Navigation – Plan du site
Empowerment en régime numérique
Conceptions civiques de l'empowerment
Prises de parole et empowerment féministe

Coder / décoder / recoder

La construction sociale de la réception des informations sur Facebook
The social construction of receiving information on Facebook
Irène Bastard

Résumés

La conversation d’actualité contribue à la réception des informations et à la formation de l’opinion publique. Cet article interroge le formalisme de ce « recodage » de l’actualité dans les réseaux socio-numériques et questionne l’élargissement de ce processus à des nouveaux profils, des nouveaux sujets, des nouvelles réceptions. On montre que, si le dispositif facilite la publication de statut avec des contenus d’actualité, ce n’est pas tant l’habileté numérique que l’expertise médiatique qui est nécessaire pour déclencher les statuts avec des contenus médias. Les sujets des médias occupent une place très stable dans les publications des internautes sur Facebook. La réception de ce recodage paraît se glisser dans des interactions opportunistes, ce qui accentue une réception de classe des actualités. La mise en visibilité de de la réception des actualités donne à voir un public de l’actualité et permet à chacun de situer sa place sociale et de là sa capacité d’action dans l’espace public.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Nan mais Madame, bien sûr qu’on peut parler politique sur Facebook. Mais après, le mec, il met les résultats de l’élection présidentielle… il croit quoi, il croit qu’on n’a pas la télé ? »

1Cette réaction d’un lycéen lors d’un échange en classe sur la place de l’information dans les réseaux sociaux montre que, pour l’enquêté, Facebook est un espace d’interaction où l’on peut discuter de l’actualité plus qu’un espace où l’on vient s’informer en tant que tel. La discussion n’est pourtant pas décorrélée de la réception de l’information et, de là, de la participation à l’espace public.

2Cet article propose de s’intéresser à la conversation d’actualités et à son renouvellement avec les réseaux socio-numériques. Dans la continuité des culturals studies, on voudrait montrer que cette activité forme un « recodage » des informations et contribue à l’empowerment des individus en leur permettant de se situer dans l’espace public. Ce processus, condition nécessaire à une action publique, mérite d’être revisité à l’heure des réseaux socio-numériques : les acteurs de l’interaction, les formes d’expression et artefacts des réactions, les contenus et formats utilisés se déplacent en passant sur les plates-formes en ligne, accroissant ou limitant le rôle encapacitant du recodage. En recourant à une sociologie de l’internet entrelaçant les activités hors ligne et en ligne dans l’analyse des usages, on cherchera à comprendre les conditions d’activation du recodage de l’actualité en ligne et ce que sa mise en visibilité sur les réseaux fait à ce processus.

Le recodage de l’information dans les interactions en ligne : un accroissement possible à l’empowerment ?

La conversation d’actualité comme un processus de « recodage » de l’information

3La conversation d’actualité nait avec la généralisation de l’accès à l’actualité, comme le souligne Gabriel Tarde en observant : « les journaux servent chaque matin le menu des conversations de salon » (Tarde, 1901). Deux points découlent de cette remarque : d’une part les médias jouent le rôle de programmateur, ce qui sera désigné comme la fonction  « d’agenda » des médias (McCombs & Shaw, 1973) ; d’autre part, l’information est discutée, ce qui résulte d’une réception hétérogène du contenu. Etre public de l’information implique de construire un sens aux actualités. Un premier sens est produit par le média, qui situe les faits dans leur mise en récit (Arquembourg, 2005) et une chronologie, caractéristique de la « dualité entre fait et sens » de l’information (Quéré, 2006). Si l’information est « codée » par les producteurs de contenu, chaque individu « décode » ce produit grâce à son expérience des médias, ses compétences et intérêts personnels, ainsi que son environnement social (Hall, 1975). Dominique Boullier montre, en étudiant les conversations sur les émissions télévisées en milieu professionnel, que parler de l’émission de la veille à la télé entremêle des réactions personnelles sur le contenu, des réactions affectives liées à la personne qui parle du contenu ainsi que des réactions sociales liées à la discussion attendue autour du contenu (Boullier, 2004). Les logiques informationnelles et relationnelles se mêlent, conduisant à fuir ou investir les sujets liés à l’espace public en fonction des actualités et des interactants. Nina Eliasoph observe un « évitement » du politique aussi bien dans les groupes se réunissant pour des loisirs que dans ceux engagés dans une cause d’intérêt général (Eliasoph, 2008). Elle note que la chose politique semble plus risquée à aborder parce qu’elle demande des compétences, parce qu’elle témoigne d’incertitudes et de craintes et parce qu’elle présente le risque de voir deux avis distincts s’opposer et donc ternir l’expérience sociale. Cette ethnographie permet de relativiser la conversation d’actualité : cette dernière est nécessaire à la réception de l’information sans être réciproquement nécessaire aux sociabilités. A l’encontre de l’image d’Epinal d’un lecteur de presse concentré et solitaire, la réception de l’information s’appuie sur une appropriation sociale.

4Après le codage et le décodage formalisé par Stuart Hall, on propose d’étudier les interactions autour des informations comme un recodage de l’actualité. Cette activité implique de partager les prises de la réception. Le terme de « prise » fait écho aux travaux d’Antoine Hennion sur la passion musicale. Cette notion porte attention aux artefacts « entourant » l’expérience culturelle et contribuant à construire l’attachement des individus aux contenus (Hennion, 2007). On considère ici que les conversations et les réactions produisent des prises sociales sur l’actualité. Le « recodage » constitue alors un processus d’encapacitation puisque, en sélectionnant des contenus à discuter dans l’agenda médiatique et en signifiant une réaction, les individus participent à construire la réception de l’actualité. Interroger les conditions dans lesquelles les dispositifs numériques accroissent ou limitent ce processus, devient nécessaire.

Le recodage de l’actualité sur les réseaux socio-numériques

5Les espaces numériques sont à la fois un point de vue d’observation de certaines conversations d’actualité et un dispositif cadrant le recodage de l’information. Avant de présenter les méthodes utilisées pour l’étude des pratiques, il convient de décrire l’histoire et le développement des plates-formes car celles-ci encadrent les usages.

  • 1 Voir le Pew Internet Research Center sur les profils des usagers de Myspace, Linkedin, etc.

6Une des particularités du web par rapport aux médias traditionnels a été d’intégrer interactions et informations dans un même support. Les pages web et les emails se sont initialement construits de manière concomitante, pour les besoins des pionniers qui développaient, partageaient et discutaient le web et leurs activités. Le développement de la connexion des foyers a été porté par le besoin d’outils d’interaction (Bigot, Croutte, 2014), bien plus que par le besoin d’informations ou d’accès à des savoirs. Le développement d’outils de publication comme les pages personnelles ou les blogs a structuré la prise de parole d’amateurs ou d’experts en ligne, touchant un public plus ou moins large (Beaudouin, Licoppe, 2002). Facebook se positionne en 2004 comme un outil où l’espace de publication est limité au réseau d’amis. La plate-forme a conquis deux populations qui restaient peu présentes parmi les usagers des plates-formes du web : les femmes et les seniors1. Le dispositif propose un format de statut court, loin du formalisme de l’email ou de la correspondance. Les statuts sont empilés sur la timeline de l’usager par ordre anté-chronologique ce qui incite à renouveler les publications pour actualiser les informations qui apparaîtront dans le newsfeed des amis. Rapidement, Facebook intègre des contenus au statut : les url initialement, puis les photos, les localisations, etc. Aujourd’hui, le partage d’un lien dans un statut introduit automatiquement le titre, un visuel et la source de la page, soit du contenu informationnel ; le statut dans lequel le lien est partagé porte l’entête du profil et est visible par le réseau social de l’émetteur, soit un propos personnel ; les artefacts de commentaires, likes, shares et autres réactions mettent en visibilité des éléments interactionnels. Le dispositif affiche donc les trois types de signaux qui participent au recodage d’actualité, le contenu, le propos d’une personne et le cadre d’interaction. L’illustration 1 schématise l’imbrication du codage / décodage / recodage d’un contenu par les artefacts du dispositif de Facebook et son itération possible.

Figure 1. Codage / décodage / recodage de l’information et le formalisme de Facebook

Figure 1. Codage / décodage / recodage de l’information et le formalisme de Facebook

7Les artefacts des réseaux socio-numériques formalisent le recodage des actualités en matérialisant la présence du contenu et en rendant visible des prises à la réception dans le statut et les réactions. L’entremêlement des interactions et des informations facilite une mise en circulation des informations et une mise en visibilité des réceptions. Le recodage est itératif grâce à l’immatérialité du contenu : chacun peut repartager et donc recoder tout ou partie du décodage. Surtout, le décodage de l’information peut se fonder non pas tant sur le codage par les médias mais sur le recodage des pairs. C’est cette mise en réseaux des prises sociales de l’information qui peut élargir la conversation d’actualité à des interactants pluriels, ou limiter la réception des informations dans des espaces singuliers. La pratique réelle de ce processus reste donc à interroger, ainsi que son rôle dans une construction de l’espace public. Cette étude se structure autour des trois questions de recherche suivantes. (1) La plasticité des dispositifs numériques permet-elle à des nouveaux profils de participer au recodage de l’information et ainsi à des profils plus divers que dans les conversations en face-à-face de s’exprimer ? (2) Les contenus médiatiques servent-ils de pivot à la construction de la conversation d’actualité en ligne ou est-ce que les sujets liés à l’espace publics sont dilués dans les sujets personnels ? (3) Le recodage de l’information sur les dispositifs numériques propose-t-il des prises nouvelles sur l’information et dans quelles mesures ce recodage en ligne touche-t-il des nouveaux interactants ?

Étudier la conversation ordinaire en ligne et hors ligne

8Le processus de recodage de l’information peut être approché avec des observations en ligne mais il reste nécessaire de resituer la pratique des individus dans leurs activités sociales hors ligne, afin de distinguer ce que le numérique prolonge de ce que le numérique transforme. Cet article recourt à différents matériaux, qualitatifs et quantitatifs, collectés au cours d’un doctorat sur « le partage d’information » (Bastard, 2015). Un premier terrain s’appuie sur 18 entretiens avec des jeunes adultes de 18 à 35 ans, à Paris et dans une localité semi-rurale des Hauts-de-France, pour identifier leurs activités interactionnelles autour de l’information. Ce terrain permet de décrire les profils idéaux-typiques des individus qui introduisent de l’information dans leurs interactions, en ligne ou non, et les raisons d’agir mobilisées pour cette activité.

  • 2 Les résultats de l’analyse conduite ici s’appliquent bien sûr en propre au dispositif de Facebook, (...)
  • 3 ANR-12-CORD-0018

9Pour monter en généralité à partir de ces observations, on utilisera les données de 15 145 comptes Facebook2 collectées en 2014 dans le cadre du projet ANR Algopol3 grâce à une application de visualisation de son réseau egocentré d’amis. Un peu plus de 800 participants ont été recrutés de manière représentative par rapport aux internautes français grâce à une association avec l’institution CSA. Si l’on accède de cette manière aux caractéristiques sociodémographiques des enquêtés, à la structure de leur réseaux d’amis sur Facebook et aux statuts publiés, étudier concrètement ce qui est mis en ligne dans le réseau social reste particulièrement complexe. Les photos privées, les « citations », tout ce qui est utilisé comme image n’a pas pu être analysé de manière automatique à ce stade car le contenu n’est pas visible pour les traitements. En revanche, il est possible de mener une analyse automatisée des url publiées, dans un statut ou en lien partagé. Un de critères de description des profils Algopol par rapport aux enquêtés de la partie qualitative portera donc sur le fait d’utiliser ou non des url dans ses statuts.

  • 4 Emmanuel Marty et Frank Rebillard ont entrepris cette démarche de qualification des url par sujet e (...)

10Identifier le sujet abordé dans ces contenus présente à son tour quelques difficultés. Les url sont chacunes précises et uniques, créer des regroupements systématiques pour une analyse en masse nécessite de trouver des règles de description programmables. Or une url du monde.fr peut intégrer une vidéo humoristique et un lien Youtube une conférence de sciences politiques. Une url ne dit pas si elle traite de sport ou d’économie (ou des deux), ni le ton critique ou humoristique, ni le caractère rationnel ou engagé d’un contenu, ni les références légitimes ou populaires. Malgré tous les progrès des méthodes d’analyse de textes, la réduction d’un contenu web à une liste de caractéristiques mesurables et mesurées reste une gageure, d’autant que la redondance des contenus est particulièrement forte (Marty et al., 2012)4. L’analyse menée ici s’intéressera aux domaines des url partagées, ce qui permet d’identifier le « codeur » initial de l’information.

  • 5 Ce point est bien sûr critique et rend la recherche sur les pratiques interactionnelles en ligne pa (...)

11Les domaines des url citées dans Facebook ont été classifiés grâce à l’annuaire CatServ maintenu par Thomas Beauvisage au laboratoire SENSE d’Orange. Cet annuaire identifie plus de 2000 domaines parmi les plus consultés en ligne et les classe dans dix catégories. Cette approche permet de « mesurer » le recours aux médias légitimes dans les conversations en ligne, mais aucune comparaison avec une mesure équivalente hors ligne n’est possible puisque les enquêtes ne permettent pas de quantifier la présence des sujets d’actualité dans les conversations en face-à-face. Ainsi, le numérique permet, sous réserve d’accès aux données5, une observation d’ampleur des pratiques mais sans la finesse que les récits individuels ou collectifs explicitent.

S’exprimer avec l’actualité

12Lors des entretiens avec des adultes sur les imbrications entre leurs pratiques informationnelles et interactionnelles, force est de constater que la question « comment vous informez-vous ? » amène une réaction clivante : d’un côté ceux qui s’engouffrent dans l’explicitation de leur usage raisonné et plutôt intensif des médias et de l’actualité ; de l’autre, ceux qui autocritiquent leurs pratiques, minimisent leur connaissance de l’actualité voire culpabilisent de ne pas être de meilleurs citoyens. Apparaît ici le caractère bicéphale du public de l’information décrit par le Pew Research Center (Olmstead et al., 2011), avec d’un côté les infovores boulimiques qui intensifient leur pratique grâce au web et de l’autre les opportunistes qui saisissent une information quand elle leur arrive sans consulter les médias d’eux-mêmes. Dans cette première partie, vont être présentés les profils des individus qui recodent l’actualité en les intégrant dans des cadres interactionnels, en notant dès à présent qu’ils figurent parmi la minorité qui s’investit dans les pratiques informationnelles.

Hérauts et colporteurs

13Deux profils apparaissent parmi les six enquêtés actifs autour de l’information : les hérauts qui énoncent des informations en ligne en reprenant les médias ; les colporteurs qui passent d’amis en amis pour discuter à partir de tel ou tel sujet.

14Kevin (24 ans, consultant), Alma (24 ans, étudiante) et Jean-Paul (32 ans, fonctionnaire) sont des accros de l’information qui consomment intensément des médias et trouvent dans Facebook un espace où relayer une partie de leur consommation sans imposer la discussion. Ils rationnalisent la quantité de liens partagés, la diversité des sujets qu’ils publient, l’intégration d’opinions variées. Ils se font une mission de produire une sorte d’inventaire et d’exploration, alors qu’avec leur entourage ordinaire ils n’ont pas forcément d’interactions liées à l’actualité et aux débats d’idées. Ce sont ces figures qui digèrent les médias pour d’autres, avec une idéologie de l’information qui prévaut sur une idéologie politique. Ils valorisent la multiplication des sujets et des approches. Leur recodage de l’information tient à la sélection de ce qu’ils relayent dans leur espace relationnel.

15A contrario, Madeleine (28 ans, cadre dans le privé) et Nicolas (34 ans, cadre de la fonction publique), qui ont aussi une pratique informationnelle intensive, utilisent l’étendue des actualités qu’ils voient passer pour activer les interactions avec tel ou tel ami, y compris ceux qu’ils ne voient que rarement. Nicolas raconte avoir utilisé un article sur la musique pour faire un « coucou » à un cousin éloigné qu’il n’a pas vu depuis dix ans. Madeleine envoie des articles de politique à ses sœurs pour changer de la discussion du dimanche midi où c’est leur père (engagé politiquement) qui mène le débat. L’actualité est un prétexte pour raviver ou entretenir une relation. Madeleine et Nicolas utilisent les emails plutôt que Facebook, préférant les outils d’interactions interpersonnels. Ces « colporteurs » de l’information font circuler des informations, en utilisant les dispositifs numériques car ils permettent une interaction désynchronisée peu intrusive et privée.

16La particularité de la publication sur les réseaux socio-numériques apparaît avec l’exemple de Noah (32 ans, vacataire dans l’enseignement supérieur). Il publie sur Facebook des « clins d’œil », par exemple il a posté un article sur du matériel vidéo ancien en pensant à ses amis vidéastes amateurs avec qui il montait des films à 20 ans. A son grand étonnement, c’est une amie du lycée qui a réagi, signalant son utilisation à elle, alors que Noah ne savait pas qu’elle connaissait ce matériel. Malgré une expression en général en « clair-obscur » (Cardon, 2008), c’est-à-dire compréhensible par certains seulement, les contenus de l’espace public permettent à des membres du réseau de s’impliquer dans la discussion. L’information peut donc servir à entretenir des liens et à découvrir les centres d’intérêt, enrichissant à la fois l’appréciation du contenu et des proches. C’est en cela que les réseaux socio-numériques développent le recodage de l’information et élargissent les prises de réception de l’actualité.

17Comment ces individus qui intègrent de l’information dans leurs réseaux de sociabilité se situent-ils dans les modèles d’interactions et le rapport à l’information ? Notons tout d’abord qu’il ne s’agit pas exactement d’une prise de parole dans l’espace public (Cardon, Heurtin, Lemieux, 1995), puisqu’elle se fait dans un cadre interactionnel. Les partageurs hybrident plusieurs modèles d’expression : celui du courrier des lecteurs et celui des leaders d’opinion. Luc Boltanski montrait que les courriers des lecteurs qui étaient sélectionnés pour être publiés avaient pour caractéristiques de respecter les règles de la profession, telle que la distance au sujet, la qualité d’écriture, le caractère général du propos (Boltanski, 1984). Ces courriers constituent des réactions personnelles mais prétendent accéder à l’espace public en sollicitant d’être publiés. Les « hérauts » s’appliquent eux aussi des règles, se rapprochant des compétences des professionnels de l’information pour réaliser une « revue de presse ». S’ils cherchent à mettre à l’agenda des sujets minorés à leur sens dans les médias mainstream, ils n’utilisent pas leurs mots propres et considèrent que c’est « à chacun de se faire son opinion ». La mission qu’ils se donnent est de mettre en visibilité des contenus d’actualité, en invoquant une posture d’objectivité. Si les « hérauts » empruntent des critères professionnels, les « colporteurs » jouent au contraire de la diversité des liens et revendiquent un rapport à l’information associé à un lien affectif. Ces individus incarnent une certaine mise en œuvre du two-step-flow et du rôle des leaders d’opinion formulés par Elihu Katz et Paul Lazarsfeld dans Personal Influence (Katz & Lazarsfeld, 2008[1955]). Les leaders présentent des caractéristiques précises : être informés mais pas dominants, être en lien plus qu’en confidence. Si ce modèle a été largement critiqué pour son systématisme, force est de constater que les réseaux socio-numériques matérialisent cette activité en accentuant sa dimension kaléidoscopique. Dans le cas de l’information, le réseau d’amis peut faire apparaître une myriade de références et réactions grâce au dispositif. L’itération décodage / recodage génére ainsi de multiples prises à divers sujets d’actualité, élargissant potentiellement la possibilité pour chacun de se saisir d’un contenu.

Deux configurations d’activité distinctes

  • 6 Il n’est pas possible d’identifier la représentativité de l’échantillon Algopol

18Ces deux profils idéaux-typiques peuvent être complétés et nuancés par des analyses structurelles sur les usages de Facebook. Parmi les comptes collectés par le projet Algopol, six configurations d’activité du réseau socio-numérique sont identifiées (Bastard et al., 2017). Parmi elles, une configuration correspond aux « partageurs » : ils se distinguent par le fait qu’ils relaient via leur mur des contenus avec des liens, des photos, des statuts édités par d’autres. 52 % de leurs activités sont des shares, alors que cette action ne compte que pour 7 % des activités de l’ensemble du corpus. 7 % des enquêtés Algopol6 rentrent dans cette catégorie. Il s’agit de comptes qui ont un nombre d’amis relativement faible, la médiane étant à 189 pour ce groupe contre 282 pour l’échantillon complet. En termes de profils, les partageurs regroupent une surreprésentation d’enquêtés de plus de 35 ans et à la fois une légère surreprésentation d’ouvriers et une légère surreprésentation de cadres. Sans avoir d’éléments de preuve, on peut faire l’hypothèse que les partageurs d’Algopol mélangent des hérauts qui publient sur Facebook une revue du web et quelques nouveaux relais, qui font circuler des objets numériques. Une autre configuration d’activité identifiée par l’analyse des comptes Algopol est celle qualifiée de « conversation distribuée ». Cette pratique consiste à publier des messages sur les murs de ses amis et de multiples personnes (a contrario de la conversation de groupe, où les usagers publient des messages sur la page d’un groupe). Elle fait écho à celles des colporteurs. Dans l’échantillon Algopol, ce sont essentiellement les jeunes qui pratiquent cette forme de conversation et le recours aux url pour cette expression reste restreint. De fait, Madeleine et Nicolas, qui ont 30 ans et plus, recourent à d’autres outils que Facebook pour discuter de cette manière. Les interactions médiées utilisent probablement les outils les plus répandus dans une génération, Facebook pour les 20-30 ans et l’email pour les plus âgés. Dans les deux cas, c’est la diversité du réseau d’amis qui va donner des prises aux interactions et à l’utilisation des informations. L’exemple de Noah, même exceptionnel, montre que les clins d’œil se glissent dans les interstices des interactions et révèlent les liens faibles, à condition de s’appuyer sur des contenus publics et non sur une photo privée.

  • 7 Cette remarque ne s’applique pas à une population adolescente, âge où la construction de ses goûts (...)
  • 8 Des images construites à partir d’un visuel et / ou d’une citation (sourcée ou non) circulent sur I (...)

19Dans cette première partie, on constate que les hérauts trouvent dans les réseaux socio-numériques un dispositif de partage de l’information permettant de relayer leur activité en dehors du cercle de proches, ce qui impliquerait une certaine intensification de leur recodage. Quant aux colporteurs, le numérique leur permet de créer des nouvelles prises aux contenus d’actualité s’ils publicisent leurs interactions. Dans ces terrains, aucun enquêté n’a indiqué avoir découvert des sociabilités grâce à cette activité de conversation de l’actualité, il s’agit plutôt d’intensifier des liens existants7. Utiliser des contenus dans ses statuts résulte toutefois de pratiques différenciées. Brian Baresch, à partir de 78 comptes Facebook, observe que le polymorphisme des objets numériques permet de les saisir différemment : les femmes publient plus d’images et les hommes plus de liens (Baresch, 2011). Dominique Pasquier, à partir de 46 comptes Facebook d’employés et d’ouvriers, montre que les panneaux et les « citations »8 constituent un support d’expression important (Pasquier, 2018) dans cette population, alors qu’ils semblent peu présents dans les comptes des enquêtés de catégories socio-professionnelles plus élevées. Si le dispositif de Facebook outille bien une forme de conversation avec des contenus, l’utilisation de l’actualité dans les interactions reste le fait de certains profils. Comme d’autres usages numériques, cette pratique repose sur un apprentissage individuel et social. La part de l’information dans ces contenus est un bon exemple des règles qui se créent et s’appliquent de manière latente au recodage de l’information.

Le web filtré par le cadre social

20Sur Facebook, des contenus de l’espace public se mêlent à des statuts sur sa vie personnelle, des photos, un commentaire sur la météo, l’annonce d’une naissance. Les actualités s’intègrent à mille autres éléments conversationnels, tout comme les discussions du repas familial le dimanche peuvent enchaîner prises de position politique, discussions sur un match, projets de vacances ou compliments sur la cuisine. Ce melting-pot des objets de la conversation comporte une part de contenus produits par les médias, or il convient de s’intéresser aux dits contenus pour (essayer) d’identifier si la conversation d’actualité initiés par certains profils sur Facebook concentre ou élargit l’attention par rapport à l’effet d’agenda des médias.

Une originalité contrainte

  • 9 Le domaine d’une url est, de manière un peu grossière, la première partie de l’url qui indique le n (...)

21Entre le 01/11/2011 et le 31/10/2013, les 831 enquêtés Algopol recrutés de manière représentative par l’institut CSA ont interagi autour de 73 226 url, issues de 7 537 domaines différents9. Certains comptes ont partagé plus de 1000 liens et 10 % des enquêtés n’ont utilisé aucune url sur la période d’observation. En étudiant les domaines partagés sur Facebook, force est de constater que certaines parties du web sont absentes du corpus : on ne partage pas des sites régulièrement consultés comme ceux des services de banque en ligne ou d’achats. Ne figurent pas non plus les consultations illégitimes ou répréhensibles. Aucun domaine du web pornographique n’apparait dans le corpus, soit parce que les enquêtés participant à l’enquête ne partagent pas ce type de contenus avec leurs réseaux d’amis, soit que les comptes qui partagent ces liens n’ont pas accepté de participer à l’enquête. Le web partagé sur Facebook s’inscrit dans un cadre social et ne couvre pas l’ensemble des activités en ligne.

  • 10 Pour lesquelles il n’est pas possible de catégoriser plus finement le contenu.

2225 % des liens partagés viennent du seul domaine Youtube10 et 4 % de Facebook (les liens faisant référence à des statuts, des contenus de groupe, des photos, etc.). À l’autre extrême, 5 302 domaines ne sont partagés que par un seul et unique enquêté de l’échantillon. D’ailleurs, un domaine sur trois du corpus n’est pas reconnu dans la classification par l’annuaire CatServ. Les publications avec url sont en tension entre une forme d’originalité et le besoin de donner une référence connue à son statut pour que le réseau, ou du moins certains amis, puissent le décoder. Citer un site que personne ne connait permet de le faire découvrir mais ne donne pas de prise explicite pour s’y intéresser. La diversité des informations en ligne est donc restreinte par la nécessité de rendre cette expression signifiante pour au moins quelques personnes. Cette limitation de l’expression s’observe notamment dans les pratiques juvéniles, qui cherchent à s’inscrire dans un entre-soi plutôt que de montrer leur singularité (Bastard, 2017). En cela, se référer aux sujets d’actualités mis à l’agenda par les médias constitue une garantie de lisibilité. Cette référence peut aussi s’appuyer sur la pluralité des informations pour choisir non seulement un sujet mais aussi l’angle de traitement du sujet.

La place des médias : un volume limité et une expression identitaire

2311 % des liens partagés sur Facebook sont des liens issus des médias d’après la classification de CatServ. Il est bien sûr impossible de savoir si cette part est plus ou moins importante que dans les conversations hors ligne, puisqu’aucune « mesure » de celles-ci n’existe. Mais cette part est parfaitement stable dans le temps dans le sous-échantillon de 831 enquêtés. La période étudiée couvre l’élection présidentielle de 2012 en France, or cette actualité ne suscite pas une augmentation des publications issues des médias sur Facebook, ni une augmentation des publications dans leur ensemble. Bosckowski et Mitchelstein avaient pourtant bien montré une intensification de l’activité des publics sur les sites des médias lors de périodes avec des actualités politiques (Bosckowski, Mitchelstein, 2012). Les auteurs signalaient aussi un usage différent des artefacts comme les commentaires ou les recommandations : en fonction de la nature de l’article, ce sont les uns ou les autres qui sont les plus utilisés. Au contraire, sur Facebook, ils semblent que les profils qui introduisent des contenus d’actualité dans le réseau social se limitent à un seuil de sujets, quelques soient les actualités, sans susciter de suractivité. Comme si la place des médias se situait à un seuil socialement acceptable.

24La cartographie des liens web cités sur Facebook par l’ensemble des enquêtés montre un autre axe d’analyse. Dans la visualisation produite par Jean-Philippe Cointet à partir des 1000 domaines les plus partagés par l’ensemble des enquêtés d’Algopol, les nœuds des domaines sont rapprochés quand ils sont tous deux cités par un grand nombre d’enquêtés et éloignés quand aucun individu n’a cité dans sa timeline ces deux domaines. Il apparaît très nettement des groupes de domaines qui servent de références aux usagers. On peut identifier un groupe d’usagers utilisant les médias dits « de gauche », un autre les médias dit « de droite » ; des groupes de domaines sont aussi reconnus comme des sites de culture ou culture geek ; la diffusion de l’enquête dans des communautés fait apparaître des clusters de médias magrébins ou des sites de pétitions.

25Cette partition relativement nette signifie que les internautes qui publient des url sur Facebook se situent chacun dans un pan du web. Les sites des médias de gauche sont partagés par les mêmes individus, qui partagent peu ou pas de médias de droite. Le partage d’informations sur Facebook se fait non seulement dans un cadre relationnel et un volume limité mais en plus semble identitaire : les partageurs se tiennent à un registre d’expression. Cela ne dit rien de l’adhésion ou non à la ligne éditoriale du site, un internaute peut partager des articles issus d’un site en le critiquant. Cela ne dit pas non plus si l’internaute a consulté de nombreux sites ou un seul avant de choisir sa publication. Cette carte montre que publier des contenus du web sur Facebook correspond à un registre d’expression personnel.

Figure 2. Carte du web vu des partages Facebook


timelinenewsfeed11newsfeed

Le recodage en réseau

26La dernière étape de notre trajectoire sur le recodage de l’information en ligne revient à un décodage, en s’interrogeant sur la réception des partages et de là à leurs contributions à la réception de l’information. Est-ce que l’information recodée par les hérauts et colporteurs est utilisée par les internautes comme ils utilisent les contenus codés par les médias ? Plus qu’une pratique informationnelle, voir les conversations d’actualité circuler sur le numérique permet de se situer dans l’espace social, donnant une perception de sa capacité d’agir dans l’espace public.

Un (nécessaire) filtre d’accès aux contenus 

27L’autonomisation de l’accès à l’information par Internet rend les individus responsables de leur navigation et donc des contenus consultés. Or cette responsabilité est un frein pour certains. Le web constitue un espace trop vaste et trop nébuleux. A l’opposé des profils de Noah ou Nicolas, Nathalie et Emmanuel, un couple d’enseignants issus de milieu populaire, racontent la distance avec les informations, la perte de repères sur Internet et le rôle des amis comme filtre. Lorsqu’ils se sont abonnés à Internet en 2000, ils ont vite arrêté parce que « c’était trop compliqué ». En 2008, ils ont repris un abonnement pour le travail et disent avoir « vite vu que c’était devenu autre chose ». Emmanuel a trouvé quelques sites pour préparer ses cours et ils se retrouvent plus facilement sur le portail de leur fournisseur d’accès ou sur des sites bien identifiés. Mais pour l’information générale, ils ne voient pas l’intérêt. Déjà, ils évitent de trop regarder la télévision, car les images leur paraissent violentes et les informations déprimantes. Dans les conversations, essentiellement de famille, ils considèrent qu’ils n’ont rien à ajouter au propos du père d’Emmanuel sur la politique, sauf si le sujet abordé traite de l’éducation puisqu’en tant qu’enseignants ils peuvent apporter un témoignage ou avoir un avis. Ce couple culpabilise de ne pas avoir une pratique informationnelle structurée, voire scolaire. Par contre, Nathalie et Emmanuel mentionnent les chaînes d’emails. Il s’agit d’alertes sur la santé, de sensibilisations à une cause, de messages humoristiques ou philosophiques sur la vie ordinaire. Ils ont un couple d’amis qui fait passer beaucoup de choses, alors qu’eux-mêmes « ne sauraient pas où trouver tout ça sur Internet » et pensent qu’il faut « y passer beaucoup de temps ». Ils ne répondent pas ou ne font pas suivre car ils sont « en bout de chaîne », ils reçoivent ce que les autres ont déjà vu et sélectionné. Ils attrapent les contenus du web par le biais du recodage des colporteurs.

28Nathalie et Emmanuel ont un réseau social peu développé. Or la Facebook data team a identifié que les informations originales sont plus à même d’être vues grâce aux liens faibles d’un réseau (Bakshy et al., 2012). On retrouve ici l’idée que la réception des médias se développe sur le web grâce à une sérendipité passive alimentée par les sociabilités numériques (Granjon, Le Foulgoc, 2012). Le numérique peut activer une exploration informationnelle grâce à une recherche curieuse des individus ou à un éclectisme relationnel, mais ces opportunités reproduisent les inégalités sociales. Les outils purement numériques que sont les algorithmes utilisés dans l’affichage et le classement des informations ne compensent pas ce travers, nécessairement déterministe et homophile (Pariser, 2006). Le numérique ne rend qu’occasionnellement poreuses les frontières des « bulles » informationnelles produites par d’autres facteurs sociaux, et pas tant du fait des plates-formes en elles-mêmes que du fait de la capacité des individus à naviguer ou à interagir de manière diverse. La « richesse » des réseaux sociaux reste un facteur déterminant de la richesse des informations. Cependant, Nathalie et Emmanuel trouvent grâce aux outils numériques une information filtrée qui leur convient, qui porte sur des conseils pour le quotidien et leur ordinaire plutôt que sur le débat politique. Ces contenus qui circulent au sein de leur réseau leur donnent une culture partagée avec des pairs et une réflexivité sociale que les médias nationaux ne renvoient pas. Plus qu’une capacité d’agir dans l’espace politique, on propose ici que le recodage de l’actualité et son outillage avec les outils numériques accroissent la possibilité de faire société et accentuent la réception de classe décrite par Richard Hoggart (Hoggart, 1970).

La re-construction sociale de la réception des actualités

29Si Facebook et les réseaux socio-numériques produisent un filtre d’accès face à l’ampleur des contenus du web, les plates-formes ont aussi comme particularité de mettre en visibilité les réactions du réseau. Ainsi, cette activité donne une nouvelle dimension à la réception des contenus. Parmi les profils rencontrés, Frédéric, 23 ans, rend compte du rôle du réseau numérique comme témoin d’une mobilité sociale et des tensions qui en découlent. Frédéric vient d’une banlieue parisienne où se mêlent milieu populaire et petite bourgeoisie. Il indique son attachement à ses amis d’enfance et à leurs discussions simples autour de sujets du quotidien. Sa scolarité l’a amené en école d’ingénieur et en double diplôme à Sciences Po, où il côtoie un environnement plus intellectuel et où « discuter de la crise économique » est courant. Consommateur d’informations, par lui-même sur les médias en ligne comme par l’intermédiaire de ses différents réseaux de connaissances, il ne relaie rien, considérant qu’il ne peut pas savoir comment les contenus vont être reçus. Il raconte qu’au matin du 2ème tour de l’élection présidentielle de 2012, il envisageait de voter Nicolas Sarkozy par réaction aux positions basées sur des critiques personnelles du Président, qu’il jugeait non constructives ; mais les publications émises par des connaissances d’origine sociale plus aisée, appelant à voter à droite suivant un militantisme conservateur l’ont fait changer d’avis : « je ne peux pas voter comme eux, il y a quand même toujours une lutte des classes ». Le recodage dans les réseaux socio-numériques met en visibilité des réactions variées, reconstituant la réflexivité du public se voyant public (Dayan, 2000). La mise en réseaux de la conversation d’actualité permet une porosité de la réception sociale de l’actualité, qui se glisse dans des cadres d’interactions variés. Tout internaute ne participe pas au recodage de l’actualité, mais nombreux sont ceux qui étendent la palette des réceptions vues sans les avoir suscitées. La capacité d’agir des individus ne se situe alors pas tant dans la prise de parole en ligne mais déjà dans une capacité à faire société, en se saisissant des prises et informations qui circulent de manière plus diffuse. Les bribes d’information et de discussion sur Facebook ouvrent, pour certains, des champs d’exploration, en écho à une trajectoire sociale hors ligne.

Un processus produisant une capacité réflexive préalable à une capacité d’agir

30En quoi le recodage de l’information matérialisé dans les dispositifs numériques contribue-t-il à une encapacitation des citoyens dans leurs relations à l’information et à la société ? On a vu que le partage d’information constituait une activité investie par certains, les « hérauts », et opportuniste pour d’autres, les « colporteurs ». Facebook et les réseaux sociaux ne généralisent pas le partage d’information en ligne mais structurent cette forme de prise de parole, autorisent ceux qui la pratiquaient à bas bruit ou dans un environnement restreint à faire advenir cette activité, matérialisent les contenus partagés de manière persistante et initie ainsi une mise circulation des contenus et des mécanismes de relais. Cette pratique se développe aussi grâce à des formes plus souples de prise de parole, en utilisant les mots des autres ou des objets numériques, avec des réactions imagées et pas seulement formulées, devant un public d’amis connu et limité.

31Le recodage sur Facebook doit toutefois répondre aux exigences du cadre social et à la nécessité de trouver un registre d’expression propre à chacun. Les sujets d’actualités, à la différence des activités administratives ou des actualités personnelles, constituent des références facilement intégrables à une sociabilité élargie. Le dispositif numérique, en mettant en lien les individus et en visibilité leurs réactions, permet de partager non pas seulement des contenus mais aussi leurs réceptions. C’est la réflexivité en tant que public de l’actualité qui est généralisé dans la publicisation d’actualité sur Facebook et qui constitue un préalable à une capacité d’action dans l’espace public.

32Les conditions d’activation de ce « recodage élargi » relèvent des sociabilités mais aussi des dispositifs. Si des prises de parole et réactions différenciées se font jour, force est de constater que s’exprimer avec des contenus relève d’un apprentissage et que l’expérience numérique ne suffit pas à faciliter la prise de parole des individus. Ainsi, l’exploitation des richesses du réseau reste corrélée au capital social des internautes, ce qui crée des tensions lors de mobilité sociale.

33Deux questions peuvent à ce stade ouvrir le débat. La première porte sur les artefacts de la conversation : l’étude menée n’a pas différencié les différents émojis, ni investie de nouveaux espaces conversationnels comme Instagram ; mais les plates-formes numériques ont encore peu innover sur le formalisme de la conversation et des tours de parole. Y’aurait-il d’autres manières de décoder / recoder l’actualité qu’émettre une succession de commentaires, avec des formats inspirés de l’écriture partagée par exemple ? La deuxième porte sur la place des médias. La conversation d’actualité ne peut se placer sur les sites des médias, où les interactants ne sont pas forcément connus et les sujets restent propres au site. La dilution de la conversation d’actualité sur les réseaux de sociabilité ne permet donc pas de percevoir une information et la pluralité des traitements médiatiques. Comment les médias peuvent-ils investir le processus de recodage et ainsi rester présent dans les étapes d’empowerment des internautes ?

Haut de page

Bibliographie

Arquembourg J. (2005). Comment les récits d’information arrivent-ils à leurs fins ? Réseaux 132(4): 27-50.

Bakshy E., I. Rosenn, C. Marlow & L. Adamic (2012). The role of social networks in information diffusion. Proceedings of the 21st international conference on World Wide Web. Lyon, France, ACM: 519-528.

Baresch B., L. Knight. (2011). Friends who choose your news: An analysis of content links on Facebook. In International Symposium on Online Journalism, Austin, Texas, April 2011. http://online.journalism.utexas.edu/2011/papers/Baresch2011.pdf.

Bastard I. (2015). De proches en pages, de pages en proches. Exploration et réception des informations en ligne. Thèse de doctorat en sociologie, EDITE.

Bastard I., Cardon D., Charbey R., Cointet J., Prieur C. (2017). Facebook, pour quoi faire : Configurations d’activités et structures relationnelles. Sociologie 8(1): 57-82.

Beaudouin V., C. Licoppe (2002). La construction électronique du social  : les sites personnels. Réseaux 116(6): 53-96.

Boltanski L., Darré Y., Schiltz M.-A. (1984). La dénonciation. Actes de La Recherche En Sciences Sociales 51(1): 3-40.

Boullier D. (2004). La fabrique de l’opinion publique dans les conversations télé. Réseaux 126(4): 57-87.

Boczkowski P.J., E. Mitchelstein (2012). How Users Take Advantage of Different Forms of Interactivity on Online News Sites: Clicking, E-Mailing, and Commenting. Human Communication Research 38(1): 1-22.

Cardon D. (2008). Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0. Réseaux 152 : 93-137.

Cardon D. (2010). La démocratie internet. Promesses et limites. Éditions du Seuil, coll. République des Idées.

Cardon D., J.-P. Heurtin, C. Lemieux. Parler en public. Politix 8(31): 5-19.

Cardon D., H. Delaunay-Tétrel (2006). La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics. Réseaux 138: 15-71.

Dayan D. (2000). Télévision  : le presque-public. Réseaux 18(100): 427-456.

Eliasoph N. (2010). L’évitement du politique. Economica.

Granjon F., A. Le Foulgoc (2010). Les usages sociaux de l’actualité : l’expérience médiatique des publics internautes. Réseaux 160‑161: 225-253.

Hall S., M. Albaret, M.C. Gamberini (1994). Codage/décodage. Réseaux 68(12): 27-39.

Hennion A. (2007). La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Métailié.

Hoggart R. (1957[1970]). La culture du pauvre. Le sens commun.

Lazarsfeld P., E. Katz (1955[2007]). Influence personnelle. Armand Colin.

Marty E., F. Rebillard, S. Pouchot, T. Lafouge (2012). Diversité et concentration de l’information sur le web. Réseaux 176(6): 27-72.

McCombs M.E., Shaw D.L. (1972). The Agenda-Setting Function of Mass Media. The Public Opinion Quarterly 36(2): 176-187.

Olmstead K., Mitchell A., Rosentiel T. (2011). Navigating news online: Where people go, How they get there and what lures them away. Pew Research Center.

Pasquier D. (2005). Cultures Lycéennes. La tyrannie de la majorité. Autrement.

Pasquier D. (2018). L’internet des familles modestes. Presses des Mines.

Pariser E. (2011). The Filter Bubble: What The Internet Is Hiding From You. The Penguin Press.

Quéré L. (2006). Entre fait et sens, la dualité de l’évènement. Réseaux 139: 183-218.

Tarde G. (2001). L’opinion et la foule. Editions du Sandre.

Haut de page

Notes

1 Voir le Pew Internet Research Center sur les profils des usagers de Myspace, Linkedin, etc.

2 Les résultats de l’analyse conduite ici s’appliquent bien sûr en propre au dispositif de Facebook, mais certains points d’observation sur les pratiques relationnelles et informationnelles peuvent porter plus largement.

3 ANR-12-CORD-0018

4 Emmanuel Marty et Frank Rebillard ont entrepris cette démarche de qualification des url par sujet et discutent des limites de cette approche dans un article paru en 2012 (Marty et al., 2012). Ils y montrent la concentration des contenus web sur les sujets mis à l’agenda par les médias. Des méthodes d’analyses lexicales pourraient certainement être appliquées mais n’ont pas pu être entreprises à ce stade.

5 Ce point est bien sûr critique et rend la recherche sur les pratiques interactionnelles en ligne particulièrement incertaine. Les interrogations sur l’accès aux données, produites en dehors de cadre d’enquête, et leur traitement à des fins de recherche sont reprises dans l’article « Travail et travailleurs de la données » : http://www.internetactu.net/2013/12/13/travail-et-travailleurs-de-la-donnee/, consulté le 30/06/2019. !!

6 Il n’est pas possible d’identifier la représentativité de l’échantillon Algopol

7 Cette remarque ne s’applique pas à une population adolescente, âge où la construction de ses goûts associent amitié et pratiques culturelles (Pasquier, 2005).

8 Des images construites à partir d’un visuel et / ou d’une citation (sourcée ou non) circulent sur Internet et notamment sur Facebook, désigné comme des panneaux ou des « citations » par les jeunes. Dominique Pasquier signale la part importante de ces contenus dans les comptes Facebook qu’elle a étudiés.

9 Le domaine d’une url est, de manière un peu grossière, la première partie de l’url qui indique le nom du site et parfois l’éditeur. Par exemple, quand une url est formatée en https://www.lemonde.fr/..., le domaine est le monde.fr ; un traitement permet de ramener les déclinaisons comme https://education.lemonde.fr/... au domaine lemonde.fr.

10 Pour lesquelles il n’est pas possible de catégoriser plus finement le contenu.

11 En référence au « bulles informationnelles » décrites par Eli Pariser.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Codage / décodage / recodage de l’information et le formalisme de Facebook
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5292/img-1.png
Fichier image/png, 72k
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5292/img-3.png
Fichier image/png, 341k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Bastard, « Coder / décoder / recoder », Terminal [En ligne], 125-126 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5292 ; DOI : 10.4000/terminal.5292

Haut de page

Auteur

Irène Bastard

Maître de conférences invitée à Télécom Paris

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals