Navigation – Plan du site
Les groupes minoritaires et/ou marginalisés à l’ère numérique

Militantisme, justice sociale et inégalités numériques : étude de groupes de lutte contre la pauvreté au Québec

Activism, Social Justice and Digital Inequalities: The Case of Quebec Anti-Poverty Groups
Normand Landry, Anne-Marie Gagné, Sylvain Rocheleau, Christiane Caneva, Pascale Caidor et Mathieu Bégin

Résumés

Cet article présente des résultats de recherche portant sur les pratiques de communication de 19 groupes de lutte contre la pauvreté au Québec. À cet égard, il s’intéresse aux difficultés rencontrées dans ces pratiques, à leurs objectifs, aux usages des médias numériques utilisés par les groupes, ainsi qu’aux besoins qu’ils expriment en matière de communication publique. L’analyse des données fait émerger les facteurs organisationnels et communicationnels qui permettent d’expliquer l’usage ou le non-usage des médias numériques chez ces groupes. Les résultats montrent que les pratiques de communication numérique sont contingentes des ressources et des compétences numériques dont disposent les organisations et leurs publics. Ils mettent également en lumière un phénomène de stratification numérique de la mobilisation sociale par laquelle certaines formes organisationnelles, certains répertoires d’actions collectives et certaines stratégies de communication publique se voient refusés aux groupes qui ne disposent pas des ressources et des capacités requises pour en tirer profit.

Haut de page

Texte intégral

Inégalités numériques et militantisme pour la justice sociale

1Les expressions « fracture numérique » ou «  inégalités numériques  » désignent toutes deux le phénomène par lequel des groupes sociaux se trouvent défavorisés, et par le fait même d’être marginalisés par rapport à d’autres sur le plan des ressources et des compétences nécessaires à l’usage des médias numériques considérés aujourd’hui nécessaires à leur intégration sociale (Ragnedda, 2017). Partant du constat que les inégalités numériques renforcent les inégalités préexistantes de genre, d’origine ethnoculturelle, de classe socioéconomique, d’accès aux soins de santé, de participation électorale, d’employabilité et de capital social (Robinson et al., 2018), la recherche présentée ici vise à observer qu’il en va de même dans le contexte spécifique du militantisme pour la justice sociale. À la suite d’autres chercheurs (Granjon et al., 2009, DiMaggio et al., 2004), nous souhaitons montrer si, et le cas échéant, de quelles manières, le déploiement de médias numériques peut à la fois participer à l’émancipation des individus et à la reproduction de clivages sociaux au sein même des secteurs progressistes de militance.

2La recherche présentée vise à identifier, dans le discours descriptif et autojustificatif de groupes de lutte contre la pauvreté, les facteurs organisationnels et communicationnels qui influencent l’usage ou le non-usage de médias numériques dans le cadre d’activités s’inscrivant dans le registre de la justice sociale. Quatre aspects fondamentaux du militantisme médiatisé sont étudiés : 1) les objectifs de communication publique des groupes militants  ; 2) les moyens qu’ils emploient pour atteindre ces objectifs, notamment en matière de médias numériques  ; 3) les difficultés caractérisant leurs actions de communication publique  ; 4) les causes structurelles de ces difficultés (Proulx et al., 2007).

  • 1 La sélection des 19 groupes a été effectuée en collaboration avec le partenaire de cette étude, le (...)

3Les résultats de la recherche se fondent sur l’analyse qualitative de 19 groupes de discussion menés dans le cadre d’une recherche partenariale réalisée en collaboration avec des organismes actifs dans le secteur de la lutte contre la pauvreté et/ou de la promotion de la justice sociale au Québec1. En lien avec la thématique de ce numéro, cet article met en lumière les contraintes communicationnelles perçues par des organismes qui offrent des services à des groupes marginalisés, prestataires de l’aide sociale et en situation de pauvreté. Les résultats présentés permettent d’interroger l’usage des médias numériques comme mode de mobilisation sociale, en lien avec des capacités différenciées chez les acteurs sociaux à accéder et à mobiliser des ressources numériques dans le cadre de leurs activités (Schradie, 2018).

Fractures numériques chez les groupes de lutte contre la pauvreté

4Les pratiques communicationnelles sont au cœur des processus de mobilisation sociale. Un important corps de littérature étudie les pratiques par lesquelles des acteurs sociaux s’approprient des dispositifs technologiques à des fins de résistance et de changement social (Hands, 2011, Postill, 2018, Milan, 2013, Tufekci, 2017). Dans le cadre de travaux antérieurs (Landry, 2012), nous avons catégorisé ces appropriations selon trois activités essentielles : signifier, communiquer et contraindre.

5Les activités de significations renvoient aux cadrages de la réalité sociale effectués par des individus, des organismes et des regroupements qui problématisent et dénaturalisent une situation donnée, en définissent les caractéristiques et les dimensions, distribuent les fautes et les responsabilités, tout en proposant des alternatives et des réponses. La littérature sur les mouvements sociaux qualifie ces activités de « cadres d’actions collectives » (Benford and Snow, 2000). Ces cadres appellent à la mobilisation populaire et se heurtent à des discours concurrents, antagonistes, portés par des intérêts et des visions du monde opposés (Hannigan, 2006). En matière de lutte contre la pauvreté, des cadres concurrents s’opposent au concept même de pauvreté, de ses causes et de ses effets, des responsabilités vis-à-vis de cette dernière (essentiellement en termes de responsabilité individuelle ou collective) et, conséquemment, des mesures et des politiques qui se présentent comme des réponses légitimes contre la pauvreté (Gamson, 2004). Ces cadres se rencontrent et se confrontent au sein des environnements médiatiques et numériques.

6Les activités de communication renvoient aux processus par lesquels des individus et des regroupements mobilisés transmettent ces cadres et rejoignent leurs publics. Ces processus comportent des activités prenant place dans l’espace public physique : manifestations, fêtes, grèves d’occupation (sit-in), carnavals, soirées de débats sont autant de manières de communiquer des messages par l’occupation des espaces. Ces processus sont désormais largement médiatisés, passant par l’occupation des espaces médiatiques et numériques, la diffusion des cadres d’actions collectives au sein de réseaux, et l’emploi de stratégies afin de rejoindre des publics identifiés, fréquemment dispersés, en fonction de leurs intérêts, valeurs et préférences politiques (Meikle, 2018).

7Les activités de contrainte regroupent les méthodes employées afin de presser des interlocuteurs à se plier à des demandes auxquelles ils se montrent indifférents ou hostiles (Tarrow, 2011). Les grèves générales, l’occupation d’infrastructures névralgiques ou de voies publiques, l’insurrection populaire, la désobéissance civile en constituent des piliers largement documentés. Nombre de groupes de lutte contre la pauvreté rencontrés ont fait état d’une longue tradition de manifestations publiques : ils s’interrogent désormais sur son efficacité.

8Les activités de signification, de communication et de contrainte se regroupent dans ce que la littérature qualifie de « répertoires d’actions collectives » (repertoires of contention) (Tilly, 2007). Ces répertoires regroupent l’éventail des moyens dont disposent des acteurs sociaux à un moment et à un lieu donné, afin d’investir le social et le politique et y réaliser des gains. Charles Tilly (1995) définit la notion comme étant :

“a limited set of routines that are learned, shared, and acted out through a relatively deliberate process of choice. Repertoires are learned cultural creations, but they do not descend from abstract philosophy or take shape as a result of political propaganda; they emerge from struggle. People learn to break windows in protest, attack pilloried prisoners, tear down dishonored houses, stage public marches, petition, hold formal meetings, organize special-interest associations. At any particular point in history, however, they learn only a rather small number of alternative ways to act collectively” (p. 42).

9Ces répertoires évoluent avec le temps. Dans ce contexte, le développement accéléré des technologies médiatiques – électroniques d’abord, numériques ensuite –, leur diffusion à grande échelle, et le caractère central qu’elles y occupent désormais au sein des sociétés, ont favorisé le développement de nouveaux répertoires d’actions collectives et une reconfiguration des répertoires existants (Milan, 2013). Dès le tournant du siècle, certains auteurs (Costanza-Chock, 2003, cité dans Landry, 2012) traitaient de «  répertoires électroniques d’actions collectives  », classés comme conventionnels (jugés amplifier ou étendre des répertoires de communication préexistants), perturbateurs (qui requièrent l’usage de technologies médiatiques afin d’irriter, d’humilier ou de nuire à des adversaires), ou violents (qui mobilisent ou s’approprient des dispositifs technologiques afin de blesser ou de tuer des êtres humains). Un sous-champ entier de recherche se consacre depuis à l’étude du militantisme médiatique (Meikle, 2018). Ces « répertoires médiatiques d’actions collectives » se constituent autour d’usages et de pratiques engagés des technologies que nous avons recensés et classés dans des travaux antérieurs (Landry et al., 2015). La littérature sur les mouvements sociaux qui se consacre à l’étude de ces répertoires demeure toutefois largement silencieuse sur les incapacités de certains acteurs sociaux à les mobiliser et à en tirer profit. Elle fait ainsi l’économie d’une discussion sur la reproduction d’inégalités sociales et communicationnelles dans le secteur de la militance, évacuant en cela les contributions d’un secteur dynamique de recherche.

10Les termes « fracture numérique » (Beauchamps, 2009), «  fossé numérique  » (Brotcorne and Valenduc, 2009) et «  inégalités numériques  » (Granjon et al., 2009, Granjon, 2011 ; Norris, 2012) sont utilisés dans la littérature afin d’évoquer les écarts en termes d’accès, de compétences et d’usages en lien avec des médias numériques. Les phénomènes dont rendent compte ces concepts relèvent d’inégalités sociales, politiques, économiques, géographiques et culturelles préexistantes à la diffusion massive de médias numériques au sein des sociétés (Bunyan and Collins, 2013 ; Brotcorne et al., 2010 ; Norris, 2012).

11À ce jour, des recherches ont déjà mis en exergue des phénomènes marqués par des non-usages, des usages peu diversifiés et des usages peu propices à une amélioration des conditions d’existence chez les groupes socio-économiquement défavorisés (Serrano-Cinca et al., 2018 ; Granjon et al., 2009). Plus précisément, elles ont montré un phénomène de distribution asymétrique des usages orientés vers une capacité d’action dans et sur les environnements professionnels et personnels. De fait, les bénéfices de l’innovation technologique profiteraient d’abord et surtout aux groupes socialement, culturellement et économiquement avantagés, accroissant ainsi les écarts sociaux (DiMaggio et al., 2004 ; Zillien and Hargittai, 2009).

12L’étude dont rend compte cet article postule que ce phénomène peut se reproduire au sein même des secteurs de militantisme pour la justice sociale. Alors qu’un imposant corps de littérature se consacre à l’analyse des appropriations dites « alternatives », « militantes » ou «  subversives  » des médias numériques réalisés par des groupes et organismes (voir Landry et al., 2015), la recherche universitaire s’intéresse peu aux inégalités d’accès et d’usage qui s’inscrivent entre groupes mobilisés. En conséquence, cet article rend compte des difficultés d’usage et d’accès aux médias numériques auxquels sont confrontés des groupes québécois de lutte contre la pauvreté. Il s’interroge sur la capacité des groupes de lutte contre la pauvreté à investir l’espace médiatique et numérique, ainsi qu’à diffuser leurs messages et les cadres par lesquels ils distribuent les devoirs et les responsabilités associés aux notions de pauvreté et d’assistance sociale.

Méthodologie

13L’objectif général de notre recherche est d’identifier les pratiques déclarées de communication de groupes de lutte contre la pauvreté, les difficultés rencontrées dans ces pratiques, les objectifs qui leur sont associés, les usages des médias numériques utilisés par les groupes, ainsi que leurs besoins en matière de communication publique. L’analyse des données fait émerger les facteurs organisationnels et communicationnels permettant d’expliquer l’usage ou le non-usage des médias numériques chez ces groupes.

Contexte de la recherche partenariale et collecte des données

  • 2 Les régions sont les suivantes : Capitale-Nationale, Montréal, Estrie, Outaouais, Lanaudière, Monté (...)

14Entre mai 2018 et mai 2019, notre équipe de recherche a rencontré les acteurs de 19 organismes communautaires et à but non lucratif répartis dans sept régions administratives du Québec2. Ces organismes disposent de mandats, de services, de structures et de moyens financiers variés. Ils ont toutefois comme caractéristiques communes :

    • 3 Ces services regroupent notamment l’aide alimentaire, l’alphabétisation, le soutien psychologique, (...)

    D’offrir des services d’aide et de soutien3 à des personnes en situation de pauvreté  ;

  1. De compter parmi les bénéficiaires de leurs services des personnes en situation d’assistance sociale ;

  2. De mettre en place ou de soutenir des initiatives et des actions qui ont pour objectif de lutter contre les discriminations, les préjugés et les stéréotypes qui ciblent les groupes qu’ils desservent ;

  3. De communiquer publiquement leurs activités, leurs mandats et leurs valeurs.

15La majorité de ces groupes – 12 sur les 19 rencontrés – entretient plus spécifiquement des programmes politiques par lesquels ils interpellent différents acteurs – élus, fonctionnaires, journalistes, grand public, etc. – sur des enjeux de pauvreté, cherchant ainsi à agir sur des facteurs structurels et institutionnels. En conséquence, nous entendons par « groupes de lutte contre la pauvreté » les organismes dont les activités principales consistent en la prestation de services d’aide aux personnes en situation de pauvreté, de sensibilisation du public ou de leurs membres aux situations vécues par les personnes en situation de pauvreté et qui, le cas échéant, participent à des campagnes sociales ou politiques sur des thèmes associés à la pauvreté. Ces organismes déploient leurs activités dans un contexte d’intolérance collective affirmée vis-à-vis des groupes marginalisés sur la base de leur condition sociale (Noreau et al., 2015).

  • 4 À deux reprises, les rencontres ont été effectuées dans les locaux d’un organisme qui ne participai (...)
  • 5 La liste des organismes membres du Collectif pour un Québec sans pauvreté est disponible ici : http (...)

16La collecte des données s’est principalement effectuée dans les locaux de chaque organisme rencontré4. L’identification et la sélection des organismes ont été effectuées en partenariat avec l’organisme Collectif pour un Québec sans pauvreté. Ce dernier a également créé les contacts avec les groupes rencontrés et assuré la planification logistique des rencontres. Le Collectif regroupe près d’une quarantaine d’organismes québécois autour de la question de la pauvreté5. Il dispose d’une connaissance pointue des réalités de terrain et des enjeux de politiques publiques sur les thèmes qu’il aborde.

  • 6 Les représentants rencontrés sont responsables des communications publiques de leurs organismes res (...)
  • 7 Notons que par « médias socionumériques » nous entendons ici l’ensemble des technologies permettant (...)

17Un protocole d’entrevue a été conçu et révisé au préalable en collaboration avec l’organisme partenaire. Le protocole prévoyait la rencontre avec un représentant6 d’un organisme sélectionné, une entrevue de 90 minutes et un questionnaire à remplir en fin de rencontre. L’entrevue a été établie sur un mode semi-dirigé, afin de permettre simultanément d’aborder des thématiques en lien avec les questions et les objectifs de recherche, et d’éviter de contraindre de manière étroite les discussions. Quatre thèmes ont structuré les douze questions posées dans ce cadre : 1) les objectifs de communication publique des groupes militants ; 2) les moyens qu’ils emploient pour atteindre ces objectifs, notamment en matière de médias numériques ; 3) les difficultés caractérisant leurs actions de communication publique ; 4) les facteurs structurels permettant d’expliquer ces difficultés. Ainsi, plutôt que de se limiter à l’identification des pratiques de communication publique des groupes (et du rôle qu’y occupent les médias numériques), les entrevues ont fait émerger les facteurs qui circonscrivent, limitent ou proscrivent ces pratiques. Les questionnaires distribués ont, quant à eux, porté sur le contexte organisationnel de l’organisme (financement, ressources humaines, mission) et les usages des médias socionumériques7. À ce dernier égard, les questionnaires avaient pour mandat d’enrichir et d’approfondir les données obtenues par les entrevues quant aux usages des modes de communication numériques employés par les organismes, les objectifs derrière ces usages, et les difficultés associées à leur utilisation.

Analyse des données tirées des entrevues

18Notre recherche s’inscrit dans la tradition de la recherche compréhensive (Watier, 2002). Elle vise précisément à identifier et à analyser les discours descriptifs et autojustificatifs de groupes investis dans des activités de promotion de la justice sociale. En d’autres mots, elle présente et détaille un phénomène social à travers le point de vue subjectif d’acteurs sociaux (Ossipow, 2002). Elle ne permet donc pas de convenir de faits objectifs et vérifiables, mais de saisir les logiques, les schémas de compréhension et les représentations des acteurs.

19Sur le plan de l’analyse de données, la recherche a suivi une logique inductive. Elle est caractérisée par un processus de découverte et d’ajustement continuel des outils, des méthodes et des analyses (Benelli, 2011, Blais et Martineau, 2006). Un processus itératif de codage informatisé et de classification des énoncés a été conduit par l’équipe de recherche à l’aide du logiciel d’analyse qualitative NVivo. Les cinq phases du processus d’analyse présenté par Thomas (2006) ont été suivies et respectées : 1) la lecture initiale du texte regroupant les données  ; 2) l’identification des segments pertinents aux objectifs de recherche  ; 3) la création de catégories regroupant les segments de textes  ; 4) un processus de réduction des redondances et des chevauchements entre les catégories  ; 5) la création d’un modèle qui incorpore, hiérarchise et structure les catégories. Ces activités ont intégré un processus de covalidation constante des activités de codage et de catégorisation effectuées par les membres de l’équipe.

20Au terme du processus, la classification et le codage des données des entrevues ont permis de faire ressortir 11 catégories signifiantes qui structurent et orientent la présentation des résultats. À l’intérieur de ces catégories ont ensuite été produites des catégories dites «  émergentes  », qui fournissent des explications spécifiques sur le pourquoi des usages et des non-usages des médias numériques selon le point de vue des acteurs (Anadón, 2006).

21Ces 11 catégories sont réparties à l’intérieur de deux arborescences complémentaires. La première, que nous appelons Dimension organisationnelle, regroupe les catégories de discours tenus sur les réalités, les objectifs, les contraintes et les facteurs organisationnels qui encadrent les processus et les activités de communication publique des organismes rencontrés. À cet égard, elle contextualise la seconde arborescence, intitulée Dimension communicationnelle. Celle-ci présente les stratégies, les moyens, les difficultés et les besoins des organismes en matière de communication. La dimension organisationnelle structure et encadre les processus et les dynamiques de communication des organismes rencontrés. Nous verrons que ces processus sont contingents des revendications portées par les organismes, des difficultés rencontrées – notamment à l’égard des ressources, à la gestion interne et aux environnements externes – ainsi qu’aux facteurs de mobilisations et des stratégies organisationnelles.

22Le processus de codage et de classification a également fait émerger des catégories en matière de communication publique. Celles-ci concernent les stratégies et les objectifs de communication, les moyens adoptés pour communiquer, les publics des organisations ainsi que les difficultés et les besoins des organismes en la matière. Nous présentons les deux premiers niveaux de ces arborescences dans les figures insérées ci-dessous.

Figure 1. Carte conceptuelle des sous-catégories de la catégorie Dimension organisationnelle

Figure 1. Carte conceptuelle des sous-catégories de la catégorie Dimension organisationnelle

Figure 2. Carte conceptuelle des sous-catégories de la catégorie Dimension communicationnelle

Figure 2. Carte conceptuelle des sous-catégories de la catégorie Dimension communicationnelle

23Les deux cartes conceptuelles ci-dessus présentent les deux grandes catégories résultant des travaux de codage et de classification. Des catégories de niveaux inférieurs précisent les dimensions intégrées à ces grandes dimensions. Ainsi, sous l’arborescence Dimension communicationnelle, nous retrouvons la catégorie Moyens de communication, qui regroupe elle-même quatre sous-catégories qui se divisent en des éléments spécifiques (voir l’image 3).

Figure 3. Carte conceptuelle de la catégorie Moyens de communication

Figure 3. Carte conceptuelle de la catégorie Moyens de communication
  • 8 Cette conclusion est tirée de l’analyse de deux catégories de données : le nombre d’organismes mobi (...)

24L’analyse des données montre simultanément le répertoire de moyens pris pour communiquer et la préséance de certains moyens à l’intérieur de chaque catégorie. Ainsi, les cases orangées témoignent de moyens largement dominants  ; les moyens présentés en fond vert sont résiduels8. Nous constatons que les moyens de communication usuels adoptés par les organismes sont conventionnels, limités dans leur diversité et qu’ils reposent essentiellement sur des activités et événements et des rapports établis avec des acteurs des médias électroniques ou imprimés. En d’autres mots, les organismes rencontrés ne mobilisent que très peu les «  répertoires  » d’actions et de stratégies médiatiques couramment employés dans le secteur de la militance sociale. Nous y reviendrons lors de l’analyse et de la discussion.

25Finalement, l’analyse des énoncés intégrés à chacune des catégories de dernier niveau permet de spécifier et de caractériser les catégories, tout en organisant des typologies de discours portés sur chacune des catégories. Ainsi, dans Moyens de communication, nous retrouvons la catégorie Médias numériques, dans lequel s’insère une variété de moyens de communication. Parmi ceux-ci, la catégorie Compte Facebook regroupe des discours qui se classent notamment selon les usages qui sont faits de cette plateforme, les publics qu’elle permet de rejoindre, et l’importance des communications qui s’y déroulent. L’analyse des énoncés joue conséquemment un rôle central dans la compréhension des usages qui sont faits des différents moyens de communication mobilisés.

Analyse des données tirées des questionnaires

26Rappelons que les questionnaires avaient pour fonction de jouer un rôle complémentaire aux données obtenues par le biais des entrevues et de préciser à la fois les variables organisationnelles des groupes rencontrés et leurs usages des médias numériques. Les données ainsi obtenues ont été traitées et analysées de manière analogue aux entrevues. Quatre catégories de premier niveau ont été créées dans un tableur : Objectifs, Usages, Difficultés organisationnelles et Difficultés des membres. La catégorie Objectifs regroupe les buts généraux, les visées des usages des médias socionumériques. La catégorie Usages fait appel aux besoins opérationnels, aux fonctions, auxquels répondent les médias socionumériques. Les catégories Difficultés organisationnelles et Difficultés des membres évoquent, respectivement, les difficultés que les représentants des organismes affirment rencontrer dans leurs usages des médias socionumériques et les difficultés qu’ils perçoivent être rencontrées par les individus qui bénéficient des services de leur organisation. Les énoncés ont été classés dans des sous-catégories qui favorisent leur regroupement. L’illustration 4 le présente.

Figure 4. Carte conceptuelle de la catégorie Médias socionumériques

Figure 4. Carte conceptuelle de la catégorie Médias socionumériques

Résultats

27L’analyse des données permet de tirer des constats généraux, associés aux mandats des organismes, à leurs valeurs, aux réalités et aux difficultés rencontrées, et des constats spécifiques sur leurs pratiques communicationnelles, en lien étroit avec le contexte qui est le leur. Cette analyse a été conduite suivant une approche inductive ayant fait émerger les thèmes et les catégories les plus fréquents, significatifs et pertinents aux objectifs de recherche (Thomas, 2006, Fereday and Muir-Cochrane, 2006).

Constats généraux

28Les services, les prises de position publiques et les valeurs des organismes sont en lien direct avec la lutte contre la pauvreté et la promotion de la justice sociale. À cet égard, deux éléments peuvent être distingués : 1) les demandes et les revendications publiques des organismes, et 2) les motifs et les causes de l’implication des personnes rencontrées au sein de ces organismes. Les revendications des organismes sont en premier lieu associées à un meilleur accès à des services publics de qualité pour leurs membres (logement, transport public, aide financière, médicaments, santé, etc.), associé à des mesures financières de réduction de la pauvreté (augmentation du salaire minimum, assurer un revenu décent aux travailleurs précaires et aux personnes assistées, etc.). Autour de ces revendications centrales se greffent, selon les mandats et les priorités des différents organismes, des revendications secondaires associées. L’extrait suivant illustre l’éventail des revendications d’un organisme rencontré.

Extrait d’une entrevue à propos des revendications des organismes

Organisme 1

« Nous autres on est un collectif régional du Collectif pour un Québec sans pauvreté, donc les cinq enjeux que travaille le Collectif : un revenu décent pour les personnes assistées sociales, l’augmentation du salaire minimum, l’accès aux services publics, la réduction des inégalités et surtout la lutte aux préjugés, ce sont des thèmes qu’on milite beaucoup. Mais il y a d’autres enjeux. Le transport collectif est très au cœur de nos actions, le féminisme, tous les mouvements pour l’amélioration des conditions des femmes on les aime bien. »

29Des niveaux variables de militantisme public sont constatés entre les organismes rencontrés. Au sein des regroupements ouvertement militants, les motifs d’engagement social sont nombreux et regroupent notamment : l’amélioration de la condition des femmes et des pères  ; le développement d’alternatives en santé mentale  ; la mise en place d’une plus grande équité intergénérationnelle  ; l’inclusion numérique  ; la lutte contre la pauvreté  ; la lutte contre les préjugés  ; la promotion de la démocratie  ; la protection des droits sociaux. La lutte contre les préjugés dont sont la cible les personnes en situation de pauvreté – ce qui regroupe des profils diversifiés incluant des personnes handicapées, sous-scolarisées ou analphabètes, assistées, âgées, isolées, monoparentales, aux prises avec des problèmes de santé mentale – demeure le principal motif de militantisme. Les organismes rencontrés considèrent que les représentations publiques des groupes qu’ils desservent constituent un problème majeur et un motif d’action sociale et politique. L’extrait suivant souligne simultanément un mandat de lutte contre les préjugés auquel répond un organisme et une compréhension particulière du rôle des médias de masse dans les dynamiques de diffusion de ces préjugés.

Extrait d’une entrevue à propos des motifs de l’engagement social

Organisme 2

« Nous, ici, c’est un organisme en défense des droits auprès des assistés sociaux. Fait que c’est sûr que...l’importance de...de s’engager dans c...dans c’te cause-là ben...c’est vraiment briser les préjugés. Ça, c’est pas mal mon...mon drapeau #1, de briser les préjugés, parce qu’on...on constate que...les gens...ils...justement, grâce aux médias, ils s’appuient beaucoup sur ce que les médias, sur ce que certains médias peuvent dire. »

30Les principales difficultés rencontrées par les organismes sont de trois ordres étroitement reliés : des ressources financières et humaines limitées et insuffisantes  ; des préjugés envers les bénéficiaires de leurs services ou leurs membres  ; une difficulté à mobiliser la population autour de leurs thèmes de prédilection et dans le cadre de leurs activités. Les budgets de financement varient considérablement d’un organisme à l’autre. Plusieurs d’entre eux composent avec des ressources financières restreintes et une permanence réduite à quelques individus. Ils font également face à des contraintes opérationnelles qui limitent leur potentiel de développement stratégique, organisationnel ou communicationnel.

31Ces constats généraux sur les mandats, les valeurs, les thématiques et les difficultés rencontrées par les organismes posent le contexte général à l’intérieur duquel ils vont concevoir leurs pratiques de communication et de manière plus spécifique leurs usages des médias numériques.

Constats spécifiques : la communication chez les organismes de lutte à la pauvreté

32Les groupes de lutte contre la pauvreté rencontrés nous ont signifié avoir pour principaux publics cibles leurs propres membres et bénéficiaires de leurs services, les décideurs politiques, le grand public, les groupes associés à leurs réseaux, les journalistes, leurs bailleurs de fonds et donateurs. Les organismes ont mentionné de manière répétée les difficultés à rejoindre leurs publics, à mobiliser la population dans un contexte de capacités organisationnelles limitées et d’hostilité, de méconnaissance ou d’indifférence perçues vis-à-vis de leurs mandats ou des populations qu’ils desservent. Il existe ainsi un problème de visibilité et d’affirmation publique rencontré par la majorité des organismes rencontrés. Les extraits suivants illustrent ces difficultés.

Extraits d’entrevues à propos des difficultés de communication

Organisme 3

Organisme 4

« Tant que tu n’as pas été dans la situation où tu es obligé d’avoir recours à l’organisme, pour toi, l’organisme sert à rien. Du moment que tu as recours, là, l’organisme, tu la trouves importante. Ce qu’il faut faire, c’est trouver le moyen que cet organisme-là soit toujours important pour tout le monde. Mais ça c’est dur à faire parce que ça part des élus les préjugés. Pis tant que ça va partir des élus, ben on va avoir des difficultés à rejoindre notre monde et parler des organismes, pis qu’est-ce qu’on fait. »

« Euh pis ça, ça a peut-être fait en sorte qu’on soit un peu oublié, parce que ça fait quand même 35 ans que [NOM DE L’ORGANISME] existe fait que c’est pas parce qu’on est nouveau du tout. Moi, quand je vais dans des rencontres avec d’autres organismes communautaires, les personnes plus âgées nous connaissent, mais il y a beaucoup de roulement et beaucoup, les organismes sont financés par projet et les employés bougent là… Ça, c’est sûr que ça aide moins. C’est encore une question de financement, les employés sont temporaires. Ceux qui nous connaissent partent. »

33Les organismes rencontrés disposant d’une vision et d’un plan stratégique en communication constituent des exceptions. Les activités de communication sont largement le fruit d’initiatives ponctuelles qui émergent en fonction de l’actualité, des priorités politiques des décideurs, des priorités du moment, et des initiatives et activités portées par les organismes. Un-e représentant-e d’organisme résume ainsi la situation :

Extraits d’entrevues à propos des difficultés de communication

Organisme 5

« Ah, à mieux faire passer le message... ben, c’est sûr que, ce serait comme, à un moment donné, ce serait du temps, d’avoir le temps, collectivement, de s’entendre sur "bon ben c’est quoi les messages". Mettons, à chaque année, tsé. Ça, c’est quelque chose qu’on s’est dit, tsé. Ça, c’est quelque chose qu’on devrait planifier un petit peu, tsé. Ben, c’est quoi nos visées, cette année, pis c’est quoi les messages qu’on voudrait lancer, pis de prendre vraiment le temps, tsé, de... d’asseoir ça sur un papier, pis que ce soit collectif, pis que... parce que après, c’est plus facile de le porter là, tsé. »

34Cela dit, les organismes manifestent une expertise et un savoir-faire pratique en matière de communication, ce qui leur permet d’identifier des priorités orientées autour d’un accroissement de la notoriété publique, le renforcement des relations avec les médias d’information, la mise en place d’initiatives publicitaires et la recherche de moyens originaux pour diffuser leurs messages. Ces priorités traduisent des objectifs de communication établis autour d’une volonté d’éducation populaire, d’attraction de l’attention du grand public, de combat contre l’inertie sociale, de pressurisation des décideurs politiques et de mobilisation autour de thèmes et d’enjeux spécifiques. Les extraits suivants mettent en lumière ces objectifs.

Extraits d’entrevues à propos des objectifs de communication

Organisme 6

Organisme 7

Organisme 8

« Les organismes qui sont sur le terrain, qui aident les gens hum, les individus, mais, qui constatent que le problème est plus large, fait que... quand on fait des conférences de presse, quand on s’exprime dans les médias hum, j’pense que ça sensibilise des, des gens. Pis peut-être ça va amener des jeunes aussi, on va avoir plus de jeunes qui vont arriver dans cette période-là. J’pense que les politiciens aussi, sont sensibilisés pis comprennent mieux c’est quoi le... la racine du, du problème. »

« Effectivement, il faut aller rencontrer les gens de la classe moyenne. Il faut trouver un moyen, ces gens-là, c’est l’électorat. Pis si l’électorat est sur le bord des personnes en situation de pauvreté, ça va changer. C’est les gens qui vont voter pis les gens qui vont voter en grande partie c’est la classe moyenne. Donc c’est eux autres qui sont les plus nombreux, c’est eux autres qu’il faut rejoindre. »

« Donc le contenu, on essaie aussi beaucoup de valoriser le rôle de la femme monoparentale, pis de démontrer que c’est loin d’être des victimes, que c’est plutôt des femmes ben courageuses... qui hum... qui ont la volonté, vraiment, de prendre leur vie hum, donc, ça c’est des... s’t’un élément qu’on trouve important à [NOM DE L’ORGANISME], le plus souvent possible, de démontrer des réussites, que les femmes ont vécu, pis tout ça. »

  • 9 Les médias socionumériques sont largement prépondérants dans cette catégorie.

35Dans leurs activités de communication, les organismes rencontrés mobilisent des moyens de communication variés : des activités et des événements publics, des médias imprimés, des médias électroniques et des médias numériques9. La liste de ces moyens a été présentée dans l’illustration 3. Le nombre d’organismes mobilisant chaque moyen de communication et le nombre d’occurrences permet de tirer des conclusions précises.

36En premier lieu, les moyens de communication mobilisés sont dans leur ensemble conventionnels, orientés autour de pratiques peu diversifiées et bien établies : la manifestation publique, la tenue d’événements, l’usage du communiqué de presse, de l’entrevue, la parution d’articles dans les journaux locaux, régionaux et nationaux et, de manière résiduelle, l’usage d’un site Web et de Facebook. Nous verrons dans la section qui suit de quelle manière cela s’inscrit en relation avec la littérature scientifique sur les médias et la mobilisation sociale.

37En deuxième lieu, les usages des médias numériques dans leur ensemble, et plus spécifiquement des médias socionumériques, sont prioritairement de l’ordre du partage d’information (publiciser des activités et des événements, partager de l’information, rejoindre des publics préidentifiés, maintenir des liens avec les membres). Dans une moindre mesure, les organismes mobilisent les médias socionumériques à des fins de publicité des activités de mobilisation et de recrutement, puis de cadrage public des enjeux associés à la pauvreté et au financement. Les médias socionumériques sont conséquemment utilisés principalement comme des moyens de diffusion et d’interaction avec des publics.

38En troisième et dernier lieu, les organismes rencontrés font état de difficultés récurrentes dans leurs rapports aux médias de masse et dans leurs usages des médias socionumériques. Il leur est d’abord difficile de diffuser leurs messages via les médias d’information, un enjeu que certains d’entre eux considèrent associé à la difficulté de «  vendre  » la thématique de la pauvreté comme sujet d’actualité, découlant selon eux des biais des organes d’information (sensationnalisme, superficialité, roulement rapide de l’actualité, recherche de l’émotion, du drame, etc.) et de lacunes dans leurs connaissances et leurs savoir-faire afin de communiquer efficacement avec les médias d’information.

39Des difficultés particulières sont également associées aux usages des médias socionumériques. Celles-ci sont organisationnelles (financières, mais surtout temporelles) et résultent d’un manque perçu des connaissances et des compétences nécessaires à un usage plus efficace des médias socionumériques. Le manque de temps touche à un personnel limité en nombre cumulant les tâches et fonctions, et pour lequel les activités de communications entrent en conflit avec d’autres priorités.

Extrait d’une entrevue à propos des difficultés organisationnelles d’usage des médias socionumériques

Organisme 8

« Parce que, comme, Instagram, Twitter, j’suis pas à l’aise. Pis y’a personne qui m’a dit que c’était utile. Tsé, à mettons, dans mes formations, c’est... j’ai suivi une ou deux formations... deux formations, sur hum, les réseaux sociaux là. Tsé, en fait, les deux formations, en gros, c’que ça dit, c’est que si tu payes, c’est mieux. Mais... donc, j’ai suivi deux formations, pis dans les deux formations, Twitter n’a jamais été mentionné, n’a jamais... Fait que tsé, si j’vois pas de résultats, j’vais pas passer du temps là-dessus, tsé. »

40Les représentants des organismes rencontrés estiment également que les capacités de leurs membres et publics sont limitées à l’égard des médias numériques dans leur ensemble. Ils évoquent notamment chez ces derniers un manque d’accès aux appareils et à une connexion internet performante, ainsi qu’un manque de connaissances techniques. Ils se conjuguent ainsi des fractures numériques touchant simultanément à la question de l’accès aux médias numériques et aux usages qui en sont faits. L’extrait suivant procède à une synthèse du contexte et des enjeux rencontrés :

Organisme 9

« On a de la difficulté au niveau de l’image, de notre perception. On est un peu condamné aussi d’autre part à chercher de nouveaux canaux pour s’exprimer. En tout cas, moi, je le ressens beaucoup de la part de nos membres. Les manifestations y en ont soupé. Ça ne passe plus. Ils ont perdu confiance en ce mode de communication là. Et troisièmement au niveau des médias, c’est comment réussir à rejoindre le bon public alors que nous sommes dans une période de transition avec le numérique pis tout ça. Médias traditionnels versus médias sociaux. Quand on pense au fait qu’il y a plein de gens qui, soit par pauvreté, soit par problème de culture, ont pas accès aux médias sociaux alors qu’on publie tous par Facebook, pis qu’on a notre site Web, il y a toute la dynamique des médias régionaux versus les médias nationaux. Quand on se retrouve — je suis dans Centre-du-Québec — on n’a pas de couverture officielle de médias nationaux sinon par le biais de Trois-Rivières, en partie pis de Sherbrooke dans une autre partie. »

41Dans ce contexte, les organismes rencontrés ont répété des besoins en formation et en développement de compétences communicationnelles, mettant l’accent sur le développement d’approches, de méthodes et de stratégies devant leur assurer une plus grande efficacité dans leurs activités de communication publique.

Discussion

42L’analyse des données permet une mise en relation avec la littérature scientifique sur les axes de la mobilisation sociale et des fractures et inégalités numériques. Nous faisons converger ces deux axes afin d’établir une problématique sur l’accès asymétrique des groupes socialement mobilisés aux répertoires médiatiques d’actions collectives.

43Les présents travaux de recherche tendent à démontrer que la capacité des groupes mobilisés à recourir aux répertoires médiatiques d’actions collectives se module en fonction de fractures et d’inégalités numériques. Les usages des médias numériques effectués par les groupes étudiés sont conventionnels, peu diversifiés, et ne requièrent que des compétences techniques de base ; ils s’inscrivent principalement dans un mode traditionnel de diffusion de l’information et d’interaction limitée avec des publics. Ces usages excluent ainsi des activités qui exigent des ressources plus considérables (notamment en matière de temps et de financement) et des compétences stratégiques et techniques de pointe, tant au niveau des organismes rencontrés qu’auprès de leurs adhérents, sympathisants et supporteurs. Ils témoignent ainsi, suivant le modèle proposé par DiMaggio and Hargittai (2001), d’inégalités prenant place dans le secteur du militantisme à cinq niveaux :

  1. Les inégalités dans la disponibilité d’équipements techniques, d’outils logiciels et de connectivité  ;

  2. Les inégalités d’accès autonomes à ces équipements, soit dans la capacité des usagers de décider librement des temps et des lieux d’accès  ;

  3. Les inégalités en matière de réseaux sociaux et de soutien social qui encouragent l’usage des médias numériques  ;

  4. Les inégalités dans les modalités d’usages, et notamment en regard aux types d’activités et aux buts poursuivis par ces usages  ;

  5. Les inégalités dans les compétences, dans la capacité à répondre de manière pragmatique et intuitive aux défis, aux difficultés et aux opportunités qui découlent de l’exploitation des potentiels des réseaux numériques (p. 10).

44Ces inégalités constituent des vecteurs de différenciation entre groupes sociaux mobilisés. Ces vecteurs de différenciation sont établis sur la base de leur capacité à tirer profit des médias numériques dans le cadre de revendications collectives et à s’imposer socialement et politiquement à l’aide de leur emploi. En accord avec Granjon (2009), ils contredisent l’idée que ces outils seraient «  censés apporter en soi concorde et justice sociale  » (p. 22) et constituer un support pour renouveler la participation démocratique (Klein and Huang, 2013). Selon les groupes rencontrés, les fractures et inégalités numériques dont témoignent les individus rencontrés prennent place à deux niveaux : au niveau de leurs organismes propres, limités dans leur capacité à tirer profit des médias numériques, et au niveau de leurs bases militantes, confrontées à des difficultés qui limitent leurs usages qui en sont faits. Il en découle une incapacité à adopter des pratiques de mobilisation supportées par des médias numériques pourtant couramment utilisées par d’autres acteurs actifs dans le domaine de la justice sociale (Landry et al., 2015). En d’autres termes, les répertoires médiatiques d’actions collectives se distribuent de manière inégale au sein des forces sociales mobilisées.

Conclusion

45Les travaux de recherche réalisés dans le cadre de cette étude permettent de tirer trois conclusions d’ordre général. En premier lieu, les notions de «  fractures numériques  » ou «  d’inégalités numériques  » s’inscrivent dans le cadre de ruptures communicationnelles plus larges. Les résultats de recherche démontrent que les groupes rencontrés estiment peiner à rejoindre leurs publics et à s’imposer dans l’espace public, sans égard aux moyens de communication privilégiés. À ce titre, la diffusion à large échelle au sein de la société québécoise de médias numériques ne permet pas de résoudre des difficultés communicationnelles qui découlent d’enjeux organisationnels plus structurels, associés à des ressources et une main-d’œuvre limitées, ainsi qu’à un contexte d’hostilité publique pour les groupes marginalisés et exclus sur la base de leur condition sociale (Noreau et al., 2015). Dans ce contexte, l’adoption de médias numériques au sein des divers groupes sociaux mobilisés sur des enjeux de justice sociale présente des opportunités d’actions politiques différenciées pouvant contribuer à des dynamiques de renforcement de la marginalisation d’acteurs et de thèmes dévalorisés.

46En second lieu, les phénomènes constatés dans le cadre de cette étude appellent à un arrimage plus serré et mieux articulé entre la littérature se consacrant aux mouvements sociaux et celle sur les fractures ou inégalités numériques. Cet arrimage pourrait constituer une alternative à la multiplicité de travaux qui s’intéressent aux appropriations militantes des médias numériques, mais qui omettent une réflexion de fond sur les processus par lesquels la numérisation du militantisme peut réactualiser et renforcer des dynamiques d’exclusion sociale. La présente étude dessine les contours d’un phénomène de stratification numérique de la mobilisation sociale devant faire l’objet d’analyses plus approfondies. Elle invite à repenser la question des appropriations militantes des médias numériques sous l’angle des exclusions et des rapports asymétriques qu’elles engendrent entre groupes militants.

47En troisième et dernier lieu, et en lien avec les points qui précèdent, des travaux empiriques axés sur l’évaluation des usages et des fractures numériques prenant place au sein de groupes militants viendraient considérablement enrichir le champ de recherche. Les conclusions de l’étude présentée dans cet article ne permettent pas de croiser les représentations et les discours des représentants des organismes avec leurs usages effectifs des médias numériques. Elles ne permettent également pas d’évaluer les compétences précises des personnes impliquées auprès des organismes ainsi que celles des publics qu’ils desservent. Un agenda de recherche ultérieur s’y consacrant pourra apporter une contribution substantielle à l’étude critique des usages des médias numériques dans le secteur du militantisme social.

Haut de page

Bibliographie

Anadon, M. (2006). « La recherche dite ‘qualitative’ : de la dynamique de son évolution aux acquis indéniables et aux questionnements présents », Recherches qualitatives, 26, 5-31.

Beauchamps, M. (2009). « L’accessibilité numérique. Transformer le risque de renforcement des inégalités numériques en opportunité », Les Cahiers du numérique, 5, 101-118.

Benelli, N. (2011). « Rendre compte de la méthodologie dans une approche inductive : les défis d’une construction a posteriori », Recherches qualitatives, 11, 40-50.

Benford R. et Snow, D. A. (2000). « Framing processes and social movements: An overview and assessment », Annual Review of Sociology, 26, 611-639.

Blais, M. et Martineau, S. (2006). « L’analyse inductive générale : description d’une démarche visant à donner un sens à des données brutes », Recherches qualitatives, 26, 1-18.

Brotcorne, P., Damhuis, L., Laurent, V., Valenduc, G. et Vendramin, P. (2010). Diversité et vulnérabilité dans les usages des TIC. La fracture numérique au second degré. Gent : Academia Press.

Brotcorne P. et Valenduc, G. (2009). « Les compétences numériques et les inégalités dans les usages d’internet. Comment réduire ces inégalités ? » Les Cahiers du numérique, 5, 45-68.

Bunyan, S. et Collins, A. (2013). « Digital exclusion despite digital accessibility: Empirical evidence from an English city », Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, 104, 588-603.

Costanza-Chock, S. (2003). « Mapping the repertoire of electronic contention », dans Opel, A. et Pompper, D. Representing Resistance : Media, Civil Disobedience, and the Global Justice Movement. Westport, Conn ; London: Praeger.

Dimaggio, P. et Hargittai, E. (2001). From the ‘Digital Divide’ to ‘Digital Inequality: Studying Internet use as penetration increases. Princeton : Center for Arts and Cultural Policy Studies, Priceton University.

Dimaggio, P., Hargittai, E., Celeste C. et Shafer, S. (2004). From unequal access to differentiated use : A literature review and agenda for research on digital inequality. New York: Russell Sage Foundation.

Fereday, J. et Muir-Cochrane, E. (2006). « Demonstrating rigor using thematic analysis : A hybrid approach of inductive and deductive coding and theme development », International Journal of Qualitative Methods, 5, 80-92.

Gamson, W. A. (2004). « Bystanders, public opinion, and the media » dans Snow, D. A., Soule, S. A. et Kriesi, H. The Blackwell companion to social movements. Oxford : Blackwell, pp. 242-261.

Granjon, F. (2009). « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l’informatique connectée », Les Cahiers du numérique, 5, 19-44.

Granjon, F. (2011). « Fracture numérique », Communications, 88, 67-74.

Granjon, F., Lelong, B. et Metzger, J.-L. (2009). Inégalités numériques : clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC. Paris : Hermès.

Hands, J. (2011). @ is for Activism : Dissent, resistance and rebellion in a digital culture. London ; New York : Pluto.

Hanningan, J. (2006). Environmental Sociology. New York, Routledge.

Klein, J.-L. et Huang, P. (2013). « La lutte contre l’exclusion numérique et la revitalisation des collectivités locales : une étude de cas à Pointe-Saint-Charles, à Montréal », Nouvelles pratiques sociales, 26, 83-101.

Landry, N. (2012). « Mouvements sociaux, technologies médiatiques et pouvoir » dans Proulx, S., Millette, M. et Heaton L., Médias sociaux : enjeux pour la communication. Québec : Presses de l’Université du Québec, pp.153-169.

Landry, N., Aubin, F. et Sénécal, M. (2015). « Médias et mouvements sociaux : pratiques de mobilisations collectives », Canadian Journal of Media Studies, 13, 124-145.

Meikle, G. (2018). The Routledge companion to media and activism. New York: Routledge.

Milan, S. (2013). Social movements and their technologies: Wiring social change. New York, Palgrave : Macmillan.

Noreau, P., Bernheim E. Cotnoir, P.-A., Dufour, P. Guay, J.-H., Van Praagh, S. (2015). Droits de la personne et diversité. Rapport de recherche remis à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse : https://www.crdp.umontreal.ca/files/sites/101/2016/01/Rapport_Final_Diversite_Droits_Commission_2016.pdf.

Norris, P. (2012). Digital Divide: Civic Engagement, Information Poverty, and the Internet Worldwide. Cambridge : Cambridge University Press.

Ossipow, W. (2002). « Les styles explicatifs en sciences sociales » dans Saada-Robert, M. et Leutenegger, F. Expliquer et comprendre en sciences de l’éducation. Bruxelles : De Boeck Supérieur, pp. 45-66.

Postill, J. (2018). « Populism and social media: a global perspective », Media, Culture & Society, 40, 754-765.

Proulx, S., Rueff, J. et Lecomte, N. (2007). « La redéfinition du tiers secteur québécois à l’aune du militantisme technique », Hermès, 47, 107-114.

Ragnedda, M. (2017). The third digital divide. A Weberian approach to digital inequalities. London : Routledge.

Robinson, L., Wiborg, Ø. et Schulz, J. (2018). « Interlocking inequalities: Digital stratification meets academic stratification », American Behavioral Scientist, 62, 1251-1272.

Schradie, J. (2018). « The digital activism gap: How class and costs shape online collective action », Social Problems, 65, 51-74.

Serrano-Cinca, C., Muñoz-Soro, J. et Brusca, I. (2018). « A multivariate study of internet use and the digital divide », Social Science Quarterly, 99, 1409-1425.

Tarrow, S. (2011). Power in movement: Social movements and contentious politics. Cambridge ; New York ; Cambridge University Press.

Thomas, D. R. (2006). « A general inductive approach for analyzing qualitative evaluation data », American journal of evaluation, 27, 237-246.

Tilly, C. (1995). Popular Contention in Great Britain, 1758–1834. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Tilly, C. et E. Tarrow, S. (2007). Contentious Politics, Boulder, CO: Paradigm Publishers.

Tufekci, Z. (2017). Twitter and tear gas: The power and fragility of networked protest. New Haven ; London : Yale University Press.

Watier, P. (2002). Une introduction à la sociologie compréhensive, Belfort : Circé.

Zillien, N. et Hargittai, E. (2009). « Digital distinction: Status-specific types of internet usage », Social Science Quarterly, 90, 274-291.

Haut de page

Notes

1 La sélection des 19 groupes a été effectuée en collaboration avec le partenaire de cette étude, le Collectif pour un Québec sans pauvreté, qui a également validé les instruments de collecte des données. Le détail est donné dans la section consacrée à la méthodologie.

2 Les régions sont les suivantes : Capitale-Nationale, Montréal, Estrie, Outaouais, Lanaudière, Montérégie et Bas-St-Laurent.

3 Ces services regroupent notamment l’aide alimentaire, l’alphabétisation, le soutien psychologique, le travail social, l’organisation d’événements visant à briser l’isolement, le soutien à l’emploi, le soutien à la vie familiale, le soutien aux victimes de violence conjugale, l’intégration des immigrants.

4 À deux reprises, les rencontres ont été effectuées dans les locaux d’un organisme qui ne participait pas aux travaux de recherche.

5 La liste des organismes membres du Collectif pour un Québec sans pauvreté est disponible ici : http://www.pauvrete.qc.ca/a-propos-du-collectif/les-organismes-membres.

6 Les représentants rencontrés sont responsables des communications publiques de leurs organismes respectifs, bien que leurs fonctions officielles varient d’un organisme à l’autre, en fonction des ressources disponibles et de la structure organisationnelle. Ainsi, ces représentants occupent des fonctions de direction ou de professionnels.

7 Notons que par « médias socionumériques » nous entendons ici l’ensemble des technologies permettant la production de contenus numériques et leur transmission de manière synchrone ou asynchrone, dans des environnements privés, publics ou semi-publics (caméra, logiciel de montage, courriel, groupe Facebook, compte Twitter, etc.).

8 Cette conclusion est tirée de l’analyse de deux catégories de données : le nombre d’organismes mobilisant le moyen de communication en question et le nombre d’occurrences où ce moyen est cité. L’analyse conduite ne permet pas d’établir des statistiques fiables, mais plutôt de convenir du poids relatif, des proportions et des tendances qui s’imposent entre les catégories.

9 Les médias socionumériques sont largement prépondérants dans cette catégorie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte conceptuelle des sous-catégories de la catégorie Dimension organisationnelle
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/6111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Figure 2. Carte conceptuelle des sous-catégories de la catégorie Dimension communicationnelle
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/6111/img-2.png
Fichier image/png, 157k
Titre Figure 3. Carte conceptuelle de la catégorie Moyens de communication
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/6111/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 4. Carte conceptuelle de la catégorie Médias socionumériques
URL http://journals.openedition.org/terminal/docannexe/image/6111/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Normand Landry, Anne-Marie Gagné, Sylvain Rocheleau, Christiane Caneva, Pascale Caidor et Mathieu Bégin, « Militantisme, justice sociale et inégalités numériques : étude de groupes de lutte contre la pauvreté au Québec »Terminal [En ligne], 127 | 2020, mis en ligne le 20 avril 2020, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/terminal/6111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/terminal.6111

Haut de page

Auteurs

Normand Landry

PhD, Université TÉLUQ, normand.landry@teluq.ca

Anne-Marie Gagné

PhD, Université TÉLUQ, anne-marie.gagne@teluq.ca

Sylvain Rocheleau

PhD, Université de Sherbrooke, sylvain.rocheleau@usherbrooke.ca

Christiane Caneva

PhD, Université TÉLUQ, ccaneva@teluq.ca

Pascale Caidor

Candidate au doctorat, Université de Montréal, pascale.caidor@umontreal.ca

Mathieu Bégin

PhD, Université TÉLUQ, mbegin@teluq.ca

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals