Navigation – Plan du site
Empowerment en régime numérique

Explorer les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique

Fabien Labarthe et Marianne Trainoir

Entrées d’index

Mots-clés :

empowerment, numérique
Haut de page

Texte intégral

« Mais où est maintenant la forêt où l’être humain puisse prouver qu’il est possible de vivre en liberté en dehors des formes figées de la société ? Je suis obligé de répondre : nulle part. Si je veux vivre libre, il faut pour l’instant que je le fasse à l’intérieur de ces formes. Le monde est donc plus fort que moi. À son pouvoir je n’ai rien à opposer que moi-même – mais d’un autre côté, c’est considérable. Car, tant que je ne me laisse pas écraser par le nombre, je suis moi aussi une puissance. »

Stig Dagerman, 1981 (1955), Notre besoin de consolation est impossible à rassasier, Actes Sud, pp. 20-21.

  • 1 Pour « technologies numériques de l’information et de la communication », qui succèdent aux express (...)
  • 2 Acronyme par lequel sont habituellement désignés les grandes firmes du Web, à savoir Google, Apple, (...)
  • 3 Pour paraphraser le titre de l’éditorial « Le « Mai 68 numérique » est-il (vraiment) devenu un « gr (...)

1Le champ de la recherche sur les pratiques numériques a aujourd’hui amorcé un virage théorique qui invite « à réactiver les topoï de la critique des médias de masse », comme le note Dominique Cardon à propos de la thématique du Digital Labor (Cardon, Casilli, 2015 : 45). Ce virage invite à envisager les usages des TNIC1 comme relevant d’abord des inégalités sociales, privant les individus les moins dotés culturellement de la liberté de se saisir des opportunités pratiques et symboliques offertes par les technologies numériques (Voirol, 2011 ; Granjon, 2012). Ce tournant critique est lui-même soutenu par le constat de la montée en puissance du capitalisme des plateformes qui exploitent, pour elles-mêmes ou pour les États, la valeur des traces et des activités des internautes, au travers de divers dispositifs de captation ou de contrôle vis-à-vis desquels les usagers n’ont pas ou peu de prises. Avec l’avènement des Gafam2, nous assisterions durant cette dernière décennie à une fermeture du Web, qu’accompagnerait une forme de désenchantement (Badouard, 2017). Les promesses de liberté du « Mai 68 numérique », que pensaient acquises les pionniers d’Internet et les promoteurs de la démocratisation du Web, ne déboucheraient finalement que sur un « grille-pain fasciste »3, davantage générateur d’aliénation que d’émancipation.

  • 4 Nous renvoyons ici aux articles de Serge Proulx (1994) et Éric Maigret (2000) consacrés aux apports (...)

2Ce constat tranche avec une certaine tradition de la sociologie des usages qui, en s’intéressant aux tactiques et aux « pratiques d’appropriation transformatrice » (de Certeau, 1994), a contribué – sans doute malgré elle4 – à la construction d’une figure « héroïque » d’un usager actif, inventif, autonome et émancipé de l’emprise technique comme des rapports sociaux de domination. Ce numéro de la revue Terminal ambitionne néanmoins de renouer avec cette première topique de la sociologie des usages [Jauréguiberry, Proulx, 2011), dont on soutiendra qu’elle n’a pas épuisé son potentiel heuristique, à condition de « ne jamais perdre de vue la dialectique entre les conduites microsociales et les orientations macrosociales, les expériences personnelles et les structures collectives (la classe, le groupe affinitaire, les institutions, etc.), entre l’action des sujets et le système social, l’histoire-faite-corps et l’histoire-faite-chose, les dispositions et les (hors-)champs, les épreuves personnelles de milieu et les enjeux collectifs de structure sociale » (Denouël, Granjon, 2011 : 13). Ce numéro participe de ce programme dans la mesure où l’ensemble des contributions retenues articule étroitement une analyse des usages aux contraintes liées aux activités dans lesquelles ils s’inscrivent et aux appartenances sociales des usagers enquêtés.

3Isaac Joseph résumait ainsi la question à laquelle nous invitent à réfléchir les chercheurs de l’École de Chicago : « Comment penser ensemble des dispositifs (des opérateurs ou des “programmes”) qui élaborent ou instituent des normes d’usage et des dispositions (des compétences sociales et techniques) qui ajustent ou redéfinissent ces normes d’usage dans une situation singulière ? » (Joseph, 1998 : 32). L’hypothèse qui structure ce numéro – devenu double à la suite de nombreuses propositions reçues en réponse à l’appel à contributions – est que c’est dans l’articulation de ces deux niveaux d’analyse qu’il devient possible de repérer des lignes de fuite, des marges de manœuvres et des manières de déroger à partir desquelles les normes d’usage des technologies numériques sont susceptibles d’être reconverties en pratiques émancipatrices, ou du moins en puissance d’agir.

4Aussi, l’objet de ce numéro consiste à identifier les dispositifs et les dispositions à partir desquels les potentiels des technologies numériques sont saisis et activés. Pour ce faire, nous proposons de nous saisir de la notion d’empowerment, en ce qu’elle semble de prime abord aller dans le sens de la prise en compte des usages et de leurs potentialités transformatrices. Mais la pluralité des dynamiques sociales que recouvre la notion dans le champ politique n’augure-t-elle pas de la diversité des formes d’empowerment numérique, et de leur inégal pouvoir subversif ?

Institutionnalisation et ambivalence de l’empowerment numérique

  • 5 Notamment en référence aux travaux de Paulo Freire. Pour une présentation de ces travaux, nous renv (...)

5Le concept d’empowerment s’est diffusé dans le monde anglophone, en particulier aux États-Unis, à partir des mouvements des droits civiques des Noirs américains, et dans des pays des suds tels que le Brésil ou l’Inde, au travers des pratiques et des recherches portant sur la pédagogie5, le militantisme féministe et les populations marginales ou minorisées. Dans son acception initiale et radicale, il désigne « un processus sociopolitique qui articule une dynamique individuelle d’estime de soi et de développement de ses compétences avec un engagement collectif et une action sociale transformative » (Bacqué, Biewener, 2015 : 144). Même si elle qualifie en premier lieu un état (être empowered), la notion d’empowerment se conçoit également comme intrinsèquement processuelle, dans la mesure où elle recouvre les étapes qui conduisent à l’acquisition du pouvoir (qui peut être concomitamment individuel, collectif et sociopolitique). Comme l’écrit Anne-Emmanuel Calvès, « pour les féministes, l’empowerment se distingue du pouvoir de domination qui s’exerce sur quelqu’un (« power over ») et se définit plutôt comme un pouvoir créateur qui rend apte à accomplir des choses (« power to »), un pouvoir collectif et politique mobilisé notamment au sein des organisations de base (« power with ») et un pouvoir intérieur (« power from within ») qui renvoie à la confiance en soi et à la capacité de se défaire des effets de l’oppression intériorisée » (Calvès, 2009 : 739).

  • 6 À l’instar de la définition du terme « autonomisation » que la commission générale de terminologie (...)

6Ce sont ces trois formes du pouvoir (pouvoir de, pouvoir avec et pouvoir intérieur), que l’on retrouvera également mobilisées par les auteur.e.s de ce numéro, et leur caractère dynamique qui rendent la notion d’empowerment difficilement appréhendable et traduisible. Dans les contextes francophones, la littérature consacrée mobilise les termes de « pouvoir d’agir », de « capacitation » (ou « encapacitation »), d’« autonomisation » et bien sûr d’« émancipation », dont les significations renvoient à des enjeux théoriques et politiques différents6. Ce flou conceptuel et sémantique se trouve encore davantage accentué par l’institutionnalisation de la notion d’empowerment qui, au cours des années 1990, s’est muée progressivement en catégorie d’action publique dans les politiques de développement international et de l’intervention sociale, ajoutant au champ lexical déjà convoqué de nouveaux synonymes tels que « participation » et « inclusion » (i.e. des populations pauvres ou en situation d’exclusion). Or, dans le même temps, cette inflation terminologique et sémiotique de l’empowerment s’est soldée par un glissement idéologique de la notion vers des acceptions plus libérales, la vidant peu à peu de son sens initial et affaiblissant du même coup sa portée critique et radicale.

  • 7 Au travers par exemple du collectif « Pouvoir d’agir », aujourd’hui disparu, qui militait pour la p (...)
  • 8 Traductions, précisent Bacqué et Biewener (2015), qui ne rendent justement pas compte du caractère (...)
  • 9 À l’instar du collectif « Educavox » qui, dans le domaine de la didactique, milite pour l’instaurat (...)

7C’est dans ce contexte où prédominent les idées néolibérales que la catégorie apparaît en France au début des années 2000. Importée en partie du Québec par les professionnels de la politique de la ville7 (Bacqué, Mechmache, 2013) et de la santé, le plus souvent sous les vocables « pouvoir d’agir » ou « capacité d’action »8, puis mobilisée – mais dans une moindre mesure – par les militants de l’éducation populaire (Maurel, 2010) et de la pédagogie active9, cette catégorie de l’empowerment témoigne

« d’une crise du travail social et de la recherche de nouveaux positionnements, modalités de travail et formes d’engagement par certains professionnels français [… en] réaction vis-à-vis d’institutions bureaucratiques et hiérarchisées, de modes d’encadrement normatifs, de fonctionnements politiques élitistes et fermés » (Bacqué, Biewener, 2013 : 29).

  • 10 Cette jonction institutionnelle a déjà été opérée en 2007 aux États-Unis (d’où le concept d’empower (...)
  • 11 Qui touchent aux enjeux sociaux, économiques, juridiques et politiques liés au numérique. La liste (...)
  • 12 Au premier rang desquelles l’Agence du numérique, dont les missions portent sur les infrastructures (...)

8C’est également durant cette période et certainement pour des motifs assez similaires que la rencontre officielle entre empowerment et numérique s’opère en France10. L’impulsion vient du Conseil national du numérique, dont le rapport intitulé Citoyens d’une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique d’inclusion (CNNum, 2013) constitue sans doute un marqueur. On observe en effet depuis sa parution la diffusion du champ lexical de l’empowerment, non seulement au sein des autres rapports du CNNum11, mais aussi plus largement dans les argumentaires des différentes politiques publiques qui œuvrent à l’inclusion et à l’économie numérique12.

  • 13 En reprenant la terminologie des acteurs de terrain qui officient au sein du réseau des espaces pub (...)
  • 14 Dont ce numéro constitue en quelque sorte un prolongement, dans la mesure où les deux coordinateurs (...)

9Rédactrice du rapport susmentionné et vice-présidente du CNNum entre 2013 et 2015, mais aussi activiste de l’Internet citoyen13 au sein de l’association Vecam (dont elle est membre, puis présidente depuis 2008), Valérie Peugeot occupe un rôle fondamental dans cette mise à l’agenda politique de l’empowerment numérique en France. Comme elle le retrace dans sa contribution au projet ANR « Capacity »14 (Peugeot, 2015), ce processus d’institutionnalisation peut se lire comme la résultante d’un double mouvement  : à la fois top-down par l’intégration nationale des politiques européennes de l’e-inclusion pour lesquelles « inclusion et empowerment sont quasiment synonymes » et bottom-up par les initiatives que promeuvent différentes formes d’activisme numérique, dans le sillage des pionniers nord-américains de la cyberculture libertarienne (Turner, 2012). Bien que ces formes d’activisme se rejoignent dans l’affirmation du potentiel émancipateur des technologies numériques, elles ne peuvent être confondues, au regard des rapports différents qu’elles entretiennent avec l’État et le marché, mais aussi des modes opératoires privilégiés pour défendre le pouvoir d’agir des usagers.

10Ainsi, les militants de l’Internet citoyen ne sont pas toujours à proprement parler des « hacktivistes », selon le néologisme employé pour qualifier les hackers militants qui cassent les protections des logiciels ou piratent les infrastructures numériques au nom du principe de transparence et de la libre circulation des informations [Auray, 2016). Ils ne doivent pas non plus être totalement confondus avec les « médiactivistes » (Cardon, Granjon, 2013) qui œuvrent à la diffusion alternative d’informations en s’opposant aux représentations hégémoniques du monde véhiculées par les médias de masse. S’ils entretiennent parfois des liens avec le « hackerisme » et le « médiactivisme », les activistes de l’Internet citoyen se veulent plus consensuels et se spécifient par une triple position, que l’on pourrait qualifier de « réformiste » : ils militent pour un Internet non marchand associé aux biens communs et aux services publics ; ils inscrivent leurs actions dans un engagement associatif, le plus souvent en lien avec l’action culturelle (Labarthe, 2013) ou les mouvements de l’éducation populaire (Boucher-Petrovic, 2008) ; enfin, ils œuvrent dans le nouveau cadre référentiel de l’« inclusion numérique », après que ce dernier se soit substitué à celui de la « fracture numérique » (Plantard, Le Mentec, Trainoir, 2013). Si, comme le note encore Valérie Peugeot (2005), ce « changement de vocabulaire souligne un passage d’une logique descendante (diffusion des outils) à une logique ascendante, pour que les individus se saisissent des outils pour améliorer leur trajectoire de vie », il traduit aussi, de notre point de vue, une inflexion managériale dans la responsabilisation accrue des usagers à assumer, via les outils numériques, l’amélioration de leur trajectoire de vie.

Conceptions gestionnaires et civiques de l’empowerment numérique

11Pour explorer les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique, ce numéro s’organise en deux parties, qui se lisent à revers du processus d’institutionnalisation que nous venons d’esquisser et qui rendent compte de deux conceptions de l’empowerment (Cantelli, 2013). La première partie traite de situations qui relèvent d’un empowerment numérique « libéral », ou si l’on veut, d’une conception gestionnaire de l’empowerment numérique. En ce sens, elle porte sur différents dispositifs institutionnels ou sphères d’activité qui ont institué, voire instrumentalisé, le concept d’empowerment au service d’une logique managériale des technologies numériques dans les mondes du service public, du travail, de la formation et de la santé. La seconde, quant à elle, présente des études de cas renouant avec la visée initiale d’un empowerment « libérateur », qui entend redonner la parole aux opprimés et aux communautés marginalisées, notamment dans une perspective féministe. Autrement dit, les articles de cette section s’inscrivent dans une conception civique de l’empowerment numérique, dont l’horizon d’attente touche à la participation citoyenne et à la mobilisation politique, à travers la prise de conscience critique et la volonté de transformer les rapports sociaux de domination.

Première partie

12Dans la première partie, les dispositifs analysés présentent globalement les technologies numériques comme des outils « neutres », dont il appartient aux individus de se saisir dans une logique de développement des compétences, en vue d’accroître l’utilité, la responsabilité, la productivité ou encore l’autonomie. Ce principe de neutralité technologique présent dans les discours managériaux tend alors à masquer les mécanismes de domination. Ainsi, Périne Brotcorne, Carole Bonnetier et Patricia Vendramin analysent les modalités d’implication des « points de vue » usagers dans le processus de numérisation des services d’intérêt général en Belgique et les biais qu’elles comportent. Si l’objectif visé est bien celui d’un empowerment des citoyens, les techniques de captation cantonnent de facto les usagers à la figure stéréotypée du consommateur, renforçant ainsi les inégalités préexistantes et les dynamiques de disempowerment des futurs bénéficiaires les moins dotés.

13Inscrits dans le monde du travail, les deux articles qui suivent interrogent les logiques d’empowerment associées à la « transformation digitale » des entreprises et aux modes organisationnels afférents. Marie Benedetto-Meyer s’intéresse aux managers de proximité d’une grande entreprise et à la manière dont ils s’emploient à accompagner cette transformation auprès des équipes de salariés dont ils ont la charge. Si ces managers s’avèrent soucieux des difficultés que les salariés éprouvent face aux injonctions à utiliser les outils numériques, leurs pratiques managériales demeurent ambivalentes, associant accompagnement collectif des usages et renforcement de la responsabilité individuelle dans l’acquisition des compétences numériques. Pour leur part, Lucie Enel, Florence Millerand et Chantal Aurousseau se penchent sur l’activité des « télétravailleuses » de deux entreprises situées au Québec. Ici encore, la pratique du télétravail apparaît comme ambivalente : les employées bénéficient d’une certaine latitude dans l’organisation de leur temps de travail leur permettant de mieux concilier vie privée et vie professionnelle, mais leur isolement affaiblit la force des collectifs et réduit la possibilité de revendiquer de meilleures conditions de travail. Dès lors, cette absence de pouvoir d’agir collectif est susceptible d’engendrer en retour des répercussions négatives sur le pouvoir d’agir individuel.

14Les deux articles suivants portent sur des dispositifs d’empowerment qui ont trait au domaine de la formation au numérique et par le numérique. Sur le premier volet, Fabien Labarthe confronte les idéaux normatifs de la « Grande École du Numérique », programme d’action publique dont l’objectif générique est de former des jeunes adultes peu ou pas diplômés aux métiers du numérique, aux trajectoires d’apprenants rencontrés dans deux formations labellisées par ce programme et dédiées à l’apprentissage du code informatique. Il met d’abord en évidence que cet apprentissage ne va pas de soi et qu’il est jalonné d’épreuves pour les apprenants. Il montre ensuite que les deux formations n’apportent pas les mêmes ressources pour favoriser leur « employabilité ». Il n’en reste pas moins qu’elles suscitent toutes deux une certaine forme de pouvoir d’agir aux apprenants, en renforçant l’estime de soi, en favorisant l’intégration à un rythme de vie plus régulé ou en leur permettant d’avoir accès à une socialisation plus élargie. Il en va de même du dispositif de formation par le numérique étudié par Coralie Le Caroff, Amandine Kervella et Céline Matuszak. Les auteures décrivent un projet de « média jeune » porté par une friche culturelle à Lille, en partenariat avec une école de journalisme et une agence numérique, impliquant de jeunes gens issus d’un quartier populaire. Outre la perspective d’une éducation aux médias et à l’information, l’objectif sous-jacent est d’ouvrir par ce biais « les portes fermées du journalisme ». Le média jeune apparaît en fin de compte pourvoyeur de pouvoir d’agir individuel, mais permet difficilement aux jeunes de convertir les compétences acquises dans les sphères du journalisme professionnel. Ces deux textes soulignent ainsi une limite commune à ces dispositifs de formation qui porte sur la durée des apprentissages jugée trop courte pour permettre de consolider dans le temps un pouvoir d’agir effectif.

15Enfin, les deux derniers articles de ce dossier questionnent des techniques d’empowerment qui relèvent de la démocratie sanitaire. Amélie Téhel s’intéresse pour sa part à l’« empowerment des corps » et propose les premiers résultats d’une enquête qu’elle conduit, dans le cadre de sa thèse, au sein d’un FabLab spécialisé dans le handicap. Elle y observe la manière dont des personnes en situation de handicap s’emparent des outils et des ressources qui y sont mis à disposition pour réaliser des prothèses, dans une démarche de do it yourself et de « handicapowerment ». Le dispositif offre ainsi des opportunités afin de contourner les logiques marchandes qui priment dans ce secteur et de répondre à des besoins individuels et spécifiques non couverts par le marché de la prothèse. Pour autant, les productions réalisées dans les FabLabs résistent mal à la tentation « solutionniste » et à la « perpétuation d’un rapport au monde ‘valido-centré’, dans lequel le corps amputé, vu comme incomplet, doit se doter d’artefacts multiples pour combler des déficiences supposées ». Ce solutionnisme technique est aussi à l’œuvre dans le programme de développement Motech étudié par Marine Al Dahdah. Ce programme de mSanté, déployé au Ghana et en Inde, vise à utiliser le téléphone portable pour pallier le manque d’informations sur la maternité, améliorer la santé maternelle et compenser des inégalités de genre. Cependant, l’auteure montre que ce dispositif d’empowerment technologique produit des effets contraires aux intentions initiales, en ne prenant pas suffisamment en compte, non seulement la parole des femmes ciblées comme bénéficiaires du programme, mais aussi les contextes culturels et économiques qui façonnent les parcours de santé dans ces pays.

16À la lecture des articles du premier dossier, il apparaît que la prise en compte des normes d’usage et des bénéficiaires dans la conception et l’appropriation de dispositifs d’empowerment numérique constituent un préalable pour instaurer une relation de confiance à même de développer du pouvoir d’agir. Si les dispositifs étudiés dans cette section répondent de manière très inégale et imparfaite à cette première condition, ils ouvrent néanmoins des marges de manœuvre et des opportunités dont certains individus arrivent à se saisir individuellement. L’empowerment en régime numérique est donc présenté dans ces différentes contributions comme susceptible d’augmenter les capacités individuelles (pouvoir de), sans que cela permette de redéfinir des rapports de pouvoir et de domination dans un processus de transformation sociale. Or, c’est précisément dans cette intention et dans une dynamique collective que s’inscrivent les articles du second dossier.

Deuxième partie

17Dans cette seconde section, les articles retenus font état d’expériences et de tentatives d’émancipation par le numérique qui renouent avec une conception radicale de l’empowerment, telle qu’envisagée initialement par les mouvements civiques et féministes des années 1960. Loin de se réduire à la seule dimension individuelle du pouvoir d’agir, cette approche induit le passage à une dimension collective du pouvoir, grâce à laquelle se joue la réussite d’une entreprise critique dans sa lutte contre les mécanismes de domination. De plus,

« l’émancipation suppose une focalisation sur les déterminations sociales – de genre, de classe, d’âge – dans lesquelles se trouve plongée l’expérience : c’est un arrachement à l’aliénation, à tous les fétichismes, dont fait partie la fascination pour la technique » (Auray, Ouardi, 2014 : 22).

18Les trois premiers articles traitent du rapport entre empowerment numérique, pris dans cette dernière acception, et déterminations de genre. Reprenant à leur compte la typologie des formes de pouvoir mobilisée par la littérature féministe (pouvoir avec, pouvoir pour et pouvoir intérieur), Chantal Morley et Pascale Kuntz décrivent trois formes émergentes d’empowerment numérique développées par et pour les femmes. Ainsi la création de réseaux professionnels informels, la conception d’applications numériques estampillées « femtech » et les mouvements relatifs au cyberféminisme constituent autant d’exemples à partir desquels des femmes entreprennent de déconstruire le fétichisme technique empreint de domination masculine qui règne dans le monde du numérique. Bénédicte Havard Duclos décrit, quant à elle, des formes en apparence moins collectives de l’empowerment numérique, mais qui renvoient tout autant à une volonté de s’affranchir de la domination intériorisée et de développer une identité sociale renouvelée. Cet empowerment numérique, que l’on pourrait qualifier de « mode mineur », se donne à voir à travers les portraits de deux femmes de milieu populaire dont les usages d’Internet témoignent d’une curiosité « atypique » et d’un désir de développer et d’entretenir des sociabilités diversifiées. Si ces femmes ne font pas pour autant l’expérience d’une mobilité sociale ascendante, Internet constitue tout de même un champ des possibles au sein duquel on peut s’extraire des assignations sociales et de genre. Il en va de même pour les six youtubeuses « afroféministes » étudiées par Jaercio Da Silva, pour lesquelles s’ajoute la nécessité d’échapper à des assignations racialisantes. À travers leur production vidéo et dans une logique de « pédagogie militante », ces femmes noires entreprennent de faire entendre une « voix auto-définie » sur la plateforme YouTube. Si cette dernière permet effectivement de contourner les formats éditoriaux des médias traditionnels qui affaiblissent la prise de parole des minorités, il reste difficile d’évaluer la portée de leur message. Dès lors, pour l’auteur, ces pratiques valent surtout pour leur dimension conversationnelle et réflexive et correspondent à une étape d’« objectivation critique » dans le processus d’émancipation.

19Les deux articles qui suivent explorent les modalités par lesquelles se déploie cette phase de « conscientisation » dans les registres du « Web consolateur » [Auray, 2011) et du « Web conversationnel » [Cardon, 2010). Ainsi, Blandine Rousselin s’intéresse à la manière dont les personnes atteintes de troubles mentaux utilisent les dispositifs numériques (blogs, RSN, etc.) pour prendre la parole et publiciser leurs expériences stigmatisantes ou discriminatoires. Les plateformes offrent des supports à l’expression de soi d’autant plus salutaires que les individus concernés éprouvent généralement des difficultés à interagir en face-à-face. Ces échanges en ligne contribuent alors à former des collectifs plus ou moins éphémères, qui peuvent trouver à se prolonger plus durablement dans le cadre de rencontres effectives et de revendications communes, notamment à l’encontre du pouvoir médical. Ces formes d’empowerment numérique sont aussi l’occasion d’un retour sur soi qui permet d’amorcer un « retournement du stigmate » (Goffman, 1975). Irène Bastard, pour sa part, interroge le rôle et la place sociale de la conversation d’actualité dans les réseaux socio-numériques. Prolongeant le modèle théorique de Stuart Hall sur les processus de codage et de décodage des messages médiatiques, l’auteure propose un troisième registre interprétatif dans l’activité de réception en ligne, qu’elle nomme « recodage ». Cette activité se loge dans les pratiques de publication et republication des liens d’actualité, ainsi que dans la mise en visibilité des réceptions qu’ils suscitent, à travers le partage des statuts, les commentaires et autres réactions qu’autorisent les fonctionnalités du « Web affectif » (Alloing, Pierre, 2017). Pour l’auteure, la réflexivité qui est à l’œuvre dans la pratique du recodage permet aux individus de mieux se situer dans l’espace social des opinions, et constitue en ce sens une sorte de préalable à une « capacité d’action dans l’espace public ».

20Enfin, l’analyse de ce passage à l’action collective (ou au « pouvoir avec ») dans le champ politique fait l’objet des deux derniers textes de ce dossier. Brice Demars porte un regard historique et inattendu sur la manière dont le Minitel a pu faire l’objet d’un proto-usage militant en 1986 par les étudiants opposés au projet de loi Devaquet relatif à la réforme des universités. Si l’auteur indique que les services télématiques n’ont pas nécessairement été déterminants dans la coordination du mouvement, il est selon lui possible d’y voir les prémisses d’une forme d’empowerment numérique des mobilisations collectives qui se verront plus tard amplifiées par le réseau Internet, comme l’illustre le mouvement actuel des Gilets Jaunes. Ensuite et pour finir, Anaïs Théviot analyse la plateforme numérique Ma Voix, dont le dispositif s’inscrit au sein du vaste ensemble des civic tech. L’objectif de la plateforme est de favoriser l’élection de citoyens lambda à la députation via un système de tirage au sort, dans le but de « hacker » l’Assemblée nationale et de renouveler son personnel politique ; les nouveaux députés ainsi élus devant à leur tour se faire les porte-voix des votations majoritaires recueillies par l’intermédiaire de la plateforme. Si le dispositif sociotechnique offre un renforcement des compétences politiques des citoyens, l’auteure montre cependant que l’ambition louable de faire entrer le participatif au sein du temple de la démocratie représentative se heurte aux difficultés d’accès et d’usage de la plateforme, ce qui en limite la portée politique.

21L’ensemble des contributions à ce double numéro invitent à identifier en quoi les technologies numériques aménagent des « zones d’autonomie temporaire » [Boltanski, 2009 : 149), susceptibles d’ouvrir des « brèches » dans la critique. Lorsque les injustices et les humiliations sont trop manifestes, les technologies numériques constituent une ressource parmi d’autres afin d’agir sur un plan individuel et collectif. Pour autant, force est de constater qu’il s’agit toujours de formes d’empowerment tâtonnantes, qui peinent à transformer en profondeur les structures sociales et les rapports de domination. On peut dès lors s’interroger sur ce que serait une émancipation numérique aboutie. L’absence d’articles présentant des « intersubjectivations techniques » (Voirol, 2011) radicales témoigne-t-elle d’un effet conjoncturel à cette livraison de Terminal ou traduit-elle une difficulté plus structurelle à s’affranchir de l’aliénation dans nos sociétés numériques capitalistiques ? Et à quelles conditions les appuis critiques et les supports à l’action offerts par le numérique pourraient-ils trouver à s’incarner dans un changement socio-politique ou un cadre législatif renouvelé ? Telles sont les questions que nous paraît soulever in fine ce double dossier, et qui pourraient en constituer une stimulante prolongation.

Haut de page

Bibliographie

Alloing C., Pierre J. (2017), Le Web affectif. Une économie numérique des émotions, Paris, INA Éditions, coll. « études & controverses », 120 p.

Auray N., (2011), « Solidarités », Communications n° 88, pp. 159-167.

Auray N., Ouardi S. (2014), « Numérique et émancipation. De la politique du code au renouvellement des élites », Mouvements, n° 73, pp. 13-27.

Bacqué M-H., Biewener C. (2015), L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, La Découverte/Poche, 175  p.

Bacqué M-H., Biewener C. (2013), « L’empowerment, un nouveau vocabulaire pour parler de participation ? », Idées économiques et sociales, n° 173, pp. 25-32.

Bacqué, M-H., Mechmache, M. (2013), Pour une réforme radicale de la politique de la ville. Ça ne se fera plus sans nous. Citoyenneté et pouvoir d’agir dans les quartiers populaires, Rapport au ministre délégué chargé de la Ville, Juillet.

Badouard R., (2017), Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur et propagande, FYP éditions, 179 p.

Boltanski L. (2009), De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 294 p.

Boucher-Petrovic N. (2008), « La société de l’information « appropriée » par l’éducation populaire : une tradition en question », tic&société (en ligne) vol. 2, n° 2.

Calvès A-E. (2009), « Empowerment  : généalogie d’un concept clé du discours contemporain sur le développement », Revue Tiers Monde, n° 200, pp. 735-749.

Cantelli F. (2013), « Deux conceptions de l’empowerment », Politique et Sociétés, vol. 32, n° 1, pp. 63-87.

Cardon D. (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Edition du Seuil, coll. « La République des idées », 102 p.

Cardon D., Casilli A. (2015), Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Paris, INA Editions, 101 p.

Cardon D., Granjon F. (2010), Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po, 152 p.

Certeau de, M. (1994)., « L’ordinaire de la communication », in La prise de parole et autres écrits politique, Paris, Éditions du Seuil, pp. 163-224.

CNNum (2013), Citoyens d’une société numérique. Accès, littératie, médiations, pouvoir d’agir : pour une nouvelle politique d’inclusion, Rapport du Conseil national du numérique à la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique, octobre 2013 (en ligne).

Denouël J., Granjon F. (dir.) (2011), Communiquer à l’ère du numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses des Mines, 320 p.

Goffman E. (1975), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 175 p.

Granjon F. (2012), Reconnaissance et usages d’Internet. Une sociologie critique des pratiques de l’informatique connectée, Paris, Presses des Mines, 215 p.

Jauréguiberry F., Proulx S. (2011), Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Erès, 143 p.

Jouët, J. (2000). « Retour critique sur la sociologie des usages », in Réseaux, vol. 18, n° 100.

Joseph, I. (1998), La ville sans qualités, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 209 p.

Labarthe F. (2013), Démocratiser la culture multimédia ? Usages et apprentissages en milieu populaire, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. praTICs, 158 p.

Le Bossé Y. (2003), « De l’habilitation au pouvoir d’agir : vers une appréhension plus circonscrite de la notion d’empowerment », Nouvelles pratiques sociales, vol.16, n° 2, pp. 30-51.

Mabi C. (2017), « Citoyen hackeur. Enjeux politiques des civic tech », La vie des idées (en ligne).

Maigret E. (2000), « Les trois héritages de Michel de Certeau : Un projet éclaté d’analyse de la modernité », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 55e année, n° 3, pp. 511-549.

Maurel (2010), Éducation populaire et puissance d’agir : les processus culturels de l’émancipation, Paris, L’Harmattan, 241 p.

Paquienséguy F. (2017), « Que sont devenues les Tic ? Introduction générale », Interfaces numériques, vol. 6, n° 3, pp. 403-413.

Pereira I. (2017), Paulo Freire, pédagogue des opprimé.e.s, Paris, Editions Libertalia, 169 p.

Peugeot V. (2001), « L’Internet citoyen. De la fracture numérique au projet de société », Les Cahiers du numérique, vol. 2, n° 3, pp. 163-184.

Peugeot V. (2015), « Brève histoire de l’empowerment  : à la reconquête du sens politique », Internetactu.net (en ligne).

Plantard P., Le Mentec M., Trainoir M. (2013), Pour en finir avec la fracture numérique, Limoges, FYP Editions, 167 p.

Proulx S. (1994), « Une lecture de l’œuvre de Michel de Certeau : L’invention du quotidien, paradigme de l’activité des usagers », Information Médias Théories, vol. 15, n° 2, pp. 170-197.

Turner F. (2012), Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand, un homme d’influence, Caen, C&F éditions, 427 p.

Van Cuyck A. (2015), « L’empowerment, entre effet de mode et réalité : retour sur un phénomène à la lumière du concept de pouvoir social et citoyen et des technologies de l’information et de la communication », communication lors de la conférence internationale Médias et espace public : nouveaux enjeux à l’ère numérique, Lyon.

Voirol, O. (2011). « L’intersubjectivation technique : de l’usage à l’adresse. Pour une théorie critique de la culture numérique ». Dans Julie Denouël et Fabien Granjon (dir.) Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages (p.127-157). Paris : Presses des Mines, pp. 127-157.

Haut de page

Notes

1 Pour « technologies numériques de l’information et de la communication », qui succèdent aux expressions NTIC (le « N » signifiant ici « nouvelles ») ou TIC. Comme l’ont montré un certain nombre de travaux, ces expressions ne sont pas stabilisées dans le langage du fait qu’elles désignent des technologies et des médias disparates, qui s’inscrivent eux-mêmes dans des cycles d’innovations rapides, répétés et pluriels. Sur ce point, nous renvoyons au récent dossier « Que sont devenues les Technologies de l’information et de la Communication ? » de la revue Interfaces numériques n° 3, coordonné par Françoise Paquienséguy (2017).

2 Acronyme par lequel sont habituellement désignés les grandes firmes du Web, à savoir Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft.

3 Pour paraphraser le titre de l’éditorial « Le « Mai 68 numérique » est-il (vraiment) devenu un « grille-pain-fasciste » ? » de la revue Mouvements n° 79, intitulé « (Contre-)pouvoirs du numérique » et coordonné par Nicolas Auray, Simon Cottin-Marx, Noé Le Blanc et Samira Ouardi (2014).

4 Nous renvoyons ici aux articles de Serge Proulx (1994) et Éric Maigret (2000) consacrés aux apports de Michel de Certeau à la notion d’usage, qui permettent d’en mesurer toute la portée critique, bien plus subtile que le laisserait supposer une appréhension par le seul prisme d’un usager actif tout-puissant.

5 Notamment en référence aux travaux de Paulo Freire. Pour une présentation de ces travaux, nous renvoyons à Pereira (2017).

6 À l’instar de la définition du terme « autonomisation » que la commission générale de terminologie et de néologie propose comme équivalent à la notion d’empowerment, et qui recouvre différents enjeux : « Processus par lequel une personne ou une collectivité se libère d’un état de sujétion, acquiert la capacité d’user de la plénitude de ses droits, s’affranchit d’une dépendance d’ordre social, moral ou intellectuel » [Bulletin officiel, 2006).

7 Au travers par exemple du collectif « Pouvoir d’agir », aujourd’hui disparu, qui militait pour la participation citoyenne des habitants des quartiers populaires aux décisions politiques et d’aménagement urbain qui les concernent.

8 Traductions, précisent Bacqué et Biewener (2015), qui ne rendent justement pas compte du caractère dynamique d’acquisition du pouvoir et de sa dimension collective.

9 À l’instar du collectif « Educavox » qui, dans le domaine de la didactique, milite pour l’instauration de nouvelles formes de pédagogie dans les écoles, attentives au pouvoir d’agir des enseignants et des élèves.

10 Cette jonction institutionnelle a déjà été opérée en 2007 aux États-Unis (d’où le concept d’empowerment et les technologies numériques sont en partie natifs), lors du discours de candidature de Barack Obama à l’investiture présidentielle de 2008, intitulé « Connecting and empowering all americans through technology and innovation » (sur ce point cf. Van Cuyck, 2016). Ce rapprochement entre empowerment et numérique sera renforcé lors de la présidence d’Obama avec le projet de l’Open Governement qui institue en 2009 l’usage de l’Open data et des civic tech dans le champs de la participation politique (sur ce point, cf. Mabi, 2017)

11 Qui touchent aux enjeux sociaux, économiques, juridiques et politiques liés au numérique. La liste des travaux produits par le CNNum est consultable à l’adresse suivante : https ://cnnumerique.fr/nos-travaux.

12 Au premier rang desquelles l’Agence du numérique, dont les missions portent sur les infrastructures numériques (Plan France Très Haut Débit), l’économie numérique (Initiative French Tech) et l’inclusion numérique (Programme Société Numérique).

13 En reprenant la terminologie des acteurs de terrain qui officient au sein du réseau des espaces publics numériques (EPN) et qui parlent couramment d’« Internet citoyen » [sur ce point, cf. Peugeot, 2001].

14 Dont ce numéro constitue en quelque sorte un prolongement, dans la mesure où les deux coordinateurs y ont été associés. Le projet ANR « Capacity » s’est déroulé de 2015 à 2018 et a été porté par la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing), l’Université de Rennes 2 et Télécom Bretagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Labarthe et Marianne Trainoir, « Explorer les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique », Terminal [En ligne], 125-126 | 2019, mis en ligne le , consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5570 ; DOI : 10.4000/terminal.5570

Haut de page

Auteurs

Fabien Labarthe

Télécom Saint-Etienne, ELICO E.A. 4147 (Université de Lyon)

25 rue du Dr Remy Annino, 42000 Saint-Etienne, fabien.labarthe@univ-st-etienne.fr

Articles du même auteur

Marianne Trainoir

CREAD (EA3875), Université Rennes 2, marianne.trainoir@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals