Navigation – Plan du site
Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique

Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique. Introduction

Pratiques de mobilisation, changements socio-politiques et transformations identitaires1
Vincent Raynauld, Emmanuelle Richez et Stéphanie Wojcik

Texte intégral

  • 1 Pour des fins de fluidité et de qualité de lecture, tous les termes sont utilisés au masculin afin (...)

1Les dynamiques de communication et d’engagement politique à l’échelle internationale témoignent d’une série de transformations notamment liées au développement des technologies numériques au cours de la dernière décennie. La montée en puissance du populisme comme forme d’expression politique (Boulin et Levy, 2018 ; De Vreese et al., 2018 ; Salgado et Sravakakis, 2019) ainsi que la personnalisation, la diversification et la fragmentation des modes et des grammaires d’engagement politique (Brüker et al., 2019 ; Jin et Kim, 2019 ; Pickard, 2019) représentent plusieurs exemples probants de ces changements qui affectent différentes sphères du processus politique dans de nombreux pays (Raynauld et al., 2018 ; Nemer, 2016 ; Schroeder, 2018). Ce dossier thématique s’intéresse à de telles dynamiques. Il offre une série d’articles produits par des chercheurs provenant de différentes disciplines (ex. : science politique, sciences de l’information et de la communication) qui projettent un regard analytique sur l’utilisation des médias socionumériques par des groupes minoritaires et/ou marginalisés à des fins de communication et d’engagement dans plusieurs pays. La dernière décennie a été marquée par un nombre croissant de groupes ou de communautés minoritaires et/ou marginalisés qui utilisent les médias socionumériques afin de mettre en lumière les enjeux qui les préoccupent, établissent un dialogue avec les élites politiques et autres membres de la société civile ainsi que gagnent la reconnaissance et la faveur du public (Nemer, 2016 ; Schroeder, 2018).

2Les groupes minoritaires et/ou marginalisés comprennent généralement des individus issus de situations d’inégalités sociales, ethniques, religieuses, culturelles, linguistiques, économiques ou politiques, en raison de leur appartenance volontaire ou involontaire à des communautés, ou constituant des réseaux et qui sont perçus comme subalternes ou, dans certains cas, de manière négative par les groupes dominants (Coe et al., 2017 ; Williams, 1998). Pour ces segments de la société, les médias socionumériques sont devenus des outils de communication de prédilection. Ils peuvent être définis comme étant des canaux de communication en ligne permettant à leurs usagers de construire et, dans certains cas, de consolider leur identité, de produire et de partager de l’information, et d’interagir, en direct ou de manière asynchrone, avec différents publics qui tirent de la valeur du contenu généré par les usagers et de leurs interactions avec eux (traduit de Carr et Hayes, 2015, p. 49). Sur le plan plus politique, ils donnent la possibilité à leurs usagers de poser différents gestes politiques ou civiques, que ce soit faire connaître ou avancer leur cause, recruter et mobiliser leurs supporters, organiser des collectes de fonds, gagner la faveur des publics et s’implanter dans l’agenda politico-médiatique, ainsi que, dans certains cas, influencer le processus de décision politique. De manière plus large, les médias socionumériques permettent aux acteurs politiques, souvent en périphérie de la zone d’influence des élites politiques et médiatiques établies, de s’impliquer directement dans les processus politiques plus formels (Nemer, 2016 ; Schroeder, 2018). La popularité croissante des médias socionumériques dans différents contextes nationaux donne à ces groupes un accès à un public de plus en plus large et diversifié (Poell et Van Djick, 2015).

3Sur la scène internationale, plusieurs mouvements de contestation en ligne menés par des groupes minoritaires et/ou marginalisés se sont manifestés au cours des dernières années. Par exemple, #Occupy (Theocharis, Lowe et al. 2015), #BringBackOurGirls (Carter Olson, 2016), #RhodesMustFall sur le campus de l’Université de Cape Town en Afrique du Sud (Bosch, 2017), et le phénomène de contestation public dit « des tournesols » à Taiwan (Gaffric et Heurtebise, 2016, p. 127), les multiples manifestations des mouvements issus du Printemps Arabe (Faris, 2012), ainsi que, sur un autre registre, certains autres groupes de type cyber-sectaire, tel le Falun Gong (Liu et Halliday, 2019), représentent bien, dans toute leur diversité, cette tendance. On peut également penser à la mise en visibilité des luttes pour la reconnaissance des communautés autochtones au Canada avec le hashtag #IdleNoMore (Dobson, 2019 ; Raynauld et al. 2018) et aux États-Unis avec le hashtag #NoDAPL (Johnson, 2017), des populations afro-américaines avec #Ferguson (Johnson et LeFebvre, 2018) et #BlackLivesMatter (Yang, 2016), ou encore des femmes qui, dans plusieurs pays, investissent le Web avec les hashtags #MeToo, #MoiAussi, #AgressionNonDénoncée ou #BalanceTonPorc (Aurousseau et al., 2019 ; Lopez et al., 2019 ; Mendes et al., 2018).

4Ainsi, un grand nombre de groupes minoritaires et/ou marginalisés qui étaient quasi invisibles dans les arènes sous influence des élites politiques et médiatiques conventionnelles (e.g. partis politiques, organisations journalistiques, politiciens) se voient désormais offrir une tribune grâce aux médias socionumériques. De fait, ces outils de communication leur permettent de constituer des communautés et des réseaux d’intérêt de façon économique (Van Laer and Van Aelst, 2009 ; 2010) en offrant à des internautes ayant des buts et des idéaux similaires ou complémentaires, mais qui sont géographiquement dispersés, la possibilité d’interagir de façon simple et rapide et, dans plusieurs cas, de coordonner leurs activités (Castells, 2012 ; Poell et Van Djick, 2015 ; Uldam, 2013). Cela peut s’accompagner du développement et du renforcement d’une identité nouvelle ainsi que de nouvelles formes de leadership fondées sur des intérêts ou des objectifs partagés (Poell et al., 2016 ; Raynauld et al., 2018).

La recherche portant sur les médias socionumériques et la contestation politique montre que cette dynamique entraîne une redéfinition du lien d’autorité entre les organisations journalistiques et politiques telles que les partis politiques ou les instances gouvernementales établies, ainsi que les acteurs sociaux plus informels, tels que les association citoyennes, les mouvements sociaux ainsi que les citoyens en tant qu’individus. En effet, les médias socionumériques permettent à un grand nombre d’acteurs d’opérer de manière quasi indépendante et, dans plusieurs cas, entrepreneuriale ainsi que de s’engager dans des actions politiques et civiques qui sont, parfois, hors des voies conventionnelles (Pickard, 2019 ; Poell et Van Djick, 2015 ; Tufekci, 2013). Autrement dit, il s’agit d’une forme d’activisme qui, le plus souvent, ne respecte pas les hiérarchies établies dans des organisations plus traditionnelles (Bennett et al., 2014 ; Richaud, 2017). Cela favorise ainsi l’émergence de modes de participation politique et civique de type “Do-It-Yourself” (“fais-le toi-même”) en constante mouvance et mutation (Alam, 2019 ; Pickard, 2019). Cela est particulièrement important pour les groupes minoritaires et/ou marginalisés. En effet, très souvent, ils doivent déployer des tactiques de communication et d’engagement qui ne sont pas alignées avec les pratiques politiques conventionnelles, ou institutionnalisées, car elles ne répondent pas nécessairement à leurs préférences, intérêts et objectifs (ex. : Raynauld et al., 2018).

Ainsi, les médias socionumériques permettent aux groupes minoritaires et/ou marginalisés une plus grande flexibilité et un plus grand contrôle sur la structure, le contenu, le ton et la diffusion de leur message (Uldam, 2013 ; Raynauld et al., 2018). Dans certains cas, ils permettent de réduire la menace de répression de la part des acteurs politiques dominants (Castells, 2012). Enfin, les médias socionumériques peuvent agir comme levier et exercer une pression sur les institutions plus traditionnelles, les conduisant à effectuer des changements politiques (Fenton, 2016). En somme, ils contribuent à l’élargissement, la diversification et, pour certains, l’enrichissement des répertoires d’action collective, qui peuvent être définis comme étant l’ensemble « des moyens d’action que les groupes mobilisés ont à leur disposition, à un moment donné, pour mettre en œuvre » des actions politiques et civiques visant souvent la contestation des forces politiques et sociales dominantes (Goirand, 2010, p. 16).

5Les initiatives de contestation en ligne se caractérisent également par leur hybridité. Celle-ci renvoie à un environnement dans lequel les actions et identités politiques et les luttes sociales ont un effet sur les logiques politiques, tant en ligne qu’hors ligne. En d’autres termes, elle est caractérisée par l’atténuation voire la disparition des frontières entre les contextes politiques en ligne et hors ligne (traduction libre, Dahlberg-Grundberg and Örestig, 2017, p. 311 ; voir aussi : De Souza e Silva, 2006 ; Dahlberg-Grundberg, 2016). Ainsi, les initiatives contestataires en ligne sont animées par des réseaux d’activistes décentralisés et fragmentés qui se manifestent à la fois dans une multitude d’espaces physiques et de dispositifs de communication et de participation numériques (Granjon et al., 2017 ; Raynauld et al., 2016 ; Sedda 2015). Dans certains cas, les activités de communication et de mobilisation en ligne peuvent faciliter les actions politiques et civiques hors ligne (Breindl and Briatte, 2013 ; Micó et Casero-Ripollés, 2014).

6Néanmoins, les mobilisations en ligne sont souvent soupçonnées de favoriser un engagement distant et, très souvent, temporaire, pouvant conduire leurs participants à délaisser des formes plus coûteuses – mais a priori plus efficaces et reconnues par les élites politiques et médiatiques – d’actions collectives en face-à-face (Morozov, 2013) ou fondées sur des opérations directement destinées aux médias de masse. Dès lors, même si l’action collective sur Internet peut offrir des avantages par rapport à celle menée dans la rue, la légitimité de cette forme d’action comme ses effets politiques concrets demeurent sujets à controverses (Halupka, 2014).

7Ce dossier thématique contribue aux efforts d’un nombre croissant de chercheurs s’intéressant aux pratiques des médias socionumériques par des groupes minoritaires et/ou marginalisés à des fins de communication et d’engagement politique et civique (Raynauld et al., 2018 ; Li et Prasad, 2018). Plus particulièrement, les textes présentés ici s’articulent autour de trois problématiques soulevées par l’usage par des groupes minoritaires et/ou marginalisés des médias socionumériques en vue de poursuivre un objectif économique, identitaire ou social. Ainsi, les textes abordent  : 1) Les effets internes de la contestation politique et civique en ligne ; 2) L’impact des mouvements de contestation en ligne sur les élites sociales et politiques ; 3) Les limites et problèmes liés à la contestation en ligne. Certaines de ces aspects ont reçu beaucoup d’attention de la part de la communauté scientifique à l’international, sans toujours s’appuyer sur des observations empiriques, alors que d’autres, notamment en raison de difficultés méthodologiques, ont été peu étudiées jusqu’à présent.

Axe 1 - Les effets internes de la contestation politique et civique en ligne

Les mouvements de contestation dans différents réseaux socionumériques, notamment Twitter, au cours des dernières années (Bosch, 2017 ; Theocharis et al., 2015), et Facebook (Chen, 2019 ; Latzo-Toth et al., 2017), ont fait l’objet d’un grand nombre d’études à l’échelle internationale. Or, peu d’entre elles ont examiné les effets internes de la contestation politique et civique en ligne au sein des groupes minoritaires et/ou marginalisés. De plus, le peu de travaux ayant effectué ce type d’analyse ces dernières années sont majoritairement en langue anglaise (e.g. Raynauld et al., 2016 ; Raynauld et al., 2018). Il est aussi important de mentionner qu’un grand nombre d’études s’intéressent massivement au réseau social Twitter au détriment d’autres plateformes du Web social, telles que Facebook, Instagram, SnapChat, ou TikTok, qui peuvent également constituer des lieux d’élaboration et de coordination des contestations politiques et civiques.

8Ce dossier thématique comprend plusieurs articles qui explicitent la manière dont les membres des groupes minoritaires et/ou marginalisés exploitent la structure ainsi que les fonctionnalités des médias socionumériques pour poser différents gestes politiques comme : 1) s’exprimer de manière indépendante en publiant différents contenus textuels et visuels pouvant souvent refléter des traits identitaires et culturels ; 2) partager de l’information politique et interagir avec d’autres personnes de manière rapide et multidirectionnelle (en réaction à des développements sur la scène politique), ce qui peut mener au développement de communautés d’intérêt ; 3) mettre en mouvement et coordonner des actions politiques ayant un impact ciblé ou plus large.

9Les outils de communication numérique offrent un forum permettant aux groupes minoritaires et/ou marginalisés de s’exprimer de manière relativement indépendante. De fait, ces groupes sont souvent exclus des débats dans les espaces contrôlés par la majorité. Mireille Lalancette et Stéphanie Yates mentionnent dans leur article que Twitter permet à des acteurs se situant en périphérie de l’arène politique formelle, tels des groupes religieux, des associations de patients, des groupes de femmes et des citoyens ordinaires, de s’exprimer et de participer au débat sur l’aide médicale à mourir au Canada. Ces groupes ont principalement utilisé la plateforme numérique pour émettre des opinions et diffuser de l’information qui alimente le débat. Dans le cas des activistes anti-nucléaire en France décrit par Vincent Carlino, la transmission de vidéos sur la plateforme YouTube a agi surtout comme un moyen d’expression et même d’émancipation individuelle.

10Les médias socionumériques peuvent inviter des populations souvent dispersées à collaborer et à développer une identité collective. Comme le démontre le texte de Afaf Taibi, Anna Lezon Rivière et Madjid Ihadjadene, les différentes plateformes numériques ont incité le mouvement contestataire Hirak émanent du Rif marocain à déployer des liens avec la diaspora rifaine installée en Europe. La capacité à donner un sens collectif au mouvement, notamment, grâce à la langue et la symbolique, a facilité la mobilisation des Rifains à travers l’Europe. Quant à Natasha Souillard, Brigitte Sebbah, Lucie Loubière, Laurent Thiong-Kay et Nikos Smyrnaio, ils expliquent dans leur texte comment le mouvement contestataire des Gilets jaunes en France a su se servir des médias socionumériques pour se conférer une homogénéité définitionnelle et ce, malgré son manque de porte-parole officiel. De fait, les militants ont fait appel à des sondages et des pétitions en ligne pour se constituer en mouvement axé sur la revalorisation du pouvoir démocratique et la lutte contre les inégalités sociales et fiscales.

11Dans ce dossier thématique de Terminal, plusieurs articles démontrent que les médias socionumériques sont employés par les groupes minoritaires et/ou marginalisée pour coordonner des actions politiques tant en ligne qu’hors ligne. Pascal Lupien mentionne que les communautés francophones en milieu minoritaire au Canada ont utilisé avec succès Facebook et Twitter pour organiser une « Journée de la résistance » le 1er décembre 2018 après les coupures exercées par le gouvernement provincial de l’Ontario dans les services offerts en langue française. Plus de 14 000 manifestants sont descendus dans les rues de l’Ontario à cette occasion. Par ailleurs, Anne-Marie Pilote et Lena Hübner expliquent dans leur contribution que les féministes québécoises se servent des médias socionumériques non seulement pour encourager la participation à des événements dénonçant les violences sexuelles, mais également pour offrir de l’aide aux victimes d’actes de violence.

Axe 2 - L’impact des mouvements de contestation en ligne sur les élites sociales et politiques

En second lieu, ce dossier thématique s’intéresse aux effets des mouvements de contestation en ligne sur les dynamiques politiques formelles. Il s’agit ainsi d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : les actions fondées sur les plateformes socionumériques peuvent-elles avoir un impact sur les capacités des mouvements politiques de se faire entendre par les élites sociales et politiques et, de manière plus importante, d’influencer leurs prises de décision ? De fait, il semble que la contestation en ligne puisse avoir un impact sur le cadrage, le ton et l’intensité des débats publics (par exemple, débats au sein des institutions politiques ou dans les médias traditionnels). Elle peut également influencer les processus d’élaboration des politiques publiques qui se traduisent en lois ou règlements, ainsi que les autres pratiques de participation institutionnalisées.

12Relativement peu d’attention a été accordée dans les travaux académiques aux effets des mouvements de contestation en ligne issus de groupes minoritaires et/ou marginalisés. Aux États-Unis, il est possible d’excepter l’étude de Freelon et al. (2018) qui propose une évaluation quantitative de l’influence politique des initiatives de contestation s’appuyant sur les médias socionumériques, telles que Black Lives Matter et un contre-mouvement aux tendances conservatrices. Il est également possible de penser aux travaux de McDonald et al. (2017) qui s’intéressent à la réception par les politiciens des messages en ligne provenant d’activistes militant pour une myriade de causes et d’enjeux. Plusieurs textes de ce dossier portent précisément sur ces effets, à travers des cas internationaux, et contribuent de ce fait à combler une lacune de la littérature dédiée à la digitalisation croissante des mouvements protestataires.

13Il est à noter que les groupes minoritaires et/ou marginalisés semblent éprouver de la difficulté à influencer le discours des médias plus traditionnels. Comme l’expliquent Souillard et al. dans leur texte portant sur le mouvement des Gilets jaunes en France, la presse quotidienne nationale a repris les contre-récits développés et publiés par les protestataires sur les médias socionumériques. Toutefois, elle a eu tendance à produire des cadrages disqualifiants sur le mouvement des Gilets jaunes en mettant l’accent sur la violence de leurs manifestations. Quant à la situation du Hirak, mouvement protestataire du Rif marocain, Afaf Taibi et ses coauteurs démontrent que le message de certains groupes marginalisés véhiculé dans les médias socionumériques peine à percer dans la presse institutionnalisée. De fait, les grandes chaînes satellitaires n’ont pas médiatisé de façon significative les activités du Hirak, alors que les médias marocains ont préféré passer sous silence l’existence même de ce mouvement. En conséquence, les groupes minoritaires et/ou marginalisés peuvent développer un sentiment de méfiance envers les médias traditionnels et ainsi utiliser les médias socionumériques afin de se protéger. Vincent Carlino démontre cette tendance de manière efficace dans son texte portant sur le mouvement antinucléaire français. Il avance que les membres de ce mouvement filment les entrevues réalisées avec des journalistes au cas où ces derniers ne représenteraient pas adéquatement ce qui a été dit en interviews.

14Si l’influence des groupes minoritaires et/ou marginalisés sur les médias traditionnels attribuables à leur actions sur les médias socionumériques apparaît comme faible, elle est encore plus incertaine sur les élites politiques. Aucun des textes présentés dans ce dossier thématique postule que les groupes minoritaires et/ou marginalisés ont eu un impact décisif sur les autorités gouvernementales grâce à leur activisme digital. Comme l’explique le texte de Lupien, bien que les comptes en ligne des organisations représentant les communautés francophones en milieu minoritaire au Canada sont suivies par les instances gouvernementales qu’elles essaient d’influencer, elles hésitent à critiquer ouvertement les gouvernements sur les médias socionumériques, car elles sont souvent dépendantes d’elles pour leur financement. Bien qu’utiles pour les groupes minoritaires et/ou marginalisés, les médias socionumériques ne permettent pas de transcender les inégalités qu’ils vivent hors ligne.

Axe 3 - Les limites et problèmes liés à la contestation en ligne

15Finalement, le dossier thématique jette un regard critique sur les limites et, de manière plus large, les enjeux liés à l’utilisation des médias socionumériques par les groupes minoritaires et/ou marginalisés à des fins de communication et de participation politique et civique. Classiquement, certaines personnes ne bénéficient pas toujours des ressources techniques ou d’un accès à Internet adéquat pour s’engager dans des formes d’activisme en ligne. De plus, certaines autres ne possèdent pas tout le savoir ou toutes les aptitudes nécessaires pour utiliser les différentes plateformes socionumériques de manière efficace (Min, 2010). De par leur statut social, politique, linguistique, religieux ou économique, il est possible que les membres des groupes minoritaires et/ou marginalisés puissent faire face à un ou plusieurs désavantages dans le cadre de leur utilisation des médias socionumériques à des fins politiques ou civiques. Ce dossier thématique s’intéresse donc aux questions suivantes : se mobiliser en ligne, a fortiori si on fait partie d’un groupe minoritaire et/ou marginalisé, requiert-il des compétences spécifiques ? Participer en ligne demande-t-il l’accès à des ressources sociales ou techniques précises ? L’engagement politique et civique en ligne est-il accessible à l’ensemble des groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’échelle internationale ? Peu étudiée jusqu’alors, la question des compétences spécifiquement nécessaires à la prise de parole et l’organisation d’action en ligne est justement et diversement abordée dans les textes de ce dossier.

16Plusieurs groupes minoritaires et/ou marginalisés se trouvent dans des situations d’inégalités financières et techniques dans le cadre de leur utilisation des médias socionumériques, ce qui peut avoir un impact sur leurs activités de mobilisation en ligne. Par exemple, Lupien avance dans son texte que les communautés francophones en milieu minoritaire au Canada ne disposent pas toujours des compétences nécessaires pour mettre en place des stratégies de relations publiques efficaces sur les médias socionumériques. Dit autrement, elles n’arrivent pas à rivaliser avec d’autres acteurs ayant accès à plus de ressources qui peuvent concevoir des campagnes de relations publiques convaincantes. Comme le rapportent Normand Landry, Anne-Marie Gagné, Sylvain Rocheleau, Christiane Caneva, Pascale Caidor et Mathieu Bégin dans leur texte sur les groupes de lutte contre la pauvreté, les fossés numériques empêchent non seulement certaines organisations à but non lucratif de tirer profit des médias socionumériques pour influencer les décideurs politiques, mais aussi d’établir des liens avec leur base militante qui manque de littératie digitale. En somme, Landry et collègues affirment que « la numérisation du militantisme peut réactualiser et renforcer des dynamiques d’exclusion sociale » dont souffrent plusieurs groupes minoritaires et/ou marginalisés.

17Même si les groupes minoritaires et/ou marginalisés ont accès à des ressources financières et techniques leur permettant d’investir les médias socionumériques, ceux-ci peuvent tout de même décourager la mobilisation de ces groupes. De fait, ils n’offrent pas de protection contre la discrimination et l’intimidation dont les membres de certains groupes sont victimes hors ligne. Plusieurs groupes qui font l’objet d’analyses dans le cadre de ce dossier thématique et s’étant manifestés en ligne ont été la cible de messages haineux. Les textes de Lupien ainsi que de Pilote et Hübner offrent plus de détails sur cette réalité. Plus encore, Lupien avance dans ton texte que certains groupes comme les communautés francophones hors Québec perçoivent les médias socionumériques comme une menace à leur culture. Pour avoir accès à un public plus large, Lupien démontre que plusieurs utilisateurs ont tendance à utiliser l’anglais plutôt que le français en ligne. Enfin, la diffusion de messages sur certaines plateformes numériques peut être problématique pour certains groupes cherchant à préserver un certain anonymat par peur de représailles. C’est le cas des militants antinucléaire interrogés par Carlino.

18En somme, les articles de ce dossier thématique contribuent à une vague de recherche académique en pleine croissance portant sur l’utilisation des médias socionumériques par des groupes minoritaires et/ou marginalisés. Il est possible de constater que ces derniers ont su investir de façon efficace les plateformes socionumériques à des fins de communication et d’engagement politique et civique. Toutefois, l’impact des mouvements de contestation en ligne sur les élites sociales et politiques demeure modéré. De fait, les groupes minoritaires et/ou marginalisés font face à des défis de taille lorsqu’ils tentent de transcender les inégalités dont ils souffrent en société par le biais des médias de communication numérique. Bien que ces textes mettent en lumière différents enjeux et répondent à des questions importantes, plusieurs sections de ce champs de recherche demeurent sous exploités et ont besoin d’être défrichés. Ainsi, les médias socionumériques offrent-ils aux groupes minoritaires et/ou marginalisés des arènes d’engagement leur permettant de garder l’attention de leurs supporteurs et de les garder mobilisés durant une longue période de temps ? De plus, on peut se questionner sur les conditions nécessaires pour que les groupes minoritaires et/ou marginalisés aient un réel impact sur les processus politiques plus formels. Cela offre donc des pistes de recherche ainsi que des bases théoriques et méthodologiques aux futurs chercheurs voulant explorer l’utilisation des médias socionumériques par les membres de groupes minoritaires et/ou marginalisés.

Haut de page

Bibliographie

Alam, Z. B. (2019). « Do-it-Yourself Activism in Pakistan : The Fatal Celebrity of Qandeel Baloch », Perspectives on Politics, DOI : 10.1017/S1537592719003888.

Aurousseau, C., Thoër, C. et Benzaza, R. (2019). « S’appuyer sur des entretiens en ligne et en face à face pour cerner l’expérience du témoignage en ligne d’agressions à caractère sexuel : défis méthodologiques », Recherches Qualitatives 24, pp. 36-50.

Bennett, W. L., Segerberg, A. et Walker, S. (2014). « Organization in the Crowd : Peer Production in Large-Scale Networked Protests », Information, Communication & Society, 17(2), pp. 232-260.

Bosch, T. (2017). « Twitter Activism and Youth in South Africa : The Case of #RhodesMustFall », Information, Communication & Society, 20(2), pp. 221-232

Boulin, M. et Levy, E. (2018). « Only the Fake News Media and Trump enemies want me to stop using Social Media : La rhétorique populiste de Donald Trump sur Twitter » Études de stylistique anglaise, (13), pp. 67-94.

Ces réseaux numériques dits sociaux, (2011). Hermès, 59(1).

Carter Olson, C. (2016). « # BringBackOurGirls : Digital Communities Supporting Real-World Change and Influencing Mainstream Media Agendas », Feminist Media Studies, 16(5), pp. 772-787

Castells, M. (2012). Networks of outrage and hope. Cambridge, MA : Polity Press.

Chen, S. M. (2019). « Women’s March Minnesota on Facebook : Effects of Social Connection on Different Types of Collective Action », New Media & Society, DOI : 1461444819882694.

Coe, K., Bruce, R. J. et Ratcliff, C. L. (2017). « Presidential Communication about Marginalized Groups : Applying a New Analytic Framework in the Context of the LGBT Community », Journal of Communication, 67(6), pp. 851-873.

Dahlberg-Grundberg, M. (2016). « Technology as Movement: On Hybrid Organizational Types and the Mutual Constitution of Movement Identity and Technological Infrastructure in Digital Activism », Convergence, 22(5), pp. 524-542.

De Souza et Silva A. (2006). « From Cyber to Hybrid Mobile Technologies as Interfaces of Hybrid Spaces », Space and Culture, 9(3), pp. 261-278.

De Vreese, C. H., Esser, F., Aalberg, T., Reinemann, C. et Stanyer, J. (2018). « Populism as an Expression of Political Communication Content and Style : A New Perspective », The International Journal of Press/Politics, 23(4), pp. 423-438

Dobson, K. (2019). « Connecting, Bypassing, and Networking : Analyzing Idle No More’s Online Activities », Dans Hunsinger, J., Allen, M. M. et Klastrup, L., Second international handbook of Internet research, Dordrecht, The Netherlands : Springer, pp. 185-200.

Faris, D. M. (2012). « La révolte en réseau : le « printemps arabe » et les médias sociaux », Politique Étrangère, (1), pp. 99-109.

Fenton, N. (2016). « Left Out? Digital Media, Radical Politics and Social Change », Information, Communication & Society, 19(3), pp. 346-361.

Freelon, D., McIlwain, C. et Clark, M. (2018) .« Quantifying the Power and Consequences of Social Media Protest », New Media & Society, 20(3), pp. 990-1011.

Gaffric, G. et Heurtebise, J. Y. (2016). « Mouvements sociaux et éco-hétérotopies », Ecologie Politique, (1), pp. 127-142.

Goirand, C. (2010). « Mobilisations et répertoires d’action collective en Amérique latine », Revue Internationale de Politique Comparée, 17(2), pp. 7-27.

Gonzalez-Quijano, Y. (2012). Arabités numériques : Le printemps du Web arabe, Arles : Actes Sud-Sindbad.

Granjon, F., avec la collaboration de Papa, V et Tuncel, G. (2017). Mobilisations numériques : Politiques du conflit et technologies médiatiques. Paris : Presses des Mines.

Halupka, M. (2014). « Clicktivism. A Systematic Heuristic », Policy & Internet, 6, pp. 115-132.

Jin, M. et Kim, S. (2019). « Répertoires d’action collective à l’ère de la masse individualisée : le cas des manifestations aux bougies et du mouvement OWS », Sociétés, (3), pp. 63-74.

Johnson, A. A. et LeFebvre, R. (2018). « Contextual Predictors of Protest Behavior on Social Media : A #Ferguson Case Study », Journal of Information Technology & Politics, 15(1), pp. 50-65.

Johnson, H. (2017) « #NoDAPL : Social Media, Empowerment, and Civic Participation at Standing Rock », Library Trends, 66(2), pp. 155-175

Latzo-Toth, G., Pastinelli, M. et Gallant, N. (2017). « Usages des médias sociaux et pratiques informationnelles des jeunes Québécois : le cas de Facebook pendant la grève étudiante de 2012 », Recherches Sociographiques, 58(1), pp. 43-64

Li, E. P. H. et Prasad, A. (2018). « From Wall 1.0 to Wall 2.0 : Graffiti, Social Media, and Ideological Acts of Resistance and Recognition Among Palestinian Refugees », American Behavioral Scientist, 62(4), pp. 493-511

Liu, S. et Halliday, T. C. (2019). « The Ecology of Activism : Professional Mobilization as a Spatial Process », Canadian Review of Sociology/Revue canadienne de sociologie, 56(4), pp. 452-471.

Lopez, I., Quillivic, R., Evans, H. et Arriaga, R. I. (2019). « Denouncing Sexual Violence : A Cross-Language and Cross-Cultural Analysis of #MeToo and #BalanceTonPorc » Dans IFIP Conference on Human-Computer Interaction, pp. 733-743.

McDonald, S., Nardi, B. et Tomlinson, B. (2017). « Political Realities of Digital Communication : The Limits of Value from Digital Messages to Members of the US Congress », Dans Proceedings of the 2017 workshop on computing within limits, pp. 129-138.

Mendes, K., Ringrose, J. et Keller, J. (2018). « #MeToo and the Promise and Pitfalls of Challenging Rape Culture Through Digital Feminist Activism », European Journal of Women’s Studies, 25(2), pp. 236-246.

Micó, J. L. et Casero-Ripollés, A. (2014). « Political Activism Online : Organization and Media Relations in the Case of 15M in Spain », Information, Communication & Society, 17(7), pp. 858-871

Militantisme en réseau. (2013). Réseaux, 181(5).

Min, S. J. (2010). « From the Digital Divide to the Democratic Divide : Internet Skills, Political Interest, and the Second-Level Digital Divide in Political Internet Use », Journal of Information Technology & Politics, 7(1), pp. 22-35.

Montesanti, S. R., Abelson, J., Lavis, J. N. et Dunn, J. R. (2016) .’Enabling the Participation of Marginalized Populations : Case Studies from a Health Service Organization in Ontario, Canada », Health Promotion International, 32(4), pp. 636-649.

Morozov, E. (2013). To save everything, click here : The folly of technological solutionism, New York, NY : Public Affairs.

Nemer, D. (2016). « Rethinking Social Change : The Promises of Web 2.0 for the Marginalized », First Monday, 21(6), Disponible :

http://journals.uic.edu/ojs/index.php/fm/article/view/6786/5516 (dernier accès le 16 février 2020).

Pickard, S. (2019). Politics, protest and young people : Political participation and dissent in 21st century Britain, Palgrave Macmillan : London.

Poell, T., Abdulla, R., Rieder, B., Woltering, R. et Zack, L. (2016). « Protest Leadership in the Age of Social Media », Information, Communication & Society, 19(7), pp. 994-1014.

Raynauld, V., Lalancette, M. et Tourigny-Koné, S. (2016). « Political Protest 2.0 : Social Media and the 2012 Student Strike in the Province of Quebec, Canada », French Politics, 14(1), pp. 1-29.

Raynauld, V., Richez, E. et Boudreau Morris, K. (2018). « Canada is #IdleNoMore : Exploring Dynamics of Indigenous Political and Civic Protest in the Twitterverse », Information, Communication & Society, 21(4), pp. 626-642.

Richaud, C. (2017). « Les réseaux sociaux : nouveaux espaces de contestation et de reconstruction de la politique ? », Les Nouveaux Cahiers du Conseil Constitutionnel, 4, pp. 29-44.

Salgado, S. et Stavrakakis, Y. (2019). « Introduction : Populist Discourses and Political Communication in Southern Europe », European Political Science, 18(1), pp. 1-10.

Schroeder, R. (2018). « Rethinking Digital Media and Political Change », Convergence, 24(2), pp. 168-183.

Sedda, P. (2015). « L’internet contestataire. Comme pratique d’émancipation », Les Cahiers du Numérique, 11(4), pp. 25-52.

Theocharis, Y., Lowe, W., Van Deth, J. W. et García-Albacete, G. (2015). « Using Twitter to Mobilize Protest Action : Online Mobilization Patterns and Action Repertoires in the Occupy Wall Street, Indignados, and Aganaktismenoi Movements », Information, Communication & Society, 18(2), pp. 202-220

Tufekci, Z. (2013). « Not This One Social Movements, the Attention Economy, and Microcelebrity Networked Activism », American Behavioral Scientist, 57 (7), pp. 848-870

Uldam, J. (2013). « Activism and the Online Mediation Opportunity Structure : Attempts to Impact Global Climate Change Policies ? », Policy & Internet, 5(1), pp. 56-75.

Van Laer, J. et Van Aelst, P. (2009). « Cyber-Protest and Civil Society : The Internet and Action Repertoires of Social Movements », Dans : Y. Jewkes and M. Yar (eds.) Handbook on Internet Crime. London : Willan Publishing, pp. 230-254.

Van Laer, J. et Van Aelst, P. (2010). « Internet and Social Movement Action Repertoires : Opportunities and Limitations », Information, Communication & Society, 13(8), pp. 1146-1171.

Williams, M. S. (1998). Voice, trust, and memory : Marginalized groups and the failings of liberal representation. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Yang, G. (2016). « Narrative Agency in Hashtag Activism : The Case of #BlackLivesMatter », Media and Communication, 4(4), pp. 13-17.

Haut de page

Notes

1 Pour des fins de fluidité et de qualité de lecture, tous les termes sont utilisés au masculin afin d’éviter la répétition de tous les termes au féminin, lorsque nécessaire. Les auteurs de ce texte tiennent à préciser que cette décision a été prise uniquement afin d’alléger le texte et d’en faciliter la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Raynauld, Emmanuelle Richez et Stéphanie Wojcik, « Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique. Introduction »Terminal [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.5656

Haut de page

Auteurs

Vincent Raynauld

PhD, Emerson College (Boston, États-Unis)

Université du Québec à Trois-Rivières (Trois-Rivières, Canada)

Emmanuelle Richez

PhD, Université de Windsor (Windsor, Canada)

Stéphanie Wojcik

PhD, Université Paris-Est Créteil (Paris, France)

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals