Navigation – Plan du site
Empowerment en régime numérique
Conceptions gestionnaires de l'empowerment

Naissance d’un « média jeune » et numérique : une quête d’empowerment sous contrainte

The creation of a digital « young media » : a quest for empowerment under constraint
Coralie Le Caroff, Amandine Kervella et Céline Matuszak

Résumé

Le 20 septembre 2017, un établissement culturel situé dans une grande ville du nord de la France, lance un « média jeune » dans le cadre de l’un des Programmes d’investissement d’avenir destiné à la jeunesse, porté par un regroupement de collectivités territoriale, le Commissariat général à l’investissement (CGI) et l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru). Ce média est lancé en partenariat avec une école de journalisme reconnue et une agence de production audiovisuelle numérique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

création, média, numérique

Keywords :

création, média, digital
Haut de page

Texte intégral

1L’établissement culturel qui accueille le projet, ancienne friche industrielle réhabilitée située dans un quartier populaire, se présente comme un « laboratoire créatif au croisement entre culture et innovation sociale, urbaine et environnementale ». Sur son site, sont affichés les objectifs d’« empowerment » (Bacqué, Mechmache, 2013) du média jeune : « permettre aux jeunes des quartiers populaires de prendre place dans le débat public » ;

« Proposer aux jeunes des dispositifs d’éducation aux médias axés sur la pratique collective » ; « sensibiliser les futurs journalistes au traitement de l’information dans les quartiers populaires ».  

2Dans ce cadre, l’objectif est la création d’un média « participatif » multimédia, construit autour d’un site Internet dédié. Il s’agit, plus précisément, de produire un média « alternatif » (Goulet, 2014), dans une perspective « expressiviste » fondée sur les possibilités offertes à ce niveau par le numérique (Cardon, Granjon, 2013). Cette action se positionne en outre de manière très spécifique dans l’univers des dispositifs d’éducation aux médias et à l’information en proposant la production d’information dans la durée, dans un cadre non-scolaire (Beasse, Mohib, 2017).

3Une part du financement du média jeune provient également de projets commandés par d’autres médias. Cet apport de ressources financières se complète en personnel qui sont dans les cercles des financeurs (école de journalisme), du lieu culturel (nombreuses associations viennent ponctuellement organiser des ateliers), et des cercles professionnels et personnels des animateurs. La multiplicité des partenariats rendrait ainsi plus autonome le média jeune en aménageant des « zones de résistance par rapport à la standardisation de l’action publique »(Nicourd, 2011).

4Dans cet article, notre interrogation porte sur les liens entre numérique et empowerment au sein d’un dispositif hybride : dans quelle mesure et comment ce type de dispositif d’éducation aux médias et à l’information renforce la capacité d’agir des jeunes ? Comment cela leur permet d’agir sur le traitement de l’information ? sur leur trajectoire professionnelle ? Comment cela leur permet-il de développer un engagement collectif ? Comment produire un média d’information indépendant et alternatif dans un système de contraintes hétérogènes (multifinancement ; multiples partenariats)  ?

5Dans la première partie de notre analyse nous interrogerons les différents objectifs qui ont guidé la création du média jeune et qui se rejoignent dans une visée générale d’augmentation du « pouvoir d’agir » des jeunes engagés dans le dispositif : proposer une alternative médiatique, ouvrir les « portes fermées » du journalisme (Lafarge, Marchetti, 2011), en exploitant les possibilités offertes à ce niveau par « le numérique », favoriser l’autonomisation et valoriser l’expérience collective autour du « faire » via un accès plus immédiat aux techniques de bricolage numérique permettant la création de média. Il s’agit d’étudier comment, derrière ce qui peut apparaître comme un consensus, se donne en fait à voir la polysémie du concept d’empowerment et les débats qu’elle peut engendrer. À partir de Bacqué et Biewener, nous entendons par empowerment

« la valorisation et le développement des compétences et des capacités d’agir des individus et des groupes » (2013 : 11).

6Dans une dimension radicale, ce processus socio-politique articule une dynamique individuelle d’estime de soi et de développement de ses compétences avec un engagement collectif et une action sociale transformative (2013 : 144). Enfin, les auteures situent l’empowerment comme pratique de l’émancipation, pouvant contribuer à faire émerger un projet de transformation sociale vers « un autre monde possible » (2013 : 146). Pour autant, il s’agit aussi de voir les limites de ces conceptions en montrant, comme le font Bacqué et Biewener, que l’empowerment peut être pris comme un instrument des politiques publiques et ainsi valoriser un citoyen « responsable dans la recherche d’opportunités individuelles » (2013 : 115), pouvant s’intégrer dans la société en ayant accès en premier lieu au travail, objectif idéalisé comme mode d’insertion sociale (2013 : 119).  Dans cette dernière idée, « la perspective d’une transformation sociale a disparu » (2013 : 119). C’est dans cette dichotomie que l’analyse du média jeune est à interroger.

7Nous analyserons, dans une seconde partie, la mise en œuvre de ces objectifs initiaux et les processus d’appropriation du dispositif par les jeunes, en mobilisant le cadre théorique de la sociologie des usages, dans une perspective sociotechnique :

« quand nous considérons l’édification du social, nous ne pouvons faire abstraction des éléments techniques et, de même, nous ne pouvons décrire les dispositifs techniques sans faire appel à la mise en acte de dispositions, de compétences, de sens pratiques et de savoirs proprement sociaux de la part des sujets » (Granjon, Denouël, 2011 : 24).

8L’appropriation est ici entendue comme l’ « acte de faire “sien“, de se constituer un “propre“ » (Jouët, 2009). Il s’agira ainsi d’interroger la possibilité de renouer avec le courant de l’« autonomie sociale » des premiers travaux sur les usages de la télématique (Jouët, 2000) dès lors que sont étudiés les usages du numérique à des fins d’empowerment, dans le cadre de politiques publiques.

9Pour ce faire, nous mobiliserons une méthodologie hybride fondée, tout d’abord, sur l’analyse des discours d’accompagnement du média jeune et des entretiens semi-directifs conduits avec les financeurs et les partenaires du projet. Cette méthode permet de mettre au jour les enjeux autour du lancement du dispositif ainsi que les intentions et les représentations des acteurs institutionnels impliqués dans sa définition.

10Par ailleurs, une observation ethnographique des réunions hebdomadaires et des temps informels a été réalisée pendant dix mois. Elle est assortie de quinze entretiens semi-directifs réalisés avec des jeunes investis dans le projet afin de saisir l’évolution du rapport des participants au média jeune, resitué dans leur parcours biographique, leur trajectoire, leur rapport aux médias et au politique. Cette méthode est particulièrement adaptée à l’analyse des dispositifs participatifs :

« ces ethnographies sont des méthodes irremplaçables d’évaluation de projets participatifs. Elles ne sont pas exclusives de grilles de lecture plus formalisées qui permettent de radiographier telle ou telle organisation civique à partir d’indicateurs standards. Elles n’invalident pas les recherches qui s’inquiètent de la corruption de la participation par l’institutionnalisation ou par le management. Elles les accompagnent au jour le jour, en ayant accès à des difficultés pratiques et à des détours réflexifs qui échappent à d’autres méthodes » (Cefaï et al., 2012 : 37)

Le projet  : Encourager l’empowerment via la création d’un média alternatif numérique

11Dès le stade du projet qui a présidé à sa création, le média jeune dont nous étudions la naissance et la première année d’existence, a été pensé à travers des objectifs et une organisation pratique visant une logique d’empowerment, largement fondée sur les potentialités du numérique.

Créer un média alternatif

12Initialement, le projet est demeuré volontairement flou. Il s’agissait avant tout de réunir des jeunes, en dehors des sphères éducatives classiques (éducation nationale, maisons de quartiers, etc.), afin qu’ils soient partie prenante de la réflexion pour construire le média. Dès le départ l’idée était cependant de créer un média se voulant “alternatif”, en s’appuyant à ce niveau sur les possibilités techniques offertes par le numérique, en écho aux principes et valeurs qui lui sont souvent associés (Flichy, 2001).

13À un premier niveau, la quête d’alternative est formelle.  L’idée initiale est de créer des contenus multimédias, s’appuyant sur des formats médiatiques “originaux sur la forme” (directrice de production du média jeune) en utilisant le numérique. Se lit en outre la volonté que les contenus créés puissent comporter une dimension artistique voire être des outils de médiation culturelle par rapport aux expositions visibles dans la structure culturelle qui accueille le média jeune.

14À un second niveau, le média jeune est envisagé comme un dispositif de publication permettant la mise en circulation de discours différents de ceux produits par les médias dits “mainstream”, jugés particulièrement stéréotypés à propos de certains sujets : les quartiers populaires et leurs habitants. Le Bondy blog apparaît d’ailleurs comme un exemple à suivre dans les premiers documents de formalisation du projet. De manière corollaire, le média jeune est aussi présenté comme visant à pallier le manque de visibilité et d’expression des jeunes, spécialement ceux issus de ces territoires. À ce niveau, le média jeune peut s’inscrire dans la catégorie des médias dits “expressivistes” formalisée par Cardon et Granjon. Il s’agit bien de créer une alternative médiatique visant l’ouverture de la parole publique, via “l’affirmation expressive des subjectivités”. Ce qui est en germe relève ainsi de la possibilité pour des groupes sociaux subordonnés de créer une arène publique parallèle pour élaborer et diffuser des contre-discours propres à la construction de leurs identités et à leurs intérêts (Fraser, 2001), avec une dimension d’auto-construction narrative (Cardon, 2010).  Dès sa création le média jeune est présenté comme un média “engagé”, “où subjectivité et altérité cohabitent”. Le slogan « Allons plus loin, Créons notre propre média ! » affiché dans l’une des newsletters hebdomadaires diffusées par l’un des coordinateurs à propos du projet fait d’ailleurs directement écho à celui du réseau d’informations alternatives Indymedia lancé à la suite des mobilisations de militants altermondialistes lors du congrès de l’OMC à Seattle en 1999 et qui proclamait “arrêtez de haïr les médias, devenez un média” (Coleman, 2005).

15Or, le numérique apparaît à ce niveau comme une ressource centrale, tant sur le plan technique que sur celui des valeurs qui peuvent lui être associées. À travers le projet du média jeune, il s’agit en effet d’exploiter les possibilités d’ouverture de l’espace médiatique et de publicisation de la parole permises par l’avènement du Web 2.0, spécialement pour ce qui concerne les populations perçues comme minoritaires, ayant traditionnellement peu accès à la parole médiatique et s’estimant peu ou mal représentées dans les médias dits “mainstream” (Badouard, 2017).  

16En même temps, à travers ce projet, il est aussi question d’activer les principes d’émancipation, d’organisation horizontale et d’autogestion liés à l’idéologie que porte en lui le réseau internet. Dès sa création l’organisation du média jeune a en effet été pensée suivant ces principes, associés à des partis pris pédagogiques marqués par certaines des valeurs revendiquées par l’éducation populaire. Le projet est construit et porté dans ce sens : amener les jeunes à être de plus en plus autonomes dans la production de contenus et leur permettre également de structurer stratégiquement et administrativement le média jeune. Le média jeune est d’ailleurs principalement animé par deux acteurs du milieu associatif local, issu du travail social et du journalisme. Leur parcours militant et leurs trajectoires professionnelles fait d’ailleurs écho à cette orientation et la renforce.

Ouvrir les “portes fermées” du journalisme

17Le projet de création d’un média “alternatif” avait également pour objectif de favoriser l’accès des jeunes participants au monde professionnel du journalisme, dans une perspective d’empowerment d’ordre collectif, visant un changement social.  Dans un cadre général d’éducation aux médias et à l’information basé sur un approche constructiviste via l’apprentissage “par le faire” (Pereira, 2017), il s’agissait d’inviter les jeunes participants à envisager le journalisme comme une aspiration professionnelle possible et à acquérir des compétences, largement techniques, utiles pour leur insertion dans l’univers professionnel du journalisme ou dans des cursus universitaires de formation au journalisme.

18En cela, le projet initial se positionne clairement face aux difficultés d’accès à un milieu spécifique. Ce métier, comme le souligne Lafarge et Marchetti est en effet un espace professionnel aux “portes fermées” dans lequel le passage par une formation reconnue est devenu stratégique (Lafarge, Marchetti, 2011). Or, les conditions d’accès aux formations au journalisme les plus réputées supposent chez les candidats un fort capital scolaire, des ressources économiques et symboliques importantes. Parallèlement, au sein du débat public, les écoles de journalismes et le journalisme se voient régulièrement reprochés de ne pas refléter la “diversité” entendue en terme “socio-ethnique” de la population française, spécialement depuis le milieu des années 2000 (Macé 2009 ; Chupin, Soubiron, Tasset, 2016).  L’engagement de l’école de journalisme impliquée dans le projet du média jeune est à lire dans ce contexte. Ce projet vient en effet prendre place dans l’ensemble plus large des dispositifs qu’elle met en place afin d’assurer un recrutement d’élèves journalistes aux profils moins homogènes.

19Cependant, si l’ensemble des acteurs à l’origine du média jeune semblent envisager ce projet comme une manière de faire accéder des jeunes avec des profils plus “divers” au journalisme, les contours de la diversité dont il est question demeurent flous et font écho aux significations plurielles et complexes que ce terme peut prendre dans la sphère publique, en France (Sénac 2012).

20Les discours des porteurs du projet et les discours institutionnels autour du projet soulignent tous la place centrale à accorder aux “jeunes des quartiers populaires”. S’il ne s’agit pas de créer un dispositif qui leur soit uniquement destiné, leur présence apparaît indispensable, y compris au regard de la nature de certains des financements publics du projet. Or, cette appréhension de la “diversité” au prisme de territoires spécifiques induit une mobilisation euphémisée et indirecte de la catégorie de la “classe sociale” pour qualifier le public qu’il s’agirait de toucher mais également un effacement de catégories “ethno-raciales”, alors que les débats publics sur la représentativité des médias (Macé, 2008) auraient pu les faire émerger dans les discours. Par ailleurs, ces jeunes “des quartiers populaires” auxquels le projet se veut destiné apparaissent également à travers la figure du “profil atypique”, fondée sur des caractéristiques individuelles (Chupin, Soubiron, Tasset, 2016). Vont ainsi être valorisés “l’étincelle”, le “talent” (directrice de production du média jeune), une “passion”, des “atouts” (directeur de la structure culturelle porteuse du projet) déjà présents chez des jeunes que leur participation au projet pourrait dès lors “révéler” en leur donnant accès à des espaces et des “mondes” qui leur étaient jusqu’alors fermés, dans une conception beaucoup plus individuelle de l’empowerment.

21Au final, s’il apparaît clairement que le projet de création du média jeune, s’inscrit dans une finalité générale d’empowerment, c’est également la polysémie de ce concept qui se donne à voir entre une vision inscrite dans les luttes de transformation sociale via la reconnaissance des groupes, entre émancipation individuelle et collective, jusqu’aux conceptions plus sociales-libérales prônant l’individu comme entrepreneur de sa propre vie.

Proposer un cadre propice à l’empowerment

22Afin de rendre effective l’ambition d’empowerment placée dans le projet, différentes ressources matérielles, humaines et une organisation spécifique ont été pensées et proposées aux jeunes participants aux activités du média jeune. Elles permettent au projet de se formaliser petit à petit et définissent le cadre à travers lequel peut se faire l’appropriation du dispositif par ses participants.

Un lieu repéré pour développer des compétences

23D’abord, il s’agit d’un lieu aménagé au cours de l’année 2017- 2018 pour accueillir les réunions, les moments de travail des jeunes. Il se veut un espace ouvert et convivial.

24C’est un lieu reconnu, investi et facilement identifiable puisqu’il est associé à la structure culturelle qui héberge le projet. Ce lieu a été aménagé par les jeunes et les animateurs eux-même, des espaces de travail se mêlent à des endroits plus conviviaux pour les échanges et les réunions plus formelles. Le lieu n’est pas qu’un espace ouvert, il bénéficie de la présence des deux animateurs qui se sont organisés pour assurer des permanences trois après-midi par semaine. Entre tiers-lieu et permanence politique ou syndical, cet espace renoue avec les anciennes traditions militantes du lieu physique pour préparer les actions, écrire le journal et des nouveaux espaces plus flous de travail comme peuvent être les tiers-lieux. La rencontre, le travail de discussion en réunion de rédaction le mercredi soir sont des éléments primordiaux pour structurer un collectif et partager les représentations des différents publics qui s’y côtoient  :

« Le lieu est un endroit où on se retrouve, lieu qui doit être habiter pleinement, qu’ils  se sentent plus chez eux que chez nous. Le lieu de la rencontre, y’ a de l’informel, c’est essentiel ». (JC, directeur de la structure culturelle porteuse du projet)

25C’est également dans cet accueil physique qu’est mis à disposition des jeunes du matériel de captation de sons et d’images qualitatif et que sont organisées des formations. Dix-sept journées de formation ou d’ateliers ont été comptabilisés de septembre 2017 à mars 2018. Il s’agit de formation montage vidéo, de photo, d’ateliers vidéos, de Masterclass avec une autre association travaillant l’écriture, de travail également sur les outils de communication (site internet par exemple).

Du projet média à une agence de productions journalistiques et audiovisuels

26Le projet, d’abord défini comme un “chantier média” (septembre 2017), devient un “projet média”, un “média” (mars 2018), une “agence de contenus originaux” (juin 2018) et enfin une “agence de productions journalistiques et artistiques” (fin 2018). La dernière appellation correspond à une stabilisation du projet autour de la création, de la fabrication de contenus rendues possible par le numérique en redéfinissant des genres à mi-chemin entre le reportage et l’œuvre audiovisuelle qui ne correspondent pas aux codes classiques du journalisme.

27Sur un plan pratique, il a été décidé que les participants produiraient des contenus médiatiques sur la base de binômes de travail incluant forcément un étudiant de l’école de journalisme partenaire du projet. Par ailleurs, l’année a été découpée en périodes (trimestres puis semestres) afin de mener un travail thématisé. De septembre à décembre, les jeunes ont ainsi produit des contenus autour du thème, large, du travail, à travers les sujets suivants :  « Danse : vivre de ma passion, c’est possible », « Burn-Out, j’ai failli y passer », « Job et études : deux journées en une », « Trop grosse ou trop arabe pour être embauchée », « Mon travail c’est dealer », etc.. Pendant chacune de ces phases thématiques, le collectif est scindé en deux groupes. Le premier groupe vidéo  est composé de jeunes impliqués dans la production de contenus diffusés dans le cadre de partenariats avec une agence de production et des médias nationaux reconnus. Dans ce cadre, les jeunes doivent  respecter des délais et une charte éditoriale spécifique Ils sont par ailleurs rémunérés en droits d’auteur pour leur travail. Le groupe Web, quant à lui, produit d’autres contenus pour une diffusion sur le site du média jeune. Les deux groupes travaillent en parallèle tout au long de la session thématique et les jeunes peuvent passer d’un groupe à l’autre lors des changements de thématiques.

28Durant la première année de réalisation du projet du média jeune, ce cadre et les objectifs initiaux que nous avons soulignés vont être confrontés à différents processus d’appropriation déployés par les jeunes qui prennent part au projet, mettant ainsi à l’épreuve les idéaux initiaux d’empowerment.

À l’épreuve de la pratique

29Le fonctionnement du groupe qui se constitue peu à peu, les usages que les jeunes développent autour du numérique donnent ainsi à voir en même temps des logiques effectives d’empowerment et un certain nombre de contraintes qui les limitent.

Composition et fonctionnement initial

30À la fin du mois de juin 2018, le collectif était composé d’une quarantaine de jeunes réguliers (avec un noyau de 20 jeunes très actifs). Au sein d’un groupe socialement hétérogène, nous dénombrions 60 % de filles et 40 % de garçons, de milieux populaires (parents ouvriers ou sans emploi) ou de catégories sociales plus élevées disposant d’un important capital culturel (parents professeurs, artistes, etc.). Environ un tiers des jeunes étaient des étudiants de l’école de journalisme partenaire du média jeune, un tiers des étudiants d’autres formations (science politique, sociologie, études d’information et de communication, formations artistiques) et un dernier tiers étaient des lycéens.  Les deux tiers des jeunes résidaient à la ville principale de la métropole, essentiellement dans des quartiers considérés comme populaires. Les autres habitaient dans d’autres villes de la métropole.

31Dans les entretiens, les jeunes évoquent la richesse du lieu et des binômes constitués pour acquérir de nouvelles compétences et découvrir d’autres profils :

« Au début j’avais beaucoup de préjugés mais j’ai vu ce que c’était des étudiants à [l’école de journalisme]. Ils m’ont raconté leur parcours, leur concours... » (K. Fille, 17 ans).

32De même, une étudiante de l’école de journalisme évoque son expérience de binôme avec une autre membre du média jeune, résidente dans la ville d’implantation de celui-ci :

« C’était un lien super fort. Ça a vraiment été un travail à deux, complètement. Très bonne expérience ».

33Ce sont également les opportunités d’interaction avec des individus et des univers très éloignés socialement qui enthousiasment les jeunes. Celles-ci ouvrent des perspectives d’avenir, en écho direct aux objectifs initiaux du projet  :

« La rencontre des gens, c’est un gros point positif et c’est l’une des raisons principales pour laquelle je reste dans le [média jeune]. J’ai 17 ans et je suis déjà en train de créer un réseau de fou. Et c’est trop bien. Le directeur de l’école de journalisme [...], si je n’étais pas dans ce projet, je ne l’aurais jamais rencontré. [l’école de journalisme], je n’y aurais jamais mis un pied si je n’étais pas au [média jeune] » (K., Fille, 17 ans).

34Néanmoins, il convient de se départir d’une vision irénique qui exclurait toute conflictualité de ces échanges. D’un côté, les membres les plus jeunes, habitants dans les environs de la ville qui abrite le média et provenant des milieux les plus populaires constatent le maintien de différences et d’incompréhension :

« Au début j’appréhendais, je me suis dit que c’était des petits bourges qui habitent dans un quartier chic, qu’ils allaient me prendre pour une racaille. Après t’apprends à les connaître, ça va. Mais tu sens que t’es pas dans le même délire, du tout. Ça n’empêche pas de parler mais des fois ils disent des trucs... On ne va pas rigoler pour les mêmes choses. Alors au début je faisais hyper attention à mon langage, comme quand je parle à mes profs. Après je me suis un peu décoincée et je leur ai parlé comme je parle à mes potes. Sauf que tu sens qu’ils te regardent en mode “ça veut dire quoi ce qu’elle dit  ? » (K., Fille, 17 ans)

35D’un autre côté, des préjugés et des stéréotypes sont déplorés par les étudiants en journalisme. Cela renvoie à une construction parfois binaire des discours sur le groupe de jeunes, dans la communication autour du média mais également dans les représentations des coordinateurs. Ainsi, les étudiants en journalisme incarneraient les « favorisés » socialement, et les jeunes « habitants » seraient les plus « vulnérables », forcément issus des « quartiers prioritaires ». Ces catégories sont largement contestées par les jeunes. La réalité est effectivement bien plus contrastée. Les étudiants de l’école de journalisme qui ont délibérément choisi le projet proviennent de milieux sociaux hétérogènes. Ainsi, si leurs parents disposent d’un capital culturel conséquent, plusieurs sont en situation de chômage ou sont détenteurs de RSA. D’un autre côté, les jeunes « habitants » des environs se situent, pour la plupart, dans les fractions inférieures ou médianes des classes moyennes et non dans les franges les plus populaires de l’espace social.

Le numérique au cœur des espoirs d’empowerment

36Renforçant ce qui apparaissait déjà à l’étape de la formalisation du projet de média jeune, le rapport effectif au numérique observé sur le terrain rompt avec le climat de « désenchantement » à l’égard des vertus démocratiques d’Internet (Badouard, 2017). Au contraire, les perceptions du numérique décrites par les jeunes et les coordinateurs alors qu’ils sont engagés dans le fonctionnement quotidien du média jeune renouent avec l’idéal du Web des premiers temps, vaste territoire à arpenter, autorisant l’expérimentation, la créativité et le bricolage (Cardon, 2010).

37Tout d’abord, au sein du dispositif, les jeunes s’approprient les opportunités offertes par le numérique afin de construire leurs propres discours médiatiques. Ainsi, les coordinateurs organisent un vaste brainstorming au début de chaque session thématique afin de recueillir les préoccupations des jeunes et de définir collectivement les sujets qui seront traités. De même, les compétences et les appétences numériques sont prises en compte dans le choix des formats et des techniques mobilisés dans la production. Par exemple, le recours au smartphone va être central et valorisé pour enregistrer des images et du son, dans une démarche pratique, informationnelle mais également esthétique. En ce sens, on retrouve ici la définition des processus d appropriation des techniques de Josiane Jouët. Ceux-ci

« engagent des processus subjectifs et culturels qui permettent de rendre “sien” un objet [...]. L’appropriation concourt à l’intégration des technologies numériques dans les projets personnels, dans les activités quotidiennes et le mode de vie des individus. L’appropriation est en soi un processus éminemment social et elle conduit à de nouvelles formes de production collective qui influent sur la conception des dispositifs techniques » (2009 : 455).

38Les espaces et les formats numériques mobilisés permettent par ailleurs aux jeunes d’intervenir sur des sujets qui les touchent personnellement, tel que cela était envisagé au stade du projet. Par exemple, une étudiante de l’école de journalisme a réalisé une vidéo sur le métier d’agriculteur, profession exercée par plusieurs membres de sa famille. De même, une jeune lycéenne a souhaité investir la thématique de l’habitat en suivant, avec son smartphone, son père chauffeur routier une journée dans son camion, initiative finalement annulée pour des questions d’assurance. Une étudiante de l’école de journalisme dont le père est au RSA a également choisi de réaliser une vidéo sur ce sujet. Elle explique ses motivations :

« Parce que ça me touchait un peu et j’avais envie de déconstruire les clichés qu’on a tendance à construire. Et je me sentais assez légitime d’en parler ».

39Ces productions témoignent de la volonté d’utiliser le média pour mobiliser des éléments de l’histoire personnelle et familiale dans une démarche propice à la subjectivation. Le média jeune favorise la réappropriation du vécu. Il s’agit, en partant d’une énonciation à la première personne, par l’entremise de la technologie, de participer plus généralement à la construction du sens des actualités et des événements, ce qui renvoie à une certaine définition de l’« empowerment ».

Le fonctionnement de l’équipe Web est par ailleurs perçu comme un espace d’apprentissage moins contraignant et formaté que celui de l’équipe « vidéo ». En effet, le fonctionnement du groupe « vidéo » repose sur une logique de commande de contenus pour un partenaire. Si les jeunes se familiarisent avec les conditions de travail réel des journalistes (respect des échéances, respect de la ligne éditoriale et de la charte graphique du partenaire ; allers-retours avec la direction de production), l’expérience est vécue de manière inégale par les jeunes impliqués dans la production d’une vidéo. Une étudiante de l’ESJ estime ainsi que « c’est une super formation ! » et s’est réinscrite dans ce groupe à chaque session thématique. Pour d’autres jeunes, le bilan est plus contrasté :

« J’ai travaillé avec le groupe Vidéo. C’était chouette, c’était cool. Mais on nous vend ça comme si c’était libre, qu’on pourra faire le plan qu’on voudra, que ce sera notre voix qui comptera. Mais au final, quand on produit un truc, c’est modifié, surmodifié » (B, Fille, 20 ans).

Elle ajoute :

« Dans le groupe Web, les échéances sont assez flex. Pour moi, le groupe web ressemble plus à ce à quoi voudrait tendre le [média jeune] ».

De même, un jeune étudiant explique avoir été moins gêné par les échéances imposées dans le groupe vidéo que par certaines contraintes éditoriales :

« On m’a dit “on parle à un public jeune donc il faut faire intervenir des personnes qui ne soient pas trop agées“ et je trouve ça un peu débile » (O, Garçon, 22 ans).

C’est également le point de vue de K. (Fille, 17 ans) qui explique avoir quitté le groupe « vidéo » pour le groupe Web afin d’être plus libre dans la réalisation de ses productions :

« J’ai préféré être plus libre cette fois-ci sur ma production et aller dans le groupe web. J’avais pas envie à chaque fois de dire “c’est bien de faire comme ça“ ? J’avais envie d’avoir mon idée et de la faire ».

40Cette représentation d’un groupe Web moins contraint, plus propice à l’exploration et à l’autonomie peut s’expliquer de différentes façons. La première renvoie aux premières analyses de la sociologie des usages qui ont mis au jour les potentialités offertes par la technologie, dès la télématique, pour la mise en œuvre de pratiques subversives, allégées des normes et des contraintes pesant sur les individus (Denouël, Granjon, 2011). En pratique, les contenus à destination du Web sont effectivement plus innovants et diversifiés que ceux du groupe vidéo qui doivent respecter la charte de la chaîne commanditaire. Les jeunes peuvent mobiliser leurs savoirs spontanés (utilisation des smartphones par exemple) ou se référer à des formats qu’ils croisent au quotidien lors de leurs navigations en ligne et sur lesquels ils se sentent parfois plus compétents que l’équipe encadrante. En outre, les jeunes sont formés au diaporama sonore, à la création d’une Web radio, à l’élaboration de gifs animés et de divers contenus mêlant texte, graphisme, audio et animation ce qui multiplient les modalités d’expression. B. (fille, 20 ans) évoque ainsi avoir

« fait une BD numérique qui n’a pas forcément aboutie. Qui s’appelle Fenêtre sur cour. Sur un coiffeur qui fait l’angle de ma rue. C’est donc un petit reportage d’une journée du point de vue de celui qui regarde par la fenêtre ». Elle a également « fait des sons d’ambiance dans une pizzeria et j’ai fait un petit montage sonore de sons sympas pour le groupe Web ».

41Cette impression d’autonomie s’explique également par-delà les potentialités techniques. L’absence de partenaire attitré au groupe Web allège fortement les contraintes. Les échéances, plus souples, permettent des expérimentations moins guidées par un objectif d’efficacité. De même, les jeunes constatent la différence de ligne éditoriale, moins politisée dans le groupe vidéo. Cette orientation s’explique en partie par le profil du coordinateur du groupe Web, fortement politisé.

42La dimension expérimentale associée au groupe Web se perçoit également dans les pratiques pédagogiques et d’animation du collectif. En effet, dans le cadre de ce groupe, de nouveaux formats de réunion et d’apprentissage sont testés. Par exemple, la « master class » organisée autours de la venue d’un écrivain, accompagnée d’un atelier d’écriture, sans aucun objectif de production ou de diffusion de contenus, s’est tenue dans le groupe Web, pendant que les jeunes engagés sur des vidéos pour les haut-parleurs avançaient sur leurs productions dans une autre salle. De même, les échéances de rendu du groupe vidéo étant serrées, une réunion avec la directrice de production a monopolisé les jeunes investis dans la création de vidéos, pendant que le groupe Web expérimentait un atelier de méditation collective pour travailler la question du « non-jugement » qui a été très apprécié.

43Toutefois, y compris dans le groupe vidéo où les formats sont plus contraints, des opportunités de détournement émergent. Celles-ci ne se repèrent pas dans le contenu final mais au cours du processus de création et des multiples opérations (de Certeau, 1980) qui se déroulent pendant le processus de production. Ainsi, durant une après-midi de permanence, un fou-rire éclate dans la salle, devant un ordinateur. Alors que deux jeunes montent leur vidéo autour d’un sujet grave, ils glissent, au milieu d’une interview, le bruitage d’un miaulement de chat trouvé en ligne. Après les rires, ils hésitent à retirer le miaulement. Ce recours à l’absurde atteste un certain « braconnage » de la part des jeunes, via des ressources trouvées sur le Web : en se détournant de la ligne éditoriale dominante, les deux jeunes résistent, à leur manière, aux normes qui pèsent sur le traitement de ce type de sujet et aux attentes institutionnelles autour de leurs productions.

La tension entre bricolage, expérimentation et performance des contenus numériques

Après avoir démontré les potentialités d’autonomisation des usagers permises par l’appropriation de la technologie au sein du média jeune, il convient de souligner comment, dans la pratique, la quête d’empowerment peut être limitée par les structures sociotechniques dans lesquelles sont pris ces usagers. En suivant Jauréguiberry et Proulx, il convient ici d’être prudent quant au risque d’une « surestimation de l’autonomie de l’usager » :

« En s’opposant au modèle déterministe, les études d’usage ont permis, et c’est leur grand mérite, de faire apparaître la figure de l’usager comme acteur. Mais celui-ci est pourtant pris dans des structures qui limitent constamment ses capacités de “résistance“, de “bricolage“ ou de “détournement“ » (2011 : 56).

44Les dynamiques de bricolage, d’apprentissage et d’expérimentation entrent en tension avec un ensemble de contraintes qui proviennent, soit des objectifs de performance et de communication autour du projet, soit des

« contraintes propres aux scripts des dispositifs techniques » (Voirol, 2011).

En effet, le fonctionnement sous forme de multi-partenariat et de multi-financement implique de « rendre des comptes », régulièrement, sur la dynamique interne du projet aux différents acteurs impliqués. Un enjeu de légitimation du collectif pèse alors sur les coordinateurs du projet qui doivent mettre en évidence leurs capacités à innover et à fédérer le groupe de jeunes. Au cœur d’enjeux de communication publique et politique de ses financeurs, le projet est rapidement devenu hyper-visible. Par exemple, trois mois après le lancement du dispositif, le média jeune a été présenté au Président de la République au sein de la structure et certaines productions ont été diffusées. Pourvoyeuse de reconnaissance, cette visibilité peut avoir des effets sur la dynamique du collectif en train de se faire. En attirant sans cesse de nouveaux partenariats, elle peut renforcer des logiques exigeantes de performance et une dynamique de « réponse à des commandes » au sein d’une action dont l’atout est avant tout la place accordée au bricolage, au temps long et à l’expérimentation.

45Par ailleurs, les partenariats du média jeune assurent d’importants espaces de diffusion des productions des jeunes investis dans le projet. Le 3 juillet 2018, dans la newsletter hebdomadaire envoyée par un coordinateur aux différents partenaires du média jeune, ce dernier partageait les mesures d’audience des vidéos diffusées dans le cadre d’un partenariat avec la déclinaison régionale d’une télévision nationale : 27 200  vues en moyenne par épisode sur la page Facebook de la chaîne et 13 000 vues au total sur sa chaîne YouTube. Dans les entretiens, les jeunes décrivent positivement cette visibilité portée par des médias « traditionnels » qui est, pour eux, source de reconnaissance. À un niveau collectif tout d’abord, ils évoquent le sentiment de participer à la construction d’une information alternative, qui permet de médiatiser de nouvelles voix ou de nouveaux éclairages sur des phénomènes de société, comme cela avait été envisagé dans le projet. Sur ce point, la vidéo « Mon travail c’est dealer » est un exemple souvent convoqué.

46Toutefois, la large diffusion en ligne de contenus bricolés peut être mal vécue par les jeunes. Une participante explique :

« Quand j’ai vu la vidéo sur le site [de la chaîne de télévision partenaire], j’étais pas bien ... J’avais l’impression d’avoir fait la vidéo pour un petit truc. Quand j’ai vu le nombre de vue, j’étais étourdie ! J’aurais aimé que ce soit des vidéos faites plus tard qui soient diffusées. Cette première vidéo, je l’avais prise comme un exercice donc j’ai l’impression que c’est très amateur. Je me suis dit qu’on se formait, pas qu’on allait direct avoir le contenu sur internet et tout. Mais il y a le contrat donc c’est mort pour la retirer. Je voulais la retirer moi. Mais heureusement j’ai vu que la vidéo allait être retirée au bout de trente jours. Du coup maintenant je vais faire attention pour les prochaines ».

47Dépassés par les enjeux de communication autour du projet, les jeunes peuvent être exposés à des expériences de réception en ligne négatives, auxquelles ils ne sont pas préparés. Par exemple, le traitement de la question du métier d’agriculteur dans une des vidéos a suscité des commentaires très négatifs sur la plateforme de la chaîne. Ce traitement était lié aux injonctions du partenaire qui impose que seulement des personnes « jeunes » soient interviewées dans les vidéos, ce qui a limité la possibilité d’une analyse critique de la profession.

48Les limitations dans la réalisation des objectifs initiaux (bricolage, expérimentation, pédagogie par le faire) proviennent également de la technique elle-même. En effet, comme le souligne Olivier Voirol :

« L’objet technique agit comme une interface entre le “projet d’action“ qui a été déposé en lui et le sujet actif dans ses usages de ces interfaces techniques. [...], il s’adresse au sujet en lui conférant un horizon d’activité défini, il le pousse à agir de telle ou telle manière et à se conformer à des usages anticipés » (2011 : 149).

49Aux côtés des propriétés « habilitantes » de la technique et du Web, un ensemble d’éléments « contraignants » se perçoivent dans la conception des contenus destinés au numérique. Au sein du groupe Web, les formats tiennent compte de ce qui « marche » sur les plateformes numériques de réseaux sociaux. Ainsi, les jeunes sont incités à produire des formats courts et dynamiques, propices à la viralité et en vogue sur ces plateformes. Nous retrouvons ici ce que Jouët soulignait en 1993 à propos de la télématique :

« [Les outils informatisés] sont aussi porteurs de valeurs de rationalité et de performance qui pénètrent les pratiques. Ces technologies […] apparaissent comme des organisateurs de l’action » (1993 : 104).

50Le risque d’un certain conformisme, porté par ces plateformes, nuance alors les représentations d’un groupe « web » totalement libre et autonome.

51Enfin, les objectifs de pédagogie par le faire peuvent entrer en tension avec les compétences techniques nécessaires à la mise en œuvre d’une communication optimale autour du projet. La difficulté à créer le site Internet du projet est un exemple emblématique de ces injonctions paradoxales. Le souhait initial était la création du site par une équipe de jeunes membres étudiants en information et communication. Dans le cadre d’un projet étudiant, les coordinateurs ont imaginé leur confier l’élaboration de la stratégie de communication autour du projet naissant et la création du site Internet. Rapidement, les compétences techniques des jeunes se sont révélées insuffisantes pour répondre aux attentes des coordinateurs et des jeunes qui souhaitaient créer une vitrine crédible pour les partenaires et les financeurs actuels ou futures. Ici, le bricolage et l’amateurisme étaient incompatibles avec les exigences de qualité requises pour le site.

52Cette tension a ralenti la création du site. Les jeunes eux-mêmes ont manifesté une certaine incompréhension quant à l’absence prolongée d’un site Web :

« Ça fait longtemps que je me dis qu’il va arriver ! Je ne sais pas trop ce qu’il se passe avec ce site... Je pense que l’équipe com’ ne savait pas trop faire ça à la base » (B., fille, 20 ans).

53L’absence de site tend à produire un flou quant à la destinée des productions du groupe web et à la forme du média :

« Je ressens une ligne sociale, engagée, jeune. Je sens que ça prend forme, mais pas au niveau d’une plateforme. Matériellement, je ne sens pas la concrétisation » (F., Fille, 19 ans).

54La représentante de la structure culturelle porteuse du projet a finalement dû rappeler, à plusieurs reprises, les engagements des coordinateurs quant à la date de création d’une plateforme numérique et c’est un des coordinateurs qui a construit et mis en ligne le site Internet.

55Le numérique favorise le recours à des formats innovants et à l’expérimentation, ce qui répond à une certaine définition de l’empowerment des jeunes en leur permettant, notamment, à partir de leurs savoirs-faire et de leurs pratiques quotidiennes, de produire un certain regard sur le monde qui les entoure. Mais ces formats visent également à répondre aux attentes des partenaires et servent des objectifs promotionnels dans l’univers concurrentiel et contraignants des médias numériques.

56Enfin, à ces opportunités expressives s’ajoutent des opportunités professionnelles puisque trois participants ont pu obtenir des missions ponctuelles rémunérées grâce à leur implication dans le média jeune, notamment au sein de la structure qui héberge le projet. Par ailleurs, deux jeunes en service civique et une stagiaire en contrat d’apprentissage épaulent les coordinateurs. L’une d’entre elles a obtenu un contrat d’apprentissage au sein de la rédaction du grand quotidien de presse régional local et a intégré l’école de journalisme partenaire du projet. Ces opportunités concrètes pour un petit nombre de participants s’accompagnent, pour la plupart des jeunes investis dans le projet, d’une professionnalisation du rapport à la créativité audiovisuelle. Nous retrouvons ici les résultats de l’enquête ethnographique conduite par Fabien Labarthe au sein de l’Espace Culture Multimédia de la Friche de la Belle de Mai à Marseille. Le dispositif du média jeune, l’exigence autour de la technicité et de l’esthétique des productions, l’intégration des jeunes dans un réseau d’interconnaissance au sein de la structure d’accueil, ont

« ... montré aux jeunes qu’il existe des mondes professionnels structurés par la créativité [...] Là s’ouvrent des espaces au sein desquels le travailleur n’est plus un simple exécutant, mais peut [...] exprimer une singularité » (Labarthe, 2013).

Conclusion

57Dans la lignée de ce qui avait été envisagé au moment de sa création, le média jeune apparaît bien comme un espace pourvoyeur d’un certain « pouvoir d’agir » à un niveau individuel et, progressivement, collectif. En effet, celui-ci favorise l’acquisition de compétences techniques et médiatiques, procure de la reconnaissance, ouvre des opportunités professionnelles aux jeunes participants et aux coordinateurs du projet. Les jeunes évoquent également leur impression de participer, à un niveau collectif, à la médiatisation de regards ou de voix peu publicisées par ailleurs.  À ce niveau, le numérique constitue un espace à la fois propice à la diffusion élargie des productions, à l’expérimentation, au bricolage et au recours à des formats expressifs renouvelés.

58Toutefois, le dispositif du média jeune impose un cadre contraignant. Ainsi le multi-financement, garant d’une autonomie relative du média jeune, positionne le projet au cœur d’enjeux de communication publique et politique. De même, le multi-partenariat favorise la diffusion large des productions mais peut également insuffler des normes d’usage fondées sur les logiques de performance et d’efficacité dans un espace initialement conçu pour l’apprentissage et l’amateurisme. Les orientations du média jeune sont donc au cœur de négociations permanentes entre les jeunes, les coordinateurs sur le terrain, les partenaires et les acteurs institutionnels.

59Par ailleurs, l’activation des potentiels offerts par le numérique et l’engagement croissant des jeunes dans le dispositif est possible, dans le cas étudié, grâce au lieu physique mis à disposition qui fait l’objet d’une appropriation progressive de la part des jeunes, à la régularité des rendez-vous hebdomadaires et aux trajectoires et aux dispositions des coordinateurs qui participent à la création d’un espace d’apprentissage et de socialisation. Comme le notaient Cefaï et al. :

« Si l’empowerment par la participation est possible, il requiert du temps – ce qui ne manque d’interroger sur la capacité des mini-publics, fabriqués artificiellement, dont la durée est réduite à quelques jours, à laisser des traces sur leurs participants » (2012 : 35).

Haut de page

Bibliographie

Bacqué M-H, Mechmache M. (2013) Rapport « Pour une réforme radicale de la politique de la ville. Ça ne se fera pas sans nous. Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires”, Accès : http://www.cohesion-territoires.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport-participation-habitants_ok.pdf (Accès le 1er juillet 2019)

Badouard R. (2017) Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, Limoges : FYP éditions.

Beasse M., Mohib N. (2017) “Le webdocumentaire : une opportunité pédagogique pour l’éducation critique aux médias”, Tic et société, 11(1), pp.167-195.

Cardon D. (2010) La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris : Seuil.

Cardon D., Granjon F. (2010) Médiactivistes, Paris : Presses de Sciences Po.

Cefaï D., Carrel M., Talpin J., Eliasoph N., Lichterman P. (2012) “Ethnographies de la participation”, Participations, 4(3), pp.7-48.

De Certeau M. (1980)  L’invention du quotidien, tome 1 : arts de faire, Paris : Gallimard.

Chupin I., Soubiron A., Tasset C. (2016) « Entre social et ethnique. Les dispositifs d’ouverture à la “diversité“ dans les écoles de journalisme en France », Terrains & travaux, 29(2), pp. 217-236.

Coleman B. (2005) « le temps d’Indymedia », Multitudes, 21, pp. 41-48

Denouël J., Granjon F. (dir.) (2011), Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages Paris : Presses des Mines.

Flichy P. (2001) L’imaginaire d’Internet, Paris : La Découverte.

Fraser N. (2001 [1990]), « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », Hermès, 31, pp. 125-156.

Goulet V. (2014) Médias : le peuple n’est pas condamné à TF1, Paris : Éditions Textuel.

Jauréguiberry F., Proulx S. (2011) Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse : Editions Érès.

Jouët J. (1993) « Pratiques de la communication et figures de la médiation », Réseaux, 60, pp.99-120.

Jouët J. (2000) « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, 100, pp.487-521.

Jouët J. (2009) « Glossaire. Usage » in Leteinturier C., Le Champion R. (dir.) Médias, Information et Communication, Paris : Ellipse, pp.104-121.

Labarthe F. (2013) Démocratiser la culture multimédia. Usages et apprentissages en milieu populaire, Paris : Editions MSH, Accès : https ://books.openedition.org/editionsmsh/2024 (Accès le 1er juillet 2019)

Lafarge G., Marchetti D. (2011) « Les portes fermées du journalisme. L’espace social des étudiants des formations « reconnues » », Actes de la recherche en sciences sociales, 189(4), pp. 72-99.

Macé E. (2009) « Mesurer les effets de l’ethnoracialisation dans les programmes de télévision : limites et apports de l’approche quantitative de la diversité », Réseaux, 157-158,  pp. 237-265.

Nicourd S. (2011) « Pratiques d’engagement et organisation du travail associatif », Actes éducatifs et de soins, entre éthique et gouvernance, Accès : http://revel.unice.fr/symposia/actedusoin/index.html ?id=414 (Accès le 1er juillet 2019)

Pereira I. (2017) « Les grammaires de l’éducation critique aux médias à l’épreuve du numérique », tic&société, 11(1), pp. 111-136.

Sénac R. (2012) L’invention de la diversité, Paris : Presses universitaires de France.

Voirol O. (2011) « L’intersubjectivation technique : de l’usage à l’adresse. Pour une théorie critique de la culture numérique », in Denouël J., Granjon F. (dir.) Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris : Presses des Mines, pp.127-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coralie Le Caroff, Amandine Kervella et Céline Matuszak, « Naissance d’un « média jeune » et numérique : une quête d’empowerment sous contrainte », Terminal [En ligne], 125-126 | 2019, mis en ligne le , consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/4917 ; DOI : 10.4000/terminal.4917

Haut de page

Auteurs

Coralie Le Caroff

Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication,

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO

Amandine Kervella

Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication,

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO

Céline Matuszak

Maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication,

Université de Lille, Laboratoire GERiiCO

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals