Navigation – Plan du site
Empowerment en régime numérique
Conceptions civiques de l'empowerment
Démocraties numériques (mobilisation et participation)

Hacker l’Assemblée nationale pour redonner du pouvoir aux citoyens

Le cas du dispositif numérique d’empowerment porté par Ma Voix
Hacker the National Assembly to restore power to citizens. The case of the digital empowerment device worn by Ma Voix
Anaïs Theviot

Résumés

Le double contexte d’appropriation croissante des dispositifs numériques et de rejet des élites politiques a contribué à faire émerger lors du temps électoral 2017 des formes alternatives de représentation politique. Ainsi le mouvement Ma Voix, né en septembre 2015, souhaite inventer une nouvelle forme d’expertise citoyenne et faire entrer le participatif à l’Assemblée nationale à l’aide des outils numériques. Nous souhaitons analyser les dispositifs numériques de cette expérimentation et les discours des membres de deux collectifs locaux à Bordeaux et à Nantes. L’ambition est donc d’étudier la méthodologie proposée par Ma Voix pour hacker le système représentatif de l’intérieur. Notre enquête s’appuie sur l’analyse du design et du contenu des dispositifs en ligne développés par Ma Voix, ainsi que sur une vingtaine de récits de vie des membres du collectif bordelais et nantais de Ma Voix. Cette étude de cas permet d’interroger l’usage du numérique dans les dynamiques d’empowerment citoyen, en portant le regard sur ses limites en pratique, lors d’une campagne électorale.

Haut de page

Texte intégral

Hacker l’Assemblée nationale pour redonner du pouvoir aux citoyens

Le cas du dispositif numérique d’empowerment porté par Ma Voix

1De 1968 à 2018, en l’espace de cinquante ans, les mobilisations collectives et les moyens de les mettre en œuvre et de rendre visibles ces luttes ont largement évolué. Certains perdurent (grèves, manifestations, occupations d’usine, etc.) quand d’autres s’internationalisent (forums sociaux mondiaux, les Indignés, etc.) ou se réinventent (Wikileaks, Anonymous, etc.). Cette reconfiguration des « armes matérielles » (Granjon, 2017) s’appuie notamment sur la montée en puissance du numérique et plus spécifiquement des réseaux sociaux. Toutes les activités sont désormais imprégnées des technologies numériques - qu’il s’agisse des relations de travail (Datchary, 2012 ; Theviot et Treille, 2019), de la sociabilité (Rainie et Wegmann, 2012 ; Dagiral et Martin, 2017), des loisirs ou de la culture (Laurent, 2015) - et les « politiques du conflit » (Tilly, Tarrow, 2015) n’y échappent pas. En 2017, selon les données Eurostat1, la part des ménages de l’Union européenne disposant d’un accès à Internet est passée à 87 %, soit 32 points de plus qu’en 2007. En France, 63 % des personnes âgées de 16 à 74 ont par ailleurs déclaré utiliser Internet pour leurs contacts avec les pouvoirs publics (46 % dans l’Union européenne). Le numérique n’est plus seulement un outil de communication interpersonnelle, il devient un dispositif d’organisation étatique, mais aussi de mobilisations collectives.

2Le contexte français est également marqué par un rejet croissant des élites et une désaffection pour la politique institutionnalisée. Le « baromètre de la confiance politique », publié par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) a établi un document bilan sur la période 2009-20192 qui met en exergue une « décennie noire pour la confiance politique en France » (Cheurfa et Chanvril, 2019). En dix ans, 85 % des personnes interrogées ont considéré que les responsables politiques ne se préoccupent pas d’elles et à 74 %, que ce personnel politique est plutôt corrompu. Cette perte de crédibilité des institutions traditionnelles et cette méfiance envers les hommes politiques se traduisent par une abstention forte (Braconnier et Dormagen, 2007) et croissante lors des dix-neuf scrutins qui ont scandé la séquence électorale 2007- 2017. Cette faible participation citoyenne lors du vote s’accompagne aussi d’une baisse de l’engagement en dehors des temps électoraux dans le cadre des partis politiques ou des syndicats avec un déclin manifeste du nombre d’adhérents (Dalton et Wattenberg, 2000, Scarrow, 2014). P. Rosanvallon, dans La Contre-démocratie (2006), relativise cette « crise » en soulignant que la démocratie est toujours apparue d’abord comme un problème, comme une réalité qui n’était pas accomplie. Il préfère parler non pas de déclin de l’engagement citoyen, mais plutôt d’une mutation de la citoyenneté qui s’organise autour d’un principe de défiance. De nouvelles pratiques citoyennes se sont alors développées, axées sur l’empowerment des citoyens (Bacqué & Biewener, 2013) ou le community organizing (Talpin, 2016), intégrant souvent le numérique comme moyen de reconfigurer les pratiques politiques (Coleman, 2005 ; Breindl & Francq, 2008 ; Cardon, 2010). En effet, le numérique semble permettre de renforcer encore davantage cet engagement citoyen avec la possibilité de s’emparer d’outils techniques sans l’intermédiaire d’homme politique (Rosanvallon, 2015). Les mouvements sociaux et les protestations collectives s’organisent ainsi de plus en plus sur les réseaux sociaux (Pleyers, 2013), en même temps qu’ils s’expriment hors ligne et dans les médias traditionnels (Lefébure et Sécail, 2016).

  • 3 La candidate de LaPrimaire.org, Charlotte Marchandise, n’a, par exemple, obtenu, en mars 2017, que (...)

3Ce double contexte d’appropriation croissante des dispositifs numériques et de rejet des élites politiques a contribué à faire émerger lors du temps électoral 2017 des formes alternatives de représentation politique. Des dispositifs en ligne d’inclusion citoyenne se sont ainsi multipliés en amont de l’élection présidentielle française de 2017, en portant la promesse d’un renouvellement des candidats : « La Primaire.org », « La VraiePrimaire.fr », « La Primaire aux Français », etc. Mais aucun de ces dispositifs n’a pu aboutir sur la candidature d’un de leurs représentants lors de l’élection présidentielle, en raison de la barrière des 500 signatures d’élus locaux3. Ces initiatives ont au moins permis de publiciser et de médiatiser l’envie de se démarquer des procédures traditionnelles de sélection partisane et de déprofessionaliser le politique.

4Le scrutin de l’élection législative ne requiert pas ces 500 signatures et un mois après l’élection présidentielle, d’autres mouvements ont pu se saisir de ce discours de subversion de l’ordre partisan, en proposant des alternatives pour sélectionner de nouvelles personnalités politiques extérieures à l’establishment politique et arriver à réellement présenter un candidat (contrairement aux mouvements cités précédemment). Lors des élections législatives de 2017, un collectif citoyen s’est ainsi fait connaître, animé de cette même volonté de présenter des candidats issus de la société civile, mais aussi de reconfigurer les modalités de fonctionnement du système représentatif lors du mandat du futur député élu.

5Un premier essai a été réalisé à Strasbourg, lors des élections législatives partielles de mai 2016, pour remplacer le député socialiste Armand Jung. Ma Voix a alors proposé un candidat, tiré au sort parmi seize volontaires aux profils différenciés (salariés, retraités, SDF, chômeurs, libraires, surveillants pénitentiaires, travailleurs sociaux, etc.). Le résultat obtenu par le candidat du mouvement, Daniel Gerber, ancien libraire, au RSA au moment du vote, apparaît alors comme prometteur puisqu’il est arrivé en septième position sur quatorze candidats avec 4,25 % des suffrages.

6L’objectif de ce dispositif est de réintégrer les citoyens dans le processus de représentation politique, en leur offrant de devenir candidat et également d’entretenir avec les (éventuels) députés une relation plus directe, proche du mandat impératif.

7La multiplication de mouvements politiques tels que Ma Voix qui parle « d’hacker » l’Assemblée nationale invitent les chercheurs à s’interroger sur ce que fait le numérique au renouvellement des modes de participation politique :

  • 4 Félix, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 28 novembre 2017.

« Le terme hacker, il vient vraiment du fait qu’on veut changer le mode dont on prend les décisions, mais en se servant du système qui existe déjà. Le dispositif de l’Assemblée nationale n’est pas prévu pour que les citoyens s’expriment. Mais nous, on veut profiter d’Internet, des réseaux et tout ça, pour faire entrer un cheval de Troie dans l’Assemblée nationale »4.

8Il s’agit ainsi de renouveler la participation des citoyens à la vie politique au sein des institutions traditionnelles existantes que sont les partis politiques et des principes démocratiques classiques, en se fondant au sein du système représentatif.

9Ma Voix a initié une réflexion sur les dispositifs numériques qui contribuent à renforcer le pouvoir citoyen, a bien présenté plusieurs candidats dans une quarantaine de circonscriptions, mais n’a pourtant pas réussi à faire élire un seul de ses députés à l’Assemblée nationale.

10Nous souhaitons analyser les dispositifs numériques de cette expérimentation et les discours des membres de deux collectifs locaux à Bordeaux et à Nantes. L’ambition est donc d’étudier la méthodologie proposée par Ma Voix pour hacker le système représentatif de l’intérieur : nous verrons que celle-ci repose sur des dispositifs numériques et s’inscrit dans une démarche d’ouverture de la participation politique. Mais le numérique ne fait pas tout ce que montre bien l’analyse du discours des enquêtés qui, lors de cette campagne, ont dû confronter les idéaux des usages du numérique avec leurs pratiques du terrain militant.

  • 5 Ce département est fortement associé au web, notamment au travers des innovations portées par V. Fe (...)

11Notre enquête s’appuie sur l’analyse du design et du contenu des dispositifs en ligne développés par Ma Voix, ainsi que sur une vingtaine de récits de vie des membres du collectif bordelais et nantais de Ma Voix. Le choix du terrain bordelais s’est fait dans la continuité de nos travaux passés sur le militantisme en ligne au sein de la Fédération de Gironde5. Les enquêtés du comité de Bordeaux ont ensuite souvent cité leurs collègues nantais dans leurs discours, disant s’inspirer de certaines pratiques en ligne. Nous avons alors souhaité poursuivre notre enquête en travaillant sur le terrain nantais. Après avoir réalisé quelques entretiens exploratoires avec les militants bordelais, nous avons décidé de poursuivre via la méthode des récits de vie pour mieux saisir le contexte et les trajectoires. J. Whalen et R. Flacks (1989) considèrent que le récit de vie est le seul moyen d’approcher le parcours des enquêtés, de repérer comment l’entrée dans le militantisme s’est faite dans le passé et de contextualiser l’engagement. L’enquête par récit de vie a ainsi tenté de saisir la pluralité des profils présents au sein de ces comités en termes d’âge, genre, parcours militant, motivations à s’engager, perceptions de l’activisme (en ligne). L’intérêt de cette démarche microscopique, nourrie par nos enquêtes précédentes, est de saisir « ce qu’un individu condense de social à travers une trajectoire individuelle » (Dechezelles, 2006, p. 141) ce qui sera analysé dans d’autres contributions sur ce cas. Concernant l’anonymat, nous avons demandé à tous les enquêtés si leur nom pouvait être cité dans les publications scientifiques à venir : plusieurs n’ont pas souhaité que leur nom apparaisse, considérant leur engagement comme une composante de leur vie personnelle.

12L’analyse des dispositifs en ligne met en évidence la part visible de la stratégie et permet de porter le regard sur les usages. C’est le croisement entre la stratégie « visible » en ligne et le discours des acteurs interrogés qui nous intéresse ici pour saisir les pratiques en ligne et perceptions du militantisme au concret.

13Cette étude de cas permet de s’interroger sur l’usage du numérique dans les dynamiques d’empowerment citoyen, entendues comme « processus par lequel un individu ou un groupe acquiert les moyens de renforcer sa capacité d’action, de s’émanciper » (Bacqué, 2005). Le processus porté par Ma Voix repose sur plusieurs attraits du numérique qui sont souvent remis en cause et critiqués par les enquêtés, confrontés à leur pratique de terrain : une ouverture au niveau de la sélection des candidats qui ne seraient plus des professionnels (1), une plus grande visibilité du collectif à faible coût (2), une méthode pour mettre en place une démocratie quasi-directe à l’échelle nationale (3).

Le numérique (couplé au tirage au sort) pour renouveler le profil des candidats

14Au fondement de Ma Voix, il y a l’envie de maximiser la participation des citoyens et de les former via des modules proposés en ligne afin qu’ils puissent développer leur empowerment :

  • 6 Christophe, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 7 novembre 2017.

« Je contribue à Ma Voix, ça va faire quasiment un an, j’ai commencé à peu près six mois avant l’élection législative J’avais besoin de démocratie réelle dans le pays. Je ne savais pas trop comment m’impliquer là-dedans. Je ne me reconnaissais pas dans l’idéologie et dans l’organisation des gros partis. Ma voix me correspondait à la fois en tant qu’expérience citoyenne et expérience humaine. »6

15Ce collectif citoyen critique la professionnalisation accrue du politique et le manque de représentativité de l’Assemblée nationale. Pour lutter contre l’uniformisation du profil sociologique des représentants politiques, Ma Voix propose à qui le souhaite de devenir député et de se porter ainsi candidat. Une vidéo postée sur Facebook a eu beaucoup de succès : on y voit des membres de Ma Voix, se baladant dans les rues et interpellant les passants, avec une affiche en carton sur laquelle est indiquée « Dis, tu veux être mon/ma député/e ? »7. L’affiche miroir, commune à tous les groupes locaux et présente au bureau de vote, retranscrit cette idée que chaque citoyen pourrait potentiellement devenir député (cf. figure 2) :

  • 8 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du (...)

« Je ne sais pas si tu as vu l’affiche électorale, notre affiche officielle, c’est la phrase ‘Qui vous représente le mieux ?’ et un miroir. À aucun moment apparaissent les noms des candidats. Et en fait, c’est vraiment fait exprès car pour nous, l’objectif, c’est de dire que la personnalité du candidat n’est pas importante. Il est là juste pour appuyer sur le bouton, conformément à ce que vous avez dit, conformément à ce que vous avez exprimé donc peu importe la personne, peu importe le fait qu’elle soit compétente, ce qu’il a fait dans sa vie, on s’en fiche, son âge, il est juste là pour appuyer conformément à ce que vous avez indiqué. L’idée était vraiment de remettre les citoyens au cœur du prototype de la vie politique. De leur redonner les clés pour leur dire ‘bah voilà, arrêtez de vous laisser faire et vous, faites’ »8.

Figure 2. L’affiche de campagne officielle de Ma Voix avec un fond miroir

Figure 2. L’affiche de campagne officielle de Ma Voix avec un fond miroir

16 Les conditions pour se porter candidat à la candidature sont simples :

  • 9 Article rédigé a posteriori par des membres de Ma Voix, mis en ligne sur Facebook le 17 décembre 20 (...)

« être volontaires ; avoir suivi les cours en ligne #MAVOIX pour avoir une connaissance initiale du fonctionnement des institutions et bien comprendre leur rôle spécifique dans le cadre de l’expérimentation #MAVOIX ; répondre aux conditions d’éligibilité d’un député (âge, attestation d’inscription sur liste électorale, casier judiciaire vierge, etc.) »9

  • 10 En 2009 puis en 2010, les élections traditionnelles s’accompagnent de la désignation d’une Assemblé (...)

17Pour sélectionner ensuite les candidats et s’inspirant de l’expérience islandaise notamment10, le principe du tirage au sort a été adopté. Il apparaît alors comme un moyen de faire participer ceux qui ne se sentiraient pas assez légitimes ou n’auraient pas les compétences oratoires par exemple (maîtrise de certains codes langagiers et politiques, éducation primaire et secondaire, confiance en soi, charisme, capital militant, etc.) pour défendre leur candidature (Manin, 2012), selon le principe d’un égalitarisme radical. Là encore, le numérique joue un rôle important puisque les candidats doivent s’inscrire sur une plateforme en ligne pour déposer leur candidature (et ensuite être présents physiquement lors du tirage au sort à Paris). 500 personnes se sont porté candidates et 300 ont validé leur candidature en se déplaçant, puis 84 ont été tirées au sort pour se présenter dans 43 circonscriptions.

  • 11 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du (...)

« Alors, le tirage au sort, il a eu lieu à Paris. Sur le toit de la Cité de la mode et du design. Donc sur les 500 personnes qui se sont portées volontaires, il y en a 300 qui effectivement se sont déplacées. Donc il fallait savoir que pour pouvoir valider ta candidature, il fallait être présent le jour des tirages au sort. (…) c’est les gens qui donnaient de leur temps et leur argent et bah d’ailleurs, il y a, pour payer la journée du tirage au sort, il y a un chapeau qui est passé : ça coûtait 1500 euros. Donc les gens donnaient l’argent s’ils voulaient, ce n’est pas obligatoire. En fait, ça a toujours fonctionné comme ça, sur le bénévolat »11.

18Ce tirage au sort a permis à des profils sociologiques diversifiés d’accéder à la candidature. Au niveau du genre, le tirage s’est voulu paritaire avec deux urnes - l’une pour les femmes et l’autre pour les hommes - et l’huissier prenait, tout à tour, un bulletin dans chaque urne. Concernant le niveau d’études, le panel des candidats allait de ceux qui avaient arrêté l’enseignement au collège aux diplômés d’un doctorat. Concernant le degré de politisation, il était, lui aussi, très variable : la plupart des candidats n’avaient jamais adhéré à un parti politique. En revanche, plusieurs étaient investis dans un engagement associatif local. Les candidats n’ont donc pas de carrière politique, ni d’identité politique affirmée. Un des membres du collectif bordelais relate ainsi son hésitation, lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2017, entre deux candidats aux tendances politiques éloignées : Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.

  • 12 Paul, membre de Ma Voix à Bordeaux. Entretien du 22 juillet 2017.

« D’un point de vue… idéologique je me rapprocherais un peu… À peu près de… du parti des Insoumis. Mais… je ne m’y reconnais pas du tout à cause de cette personnification du représentant. Y’a vraiment ce côté, c’est le représentant qui a la bonne parole. C’est grave, c’est, pour moi ça peut être à l’origine d’un totalitarisme nouveau. Et après… moi pendant les présidentielles, je… tournais entre Les Insoumis et En Marche ! J’étais aussi sur des groupes, des militants d’En Marche parce que je me reconnaissais plus au niveau de la méthode en tout cas. Pas forcément de toutes les idées, mais de la manière de… bah voilà… du participatif »12.

19Le jeune âge (moins de quarante ans) est un facteur commun, lié notamment au passage par Internet pour s’inscrire à la candidature. Le numérique permet donc d’ouvrir les profils sociologiques des représentants politiques, mais amène d’autres biais via une « fracture générationnelle » encore présente pour certains dispositifs.

20Pour consolider ce processus d’ouverture de l’engagement politique à tous, a été mis en ligne, sur le site national de Ma Voix, une rubrique « Comprendre »13 qui propose des synthèses du fonctionnement des institutions politiques françaises, avec différentes rubriques : « Apprendre ensemble la fabrique des lois, pas à pas » ; « Mandat impératif ou pas », #MAVOIX et la capacitation citoyenne » ; « formations en ligne ». Des MOOCs « pour réapprendre ensemble la démocratie »14 sont mis en ligne, mais les enquêtés rencontrés nous ont indiqué les avoir finalement assez peu consultés.

Le numérique comme outil pour faire connaître le mouvement et l’organiser

21La question de la visibilité des luttes et des moyens mis à disposition pour orchestrer des mobilisations efficaces s’est posée bien avant l’arrivée d’Internet. Les supports de communication (presse, radio, tracts papiers…) ont été nombreux et variés pour tenter de publiciser une cause et accroître l’agir citoyen. Le numérique semble reconfigurer la portée de ces outils de médiatisation des mouvements collectifs en mobilisant un public plus large (Milan, 2013) et non constitué uniquement de « professionnels de la démocratie participative » (Mazeaud et Nonjon, 2018).

  • 15 « Nous ne voulons pas, comme certain.e.s femmes et hommes politiques, courir derrière les caméras, (...)

22Le premier objectif de Ma Voix est de rendre visibles le mouvement et sa philosophie. Comme les membres de Ma Voix ne souhaitent pas communiquer avec les médias, ni même répondre à leurs sollicitions afin d’éviter une personnalisation de la campagne15, ils créent leurs propres outils de communication, notamment via les réseaux sociaux. Une vidéo lancée sur Facebook, avec plus de 400 000 vues, a ainsi contribué à faire connaître ce mouvement à l’automne 2016. Elle montre un groupe de citoyens présents lors de la conférence TEDx organisée à La Rochelle, les 5 et 6 novembre 2016, sur le thème de la crise, scander un même slogan : « Nous sommes de ceux qui n’arrivent plus à aller voter la tête haute ». Ce mouvement souhaite en effet répondre aux attentes de ceux qui ne se retrouvent pas dans l’offre politique actuelle et ont plus tendance à voter « contre » un candidat que par adhésion. Plus largement, l’ambition est aussi d’attirer les abstentionnistes qui ne votent plus par manque de confiance envers les formes politiques traditionnelles.

23Suite à ce lancement réussi du mouvement, d’autres vidéos ont été diffusées et relayées sur les réseaux sociaux afin d’accroître encore la visibilité. Dans les vidéos, il est explicité, de manière simple, courte et pédagogique, le principe de Ma Voix : chaque citoyen pourrait participer au vote des lois en émettant ses vœux via une plateforme Internet collaborative et chaque citoyen serait susceptible de devenir député.

  • 16 Manon, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 12 octobre 2017.

« Il y a eu plein de vidéos. Il y a celle où ça commence : ‘Nous sommes de celles, de ceux qui n’arrivons plus à aller voter la tête haute’ et ça c’était pour les partielles à Strasbourg, les législatives partielles à Strasbourg et après, il y a eu pas mal de vidéos qui ont été faites, notamment cette vidéo que tu as dû voir des Parasites à Paris, à Chatelet et ils interpellaient les gens, en leur disant : ‘ça te dirait d’être mon député ?’ »16

24Ces vidéos ont été le premier moyen pour recruter des volontaires. L’accès facile à l’information politique en ligne décloisonne a priori les réseaux de socialisation politique. En effet, le partage de ces vidéos sur les réseaux sociaux a permis d’accroître leur portée et de s’adresser à des publics cibles en les postant sur des groupes thématiques dont les membres pourraient être sensibles au projet de Ma Voix.

  • 17 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du (...)

« Moi je sais que c’est par le numérique que j’ai découvert Ma Voix. Donc clairement, si j’avais pas eu le numérique, je n’aurais pas découvert. Je pense que pour beaucoup de membres, c’est comme ça. Il n’y a eu qu’un seul cas dans notre groupe, où il a vu une affiche collée dans une bibliothèque. Et c’est comme ça qu’il a découvert Ma Voix. C’est le seul cas je crois, dans tous les autres, c’est par Facebook … Surtout par Facebook, j’ai envie de te dire. »17

25L’idée est que le numérique soit une porte d’entrée, une accroche pour les citoyens et qu’ils se rendent ensuite aux réunions publiques pour agir sur le terrain. Hors ligne, une trentaine de collectifs locaux ont émergé en France, notamment dans les grandes villes. Chaque collectif pouvait créer ses propres supports de communication et les partager ensuite en ligne pour que d’autres groupes locaux en bénéficient. Le numérique s’apparente alors à une base de données ou à un archivage des supports de communication qui peuvent être en permanence enrichis par d’autres groupes ou utilisés dans leur format d’origine. Une réflexion a, par exemple, été menée au sein du collectif bordelais sur le terme « hacker » qui n’a finalement pas été retenu dans ses supports de communications locaux (contrairement à l’échelon national) :

  • 18 Allia, membre de Ma Voix à Bordeaux. Entretien 17 juillet 2017.

« Et d’ailleurs à Bordeaux, on n’a pas repris ce terme dans nos tracts et affiches. Le terme hacker parce que ça faisait geek, ça faisait jeune et donc… on ne pouvait ne pas s’y retrouver. Ça faisait aussi un peu révolutionnaire… L’idée un peu de casser la baraque donc… On ne s’y est pas retrouvés. Donc, du coup, on n’a pas repris ce terme. »18.

26Au-delà des réseaux sociaux, les membres de Ma Voix ont souhaité développé leur propre forum en ligne. L’objectif est d’articuler échelle nationale et locale en proposant à tous les groupes de discuter ensemble. Des guides d’accompagnement, en fonction du profil de l’internaute connecté, étaient proposés :

« Bonjour, bienvenue sur le forum #MAVOIX ! Si vous êtes nouveau ici, voici un premier post pour utiliser notre forum. Un autre post est dédié à la constitution d’équipes locales.
Si vous êtes candidat.e #MAVOIX, voici un sujet dédié à votre accueil.
Si vous êtes mandataire financier, voici un sujet dédié à votre accueil.
Si vous voulez aider financièrement nos circonscriptions, c’est par ICI.
Si vous souhaitez contribuer, vous pouvez vous inspirer de ce post ou rejoindre nos équipes de soutien thématiques. »19

  • 20 De façon récurrente, chaque nouvelle technologie de communication fait l’objet de présupposés sur s (...)

27Dès le début d’Internet, les forums en ligne ont été perçus comme un renouvellement possible de la démocratie20, incorporant plus de débats et d’interactions : « si les forums politiques en ligne ne sont pas une technologie démocratique, c’est qu’aucune technologie ne peut l’être » (Rheingold, 1993, p. 131).

  • 21 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du (...)

28Les dispositifs numériques et notamment les réseaux sociaux apparaissent comme un outil majeur dans l’organisation de la mobilisation et dans ce passage du en ligne au hors ligne : les réunions publiques étaient annoncées via des événements Facebook, tout comme les tractages sur les marchés. Par ailleurs, le financement de la campagne (plus de 92 000 euros pour l’ensemble des affiches, bulletins de vote et professions de foi) ne s’est basé que sur des petits dons individuels (plus de 1000 donateurs et souvent des membres de Ma Voix ou de leurs entourages proches) et s’est beaucoup appuyé sur les plateformes numériques pour enregistrer des dons en ligne (cf. figure 1). Sur le site national de Ma Voix, il y avait en effet un onglet « financement » avec la possibilité dans une rubrique clairement identifiée de « faire un don ». L’ambition de ce site national était de regrouper l’ensemble des collectifs locaux sur une même plateforme pour maximiser leur visibilité et donner à voir la mobilisation sur tout le territoire français. Dans l’onglet « financement », une des pages visait à comptabiliser par comité les dons reçus et promesses de dons envoyées, en affichant l’objectif à atteindre, avec un lien vers le groupe Facebook local intitulé « Où sont-ils ? Comment les contacter ? À quoi servira l’argent récolté ? »21. Cette mise en scène du don en ligne rappelle le design des cagnottes en ligne et vise à insister sur la transparence du processus.

Figure 1. Capture d’écran de l’outil de collecte de dons en ligne sur le site Internet national de Ma Voix

Figure 1. Capture d’écran de l’outil de collecte de dons en ligne sur le site Internet national de Ma Voix

29La difficulté a toutefois été de passer d’une mobilisation massive en ligne à un militantisme de terrain. En effet, même si les vidéos sur Facebook étaient partagées par des milliers d’internautes, les collectifs locaux de Bordeaux et Nantes ne sont arrivés à regrouper qu’une vingtaine de membres actifs pour agir sur le terrain. Les supports numériques ont été un vrai atout pour la publicisation du mouvement. Ils ont aussi permis d’attirer ponctuellement des citoyens qui se sont joints à des tractages ou réunions publiques, mais ont plus rarement permis de convertir les « like » en un engagement plus durable.

Le numérique comme outil de dépassement du système représentatif 

30De nombreux dispositifs numériques se sont développés tout au long de la campagne : un site Internet national de campagne, un Wiki (sur lequel étaient mise à disposition les comptes-rendus de réunions nationales et locales), un forum22, des groupes Facebook locaux, une application pour repérer les panneaux d’affichage électoral, un outil de décoration de photo aux couleurs de Ma Voix, etc. Ces outils ont été développés par certains membres de Ma Voix dans une philosophie du logiciel libre afin que leurs codes-sources puissent être réutilisés par la suite, laissant ainsi la possibilité de continuer à travailler sur ces supports tout en les adaptant à d’autres projets.

  • 23 Article rédigé a posteriori par des membres de Ma Voix, mis en ligne sur Facebook le 17 décembre 20 (...)

« Ce choix de créer des outils libres était motivé par une volonté de transparence (sur les données et les processus), celle-ci étant un des piliers d’un fonctionnement réellement démocratique. Ces outils libres ainsi que toute la riche documentation de l’expérimentation #MAVOIX constituent ainsi un commun mis à disposition et réutilisable par tous. »23

31Dans le discours des membres de Ma Voix, le terme « expérimentation » revient très régulièrement pour rappeler que ce mouvement est né d’une envie commune de réinventer le système représentatif, mais qu’il s’agit encore d’un test, se réalisant par tâtonnements successifs. L’ambition est en effet de réintroduire de la démocratie directe dans le système représentatif en faisant voter les citoyens sur chaque loi via une plateforme en ligne. Le député élu ne serait alors qu’un porte-voix du choix établi par ce vote citoyen en ligne. La plateforme numérique apparaît alors comme un moyen de rendre accessible une forme de démocratie directe à l’échelle nationale. Il s’agit de reconstruire une « Démocratie forte » dans le sens que B. Barber donne à cette expression : promouvoir « une culture civique plus proche des concepts de participation, de citoyenneté et d’interactivité politique qui sont ses vertus essentielles » (Barber, 1997).

  • 24 Clément, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 15 novembre 2017.

« Ce qui me plaît bien, c’est la responsabilisation des citoyens, euh voilà, on a tendance à presque infantiliser les citoyens avec nos grands chefs. Moi, je trouve ça vachement bien que les gens se responsabilisent et se sentent responsables du bon fonctionnement de la société. »24

32Toutefois, les citoyens rencontrés sur les marchés par les enquêtés, ont souvent remis en cause ce processus en ligne, soulignant la difficulté à mobiliser l’ensemble des Français aussi régulièrement et d’arriver à une bonne représentativité. En effet, l’outil choisi influe sur le profil des participants : comme nous l’avons vu lors du processus de sélection des candidats, la plateforme numérique peut être une barrière pour des citoyens plus âgés ou non technophiles. Plusieurs membres de Ma Voix ont saisi cette difficulté de l’accès aux dispositifs numériques (au-delà du mail) et de la compétence numérique qui fragilise leur méthode et la volonté d’ouverture de l’agir politique à tous les citoyens :

  • 25 Félix, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 28 novembre 2017.

« C’est quand même aussi à l’essence du mouvement le côté informatique, réseaux tout ça. C’est là où on touche les gens et qu’on recueillera les votes. Quand on allait dans la rue, quand on allait voir les gens, bah on rencontrait des gens qui ne sont pas sur les réseaux sociaux, qui n’ont pas accès à un ordinateur et qui te disent : "ah bah oui, mais moi, comment je vais voter ?" Et c’est tout de suite plus compliqué, et c’est plus ça qui va être compliqué. »25

33La volonté de Ma Voix de mettre en place des débats en ligne pour discuter les lois, avant de les soumettre aux votes des citoyens, a aussi été critiquée en interne :

  • 26 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux. Entretien du 21 juillet 2017.

« On a beaucoup parlé d’espaces de débat en ligne. Mais moi, je suis persuadée que ça ne marche pas. Tu ne peux pas débattre en ligne d’un truc, tu perds vachement d’informations quand tu écris plutôt que quand tu parles parce que tu vois pas du tout la personne. Tu peux interpréter de 12 000 manières différentes ce qui est écrit. Nous on l’a vu aussi, quand on se parlait dans un forum pour travailler et le nombre de mauvaises interprétations qu’il y a pu avoir et qui a pu générer des tensions… »26

  • 27 Jérôme, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 21 juillet 2017.

« On sait très bien que le numérique pour certaines personnes, c’est très impersonnel. C’est très difficile de débattre sur du numérique en fait. C’est beaucoup plus difficile de débattre sur le numérique qu’en physique. C’est pour ça que la plupart des groupes locaux proposaient en plus, après s’il y avait eu un élu, de pouvoir débattre localement avec des gens qui le souhaitaient en plus du numérique. Mais le numérique était une part très importante dans le projet. »27

34Plusieurs travaux ont déjà montré qu’Internet peut en réalité autant étendre que fragmenter les interactions et les échanges (Habermas, 1998) : « si Internet devient un agrégateur des intérêts individuels et le lieu d’un référendum permanent, le débat public en ressort non enrichi mais considérablement appauvri, car il n’y a pas de débat délibératif si à tout moment je clique, sans me confronter aux autres » (Frenkiel, 2017). Les membres des comités bordelais et nantais de Ma Voix ont ainsi fait évolué le projet national lors de leurs réunions hors ligne en insistant sur le besoin de mettre en place, de manière concomitante aux débats en ligne, des réunions hors ligne pour échanger sur les projets de lois. Que ce soit en ligne ou hors ligne, la difficulté reste dans la représentativité des participants aux débats et l’éternel problème de la surreprésentation de catégories sociales favorisées et qui ont déjà un intérêt pour le politique. Les travaux de Rémy Rieffel (2014) alimentent cette thèse, en considérant Internet comme « un nouveau répertoire d’actions collectives », tout en indiquant dans le même temps qu’il est « symbole d’une réappropriation du débat public par les citoyens les plus politisés ».

Conclusion : Un procédé expérimental, révélant les limites de l’empowerment citoyen par le numérique

35Ma Voix se revendique comme un mouvement qui a su se saisir du numérique pour dépasser les systèmes partisans traditionnels et pour penser autrement le politique que ce soit au niveau de la sélection des candidats (récolte des candidatures à la candidature en ligne, tirage au sort, former les candidats via des MOOCs), des manières de faire campagne (usage important des réseaux sociaux pour faire connaître le mouvement, possibilité pour le candidat de faire campagne à distance de sa circonscription en communiquant avec son comité via les outils en ligne, dons en ligne, créer des événements sur les réseaux sociaux pour organiser en ligne le militantisme hors ligne, etc.), mais aussi de la façon d’exercer le pouvoir une fois élu (consultation en ligne des citoyens sur les propositions de lois en amont du vote à l’Assemblée par leur député). Il s’agit alors de lutter contre la professionnalisation du politique et l’uniformisation sociologique des représentants qui amènent à une défiance citoyenne accrue face à la constitution d’une élite politique et de responsabiliser davantage les citoyens en leur demandant de participer aussi à la vie politique en dehors des temps électoraux. En effet, dans le projet porté par Ma Voix, les députés, une fois élus, ne sont que des porte-parole : ils s’engagent à ne pas voter en fonction de leurs idées personnelles, mais bien en suivant le résultat du vote citoyen en ligne.

36S’appuyer ainsi sur le numérique pour reconfigurer « l’encapacitation » des citoyens repose sur au moins deux présupposés : l’ouverture et l’usage du numérique par tous les citoyens et la volonté d’agir, en dehors du temps électoral, dans un système cadré de vote en ligne par tous les internautes.

37Avec le cas de Ma Voix, nous avons bien vu que le numérique permet, il est vrai, un renforcement des compétences politiques des citoyens via la mise en place de formation en ligne. Il permet aussi une auto-organisation à faible coût, sans avoir besoin d’intermédiaire, rappelant ainsi l’origine de la notion d’empowerment telle que pratiquée par des travailleurs sociaux radicaux américains dès les années 1920 (Alinsky, 1969). Le numérique facilite aussi un élargissement des publics, en incluant par exemple davantage les jeunes, les actifs ou les parents de jeunes enfants qui peuvent s’exprimer en ligne quand ils le souhaitent et consacrer du temps à leur engagement politique.

38Mais dans le même temps, les membres du comité de Ma Voix, réellement actifs sur le terrain, se sont avérés peu nombreux et la majorité ont indiqué ne pas avoir utilisés les dispositifs de formation en ligne proposés sur le rôle de l’Assemblée nationale ou celui du député par exemple. Ils ont préféré s’auto-former en discutant hors ligne lors des réunions du comité. Le numérique semble inviter à un engagement de masse ponctuel et inscrit dans la tyrannie du clic. Autrement dit, le design de l’outil numérique n’est pas neutre et joue un rôle fort dans sa capacité à retenir l’internaute sur la plateforme. Par ailleurs, nous avons souligné lors du processus de sélection des candidats que la maîtrise de l’outil (il était nécessaire de se porter candidat à la candidature sur une plateforme en ligne) peut constituer une nouvelle barrière, laissant de côté une partie des citoyens, peu à l’aise sur ces dispositifs.

39La question de la participation politique des citoyens dans des procédures alternatives du vote (jurys citoyens, conseils de quartiers, etc.) a déjà été de nombreuses fois soulignée (Blondiaux et Fourniau, 2011), en insistant sur la difficulté d’attirer les citoyens pour participer. Il a été en effet montré que ce sont toujours les mêmes qui participent (profils sociologiques favorisés, experts ou profanes ayant un intérêt individuel à défendre). Dans le cas de Ma Voix, l’idée était de passer par le numérique pour justement essayer de dépasser cette limite et d’attirer de nouveaux publics en dehors des temps électoraux, dans une forme de démocratie quasi-directe. Mais le principe d’une plateforme en ligne, censée récolter les avis des citoyens avant que le député ne se prononce à l’Assemblée nationale, a souvent été critiqué par les membres eux-mêmes, mais aussi par les citoyens qu’ils rencontraient sur les marchés, en dénonçant les détournements possibles et le manque de représentativité. Si un député Ma Voix avait été élu, il aurait été intéressant de suivre l’évolution du dispositif en ligne pour réguler par exemple la surreprésentation des lobbies sur certains projets de lois.

40Ma Voix constitue donc une expérimentation démocratique qui n’a pu aboutir en raison notamment des limites de l’usage du numérique identifiées ci-dessus (et pointées du doigt par les membres de Ma Voix eux-mêmes) et d’une certaine méfiance des électeurs à l’égard de cette méthode, souvent perçue comme trop artisanale et idéaliste.

Haut de page

Bibliographie

Alinsky S. (1969). Reveille for Radicals, New York, Vintage Books, 2nd ed.

Bacqué M.-H., Biewener C. (2015). L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris : La Découverte.

Bacqué M.-H. (2005). L’intraduisible notion d’empowerment vue au fil des politiques urbaines américaines. Territoires 460: 32-35.

Barber B. (1997). Démocratie forte, Paris : Desclée de Brouwer.

Blondiaux L., Fourniau J.-M. (2011). Un bilan des recherches sur la participation du public en démocratie : beaucoup de bruit pour rien ? Participations 1: 8-35.

Braconnier C., Dormagen J.-Y. (2007). La démocratie de l’abstention, Paris : Folio Actuel.

Breindl Y., Francq P. (2008). Can Web 2.0 Applications Save e-Democracy? A Study of How New Internet Applications May Enhance Citizen Participation in the Political Process Online. International Journal of Electronic Democracy 1: 14-31.

Cardon D. (2010). La démocratie Internet, Paris : La République des Idées.

Cardon D., Casilli, A. (2015). Qu’est-ce que le Digital Labor ? Paris : INA éditions.

Chambat P. (2003). Démocratie électronique : Quelques jalons dans la généalogie d’une question. Sciences de la Société 60: 48-63.

Cheurfa M., Chanvril F. (2019). 2009-2019 : la crise de confiance politique. Baromètre de la confiance, Cevipof.

Dagiral E., Martin O. (2017). Liens sociaux numériques. Sociologie 1(8). http://journals.openedition.org/sociologie/3149.

Dalton R.J., Wattenberg M.P. (Eds.) (2000). Parties Without Partisans. Political Changes in Advanced Industrialized Democracies, Oxford, Oxford University Press.

Datchary, C. (dir) (2012), La dispersion au travail, Toulouse, Octares.

Dechezelles S. (2006), Comment peut-on être militant ? Sociologie des cultures partisanes et des (dés)engagements. Les jeunes militants d’Alleanza Nazionale, Lega Nord et Forza Italia face au pouvoir, Thèse pour le doctorat en science politique, Université Montesquieu - Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux.

Flichy P. (2001), L’imaginaire d’Internet, Paris, La Découverte.

Frenkiel E. (2017), « Hacker la démocratie taïwanaise : Audrey Tang et la réinvention de la politique », Participations, 17, 1, p. 121-153.

Granjon, F. en collaboration avec Papa, V. et Tuncel, G. (2017), Mobilisations numériques. Politiques du conflit et technologies médiatiques, Presses des Mines, Paris.

Habermas J. (1998), Between facts and norms, Cambridge, MIT Press.

Lefébure, P. et Sécail, C. (dir.) (2016), Le Défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats, Paris, Lemieux.

Levy P. (2002). Cyberdémocratie, Paris : Odile Jacob.

Manin B. (2012). Principes du gouvernement représentatif, Paris : Flammarion.

Mazeau A., Nonjon M. (2017). Le marché de la démocratie représentative, Vulaines-sur-Seine : Ed. du Croquant.

Milan W.S. (2013). Learning to Love Democracy: Electoral Accountability and the Success of Democracy. American Journal of Political Science 57(3): 685-702.

Monnoyer-Smith L. (2011). La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques ? Participations 1: 156-185.

Oser J., Hooghe M., Marien S. (2013). Is Online Participation Distinct from Offline Participation? A Latent Class Analysis of Participation Types and Their Stratification. Political Research Quarterly 6(1): 91-101.

Pleyers G. (2013). Dossier “Militantisme en réseaux”. Réseaux 181(5).

Poupa C. (1998). Démocratie directe et cyber-démocratie en Suisse. Discussion Paper de l’IDHEAP 12.

Price V. (2006). Citizen Deliberating Online: Theory and Some Evidence. In Davies T. et Noveck B. S. (eds), Online Deliberation: Research and Practice, Chicago University Press.

Rainie L., Wellman B. (2012). Networked: The New Social Operating System, Cambridge: MIT Press.

Rheingold H. (1993). The Virtual Community: Homesteading on the Electronic Frontier, Massachusetts: Addison-Wesley.

Rieffel R. (2014). Révolution numérique, révolution culturelle ? Paris : Gallimard.

Rosanvallon P. (2006). La contre-démocratie, la politique à l’âge de la défiance, Paris : Seuil.

Rosanvallon P. (2015). Le bon gouvernement, Paris : Broché.

Sintomer Y. (2012). Tirage au sort et démocratie délibérative, une piste pour renouveler la démocratie au XXIe siècle. La Vie des Idées, http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20120605_sintomer.pdf.

Talpin J. (2016). Community Organizing. De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux Etats-Unis, Paris : Raisons d’agir.

Theviot A., Treille E. (2019). Dossier « Les ‘Big data’ au travail. Les métiers de la donnée entre expertises professionnelles et effets de croyance ». Politiques de communication.

Tilly C., Tarrow S. (2015). Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, traduit de l’anglais (États-unis) par Bouyssou R., Presses de Sciences Po.

Vedel T. (2003). L’idée de démocratie électronique, visions, questions. In Perrineau P. (dir.), Le désenchantement démocratique, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 243-266.

Whalen J., Flacks R. (1989). Beyond the Barricades. The Sixties Generation Grows Up, Philadelphia: Temple University Press.

Haut de page

Notes

1 Source : https://ec.europa.eu/eurostat/web/digital-economy-and-society/data/database. Dernière consultation le 11/11/2019.

2 Source : http://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/CEVIPOF_confiance_10ans_CHEURFA_CHANVRIL_2019.pdf. Dernière consultation le 11/11/2019.

3 La candidate de LaPrimaire.org, Charlotte Marchandise, n’a, par exemple, obtenu, en mars 2017, que 135 parrainages sur les 500 nécessaires pour se présenter à la présidentielle.

4 Félix, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 28 novembre 2017.

5 Ce département est fortement associé au web, notamment au travers des innovations portées par V. Feltesse - directeur web de la campagne de F. Hollande en 2012 - à la Communauté Urbaine de Bordeaux, ainsi qu’à la mairie de Blanquefort. Ce contexte permet aux adhérents de cette fédération de développer leur militance en ligne et d’imprégner les pratiques militantes de l’ensemble des partis et activistes par effet de mimétisme.

6 Christophe, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 7 novembre 2017.

7 Source : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=LPH9L5iBpf4. Dernière consultation le 11/11/2019.

8 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du 21 juillet 2017.

9 Article rédigé a posteriori par des membres de Ma Voix, mis en ligne sur Facebook le 17 décembre 2018 : « les ingrédients de l’expérimentation Ma Voix » ; source : https://www.facebook.com/notes/ma-voix/les-ingrédients-de-lexpérimentation-mavoix/2311249129112245/.

10 En 2009 puis en 2010, les élections traditionnelles s’accompagnent de la désignation d’une Assemblée citoyenne constituante formée de 1 000 personnes tirées au sort (ainsi que des personnalités qualifiées) et un Conseil constituant est élu pour travailler à la refondation de la constitution du pays (Sintomer, en ligne).

11 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du 21 juillet 2017.

12 Paul, membre de Ma Voix à Bordeaux. Entretien du 22 juillet 2017.

13 Source : https://www.mavoix.info/comprendre/. Dernière consultation le 11/11/2019.

14 Source : https://www.mavoix.info/project/mooc-formations-en-ligne/. Dernière consultation le 11/11/2019.

15 « Nous ne voulons pas, comme certain.e.s femmes et hommes politiques, courir derrière les caméras, passer notre vie à nous raconter, à nous regarder, et à jauger ceux qui nous regardent. Nous préférons rester concentrés sur l’immense tâche qui est devant nous et qui nous demande toute notre énergie. Le temps est venu de sortir du dire pour se concentrer sur le faire. De passer de la réaction à la proposition. Nous avons donc fait un choix : nous ne donnons pas d’interview, nous n’allons pas sur les plateaux télé, mais les portes de toutes nos réunions sont ouvertes à tous les citoyens quels qu’ils soient, journalistes y compris. » Extrait du site Ma Voix. Source : https://www.mavoix.info/comprendre/mavoix-et-les-medias/. Dernière consultation le 11/11/2019.

16 Manon, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 12 octobre 2017.

17 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du 21 juillet 2017.

18 Allia, membre de Ma Voix à Bordeaux. Entretien 17 juillet 2017.

19 Source : https://forum.mavoix.info/?fbclid=IwAR3aMzvOMsdsgZrrerB6Im_akAk9MPjsDgWJ4iQKTG5uM3I7czM2vPGFirY. Dernière consultation le 11/11/2019.

20 De façon récurrente, chaque nouvelle technologie de communication fait l’objet de présupposés sur son aptitude à mobiliser davantage les citoyens et à moderniser les institutions : « La radio, la télévision, la vidéo communautaire, les radios libres et les formes balbutiantes de l’Internet (BBS, listservs, Usenet) ont toutes suscité des espoirs d’une appropriation citoyenne intense permettant l’avènement d’une démocratie forte. » (Monnoyer-Smith, 2011).

21 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux, candidate aux législatives de 2017 pour Ma Voix. Entretien du 21 juillet 2017.

22 Source : https://forum.mavoix.info/?fbclid=IwAR3aMzvOMsdsgZrrerB6Im_akAk9MPjsDgWJ4iQKTG5uM3I7czM2vPGFirY. Dernière consultation le 11/11/2019.

23 Article rédigé a posteriori par des membres de Ma Voix, mis en ligne sur Facebook le 17 décembre 2018 : « les ingrédients de l’expérimentation Ma Voix » ; source : https://www.facebook.com/notes/ma-voix/les-ingrédients-de-lexpérimentation-mavoix/2311249129112245/. Dernière consultation le 11/11/2019.

24 Clément, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 15 novembre 2017.

25 Félix, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 28 novembre 2017.

26 Anita, membre de Ma Voix à Bordeaux. Entretien du 21 juillet 2017.

27 Jérôme, membre de Ma Voix à Nantes. Entretien du 21 juillet 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2. L’affiche de campagne officielle de Ma Voix avec un fond miroir
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5328/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 1. Capture d’écran de l’outil de collecte de dons en ligne sur le site Internet national de Ma Voix
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5328/img-2.png
Fichier image/png, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Theviot, « Hacker l’Assemblée nationale pour redonner du pouvoir aux citoyens », Terminal [En ligne], 125-126 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5328 ; DOI : 10.4000/terminal.5328

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals