. C’est la deuxième cause de rupture après la mauvaise qualité des produits.

15 Nous préférons ici l’expression « administrations » à celle de « pouvoirs publics » parce que pour pallier à une éventuelle défaillance de ces derniers comme c’est malheureusement souvent le cas dans les pays pauvres, G peut aussi renvoyer à toute autre administration : organisme international, ONG, fondation, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Bertrand Tamokwe Piaptie, « Le commerce électronique », Terminal [En ligne], 101 | 2008, mis en ligne le 05 septembre 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4681 ; DOI : 10.4000/terminal.4681

Haut de page

Auteur

Georges Bertrand Tamokwe Piaptie

Docteur en sciences économiques, enseignant-chercheur. Institutions de rattachement  : Faculté des Sciences économiques et de Gestion appliquée, Université de Douala, Cameroun et Centre de recherche en économie et management (Crem), Université de Rennes 1, France. Courriels :

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals