Navigation – Plan du site
Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique

Les médias socionumériques et la participation des minorités francophones canadiennes à la vie politique

Social Media and the Participation of Canadian Francophone Minorities in Political Life
Pascal Lupien

Résumés

Les médias socionumériques ont ouvert la voie à de nouvelles formes de participation et d’oppression pour les groupes minoritaires, mais la recherche sur l’utilisation de ces outils n’a pas suffisamment pris en compte les circonstances uniques des minorités nationales. Les minorités nationales, contrairement aux « nouvelles » minorités issues de l’immigration, ont des revendications distinctes autour du territoire, de l’identité, des droits linguistiques, et de l’autonomie. Comment est-ce que ces minorités utilisent les médias socionumériques pour promouvoir leur identité et leurs revendications dans un contexte où elles sont confrontées à un déclin démographique relatif, et où elles doivent rivaliser avec des groupes plus puissants ? Les technologies socionumériques peuvent-elles leur permettre de se faire entendre ou est-ce que leurs voix seront de plus en plus noyées dans une mer de querelles politiques ? Cet article aborde ces questions en étudiant l’utilisation des technologies socionumériques par les associations représentant la francophonie canadienne en milieu minoritaire. Les minorités francophones du Canada ont subi une série de revers politiques inquiétants depuis quelques années. Leurs associations ont réagi en mobilisant leurs ressources et leurs sympathisants, souvent à l’aide des médias socionumériques. Mais utiliser les réseaux sociaux ne conduit pas automatiquement à une visibilité politique et médiatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La reconnaissance croissante des droits des minorités nationales depuis la fin du XXe siècle, dans les démocraties établies comme dans les pays du Sud, a permis aux organisations représentant ces groupes de s’engager dans diverses formes d’action collective. Les minorités nationales, contrairement aux « nouvelles » minorités issues de l’immigration, cherchent à protéger et à gérer leurs différences plutôt que de s’intégrer dans la société nationale (Kymlicka, 2001). Certains de leurs droits sont reconnus dans le cadre législatif, ou même constitutionnel de l’État. Pour cette raison, les associations représentant les minorités nationales agissent par le biais du système judiciaire, mais elles ont également recours à la mobilisation politique. Celle-ci s’articule autour des droits linguistiques, de l’autonomie, et du droit de gérer leurs institutions distinctes.

  • 1 À l’extérieur du Québec, le nombre de personnes ayant déclaré le français comme langue maternelle é (...)

2Dans le contexte canadien, les francophones et les peuples autochtones sont constitutionnellement reconnus comme des minorités nationales (Magord, 2014). On associe la francophonie canadienne avec les Québécois, qui sont en mesure d’exercer leurs droits à travers l’État québécois en raison de leur statut de majorité dans cette province. Les Québécois ont également développé des médias « nationaux » et une vaste industrie culturelle. Les Acadiens du Nouveau-Brunswick sont minoritaires mais jouissent d’un éventail d’institutions politiques, sociales et culturelles reconnues par la constitution de la seule province officiellement bilingue du Canada. Mais il y a près d’un million de francophones qui vivent ailleurs au Canada1. Les protections accordées aux communautés francophones en milieu minoritaire (CFMM) varient d’une province à l’autre, mais même si certaines de ces communautés sont établies depuis plus d’un siècle et demi, elles ont généralement peu d’influence sur leurs gouvernements provinciaux respectifs, et sur la manière dont elles sont représentées dans les médias traditionnels. Bien qu’il existe une littérature croissante sur les CFMM, celle-ci se concentre sur un certain nombre de thèmes bien développés : droits linguistiques et éducation, identité, et structures politiques locales (Landry, 2009 ; Forgues, 2010 ; Foucher, 2010 ; Landry, Forgues, et Traisnel, 2010 ; Dubois 2014). L’utilisation des technologies de l’information et des communications (TIC) par les organisations représentant les CFMM fait l’objet de peu d’attention académique, et les minorités nationales sont un angle mort dans la recherche sur l’utilisation des TIC au Canada. Notre compréhension de l’impact des TIC, telles que les médias socionumériques, sur la capacité des CFMM à s’engager dans la sphère publique demeure limitée.

3Les médias socionumériques ont ouvert la voie à de nouvelles opportunités et menaces pour les groupes minoritaires et marginalisés. Grâce à ces technologies, les minorités contournent les médias traditionnels, souvent contrôlés par des intérêts privés qui ne leur sont pas favorables, et transmettent ainsi leurs messages directement aux publics cibles (Castells, 2012 ; McQuail, 2000 ; McChesney, 1999). Ils fournissent aux minorités des outils pour atteindre leurs membres directement, ce qui devrait leur permettre de mobiliser les gens rapidement et à moindre coût. Les médias socionumériques peuvent ainsi être un moyen de contrebalancer des faiblesses liées aux obstacles à la participation politique auxquels les minorités nationales font face (Murschetz, 2018 ; Carlson, Wilson and Sciascia 2017 ; Soriano, 2012 ; Castells, 2009, 2012). Cependant, de plus en plus d’études réalisées au cours de la dernière décennie ont démontré que les médias socionumériques ne sont pas nécessairement des outils de démocratisation (Norris & Inglehart 2013 ; Flores-Yeffal, Vidales et Martinez, 2017 ; Linabary et Corple, 2018).

4La recherche sur l’utilisation des médias socionumériques n’a pas suffisamment pris en compte les circonstances uniques des minorités nationales telles que les CFMM. Cet article aborde cette question en étudiant l’utilisation des technologies socionumériques par les associations représentant la francophonie canadienne en milieu minoritaire. Nous étudions les communautés francophones de l’Ontario et de trois provinces de l’Ouest canadien, soit l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba. Dans ces quatre provinces, les francophones ont subi une série de revers politiques depuis quelques années. Les associations ont réagi en mobilisant leurs ressources et leurs sympathisants, souvent à l’aide des médias socionumériques. Mais utiliser les réseaux sociaux ne conduit pas automatiquement à une visibilité politique et médiatique. S’inspirant des trois cadres théoriques les plus utilisés pour étudier l’action collective – la théorie de la mobilisation des ressources, et la structure des opportunités politiques, et l’identité collective – cet article aborde les questions suivantes :

  1. Comment les organisations représentant les CFMM canadiennes utilisent-elles les médias socionumériques pour participer à la vie politique et pour mobiliser leurs sympathisants ?

  2. Quels obstacles et défis rencontrent-ils ?

  3. Dans quelle mesure les technologies aident-elles les organisations représentant les CFMM à promouvoir l’identité collective, à mobiliser leurs communautés, et à rendre visibles leurs schémas d’interprétation dans la sphère publique pour ainsi créer ou saisir des opportunités politiques ?

5Répondre à ces questions non seulement comble un vide dans nos connaissances sur les CFMM, mais contribue à élargir nos connaissances empiriques et théoriques sur la participation politique des minorités nationales à l’ère des médias sociaux.

La mobilisation politique, les TIC, et les minorités nationales

6La théorie des mouvements sociaux cherche à expliquer pourquoi la mobilisation sociale se produit (ou ne se produit pas), les formes sous lesquelles elle se manifeste, ainsi que les conséquences sociales, culturelles et politiques de l’action collective. En Europe et en Amérique du Nord, les années 1960 ont été marquées par l’émergence de mouvements sociaux visant des revendications culturelles, linguistiques et identitaires, par opposition aux mouvements de classe, plus courants au début du 20e siècle (Touraine, 1981 ; Melucci, 1989). Cette évolution a obligé les théoriciens à développer des approches plus complexes pour comprendre les stratégies et les tactiques utilisées par les organisations sociales. Ces théories se concentrent sur trois ingrédients essentiels : la mobilisation des ressources (financières, humaines, et autres), l’existence des opportunités politiques favorables, et la capacité des organisations à fomenter un sentiment d’identité collective chez les groupes visés.

7Les théories de la mobilisation des ressources et des opportunités politiques sont parmi les cadres les plus influents dans l’étude de l’action collective. La première approche postule que les acteurs sont plus susceptibles de se mobiliser s’il existe des ressources qui facilitent cette mobilisation. Celles-ci peuvent comprendre des ressources matérielles ou des structures politiques, qui incluent à la fois des groupes formels et les espaces sociaux de « la vie de tous les jours » (Zald et McCarthy, 1987 ; Tilly, 1978). Les groupes dotés de ressources et structures sont plus susceptibles de se mobiliser et de réussir. Les chercheurs comprennent que les TIC et les médias socionumériques jouent un rôle clé dans le répertoire des stratégies de mobilisation des ressources des organisations de la société civile (Van Laer and Van Aelst, 2012). Bien que les recherches sur les structures mobilisatrices des CFMM soient nombreuses, nous savons peu sur la place que les TIC occupent dans leur répertoire de ressources.

8Selon la théorie des opportunités politiques, certaines conditions ouvrent de nouveaux espaces à la société civile pour poursuivre ses objectifs. Celles-ci comprennent l’ouverture du système politique aux minorités, la présence d’alliés au sein de l’État, l’opinion publique vis-à-vis des groupes minoritaires, et la capacité de l’État à réprimer la mobilisation (Tilly, 1978 ; Zald et McCarthy, 1987 ; McCarthy et Zald, 1977, 2001). Le concept d’opportunités politiques a été élargi pour démontrer que, dans un monde globalisé, les groupes minoritaires peuvent tenter de contourner des gouvernements locaux peu compatissants en plaidant leur cas à un public plus large (Tarrow, 1998). Cela devrait être facilité par les TIC, qui permettent même aux petits groupes minoritaires d’utiliser les médias sociaux pour exprimer leurs revendications et se connecter avec des acteurs plus ouverts à leurs causes (Valenzuela, Arriagada, et Scherman, 2014). Nous savons pourtant très peu sur l’impact des TIC sur la capacité des CFMM à élargir leurs opportunités politiques.

9Bien que ces cadres théoriques éclairent notre compréhension de l’action collective, les chercheurs ont fait remarquer que les analyses ne tenaient pas compte du rôle de l’identité dans la mobilisation sociale (Snow and McAdam 2000 ; Polletta and Jasper, 2001–. Les organisations représentant les minorités ethniques et linguistiques favorisent la construction d’un sentiment d’identité collective qui oriente leurs stratégies politiques et les aide à mobiliser leurs membres (Melucci, 1989 ; Touraine, 1978). Ces mouvements sociaux remettent en question la vision traditionnelle de la citoyenneté qui impose une identité unique à tous les citoyens ; ils exigent une citoyenneté plus inclusive et la reconnaissance de la nature plurinationale de leurs sociétés (Hagopian, 2007). La mobilisation identitaire vise à créer de la visibilité et à promouvoir les intérêts d’un groupe traditionnellement marginalisé en raison de la race, de l’ethnie, de la langue, ou d’autres facteurs (Kaufmann, 1990). L’identité collective fournit aux participants un sentiment d’appartenance, ce qui renforce l’engagement à long terme (Snow, Soule et Kriesi, 2007). Ce processus de construction identitaire nécessite l’utilisation de symboles, de mythes et de récits, mais aussi la gestion stratégique de la communication médiatique (Tarrow, 2005). Dans le contexte canadien, Landry (2008, 2009) ajoute que la construction identitaire des CFMM passe par la « proximité socialisante », un noyau « foyer-famille-voisinage-communauté » qui assure la transmission intergénérationnelle de la langue et de l’identité. On reconnaît d’ailleurs que ce processus dépend en grande partie de la concentration territoriale et des relations communautaires (Landry, Deveau et Allard, 2006). Nous savons encore peu de choses sur la mesure dans laquelle les TIC peuvent créer une proximité socialisante « virtuelle » là où cette concentration territoriale n’existe pas.

10Depuis la fin des années 2000, l’engagement politique est de plus en plus axé sur les TIC (Bennett et Segergerg, 2013 ; Biekart et Fowler, 2013 ; Castells, 2010, 2009). Le Canada est l’un des pays les plus « branchés » au monde. Selon un récent sondage, 94 % des adultes canadiens possèdent un compte sur au moins une plateforme socionumérique (Gruzd et al, 2017). Les cyberoptimistes présentent les TIC comme un outil autonomisant pour les groupes marginalisés, dans la mesure où elles peuvent réduire le coût de la participation et rééquilibrer les rapports de force en faveur d’acteurs disposant de peu de ressources (Castells, 2009). De cette manière, les TIC sont une composante inestimable de la stratégie de mobilisation des ressources de toute organisation de la société civile et peuvent être utilisées comme moyen d’influencer la « structure des opportunités politiques ». Divers auteurs ont également noté que les médias socionumériques sont des outils précieux dans le processus de construction identitaire puisqu’ils créent des espaces où des individus peuvent partager des idées et des expériences (Valenzuela, Arriagada, et Scherman, 2014 ; Raynauld, Lalancette, et Tourigny-Kone, 2016). Les TIC peuvent alors être un outil d’autoreprésentation pour communiquer des messages indépendamment des médias grand public, pour contester les stéréotypes dominants, et pour créer des espaces pour le développement d’une identité partagée parmi des individus géographiquement dispersés (Raynauld, Richez, & Boudreau Morris, 2018 ; Salazar, 2011 ; Ginsburg 2000, 2008).

11Les cyberpessimistes par contre soutiennent que les avantages dont bénéficient les acteurs puissants dans le « monde réel » seront reproduits dans le cyberespace. Les TIC pourraient servir à creuser le fossé qui sépare ceux qui disposent des ressources nécessaires pour utiliser les TIC efficacement et ceux qui ne les ont pas (Norris, 2001 ; Norris et Inglehart, 2013). Les médias socionumériques constituent également un outil permettant aux acteurs puissants de diffuser des messages d’intolérance et de haine ou des campagnes de désinformation et de diffamation contre les groupes minoritaires (Lawson, 2018 ; Flores-Yeffal, Vidales et Martinez, 2017 ; Linabary et Corple, 2018).

12Les CFMM nous offrent une étude de cas intéressante. Elles partagent une longue histoire dans leurs provinces respectives, elles sont éparpillées sur un vaste territoire et connaissent dans la plupart des cas un déclin démographique vis-à-vis de la population majoritaire et des nouveaux arrivants (Cardinal et González Hidalgo, 2012). Leur poids démocratique est relativement faible : 4,4 % de la population en Ontario (un peu plus de 490 000 personnes), 4 % au Manitoba (plus de 40 000 personnes), 2,2 % en Alberta (72 000) et à 1,9 % en Saskatchewan (environ 15 000 personnes).1 Chaque communauté est différente, mais il existe également divers facteurs unificateurs, notamment une langue et une culture communes, et une histoire de luttes pour la reconnaissance en tant que peuple fondateur. Leurs droits en tant que minorités historiques, qui s’articulent généralement autour de la langue et de la scolarisation en français, sont fondés sur la légitimité conférée par leur présence historique, mais ces droits sont fréquemment ignorés par les gouvernements provinciaux et municipaux (Foucher, 2010 ; Forgues, 2010 ; Landry, 2009). Ces facteurs unificateurs devraient permettre la construction d’une identité commune.

13Les CFMM sont bien représentés par des associations et des organisations de la société civile, dont certaines existent depuis plus d’un siècle (Foucher, 2010 ; Landry, R., Forgues et Traisnel, 2010, Poirier, 2012). Bien qu’il existe de plus en plus de travaux sur la participation politique des CFMM, cette recherche ne s’engage pas avec la théorie des mouvements sociaux, et nous savons peu peu de chose de l’impact des TIC sur la capacité des organisations francophones en milieu minoritaire à mobiliser des ressources, sur la manière dont les technologies modifient la structure des opportunités politiques, et sur comment les TIC soutiennent les efforts de ces organisations pour fomenter l’identité francophone en milieu minoritaire. Il y a lieu d’examiner l’impact des médias socionumériques sur la capacité des organisations représentant les minorités nationales à promouvoir (ou maintenir) un sentiment d’identité collective, et d’examiner aussi comment ces technologies s’inscrivent dans leurs répertoires de ressources, puis de s’interroger sur la manière dont elles affectent les opportunités politiques des CFMM.

Méthodologie

14Cette recherche est fondée sur une série de 42 entrevues semi-structurées menées entre octobre 2018 et mai 2019 avec des leaders, des militants et des employés de plus d’une trentaine d’organisations francophones dans les quatre provinces. Ces personnes ont été interrogées sur l’impact des TIC sur la capacité de leur organisation à poursuivre des objectifs politiques, à mobiliser des adeptes, à rejoindre différents publics, à se faire entendre dans la sphère publique, à influencer les politiciens, et à promouvoir l’identité francophone. Les personnes interrogées ont été invitées à comparer leur capacité à faire ces choses avec l’ère « pré-TIC » et à fournir des exemples spécifiques. Enfin, elles ont été invitées à discuter du rôle des TIC dans certains événements récents.

15Nous avons développé un échantillon représentatif d’organisations francophones en sélectionnant les cas selon la méthode de cas divers, ce qui implique la sélection des cas pour représenter une gamme de variables importantes (Seawright et Gerring 2008). Nous avons sélectionné les cas pour assurer une variation sur certaines dimensions : taille, force organisationnelle et ressources, clientèles représentées (organisations porte-parole, jeunes, etc.), objectifs, et situation urbaine ou rurale. Nous avons parlé aux représentants des organismes « porte-parole » des quatre provinces : l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA), la Société de la francophonie manitobaine (SFM), et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Les organisations retenues incluent aussi celles visant certains groupes démographiques (par exemple, Francophonie jeunesse Alberta, l’Association jeunesse fransaskoise, la Fédération des aînés franco-albertains) ou professionnels (par exemple, l’Association des juristes d’expression Française de l’Alberta), des organismes d’appui aux immigrants francophones (Accueil francophone du Manitoba, Francophonie albertaine plurielle, Réseau en immigration francophone Saskatchewan) et des association régionales (par exemple, l’Association canadienne-française de Régina, l’ACFA régionale Plamondon - Lac La Biche, ACFO Régionale Hamilton, l’Association communautaire fransaskoise de Gravelbourg).

16L’article s’appuie aussi sur l’analyse qualitative d’un petit échantillon de contenu en ligne autour des polémiques récentes qui ont touché les CFMM. Nous avons analysé le contenu des médias sociaux et des médias traditionnels entourant deux événements : les compressions des services en français par le gouvernement conservateur de Doug Ford (Ontario) en 2018, et la « Cause Caron », échouée, qui visait à établir des droits linguistiques en français en Alberta et en Saskatchewan. Nous avons utilisé le logiciel Netlytic2. Ce logiciel permet d’analyser automatiquement de grandes quantités d’interactions en ligne textuelles sur des plateformes de médias sociaux telles que Facebook et Twitter. Le logiciel nous a dévoilé certaines tendances générales sur la façon dont les organisations communiquent entre elles, avec leurs publics et avec des institutions publiques sur Twitter (par exemple, les hashtags et les mots fréquents, les « retweet », etc.). Nous avons ensuite procédé à une analyse « manuelle » en lisant et en codant le contenu. Il faut noter cependant que le nombre de publications sur les médias sociaux produites par les organisations CFMM est relativement limité. Nous avons également analysé, avec l’aide du logiciel NVivo, le contenu des médias traditionnels en anglais et en français afin de déterminer si les CFMM ont pu visibiliser leurs luttes au-delà des communautés. Nous avons effectué une recherche dans les journaux locaux en Alberta, en Saskatchewan et en Ontario (à l’aide de la base de données Canadian Newsstream) pour déterminer s’il y avait des reportages sur ces deux événements si importants pour les CFMM des provinces respectives et, dans l’affirmative, comment ces événements ont été encadrés par les médias locaux.

Les médias socionumériques et les CFMM

17Les organisations de la société civile gagnent en influence en promouvant un sentiment d’identité collective, en utilisant des ressources de façon stratégique, et en cherchant à transformer les opportunités politiques en leur faveur. Cette section examine dans quelle mesure les médias sociaux ont aidé ou entravé les efforts des organisations représentant les CFMM pour réussir ces tâches.

Identité

18Selon les cyberoptimistes, les technologies numériques devraient faciliter les efforts des associations francophones en milieu minoritaire pour promouvoir l’identité et un sentiment d’appartenance à la collectivité en leur permettant d’atteindre un public géographiquement dispersé. Notre travail démontre que les TIC fournissent aux organisations des outils précieux pour soutenir ces efforts. Toutefois, l’utilisation des médias sociaux par les organisations des CFMM reste limité. Qui plus est, dans le contexte de l’Ouest canadien, où de petites populations francophones sont entourées d’une majorité anglophone dominante, les leaders perçoivent également des menaces pour l’identité francophone.

19Presque toutes les organisations francophones utilisent les médias sociaux, mais leurs représentants ont exprimé des sentiments mitigés quant à savoir si l’impact de ces outils a été positif ou négatif. Les organisations utilisent les TIC d’abord et avant tout pour communiquer avec leurs communautés. Les médias sociaux servent d’outil pour transmettre des messages, recevoir des commentaires et pour développer une prise de conscience de ce qui se passe dans la communauté francophone. En théorie, cette interconnexion accrue pourrait créer un sentiment d’identité plus fort parmi les populations dispersées. Ce type de dialogue instantané est particulièrement important lorsque la communauté francophone locale est confrontée à des défis ou à des menaces. Toutes les organisations qui utilisent les médias sociaux ont noté un besoin particulier de s’engager auprès de leurs communautés lorsque des problèmes se posent. En se référant aux récentes compressions dans les services provinciaux en français, ce dirigeant franco-ontarien a expliqué :

20« C’est pendant des périodes de crise pour nos communautés que nous devons être en contact étroit avec elles. Les médias sociaux nous ont certainement aidé lors de cette dernière vague de coupures à savoir ce que les gens pensent, à obtenir des instructions de leur part. Mais aussi, je pense que cette communication accrue dans des moments difficiles a un effet psychologique important, elle donne aux gens le sentiment de faire partie d’une communauté. » (Entrevue n° 20, 12/19/2018).

21Les organisations représentant des minorités dispersées sur un vaste territoire peuvent également utiliser les médias sociaux pour promouvoir la visibilité dans les communautés isolées. Faisant référence au lever du drapeau franco-albertain devant l’assemblée législative provinciale pour la première fois, les francophones du nord de l’Alberta ont expliqué comment ils pouvaient suivre cet important événement symbolique en direct sur les médias sociaux. Une résidente de la communauté de Bonnyville a déclaré « par les médias sociaux, cet évènement a eu un impact important sur le sens d’identité commune, on pouvait voir que ça se passait dans plusieurs communautés en même temps à travers les réseaux. J’ai eu le sentiment d’appartenir à la francophonie albertaine. » (Entrevue n° 15, 18/01/2019).

22Les services et les activités sont la raison d’être de la plupart des organismes francophones en milieu minoritaire. Les services proposés vont des conseils sur les droits linguistiques au soutien des nouveaux immigrants. Les activités incluent des événements culturels, ainsi que des assemblées formelles pour discuter des affaires de la communauté. Ces activités sont essentielles pour promouvoir un sentiment d’appartenance à la collectivité, et les médias socionumériques aident à sensibiliser les membres de la communauté aux différentes possibilités offertes. La plupart des responsables sont convaincus : « La promotion de toutes nos activités se fait à partir des réseaux, les résultats sont là. Au niveau de la participation, on a pu inverser la tendance à la baisse grâce aux médias sociaux. » a dit un leader franco-albertain (Entrevue n° 12, 12/01/2019). Certains ont également noté que les associations ainsi que les membres de la communauté utilisent les réseaux sociaux pour véhiculer de l’information sur les professionnels francophones (médecins, avocats, etc.) ou les commerces locaux où on peut être servi en français.

23Bien que la plupart des organisations évaluent positivement l’impact des TIC sur leur capacité à promouvoir l’identité, les dirigeants ont relevé un certain nombre de menaces que posent les médias socionumériques à l’identité francophone en milieu minoritaire. La préoccupation la plus commune concerne la dominance de l’anglais sur Internet et l’impact de celle-ci sur la vitalité du français et sur l’identité francophone en milieu minoritaire. Certains voient dans les médias sociaux une menace pour la langue et l’identité plutôt qu’un outil pour promouvoir celles-ci. De nombreux dirigeants communautaires, y compris les leaders des organisations jeunesse, ont fait remarquer que les jeunes passent beaucoup de temps en ligne et qu’ils communiquent en anglais, ce qui aura une incidence sur leur capacité à écrire en français. Les jeunes communiquent en français avec leurs amis et les membres de leur famille, mais s’ils veulent participer à des discussions au-delà de ce groupe, y compris sur des questions politiques, ils doivent le faire en anglais. Certains ont aussi noté que « l’anglais est plus rapide d’écrire, l’anglais a des expressions qui résument une idée avec moins de mots, c’est surtout important avec Twitter » ou que « Il n’y a tout simplement pas autant de contenu en français. Le vocabulaire se développe à travers de ces choses-là, donc les jeunes francophones grandissent avec un vocabulaire influencé par l’anglais. » (Entrevue n° 17, 19/01/2019). Mais d’autres, comme un jeune leader franco-albertain, voient des opportunités de promotion : « On essaie de créer du contenu bilingue, pour qu’on puisse nous faire connaître auprès des anglophones, parce que c’est important que les anglophones sachent qu’on est là et puis qu’on existe. » (Entrevue n° 34, 13/04/2019).

24La perte de culture et d’identité est étroitement liée à la question linguistique. De nombreuses personnes interrogées ont exprimé la crainte que la mondialisation écrase les cultures et les spécificités des groupes minoritaires au profit d’une culture de consommation homogène et que les médias sociaux renforcent cette tendance. Elles constatent le développement d’une « identité bilingue » chez les jeunes francophones, qui s’intéressent moins aux « batailles linguistiques » qu’à la culture populaire, et voient dans les médias sociaux un outil facilitant ce processus. Cela a un impact sur la capacité des organisations à mobiliser leurs sympathisants.

25« En théorie les médias sociaux nous donnent des outils pour mobiliser les gens rapidement et à grande échelle, mais en réalité c’est plus difficile de mobiliser que par le passé car il y a un manque d’intérêt, notre identité en tant que francophone s’est diluée. Sans un fort sentiment d’identité collective, les gens ne se mobiliseront pas » a affirmé un leader fransaskois. (Entrevue n° 7, 14/12/2018).

26Une jeune franco-manitobaine a affirmé que lorsqu’il s’agit de la mobilisation : « Je ne suis pas convaincue que les médias sociaux soient la meilleure façon de promouvoir l’identité. Ce sont les expériences, le contact humain, la possibilité de faire des choses ensemble en français. C’est ça qui va nous faire bouger. » (Entrevue n° 25, 14/03/2019).

Mobilisation des ressources

27Les TIC sont devenues une ressource clé pour communiquer avec divers publics et mobiliser des sympathisants. Toutes les organisations considèrent les médias sociaux comme un moyen de communiquer plus fréquemment avec les communautés qu’ils desservent tout en réduisant les coûts de la mobilisation des ressources. Une leader du nord de l’Alberta a dit que les TIC « permettent d’économiser beaucoup d’argent, ce qui est important car nous n’en avons pas beaucoup. Avant il fallait envoyer des lettres et des dépliants à tout le monde. On n’envoie plus de lettres, on communique par courriel, par Internet. Ça ne coûte rien. » (Entrevue n° 14, 17/01/2019). Mais l’accès aux TIC ne se traduit pas toujours par une capacité à les utiliser pleinement.

28La situation unique des minorités nationales telles que les CFMM démontre la relation complexe entre les médias socionumériques et la mobilisation des ressources. Compte tenu de l’importance que ces organisations accordent à la communication, le manque de ressources et de personnes possédant les compétences professionnelles nécessaires sont des défis importants. Il est également difficile d’encourager les membres de la communauté à s’engager dans le type de dialogue actif et bidirectionnel dont dépend la mobilisation collective.

29La communication entre les organisations francophones et leurs communautés est principalement unidirectionnelle, bien que les dirigeants aient de plus en plus cherché à utiliser les médias sociaux pour engager un dialogue dans les deux sens. Les organisations de jeunesse en particulier utilisent les médias sociaux pour solliciter davantage l’engagement de leurs membres. Un membre du Conseil d’une organisation de jeunesse franco-albertaine a expliqué :

30« Engager les jeunes dans la communauté francophone a toujours été difficile en milieu minoritaire, où les jeunes ont tendance à disparaître dans la majorité anglophone. Les médias sociaux ne vont pas résoudre ce problème, mais ils nous permettent de rejoindre les jeunes et de créer un sentiment de communauté en ligne. Et ça marche, il y a vraiment de plus en plus de jeunes qui participent en ligne. » (Entrevue n° 33, 13/04/2019).

31Les organisations commencent à utiliser les médias sociaux pour solliciter les perspectives de leurs membres. Un leader franco-manitobain a affirmé que « ces technologies nous permettent de demander aux membres de la communauté ce qu’ils veulent de nous, en tant qu’organisme. Ça nous aide à déterminer nos priorités, parce qu’on a plus de ‘feedback’ de nos membres. » (Entrevue n° 28, 16/03/2019). Les dirigeants ont affirmé que pour utiliser les TIC de façon optimale, il faut non seulement un savoir-faire technique, mais également des compétences en marketing et en promotion, la capacité de développer des stratégies de communication efficaces, et la maîtrise des outils multimédias. Les organisations francophones ont peu de personnel et les personnes qui ont développé ces compétences professionnelles s’attendent à un salaire décent. Il est aussi très difficile de trouver du personnel bilingue possédant l’expertise requise en milieu minoritaire.

32Plusieurs membres des CFMM que nous avons interrogés ont souligné que les organisations francophones ne semblaient pas avoir de stratégie globale de communication politique. Ils estiment que les médias sociaux ne peuvent être efficaces que si de telles stratégies sont en place. La plupart des dirigeants reconnaissent ce problème et affirment que les médias sociaux ne sont que des outils de soutien qui exigent des stratégies bien pensées. Ils insistent également sur le fait que la technologie est un moyen de parvenir à une fin, et que cela ne peut être utile que si les aspirations des francophones sont prises au sérieux. Comme le disait un directeur fransaskois : « La technologie nous aide, mais il faut que les gens acceptent nos revendications. Sinon, technologie ou pas de technologie, nous ne sommes pas plus avancés. » (Entrevue n° 1, 13/12/2018).

Opportunités politiques

33En raison de leur faible poids démographique, les opportunités politiques disponibles aux CFMM sont limitées, même si leur statut de minorité nationale confère une certaine légitimité à laquelle elles se fient pour faire valoir leurs droits. Nous avons noté une réticence à utiliser les médias sociaux à des fins politiques. La plupart des organisations évitent de faire des vagues et craignent une réaction négative (de la part du public et des gouvernements provinciaux) si elles sont perçues comme trop exigeantes. Pour cette raison, elles préfèrent identifier des alliés au sein du gouvernement et travailler en coulisse avec ces personnes plutôt que de lancer des campagnes publiques agressives. À cela s’ajoute le fait que les organismes francophones sont financés par le gouvernement provincial, ce qui limite leur capacité de mobilisation de ressources. Comme l’a dit un activiste franco-manitobain : « Tous nos leaders sont liés à des institutions, tous ces gens dépendent du financement, il y a donc cette danse, on doit critiquer des fois, mais il faut faire attention. » (Entrevue n° 26, 14/03/2019).

34Qui plus est, nous avons noté une préoccupation récurrente dans les quatre provinces concernant la montée de la droite populiste et sa capacité à utiliser les médias socionumériques pour s’attaquer aux minorités. Les personnes interrogées ne croyaient pas que la tendance à la désinformation l’emportait sur les avantages qu’offrent les médias sociaux. Mais ils affirment qu’à travers les médias sociaux, la diffusion de messages haineux et de désinformation a pris une ampleur sans précédent au Canada et ailleurs. Ceux qui surveillent le contenu des médias sociaux ont tous convenu qu’ils avaient vu des messages anti-francophones. Nombre de personnes s’inquiètent de la manière dont les médias sociaux seraient utilisés contre les CFMM en situation de conflit politique, une préoccupation qui, selon eux, pourrait freiner davantage la volonté des gens de se mobiliser. Comme l’a exprimé un dirigeant franco-manitobain :

35« Le sentiment anti-francophone va et vient, mais il a tendance à s’afficher quand nous faisons plus de bruit pour soutenir nos revendications… Beaucoup de gens ont peur des campagnes haineuses en ligne. Je pense que cela effraie certaines personnes, ça pourrait les encourager de rester à la maison au lieu de se joindre à nous. » (Entrevue n° 28, 16/03/2019).

36Mais les organisations peuvent aussi utiliser les médias socionumériques pour se tailler une place sur les scènes locale, provinciale et nationale. Même s’ils doivent parfois faire preuve de retenue, les organisations utilisent également les médias socionumériques pour s’assurer que les politiciens et les agences publiques sont au courant de leurs positions sur les questions politiques qui touchent aux CFMM. Selon une ex-dirigeante franco-albertaine, « nous pouvons certainement utiliser ces outils pour leur faire savoir ce que nous pensons et indiquer ce que nous pourrions faire si nous estimons que nos droits ne sont pas respectés. Nous savons que les politiciens ont du personnel qui nous suit sur les médias sociaux » (Entrevue n0 14, 14/01/2019). On utilise aussi les TIC pour augmenter la visibilité des CFMM. Les leaders reconnaissent l’importance d’avoir une présence en ligne au-delà de leurs communautés. Un dirigeant fransaskois a affirmé ce que beaucoup de ses collègues expriment  : « Les pages Facebook peuvent être utilisées pour offrir plus de visibilité, ce qui peut être important pour diffuser des messages. Nous devons nous assurer que le grand public sait ce que nos mouvements font de notre propre point de vue. Sinon nous permettons aux autres de raconter notre histoire » (Entrevue n° 2, 13/12/2018).

37Les directeurs et les militants des organisations de la société civile ont unanimement estimé qu’ils n’exploitent pas le potentiel de l’Internet pour promouvoir les revendications et les objectifs des communautés francophones auprès des publics nationaux et internationaux. La plupart ont attribué cela au manque de stratégie politique globale de la part des associations, mais beaucoup ont également souligné que même lorsque leurs organisations ont accès aux médias sociaux et disposent des compétences nécessaires pour les utiliser, elles ne peuvent pas rivaliser avec des acteurs puissants lorsqu’il s’agit de concevoir des campagnes de relations publiques. Une dirigeante franco-manitobaine a insisté sur le fait que : « Les TIC créent des espaces en ligne censés être égaux. Mais comme dans le monde réel, les puissants, les entreprises, dominent également ces espaces en ligne. Ils ont plus d’argent, des équipes pour créer de belles pages Web et de grandes campagnes dans les médias sociaux. » (Entrevue n° 1, 13/12/2018). Certains dirigeants ont également souligné que les organisations francophones devront faire plus de promotion en anglais si elles veulent influencer le programme politique. Cela reste une question épineuse pour les organismes qui se consacrent à la préservation et à la promotion du français dans un contexte où l’assimilation est une réalité croissante. Mais étant donné que les CFMM ne contrôlent pas leurs propres appareils culturels à grande échelle, les médias sociaux sont le seul moyen par lequel elles peuvent communiquer avec le public.

Deux cas concrets : la Cause Caron et la « Résistance » franco-ontarienne

38Cette section porte sur l’analyse qualitative d’un échantillon de contenu en ligne autour des polémiques récentes qui ont touché les CFMM en Ontario et dans l’Ouest canadien, à l’aide des logiciels Netlytic et NVivo. Nous avons examiné deux cas récents – et relativement rares – de mobilisation politique au sein des CFMM : la Cause Caron dans l’Ouest canadien et la « Résistance » franco-ontarienne face aux compressions des services en français. En ce qui concerne la mobilisation des ressources et l’ouverture des opportunités politiques, les médias socionumériques ont eu peu ou pas d’impact sur le premier cas, mais ont joué un rôle important dans le second.

39En 2003, Gilles Caron, un citoyen d’Edmonton (Alberta) a exigé un procès en français pour contester une contravention qui lui a été émise en anglais seulement. Selon les avocats de M. Caron, le bilinguisme avait été consacré avant la création des provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan et ces provinces devraient continuer de respecter cette obligation. Les organisations porte-paroles des deux provinces, l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) et l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF), ont fourni divers types de soutien à la cause et ont participé en tant qu’intervenants à l’audience de la Cour suprême du Canada. En novembre 2015, la Cour a rejeté l’appel. Cela a été perçu comme un revers pour les francophones de ceux deux provinces.

40C’est pendant cette période que l’ACFA a commencé à bâtir une présence sur les médias sociaux. Ces efforts comprenaient une campagne de sensibilisation pour tenter d’influencer le débat public en ce qui concerne le bilinguisme. Mais les médias sociaux ont été utilisés avec parcimonie ; l’ACFA et l’ACF ont sorti moins d’une vingtaine de tweets (les hashtag les plus populaires étant #CauseCaron, #frab, et #frcan) dans les mois précédant la décision de la Cour. L’utilisation des médias sociaux était encore un phénomène nouveau pour le personnel de ces associations, qui n’avaient pas de grandes équipes de communication à consacrer aux stratégies en ligne. Mais les dirigeants ont aussi réitéré leur inquiétude au sujet des batailles publiques. Un membre de l’ACFA a affirmé que : « Aussitôt qu’on essaie de faire quelque chose en public, ça ne marche pas. Ils (les politiciens) ne voudront plus nous parler. » (Entrevue no 7, 14/12/2018).

41Un examen du contenu de Facebook et Twitter, ainsi que les sites des médias nationaux et locaux (Alberta et Saskatchewan) pour les mois précédant la décision de la Cour révèlent très peu d’activité. En 2015, il y avait moins de 100 tweets concernant l’affaire Caron. Le hashtag le plus courant, #causecaron, a été utilisé une cinquantaine de fois entre 2012 et 2018 et chaque tweet a été partagé moins de cinq fois en moyenne. Il convient de noter que moins de cinq tweets ont été envoyés en anglais, ce qui semble indiquer un impact limité au-delà du cercle relativement restreint d’activistes et de journalistes des CFMM. L’analyse thématique révèle que le contenu des tweets et des retweets était principalement descriptif (fournissant des informations sur le contexte et le procès), avec quelques messages favorables au litige. La majorité d’entre eux ont été produits par l’ACFA, l’ACF, et d’autres associations francophones, ou par des journalistes travaillant pour des médias de langue française. Les thèmes récurrents incluent l’histoire des francophones dans l’Ouest canadien, les droits linguistiques, le sentiment de « ne pas être seul » et, à la suite de la décision de la Cour, le désenchantement. Mais l’examen des thèmes et du langage utilisé révèle un ton presque détaché ; il semble que dans ce cas l’utilisation des médias socionumériques n’a pas pu attiser les passions des francophones de la région. Aucune manifestation ni autre forme d’action collective n’a été organisée sur les médias sociaux. Il n’y a aucune preuve de soutien ou d’attention de la part des politiciens provinciaux ou fédéraux sur les médias sociaux.

42L’évaluation des organisations impliquées confirme notre analyse de contenu ; les personnes qui ont travaillé pour soutenir la cause ont unanimement déclaré que les médias sociaux n’étaient d’aucune aide pour faire passer leur message. Beaucoup de personnes impliquées attribuent cela à un manque de stratégie. Une dirigeante franco-albertaine de l’époque a précisé : « Les médias sociaux, si ce n’est pas stratégique, ça peut nuire. On a perdu des opportunités, si on avait été mieux organisés en termes de présence sur le réseau… On était au début d’un processus ou les associations se donnaient des stratégies de communication politique. » (Entrevue no 13, 14/01/2019).

43Trois ans plus tard seulement, les médias sociaux ont joué un rôle central dans la campagne organisée par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) contre le gouvernement provincial. Peu de temps après son élection, le gouvernement conservateur de Doug Ford a mis fin au projet de création de l’Université de l’Ontario français, et a dissous du même souffle le Commissariat aux services en français. Ces gestes ont provoqué une réaction inattendue sur les réseaux sociaux et dans la rue. L’AFO a mis au point une stratégie polyvalente qui s’est manifesté sur les réseaux sociaux. Un examen du contenu dévoile que les hashtags les plus populaires (#NousSommesNousSerons #LaRésistance #RespectFranco #onfr) ont été utilisé des centaines de fois en novembre 2018, en français mais aussi en anglais. Les mots les plus couramment employés incluent « résistance », « combat » et divers termes indiquant que les acteurs impliqués ne reculeraient pas. Les arguments reposaient sur les droits fondés sur la présence historique des francophones en Ontario et la légitimité de ces revendications a été largement acceptée dans le contenu des médias sociaux et traditionnels. Le site Web de l’AFO et ses comptes de médias sociaux ont facilité l’organisation de divers événements, notamment des marches et des manifestations devant les bureaux des députés conservateurs, et la vente de produits tels que les drapeaux franco-ontariens. Les médias sociaux ont aussi servi à organiser une « Journée de la résistance » le 1er décembre, 2018 ; plus de 14 000 manifestants sont descendus dans les rues de l’Ontario et il y a eu aussi des manifestations à travers le Canada.

44Contrairement à la campagne menée dans l’Ouest canadien, la « Résistance » a attiré l’attention d’agences de presse hors de l’Ontario français. Rien qu’en novembre et mars 2018, plus de 900 articles ont été publiés dans les journaux québécois La Presse et le Journal de Montréal, dans les grands médias anglophones canadiens (Toronto Star, Globe and Mail, National Post, Montreal Gazette, Winnipeg Free Press), et même dans le Washington Post. L’Agence France Presse a également publié un article au sujet de la journée de mobilisation des Franco-Ontariens, qui a été repris entre autres par le quotidien français Libération. Le ton de ces articles est extrêmement critique à l’égard du gouvernement Ford, tant en anglais qu’en français. Parmi les titres les plus courants, on retrouve « Les droits linguistiques (des franco-ontariens) attaqués », « Un affront à la communauté francophone » et des offres d’appui de la part des anglophones. La plupart des messages que nous avons découverts dans la campagne de l’AFO étaient également présents dans les articles de journaux.

45Les compressions ont également été condamnées par le principal parti d’opposition en Ontario, le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui a utilisé son compte Twitter pour mobiliser ses propres partisans, ainsi que par des acteurs politiques allant du Premier ministre du Québec François Legault au chef du Parti conservateur fédéral Andrew Scheer. Il semblerait que ce dernier craignait que la publicité en ligne autour de cet enjeu lui coûte des sièges au Québec lors des prochaines élections fédérales (Walsh, 2018). Face à ces représailles, le gouvernement ontarien a déclaré que le poste de Commissaire aux services en français sera retenu et transféré au Bureau de l’Ombudsman de la province. En 2019, le gouvernement Ford est également revenu sur sa décision d'annuler la création de l'Université de l'Ontario français.

46Les personnes interrogées ont confirmé les résultats de notre analyse de contenu, insistant sur le fait que les médias sociaux ont contribué à l’ampleur et à l’impact de la campagne. Alors que les Franco-Ontariens s’étaient mobilisés dans le passé, les dirigeants ont estimé que l’utilisation des médias sociaux leur permettait de rassembler la plus grande manifestation francophone hors Québec de l’histoire canadienne. Fait tout aussi important, les médias sociaux ont permis à l’AFO et à ses alliés d’atteindre un public bien au-delà des régions francophones de l’Ontario et donc d’encourager les manifestations à travers le pays. Mais la campagne a également permis de réaffirmer l’identité franco-ontarienne et de promouvoir une identité francophone pancanadienne. Un grand nombre des jeunes interrogés partagent le point de vue d’une jeune franco-ontarienne de Toronto, ville principalement anglophone mais aussi très multiculturelle :

47« En fin de compte, les compressions ont contribué à nous rendre plus forts en renforçant notre identité. Je suis dans une ville anglophone, mais grâce aux médias sociaux, j’ai pu développer le sentiment de faire partie d’une francophonie ontarienne. Je n’avais jamais ressenti cela avant, cela m’a vraiment ouvert les yeux sur le nombre de personnes qui font partie de la francophonie en Ontario et m’a rendu fier de ma culture. » (Entrevue n° 20, 12/19/2018).

Discussion

48La recherche présentée dans cet article dresse un tableau contrasté. Elle démontre que les médias socionumériques peuvent soutenir les efforts des organisations francophones en milieu minoritaire pour mobiliser des ressources (y compris la mobilisation des sympathisants), influencer les débats politiques et promouvoir l’identité collective. Mais le rôle des TIC dans ces efforts reste limité, et ces technologies peuvent également présenter de nouveaux défis, notamment en ce qui concerne l’identité.

49Les médias socionumériques sont une composante essentielle des stratégies de mobilisation des ressources des organisations de la société civile, et les organismes représentant les CFMM ne font pas exception. D’une part, ces technologies fournissent aux organismes communautaires des outils pour communiquer entre eux et avec leurs communautés à moindre coût. Une présence sur les réseaux sociaux offre aux organisations CFMM un forum beaucoup plus vaste pour promouvoir leurs intérêts ; ces médias leur permettent de rejoindre à la fois ceux et celles qui appuient leurs objectifs, ainsi que les acteurs étatiques. Cela dit, la mobilisation via les médias sociaux dépend toujours d’un bassin suffisamment important de supporters potentiels. Pourquoi les stratèges de l’AFO ont-ils pu se servir des médias sociaux de manière efficace en Ontario alors que leurs homologues en Alberta et en Saskatchewan n’ont pas réussi à le faire ? Nous pouvons identifier un certain nombre de facteurs susceptibles de fournir des indices aux CFMM ou à d’autres minorités nationales sur l’utilisation des TIC. La démographie est probablement un facteur. Les Franco-Ontariens sont beaucoup plus nombreux que leurs homologues des autres provinces. Contrairement à l’Alberta et à la Saskatchewan, ils sont beaucoup plus concentrés dans certaines régions de la province y compris dans la région d’Ottawa, la capitale du Canada, avec toutes ses institutions et acteurs politiques. Cela facilite la mobilisation des ressources et des personnes. Alors que les médias sociaux peuvent être efficaces pour rejoindre des populations dispersées, les manifestations à grande échelle nécessitent une population suffisamment concentrée pour participer en grand nombre. Par rapport à la mobilisation des ressources, l’AFO est une plus grande organisation et compte une équipe de professionnels, y compris des spécialistes de la communication.

50En raison de leur faible poids démographique, les opportunités politiques disponibles aux CFMM sont limitées, mais les organisations qui les représentent peuvent utiliser les médias socionumériques pour diffuser des informations sur les problèmes auxquels les CFMM font face, pour faire connaître leurs positions aux politiciens et pour communiquer avec des publics qui autrement ne seraient pas au courant des enjeux politiques qui préoccupent les CFMM. Mais là aussi, l’impact des médias socionumériques est limité ; la dépendance financière des organismes francophones aux gouvernements provincial et fédéral signifie que les représentants s’autocensurent, ou sont très sélectifs quant aux enjeux pour lesquels ils sont prêts à se battre, ce qui limite le potentiel des médias sociaux pour l’engagement politique. Les deux études de cas mettent également en évidence un facteur qui dépasse les technologies. Lorsque les CFMM réussissent à se présenter comme une minorité nationale légitime dont les institutions et les droits existants sont attaqués, ils sont en mesure de générer un soutien au sein et au-delà de leurs communautés. Les médias sociaux peuvent aider à diffuser le message et à mobiliser des supporters, mais le message repose essentiellement sur des droits historiques et des acquis légitimes « sous attaque », ce qui ouvre une fenêtre d’opportunité politique. Lorsque les groupes minoritaires sont perçus comme cherchant de nouveaux ensembles de droits, par opposition au maintien des acquis, ils devront faire face à une bataille plus difficile.

51La relation entre les médias sociaux et la politique identitaire est particulièrement complexe. Selon nos recherches, deux tendances se manifestent simultanément. L’apport le plus important des nouveaux médias pour les communautés francophones est peut-être leur capacité à créer une « proximité socialisante virtuelle » chez les populations minoritaires dispersées. C’est particulièrement important pour les CFMM, étant donné la géographie unique du Canada. Chacune des quatre provinces étudiées dans cet article est plus grande que la plupart des États-nations, et les populations francophones sont réparties sur leurs territoires respectifs. Les communautés franco-albertaines ou fransaskoises, par exemple, sont très éloignées les unes des autres. En Ontario, les populations francophones de la région d’Ottawa et du nord de la province sont distantes de plusieurs heures de route. Si le développement d’une identité collective nécessite une proximité socialisante, cela ne peut se faire que par des espaces virtuels dans le cas des CFMM. Cette interconnexion accrue pourrait encourager une prise de conscience identitaire et un sentiment d’appartenir à la francophonie canadienne chez ceux et celles qui ont eu peu de contacts avec d’autres communautés francophones. Les organisations représentant les CFMM peuvent utiliser ces outils de manière stratégique pour fomenter un sentiment d’identité collective en augmentant la visibilité des communautés francophones, en promouvant les symboles et les événements culturels et en favorisant la communication entre les communautés qui, autrement, auraient peu d’occasions d’interagir.

52Nos recherches démontrent que de tels efforts peuvent être efficaces, même s’il est clair que les organisations francophones n’utilisent pas les médias sociaux à leur plein potentiel. Les organisations des CFMM doivent travailler ensemble pour élaborer un plan stratégique à long terme d’utilisation des médias sociaux pour promouvoir l’identité et les cultures francophones aux niveaux provincial et national. Mais nous avons vu que même en l’absence d’un tel plan, ces outils peuvent être utilisés efficacement en temps de crise. Lorsque les CFMM sont confrontées à des menaces à leurs droits en tant que minorité nationale, leurs membres se tournent vers les médias sociaux pour partager des idées et pour tisser des liens de solidarité avec des individus partageant le même sentiment d’appartenance.

53Cependant, les identités minoritaires seront constamment confrontées à la concurrence d’autres identités dominantes sur les réseaux sociaux. Cela est d’autant plus vrai dans le cas des CFMM qui, contrairement aux Québécois, ne disposent pas d’une structure médiatique « nationale ». Cela signifie que les associations et les organismes communautaires sont les seules sources de contenu en ligne et portent donc le fardeau de promouvoir l’identité collective des CFMM. Bien que le poids relatif de l’anglais ait diminué par rapport à d’autres langues au cours de la dernière décennie, la langue de Shakespeare continue à dominer sur les plateformes socionumériques, et cela est particulièrement vrai dans le contexte nord-américain. Mais nous avons vu que les médias sociaux sont également utilisés par les individus pour « s’afficher » en tant que francophone en milieu minoritaire. Les TIC peuvent alors être à la fois un canal de transmission d’une identité nord-américaine homogénéisante et un espace d’affirmation d’identités minoritaires. Les organisations représentant les CFMM, ainsi que les francophones et francophiles déterminés à préserver l’identité, devront trouver des moyens dynamiques d’utiliser les médias socionumériques pour assurer que cette dernière tendance l’emporte sur la première. La tâche ne sera pas facile, mais nous avons vu (dans le cas de la « Résistance » franco-ontarienne, par exemple) que cela peut se faire s’il y a une stratégie en place.

54Les cyberoptimistes ont raison de dire que les TIC fournissent aux minorités des outils pour communiquer et promouvoir leurs intérêts. La présence sur les médias sociaux peut permettre aux acteurs de raconter leur histoire sans intermédiaire, de promouvoir leurs activités et de participer à des conversations au-delà de leurs communautés. Au XXIe siècle, les organisations représentant les minorités nationales doivent avoir une présence en ligne ou risquer de se voir exclues des conversations importantes. Cependant, il subsiste un déséquilibre entre ceux qui ont—et qui n’ont pas—, le pouvoir, les compétences et les ressources nécessaires pour développer des campagnes en ligne. Les communautés minoritaires et les petites organisations sociales devront rivaliser avec des acteurs dominants et bien financés pour occuper l’espace politique et culturel « virtuel ». Les médias socionumériques devront faire partie de leur répertoire de mobilisation des ressources. Mais l’utilisation efficace de ces outils pour exercer une influence politique et pour construire une identité collective dynamique et durable au sein de leurs communautés nécessitera une stratégie collaborative à long terme qui saura tirer parti du pouvoir des TIC tout en cherchant à réduire les menaces qu’elles peuvent représenter.

55Cette recherche a été financée par le Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) du Canada.

Haut de page

Bibliographie

Bennett, W.L. et Segerberg, A. (2013). The Logic of Connective Action : Digital Media and the Personalization of Contentious Politics. Cambridge : Cambridge University Press

Biekart, K. et Fowler, A. (2013). « Transforming activisms 2010+ : Exploring ways and waves », Development and Change, 44, pp. 527–546

Cardinal, L. et González Hidalgo, E. (2012). « L’autonomie des minorités francophones hors Québec au regard du débat sur les minorités nationales et les minorités ethniques », Minorités linguistiques et société, 1, pp. 51–65.

Carlson, B., Wilson, A., et Sciascia, A. (2017). Reterritorialising social media : Indigenous people rise up. Australasian Journal of Information Systems, 21, 1-4.

Castells, M. (2012) Networks of Outrage and Hope. Social Movements in the Internet Age. Cambridge, MA, Polity Press.

Castells, M. (2009). Communication Power. Oxford/New York, Oxford University Press.

Dubois, J. (2014). Le projet politique fransaskois : cent ans d’existence. Canadian Ethnic Studies, 46(2), 99-112.

Foucher, P. (2010). « Nations francophones et Constitution canadienne », Francophonies d’Amérique, 30, pp. 89-108.

Forgues, E. (2010). « La gouvernance des communautés francophones en situation minoritaire et le partenariat avec l’État », Politique et sociétés, 29(1), pp. 71-90.

Flores-Yeffal, N., Vidales, G., et Martinez, G. (2019). « #WakeUpAmerica, #IllegalsAreCriminals : the role of the cyber public sphere in the perpetuation of the Latino cyber-moral panic in the US », Information, Communication et Society, 22, pp. 402-419.

Ginsburg, F. (2008). Rethinking the Digital Age, In Wilson, P., Stewart, M. (eds.) Global Indigenous Media. Atlanta : Duke University Press.

Gruzd, A., Jacobson, J., Mai, P., et Dubois, E. (2017). The state of social media in Canada 2017. Toronto : Ryerson University Social Media Lab, https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm ?abstract_id=3158771

Hagopian, F. (2007). « Latin American Citizenship and Democratic Theory », In Tulchin, J. and M. Ruthenburg (eds.) Citizenship in Latin America. Boulder, CO : Lynne Rienner.

Kymlicka, W. (2001). La citoyenneté multiculturelle : une théorie libérale du droit des minorités. Montréal, Boréal.

Landry, R. (2009). « Autonomie culturelle et vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire », Revue de la common law en français, 11, pp. 19-45.

Landry, R., Forgues, E., et Traisnel, C. (2010). « Autonomie culturelle, gouvernance et communautés francophones en situation minoritaire au Canada », Politique et sociétés, 29(1), pp. 91-114.

Landry, R, K. Deveau, et R. Alard (2006). « Langue publique et langue privée en milieu ethnolinguistique minoritaire : les relations avec le développement psycholangagier », Francophonies d’Amérique, 22, pp. 167-184

Linabary, J., et Corple, D. (2018). « Privacy for whom ? A feminist intervention in online research practice », Information, Communication et Society, DOI : 10.1080/1369118X.2018.1438492

Magord, A. (2014). « Minorités historiques, autonomie et néo-libéralisme au Canada », Cahiers du MIMMOC, 11.

McCarthy, J. D., et Zald, M. N. (2001). The Enduring Vitality of the Resource Mobilization Theory of Social Movements in Turner, J. (ed.), Handbook of Sociological Theory, Springer.

McCarthy, J. D., et Zald, M. N. (1977). Resource mobilization and social movements : A partial theory ». American Journal of Sociology, 82(6), 1212-1241.

McChesney, R. (1999). Rich Media, Poor Democracy : Communication Politics in Dubious Times. Urbana : University of Illinois Press.

McQuail, D. (2000). McQuail’s Mass Communication Theory. London ; Newbury Park, Calif. : Sage Publications.

Melucci, A. (1989). Nomad of the Present. Philadelphia : Temple University Press.

Murschetz, P. (2018). « Political Engagement of Individuals in the Digital Age ». Dans Wilkins, K. Handbook of Communication for Development and Social Change, Wiley Blackwell, pp. 1-14.

Norris, P. (2001). Digital Divide ? Civic Engagement, Information Poverty and the Internet Worldwide. Cambridge : Cambridge University Press.

Norris, P. et Inglehart, R. (2013). « Digital Divide », dans Towse, R. Handbook on the Digital Creative Economy. Cheltenham, UK : Edward Elgar.

Poirier, J. (2012). « Autonomie politique et minorités francophones du Canada : réflexions sur un angle mort de la typologie classique de Will Kymlicka », Minorités linguistiques et société, (1), pp. 66–89.

Polletta, F., et Jasper, J. M. (2001). Collective identity and social movements. Annual review of Sociology, 27(1), 283-305.

Raynauld, V., Lalancette, M., et Tourigny-Kone, S. (2016). « Political protest 2.0 : Social media and the 2012 student strike in the province of Quebec, Canada », French Politics, 14(1), pp. 1–29.

Raynauld, V., Richez, E., et Boudreau Morris, K. (2018). Canada is# IdleNoMore : Exploring dynamics of Indigenous political and civic protest in the Twitterverse. Information, Communication et Society, 21(4), pp. 626-642.

Salazar J. (2011). « Indigenous media in Latin America », in JDH Downing (ed.), Encyclopedia of social movement media. Thousand Oaks : Sage, pp. 253-57.

Seawright, J. et Gerring, J. (2008). « Case Selection Techniques in Case Study Research », Political Research Quarterly, 61, pp. 294-308.

Snow, D., Soule, S ? et Kriesi, H. (2007). « Mapping the terrain », In Snow, Soule et Kriesi, The Blackwell Companion to Social Movements, Oxford : Blackwell, pp. 3-16.

Snow, D. A., et McAdam, D. (2000). Identity work processes in the context of social movements : Clarifying the identity/movement nexus. In Stryker, S. T. Owens, and R. White (Eds)., Self, identity, and social movements, University of Minnesota Press : 41-67.

Soriano, C. R. (2012). The arts of indigenous online dissent: Negotiating technology, indigeneity, and activism in the Cordillera. Telematics and Informatics, 29(1), 33-44.

Tarrow, S. 2005. New transnational activism. New York : Cambridge University Press.

Tarrow, S. Power in movement  : social movements, collective action and politics. Cambridge ; New York : Cambridge University Press.

Tilly, C. (1978). From Mobilization to Revolution. Don Mills, ON : Addison-Wesley Pub. Co.

Touraine, A. (1978). La voix et le regard. Paris : Les Éditions du Seuil.

Valenzuela, S., Arriagada, A., et Scherman, A. (2014). Facebook, Twitter, and youth engagement: A quasi-experimental study of social media use and protest behavior using propensity score matching. International Journal of Communication, 8, 25.

Van Aelst, P., et Walgrave, S. (2001). « Who is that (wo)man in the street? From the normalisation of protest to the normalisation of the protester », European Journal of Political Research, 39(4), pp. 461-486.

Van Laer, J., et Van Aelst, P. (2010). Internet and social movement action repertoires : Opportunities and limitations. Information, Communication et Society, 13(8), 1146–1171.

Walsh, M. (2018). « Scheer expresses concern to Ford, Mulroney over Franco-Ontarian cuts », iPolitics, Nov. 18, https://ipolitics.ca/2018/11/18/scheer-expresses-concern-to-ford-mulroney-over-franco-ontarian-cuts/

Zald, M.N. (1996). « Culture, ideology, and strategic framing », dans McAdam, D,

McCarthy, J.D. et Zald, M.N. Comparative perspectives on social movements : political opportunities, mobilizing structures, and cultural framings. New York : Cambridge University Press.

Zald, M.N. et McCarthy, J.D. (1987). « Resource Mobilization and Social Movements: A Partial Theory » dans M.N. et McCarthy, J.D. Social movements in an organizational society. New Brunswick, N.J: Publisher Transaction Books.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Lupien, « Les médias socionumériques et la participation des minorités francophones canadiennes à la vie politique »Terminal [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6064

Haut de page

Auteur

Pascal Lupien

Professeur adjoint, Campus St-Jean, Université de l’Alberta

8406, rue Marie-Anne Gaboury (91st Street), Edmonton, Alberta T6C 4G9

t: (780) 465-8623 www.csj.ualberta.ca

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals