Navigation – Plan du site
Empowerment en régime numérique
Conceptions civiques de l'empowerment
Prises de parole et empowerment féministe

La circulation dans l’espace social de femmes de milieu populaire

Dispositions biographiques et usages d’internet
The circulation in the social space of women from working class backgrounds
Bénédicte Havard Duclos

Résumés

À partir de la présentation de deux portraits de femmes de milieux populaires ayant un usage d’internet à des fins d’ouverture (diversification du réseau des interlocuteurs.trices, recherches d’informations en lien avec l’actualité), l’article montre, dans la perspective développée par Lahire (1998) combien les dispositions sociales incorporées déterminent les usages et les pratiques numériques. Le dispositif sociotechnique d’internet ne crée pas de toutes pièces des capacités à circuler dans l’espace social. Mais il accompagne des trajectoires de petites mobilités sociales, décuplant les possibilités d’entretenir et de développer des sociabilités diversifiées, et de satisfaire de fortes curiosités. L’article montre à quelles conditions internet peut participer d’un dépassement des assignations sociales et tenir sa promesse démocratique en autorisant ses utilisateurs.trices à circuler dans des espaces sociaux diversifiés au-delà de leur milieu d’appartenance. Ce faisant, cet article contribue également à une sociologie des classes populaires, de leur ouverture culturelle et de leur hétérogénéité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’engagement scolaire ou l’engagement militant, incarnent des formes « hautes » d’empowerment pour les classes populaires, entendu comme « démarche d’autoréalisation et d’émancipation des individus, de reconnaissance des groupes ou des communautés et de transformation sociale » (Bacqué et Biewener, 2015, p. 6). L’école a traditionnellement plutôt été l’instrument de la mobilité sociale individuelle permettant à nombre de personnes issues des classes populaires, de faire l’expérience de la traversée du monde social (Jaquet, 2014). Le militantisme (politique, syndical, associatif) a davantage été l’instrument de conquêtes et de mobilités structurelles, collectives (Barrault-Stella et Pudal, 2015). Dans les deux cas, l’émancipation est associée à un surcroît de ressources subjectives (reconnaissance) et objectives (droits, revenus…) et l’empowerment à l’élargissement des capacités d’agir des personnes et des groupes.

2On peut toutefois faire l’hypothèse qu’il existe d’autres formes moins spectaculaires d’émancipation si on l’entend comme mise à mal des assignations ou dépassement des frontières de son propre monde. Développer sa curiosité pour le monde des autres, circuler dans l’espace social des sociabilités et des idées, s’ouvrir à d’autres expériences, dilatent possibles et pensables (Madec et al, 2018). Curiosité et circulation élargissent les capacités de ressentir, de regarder, de comprendre, et parfois aussi les capacités d’agir. Mais l’une et l’autre dimension ont chacune leur propre logique. Un « rapport (em)pathique au monde » est tout aussi « résonant » et « émancipateur » qu’un « rapport actif au monde » (Rosa, 2018, p. 144-150).

3À ce titre, l’arrivée d’internet, sa démocratisation dans tous les foyers, y compris populaires, et le fort renouvellement des pratiques ordinaires qu’il suscite (Martin et Dagiral, 2016), joue un rôle majeur. Il est potentiellement un outil puissant pour accéder à une grande diversité de points de vue et de relations, très au-delà des expériences proches (géographiquement et socialement). Certes, de nombreux travaux critiques montrent que les promesses démocratiques et émancipatrices d’internet comme exposition à une diversité potentiellement infinie de milieux et de points de vue ne sont pas tenues, toujours et partout. Au contraire, l’enfermement social ou idéologique via le renforcement de l’homogénéité de ses sociabilités et la constitution de « bulles de filtrage » semble plus souvent au rendez-vous, dans les milieux populaires comme ailleurs (Cardon, 2015 ; Auray, 2016 ; Badouard, 2017).

4Dès lors, la question s’affine. À quelles conditions précises, situées, internet contribue-t-il à une forme modeste d’émancipation, en permettant à ses usager.es de circuler dans l’espace social, en rendant accessibles des rencontres avec des autruis socialement diversifiés ? Dans la lignée des travaux de Lahire (1998), l’hypothèse principale qui sera ici défendue est que la circulation dans l’espace social et la curiosité pour le monde des autres, tient moins au dispositif internet en tant qu’outil, qu’aux dispositions socialement construites rendant possibles ces usages d’internet à des fins d’ouverture. L’enjeu est de repérer ce qui, dans les socialisations, s’actualise et conduit à des usages d’internet valorisant la diversité sociale, ce qui permet en retour d’accompagner un refus des assignations sociales.

5Pour discuter cette contribution d’internet à la circulation dans l’espace social, j’ai choisi de présenter ici le portrait de deux femmes de milieu populaire. Nathalie et Laurence sont mères de familles, quarantenaires. D’origine populaire, employées dans des professions à faible qualification et certification scolaire (l’une est assistante maternelle, l’autre agente de sécurité incendie), mariées avec des conjoints ouvriers, elles connaissent les « fins de mois » difficiles et vivent dans des logements modestes. Mais leur situation est stable : propriétaires ou en voie d’accession à la propriété, travaillant régulièrement, elles font partie des « petits-moyens » (Insee, 2017 ; Cartier et al, 2008).

  • 1 Recherche ANR PopLog pilotée par Dominique Pasquier dans laquelle a été entre autre constitué un co (...)

6Ces deux femmes ont été rencontrées au cours d’une enquête qualitative menée entre 2015 et 2018 auprès d’une fraction non précaire des milieux populaires vivant en dehors des grandes métropoles1. N’utilisant pas internet dans leur activité professionnelle, les personnes rencontrées étaient majoritairement des employées de service aux personnes, travaillant au domicile ou en institution (aides-soignantes, aides à domicile, agentes de service hospitalier, auxiliaires de vie, assistantes maternelles), secondairement des ouvriers et d’autres employé.es de secteurs un peu plus large, mais pour qui internet restait d’abord une affaire domestique. Les personnes ont été interrogées longuement par entretiens quant à leur usage ordinaire d’internet dans leur vie quotidienne. Certains entretiens ont été répétés et accompagnés de temps d’observations et de discussions informelles, ce qui est le cas pour Nathalie et Laurence.

7Dans les récits d’usage d’internet recueillis dans l’enquête, trois grandes fonctions se dégagent majoritairement : divertissement sous forme notamment de jeux ou flâneries de type shopping ; maintien des relations à ses proches et sociabilité familiale ; accès à des savoirs et des connaissances. Cette dernière dimension est très banale et très investie pour la majorité de nos interlocutrices.teurs et se décline de multiples manières : apprendre dans le cadre de son métier, accompagner la scolarité de ses enfants, comprendre le discours des experts (médecins, enseignants), se renseigner sur l’isolation de sa maison, l’accès à ses droits, la cuisson du gibier ou de légumes anciens, développer de nouvelles pratiques ou élargir des pratiques antérieures,… (Pasquier, 2019). Ces recherches ont des dimensions capacitantes, y compris financières, quand elles permettent par exemple de faire des bonnes affaires, de mieux défendre ses droits, de gérer finement son budget, de faire par soi-même, de recruter des clients, de mieux faire son travail ou de transformer une passion en moyen de gains financiers. (Pasquier, 2018, p. 25-54 ; Havard Duclos, 2018).

8Si la recherche de telles informations/ savoirs est très généralisée, la circulation dans l’espace social dans le sens d’une diversification sociale des interlocuteurs.trices et de leurs points de vue sur le monde est en revanche peu développée dans le corpus étudié. L’ouverture des sociabilités au-delà des cercles des proches (inconnus ou personnes croisées à un moment dans son histoire mais qui ne font pas partie des intimes ou de la famille) ne concerne de manière très explicite que neuf personnes parmi les soixante-quinze rencontrées.

  • 2 Corolaire de cette situation, la rencontre avec la sociologue enquêtrice a été très investie et les (...)

9Nathalie et Laurence font partie de ces neuf personnes : elles témoignent d’une intense curiosité pour l’altérité sociale, ce qui les distingue assez fortement du reste du corpus2. Leurs trajectoires (comme celle des sept autres ici non présentées) témoignent de petites mobilités sociales : l’enfance et l’adolescence les ont déjà conduits, de manière différente, à franchir les frontières de leur groupe social. Ainsi, pour tester l’hypothèse selon laquelle leurs dispositions incorporées structurent leurs usages d’internet à des fins d’ouverture sociale, l’article propose d’aborder successivement ces deux trajectoires de femmes : ce qui est fait par / avec internet vient renforcer, prolonger, systématiser des pratiques sociales construites grâce à des médias plus traditionnels (téléphone, courrier, télévision, radio…).

Nathalie ou la construction du brassage social sur des bases affectives

10Internet joue un rôle très important dans le quotidien de Nathalie. Son compte Facebook@ est très investi et utilisé fréquemment (vérification de ce qui s’y passe en continu, angoisse à l’idée de ne pouvoir y avoir accès, etc.). Son parcours, scolaire, professionnel, associatif lui a construit des dispositions au brassage social (et ses limites). Il vient éclairer comment s’est constitué son réseau social numérique, et les usages qu’elle en a.

Une « dominée aux études longues » impliquée dans la vie associative locale

  • 3 Langues étrangères appliquées – cursus pluridisciplinaire et professionnalisant des universités qui (...)

11Née en 1971 dans une petite commune près de Brest, Nathalie parle de son enfance comme d’un « trou noir ». Étroitesse d’esprit, absence d’investissement positif de ses parents sur sa scolarité, tel est le tableau qu’elle dresse de son enfance entre un père ouvrier illettré « toutou à sa mémère » et une mère au foyer « méchante et autoritaire » n’ayant pas le certificat d’étude. Ainée d’une famille de quatre enfants, elle va « se démerder seule », « trouver refuge dans les livres qu’[elle] achète avec son argent de poche. » Elle s’accroche très tôt à l’école et réussit un Bac général littéraire portée par son goût pour la lecture, la confiance de ses enseignants et la démocratisation des études secondaires des années 1980. En 1990, elle entre à la fac en LEA3 anglais-espagnol. Elle y passera 5 ans pour en sortir avec son Deug (3 ans pour le Deug, 2 ans pour une licence qu’elle finira par abandonner – « la fac c’était pas fait pour moi »). Elle travaille depuis ses 15 ans (baby-sitting, cours, ménage, animation…), et enchaine après l’Université divers emplois précaires, employée le plus souvent à temps partiel contraint : employée de ménage, hôtesse d’accueil dans une salle de gym, secrétaire… En 2010, elle devient assistante maternelle et passe son CAP petite enfance en 2012, fière de le réussir du « premier coup ».

  • 4 Selon l’expression popularisée par Olivier Schwartz, Le monde des débats, janvier 2000.

12L’école, les livres, le temps passé à l’Université ont été pour Nathalie des lieux de constructions d’autres possibles, de déplacements par rapport à son milieu d’origine dans lequel « au-delà de la culture j’ai surtout manqué énormément d’amour et de reconnaissance » : c’est la première de la famille et la seule de sa fratrie à accéder aux études universitaires. Sa trajectoire est typique de ces « dominés aux études longues : trop scolarisés pour ressembler aux classes populaires, trop précarisés pour que l’on puisse parler de classes moyennes »4. Étudiante de milieu populaire dans une filière dominée d’une petite Université, boursière vivant en cité U, elle va surtout y rencontrer des personnes relativement proches d’elles socialement, mais y renforcer aussi des dispositions à un intérêt intense pour d’autres vies que la sienne et construire une petite mobilité sociale.

13Elle va également y intérioriser les critères de la légitimité culturelle, considérant que certaines pratiques culturelles valent « plus » que d’autres, quand elle les aime et les pratique toutes – lire des livres plus que faire des jeux sur internet, regarder des films ou des émissions « intelligentes » plus que de la téléréalité « stupide », aller voir des expositions et fréquenter des librairies et médiathèques plus que de jouer au loto ou autres jeux à gratter. Son éclectisme culturel fait ainsi écho à sa socialisation plurielle (Lahire, 2004). Son attention à la maitrise d’une langue écrite de bonne tenue est un autre héritage de son parcours scolaire qui la tient à distance d’une partie des commentaires sur les forums, blogs et autres sites :

« Déjà les gens qui n’écrivent pas bien, moi, ça m’énerve, j’ai du mal à lire, donc ça me saoule et puis il y en a qui vont s’épandre alors qu’on n’est pas là pour ça. ».

14Mariée à un ouvrier titulaire d’un CAP de menuisier et travaillant dans le bâtiment (chantiers dans lesquels il est plus souvent maçon, plaquiste et homme à tout faire que poseur de parquet ou aménageur de placards), Nathalie a deux enfants, nés en 2000 et 2005. Lycéen et collégien au moment de l’enquête, ce sont des élèves mobilisés à la réussite scolaire moyenne. À leur naissance, et alors qu’elle n’a jamais eu d’expérience associative, son arrivée un peu par hasard dans une crèche associative à gestion parentale (la plus proche de chez elle alors qu’elle vit dans un logement social de centre-ville) marque le début d’une « carrière » d’engagement associatif. Les parents de classes moyennes et supérieures (cadres territoriaux, enseignants, contrôleurs aériens, techniciens de laboratoire, universitaires, cadres du privé…) en sont les membres actifs. Certains d’entre eux vont la coopter et l’encourager, reconnaissant son énergie, son dévouement et son aisance dans la capacité à nouer des relations. Après l’expérience dans le bureau de la crèche parentale, elle poursuit dans l’amicale des parents d’élèves de l’école primaire de ses enfants, puis dans l’équipement de quartier dans lequel ils pratiquent des activités sportives et culturelles. Elle devient ensuite pilier d’une association d’assistantes maternelles de son quartier.

  • 5 Être employée de service et en l’occurrence assistante maternelle c’est en effet avoir affaire aux (...)

15Ses dispositions précoces lui permettant de circuler dans l’espace social et liées à sa petite mobilité scolaire, universitaire, sont ainsi renforcées par ses engagements associatifs dans l’espace local autour des enfants. Dans des milieux hétérogènes socialement, les expériences partagées de la maternité, de ses bonheurs (les premiers pas, les premiers mots…) et de ses drames (fausse-couche, problèmes de santé…), entre femmes, peuvent prendre un caractère universel, autorisant une reconnaissance partagée, euphémisant les distances sociales. Elle maintient ses enfants dans une école de centre-ville de bonne réputation et fréquentée massivement par des classes moyennes et supérieures, alors même qu’elle a déménagé dans un quartier plus populaire pour accéder à la propriété. Elle continue à s’y sentir bien tant que l’universalité des discussions sur « les amis, les amours, les emmerd’ » est possible, et que son dévouement associatif est valorisé (animation d’un blog, organisation d’événements, tombola, kermesse, et autres repas…). Quand les enjeux scolaires se durcissent à l’entrée au collège et surtout au lycée, que les stratégies de distinction des autres parents de classes moyennes et supérieures qui l’entourent s’affermissent, ou qu’elle est prise dans des relations inégalitaires au travail avec des « clientes » ou « patronnes », les relations « horizontales » qu’elle avait su jusque-là créer deviennent plus difficiles à nouer5. Elle n’a ainsi pas réussi à trouver sa place dans l’association des parents d’élèves du collège-lycée où la dimension plus institutionnelle et politique de l’antenne locale de la FCPE la tient assez largement à l’écart. En déplaçant ses investissements associatifs dans le club de basket de son fils et dans l’association de « collègues » assistantes maternelles, une certaine égalité a pu être retrouvée. Il s’agit en effet de contextes de plus grande homogénéité sociale ou dans lesquels les normes populaires d’égalité et d’entre soi chaleureux, dans l’espace local finistérien, sont en position dominante y compris avec des représentants des classes moyennes et supérieures : tutoiement, bise, disqualification de « ceux qui se la jouent perso », valorisation des pratiques collectives et « mutualistes » (Madec, 2017).

Internet pour entretenir des liens sociaux diversifiés

  • 6 Dont l’usage est déjà fort répandu au début des années 2000, parmi les parents du bureau de la crèc (...)

16À chaque étape de son parcours d’études, d’engagement associatif, de travail, Nathalie a diversifié et enrichi sa sociabilité réelle, la transformant quasi immédiatement ou en différé dès que possible, en sociabilité en ligne. Au début des années 2000, elle se met au mail6, au téléphone portable avec SMS (puis avec les diverses applications whattsapp@, snapchat@ etc.), et surtout ouvre son compte Facebook dès 2007.

  • 7 Une analyse tirée de la base de données Algopol montre que les comptes Facebook des classes populai (...)

17Ce compte est très important pour elle : elle le consulte partout, tout le temps, pendant ses pauses, quand elle joue, en regardant la télé, aux toilettes, en faisant la cuisine, pour suivre les informations locales et dit d’elle-même en riant qu’elle est « accro ». 160 contacts le constituent7. Sa phrase de présentation affichée dans son statut est écrite par « un copain de fac qui chante » :

« Les belles amitiés ne meurent pas, elles s’illuminent de leur passé, elles savent ouvrir en grand leurs bras ».

18Déclinant à la demande de l’enquêtrice qui sont ses contacts, elle énonce leurs métiers (pour faire plaisir à la sociologue ?) et les liens affectifs qu’elle entretient avec eux (pour elle-même ?). La famille (cousins, cousines, tantes dispersés sur le territoire) au-delà de ses parents et frères et sœurs avec qui elle n’a plus de contact (à l’exception d’une nièce) sont en bonne place, comme dans quasiment tous les comptes des personnes rencontrées pendant l’enquête. Mais on y trouve aussi : les « potes de primaire » retrouvés par internet (« Copains d’avant ») dont un mécanicien automobile ; les « amis de la fac » dont sa « meilleure copine », catégorie A de la fonction publique ; les « filles de la crèche » dont une attachée territoriale élue municipale, une technicienne de laboratoire, une contrôleuse aérienne, une universitaire ; les « filles de l’école » (des enfants) dont des femmes de militaires sous-officiers et officiers de marine ; les « parents du basket » (« il y a de tout » y compris « un père qui se la pète et qui roule en Porsche, total, il peut jamais faire le taxi pour emmener les enfants aux matchs parce qu’il a que deux places ») ; les « collègues » assistantes maternelles du quartier.

« À la base que des gens que je connais et que je fréquente. Les amis que j’ai en amis Facebook sont vraiment mes amis (…) J’aime bien garder contact. Pourtant j’ai des amis qui sont loin. Pour moi c’est vachement important de garder le lien avec les gens. »

19S’y trouvent également en bonne place divers journaux locaux (éditions gratuites, sites de référencement des activités ou événements locaux…).

20Les relations sont donc au départ réelles, internet ne les fait pas advenir sans rencontres préalables. Mais il permet de maintenir ces relations vivantes, de les activer, les réactiver, par-delà l’éloignement géographique et temporel, de prendre des nouvelles de chacun.e, d’être attentive aux devenirs des enfants connus jeunes, à la santé des un.es et des autres. Nathalie devient l’organisatrice des « repas de filles », soirées resto ou apéro une à deux fois par an avec chacun de ses réseaux, invitent à divers événements qui permettent de se retrouver (vide-grenier, repas associatifs…). Elle fait circuler les « potins », assure un rôle de plaque tournante des échanges, toujours « au courant de tout » (vie privée et vie locale, faits divers, enterrements, événements), sait réunir les groupes autour d’une personne qui est partie au loin quand celle-ci revient. Fidèle dans ses amitiés, elle déploie une forte activité pour entretenir ces relations, individuellement et collectivement. Elle traverse ainsi les différents milieux sociaux avec comme seul critère, une ligne affective : il/elle m’aime/ne m’aime pas, m’apporte/ne m’apporte pas.

« Je ne veux plus de gens nocifs qui me pourrissent la vie (…). Donc, c’est que des gens bienveillants ; des gens qui me ressemblent, qui vont dans la même direction que moi, des gens qui m’apportent, qui me font me sentir bien, qui me donnent des conseils, qui peuvent me critiquer mais ça va être positif, qui seront là quand j’en aurais besoin, qui savent que je serai là quand ils en auront besoin, des amis quoi. »

21L’absence dans son Facebook des parents des enfants qu’elle garde ou a gardé fait signe d’une conscience des inégalités sociales. L’alliance avec des groupes sociaux plus élevés dans l’espace social ne se fait que sur une base affective nouée autour de dimensions universelles et partagées, davantage expérimentée dans le temps de sa jeunesse ou dans des univers dans lesquels les rapports de classe sont euphémisés (monde associatif plus que professionnel, école primaire plus que collège).

22Les réseaux sociaux numériques décuplent et facilitent la constitution d’un capital social, et de liens faibles avec des personnes plus diplômées qu’elle (Dang Nguyen et Lethiais, 2016). Ils peuvent être activés en cas de besoin même s’ils ne sont pas pensés d’abord en termes stratégiques : bons plans pour trouver un lieu de vacances (maison secondaire de cadres de son réseau), des enfants à garder… Nathalie a ainsi été « reconnue » par la municipalité (et le lien avec l’élue municipale n’y est pas étranger) comme « représentante » de la profession d’assistante maternelle, invitée à prendre la parole en public pour témoigner de son métier devant une centaine de ses collègues lors d’une journée de formation. Ces liens faibles sont pensés d’abord comme des liens forts, « affectifs », des relations horizontales positionnées sur le registre de l’amitié et dans lesquelles don et contre don peuvent s’alimenter.

23Les usages numériques de Nathalie, y compris dans leur dimension capacitante d’accès à des ressources et des formes de reconnaissance, sont bien le produit d’une trajectoire de déplacement social. Ce sont d’autres ressorts qui expliquent les usages plus éclectiques que Laurence fait d’internet.

Laurence ou l’ouverture politique

24Laurence a des usages « boulimiques » d’internet (Facebook mais aussi et surtout abonnement à des newsletters, visionnage de vidéos ou d’émissions en replay, recherches en continu via Google@) : envie de comprendre et de satisfaire une curiosité insatiable pour les news sont alimentés par une trajectoire a-scolaire.

Une « déplacée » contestataire

25Laurence est née en 1967 à Argenteuil. « Trimballée » d’une famille à l’autre pendant toute son enfance et adolescence, elle est d’abord élevée dans sa famille paternelle par sa grand-mère adorée, employée de maison (« on aurait dit Simone Veil, la classe, toujours tirée à 4 épingles, pas un mot plus haut que l’autre ») et une tante « bidochon » dont elle porte longtemps le nom pour les « allocations familiales » (sa sœur étant élevée par la branche maternelle qu’elle voit de temps en temps). Au décès de sa grand-mère, à l’âge de 11 ans, son père, ouvrier alcoolique et noceur, réapparait alors et la prend en charge : il la « traine dans des bars et des boîtes de strip-teaseuse tous les week-ends » ou la « largue dans des familles d’accueil quand il doit bien [la] ‘caser’ quelque part », avant qu’elle n’entre à l’internat au lycée. Elle passe sous les radars de la protection de l’enfance, malgré l’intervention de certaines assistantes sociales scolaires. Dans le monde interlope de la nuit des banlieues parisiennes, elle passe ses années collège à fréquenter toute sorte de personnes.

« Je sais pas si je l’ai compris tout de suite mais tu vois quand même ces gens qui ont un boulot… en plus à 12 ans, 13 ans, tu imagines quoi, un prof quoi… un prof qui est en train de se bourrer la gueule comme mon père, attends lui qui est ouvrier, qui fait les 400 coups, et que c’est tous les mêmes, tu t’aperçois qu’ils ont tous les mêmes problèmes. Comme ce que j’ai pu découvrir plus tard avec mon accident quand on se retrouve scotchée sur un lit, attachée de partout parce que il faut pas que tu bouges, sinon tu peux débrancher le moindre appareil et là tu t’aperçois que tu peux être avocat, curé, médecin, je sais pas, ouvrier, prof de lettre, ou un pauvre gosse, quand il t’arrive un accident, on est tous à la même enseigne, on gueule tous pour le même soin, on gueule tous pour les mêmes choses… ».

26Sa scolarité est aussi chaotique que ses référents familiaux, mais elle ne décroche pas, portée à bout de bras par des enseignants qui s’occupent d’elle « malgré tout. » Les colonies, un mois l’été, qu’elles commencent également à faire à partir de 1978 sont l’autre planche de salut :

« J’ai vu tout ce que je pouvais faire… : beaucoup de choses manuelles, j’étais bonne en randonnée, j’aimais bien guider et fallait avoir des responsabilités pour faire ci, pour faire ça, on nous donnait de vraies initiatives, on me laissait enfin faire des trucs… La libération ! ».

27Après l’année de terminale (bac G2 non obtenu en 1986), elle démarre une succession d’emplois erratique qui ne dessine pas une trajectoire linéaire : chef de rayon fruits et légumes, pompiste, serveuse, employée de Center Parks… Son engagement comme pompier volontaire va peu à peu dessiner une implication autour des métiers de la sécurité et de l’urgence dans un univers très masculin où il faut s’imposer : après avoir exercé comme ambulancière secouriste, elle devient monitrice de secourisme (comme autoentrepreneuse) et agente de sécurité incendie de nuit.

28Dans le monde des pompiers, elle rencontre Stéphane, de 17 ans son aîné. Menuisier de formation, agent technique employé municipal pendant la plus grande partie de sa vie active et surtout sapeur-pompier professionnel détaché par la commune, aujourd’hui retraité, il divorce, épouse Laurence. Ils ont un enfant, né en 2003, collégien sans problème scolaire au moment de l’enquête. À propos de son couple, Laurence manifeste un fort attachement à son autonomie et un refus de l’assignation domestique :

  • 8 Laurence, comme Nathalie, revendiquent une forte autonomie conjugale, se démarquent des prétentions (...)

« Je n’aime pas quand Stéphane estime que sous prétexte qu’il est à la retraite, je devrais être à ses côtés toute la sainte journée ! C’est quelque chose qui m’insupporte, qui m’insupporte… Je dis ‘enfin Stéphane, je vis sans toi avec toi. D’accord ?…’ Quand (…) il me dit ‘mais tu es quand même ma femme, qu’est-ce que tu fous encore avec tes copines à déconner dans les boîtes ou dans les machins’ et il me dit ‘c’est pas ta place’ mais je lui dis ‘on n’a pas de place dans la vie, on ne fait que changer de place’ et je refuse d’être, tu vois ce truc de société qui fait que la femme reste près de son mari »8.

29Laurence se décrit comme « inculte », pas « cultivée » au sens de la culture scolaire. Curieuse de tout, avide de comprendre et de savoir, toujours en mouvement, elle multiplie les occasions pour se renseigner, se faire raconter les livres qu’elle n’aime pas lire et expliquer « comment les choses marchent », interpellant la sociologue sur l’actualité politique, sociale, économique autant qu’elle est interrogée. À partir de son engagement volontaire de pompier, elle construit un capital d’« autochtonie » (Retière, 2003) la conduisant à s’engager progressivement dans la vie locale : elle préside une association mettant en place des formations et des informations sur la sécurité (prévention des risques sociaux, médicaux et psychosociaux). Une semaine par an, dans la salle des fêtes de sa commune, elle rassemble pour une « semaine de toutes les préventions », médecins, infirmières, diététiciens, pompiers, policiers, gendarmes, à destination des scolaires et du grand public. Du fait de ce fort engagement local, elle a été sollicitée pour un mandat de conseillère municipale dans sa commune de 6 700 habitants. Ne pas « être bloquée » reste dans ses engagements comme dans sa vie privée, son leitmotiv :

« ils le disent bien les autres, électron libre même en politique, ils ont jamais pu… on te dit ‘faut être poli, faut attendre’… je dis ‘vous rigolez, il est pas question que je cautionne un truc’. (…) Moi je signais pas, ça me faisait chier, j’aime pas qu’on m’impose un truc… qu’on me laisse dire que je suis pas d’accord dans ce cas ! Qu’on ne m’impose pas un avis… Je détestais par exemple en municipalité quand tu entendais ‘voté à l’unanimité’ mon cul oui !… à la majorité oui, mais pas à l’unanimité. »

30On comprend bien là aussi comment les expériences de l’enfance ont très tôt, dans la fréquentation d’adultes de référence diversifiés (grand-mère employée au vocabulaire châtié, tante au foyer « gueularde », père ouvrier et « copains de beuverie », enseignante du secondaire l’emmenant en vacances pour la sortir de chez elle, animatrices de colonie), construit une vision sociale basée sur la possibilité de circuler dans l’espace social et un refus de l’enfermement ou de l’assignation à une place sociale déterminée. La conscience d’appartenir au genre humain qui dans la douleur et la détresse, face à la maladie et au danger, réagit de la même manière, appelle à l’aide, sans se soucier des appartenances de classe, est solide. Elle est entretenue par une trajectoire de confrontation renouvelée à d’autres milieux sociaux, dans sa vie professionnelle comme dans ses engagements politiques, et souvent dans des formes combattantes de « refus de garder sa place ».

Internet, fenêtre ouverte sur le monde

31Laurence a un intense usage d’internet qui s’inscrit dans cette trajectoire de contestation des frontières de classe (et de genre). Il s’agit moins pour elle de rester en lien avec des personnes socialement différentes que d’avoir accès à des opinions différentes et d’y satisfaire sa curiosité en termes d’actualité. Par exemple si ses « amis » sur Facebook et les opinions / les centres d’intérêt / les prises de position qu’ils portent sont diversifiés, ce n’est pas exclusivement lié au fait que les personnes qu’elle fréquente dans la vie réelle le sont également. Comme pour Nathalie, ses engagements dans la vie locale ouvrent des rencontres en dehors de sa famille et de son cercle proche. Mais elle est moins attachée aux relations d’amitié qu’à une intense curiosité pour les autres, ce qu’ils pensent, ce qu’ils vivent en termes politique, social. Là où Nathalie commentait son réseau numérique en insistant sur les liens qui l’unissaient à chacun (« ceux qui m’apportent » – et en l’occurrence surtout de l’amour et de la reconnaissance), chez Laurence, c’est la diversité des opinions qui est valorisée. Elle s’adjoint des « amis » qu’elle ne connait pas mais dont elle aime les prises de position et qu’elle a pu trouver par hasard, ou parce qu’elle en a entendu parler autour d’elle. Comme elle garde des « amis » qui n’en sont pas mais qui servent de « relais » pour comprendre le point de vue des personnes avec lesquelles elle n’est pas d’accord. « Facebook, faut en avoir un pour savoir ce qui se passe, ce qui se dit, c’est une folie ! ».

32Elle commente les 89 contacts de son réseau numérique en ces termes : un « cousin chasseur hyper raciste », un « instit », une « DRH », une « cousine qui comprend vraiment rien et dit n’importe quoi », une « pote de Paris », une « fille éducatrice qui est géniale baba cool et écolo », une « pote qui est en train de faire une crise au boulot, qui mélange un peu tout », une « journaliste de France 4 », « ma nièce », « une mamie youtubeuse », « une voisine auto entrepreneuse qui crée des savons très dans des trucs de fille », une « fille dans le monde de la musique », une garagiste, le maire de la grande ville proche de chez elle, le Petit Journal de Canal+… : ceux que « je ne peux pas virer parce que c’est des gens de la famille », ceux qui sont liés à des « coups de cœur politiques », ceux qui « m’alimentent » :

« J’ai la chance d’avoir dans mon environnement des gens qui ont suffisamment de culture ou de recherche ou de temps pour aller choper des informations qui vont me permettre moi grâce à l’accueil, de découvrir ou de voir ce qui se dit aussi ».

33Laurence contribue peu directement sur internet. Elle y est surtout « spectatrice », « enquêtrice », active dans ses recherches et dans la circulation des informations d’un bout de son réseau à un autre. Elle reprend les mots des autres pour exprimer ce qu’elle pense : « je publie très peu de choses, je pompe toujours chez les autres ». Elle transfère les informations qui lui semblent importantes. En l’occurrence elle s’oppose avec une grande constance aux dérives fascisantes (racisme, amalgames, complotisme, démagogie…) auxquelles elle assiste régulièrement sur Facebook. L’humour, la contre information par des chaines YouTube critiques, courtes et efficaces, des chansons… sont alors ce qu’elle préfère retransmettre.

« Alors là moi par contre, c’est mon truc, dès que je chope un machin, je vais le repartager pour qu’il repasse. Alors bien sûr tous ceux qui l’ont déjà édité, c’est dans l’accueil, hop je réédite, comme ça je suis sûre que ça va passer, je fais ma propagande. (…) Si j’arrive à envahir tous ces gens qui ont de telles pensées avec ce type de vidéo, s’ils pouvaient regarder un petit peu et que ça pouvait un petit peu les mettre en question… (…) Tu vois ? Tu réponds à personne, tu dis pas que t’aimes ou que t’aimes pas mais au passage, tu glisses quand même tes idées. ».

  • 9 À la télévision, Laurence regarde France 2, France 3 dont les éditions locales, M6, dit se méfier d (...)

34Internet lui sert ainsi à se tenir informée, au courant de ce qui agite ses connaissances et plus largement le monde. Il assure le rôle de la télévision ou de la radio, comme une antenne géante, mais en proposant des canaux bien plus diversifiés, des points de vue plus différents, des formats plus accessibles (vidéo, textes courts, humour…), des possibilités de croisement infinies. « Après moi qui est assez friande de l’info, j’aime bien savoir ce qui se dit et pas écouter qu’une seule version. »9 Internet élargit ce souhait d’avoir des sources variées :

« j’ai horreur de me laisser manipuler donc c’est peut-être propre à ma personnalité mais j’aime bien savoir ce qui se dit ailleurs. Donc je comprends pas toujours tout, j’ai pas reçu une… mais j’essaie de me dépatouiller et de rester vigilante pour certaines choses. »

35Elle reçoit ainsi des newsletters auxquelles elle s’est abonnée, de différentes sources, dont celle de la Préfecture, lui permettant de croiser les informations reçues ou lues dans l’actualité locale :

« parce que j’aime bien avoir la véritable info quand tu as un élu du coin qui te sort des trucs, ‘nan mais c’est vraiment ça ou ils interprètent ?’ et inversement, des fois il y a des trucs qui tombent, je comprends pas, j’aime bien que les gens qui sont un peu mieux informés nous explique un peu vers quoi on va, parce que des fois les documents officiels sont carrément indigestes ou en tous les cas, je ne suis pas préparée à déchiffrer ce genre de truc. ».

36L’intérêt d’internet est enfin d’être « non stop », de permettre de s’informer, même en dehors des périodes habituelles et socialement ritualisées. La multiplication des sources lui semble avoir rendu l’information plus accessible pour tous, permettant de développer des qualités de doute systématiques et un esprit critique.

« Ça a l’air de rien mais j’ai l’impression que les gens sont moins cons. Alors je t’explique pourquoi je dis ça. Parce que tant que les gens avaient qu’une seule version, ils se focalisaient, etc. maintenant les gens quand ils ont un doute, même là pendant la conversation ‘attend, elle dit quoi elle ? c’est quoi son truc ? c’est bizarre, pouf pouf avec le téléphone discrétos ‘ah ouais d’accord’ mais sinon il a sorti une grosse connerie ‘t’as pas l’impression que tu as confondu avec ?’ (…) Tu vois dans les conversations, ça chamboule tout et donc du coup, je trouve que ça aide, ça ouvre l’esprit et malgré toutes les critiques qu’il y a, (…) les gens sont plus informés. Peut-être trop informés, des fois tout est mélangé, il faut se méfier de l’info qui passe, on est bien d’accord, mais si on a le réflexe de se méfier, de vérifier dans d’autres canaux ce qui se dit aussi, c’est génial. ».

37Internet ouvre donc pour Laurence le champ des interlocuteurs, et surtout celui des interlocutions –agora des opinions, fenêtre ouverte sur le monde, moyen d’accéder à des réflexions, des points de vue dont elle nourrit ses propres engagements. Armée d’une conscience de classe dont on a vu qu’elle s’était construite tôt dans la revendication et perception d’une commune humanité, elle enquête sur internet, mène des contre-enquêtes, fait passer des messages, montre que les « classes populaires » auxquelles elle s’identifie et que les discours politiques, médiatiques, artistiques voire scientifiques désignent souvent trop allusivement, ne sont pas prêtes à céder aux sirènes des démagogues.

Conclusion

38Il n’y a pas à proprement parler de mobilité sociale dans les trajectoires ici présentées, si on la pense comme le passage d’une catégorie socioprofessionnelle à une autre. Sans être des transclasses au sens fort que donne Chantal Jaquet à cette notion (2014), des signes de « non-reproduction » marquent toutefois les trajectoires de Nathalie et Laurence. Elles ont connu des petites mobilités sociales décisives et une pluralité des cadres de socialisation et de leurs cercles sociaux de référence (pratiques de la lecture, accès au lycée puis à l’Université, fréquentations de milieux interlopes, expériences de colonies de vacances…). Elles y ont construit des dispositions à la transgression des frontières de classe et à l’ouverture à des sociabilités plus élargies et plus diversifiées. A l’âge adulte ces dispositions s’actualisent dans des engagements associatifs ou militants successifs et des usages d’internet à des fins d’ouverture.

39Il n’y a pas non plus d’empowerment très spectaculaire dans ces trajectoires. Mais l’intérêt que ces deux femmes témoignent pour d’autres univers sociaux, d’autres mondes que le leur participe de leur émancipation. La contribution d’internet à leur quête est, si ce n’est décisive, au moins très importante. Le dispositif sociotechnique rencontre ainsi leurs dispositions incorporées : il sert à entretenir les réseaux sociaux et à accéder à des informations mobilisées dans les engagements locaux (porte-parole de la profession ou mandat municipal) et plus généralement il joue un rôle dans leur souhait d’échapper à l’assignation domestique et à l’enfermement social. Il accompagne ainsi cet « effort de déprise par lequel chacun s’affirme dans son être singulier, en s’écartant des modèles en vigueur et du mimétisme absolu. » (Jacquet, 2014, p. 221).

40De manière quasi archétypale, Nathalie et Laurence incarnent deux formes de déprise. La première consiste à mettre en suspens ou à euphémiser les rapports de pouvoir, les hiérarchies et les inégalités de classe : entre femmes, autour des enfants et d’expériences subjectives partagées, il s’agit de rechercher et de cultiver des relations sociales diversifiées, positionnées comme relations horizontales d’amitié et d’affection, et des alliances égalitaires avec des représentants des classes moyennes et supérieures. Sans être dupes sur les relations inégalitaires qui peuvent continuer d’exister (notamment dans le travail) (Rollins, 1990), les femmes de milieu populaire connaissent depuis longtemps, par les emplois de service, par les expériences domestiques et maternelles, par le mariage parfois, ces expériences de circulation sociale.

41La seconde forme consiste à prendre place dans des espaces traditionnellement « masculins », tant dans le registre du travail que de l’espace public/ politique : sans pour autant qu’il y ait prise de parole à la première personne dans l’agora, il s’agit de satisfaire un désir profond de comprendre et de s’approprier le monde en ouvrant sur des idées, des débats et de développer un regard critique et acéré sur son environnement.

42Loin du « postulat d’une identité fixe » (Jaquet, 2014, p. 108), Nathalie et Laurence témoignent ainsi de forme d’interculturalité, de métissage, d’hybridation dans leurs attitudes, leurs fréquentations comme dans les valeurs dont elles sont porteuses. Pleinement du côté des classes populaires, elles incarnent une manière de faire aujourd’hui partie du peuple dans des situations où les relations avec le monde des classes moyennes et supérieures se sont accrues (Pasquali et Schwartz, 2016 ; Lechien et Siblot, 2019). Leurs trajectoires sont à ce titre à la fois éminemment singulières et en même temps assez classiques en milieu populaire. Le discours politique, médiatique, artistique de construction d’une « classe en soi » permettant de se revendiquer sans fierté ni honte comme appartenant des classes populaires s’est considérablement étiolé. Elles ne se désignent pas elles-mêmes comme femmes de milieu populaire. Mais dans leur revendication de participer d’une commune humanité transcendant les frontières de classe, dans leur contestation des hiérarchies liées aux appartenances sociales et sexuées, dans leur remise en cause des préjugés des classes dominantes sur les classes dominées, elles font vivre en pratique les luttes que celles-ci mènent depuis toujours pour la dignité et l’égalité.

Haut de page

Bibliographie

Auray N. (2016). L’alerte ou l’enquête : une sociologie pragmatique du numérique. Paris : Presses des Mines.

Bacqué M.-H., Biewener C. (2015). Pourquoi l’empowerment ?. In L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, La Découverte, pp. 5-22.

Badouard R. (2017). Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, FYP éditions.

Barrault-Stella L., B. Pudal (2015). Représenter les classes populaires ?. Savoir/Agir 4(34): 71-80.

Cardon D. (2015). À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris : Seuil.

Cartier M., I. Coutant, O. Masclet, Y. Siblot (2008). La France des « petits-moyens ». Ethnographie de la banlieue pavillonnaire, Paris : La Découverte.

Dang Nguyen G. & V. Lethiais (2016). Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité. Le cas de Facebook. Réseaux 1(195): 165-195.

Havard Duclos B. (2018). L’internet des assistantes maternelles. Un outil pour faire vivre le métier. Réseaux 208-209: 28-61.

Havard Duclos B., D. Pasquier (2019). Faire famille avec internet. Une enquête auprès de mères de milieux populaires. Enfances, famille, générations (à paraître).

INSEE Références (2017). Éclairages sur les ménages à niveau de vie médian. In France Portrait social, https://www.insee.fr/fr/statistiques/3197289.

Jaquet C. (2014). Les Transclasses ou la non-reproduction, Paris : PUF.

Lahire B. (1998). L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris : Nathan.

Lahire B. (2004). La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris : La Découverte.

Lechien M.-H. (2013). Stratégies de défense ou de résistance à la domination ? Le cas des assistantes maternelles. Savoir/Agir 4(26): 17-22.

Lechien M.-H., Siblot Y (2019). « Eux/nous/ils » ? Sociabilités et contacts sociaux en milieu populaire. Sociologie 1(10), http://journals.openedition.org/sociologie/4749.

Madec A. (2017). Les ploucs, les bourgeoises et les filles comme nous. Ethnosociographie d’un cours de yoga démocratique. Approches inductives 4(2): 22-48.

Madec A., Monchatre S., Selek P. (2018). Faire connaissance(s). Pour une curiosité d’utilité publique. Agencements n°2.

Martin O., Dagiral E. (Eds.) (2016). L’ordinaire d’internet. Le web dans nos pratiques et relations sociales, Paris : Armand Colin.

Pasquali P., O. Schwartz (2016). La culture du pauvre : un classique revisité. Hoggart, les classes populaires et la mobilité sociale. Politix 2(114): 21-45.

Pasquier D. (2017). Les clôtures sociales de l’exploration curieuse : comment construire son compte Facebook en milieu populaire ? In Pasquier D. (dir.), Explorations numériques. Hommages aux travaux de Nicolas Auray, Paris : Presses des Mines.

Pasquier D. (2018). L’internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale. Paris : Presses des Mines.

Pasquier D. (2019). Les pratiques numériques en milieu populaire. Études 6: 51-60.

Retière J.-N. (2003). Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire. Politix 63: 121-143.

Rollins J. (1990). Entre femmes. Les domestiques et leurs patronnes. Actes de la Recherche en Sciences Sociales 84: 63-77.

Rosa H. (2018). Résonance. Une sociologie de la relation au monde. Trad. fr. par S. Zilberfarb, avec S. Raquillet, Paris : La Découverte [1e éd. 2016, Berlin].

Haut de page

Notes

1 Recherche ANR PopLog pilotée par Dominique Pasquier dans laquelle a été entre autre constitué un corpus d’entretiens avec 75 personnes (12 hommes et 63 femmes) (Pasquier, 2018).

2 Corolaire de cette situation, la rencontre avec la sociologue enquêtrice a été très investie et les entretiens, répétés et denses. La richesse du matériau langagier et d’observation recueilli explique aussi le choix de ces deux portraits.

3 Langues étrangères appliquées – cursus pluridisciplinaire et professionnalisant des universités qui a largement contribué à l’accueil des lycéens de la démocratisation scolaire.

4 Selon l’expression popularisée par Olivier Schwartz, Le monde des débats, janvier 2000.

5 Être employée de service et en l’occurrence assistante maternelle c’est en effet avoir affaire aux classes moyennes et supérieures employeuses par rapport auxquelles un quant à soi est de mise (Rollins, 1990 ; Lechien, 2013).

6 Dont l’usage est déjà fort répandu au début des années 2000, parmi les parents du bureau de la crèche associative qu’elle fréquente, tous diplômés du supérieur mais dont l’usage reste rare et malaimé dans la population enquêtée dans l’ANR PopLog entre 2015 et 2018.

7 Une analyse tirée de la base de données Algopol montre que les comptes Facebook des classes populaires compte en moyenne 66 amis contre 282 dans l’ensemble de l’échantillon. (Pasquier, 2017).

8 Laurence, comme Nathalie, revendiquent une forte autonomie conjugale, se démarquent des prétentions des conjoints à régenter leurs propres vies en développant des « moments à soi » (Masclet, 2018). Par rapport à des formes de transparence et de collectif conjugal énoncées largement dans la population enquêtée (Havard Duclos, Pasquier, 2019), elles témoignent également sur cette dimension d’un refus d’assignation, réinterrogeant les rapports de genre. Nous n’avons pas la place de développer ici cette dimension.

9 À la télévision, Laurence regarde France 2, France 3 dont les éditions locales, M6, dit se méfier de TF1, de BFM TV et de iTélé, adore Canal+.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Havard Duclos, « La circulation dans l’espace social de femmes de milieu populaire », Terminal [En ligne], 125-126 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5161 ; DOI : 10.4000/terminal.5161

Haut de page

Auteur

Bénédicte Havard Duclos

Maître de conférence en sociologie, Univ Brest, Laboratoire d’Étude et de Recherche en Sociologie, F-29200 Brest, France, havarddu@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals