Navigation – Plan du site
Empowerment en régime numérique
Conceptions civiques de l'empowerment
Démocraties numériques (mobilisation et participation)

Le Minitel et l’Étudiant

L’utilisation de la télématique par la coordination étudiante de 1986
The Minitel and the Student: The Political Use of Minitel by Student Coordination in 1986
Brice Demars

Résumés

Le Minitel a été utilisé par les étudiants opposés au projet de loi Devaquet de réforme des universités en 1986. Grâce à un service télématique hébergé par Libération, ils pouvaient s’échanger des messages et organiser leur lutte. C’est l’une des premières utilisations politiques d’un média numérique en France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« Pour la première fois, un mouvement de grève s’est donné les moyens de se gérer par télématique ! […] On peut dire que cette prise en compte de la télématique [...] sera très certainement imitée dans le futur » (Assouline & Zappi, 1987).

  • 1 La notion de « mouvement étudiant » renvoie à différents acteurs (facultés mobilisées, syndicats ét (...)
  • 2 Précisons toutefois que Fabien Granjon et Asdrad Torres ont rappelé dès 2012 l’existence des « rése (...)

1Ce satisfecit des leaders du mouvement étudiant1 de 1986 est tiré d’un livre bilan écrit par leurs soins au lendemain de leur victoire politique sur le gouvernement de Jacques Chirac (Bourmeau et al., 1988). Leur valorisation du Minitel tranche avec l’image surannée et apolitique généralement véhiculée aujourd’hui par la « petite boîte beige », cantonnée dans la mémoire collective à l’annuaire électronique et aux messageries roses. Elle fixe également un début aux usages politiques des médias numériques en France distincts d’Internet à l’ombre duquel il est facile d’oublier que cette histoire est plurielle2 (Granjon et Torres, 2012). Reprendre le fil de ce passé nous entraîne donc à la fin de l’année 1986 et à cette lutte des étudiants contre le projet de loi Devaquet qui les conduit à utiliser tous les moyens dont ils disposent pour obtenir satisfaction, même les plus innovants, y compris le Minitel. Sans retracer l’histoire de cette confrontation par le menu, rappelons que la plaine s’embrase avec la généralisation de la grève dans les universités à partir du 24 novembre et du premier grand rassemblement à Paris le 27. Le but des manifestants est d’obtenir le retrait du projet qui consiste notamment à augmenter les frais d’inscription et à créer des diplômes non-nationaux. Pour eux, il y a là une rupture d’égalité. Ils s’organisent en coordination, chaque université envoyant des délégués à Paris afin de la représenter dans une organisation démocratique (Leschi, 2003). La manifestation du 4 décembre est l’acmé de la contestation. Le décès d’un étudiant, Malik Oussekine, deux jours plus tard, précipite le retrait du projet. Puis une dernière manifestation le 10 décembre et l’auto-dissolution de la coordination le 12 viennent clore l’événement.

  • 3 Pour permettre une analyse approfondie du service télématique de la coordination, l’étude se limite (...)

2Remonter le cours du temps pour évoquer le service Minitel de la coordination étudiante de 19863 conduit à s’intéresser à la manière dont le numérique a, dès cette époque, offert des moyens supplémentaires d’action et participé à un processus d’affranchissement politique de la jeunesse en lutte (Granjon et al., 2017). Pour en retrouver les traces, en l’absence d’archives du vidéotex, les témoignages oraux, récits et commentaires de l’époque sont indispensables.

3À partir de ces sources, il s’agit de déterminer si l’interactivité, l’autonomie, la rapidité, l’horizontalité des échanges peuvent être associées au vidéotex des années 1980 comme ils le sont aujourd’hui du numérique en général. D’apprécier aussi de quelles manières le Minitel a favorisé l’empowerment d’un mouvement social, une décennie avant l’émergence d’Internet. Et effectivement découvrir que le Minitel a été un outil, certes modeste mais réel, pour organiser les actions de la coordination ainsi que pour communiquer sur le mouvement et ses exigences (Le Bossé, 2003).

Le rôle du Minitel en interne : informer, organiser et gérer les actions de la coordination

La mise en place du service minitel de la coordination étudiante

  • 4 Entretien avec Jean-Pierre Gaigne le 26 janvier 2019.
  • 5 Le rôle déterminant de Thierry Daguzan, qui n’est cité dans aucune source écrite consultée, est pré (...)
  • 6 Les comités de grève de Censier, Villetaneuse et Jussieu et/ou Tolbiac auraient été parties prenant (...)
  • 7 Entretien avec Thierry Daguzan, op.cit.
  • 8 Entre le 25 novembre 1986 et le 11 décembre 1986, soit 17 jours, le journal titre en une sur le mou (...)
  • 9 Entretien avec Joseph Gicquel, op.cit.
  • 10 La presse télématique connaît ses meilleures audiences lors d’événements ponctuels et/ou inattendus (...)

4La coordination nationale vote la création d’un service télématique spécifique au mouvement le 2 décembre 1986, lors d’une assemblée générale (AG) à l’université de Jussieu réunissant plus de 300 délégués d’une soixantaine d’établissements d’enseignement supérieur en grève (Assouline & Zappi, 1987: 207). Il s’agit d’un moment essentiel : elle désigne un Bureau de 14 membres, dont la mission est de porter les revendications auprès des autorités et de la presse. Par ailleurs, cette AG a lieu deux jours avant les manifestations du 4 décembre, jugées cruciales par tous : étudiants, gouvernement et médias. Dans ce contexte, l’utilisation du Minitel est acceptée car il offre une opportunité supplémentaire pour s’exprimer. Jean-Pierre Gaigne, élu ce soir là au Bureau, estime qu’ils auraient eu tort de refuser un moyen de communication permettant d’élargir la palette des actions4. Libération télématique accepte d’héberger le module qui ouvre selon toute vraisemblance le même jour, après des prises de contacts antérieures (Assouline & Zappi, 1987: 207). Thierry Daguzan joue un rôle moteur5, faisant notamment le lien entre la coordination et le 3615 LIBE6. Il est à la croisée de différents groupes indispensables pour la mise en place de ce module : ancien étudiant de Jussieu, il y garde des contacts, notamment David Assouline. Ce dernier, avec d’autres, a été chargé d’y organiser l’AG du 2 décembre. Ancien membre de l’UNEF-ID, Thierry Daguzan est politiquement engagé et favorable au mouvement. Ayant créé l’année précédente une agence de communication, il a établi des relations commerciales avec le 3615 LIBE7. Libération couvre largement la contestation. Sa version papier mobilise de nombreux journalistes sur le sujet et lui consacre plusieurs unes8 depuis fin novembre. L’événement est donc particulièrement scruté par une rédaction qui fait une large place aux événements sociaux et culturels (Charon, 1991: 132). La rédaction télématique est au diapason, car elle est de façon générale « le ‟reflet” du quotidien »9. À partir de l’édition du 29-30 novembre 1986, des encarts apparaissent dans le journal. Destinés aux étudiants et aux lycéens, ils leur proposent d’apporter leur témoignage en téléphonant au journal ou en les écrivant sur le 3615 LIBE10. La proximité idéologique, l’existence d’un intermédiaire à la croisée du monde journalistique, de la télématique et du militantisme, l’insuffisance des moyens techniques et financiers propres au mouvement, le délai très court avant la manifestation du 4 décembre : tout concourt à s’appuyer sur Libération télématique pour développer un module destiné à appuyer la lutte en cours. En s’affirmant autonome et démocratique, la coordination, qui coiffe la protestation, n’en reste ainsi pas moins au cœur d’un environnement économique, politique et médiatique qui la conduit à nouer des liens avec ces univers distincts. Aussi, en parlant de l’UNEF-ID ou de Libération, il est moins question de juger du degré d’autonomie du mouvement que de comprendre dans quelles configurations celui-ci, comme tout mouvement, interpénètre les autres champs du social (Chambraud, 1988 ; Mathieu, 2007).

Le Minitel : un outil de communication pour organiser une gestion décentralisée de la coordination

5Lorsque les délégués, membres de la coordination, votent le 2 décembre, ils donnent leur « label au service des comités de grève » (Assouline & Zappi, 1987: 207). Cela revient à faire du Minitel un outil de communication entre les membres actifs en jouant sur son interactivité, afin d’assurer une gestion adéquate d’une organisation récente, dans des universités en « transe » (Boumard et al., 1987), dispersées dans toute la France. L’objectif prioritaire de cette messagerie est d’être un outil de travail pour gérer le mouvement, la grève et la préparation de la montée nationale. À cet effet, un service minitel DOC, le « courrier des comités », était uniquement accessible par les comités de grève, à l’aide d’un code secret qui leur avait été communiqué, de manière à ce qu’ils puissent centraliser nationalement, mais également de comité à comité, leurs infos sur la grève, l’argent récolté, leurs estimations sur le nombre de manifestants montant à Paris, les décisions et motions adoptées dans leurs différentes AG... En bref, toutes les informations utiles pour le mouvement (Assouline & Zappi, 1987: 207).

  • 11 Le Minitel est « un moyen d’envoyer directement des informations “fiables” sur le “journal des grév (...)
  • 12 Attention toutefois, il est question d’un média numérique, pas des médias en général. Erik Neveu, e (...)
  • 13 L’un des titres de Libération après la manifestation du 27 novembre 1986 : « Un mouvement ordonné, (...)

6Le « courrier des comités » sécurise les échanges d’information, offre davantage d’autonomie aux participants et, en évitant des intermédiaires, permet de transmettre des informations jugées plus fiables et/ou plus sensibles à l’ensemble des étudiants impliqués et éparpillés dans l’ensemble du pays11. C’est sans doute l’une des premières fois où le numérique12 (Neveu, 1999) aide une mobilisation citoyenne à gagner de l’autonomie vis-à-vis des moyens de communication de masse. Cette démarche s’insère dans une attitude proactive13 des étudiants pour communiquer, là où le mouvement social a perdu son indépendance dans ce domaine et se trouve désormais dans une position de subordination par rapport aux médias (Neveu, 1999). Rapidement, des commissions spécialisées se mettent en place au sein des universités ; elles commencent par réaliser des revues de presse destinées aux AG locales dans les facultés pour déboucher sur la mise en place de « leurs propres moyens de communication et de presse (journaux, minitel, vidéo) » (Assouline & Zappi, 1987: 195). Le Minitel alimente en informations les comités de grève, et ceci, avec une réactivité plus forte que les autres médias. Cela en fait un outil de gestion des actions « en temps réel » particulièrement bien adapté à un événement social éruptif et à l’issue incertaine (Marchand, 1988: 5-8). La télématique participe ainsi à une appropriation des outils de communication par le mouvement étudiant qui cherche à gagner en indépendance.

  • 14 Les manifestations dans les villes universitaires de province sont nombreuses et réunissent des cen (...)
  • 15 Tracts, affiches, chansons détournées, dessins humoristiques, presse militante, etc. Les étudiants (...)

7La mobilisation est nationale, concerne la quasi totalité des universités françaises, se déploie sur un temps très court et doit absolument montrer sa force face au gouvernement lors de la manifestation parisienne du 4 décembre14. Que faire ? Télévision, presse écrite et téléphone sont privilégiés par les étudiants pour mobiliser et communiquer. Toutefois, leur ingéniosité est au service d’une recherche de l’ensemble des outils d’information pouvant garantir leur autonomie15. Le Minitel complète ainsi leur arsenal. Il n’est pas le principal dispositif médiatique utilisé mais il apparaît comme un symbole des actions originales et inventives des étudiants (Dobry, 1990: 361). Le Minitel répond ainsi à l’une des qualités que l’on attribue aujourd’hui à Internet : gestion continue et décentralisée, gain de temps, coopération, flexibilité (Neveu, 2010 : 261-262).

8Dans la journée du mercredi – 3 décembre – plusieurs centaines de messages de comités de grève, d’étudiants et de lycéens font le point sur l’état de la mobilisation et la préparation de la montée nationale. Par exemple, telle faculté communique les décisions de l’AG, une autre faculté centralise le nombre de cars (ou de trains) retenus pour la montée nationale avec les prévisions du nombre de manifestants (Assouline & Zappi, 1987: 208).

Le Minitel : un média numérique secondaire dans le répertoire d’action des étudiants

  • 16 Entretien avec Pascal Troadec le 8 janvier 2019.

9Les étudiants, d’autant plus quand ils sont aguerris par des pratiques militantes, ont des modes d’action rodés, classiques mais efficaces : prise de parole dans les amphithéâtres, téléphone, tractage, etc. Charles Tilly résume bien cette situation où en « un temps et en un lieu donné, les gens apprennent un nombre limité de moyens pour se faire entendre et s’y cantonnent le plus souvent. Ces modes d’action évoluent lentement sous l’effet de l’expérience accumulée et des contraintes extérieures. Mais dans le temps court, ces contraintes limitent les choix disponibles pour les contestataires potentiels » (Fillieule, 2010: 77). Le témoignage de Pascal Troadec16 est exemplaire à ce titre. Étudiant mobilisé de Villetaneuse, membre de la commission chargée du service d’ordre, il se souvient d’un terminal télématique dans le local de l’UNEF-ID de son université. Oui effectivement, à sa connaissance, celui-ci a été utilisé pour l’annuaire et...pour jouer. Est-ce qu’il l’a été pour organiser les manifestations ? Aucun souvenir. Mais à la réflexion, quand il y pense aujourd’hui, le Minitel aurait aussi pu être fort utile pour coordonner en amont la sécurité des manifestations. Mais à l’époque, personne n’y a songé...

  • 17 Jean-Pierre Gaigne explique que durant l’année universitaire 1984-1985, il suivait un cours d’infor (...)

10Pour qu’un média, numérique ou pas, puisse être un levier d’action, encore faut-il qu’il soit maîtrisé par les personnes mobilisées. Or, en 1986, les Français en général ne se sont pas transformés en férus d’informatique, les étudiants non plus17. L’écrasante majorité n’a pas d’ordinateur. Pour l’essentiel de la population, le clavier informatique reste un objet sur les touches duquel on appuie avec un index, à la rigueur avec les deux. Toutefois, il a bien fallu que des étudiants mobilisés l’utilisent dans le « courrier des comités » et les messageries. La sociologie des usages étudie durant cette période la télématique et l’informatique sous le prisme de l’autonomie sociale (Jouët, 2000: 495). Or les chercheurs constatent que les Français sont environnés par l’informatique au sens large, dans des activités quotidiennes et diffuses (Jouët, 1990: 219). Un apprentissage a lieu, sommaire sans doute, mais renforcé par les premiers pas de la télématique grand public (Thierry, 2012). Et ce n’est pas à négliger. « Les Messieurs Jourdain de l’informatique » (Jouët, 1990: 216) étaient sans doute nombreux parmi les étudiants de l’époque. Le détournement de l’usage du Minitel à des fins politiques n’en administre-t-il pas la preuve ?

Le rôle du Minitel en externe : informer, communiquer et légitimer la coordination étudiante

Informer le grand public et légitimer l’opposition de la coordination à la réforme Devaquet

  • 18 Citation de l’une des 12 copies d’écrans du service télématique de la coordination consultées. Arch (...)
  • 19 Archives privées de Thierry Daguzan.

11Le service télématique de la coordination permet d’accéder à une messagerie privée destinée aux étudiants mobilisés et de diffuser des informations. Il s’agit de faire connaître au plus grand nombre les objectifs des grèves et des manifestations. On trouve notamment sur le réseau une carte des « académies en grève »18, chacune étant numérotée de 1 à 28. En tapant le numéro de son académie, on obtient des précisions. Si les minitélistes souhaitent connaître « le parcours de la “manif” » (Tepper, 1986: 9) du 4 décembre, ils consultent une carte « avec des points de ralliement stratégique » (ibid.). Il est possible aussi d’obtenir une présentation des tenants et des aboutissants de la loi Devaquet. À nouveau, pour analyser l’enjeu en termes d’empowerment, il faut se tourner vers l’analyse qui a été faite à propos d’Internet. Ce dernier a une capacité inédite de diffusion d’une grande quantité d’informations à destination des publics les plus divers. Au surplus, celles-ci ne sont pas filtrées par les journalistes et donc, du point de vue militant, il est réputé plus efficace (Neveu, 2010: 262) que les autres médias (Cardon, 2010). Là aussi, les similitudes avec le Minitel existent. Les quelques copies d’écran que nous avons pu consulter, faute à l’époque d’un archivage systématique ou d’une forme de dépôt légal, tendent à première vue à le montrer. L’une d’entre elles correspond au sommaire du service de la coordination qui distingue sept points. Le dernier est intitulé : « Quatre raisons pour refuser la loi Devaquet »19. Subsiste également une autre copie d’écran de cette dernière rubrique. La page se divise en trois bandes horizontales et parallèles d’inégale importance. La première indique son titre, le bandeau du dessous cite un article de la loi Devaquet incriminé :

« art.30 “Chaque établissement d’enseignement supérieur fixe les conditions de passage d’un cycle à l’autre” ».

12Le dernier, le plus long, est constitué de sept lignes où il est écrit :

« ATTENTION UN CYCLE PEUT EN CACHER UN AUTRE ! Dorénavant, le DEUG ne suffirait plus pour entrer en licence. Sélection dans certaines filières de second cycle. Lesquelles ? Règle des 4/5e abolie ! ».

  • 20 Cette affirmation n’est pas à généraliser pour le Minitel dans son ensemble. Par exemple, voici le (...)
  • 21 Entretien avec Joseph Gicquel, op.cit.

13La quantité de renseignements n’est pas importante, du moins à considérer cette rubrique20 (Boyer, 1995). On peut deviner quelques pages supplémentaires, une par raison du refus la loi Devaquet sans doute. L’ergonomie du terminal est une limite. Comme l’explique Joseph Gicquel, un écran accueille entre 600 et 800 caractères et la rédaction de Libération télématique considère que l’attention du lecteur s’affaiblit lorsqu’un article dépasse les trois écrans21.

14Autre élément d’importance : à première vue, certaines informations expriment explicitement les positions de la coordination. Dans la partie supérieure de la page où se trouve le sommaire, on peut lire :

  • 22 Archives privées de Thierry Daguzan.

« Ce service info est réalisé par la Coordination nationale du mouvement étudiant avec le soutien technique de Libération télématique »22.

15Pourtant, l’équipe rédactionnelle du 3615 LIBE n’a aucun souvenir d’une participation quelconque des étudiants à la rédaction des rubriques du service de la coordination. Selon cette équipe, selon toute vraisemblance, elle a elle-même rédigé l’intégralité des pages. Des sources écrites contredisent ces témoignages (Assouline & Zappi, 1987: 206-210 ; Marchand, 1987: 155-159 ; Tepper, 1986: 9), il est donc difficile de déterminer avec certitude qui a réalisé les messages diffusés. Mais en creux, les contradictions entre les sources témoignent de la forte imbrication du mouvement avec le 3615 LIBE. L’incertitude alimente la réflexion d’Erik Neveu autour de la « coproduction » de l’information entre les médias et les contestataires qui « désigne plus souvent des interdépendances qui condamnent des protagonistes à jouer, plus ou moins inventivement, des marges que leur laisse une relation forcée » (Neveu, 1999: 248).

Gagner la bataille médiatique contre le gouvernement

  • 23 Archives privées de Thierry Daguzan.

« APPEL A LA POPULATION.
Le jeudi 4 décembre, 1 Million d’étudiants et lycéens manifestaient dans le calme pour exiger le retrait du projet... M. Monory avait la possibilité de satisfaire les aspirations de la jeunesse... Il n’a répondu que par le mépris et la répression.
Jeudi 4 décembre, des dizaines d’étudiants ont été blessés…
Samedi 6 décembre... notre copain Malik, de Dauphine, est mort. Un million n’a pas suffi ! Face à la répression, face à l’entêtement du gouvernement, la coordination nationale des étudiants lance un appel à la population... »23

  • 24 Les minitélistes peuvent également s’amuser grâce au « Monorypoly ». Il s’agit d’un questionnaire l (...)

16Cette citation intégrale de l’une des pages du service vient confirmer un autre rôle du Minitel : gagner la bataille de l’opinion face au gouvernement. Le combat sur la communication est essentiel car il crée un rapport de force avec le pouvoir politique. Élément de plus en plus important au cours des années 1980 dans les stratégies déployées par les mouvements sociaux (Champagne, 1984), il implique « une course aux armements communicationnels » (Neveu, 1999: 246). Face à un pouvoir politique à l’assise médiatique forte, face à certains journalistes parfois circonspects ou critiques, des actions spectaculaires et/ou le déploiement de l’ensemble de l’arsenal médiatique sont des stratégies qui peuvent être efficaces. Dans l’environnement médiatique de l’époque où domine la télévision, le Minitel est une « arme » supplémentaire24 ; mais la bataille de la communication, cette « manifestation de papier » (Champagne, 1984: 28), ne doit pas cacher l’enjeu essentiel pour la coordination : un succès contre le projet de loi Devaquet s’obtiendra d’abord par les protestations de rue (Favre, 1999). La télématique est aussi un outil au service de cet objectif simple mais déterminant.

Lutter contre la « désinformation » du gouvernement et de certains médias

  • 25 500.000 manifestants à Paris, un cortège de 8 km.
  • 26 Archives privées de Thierry Daguzan.
  • 27 Exemples : Louis Pauwels en 1986 mais aussi Jean-François Brisson en 1968 et Eric Zemmour en 2006 ( (...)

17Le Minitel permet de lutter contre ce que les étudiants estiment être de la désinformation de la part de la majorité, qui de son côté les juge manipulés. Même après le succès de la mobilisation du 4 décembre25, le gouvernement cherche encore à retourner l’opinion publique en laissant entendre que les étudiants se sont radicalisés, qu’ils sont gangrenés par l’extrême-gauche et qu’au surplus la contestation donne des signes d’essoufflement (Ghichoux & Thenard, 1986: 6). Autre attaque, celle de Louis Pauwels, dont la saillie déplacée sur une génération atteinte d’un « sida mental » (Pauwels, 1986) est restée dans les mémoires étudiantes. Le Minitel donne ainsi à la coordination la possibilité de « répondre heure par heure, déclaration après déclaration, aux mises en cause du mouvement : sur la prétendue « manipulation » des étudiants, sur l’« ignorance » par les étudiants et les lycéens du projet, ou plus gravement, sur le bulletin de santé des jeunes atteints d’un SIDA mental... » (Assouline & Zappi, 1987: 206). On trouve la trace de cette affirmation dans le sommaire des copies d’écran conservées. L’item numéro quatre indique : « Ils ont déclaré, notre commentaire »26. Les déclarations hostiles sont un quasi invariant au sein de la sphère médiatique27 lors des luttes sociales (Bantigny, 2011). Elles peuvent être désormais combattues par un média numérique (Cardon et Granjon, 2010).

La faible audience du service minitel de la coordination

18À l’époque, la télévision est le média dominant, occupant plus du tiers du temps libre des Français et présente dans plus de 91 % des foyers (Chambat et Ehrenberg, 1988), (Chambat et Ehrenberg, 1993). Pendant ce temps là, le Minitel se trouve au tout début de son « âge d’or » (Schafer et Thierry, 2012: 80). Lancé en 1982, il augmente de manière notable sa diffusion : en 1986, le nombre d’heures de consultation cumulé est de 30 millions (Mailland et Driscoll, 2017: 13). C’est un réel succès qui permet, par exemple, aux étudiants de consulter les « possibilités d’inscriptions dans les facs parisiennes » (Gauthier, 1986: 4). Une « culture télématique » (Schafer & Thierry, 2012: 182) s’installe donc en France. Mais pour autant, le Minitel n’est pas un média de masse. Les « zones blanches » dominent dans l’hexagone. À la fin de la décennie, la consultation de l’annuaire téléphonique reste la pratique télématique la plus courante tandis que la consultation de la presse y est marginale (Arnal et Jouët, 1989: 116). Il est encore peu utilisé et peu accessible. La « dématérialisation » est très relative quand la « petite boîte beige » n’est pas physiquement disponible. Les comités de grève des différentes universités, qui alimentent le « courrier des comités » ne disposent souvent que d’« une seule ligne de téléphone et parfois un minitel » (Assouline & Zappi, 1987: 198). Ce dernier est donc marginal dans les usages militants comme dans l’environnement médiatique. La caisse de résonance du mouvement ne peut venir que de la presse et de l’audiovisuel.

19Une fois brossé ce rapide contexte de l’accès, peut-on tout de même mesurer l’impact médiatique ? « Du mercredi 3 décembre au vendredi 12 décembre, le service télématique de la coordination nationale des étudiants a été consulté [...] par plusieurs dizaines de milliers de personnes » (Assouline & Zappi, 1987: 209). Fin 1986, le taux d’équipement des ménages est de 12 % (Mailland & Driscoll, 2017: 13). Rapporté aux neufs jours où il a fonctionné et aux 2 237 000 appareils installés, son audience est faible. Son caractère secondaire dans la lutte est incontestable. Son coût est sans doute également à prendre en compte. Pour consulter l’édition électronique de Libération, il faut compter trente francs de l’heure (Schafer & Thierry, 2012: 102), ce qui fait dire à un minitéliste interpellant le directeur de Libération sur la messagerie du service : « Dis July, ma caille, t’aurais pu faire un effort pour les prix. On est pas riche » (Marchand, 1987: 158).

20Si la question de l’audience réelle est importante, elle ne doit pas masquer l’innovation essentielle que constitue la télématique : une communication indépendante, réactive, interactive et diffusée en réseau. D’autant qu’elle doit être replacée dans une période où le mouvement social voit l’audience de ses propres moyens de communication s’affaiblir (Neveu, 1999: 72). Une des réponses à cette défaillance est l’appropriation concomitante d’outils de communication nouveaux et qui commencent à être accessibles comme, justement, la « petite boîte beige ».

Conclusion

21Le service télématique de la coordination n’est évidemment pas déterminant lors du mouvement de 1986. Mais il ne faudrait pas, par là, renvoyer le Minitel à une médiocrité de nature mais plutôt le voir comme une première inflexion discrète, d’ailleurs très commune dans l’évolution du répertoire d’actions des mouvements sociaux où il faut du temps et des usages répétés pour s’approprier les formes les plus innovantes (Fillieule, 2010: 88). Son histoire ne peut se résumer au bilan binaire du succès ou de l’échec, ni à l’accessoire. Une bifurcation dans les usages du numérique vers le politique naît bel et bien quelque part dans les années 1980, notamment avec la vague protestataire de 1986 (Mailland & Driscol, 2017: 143-144).

22L’histoire de la télématique française est un puissant facteur de compréhension du numérique, et à fortiori de ses usages politiques. Son manque d’ampleur et ses faiblesses en 1986 contrastent avec l’utopisme que l’univers du digital peut véhiculer. Le Minitel nous renvoie une image plus réaliste du numérique, dans toute sa matérialité, ses intermédiaires et sa difficile « prise en main » (Granjon, 2012).

23Cette histoire contribue ainsi à démonter les illusions liées au numérique, tout en offrant un précipité de la complexité des liens entre l’empowerment et celui-ci : un service de la coordination hébergé par le 3615 LIBE mais l’opportunité de détourner un média à des fins politiques ; la « coproduction » avec le journal mais des étudiants actifs et autonomes du « courrier des comités » ; des connaissances informatiques encore élémentaires mais la possibilité d’exprimer des opinions et de défendre la légitimité de la contestation sur le réseau ; une télévision dominante mais une télématique plus adaptée aux configurations de la lutte. En définitive, si plus d’une trentaine d’années sépare la mobilisation des gilets jaunes sur les réseaux sociaux et cet épisode, ce dernier inscrit les rapports entre le numérique et la politique dans une histoire longue et nous rappelle, toute proportion gardée, que « le Minitel n’était ni archaïque ni dépassé, mais simplement décalé, où plutôt prémonitoire » (Wolton, 2012: 193).

Haut de page

Bibliographie

Arnal N., Jouët J. (1989). Télétel  : images des utilisateurs résidentiels. Réseaux 7(37): 111-132.

Assouline D., Zappi S. (1987). Notre printemps en hiver. Le mouvement étudiant de novembre décembre 1986. Paris : La Découverte.

Bantigny L. (2011). De Mai 68 au mouvement anti-CPE. Filiations et ruptures dans la mobilisation de le jeunesse. In A. Muxel (Ed.), La politique au fil de l’âge, Paris : Presses de Sciences Po, pp. 162-179.

Boumard P., Hess R., Lapassade G. (1987). L’Université en transe, Paris : Syros.

Bourmeau S., Dobry M., Heurtin J.-P. (1988). La fragilité d’un mouvement auto-limité. Un entretien avec Michel Dobry. Politix 1(1): 35-40.

Boyer F. (1995). Les «  internautes  » débattent du rapport Théry. Sélection et commentaires. Réseaux 13(71): 83-105.

Cardon D. (2010). La Démocratie Internet  : Promesses et Limites, Éd. du Seuil, Paris.

Cardon D., Granjon F. (2010). Médiactivistes, Les Presses de Sciences Po, Paris.

Chambat P., Ehrenberg A. (1988). De la télévision à la culture de l’écran. Sur quelques transformations de la consommation. Le Débat 52(5): 107-132.

Chambat P., Ehrenberg A. (1993). Télévision, terminal moral. Réseaux 11(2): 143-170.

Chambraud C. (1988). L’UNEF-ID dans le mouvement. Politix 1(1): 44-54.

Champagne P. (1984). La manifestation : La production de l’événement politique. Actes de la Recherche en Sciences Sociales 52(1): 19-41.

Charon J.-M. (1991). La presse en France de 1945 à nos jours, Éd. du Seuil, Paris.

Dobry M. (1990). Calcul, concurrence et gestion du sens. Quelques réflexions à propos des manifestations de novembre-décembre 1986. La manifestation, Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, pp. 357-386.

Dobry M., Bourmeau S., Heurtin J.-P. (1988). La fragilité d'un mouvement auto-limité. Un entretien avec Michel Dobry. Politix 1(1): 35-40.

Favre P. (1999). La manifestation de rue entre espace privé et espaces publics. Espaces publics mosaïques : acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Presses universitaires de Rennes, pp. 135–152.

Fillieule O. (2010). Tombeau pour Charles Tilly. Répertoires, performances et stratégies d’action. In Fillieule O., Agrikoliansky É., Sommier I. (Eds.), Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris : La Découverte, pp. 77–99.

Gauthier N. (1986). Darriulat, le discret organisateur de l’UNEF-ID. Libération, 25 novembre, p. 4.

Granjon F. (2012). Reconnaissance et usages d’Internet : une sociologie critique des pratiques de l’informatique connectée, Paris : Presses des Mines.

Granjon F., Torres A. (2012). R@S : la naissance d’un acteur majeur de l’« Internet militant » français. Le Temps des médias 18(1): 87-98.

Granjon F., Papa V., Tuncel G. (2017). Mobilisations numériques : Politiques du conflit et technologies médiatiques, Paris : Presses des Mines.

Ghichoux M., Thenard J.-M. (1986). La stratégie de l’intox. Libération, 5 décembre, p. 6.

Jouët J. (1990). L’informatique sans le savoir. Culture Technique 21: 216-222.

Jouët J. (2000). Retour critique sur la sociologie des usages. Réseaux 18 (100): 487-521.

Le Bossé Y. (2003). De l’« habilitation » au « pouvoir d’agir »  : vers une appréhension plus circonscrite de la notion d’empowerment. Nouvelles Pratiques Sociales 16(2): 30-51.

Leschi D. (2003). La coordination nationale étudiante dans la grève générale étudiante de 1986. Les Cahiers Du GERME 4: 69-79.

Mailland J., Driscoll K. (2017). Minitel: Welcome to the Internet, Cambridge: The MIT Press.

Marchand M. (1987). La Grande Aventure du minitel, Paris : Larousse.

Marchand M. (1988). La Saga du Minitel. Terminal 38: 5-8.

Mathieu L. (2007). L’espace des mouvements sociaux. Politix 77(1): 131-151.

Neveu É. (1999). Médias, mouvements sociaux, espaces publics. Réseaux 17(98): 17-85.

Neveu É. (2010). Médias et protestation collective. In Fillieule O., Agrikoliansky É., Sommier I. (Eds.), Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, La Découverte, Paris, pp. 245-264.

Pauwels L. (1986). Le Monôme des zombies. Figaro Magazine, 6 décembre.

Schafer V., Thierry B. (2012). Le Minitel : L’enfance Numérique de La France, Paris : Nuvis.

Tepper I. (1986). Journal et relais télématiques. Libération, 4 décembre.

Thierry B. (2012). « Révolution 0.1 » : Utilisateurs et communautés d’utilisateurs au premier âge de l’informatique personnelle et des réseaux grand public (1978-1990). Le Temps des médias 18(1): 54-64.

Wolton D. (2012). Postface. Le Minitel. Des débats prémonitoires ? In Schafer V., Thierry B., Le Minitel : L’enfance Numérique de La France, Paris : Nuvis, p. 193.

Haut de page

Notes

1 La notion de « mouvement étudiant » renvoie à différents acteurs (facultés mobilisées, syndicats étudiants, coordination, etc.). Le mot « étudiant » exclu une grande partie de la jeunesse mobilisée, notamment les lycéens, très nombreux à lutter contre le projet de loi Devaquet. Toutefois, le service Minitel du mouvement se veut l’émanation de la coordination étudiante, l’article fait donc le choix de se consacrer aux seuls aspects universitaires du mouvement. Sur la question de l’utilisation de l’expression « mouvement étudiant », voir Dobry el al. (1988).

2 Précisons toutefois que Fabien Granjon et Asdrad Torres ont rappelé dès 2012 l’existence des « réseaux télématiques de première génération (Minitel) qui s’accompagnèrent de quelques tentatives d’appropriation de type militant », voir Granjon & Torres (2012): 97.

3 Pour permettre une analyse approfondie du service télématique de la coordination, l’étude se limite à l’utilisation du Minitel par les étudiants mobilisés au sein des universités contre le projet de loi Devaquet.

4 Entretien avec Jean-Pierre Gaigne le 26 janvier 2019.

5 Le rôle déterminant de Thierry Daguzan, qui n’est cité dans aucune source écrite consultée, est présenté par lui-même, lors d’un entretien accordé le 11 janvier 2019 et confirmé notamment par Joseph Gicquel, directeur de Libération télématique (1983-1987) dans un entretien le 11 février 2019 ainsi que par son rédacteur en chef Alfred Mignot (1985-1987) lors d’un entretien le 16 février 2019.

6 Les comités de grève de Censier, Villetaneuse et Jussieu et/ou Tolbiac auraient été parties prenantes du projet de service Minitel de la coordination. Voir Assouline & Zappi (1987): 207 ; Marchand (1987): 156 ; Tepper (1986): 9. Un rôle qui n’a pas été confirmé pour l’instant par les témoins consultés.

7 Entretien avec Thierry Daguzan, op.cit.

8 Entre le 25 novembre 1986 et le 11 décembre 1986, soit 17 jours, le journal titre en une sur le mouvement à 13 reprises.

9 Entretien avec Joseph Gicquel, op.cit.

10 La presse télématique connaît ses meilleures audiences lors d’événements ponctuels et/ou inattendus où la réactivité du numérique permet de « développer en temps réel l’information, alors que les autres médias sont soumis à la périodicité de leurs “flashs” » (Charon, 1991 : 309).

11 Le Minitel est « un moyen d’envoyer directement des informations “fiables” sur le “journal des grévistes” » (Tepper, 1986: 9).

12 Attention toutefois, il est question d’un média numérique, pas des médias en général. Erik Neveu, exemples à l’appui, a souligné que le mouvement social a longtemps construit ses propres relais médiatiques disposant d’une large audience, voir Neveu (1999).

13 L’un des titres de Libération après la manifestation du 27 novembre 1986 : « Un mouvement ordonné, aux A.G. policées, qui prévoit même les attachés de presse » (28 novembre 1986, pp. 6-7).

14 Les manifestations dans les villes universitaires de province sont nombreuses et réunissent des centaines de milliers d’étudiants. Toutefois, d’un point de vue politique, ce sont les manifestations à Paris qui sont essentielles.

15 Tracts, affiches, chansons détournées, dessins humoristiques, presse militante, etc. Les étudiants de 1986 s’expriment sur des supports très variés. Voir (Assouline & Zappi, 1987).

16 Entretien avec Pascal Troadec le 8 janvier 2019.

17 Jean-Pierre Gaigne explique que durant l’année universitaire 1984-1985, il suivait un cours d’informatique à l’université de Marseille qui consistait notamment à faire des trous dans des cartes perforées. Entretien avec Jean-Pierre Gaigne, op. cit.

18 Citation de l’une des 12 copies d’écrans du service télématique de la coordination consultées. Archives privées de Thierry Daguzan. La plupart ne comportent aucune date mais le texte indique qu’elles ont été faites au moment du décès de Malik Oussékine, le 6 décembre 1986 et les jours suivants, sachant que le service s’arrête le 12 décembre.

19 Archives privées de Thierry Daguzan.

20 Cette affirmation n’est pas à généraliser pour le Minitel dans son ensemble. Par exemple, voici le commentaire d’un internaute en 1994 : « Le journal Le Monde par exemple, offre une énorme base documentaire sur son service Minitel », cité par Boyer (1995: 83-105).

21 Entretien avec Joseph Gicquel, op.cit.

22 Archives privées de Thierry Daguzan.

23 Archives privées de Thierry Daguzan.

24 Les minitélistes peuvent également s’amuser grâce au « Monorypoly ». Il s’agit d’un questionnaire ludique qui tourne en dérision le ministre de l’Éducation nationale de l’époque, René Monory.

25 500.000 manifestants à Paris, un cortège de 8 km.

26 Archives privées de Thierry Daguzan.

27 Exemples : Louis Pauwels en 1986 mais aussi Jean-François Brisson en 1968 et Eric Zemmour en 2006 (mouvement étudiant anti-CPE). Voir Bantigny (2011: 175).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Demars, « Le Minitel et l’Étudiant », Terminal [En ligne], 125-126 | 2019, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5508 ; DOI : 10.4000/terminal.5508

Haut de page

Auteur

Brice Demars

Doctorant en histoire contemporaine, Laboratoire Agora (Université de Cergy-Pontoise), EA 7392, amboulon@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals