Navigation – Plan du site

Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne

Appel à contributions
Claire Mahéo

Notes de l’auteur

Coordinateurs : Thomas Hoang, Claire Mahéo, Sandra Mellot, Julie Pasquer-Jeanne, Anaïs Theviot

  • 1 À titre d’exemple, « Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche », numéro thématiqu (...)

Des omniprésentes réalités digitales constituent nos lieux anthropologiques contemporains, et donc affectent et transforment également nos manières de « faire recherche » et « faire science » : « Il s’agit incontestablement d’un tournant computationnel (Berry, 2011) qui non seulement modifie en profondeur les disciplines et leur épistémologie (ibid.), mais interroge aussi les conditions de production et circulation du savoir (Pouyllau, 2012). » (Bourdeloie, 2014). De récents travaux ont déjà cherché à examiner la question des mutations opérées par le numérique pour les théories et les méthodes de recherche en SHS1, étant donné que le numérique est « à la fois instrument, méthode, terrain et objet de recherche » (Bourdeloie 2014). Dans ce contexte général d’une « mutation épistémique » ouverte par le numérique (Stiegler, 2014 : 14), comment les SHS se saisissent-elles de ces technologies numériques pour continuer à développer « le regard critique » qui sous-tend leur interdisciplinarité (Granjon, 2014) ? Les chercheurs sont-ils conduits à construire « un nouvel esprit scientifique : dépasser les oppositions binaires ; abaisser les frontières et ouvrir les portes du monde académique entre disciplines ; mais aussi, à l’extérieur, collaborer avec des acteurs aujourd’hui trop loin des humanités. » (Cormerais, Le Deuff, Lakel, Pucheu, 2016) ?

  • 2 La publication récente du rapport « Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur le (...)
  • 3 Proposée dans les travaux de Richard Rogers (cité par Plantin et Monnoyer-Smith, Ibid.).

Pour tenter de contribuer à ce travail de réflexions que nous espérons utile pour la fécondité de ces sciences anthropo-sociales (Berthelot)2, nous proposons, avec ce numéro thématique, une réflexion sur trois dimensions constitutives de la question de « méthodes » en recherches scientifiques en nous focalisant sur l’articulation entre des méthodes numériques et des méthodes non-numériques plus classiques. Par « méthodologies numériques », nous entendons à la fois « des méthodes traditionnelles en sciences sociales, tout en les adaptant aux nouvelles propriétés du support » numérique (Plantin et Monnoyer-Smith, 2014) et des méthodes nouvelles, créées spécifiquement pour analyser des objets nativement numériques, désignées par l’expression « Digital Methods »3.

En effet, « la culture des données se traduit aussi par le développement de nouvelles méthodes pour le·a chercheur·e en SHS. Collectes des données en masse, analyse de réseaux, techniques de visualisation, corpus web, linked open data, science collaborative... Autant de ressources ou de manières de pratiquer la recherche qui ouvrent à leur tour de nouvelles questions. L’apparition du courant des digital humanities et des digital studies a exprimé en particulier la nécessité́ de penser le numérique non seulement comme un phénomène technique ou sociétal, mais aussi comme le foyer d’une mutation épistémologique majeure, interpellant toutes les disciplines. » (Dynamiques des recherches en sciences de l’information et de la communication, Bureau de la CPDirSIC, 2018).

  • 4 Comme c’est le cas du numéro de Réseaux sur les méthodes digitales, coordonné par Dominique Cardon, (...)

Par conséquent, la proposition de ce numéro de revue part d’un double constat : d’une part, il est assez aisé d’identifier un ensemble d’efforts réflexifs sur les méthodes « classiques », « pré-internet », depuis au moins une trentaine d’années (Curapp, 2000 ; Duchesne et Haegel, 2008 ; Garcia et Haegel 2011 ; Combes, 2011). D’autre part, les travaux disponibles en français sur les méthodes digitales restent encore rares, mais sont fondamentaux4.

Par ailleurs, de nombreux travaux se concentrent sur l’analyse de traces numériques, ce qui constitue un indice des interrogations suscitées par les masses de données désormais disponibles en ligne. D’autres aspects, comme les adaptations des méthodes classiques sur internet (l’entretien par Skype, par exemple) ou l’articulation entre méthodes en ligne et méthodes hors ligne pour approcher le même objet ou encore les pratiques routinières des chercheurs impliquant internet (par exemple, la prise de contact par e-mail) sont moins traités.

L’idée de ce numéro est justement de ne pas se cantonner aux travaux portant sur le numérique et de souligner l’intérêt méthodologique du web sur des terrains variés. De nombreux chercheurs utilisent de manière exploratoire les dispositifs numériques dans le cadre de leurs enquêtes, mais peu d’entre eux s’engagent dans une réflexion approfondie. L’ambition de ce numéro est d’explorer les méthodes en ligne afin d’en dégager les apports et les limites. Enfin, il s’adresse à la fois aux universitaires et au public non-académique, car la question touche tous ces acteurs concernés aujourd’hui par le numérique.

Ainsi, proposons-nous trois axes de réflexions :

Axe 1 : Le recours à des méthodes en ligne pour des terrains hors ligne en SHS et les limites de ces approches

En quoi et dans quelles conditions l’articulation et l’hybridation des méthodes en ligne et hors ligne pourraient être heuristiques pour s’approcher d’une « réalité » en question ? Par exemple, comment appréhender les spécificités de l’entretien à distance ou encore du questionnaire en ligne ? Quelles sont les difficultés techniques spécifiques pour des corpus composites (Le Marec, 2002) en et hors ligne ? Comment et pourquoi (pour quoi) réfléchir à des pratiques plus ou moins invisibilisées impliquant le web, comme par exemple la constitution d’un réseau d’enquêté.e.s ou le contact avec un terrain géographiquement éloigné par les réseaux sociaux ? Quels rapprochements sont à opérer entre des usages traditionnels et d’autres spécifiques aux outils et aux services numériques (RSN, témoignages, commentaires, partage de documents) ? Comment archiver, traiter la profusion de données (big data) par exemple de fils de discussions en ligne, et faire avec une multiplication des niveaux d’analyse ? Dans quelle mesure peut-on identifier des effets sur la conduite des recherches et/ou les résultats produits ? Toutes ces questions reviennent à interroger non seulement la posture épistémique du chercheur en SHS à l’aune du numérique, mais aussi le statut du terrain, du corpus et du document scientifique et les glissements à l’œuvre.

Axe 2 : Les outils innovants et méthodes interdisciplinaires dans les protocoles de recherche SHS

Certains chercheurs en SHS mobilisent désormais de nouveaux outils à la fois pour les aider dans la récolte de nouvelles données et/ou pour compléter leurs méthodes d’analyse de terrains hors ligne (dispositifs de collecte et de visualisation de données, système d’eye-tracking, tests en réalité virtuelle, capteurs d’émotions, logiciel de modélisation ...). Quelles sont la place et le rôle de ces innovations dans les protocoles de recherche ? Quels sont leurs apports et limites pour le travail du chercheur dans des cas pratiques (Cocco et Dessart, 2018), notamment dans les protocoles interdisciplinaires associant mathématique, informatique, sciences de l’ingénieur, pour la collecte, le traitement, l’interprétation des données numériques ?

Ces données apportent-elles une connaissance nouvelle ou confirment-elles « statistiquement ce que l’on sait déjà » et « comment retrouver dans les traitements effectués sur les données l’humanité des faits examinés ? » (Bachimont, 2015). Des solutions sont à envisager pour « resocialiser les traces d’activités numériques » (Ouakrat et Mésangeau, 2016).

En quoi cette explicitation entre des protocoles de recherche numériques et innovants et des théories épistémologiques sous-jacentes (par exemple empiricisme, constructivisme, herméneutique, socio-constructivisme, systémique, etc.) pourrait-elle permettre de gagner en réflexivité en ce qui concerne des impensés enfouis dans telle ou telle approche méthodologique ?

Axe 3 : Les questions éthiques liées à la spécificité des données numériques et à la posture épistémique du chercheur

Quelles grandes questions éthiques soulèvent la masse des données numériques et leur traitement ? Que faire de la question du consentement dans la récupération de données numériques à l’insu d’enquêtés et quelles conséquences sur la posture du chercheur ? En effet, dans le cas d’une hybridation des méthodes (axe 1), comment croiser les questions du consentement et de la confiance établie entre enquêtés et chercheur ? Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx soulignaient d’ailleurs « l’ambivalence du statut privé ou public » (Latzko-Toth et Proulx, 2013, p. 41) des écrits recueillis sur le web. Que faire de la question du « droit à l’oubli » sur internet, qui semble impliquer la capacité pour tout acteur de retirer ses traces numériques ? Face à cette production exponentielle de métadonnées, comment celles-ci pourraient-elles être mieux ciblées, maîtrisées et analysées, notamment devant les enjeux écologiques actuels (Cirac Claveras et Gossart, 2015) ?

Calendrier de l’appel :

  1. Diffusion de l’appel à contributions : 15 décembre 2019

  2. Envoi des propositions d’articles : 15 avril 2020

  3. Réponse d’acceptation ou de rejet des propositions : 15 mai 2020

  4. Envoi des articles complets pour évaluation : 15 juillet 2020

  5. Envoi des commentaires des évaluateurs (pour correction éventuelle par les auteurs) : 1er octobre 2020

  6. Envoi des articles finaux corrigés : 15 novembre 2020

  7. Publication des articles en ligne : décembre 2020

Les consignes aux auteurs sont sur le site de la revue.

Bibliographie

Bachimont B. (2015), « Le numérique comme milieu : enjeux épistémologiques et phénoménologiques. », Interfaces numériques, 4, 3, 385-402.

Barats C., dir. (2013), Manuel d’analyse du web en sciences sociales, Paris, A. Colin, coll. « U ».

Bourdeloie H. et Douyère D. dirs, (2014), Méthodes de recherche sur l’information et la communication. Regards croisés, Paris, Mare & Martin, coll. MediaCritic.

Bourdeloie H. (2013), « Ce que le numérique fait aux sciences humaines et sociales », tic&société 7, 2. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1500.

Cardon D., Fouetillou G., Lerondeau C. et Prieur C. (2011), « Esquisse de géographie de la blogosphère politique (2007-2009) », dans Greffet F. (dir.), Continuerlalutte.com, Les partis politiques sur le web, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 73-94.

Cirac Claveras G. et Gossart C. (2015), « Enjeux et perspectives des données environnementales massives », Terminal, 117, 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1062 ; DOI : 10.4000/terminal.1062.

Cocco C., Dessart G., Serbaeva O., Brandt P. Y., Vinck D. et Frédéric D. (2018), « Potentialités et difficultés d’un projet en humanités numériques (DH) : confrontation aux outils et réorientations de recherche », Digital Humanities Quarterly12, 1.

Combes H. (2011), « Observer les mobilisations », Introduction, Politix, 93, pp. 7-27.

Cormerais F., Le Deuff O., Lakel A. et Pucheu D. (2016), « Les SIC à l’épreuve du digital et des Humanités : des origines, des concepts, des méthodes et des outils », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 8. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1820.

Curapp (2000), Les méthodes au concret. Démarches, formes de l’expérience et terrains d’investigation en sciences politiques, Paris, Presses universitaires de France.

Dubois V. (2005), « L’écriture en sociologie : une question de méthode négligée », Transversale, 1, pp. 208-217.

Garcia G. et Haegel F. (2011), « Introduction », Revue française de science politique, 61, 3, pp. 391-397.

Haegel F. et Duchesne S. (2008), L’enquête et ses méthodes : l’entretien collectif, Paris, A. Colin, coll. « 128 ».

Latzko-Toth G. et Proulx S. (2013), « Enjeux éthiques de la recherche sur le web » dans Barats, C., dir., Manuel d’analyse du web en sciences sociales, Paris, A. Colin, coll. « U », pp. 32-48.

Le Marec J. (2002), Ce que le terrain fait au concept, Vers une théorie des composites, Mémoire d’habilitation à diriger le recherches, Université de Paris VII - Denis Diderot.

Marcoccia M. (2016), Analyser la communication numérique écrite, Paris, A. Colin, coll. Icom. Série Discours et communication.

Ouakrat A. et Mésangeau J. (2016), « Resocialiser les traces d’activités numériques : une proposition qualitative pour les SIC », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 8. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/1795.

Plantin J.-C. et Monnoyer-Smith L. (2014), « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique », tic&société 7, 2. URL : http://journals.openedition.org/ticetsociete/1527.

Proulx S. et Rueff J. (2018), Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles, Québec, Centre d’études sur les médias, Université Laval.

Stiegler B. (2014), « Pharmacologie de l’épistémè numérique », dans Stiegler B. (dir.), Digital Studies, Organologie des savoirs et technologies de la connaissance, Fyp Editions, pp. 13-26.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, « Mondes numériques : nouvelles perspectives de la recherche », numéro thématique de la revue Tic& Société, vol.7, 2013 ; « Épistémologies digitales des sciences humaines et sociales », n°2, 2014 de la revue Sciences/Lettres ; « Le tournant numérique... et après ? », n° 4, 2015 revue Socio.

2 La publication récente du rapport « Actualité des méthodes de recherche en sciences sociales sur les pratiques informationnelles » (novembre 2018) par Serge Proulx et Julien Rueff témoigne encore de cet impératif scientifique de réfléchir sur les « défis méthodologiques et épistémologiques » de l’étude « des manières de s’informer » dans « un contexte d’instabilité » lié au numérique.

3 Proposée dans les travaux de Richard Rogers (cité par Plantin et Monnoyer-Smith, Ibid.).

4 Comme c’est le cas du numéro de Réseaux sur les méthodes digitales, coordonné par Dominique Cardon, Jean-Philippe Cointet et Tommaso Venturini ou le Manuel d’analyse du web sous la direction de Christine Barats (2013) ou encore le numéro de Tic&Société ( Vol.7 N°2 - 2013) « Monde numérique : nouvelles perspectives de la recherche » coordonné par Hélène Bourdeloie.

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals