Navigation – Plan du site
Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique

Mobilisations féministes sur Facebook et Twitter

Le cas du mouvement #StopCultureDuViol au Québec
Feminist Mobilizations on Facebook and Twitter: The Case of #StopRapeCulture in Quebec
Lena A. Hübner et Anne-Marie Pilote

Résumés

Cet article explore les usages des médias socionumériques par des collectifs féministes québécois pour combattre les violences sexuelles. Il analyse précisément les pratiques militantes déployées autour du mot-clic #StopCultudeDuViol dans la foulée de la vague d’agressions dans une résidence de l’Université Laval et de l’affaire Paquet-Sklavounos survenues en octobre 2016. À partir d’une observation ethnographique menée dans les comptes Facebook et Twitter de sept collectifs, suivie d’entretiens compréhensifs avec les porte-paroles désignées des collectifs retenus, nous montrons que les féministes québécoises se sont pleinement appropriées le langage numérique. Images, vidéos et mots-clics habillent et complètent leurs discours militants, leur permettant efficacement d’informer, de venir en aide, de prendre position et de faire événement. Il se produit une performativité des actions en ligne qui reconfigure les formes du militantisme féministe et conduit à l’activation d’un « espace de la cause des femmes » autour de la culture du viol.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteures sont classées en ordre alphabétique, chacune ayant effectué 50 % du travail.

Texte intégral

Introduction : #StopCultureDuViol, mouvement et mot-clic à la fois

  • 1 La Sûreté du Québec est le corps policier national au Québec.
  • 2 En novembre 2016, le DPCP a annoncé qu’il ne déposerait aucune accusation contre les policiers visé (...)

1En octobre 2016, deux scandales sexuels ont secoué coup sur coup le Québec. Le premier est survenu dans les résidences de l’Université Laval le 15 octobre, alors que deux individus se sont introduits dans près d’une dizaine de chambres déverrouillées, touchant ou agressant des étudiantes au passage. Lors de la vigile de solidarité organisée le 21 octobre sur le campus pour soutenir les victimes, une jeune femme nommée Alice Paquet a affirmé devant la foule avoir été violée par le député provincial libéral Gerry Sklavounos, déclenchant un second scandale (Porter et Bélair-Cirino, 2016). La séquence des événements a par ailleurs coïncidé avec le triste premier anniversaire de la diffusion d’un reportage de l’émission Enquête (Radio-Canada, 22 octobre 2015) où plusieurs femmes autochtones de Val-d’Or en Abitibi-Témiscamingue ont témoigné à visage découvert d’agressions et d’abus sexuels subis par des agents de la Sûreté du Québec1. En octobre 2016, les deux seuls dossiers – sur les 37 déposés – ayant mené à des accusations criminelles faisaient toujours l’objet d’une enquête chapeautée par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP)2.

  • 3 Ce terme est utilisé au Québec en lieu et place du mot « hashtag ».

2Exaspérée devant cette vague de violences sexuelles, la militante féministe et poète autochtone Natasha Kanapé Fontaine a décidé de réagir en initiant quelques jours plus tard le mouvement #StopCultureDuViol. Prenant la forme d’un mot-clic3, le mouvement a été officiellement lancé le 24 octobre sur Facebook et Twitter. Utilisé de façon soutenue par une dizaine de collectifs et groupes féministes aux horizons variés, le mouvement/mot-clic #StopCultureDuViol a permis de propulser la banalisation du harcèlement et des violences sexuelles dont les femmes sont victimes au cœur du débat public. La mobilisation 2.0 de ces associations s’est traduite en une action concrète le 26 octobre 2016 alors que des marches de protestation rassemblant des milliers de Québécois.e.s ont été organisées simultanément dans les rues des grandes villes de la province : Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke et Saguenay.

  • 4 La loi 151 pour contrer les violences sexuelles sur les campus universitaires québécois a été adopt (...)

3Malgré la suppression de la page Facebook du mouvement au lendemain de ces manifestations, le mot-clic a continué à être exploité. Il a notamment refait surface de façon plus intensive après la décision du DPCP de ne pas porter d’accusation contre Gerry Sklavounos en février 2017. En solidarité avec Alice Paquet, des vigiles ont été organisées la semaine suivante (15 février) à Montréal, Québec et Sherbrooke afin de dénoncer l’incapacité du système judiciaire à rendre justice aux victimes d’agressions sexuelles. Peu après ce deuxième rassemblement, la ministre québécoise de l’Enseignement supérieur, Hélène David, se disant « habitée par un sentiment d’urgence » et désirant « amorcer un changement de culture » (Nadeau, 2017) a annoncé l’adoption d’une future loi-cadre pour contrer les violences sexuelles dans les campus des institutions d’enseignement supérieur4.

Problématique : Des mots-clics contre les violences sexuelles

4La place centrale qu’a occupé #StopCultureDuViol en tant que moyen d’expression des luttes féministes québécoises contre les violences sexuelles dans la foulée des scandales d’octobre 2016 s’inscrit dans une mouvance internationale de campagnes féministes 2.0. Ces luttes s’appuient largement sur les potentialités offertes par les médias socionumériques, notamment le mot-clic, pour libérer la parole des femmes victimes d’agressions, pour mobiliser les citoyen.ne.s et faire pression sur l’élite politique (Khoja-Moolji, 2015, p. 348). Natasha Kanapé-Fontaine a elle-même expliqué s’être inspirée de la vague #agressionnondénoncée5 qui a déferlé sur Twitter en 2014 lors du lancement de son mouvement6. Depuis le début des années 2010, les campagnes de mots-clics (p. ex : #BalanceTonPorc et #Metoo à l’échelle planétaire) se multiplient à un tel rythme que plusieurs chercheuses spécialistes des questions de genre dans les médias parlent désormais d’un « féminisme de mot-clic » (Khoja-Moolji, 2015 ; Keller, Mendes et Ringrose, 2018).

5Mais au-delà du « féminisme de mot-clic », il nous paraît important de documenter les pratiques numériques réalisées par les associations et militantes luttant contre les violences sexuelles. Si les mots-clics se veulent des « ancrages » (Millette, Milette et Proulx, 2012) autour desquels s’organise la mobilisation, peu d’études montrent quels usages en sont effectués. De quelles façons les militantes se servent-elles des mots-clics pour libérer la parole des femmes ? pour mobiliser les citoyen.ne.s ? pour faire pression sur l’élite politique ? quelles actions privilégient-elles ? comment leurs arguments se déclinent-ils ? leurs publications sont-elles enrichies d’autres éléments de forme tels que des images, des vidéos, des hyperliens ? comment le numérique s’articule-t-il à la mobilisation hors-ligne ? Autant de questions qui méritent réflexion à l’heure où les féministes investissent de plus en plus la toile pour porter un discours critique sur les violences de genre et provoquer des changements législatifs (Bergès, Binard et Guyard-Nedelec, 2017).

6Alors que des études américaines (Keller, Mendes et Ringrose, 2018) et françaises (Jouët, Niemeyer et Pavard, 2017 ; Paveau, 2017) commencent à apporter de précieux éléments de réponse à ces interrogations, les travaux qui creusent le sujet sont rares au Québec. Lessard (2017) a étudié les aspects judiciaires de campagnes comme #AgressionNonDénoncée, Aurousseau et Thoër (2018) se sont penchées sur les témoignages de victimes d’agression sexuelles en ligne sans toutefois cibler un mot-clic ou une plateforme en particulier, alors que Paquette (2018) a étudié le mouvement #moiaussi dans une perspective historique. Bien que Rentschler (2015, 2014) examine le féminisme canadien sur le web 2.0 dans une perspective communicationnelle, ses études de terrain ne concernent toutefois pas l’espace numérique francophone. À notre connaissance, aucune recherche ne s’est concentrée sur les stratégies de mobilisation et de communication d’un tel mouvement social numérique au Québec.

7À partir du cas du mouvement #StopCultureDuViol initié par Natasha Kanapé Fontaine, notre étude vise à combler ces manques dans la littérature scientifique québécoise, et plus largement, à décrire des pratiques où des groupes minoritaires sont acteur.rice.s de changement technologique (Dagiral, 2006). Certes, les femmes ne sont pas numériquement « en minorité », mais peuvent être sociologiquement considérées comme telles, en tant qu’elles s’insèrent dans des rapports de pouvoir vis-à-vis d’un groupe dominant (Bereni et Lépinard, 2004, p. 83). Le cas des violences patriarcales est un exemple flagrant de ces rapports de force (Ricci, 2017, p. 19).

8Suivant une perspective cyberféministe (Plant, 1996 ; Wajcman, 2002) issue du champ des Science, Technology & Society Studies (STS) et une approche communicationnelle qui croise les apports théoriques et empiriques des études de genre en sciences de l’information et de la communication (Jouët, Niemeyer et Pavard, 2017 ; Keller, Mendes et Ringrose, 2018) et en linguistique (Bottini et Julliard, 2017 ; Paveau, 2017), l’étude présentée dans cet article poursuit un double objectif : 1) analyser en détail les usages militants du mot-clic #StopCultureDuViol effectués sur Facebook et Twitter par les collectifs féministes québécois ayant participé à cette initiative et 2) jeter un regard critique sur le rôle joué par le numérique dans les luttes de ces groupes pour amorcer une réflexion collective sur la culture du viol.

Cadre théorique

Cyberféminisme : la militance 2.0

  • 7 La première vague est associée au mouvement des suffragettes (1850-1940) alors que la deuxième vagu (...)

9Parmi les pratiques numériques alternatives (Landry, Sénécal, Aubin et George, 2014) déployées sur le Web 2.0 par des groupes minoritaires ou marginalisés pour introduire des formes de résistance aux relations de pouvoir et de domination, le militantisme féministe occupe désormais une place de choix. Couramment appelé « cyberféminisme », ce mouvement émerge en parallèle de la troisième vague du féminisme à l’orée des années 1990 qui considère Internet et les technologies comme de nouveaux moyens de diffusion et d’engagement des femmes (Haraway, 1991 ; Gardey, 2003)7. Tel que défini au départ, le cyberféminisme renvoie à un amalgame de pratiques motivées par la nécessité de faire valoir l’existence des femmes et des minorités sexuelles dans l’espace numérique (Plant, 1996).

  • 8 La majorité des féministes radicales des années 1970 rejettent les technologies reproductives qu’el (...)

10Les théoriciennes féministes des STS (Plant, 1996, puis Hawthorne et Klein, 1999) œuvrent par la suite à élargir le sens et la définition du mouvement. Leurs recherches révèlent et problématisent des pratiques féministes 2.0 visant à lutter contre le sexisme et le racisme encodés dans les structures informatiques et revalorisent la capacité d’action (agency) des femmes en appelant à l’appropriation des techniques pour subvertir les dominations existantes. La technophobie8 propre aux travaux féministes antérieurs fait ainsi place à un cyberféminisme qui adopte les nouvelles technologies comme « source de pouvoir pour les femmes » (Wajcman, 2002, p. 70). Pour les adhérent.e.s de ce courant de pensée, encore peu nombreuses, l’exploitation des opportunités offertes par les technologies doit non seulement permettre aux femmes d’être présentes sur Internet, mais aussi, et surtout, de renverser la dynamique des rapports sociaux de sexe en venant troubler et remanier les dictats patriarcaux et hétéronormatifs qui sont à l’œuvre en ligne comme hors-ligne par des pratiques innovantes, militantes et/ou artistiques.

11Les années 2000 voient le cyberféminisme se développer sur plusieurs fronts : les visages, les voix, les causes et les discours féministes sur le Web 2.0 augmentent et se renouvellent (Lalonde, 2012). Les raisons sont multiples et imbriquent à la fois technologie, histoire et société. Au premier chef d’entre elles, on retrouve l’accessibilité grandissante des outils de création et de diffusion du Web 2.0 (Paveau, 2017) qui permet à des individus et des collectifs, sans expertise technique pointue ni position d’influence dans le champ médiatique et politique, mais avec un minimum de littératie numérique (Landry, 2017), de diffuser leurs propos librement et gratuitement sur Internet. La structure réticulaire du Web 2.0 favorise en outre le recrutement d’allié.e.s et de militant.e.s et la mise en relation entre groupes et courants différents. Les évolutions démographiques et culturelles (accès à l’université d’étudiant.e.s de première génération et/ou issus de l’immigration) ainsi que les évolutions sociales et politiques (visibilité accrue des questions liées au racisme et au harcèlement sexuel, progression des droits LGBTQI) figurent également au nombre des explications (Paveau, 2017). Se multipliant et se déployant dans toutes les sphères du Web 2.0, les initiatives cyberféministes sont toutefois principalement mises en œuvre sur les plateformes propriétaires où les utilisateur.rice.s sont les plus nombreux.euses, c’est-à-dire sur Facebook et Twitter. Selon De Grosbois (2018), cela relève, entre autres, du fait qu’elles sont encore très peu nombreuses à être impliquées dans la conception et le design de tels dispositifs.

Genre, technologies et outils technodiscursifs

12Les travaux de Wajcman (2004, 2013) sont à l’origine d’un important courant de réflexion sur les rapports entre genre, féminisme et technologies, dont le cyberféminisme se veut le pan numérique. Ce courant s’appuie sur la théorie de la construction sociale de la technologie, selon lequel la technologie est à la fois une source et un effet des relations de genre (Wajcman, 2004). Pour Wajcman (2013, p. 434), les relations de genre « peuvent être considérées comme matérialisées dans la technologie, de même que la masculinité et la féminité acquièrent à leur tour leur signification et leur caractère par leur inscription et leur intégration dans les machines de travail » (traduction libre). En ce sens, le militantisme féministe et l’univers numérique associé au Web 2.0 s’élaborent dans un rapport réciproque. Paveau (2017, p. 4) souligne avec justesse que « si les médias socionumériques semblent transformer les modalités d’accès aux discours féministes et ses dispositifs formels, en retour et en même temps, les pratiques militantes féministes transforment le Web 2.0 ».

13En France, une enquête menée par Jouët, Niemayer et Pavard (2017) auprès de collectifs féministes qui procèdent à des usages militants sur Facebook et Twitter illustre bien ce dernier point. Les chercheuses montrent que l’immédiateté et la visibilité offertes par les médias socionumériques ont conduit les collectifs féministes à les investir en parallèle aux campagnes qu’elles mènent sur le terrain. Y publicisant leurs actions (manifestation, pétitions, intervention en commission parlementaire), elles adoptent un comportement discursif spécifique à Facebook et Twitter. Leurs tweets et leurs messages Facebook témoignent d’une grande variété de ce que Paveau (2017) appelle les « outils technodiscursifs ». Ces outils génèrent une richesse et une souplesse d’usage qui modifient la grammaticalité des messages transmis sur les deux plateformes et renforcent la nature des arguments avancés (Bottini et Julliard, 2016). Parmi ceux-ci, on retrouve notamment le mot-clic (#), l’hyperlien, l’adressage (@), l’intégration des contenus multimédias (photos, vidéos), les émoticônes et la limitation en nombre de caractères dans un message (250 caractères au maximum dans le cas de Twitter). Les publications analysées par Jouët, Niemeyer et Pavard (2017) montrent que les militantes féministes responsables – souvent les plus jeunes – de la gestion des comptes Facebook et/ou Twitter des collectifs manifestent une véritable habileté pratique, technique et artistique à exploiter ces outils. Vidéos prises sur les lieux d’un événement féministe, image détournée d’une publicité stéréotypée, création de mots-clics dénonçant l’absence de femmes dans des activités grand public diverses ; les outils technodiscursifs mobilisés complètent et habillent leurs discours militants. Il se produit une performativité des actions en ligne qui reconfigure les formes du militantisme féministe et qui peut conduire à l’activation de l’« espace de la cause des femmes ».

  • 9 Au-delà des différents politiques, la logique d’abonnement en masse prévalant sur Facebook et Twitt (...)

14Forgé par Laure Bereni (2015), le concept d’« espace de la cause des femmes » se distingue de la notion classique de « mouvements de femmes » dans la mesure où il ne se réduit pas aux associations féministes autonomes. Il traverse au contraire plusieurs univers sociaux où les investissements pour la cause des femmes sont – à des degrés divers – institutionnalisés. Ainsi, les associations féministes – aussi diversifiées soient-elles – constituent, selon Bereni (ibid.), l’un des « pôles » de cet espace, aux côtés du pôle « partisan » (commissions femmes des partis politiques), du pôle « académique » (études féministes ; groupes universitaires) et du pôle étatique (instances bureaucratiques de droits des femmes). Plus opératoire que « mouvement de femmes » − perçu trop souvent comme un bloc monolithique −, le concept d’« espace de la cause des femmes » rend mieux compte des mobilisations plurielles autour de la cause des femmes en reconnaissant les forces d’éclatement qui divisent les acteur.trice.s des différents pôles (Bereni, 2012, p. 32). Il met cependant aussi l’accent sur les forces de convergence (par exemple les manifestations, la multipositionnalité militante et les emboîtements organisationnels). Selon Jouët, Niemeyer et Pavard (2017, p. 44), le Web joue le rôle de « témoin » et de « catalyseur » de ces forces de convergence9 qui rendent possibles, dans certaines conjonctures, des mobilisations transversales entre les pôles et donc la mise en mouvement de l’espace de la cause des femmes.

15L’étude menée par Keller, Mendes et Ringrose (2018) montre que les campagnes féministes de mots-clics contre les violences sexuelles sont des exemples éloquents de l’usage de Facebook et Twitter comme outils privilégiés de l’activation de l’espace de la cause des femmes. Les mots-clics proposés par les militantes et collectifs agissent non seulement comme marqueur de position et comme système d’indexation original (Bottini et Julliard, 2017), mais sont repris par toute une communauté féministe (émanant de divers horizons) qui génère ensuite des contenus, usages et pratiques spécifiques autour de la question des violences de genre. Selon Granjon, Venetia et Tuncel (2017, p. 81), les mobilisations sociales numériques font naître, à l’instar des luttes de contestation menées sur le terrain, un « ensemble de ‘routines’ […] plus ou moins rigides, par le biais duquel les mouvements sociaux investissent l’espace public ». En s’inspirant du sociologue Charles Tilly, Granjon, Venetia et Tuncel (2017) introduisent la notion de « répertoires d’action collective » dans le but de catégoriser ces routines, une notion qui s’avère fort utile pour identifier et analyser en détail les différents contenus, usages et pratiques féministes issus du Web 2.0.

Méthodologie

  • 10 Ce projet a obtenu l’approbation du Comité institutionnel d’éthique de la recherche avec des êtres (...)

16Au regard de notre appareillage conceptuel, il nous apparaît indispensable d’analyser finement les pratiques de mobilisation générées à partir du mot-clic #StopCultureDuViol sur Facebook et Twitter, mais aussi de procéder à un examen plus ample des significations des usages effectués (Vidal, 2012 ; Jouët, Niemeyer et Pavard, 2017) par les associations féministes pour mieux saisir les finalités poursuivies et le sens que ces groupes de femmes confèrent à la mobilisation en ligne dans leurs actions quotidiennes. Notre méthodologie10 se veut donc double, impliquant dans un premier temps une observation ethnographique en ligne, suivie d’entretiens semi-dirigés. Comme dans l’ethnographie traditionnelle, l’observation ethnographique en ligne (Jouët et Le Caroff, 2013) implique l’immersion du ou de la chercheur.e dans son terrain. Seule une présence prolongée sur la plateforme lui permettra d’en acquérir une compréhension approfondie (architecture, espace de discussion, caractéristiques des participant.e.s). Il s’agit précisément d’observer directement les usages visibles et les interactions cadrées entre les membres de dispositifs spécifiques de participation en ligne.

  • 11 Présent dans 16 régions du Québec, le RQCALACS offre des services d’aide individuels et des rencont (...)
  • 12 Les folies passagères est un collectif prônant un féminisme inclusif et dont l’objectif est de démo (...)
  • 13 La FFQ est un organisme non partisan de défense collective des droits des femmes. Il offre aux fémi (...)
  • 14 Je suis indestructible est une association qui permet aux survivant.e.s d’agressions sexuelles de t (...)
  • 15 GAF-UQTR est une association ayant pour mission la vigilance pour un milieu universitaire sain en d (...)
  • 16 Québec CVS est un mouvement formé de survivantes qui réclament une loi-cadre dans les institutions (...)

17Dans cette optique, nous avons choisi d’étudier l’ensemble des publications Facebook et Twitter comportant le mot-clic #StopCultureDuViol des collectifs féministes qui ont participé au mouvement lancé par Natasha Kanapé-Fontaine le 24 octobre 2016. Au total, une dizaine de groupes féministes québécois ont répondu à l’initiative de la poète innue. Nous avons décidé de retenir ceux qui ont utilisé le mot-clic #StopCultureDuViol de façon continue sur leur page Facebook et/ou leur compte Twitter, c’est-à-dire au-delà de la première semaine d’activité du mouvement. Sept groupes/collectifs composent ainsi notre échantillon. Cinq d’entre eux appartiennent à ce que Bereni (2012) désigne comme le pôle associatif : le « mouvement Stop à la Culture Du Viol » bien sûr, mais aussi le Réseau québécois des centres d’aides et de lutte contre les agressions à caractère sexuel faites aux femmes (RQCALACS)11, Les folies passagères12, la Fédération des femmes du Québec (FFQ)13 et Je suis indestructible14. Le Groupe d’Actions Femmes de l’Université du Québec à Trois-Rivières (GAF UQTR)15 et Québec contre les violences sexuelles (Québec CVS)16 relèvent quant à eux tous les deux du pôle académique.

  • 17 Développé par le Groupe de recherche en communication politique (GRCP), Aspira utilise l’API de Twi (...)

18Sur une période prolongée s’étalant du 21 octobre 2016, jour du lancement du mouvement Stop à la culture du viol et de son mot-clic, au 22 février 2017, soit sept jours après les dernières manifestations du mouvement qui se sont déroulées le 15 février, nous avons collecté l’ensemble des publications Facebook et Twitter des associations sélectionnées qui contenaient le mot-clic #StopCultureDuViol à l’aide du logiciel ASPIRA17. Au total, 364 publications ont été récoltées. À partir de ce corpus, notre objectif était d’appréhender thématiquement (Jouët, Niemeyer et Pavard, 2017) et linguistiquement (Paveau, 2017) comment et à quelles fins le mot-clic #StopCultureDuViol a été utilisé dans la lutte commune de ces groupes contre les violences faites aux femmes. Nous avons analysé finement les pratiques militantes et artistiques déployées, de même que les outils technodiscursifs privilégiés, et ce, afin de dresser une typologie des répertoires d’action (Granjon, Venetia et Tuncel, 2017) observés.

19Des entretiens semi-dirigés d’une durée moyenne de quarante-cinq minutes ont ensuite été menés au printemps 2017, au gré des relances et des opportunités, avec les responsables des médias socionumériques des groupes féministes ciblés ou toute autre porte-parole désignée jouant un rôle précis au niveau de l’alimentation des comptes Facebook et Twitter. Le choix d’interroger ces répondantes est lié à la connaissance approfondie qu’elles ont des fonctionnalités et des codes des plateformes Facebook et Twitter de même qu’au rôle central qu’elles jouent dans l’établissement et l’application de la stratégie de mobilisation sur le Web 2.0 de leur association. Pour des raisons de confidentialité et de sécurité – les militantes féministes faisant partie des femmes qui sont le plus à risque d’être victimes de cyberharcèlement (Statistique Canada, 2018) – les répondantes ont gardé l’anonymat.

20L’analyse thématique des entretiens avait pour objectif de mieux comprendre les logiques d’action et les perceptions (Roginsky, 2015) qui se cachent derrière les usages que les groupes féministes font des médias socionumériques pour prévenir et contrer la culture du viol. À elle seule, l’observation ethnographique ne nous permettait pas de saisir les dimensions voilées de pratiques numériques témoignant d’une volonté de transformer les rapports sociaux de sexe. C’est pourquoi nous avons trouvé important de nous intéresser 1) à leurs motivations à utiliser des médias socionumériques dans leurs luttes sociales, 2) aux raisons qui expliquent qu’elles se servent de Facebook plutôt que de Twitter (ou vice versa), 3) à leur impression sur le rôle qu’a pu avoir l’usage intensif du mot-clic #StopCultureDuViol dans le succès populaire des manifestations du 26 octobre 2016 et du 15 février 2017 et qu’il pourra exercé sur les futures politiques gouvernementales visant à enrayer les violences sexuelles, et enfin, 4) à la façon dont leurs pratiques militantes et répertoires d’action se transforment par le biais des médias socionumériques.

Résultats

21Lors de notre observation ethnographique, nous nous sommes d’abord intéressées aux thématiques abordées dans les publications récoltées. Sur l’ensemble des publications, tant Facebook que Twitter, nous avons dégagé quatre « répertoires d’action collective » (Granjon, Venetia et Tuncel, 2017) déployés autour de #StopCultureDuViol. Trois d’entre eux sont conformes à ce que Granjon, Venetia et Tuncel ont observé dans les mobilisations activistes sur le Web : documenter la cause ; organiser la participation aux événements de protestation et influencer le gouvernement/opinion publique. Un autre semble propre aux actions féministes 2.0 contre les agressions sexuelles : relayer des témoignages de solidarité et offrir un soutien psychologique.

Les répertoires d’action des collectifs féministes québécois

22Un premier répertoire d’action regroupe les publications qui visent à documenter la culture du viol. Nous y trouvons de nombreux partages d’article démontrant, chiffres à l’appui, l’existence de la culture du viol à l’échelle provinciale (voir Figure 1, RQCALACS) et des publications de textes expliquant comment les stéréotypes sexuels font en sorte que les individus en viennent à banaliser et même à excuser les agressions sexuelles (voir Figure 2, Ariane Litalien, fondatrice de Québec CVS).

Répertoire d’action #1 – Documenter la cause

Figure 1 : RQCALACS

Figure 1 : RQCALACS

Figure 2 : Ariane Litalien

Figure 2 : Ariane Litalien

23Un deuxième répertoire d’action relevé dans notre analyse concerne l’encouragement à la participation aux manifestations et l’information sur leur déroulement. À titre d’exemple, à peine plus d’une heure après le lancement du mouvement, Nellie Brière, figure importante du mouvement #StopCultureDuViol, était la première à utiliser le mot-clic pour inciter ses abonnés à participer aux manifestations du 26 octobre (voir Figure 3). Quelques mois plus tard, le RQCALACS encourage la communauté Facebook à participer aux manifestations du 15 février en partageant un article du Journal Métro donnant des détails sur les manifestations et revenant sur l’abandon des accusations contre Gerry Sklavounos (voir Figure 4).

Répertoire d’action #2 – Organiser, encourager la participation aux manifestations et informer sur leur déroulement

Figure 3 : Appel à manifester

Figure 3 : Appel à manifester

Figure 4 : L’abandon des accusations

Figure 4 : L’abandon des accusations

24Un troisième répertoire d’action observé vise à influencer ou à donner son avis sur l’action gouvernementale/institutionnelle. Je suis Indestructible a notamment partagé la vidéo d’une étudiante de l’Université du Québec à Montréal (voir Figure 5) ayant subi une situation de harcèlement sexuel et qui dénonce le processus de plainte de son établissement. L’objectif est de montrer que ce processus est parsemé d’embûches et comporte trop de failles pour être mené en bonne et due forme. De son côté, GAF UQTR a annoncé la mise en place d’une future loi-cadre pour prévenir les agressions sexuelles sur les campus universitaires et a demandé d’être partie prenante des réflexions sur la question en commission parlementaire (voir Figure 6).

Répertoire d’action #3 – Influencer/donner son avis sur l’action gouvernementale/institutionnelle

Figure 5 : Vidéo d’une étudiante

Figure 5 : Vidéo d’une étudiante

Figure 6 : GAF UQTR

Figure 6 : GAF UQTR

25Enfin, un quatrième et dernier répertoire d’action déployé en ligne a pour objectif de relayer des témoignages de solidarité et d’offrir du soutien psychologique aux victimes d’agressions sexuelles. Il s’y trouve des publications comme celle du groupe Je suis Indestructible (voir Figure 7) qui mobilise le mot-clic #StopCultureDuViol afin de renvoyer les victimes (et autres internautes) vers une page Web où des témoignages de solidarité de personnalités publiques leur sont destinées. Nous avons également observé que le mot-clic est utilisé pour offrir une aide téléphonique ou par clavardage aux victimes, comme l’illustre le tweet du groupe « RQ CALACS » (voir Figure 8). Ce répertoire d’action paraît caractériser les pratiques déployées sur le Web pour contrer les violences sexuelles. Keller, Mendes et Ringrose (2018) ont relevé ce même climat de sororité (recours aux témoignages, partage de lignes-ressources d’écoute et d’accompagnement) dans leur documentation des usages du numérique pour freiner le harcèlement de rue.

Répertoire d’action #4 – Relayer des témoignages de solidarité et offrir un soutien psychologique

Figure 7 : Le groupe « Je suis Indestructible »

Figure 7 : Le groupe « Je suis Indestructible »

Figure 8 : Le groupe RQ CALACS

Figure 8 : Le groupe RQ CALACS

26L’exercice de catégorisation en répertoires d’action montre que le mot-clic fonctionne ici comme un référent social, un « ancrage » (Millette, Milette et Proulx, 2012), autour duquel se construisent les discours 2.0 des militant.e.s. En plus de permettre d’indexer les publications dans un même fil de discussion, le mot-clic permet de structurer et d’entretenir la polémique en question autour des thématiques reliées à la violence sexuelle envers les Québécoises (Bottini et Julliard, 2017). Notons que de l’ensemble des répertoires d’actions identifiés, « Organiser, encourager la participation aux manifestations et informer sur leur déroulement (#3) » est celui qui revient le plus souvent (dans 40 % des quelque 360 publications analysées). Les autres répertoires d’actions ont été observés dans des proportions similaires (autour de 20 % du corpus). Comme l’ont montré Jouët, Niemeyer et Pavard (2017), Facebook et Twitter sont ainsi principalement utilisés par les collectifs féministes comme outils de coordination événementiel. À ce titre, notre corpus laisse voir que les deux périodes où les collectifs ont généré une concentration plus importante de publications qu’à l’habitude coïncident avec la tenue des manifestations du 26 octobre 2016 et du 15 février 2017. Un blitz de messages Facebook et de tweets visant à planifier et structurer en temps réel ces deux événements a été relevé 72 heures avant et le jour même de leur déroulement.

Outils technodiscursifs et pratiques innovantes

  • 18 98 % des publications analysées contenaient au moins un autre outil technodiscursif que le #StopCul (...)
  • 19 Pour Je Suis Indestructible Québec.

27Notre observation ethnographique laisse également voir qu’outre le mot-clic #StopCultureDuViol, les collectifs féministes font un usage quasi-systématique et diversifié d’autres outils technodiscursifs18. Images, vidéos, hyperliens, adressage (@), émoticônes et mots-clics supplémentaires habillent et complètent leurs discours militants. Les militantes valorisent les habiletés techniques en vue de capter l’attention des internautes. La publication Facebook du groupe Je suis Indestructible (voir Figure 9) en est un exemple éloquent. Alimenté par une photographie représentant des membres du collectif, la publication informe sur le déroulement de la manifestation du 26 octobre 2016. L’action est située (participe à un évènement), des participantes et le lieu sont identifiés (Place Émilie-Gamelin), plusieurs mots-clics sont mobilisés (#OnVousCroit, #Jesuisindestructible, #JSIQc19), un signe de cœur est présent en guise de solidarité et, enfin, certains mots sont écrits en majuscule (TOUTES et NOUS SOMMES INDESTRUCTIBLES !) pour souligner la force du nombre et la résilience des femmes.

Figure 9 : Le mot-clic #Jesuisindestructible

Figure 9 : Le mot-clic #Jesuisindestructible
  • 20 Des mots-clics supplémentaires ont accompagné les publications #StopCultureDuViol dans 3 cas sur 4.

28Parmi les outils technodiscursifs exploités, ce sont les mots-clics qui ont été le plus souvent utilisés, et ce, mis à part le #StopCultureDuViol20. En effet, si #StopCultureDuViol s’est révélé un « ancrage » (Millette, Milette et Proulx, 2012) à partir duquel les collectifs ont organisé le mouvement contre les violences sexuelles, plusieurs autres mots-clics ont accompagné leurs publications. Le tableau 1 présenté ci-dessous répertorie tous les mots-clics utilisés durant la période analysée et les divise par catégorie. On relève des mots-clics qui renvoient aux lieux des manifestations (p. ex : #Sherbrooke), certains qui font référence aux médias ayant parlé du mouvement (par exemple : #Radio-Canada), d’autres qui visent à indexer la publication dans les principaux fils thématiques politiques du Québec et du pays (p. ex : #assnat) et, enfin, une majorité qui s’insèrent dans la mouvance 2.0 contre les violences sexuelles (par exemple #onvouscroit). Dans cette dernière catégorie, les collectifs reprennent des mots-clics associés à des mouvements planétaires antérieurs contre les agressions sexuelles (#agressionnondénoncée), mais elles usent aussi des possibilités « scripturales et créatives » (Paveau, 2017) offertes par les mots-clics pour prendre position et alimenter le débat sur la question de la culture du viol (#justicemaintenant ; #onauneface ; #nonàlavictimeparfaite).

Tableau 1 – Mots-clics utilisés durant la période analysée

Tableau 1 – Mots-clics utilisés durant la période analysée

29Plus encore qu’un usage habile et judicieux des mots-clics, les collectifs féministes font preuve d’une grande créativité en accompagnant certaines publications d’illustration graphiques créées par une militante de leur groupe. À ce titre, les dessins numériques produits par le groupe « Les Folies passagères » reposent sur une mise en scène esthétique et symbolique de femmes qui font un pied de nez aux agresseurs (voir Figures 10 et 11). Évocateurs et à l’opposé des normes de féminité prescrites par la société (femme grande et mince, sans poil, blonde, etc.), ils renvoient à un processus de « conversationnalisation de l’image » (Gunthert, 2014), soit une façon d’utiliser l’image comme un item conversationnel aussi fort qu’un élément langagier.

Figure 10 : Dessin n°1 du groupe « Les Folies passagères »

Figure 10 : Dessin n°1 du groupe « Les Folies passagères »

Figure 11 : Dessin n°2 du groupe « Les Folies passagères »

Figure 11 : Dessin n°2 du groupe « Les Folies passagères »

30Indissociables du mot-clic #StopCultureDuViol, les illustrations proposées accompagnent tant des publications encourageant à participer à des manifestations (voir Figure 12) que des publications plus littéraires, voire poétiques dénonçant l’inaction gouvernementale (voir Figure 13). Les figures en appui montrent bien que les potentialités techniques du Web 2.0 amènent les collectifs à produire des discours enrichis d’éléments graphiques inédits qui participent à l’invention de postures numériques militantes propres aux féministes.

Figure 12 : Le mot-clic #StopCultureDuViol

Figure 12 : Le mot-clic #StopCultureDuViol

Figure 13 : Des éléments graphiques inédits

Figure 13 : Des éléments graphiques inédits

Figure 14 : Dénonciation de l’inaction gouvernementale

Figure 14 : Dénonciation de l’inaction gouvernementale

Facebook et Twitter, espaces de mises en visibilité

31Interrogées sur les raisons qui les ont poussés à investir les médias socionumériques pour contrer la culture du viol, les porte-paroles des collectifs de notre corpus ont unanimement répondu que « pour obtenir une visibilité suffisante pour alerter les médias sur ce qui se passe au Québec, il fallait que notre action passe par Facebook et Twitter » (entrevue #4, avril 2017). Insistant sur l’effet boule de neige (Jouët, Niemeyer, Pavard, 2017) qu’entraînent les médias socionumériques – les publications des collectifs étant relayées par d’autres associations féministes, des personnalités influentes, des politiques, des journalistes – cette même répondante a souligné que #StopCultureDuViol relevait presque davantage d’une campagne de communication que d’une lutte sociale :

« C’est un heureux mix des deux je dirais. Même si le côté communication prend souvent le dessus. Bien sûr l’idée c’est de sensibiliser, d’aider, de recueillir des témoignages. Mais l’idée est aussi que ce mouvement d’appui soit assez fort pour obtenir une invitation à la télévision et à la radio pour parler de la manifestation qu’on organise dans la rue et des changements qu’on souhaite obtenir. C’est là que c’est payant parce que ç’a met la pression sur le gouvernement. »

  • 21 Les publications récoltées dans l’observation ethnographique corroborent leurs propos.
  • 22 La recherche scientifique (Dolbeau-Bandin et Donzelle, 2015 ; Richaud, 2017) montre que Twitter con (...)

32Conscientes de l’impact que peut avoir une mobilisation en ligne savamment orchestrée et largement reprise par les internautes, les répondantes ont également indiqué varier leurs usages selon la plateforme utilisée ; sur Twitter, elles interpellent davantage les dirigeant.es et les médias alors que sur Facebook, elles s’adressent de façon générale au grand public21. Une participante a notamment expliqué que « Twitter, c’est court, il faut synthétiser, faire un message d’opinion punché qui devient viral. C’est une plateforme que les gens de pouvoir22 occupent, alors c’est important d’y être » (entrevue #2, mai 2017). Une autre a précisé que Facebook laisse plus de place aux détails : « C’est un outil communautaire, qui ressemble à un gros carrefour militant. Le message est souvent le même que sur Twitter, mais en plus long, en moins formel. Nous l’utilisons beaucoup aussi pour coordonner les manifestons et animer des chats » (entrevue #6, mai 2017). S’articulant les unes aux autres, ces tactiques sont consciemment employées pour activer l’espace de la cause des femmes (Bereni, 2015) :

  • 23 Plusieurs collectifs de notre corpus ont jugé que la nouvelle loi-cadre ne va pas assez loin dans l (...)

« on mobilise nos compétences numériques pour que #StopCultureDuViol trouve un écho auprès des diverses associations féministes du Québec, des victimes, des chroniqueuses vedettes, des députées. On a quand même réussi à créer un mouvement d’appui, de solidarité très fort autour des femmes victimes de violences sexuelles qui a conduit à l’annonce d’une loi-cadre sur les campus. On a pas eu tout ce qu’on voulait23, mais c’est déjà ça » (entrevue #1, mai 2017).

33Les répondantes ont insisté sur la variable de l’âge pour expliquer leur habileté à jouer avec les médias socionumériques. Toutes âgées de 35 ans et moins, sauf une, elles ont dit avoir grandi avec Facebook et Twitter et appris à manier efficacement les outils technodiscursifs. « Pour moi, le langage des réseaux sociaux, ça va de soi. C’est comme naturel », a souligné l’une d’entre elles, se revendiquant d’une « nouvelle génération de féministes fières de son bagage informatique » (entrevue #3, avril 2017). Une autre a insisté sur le fait que les collectifs féministes québécois sont actuellement portés par ce renouveau générationnel qui passe par le numérique : « On est des jeunes femmes autochtones, non autochtones, blanches, noires, qui arrivent, qui savent comment ça marche, qui sont éduquées et créatives, qui portent les luttes sociales sur le Web. On se trouve rapidement à occuper des postes d’avant-plan dans nos groupes » (entrevue #7, juin 2017). Ces témoignages semblent confirmés, au Québec du moins, que la vague 2.0 du féminisme est intimement liée à l’arrivée de jeunes militantes dans les collectifs et à l’adoption d’une approche intersectionnelle (Pilote et Hübner, 2020).

  • 24 Après les dernières manifestations liées au mouvement #StopCultureDuViol, le mot-clic n’a presque p (...)

34Si les porte-paroles interrogées sont résolument optimistes quant aux potentialités du Web 2.0, elles s’empressent de mentionner que les pratiques déployées sur le Web pour contrer la culture du viol ne sont pas une alternative au militantisme classique de terrain. Le numérique ne supplée pas aux manifestations, ni au support psychologique de victimes d’agressions sexuelles, il vient s’ajouter aux moyens déjà existants : « Le hors-ligne et le en-ligne cohabitent. Si le numérique prend de plus en plus de place, le cœur de l’action féministe reste l’action de rue. Facebook et Twitter sont d’une grande aide dans l’organisation quotidienne du terrain », a déclaré une répondante (entrevue #5, avril 2017). Questionnant les temporalités des initiatives lancées sur Internet, cette participante a aussi évoqué qu’il faut faire attention au caractère éphémère des mots-clics : « Tout miser sur des campagnes comme #StopCultureDuViol24 est risqué, car l’effet médiatique s’essouffle vite. Il y a un momentum qui cesse et qui projette une fois de plus nos luttes dans l’ombre ». À ce titre, la plupart d’entre elles se sont montrées réticentes à employer l’expression « féminisme de mot-clic » (Khoja-Moolji, 2015 ; Keller, Mendes et Ringrose, 2018) : « Le féminisme 2.0 c’est plus que des mots-clics ». Évidemment, « c’est lui [le mot-clic] qui propulse nos combats dans l’espace public, mais après, c’est la diversité des autres actions menées en ligne qui fait la différence » (entrevue #4, avril 2017).

Discussion et conclusion

35Cet article poursuivait un double objectif ; analyser d’une part les pratiques militantes déployées par sept collectifs féministes québécois autour du mot-clic #StopCultureDuViol et, d’autre part, réfléchir plus largement au rôle joué par la mobilisation numérique dans la lutte sociale pour contrer les violences sexuelles. À la lumière de l’observation ethnographique et des entretiens conduits, il apparaît d’emblée que les collectifs féministes québécois manifestent une véritable habileté pratique, technique et artistique à exploiter Facebook et Twitter. Elles redéfinissent à leur façon le discours public sur les violences sexuelles (Paveau, 2017) en orientant leur propos autour de quatre répertoires d’action spécifique (documenter la cause, encourager la participation à des événements, influencer les décisions gouvernementales et offrir de l’aide aux victimes) et en les complétant par de nombreux outils technodiscursifs (images graphiques, vidéos, hyperlien, mots-clics).

36Cette agilité à exploiter les potentialités offertes par les médias socionumériques – qui s’explique en partie par le jeune âge des responsables des comptes Facebook et Twitter – a favorisé le développement d’une capacité d’agir (Wajcman, 2002) chez les groupes féministes. Il s’est produit une « performativité » (Butler, 2004) des actions en ligne qui a conduit à l’activation d’un « espace de la cause des femmes » (Bereni, 2015) autour de la culture du viol. Faisant front commun – malgré leurs orientations variées (féministe autochtone [Natasha Kanapé-Fontaine, leader du mouvement], féministes du pôle associatif, féministe du pôle universitaires) – les collectifs de notre étude ont, par leurs pratiques, contribué à rendre #StopCultureDuViol viral. Des victimes, des citoyennes, des élues s’en sont emparées pour contrer les violences sexuelles. Cette appropriation a propulsé la question de la culture du viol dans l’espace public, la presse y accordant une importante couverture médiatique. La visibilité ainsi obtenue a permis à toutes ces femmes de faire entendre leur voix jusqu’à l’Assemblée nationale du Québec, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, ayant annoncé la mise sur pied une loi-cadre pour contrer les violences sexuelles dans les campus des institutions d’enseignement supérieur, quelques jours après les dernières manifestations associées au mouvement (février 2017).

37Porteuse de solidarité, la mobilisation cyberféministe apparaît donc comme une caisse de résonance essentielle aux luttes des collectifs féministes québécois. Avec #StopCultureDuViol, Natasha Kanapé-Fontaine a généré un mouvement qui la dépasse individuellement et a su se faire entendre en faisant converger les forces féministes. Tout se passe comme si les mots-clics sont des moyens de faire corps, comme dans un rassemblement. Cela étant dit, si #StopCultureDuViol s’inscrit dans la mouvance globale du « féminisme de mot-clic » (Khoja-Moolji, 2015), le mouvement lancé par Natasha Kanapé-Fontaine – et de façon générale les mobilisations féministes 2.0 – doit être dépeint et analysé au-delà du mot-clic. Faisant face à des enjeux de temporalité (#StopCultureDuViol a pratiquement cessé d’être mobilisé après les manifestations de février 2017), les initiatives féministes menées sur Internet restent complémentaires aux efforts de mobilisation hors-ligne. Les entretiens menés dans cette étude ont bien montré que c’est l’enchevêtrement des pratiques qui permet le plus efficacement de faire pression sur le politique. Cette imbrication d’actions en ligne et hors ligne mériterait d’ailleurs d’être creusée davantage dans de futures études.

38Pour reprendre les mots de Mabi et Theviot (2014), nous avons tenté de donner une « densité sociologique au numérique » à cet article en posant la question de la place du genre dans les usages militants d’Internet, en s’intéressant aux actrices et aux représentations des pratiques numériques qu’elles déploient et en réfléchissant à la (ré)organisation du mouvement féministe à l’ère des médias socionumériques. Même si notre corpus reste modeste et restreint à l’espace francophone québécois, les résultats dégagés sont potentiellement transférables à d’autres pays, régions du monde où des initiatives similaires sont lancées. Pour aller plus loin, il aurait été intéressant de s’interroger sur les modes d’engagement en lien avec l’appartenance générationnelle au sein des collectifs québécois et de se pencher sur les relations, voire les tensions, entre la nouvelle génération de féministes, qui semble fédérer les initiatives en ligne, avec la génération précédente issue de la deuxième vague. Il aurait également été pertinent d’étudier les publics, plutôt hétérogènes, que ces mouvements rejoignent ainsi que leurs réactions (commentaires, partages, retweets) et de proposer une contextualisation historique du mouvement en l’inscrivant dans la longue histoire des relations entre féminisme et médias (Bard, 2017). Notons enfin que nous aurions pu étudier la couverture médiatique du mouvement dans la presse, la radio et les bulletins télévisuels et mesurer ses effets sur la construction de l’opinion publique, les prises de position politique et sur le système judiciaire. De telles recherches, dont nous encourageons le développement, permettraient de dresser un panorama plus complet des luttes féministes 2.0 contre les violences sexuelles au Québec.

39Pour conclure, nous ne sommes pas sans savoir que les médias socionumériques ne sont pas seulement des espaces d’émancipation sociale et politique. Ils sont aussi des lieux où se déploient des propos sexistes et misogynes envers les féministes jugées menaçantes au maintien des rapports de pouvoir (Bard, Blais et Dupuis-Déri, 2019). Ayant brièvement effleuré les enjeux de la cyberviolence avec les répondantes, nous avons été confrontées à des témoignages poignants sur les conséquences psychologiques que peuvent causer les insultes et menaces de viol, parfois même de mort, chez les militantes. Pour nos interlocutrices, la présence féministe sur le Web 2.0 est toutefois plus importante que les torts causés sur le plan émotionnel par la cyberviolence. Elles abondent dans le même sens que Jouët, Niemeyer et Pavard (2017 : 52), qui soulignent à juste titre que la virulence de ces discours de haine est bien « le signe que la parole des féministes qui se fait entendre dans l’espace numérique est au cœur des transformations de la société et continue à faire trembler l’ordre établi ».

Haut de page

Bibliographie

Aurousseau, C. et C. Thoër (2018), « Témoigner de son agression à caractère sexuel sur Internet », Rapport de recherche pour le Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal, URL : https://sac.uqam.ca/upload/files/Temoigner_ACS_Internet_fiches_intervention.pdf.

Bard, C., M. Blais et F. Dupuis-Déri (2019), Antiféminismes et masculinismes d’hier à aujourd’hui, Paris : PUF.

Bereni, L. et É. Lépinard (2004), « ‘Les femmes ne sont pas une catégorie’ : les stratégies de légitimation de la parité en France », Revue française de science politique, n° 54, pp. 71-98.

Bereni, L. (2012), « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », dans Bard, C. (dir.), Les féministes de la 2ème vague, Rennes : Presses universitaires de Rennes, pp. 27-41.

Bereni, L. (2015), La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris : Economica.

Bergès, K., F. Binard et A. Guyard-Nedelec (dir.) (2017), Féminismes du XXIe siècle : une troisième vague ?, Rennes : PUR.

Bottini, T. et V. Julliard (2017), « Entre informatique et sémiotique. Les conditions techno-méthodologiques d’une analyse de controverse sur Twitter », Réseaux, n° 204, pp. 35-69.

Butler, Judith (2004), Le pouvoir des mots. Politique du performatif, London : Routledge.

Dagiral, É. (2006), « Genre et technologie (note critique), Terrains & travaux, n° 10, pp. 194-206.

Dalibert, L. (2016), « Technologie », dans Rennes, J. (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris : La Découverte, pp. 628-639.

Dolbeau-Bandin, C. et B. Donzelle (2015), « En campagne sur Twitter : au risque de l’empowerment ? », Les Cahiers du Numérique, n° 4, pp. 91-118.

Gardey, D. (2003), « De la domination à l’action. Quel genre d’usage des technologies de l’information ? », Réseaux, n° 120, pp. 87-117.

Granjon, F., P. Venetia et G. Tuncel (2017), Mobilisations numériques. Politiques du conflit et technologies médiatiques, Paris : Presses des Mines.

Gunthert, A. (2014), « L’image conversationnelle », Études photographiques, n° 21, URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/3387.

Haraway, D. (2007), Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes, anthologie établie par Allard L., D. Gardey et N. Magnan, Paris : Exils Éd.

Hawthorne, S. et R. Klein (1999), CyberFeminism: Connectivity, Critique and Creativity, Melbourne: Spinifex Press.

Jouët, J. et C. Le Caroff (2013), « L’observation ethnographique en ligne », dans Barats, C. (dir.), Analyser le Web en sciences humaines et sociales, Paris : Armand Colin, pp. 147-160.

Jouët, J., K. Niemeyer et B. Pavard (2017), « Faire des vagues. Les mobilisations féministes en ligne », Réseaux, n° 201, pp. 21-59.

Keller, J., K. Mendes et J. Ringrose (2018), « Speaking “Unspeakable Things”: Documenting Digital Feminist Responses to Rape Culture », Journal of Gender Studies, n° 27, pp. 22-36.

Khoja-Moolji, S. (2015), « Becoming an ‘Intimate Public:’ Exploring the Affective Intensities of Hashtag Feminism », Feminist Media Studies, n° 15, pp. 347-350.

Lalonde, J. (2012), Abécédaire du web. 26 concepts pour comprendre la création sur Internet, Montréal : PUQ.

Lamoureux, D. (2016), Les possibles du féminisme. Agir sans « nous », Montréal : Les éditions du remue-ménage.

Landry, N. (2017), « Articuler les dimensions constitutives de l’éducation aux médias », tic&société, n° 11, URL : https://r-libre.teluq.ca/1228/1/ticetsociete-2236.pdf.

Landry, N., M. Sénécal, F. Aubin et É. George (2014), « Luttes sociales et technologies numériques : pratiques de mobilisation collective », Cahiers du CRICIS, URL : https://www.cricis.uqam.ca/wp-content/uploads/2014/12/CRICIS_CAHIERS_2014-3.pdf.

La Presse Canadienne (2016), « Le DPCP ne portera pas d’accusations contre les policiers de Val-d’Or », L’actualité, 18 novembre, URL : https://lactualite.com/actualites/le-maire-de-val-dor-demande-a-la-communaute-de-ne-pas-se-laisser-abattre/.

Mabi, C. et A. Théviot (2014), « Présentation du dossier », Politiques de communication, n° 3, pp. 5-24.

Nadeau, J. (2017), « Une loi-cadre pour contrer la violence sexuelle sur les campus », Le Devoir, 17 février, URL : https://www.ledevoir.com/societe/education/491720/activites-d-initiation-sur-les-campus-une-loi-cadre-pour-contrer-les-violences-a-caractere-sexuel.

Pavard, B. (2017), « Les mobilisations féministes à l’ère d’Internet : pour une approche sociohistorique », dans Bergès, K., F. Binard et A. Guyard-Nedelec (dir.), Féminismes du XXIe siècle : une troisième vague ?, Rennes : PUR, pp. 161-174.

Paveau, M.-A. (2017), « Féminismes 2.0. Usages technodiscursifs de la génération connectée », Argumentation et Analyse du discours, n° 18, pp. 1-27.

Plant, S. (1996), « Feminisations: Reflections on Women and Virtual Reality », dans Hershman Leeson, L. (dir.), Clicking In: Hot Links to a Digital Culture, Green Bay : Bay Press, pp. 37.

Pilote, A-M. et L. A. Hübner (2020), « Femmes autochtones et militantisme en ligne : Usages de Facebook et Twitter pour contrer les violences sexuelles dans la foulée du scandale policier de Val-d’Or », Recherches féministes, Vol. 32, n° 2, pp. 167-196.

Porter, I. et M. Bélair-Cirino (2016), « Une femme allègue d’avoir été agressée sexuellement par un député libéral », Le Devoir, 20 octobre, URL : http://www.ledevoir.com/societe/482687/une-femme-aurait-ete-agressee-sexuellement-par-un-depute-liberal.

Richaud, C. (2017), « Les réseaux sociaux : nouveaux espaces de contestation et de reconstruction de la politique ? », Les Nouveaux Cahiers du Conseil constitutionnel, n° 57, pp. 29-44.

Roginsky, S. (2015), « Les députés européens sur Facebook et Twitter : une ethnographie des usages », Communication & langages, n° 183, pp. 83-109.

Vidal, G. (dir.) (2012), La sociologie des usages, continuités et transformations, Paris : Lavoisier.

Wajcman, J. (2002), « La construction mutuelle des techniques et du genre. L’état des recherches en sociologie », dans Chabaud-Rychter, D. et D. Gardey (dir.), L’engendrement des choses. Des hommes, des femmes et des techniques, Paris : EAC, pp. 51-70.

Wajcman, J. (2004), Technofeminism, Cambridge: Polity Press.

Wajcman, J. (2013), « Genre, technologie et cyberféminisme », dans Maruani, M. (dir.), Travail et genre dans le monde, Paris : La Découverte, pp. 428-436.

Rentschler, C. (2015), « Rape Culture and the Feminist Politics of Social Media », Girlhood Studies, n° 7, pp. 65-82.

Rentschler, C. (2015), « #Safetytipsforladies : Feminist Twitter Takedowns of Victim Blaming », Feminist Media Studies, n° 15, pp. 353-356.

Ricci, S. (2017), « Abus », dans S. Zaccour et M. Lessard (dir.), Dictionnaire critique du sexisme linguistique, Montréal : Sommes toute, pp. 15-21.

Statistique Canada (2018), « Les femmes et les hommes ayant subi du cyberharcèlement au Canada », Regards sur la société canadienne, n° 75.

Haut de page

Notes

1 La Sûreté du Québec est le corps policier national au Québec.

2 En novembre 2016, le DPCP a annoncé qu’il ne déposerait aucune accusation contre les policiers visés par des allégations d’agressions sexuelles, faute de preuves suffisantes (La Presse Canadienne, 2016).

3 Ce terme est utilisé au Québec en lieu et place du mot « hashtag ».

4 La loi 151 pour contrer les violences sexuelles sur les campus universitaires québécois a été adoptée le 8 décembre 2017.

5 En 2014, les journalistes canadiennes Antonia Zerbisias et Sue Montgomery ont attiré l’attention du monde entier en lançant sur les médias socionumériques le mouvement #AgressionNonDénoncée (#BeenRapedNeverReported) après les allégations d’agressions sexuelles impliquant l’ex-animateur vedette de la Canadian Broadcasting Corporation Jian Ghomeshi.

6 Voir le communiqué de presse officiel : https://www.newswire.ca/fr/news-releases/stopcultureduviol---un-renouveau-de-solidarite-des-luttes-des-femmes-et-des-victimes-de-violences-sexuelles-598755561.html.

7 La première vague est associée au mouvement des suffragettes (1850-1940) alors que la deuxième vague fait référence au mouvement de libération des femmes (politisation de l'intime, visibilité des questions sexuelles, légalisation de la contraception, égalité dans le monde du travail) qui se déploie entre 1960 et 1980 (Lamoureux, 2016 : 191-193). La troisième vague, qui émerge dans les années 1980, est une critique des femmes de couleur, des immigrées latino-américaines et des féministes lesbiennes qui ne s’identifient pas aux féministes de la deuxième vague (« nous, les femmes »). Elle a pour dénominateur commun la diversité : « diversité des acteurs (mixité et ouverture aux personnes trans), diversité des enjeux (intersectionnalité) et diversité des stratégies » (Lamoureux, 2016 : 193). La diversité des stratégies se manifeste, entre autres, par un recours accru aux technologies numériques.

8 La majorité des féministes radicales des années 1970 rejettent les technologies reproductives qu’elles perçoivent comme une forme d’exploitation du corps des femmes, mais aussi comme des menaces envers leur « nature » et source de pouvoir, la maternité (Dalibert, 2016). Le courant écoféministe qui domine à la même époque considère la technologie comme le produit d’une culture occidentale patriarcale, raciste et violente qui vise à dominer les femmes, la nature et les peuples non-blancs (Wajcman, 2013).

9 Au-delà des différents politiques, la logique d’abonnement en masse prévalant sur Facebook et Twitter semble s’imposer entre militantes et collectifs féministes qui ont tendance à se suivre mutuellement (multipositionnalité militante). L’emploi d’outils technodiscursifs particuliers conduit de plus en plus les militantes et collectifs féministes à se regrouper, à parler d’une seule voix, pour une cause en particulier (emboîtement organisationnel).

10 Ce projet a obtenu l’approbation du Comité institutionnel d’éthique de la recherche avec des êtres humains (CIEREH) de l’Université du Québec à Montréal (# du certificat : 2246_e_2018).

11 Présent dans 16 régions du Québec, le RQCALACS offre des services d’aide individuels et des rencontres de groupe de soutien aux victimes d’agressions sexuelles.

12 Les folies passagères est un collectif prônant un féminisme inclusif et dont l’objectif est de démolir par l’art les tabous, les préjugés et le manque de diversité.

13 La FFQ est un organisme non partisan de défense collective des droits des femmes. Il offre aux féministes un espace démocratique de militantisme et d’action, d’analyse et de réflexion, de débat et de formation sur différents enjeux, dont celui des violences sexuelles.

14 Je suis indestructible est une association qui permet aux survivant.e.s d’agressions sexuelles de témoigner et d’extérioriser leurs émotions de façon créative, et ce, sous divers médiums artistiques (poésie, peinture, slam, vidéo ‘vlog’, lettre, etc.).

15 GAF-UQTR est une association ayant pour mission la vigilance pour un milieu universitaire sain en dénonçant la banalisation du viol.

16 Québec CVS est un mouvement formé de survivantes qui réclament une loi-cadre dans les institutions d’enseignement supérieur pour s’assurer que ces établissements encadrent équitablement les plaintes des étudiant.e.s pour agression sexuelle.

17 Développé par le Groupe de recherche en communication politique (GRCP), Aspira utilise l’API de Twitter pour recueillir et d’archiver la majorité des éléments constitutifs – texte rédigé par l’utilisateur, hyperliens contenus dans les messages, @usagers cités, mots-clics utilisés, etc., – de discours diffusés sur le média socionumérique. Les photos et les vidéos intégrées aux micromessages ont été manuellement recueillies à l’aide de captures d’écran.

18 98 % des publications analysées contenaient au moins un autre outil technodiscursif que le #StopCultureDuViol.

19 Pour Je Suis Indestructible Québec.

20 Des mots-clics supplémentaires ont accompagné les publications #StopCultureDuViol dans 3 cas sur 4.

21 Les publications récoltées dans l’observation ethnographique corroborent leurs propos.

22 La recherche scientifique (Dolbeau-Bandin et Donzelle, 2015 ; Richaud, 2017) montre que Twitter connecte essentiellement des acteur.rice.s de pouvoir qui sont déjà en relation (élus, journalistes, personnalités d’influence) sans forcément susciter un nouvel espace conversationnel entre ces acteur.rice.s et les citoyen.ne.s ordinaires.

23 Plusieurs collectifs de notre corpus ont jugé que la nouvelle loi-cadre ne va pas assez loin dans l’encadrement des relations intimes dans les établissements (entre un.e étudiant.e et une personne en position d’autorité), dans les sanctions prises contre les violences à caractère sexuel et dans la reddition de comptes.

24 Après les dernières manifestations liées au mouvement #StopCultureDuViol, le mot-clic n’a presque plus été utilisé, ni par les collectifs féministes de notre corpus ni par les internautes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : RQCALACS
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 2 : Ariane Litalien
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-2.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 3 : Appel à manifester
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-3.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 4 : L’abandon des accusations
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-4.png
Fichier image/png, 366k
Titre Figure 5 : Vidéo d’une étudiante
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-5.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 6 : GAF UQTR
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-6.png
Fichier image/png, 87k
Titre Figure 7 : Le groupe « Je suis Indestructible »
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-7.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 8 : Le groupe RQ CALACS
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-8.png
Fichier image/png, 83k
Titre Figure 9 : Le mot-clic #Jesuisindestructible
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-9.png
Fichier image/png, 347k
Titre Tableau 1 – Mots-clics utilisés durant la période analysée
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-10.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 10 : Dessin n°1 du groupe « Les Folies passagères »
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Figure 11 : Dessin n°2 du groupe « Les Folies passagères »
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Figure 12 : Le mot-clic #StopCultureDuViol
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Figure 13 : Des éléments graphiques inédits
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 14 : Dénonciation de l’inaction gouvernementale
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/5764/img-15.png
Fichier image/png, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lena A. Hübner et Anne-Marie Pilote, « Mobilisations féministes sur Facebook et Twitter »Terminal [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/5764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.5764

Haut de page

Auteurs

Lena A. Hübner

Université du Québec à Montréal, Faculté de communication, hubner.lena_alexandra@courrier.uqam.ca

Anne-Marie Pilote

Université du Québec à Montréal, Faculté de communication, pilote.anne-marie@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals